Voulez-vous vraiment vivre une vie de résurrection? (2)


Cet article est à lire à la suite de l’article placé le 9 mars 2014 , Il met l’accent sur la pratique de la marche par l’esprit.
Nous ne pouvons pas, dans la pratique de notre vie quotidienne, vivre une vie de résurrection, si nous n’avons pas reçu une claire révélation de deux réalités fondamentales:
La première réalité, c’est la beauté absolue de la vie nouvelle que nous avons reçue en Christ, dans notre nouvelle nature, qui est notre esprit régénéré, dès le moment où nous sommes passés par une nouvelle naissance, par la repentance et la foi en Jésus.
La seconde réalité,
c’est la dépravation absolue de la chair, en tant que puissance de péché et de mort qui habite dans nos membres, et qui continue à y habiter après la nouvelle naissance de notre esprit.

Pour nous faire passer de la seconde réalité à la première, Christ a dû payer un prix immense! Lui, le Fils de Dieu parfaitement pur et saint, a dû S’abaisser jusqu’à porter dans Son Corps, sur la croix, toute la noirceur de nos péchés et de notre nature de péché, afin de nous libérer de leur emprise, qui nous menait en enfer pour l’éternité! C’est par amour pour nous qu’Il a accepté de mourir à notre place. C’est aussi par amour pour Lui que nous devons accepter de mourir à Satan, au péché et à la chair. C’est parce que nous avons compris que nous sommes déjà morts et ressuscités en Christ, dans notre esprit régénéré, que nous devons à présent être déterminés à faire mourir tout ce qui, dans tous les domaines de notre vie, pourrait encore être contrôlé par la chair et le péché.
La première chose à faire :
C’est connaître la vérité concernant l’œuvre de Christ à la croix. C’est de comprendre et d’accepter que, quand Christ est mort, nous sommes morts avec Lui, et que, quand Il est ressuscité, nous sommes aussi ressuscités avec Lui à une vie nouvelle, la Vie éternelle. Pour marcher dans cette Vie nouvelle, il nous est indispensable de renoncer à l’ancienne personne que nous étions avant notre nouvelle naissance, et de nous identifier pleinement, par la foi, à la nouvelle personne que nous sommes en Christ, « créée selon Dieu (à l’image de Dieu, qui est Christ) dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (Ephésiens 4: 24). N’oublions jamais que le « vieil homme » (l’esprit que nous avions avant notre nouvelle naissance) a été crucifié avec Christ (Romains 6: 6). Ce vieil homme a été remplacé par un « homme nouveau. » Mais le vieil homme avait eu le temps de construire, dans notre âme et notre corps, des « forteresses » de faux raisonnements, des pensées mensongères, d’habitudes pécheresses ou charnelles, qui doivent être détruites par la Parole de Dieu et le Saint-Esprit de Vérité.
« Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ » (2 Cor. 10: 3-5).
Autant notre esprit nouveau est pur et saint, autant notre âme (qui est notre être conscient ordinaire) et notre corps ont besoin d’être renouvelés (Romains 12: 2: Philippiens 2: 5), purifiés et sanctifiés, par notre méditation de la Parole de Dieu (qui nous juge ; voir message précèdent), et notre obéissance à la direction du Saint-Esprit dans notre vie. N’oublions donc jamais qu’après notre nouvelle naissance, il y a deux lois qui agissent en nous: une loi de péché et de mort qui agit dans nos membres, dans notre corps physique, et une loi de l’esprit de Vie, qui est la Loi de Dieu, et qui agit dans notre esprit régénéré.
« Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l’homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort?… Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur!… Ainsi donc, moi-même, je suis par l’entendement esclave de la loi de Dieu, et je suis par la chair esclave de la loi du péché. Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ. En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort » (Romains 7: 21-25-8: 1-2).
Si c’est la chair, en tant que loi de péché et de mort, qui nous contrôle, cela signifie que nous activons cette loi de péché, et la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ reste inactive. Si c’est l’esprit qui nous contrôle, cela signifie que nous activons la loi de l’esprit de Vie en Jésus-Christ, et la loi de péché et de mort reste alors inactive! Tant que nous sommes vivants dans ce corps encore soumis à la mort, cette loi de péché et de mort sera toujours présente dans nos membres. Nous devons donc apprendre à rendre cette loi inactive, ou impuissante, afin d’activer la loi de l’esprit de Vie en Jésus-Christ, qui nous permettra de marcher par l’esprit, comme Jésus a marché sur cette terre. Pour rendre impuissante la loi du péché et de mort qui est dans notre corps physique, nous devons absolument comprendre que Christ, en nous faisant mourir avec Lui, nous a fait définitivement échapper à cette loi de péché et de mort! Notre esprit régénéré a échappé à la mort. Il n’est plus contrôlé par Satan. Il est la propriété de Jésus! Il est entré dans le Royaume de Dieu par la résurrection de Christ! Il est assis dans les lieux célestes en Christ! En même temps, notre esprit régénéré est toujours dans notre corps physique, tant que nous sommes vivants sur cette terre. Dans le même corps physique, qui est la simple enveloppe extérieure de notre esprit, il y a donc à présent deux entités, qui appartiennent à deux royaumes entièrement opposés: la première entité, c’est notre esprit régénéré, dans lequel vient demeurer le Saint-Esprit de Dieu; la deuxième entité, c’est la chair, en tant que loi de péché et de mort.
Distinguons bien les deux significations du même mot « chair, » dans le langage de Paul: selon le contexte, le mot « chair » signifie simplement le corps physique. Mais il peut aussi signifier la « loi de péché, ou puissance de péché, qui habite dans nos membres. » Entre ces deux entités, entre notre esprit régénéré et la chair, en tant que loi de péché, il y a la croix, c’est-à-dire la mort de Jésus, qui est aussi notre propre mort en Christ. Tout ce qui demeure dans le royaume de Satan, en particulier la loi de péché et de mort, ne peut ni entrer dans le Royaume de Dieu, ni exercer sa domination sur tout ce qui se trouve dans ce Royaume de Dieu. Le péché ne peut donc pas dominer sur nous, qui sommes de nouvelles créatures en Christ. En Christ, nous sommes morts au péché, à la chair, au monde, à Satan et à tous ses démons! Et nous sommes vivants pour Dieu! Si nous sommes nés de nouveau, si nous connaissons la vérité concernant l’œuvre de Christ à la croix et notre position spirituelle en Christ, et si nous sommes dans la foi, nous savons alors que nous sommes libérés de toute la puissance du péché et de la mort, même si cette puissance continue d’habiter dans nos membres. Etant libres vis-à-vis de cette puissance de péché, nous pouvons à présent offrir nos corps en sacrifice vivant au Seigneur, comme des instruments de la justice de Dieu! Nous marcherons alors par l’esprit et plus par la chair. Nous aurons ainsi appris à activer en permanence la loi de l’esprit de Vie en Jésus-Christ, afin d’annuler, de rendre impuissante en permanence, la loi du péché et de la mort, qui est dans la chair.
Nous ne ferons pas disparaître cette loi de péché et de mort, mais nous annulerons son influence, nous surmonterons son influence, en activant une loi plus puissante, celle de l’esprit de Vie en Jésus-Christ. Pour mieux comprendre, nous pouvons prendre un exemple concret dans le domaine physique, celui de la loi de la gravité. Tout le monde sait que la loi de la gravité fait tomber, attire vers le bas, tout objet que l’on lâche en l’air. C’est une loi physique, il est impossible d’échapper à cette loi, à moins de faire intervenir une autre loi plus forte, qui annule les effets de la loi de la gravité, mais sans faire disparaître cette loi. Si l’on fait intervenir la loi de l’aérodynamisme, dans certaines conditions de forme des ailes et de vitesse, on peut faire voler un objet plus lourd que l’air, comme un avion. Tant que les conditions qui permettent à un avion de voler sont remplies, cet avion va échapper à la loi de la gravité. Mais cette loi est toujours présente. Et si les conditions permettant de voler ne sont plus remplies, par exemple si la vitesse diminue en-dessous d’un seuil critique, la loi de la gravité reprendra le dessus, et l’avion décrochera et tombera. Il en est de même sur le plan spirituel. La loi de péché et de mort qui est dans nos membres nous entraîne toujours vers le bas, vers le péché et la mort. Mais si nous remplissons certaines conditions, que nous devons alors remplir en permanence, nous prendrons notre envol spirituel, et nous échapperons complètement à la loi du péché, qui pourtant est toujours présente dans nos membres, prête à agir si nous le lui permettons! Pour échapper à la loi de péché et de mort, nous devons donc déployer les ailes de notre foi en Christ et en Sa Parole, et prendre une certaine vitesse spirituelle. Cette vitesse spirituelle, nous l’atteignons en ayant recours à tous les moyens d’édification spirituelle que nous offre le Seigneur:
« Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières » (Actes 2: 42).
Nous devons donc persévérer dans l’enseignement des apôtres, qui est avant tout l’enseignement des épîtres, dans la communion fraternelle, surtout avec des frères et sœurs spirituels engagés à vouloir faire la volonté de Dieu, dans la fraction du pain, qui n’est pas seulement le fait de prendre des repas avec nos frères et sœurs, mais qui est le partage du pain et de la coupe, en mémoire de la mort du Seigneur, et dans les prières, prière individuelle, prière collective, prière dans notre langue maternelle, et surtout prière en langues. Tous ces moyens d’édification nous permettent de grandir spirituellement, de nous édifier spirituellement, et donc de prendre une « vitesse spirituelle » qui nous permettra de surmonter en permanence la loi de péché qui est dans la chair et dans nos membres, et d’activer en permanence la loi de l’esprit de Vie en Jésus-Christ, qui est dans notre esprit. Mais si nous négligeons de nous perfectionner, de nous sanctifier et de nous édifier, nous perdrons peu à peu de la vitesse spirituelle, nous ne bénéficierons plus de la puissance de la loi de l’esprit de Vie en Jésus-Christ, et nous retomberons immédiatement sous l’influence de la loi de péché et de mort. Nous décrocherons alors et nous chuterons! Nous comprenons donc combien il est important, et même indispensable, de mener en permanence une vie de sanctification et de perfectionnement! Nous pourrons ainsi purifier et sanctifier notre âme de toute influence de la chair, et la remplir de tout ce qui provient du Seigneur, par le Saint-Esprit et par notre esprit régénéré. Faisons donc tous nos efforts pour rester concentrés sur le Seigneur Jésus et sur Sa Parole! Alors, même si nous traversons les plus violentes tempêtes de la vie, le Seigneur continuera à nous faire marcher sur l’eau, parce que nous regardons à Lui, et que nous gardons Sa Parole dans nos cœurs.
« Ce n’est pas que j’aie déjà remporté le prix, ou que j’aie déjà atteint la perfection; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j’ai été saisi par Jésus-Christ. Frères, je ne pense pas l’avoir saisi; mais je fais une chose: oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons cette même pensée; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. Seulement, au point où nous sommes parvenus, marchons d’un même pas. Soyez tous mes imitateurs, frères, et portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous. Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j’en parle maintenant encore en pleurant. Leur fin sera la perdition; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, ils ne pensent qu’aux choses de la terre. Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, qui transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire, par le pouvoir qu’il a de s’assujettir toutes choses. C’est pourquoi, mes bien-aimés, et très chers frères, vous qui êtes ma joie et ma couronne, demeurez ainsi fermes dans le Seigneur, mes bien-aimés!(Philippiens 3: 12-21 et 4:1).
Bien-aimés, faisons comme Paul! Prenons toujours plus de la vitesse spirituelle! Courons vers le but, qui est la perfection en Jésus! Gardons les yeux fixés sur Lui, sur la Cité Céleste, sur tout ce qui nous attend bientôt, l’enlèvement, les Noces de l’Agneau, le règne glorieux de Christ et de Son Epouse sur la terre du Millenium, et la Jérusalem Céleste, qui descendra du Ciel sur la Nouvelle Terre de l’éternité! Demeurons fermes dans le Seigneur, ne nous laissons distraire ni par les convoitises de la chair et des yeux, ni par l’orgueil du monde, mais pensons constamment aux choses d’en haut! Soyons constamment remplis de l’Esprit! Ayons toujours en nous un amour ardent de la Vérité! Soyons des hommes et des femmes déterminés, courageux et fermes, par amour pour Celui qui nous a aimés le premier, et qui a tant souffert pour nous libérer du péché et de la mort! Et nous pourrons ainsi dire un jour, comme l’apôtre Paul: « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement » (2 Timothée 4: 7-8). Amen !

déposer vos commentaires ou reactions, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s