N’oublions pas de nous reposer sur Jésus…


« Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » Romains 8.38-39

La folie pesante du monde peut nous faire perdre les pédales, les problèmes quotidiens qui nous assaillent sont tellement nombreux que l’on peut se demander « Serai-je encore debout à la fin de la journée ? » Nous avons l’impression de ne plus avoir de force pour faire face à nos responsabilités (le travail, les responsabilités familiales, la gestion du foyer, des travaux, des problèmes d’agent ou de santé, …).
Je suis intimement persuadé que nous ne sommes pas faits pour vivre ainsi. Ce n’est pas de la vie mais de la survie.
Aucun être humain n’est capable de porter les fardeaux que le monde lui met sur les épaules. Nous ne sommes pas assez forts. Ces fardeaux sont la cause de grands maux tels que la dépression nerveuse, l’anxiété, la colère, la violence, la tromperie …

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. »
Matthieu 11.28-30
Par amour, Jésus, qui était auprès de Dieu, est descendu sur terre, dans un corps mortel comme le nôtre. Il a guéri les boiteux, les aveugles, les lépreux, les paralytiques. Il a donné à manger à ceux qui avaient faim et réconforté ceux qui étaient tristes.
Jésus a ensuite souffert sur la croix, est mort puis ressuscité pour que nous ayons le pardon de nos péchés.
Par amour il s’est sacrifié pour nous. Il veut chaque jour nous aider à porter nos fardeaux. Lorsqu’il nous voit souffrir, il veut nous soulager ; il nous demande de l’accueillir dans notre cœur et de tout abandonner aux pieds de sa croix. Il veut porter les fardeaux à notre place, afin que nous puissions le suivre en toute sérénité et avoir la vie en son nom.
La vie ici-bas est bien trop dure pour nous si nous n’avons pas Jésus pour nous relever, nous guider, nous aimer et nous fortifier.
Des gens témoignent que même dans les pires situations, lorsque l’on croit que nos problèmes sont sans issue, Dieu nous fortifie et nous fait aller de l’avant.

« Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. » Jean 15.5

déposer vos commentaires ou reactions, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s