Enseignement de la parole n° 01


                                                            Le plan de dieu pour l’humanité et l’enlèvement de l’église de christ

         Les messages du frère henry sont remis par écrit est présentés de manière a ce que  l’enseignement de ses messages s’adresse à tout les chrétiens et parle aussi dans le cœur de tous   les hommes et femmes du monde qui ne connaissent  pas dieu et christ.  Afin de faire partie de la véritable église de christ

                                                         Le plan de Dieu pour l’humanité

                                                Dieu appelle chacun, et lui dit : Où es-tu ?

Je vais vous lire quelques versets au début du livre de la Genèse. Le Seigneur veut nous faire comprendre ce qu’il est venu faire pour nous. Au début, tout au début, quand Dieu a créé le monde, il n’a pas créé les choses comme elles sont maintenant. Le Seigneur n’avait pas voulu toutes ces misères qui sont aujourd’hui dans le monde : la mort, la maladie, les souffrances. Tout ce qui se passe, qui fait souffrir l’humanité n’était pas dans le cœur de Dieu. Au début de la création, Dieu a commencé par créer l’univers, et tout ce qu’il contient, et il a fini par créer l’homme. D’abord l’homme puis la femme, et il a voulu les créer dans la perfection que Lui seul pouvait donner. Dans Genèse 2, il est dit au verset 7 : « L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant ». Le texte original dit : et l’homme devint une âme vivante. Dieu a pris de la poussière, il l’a modelée. Il a soufflé son Esprit dans ce corps de poussière qu’il venait de faire, et l’homme est devenu une personne vivante, une âme vivante. Et il a placé cet homme au milieu d’un jardin magnifique. Ensuite, Dieu a vu que l’homme était seul, et qu’il lui fallait une compagne. L’homme ne pouvait pas s’en sortir seul. Et Dieu a plongé Adam dans un profond sommeil, et il a tiré de son côté celle qu’il a formée, Eve sa femme, de sa chair et de ses os. Et tous les deux étaient parfaits en tous points. Il n’y avait aucune trace de péché dans leurs vies, ils étaient en parfaite communion avec Dieu. Ils devaient vivre éternellement.

Dieu leur a dit : « Croissez, et multipliez ». Ils devaient former des enfants qui devaient eux-mêmes ne pas connaître la mort. Est-ce que vous réalisez que quand Dieu a créé l’homme, et la femme, il les a créés parfaits, il les a créés sans maladie, sans mort, sans péché ? Des êtres qui étaient en parfaite communion avec Dieu, qui le voyaient face à face. Et Dieu prenait du plaisir avec eux, dans ce jardin. Dieu avait créé Adam et Eve dans une liberté parfaite. Il ne pouvait pas créer des êtres qui étaient incapables de dire non à Dieu. Pour être capables de lui dire oui volontairement, il fallait qu’ils soient aussi capables de lui dire non. S’il avait créé un homme et une femme incapables de dire non à Dieu, ils n’auraient pas été libres de choisir Dieu de tout leur cœur. Et Dieu voulait que cet homme, et cette femme soient créés à son image, qu’ils soient créés dans une parfaite liberté de choix, de décision. Et il leur a donné tout ce qu’il fallait pour pouvoir rester dans cette vie éternelle qu’ils avaient au début. Mais il fallait que leur liberté soit testée. S’il n’y avait jamais aucune épreuve pour tester notre liberté, on ne pourrait pas choisir librement de rester du bon côté. Et Dieu avait placé dans ce jardin magnifique deux arbres, l’un s’appelait l’arbre de vie, et un autre au milieu du jardin qui s’appelait l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Et Dieu avait dit à l’homme : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin (y compris de l’arbre de vie), mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Genèse 2:17). Donc le choix était clair. L’arbre de vie représente la vie éternelle de Dieu, la vie de Christ. Et l’arbre de la connaissance du bien et du mal représente la vie personnelle d’un homme qui est séparé de Dieu, et qui veut connaître les choses de lui-même, sans être dépendant de Dieu. S’ils avaient mangé de l’arbre de vie, ils auraient entretenu la dépendance complète entre eux et Dieu. En mangeant de cet arbre de vie, ils auraient reçu constamment la vie de Dieu, qui devait entretenir la vie éternelle qu’ils avaient en eux. Et Dieu leur avait dit : « Si tu manges de l’autre arbre, tu mourras certainement ». La mort spirituelle, c’est le fait d’être coupé de Dieu. Ils étaient en communion avec Dieu, ils connaissaient Dieu. C’est merveilleux de penser qu’au début Dieu a eu cette pensée dans son cœur : il a voulu créer un homme et une femme qui le connaissent, qui le voient, qui parlent avec lui, et qu’il pouvait nourrir constamment de sa vie éternelle, de son amour parfait. Dieu a un cœur tellement grand, tellement plein d’amour, qu’il lui fallait quelqu’un sur lequel déverser cet amour en permanence. Si Dieu était resté tout seul, il n’aurait eu personne sur qui déverser cet amour. Il lui fallait une créature pour lui dire : « Je veux déverser en toi en permanence cet amour pour que tu vives de ma présence. Choisis ! Tu peux continuer à te nourrir de ma vie, ou tu peux choisir de couper toi-même cette relation entre toi et moi. Mais dans ce cas, tu connaîtras certainement la mort. » Et au chapitre 3, on voit le plus grand drame qui se soit passé dans l’univers. Le serpent, le diable connaissait le plan de Dieu. Le diable avait déjà été rejeté du ciel par le Seigneur à cause de son orgueil, et de sa rébellion. Au début, Dieu n’a pas créé le diable tel qu’il est devenu, mais Dieu avait créé l’archange Lucifer, pour que Lucifer reste toujours dans la présence de Dieu. Mais un jour, à cause de sa grande beauté, l’orgueil a été trouvé dans son cœur, et il a été coupé de Dieu. Il était un pur esprit, il n’était pas formé comme l’homme de la poussière de la terre, de la chair, et pour le diable, il n’y a aucun pardon possible. Dans Genèse 3, il est dit : « Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que l’Éternel Dieu avait faits (le diable a pris la forme du serpent). Il dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? La femme répondit au serpent : Nous mangeons du fruit des arbres du jardin. Mais quant au fruit de l’arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : Vous n’en mangerez point et vous n’y toucherez point, de peur que vous ne mouriez ». Eve a ajouté, et elle a retranché quelque chose à la Parole de Dieu. Dieu n’avait pas interdit de le toucher, il avait interdit de le manger. Et il n’avait pas dit : « Si vous en mangez vous mourrez peut-être ». Il avait dit : « Vous mourrez certainement. » Ce n’était pas : « de peur que », mais certainement.

Donc déjà, il y avait eu quelque chose qui s’était perdu dans le cœur d’Eve. Et Adam était le grand responsable de la chose : il aurait dû veiller à ce que sa femme reçoive la Parole tel que Dieu l’avait donnée à Adam, et qu’il contrôle en permanence Eve. Adam aurait dû lui dire : « Tu te rappelles bien ce que Dieu nous a dit. Il nous a dit de ne pas manger du fruit de cet arbre. » Et Eve a oublié ce que Dieu avait exactement dit. Et quand le malin est arrivé, il a pu la séduire parce qu’elle avait oublié la Parole de Dieu, et elle l’avait modifiée. Elle ne se serait pas laisser séduire si cette Parole était restée sûre, claire et nette dans son cœur. Vous voyez l’importance qu’il y a à connaître, et à garder cette Parole de vérité. Le diable ne peut rien faire dans nos vies si nous gardons la Parole du Seigneur. Satan est le père du mensonge, il va essayer de tordre la Parole du Seigneur, de la modifier, d’ajouter, d’enlever. C’est le travail qu’il fait depuis le début, et toutes les religions des hommes, toutes les sectes, tous les mouvements qui sont purement humains ont ajouté et retranché quelque chose à la Parole du Seigneur.  « Alors le serpent dit à la femme: Vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal ». (Genèse 3:4-5). Là, il disait vrai par contre. Le diable ne dit pas seulement des mensonges, il suffit qu’il dise quatre-vingt-dix-neuf pour cent de vérité et un pour cent de poison mortel pour semer la mort. « Un peu de levure fait lever toute la pâte » (Galates 5:9). Combien nous devons veiller à garder cette Parole pure, et dire : « Seigneur, par ton Esprit de vérité qui veut nous révéler ta Parole dans sa pureté, montre-nous ce qui est dans ton cœur, par cette Parole. Je ne veux pas la recevoir comme quelque chose de froid, comme quelque chose qui a été écrit il y a des milliers d’années, et qui viendrait comme ça poussiéreux au travers des siècles. Je veux la recevoir comme une Parole qui est éternelle, qui ne changera pas, qui est toujours la même ». Le Saint- Esprit de vérité veut toujours aujourd’hui confirmer dans notre cœur que la Parole de Dieu est la vérité.

N’écoutons pas les mensonges du diable. Pour savoir si nous sommes en face d’un mensonge, nous avons la Parole du Seigneur, et le Saint-Esprit de vérité qui travaille avec la Parole de Dieu. Si mon cœur est ouvert à la vérité, si j’écoute la Parole, le Saint-Esprit va immédiatement travailler avec la Parole pour me montrer que c’est vrai, que c’est la pure vérité. Ici, le diable disait en partie la vérité. C’est vrai que s’ils mangeaient du fruit de l’arbre de la connaissance, leurs yeux s’ouvriraient, et ils connaîtraient le bien et le mal, mais par eux-mêmes, au lieu de le connaître par une pure dépendance avec Dieu. « La femme vit que l’arbre était bon à manger et agréable à la vue, et qu’il était précieux pour ouvrir l’intelligence ; elle prit de son fruit, et en mangea ; elle en donna aussi à son mari, qui était auprès d’elle, et il en mangea ». Et à ce moment précis, la mort les a touchés. Si vous lisez la suite, vous verrez qu’ils ne sont morts physiquement que neuf cents et quelques années plus tard. Mais à cet instant précis, leur esprit a été coupé de Dieu. C’est terrible de penser que cet esprit qui dépendait de Dieu, qui était uni à Dieu, qui ne faisait qu’un avec l’Esprit de Dieu a été coupé de Dieu, à cause de leur désobéissance. Et tous les drames que les hommes ont pu connaître depuis des siècles étaient déjà tous inclus dans cette coupure entre Dieu et eux à ce moment-là. Avec la mort sont entrés le péché, la maladie, les infirmités, les ténèbres, la domination du diable sur l’humanité. Et les enfants qui sont nés après eux ne pouvaient pas naître d’un couple qui était en union avec Dieu, ils sont nés dans la mort. Ils sont nés de la chair, et la mort s’est répandue jusqu’à maintenant par Adam et Eve, jusqu’à nous. Nous sommes nés dans le péché, nés dans la mort sur cette terre. Si la vie vous a réussi jusqu’à présent, si vous êtes jeunes et beaux, et riches, et intelligents, et cultivés, vous n’avez sans doute pas encore compris que vous êtes nés dans la mort. Vous savez que vous allez mourir physiquement un jour. Mais est-ce que vous avez compris que votre esprit est complètement coupé de Dieu ? Et que vous êtes en train de vous en sortir par vos propres forces comme Adam et Eve, dès le début ?

A partir du moment où leur esprit a été coupé de Dieu, ils n’avaient plus qu’une solution, c’est s’en tirer par leur propre force. Ils ne leur restaient plus que cette solution. Ils ne pouvaient plus dépendre de la vie de Dieu à chaque instant : la source était coupée. Il fallait qu’ils dépendent de leur intelligence, et Dieu nous a donné une intelligence qui est bien réelle. Il fallait qu’ils dépendent de leur savoir-faire. Il fallait qu’ils dépendent de tout ce qu’ils allaient être capables de faire par eux-mêmes. Il fallait aussi qu’ils puisent à d’autres sources mauvaises, comme celle du diable qui était là pour leur donner aussi tout ce qu’ils voulaient comme capacité de puissance diabolique, tant qu’ils restaient coupés de Dieu, pour les enfoncer dans la mort de plus en plus. Il a fallu neuf cents et quelques années pour que la mort qui était dans leur esprit passe dans leur âme et dans leur corps. Ils avaient encore un corps qui sortait juste de l’immortalité. Il a fallu neuf cents années pour que la mort les imbibe dans tout leur être. Et on voit que dans la suite, la durée de vie diminue, diminue, diminue. Aujourd’hui, Dieu dit dans sa Parole que la durée normale de la vie d’un homme, c’est soixante-dix ans, quatre-vingts pour les plus vigoureux. « Les jours de nos années s’élèvent à soixante-dix ans, et, pour les plus robustes, à quatre-vingts ans ; Et l’orgueil qu’ils en tirent n’est que peine et misère, car il passe vite, et nous nous envolons » (Psaumes 90:10). Mais c’est tout, pour des êtres qui devaient vivre éternellement avec Dieu. Quelle tragédie, quelle catastrophe !

Et quand la mort fut entrée, lisons dans Genèse, au chapitre 3, au verset 8 : « Ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu ». Vous voyez qu’un être qui est mort spirituellement peut entendre la voix de Dieu. Mais la grande différence, c’est qu’ils n’étaient plus en communion avec Dieu. « Ils entendirent la voix de l’Éternel Dieu qui parcourait le jardin vers le soir ». Dieu savait ce qui s’était passé, il était attristé dans son cœur, il savait qu’il devait maintenant envoyer son fils pour mourir pour nous, à notre place. Il le savait de toute éternité, mais là les choses étaient en train de se préciser. L’homme avait touché à la mort, il fallait que quelqu’un d’autre meure à sa place, pour retrouver ce lien avec Dieu, cette communion avec Dieu qui existait au début. Et Dieu parcourt le jardin. « et l’homme et sa femme se cachèrent loin de la face de l’Eternel Dieu, au milieu des arbres du jardin ». Au lieu d’accourir joyeusement vers leur Créateur avec qui ils étaient avant si unis, ils étaient séparés de lui, ils ont eu peur, ils se sont enfuis. Quand on ne connaît pas Dieu comme notre Père, on est rempli de peur et de crainte quand Dieu se manifeste. Mais le Saint-Esprit est toujours là pour nous montrer que Dieu est amour, et que c’est l’amour de Dieu qui nous attire à lui. Là, ils étaient coupés de la source d’amour, ils devaient sans doute se dire : « Maintenant que toute relation est coupée, qu’allons nous bien devenir ? Qu’est-ce que Dieu va faire ? Quelle va être la solution de Dieu maintenant que nous sommes dans la mort ? « Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit : Où es-tu ? » (Genèse 3:9). C’est la parole que Dieu t’adresse aujourd’hui ! Dieu te dit aujourd’hui : Où es-tu ? parce que Dieu te cherche pour rétablir entre toi et lui ce qui existait tout à fait au début. Dieu te cherche, il te cherche si tu ne le connais pas, et si tu le connais déjà, il te cherche pour se révéler encore plus. Il nous cherche ! Pourquoi nous cherche-t-il ? Pour nous attirer près de lui afin de continuer à déverser en nous sa vie. Il nous aime. Il ne peut pas supporter de voir cet être qu’il a créé, coupé de lui, dans la mort, et il a dû envoyer son propre fils Jésus, dans une chair semblable à la nôtre. Le péché a été commis dans notre esprit au début, puis il s’est répandu dans l’âme et dans le corps : tout a connu la mort. Quand nous naissons aujourd’hui, nous sommes déjà coupés de Dieu. On se rend compte qu’il y a quelque chose qui ne va pas, il y a un vide dans le cœur de chaque homme, et de chaque femme qui vient dans ce monde. L’homme essaye de combler ce vide de toutes les manières possibles, mais ce vide ne peut-être comblé que par la présence de Dieu. Pour qu’il y ait cette présence de Dieu, il faut que le Seigneur Jésus intervienne, parce que nous sommes nés dans le péché, et le péché c’est la séparation entre Dieu et nous. Nous sommes nés dans le péché, et nous avons péché, et cela nous a coupé de Dieu à notre tour. Et nous devons comprendre que pour rétablir cette relation qui a été perdue, il y a dans le fond du cœur de l’homme un paradis perdu qu’il cherche en permanence. Certains vont le chercher à Katmandu, ou dans le sport, ou dans l’amour humain, ou ailleurs. Mais ce paradis perdu ne peut-être trouvé qu’en Jésus-Christ.

Jésus-Christ est venu dans une chair semblable à la nôtre (dans un corps semblable au nôtre), parce que le péché est consommé dans la chair, c’est toujours par-là que finit la consommation du péché. Il peut commencer dans le cœur, par une tentation à laquelle on cède, mais ensuite, quand il est consommé, ça se traduit au niveau du corps. Vous pouvez prendre n’importe quel péché, il va se consommer finalement au niveau du corps. Il fallait que Jésus vienne en chair pour qu’il connaisse dans sa chair la mort à notre place, pour que nous puissions, si nous croyions en lui, retrouver la vie éternelle qu’Adam et Eve avaient au début. Mais nous recevons encore plus qu’Adam et Eve. Adam et Eve ont été créés de la poussière de la terre, et s’ils avaient continué,   leur corps de poussière aurait aussi subi une transformation. Ça n’aurait pas été la simple poussière de la terre. Enfin je ne veux pas entrer là-dedans, mais je crois vraiment qu’en Christ nous avons encore plus qu’Adam et Eve, encore plus. Parce que nous avons, nous, accès à quelque chose qu’ils n’ont pas eu pleinement. Nous avons accès à la plénitude de la vie de Jésus-Christ dans notre être entier, l’esprit, l’âme et le corps. Nous recevons quelque chose d’entièrement nouveau : c’est une nouvelle création. Adam et Eve ont eu la première création, nous allons avoir une nouvelle création, et ce corps ne sera plus fait de la poussière de la terre. Il sera complètement transformé par la puissance de Dieu en quelque chose de nouveau comme le corps de Jésus-Christ à sa résurrection. C’était bien un corps de chair et d’os, mais il est écrit que la mort n’avait plus de pouvoir sur lui. Il est ressuscité, et il nous donne maintenant une vie de résurrection. Adam et Eve avaient au début une vie éternelle, et nous avons une vie de résurrection parce que nous avons connu la mort en Jésus. Vous pouvez recevoir de Jésus, non pas une appartenance à un nouveau groupe religieux, mais une appartenance à la famille de Dieu. Vous pouvez devenir un être entièrement nouveau, d’abord dans votre esprit, ensuite dans votre âme, et enfin dans votre corps. Lorsque nous naissons sur cette terre, nous naissons avec une hérédité pesante qui ne remonte pas seulement à notre grand-père, ou à notre arrière grand-père, ou arrière grand-mère, mais qui remonte à Adam et Eve. Il y a des générations et des générations de péché qui pèsent sur nous quand nous naissons sur cette terre. Mais quand nous entendons et acceptons le message de l’Evangile de Jésus-Christ, mort à notre place sur la Croix pour le pardon de nos péchés, nous recevons par la foi la vie éternelle de Dieu, une vie qui ne périt jamais. Notre esprit redevient vivant de mort qu’il était, notre esprit passe par une re- création de Dieu, et nous devenons fils et fille du Dieu vivant. Quand Jésus va revenir, notre corps mortel va être englouti dans l’immortalité de Jésus. En un instant, notre corps mortel va être changé en corps incorruptible. Tous ceux qui appartiennent au Seigneur, qui croient en lui, qui lui ont donné consciemment et volontairement leur vie tout entière vont partir à sa rencontre, vont monter, et pourront voir Jésus de leurs yeux. Ceux qui sont morts avant nous dans le Seigneur Jésus-Christ vont ressusciter les premiers. Et nous, nous serons changés en un instant, en un clin d’œil, et tous ensemble, eux et nous, nous allons monter à la rencontre de Dieu. Nous allons revoir tous ceux qui sont morts en Christ avant nous, et nous allons monter tous ensemble. J’ai lu quelque part qu’un homme  se lève de sa place dans une réunion chrétienne tout pâle et qui dit : « Mes frères et sœurs, il faut que je vous donne un témoignage tout récent. Ma femme, convertie comme moi, a eu un rêve il y a quelques jours, et le matin elle me l’a raconté, et dans son rêve, elle commençait à monter, et ses yeux voyaient le Seigneur, et tout à coup le Seigneur l’a désignée et lui a dit : « Tu ne montes pas, tu n’es pas prête ! » Elle montait avec des tas de bagages, elle voulait amener pleins de choses avec elle, et ça ne montait pas. Et le Seigneur lui a dit : « Tu n’es pas prête. » Et elle s’est réveillée, et a raconté le rêve à son mari. Alors, son mari s’est mis à trembler en disant : « Si toi, qui est plus spirituelle que moi, tu ne montes pas, qu’est-ce que ça va être pour moi ! » Et il a prié en disant : « Seigneur, il faut que tu me parles. Si vraiment c’est un rêve qui vient de toi, je veux mettre ma vie en règle avec toi. » Et le Seigneur a commencé à lui parler. Et il y a une chose que le Seigneur lui a montré en premier : la télévision. C’était quelque chose qui l’alourdissait. Il y passait sans doute trop de temps, et ça remplissait son cœur de choses mauvaises, et il n’était pas prêt à monter, il était trop lourd. Et il a dit : « Seigneur, je mets ça en règle. » Et il a enlevé sa télé. Je ne vous dis pas que c’est ce qu’il faut faire dans tous les cas, ce serait légaliste, mais pour lui, il a compris qu’il devait se débarrasser de la télé. Cela  montre que le Seigneur veut insister sur l’importance d’être prêt à le rencontrer. Il insiste parce qu’il veut que tous les hommes soient sauvés. Est-ce que tous sont sauvés ? Non ! Il y a des personnes qui ne connaissent pas Jésus, il y a des personnes qui refusent Jésus. On leur annonce un Jésus qui vient leur donner un salut gratuit, et ils disent : « Non ! » Mais s’ils disent non jusqu’au dernier moment, ils ne pourront pas entrer dans la présence de Dieu. Ils seront perdus pour l’éternité s’ils meurent dans cet état. Si vous mourrez dans vos péchés, vous ne pourrez jamais voir le royaume de Dieu. Mais le Seigneur veut que tous les hommes soient sauvés. Il veut aussi que tous les hommes soient guéris. La maladie et l’infirmité sont venues avec la mort spirituelle reçue par le péché. Est-ce que tous sont guéris ? Non ! Il y a beaucoup de malades parce qu’il y a beaucoup d’incrédulité au milieu du peuple du Seigneur. Je ne dis pas ça pour vous accuser, mais je ne vois pas aujourd’hui dans l’Eglise de Jésus-Christ les nombreux miracles de guérison décrits dans le livre des Actes des Apôtres, et mon cœur soupire après cela. Je voudrais voir dans l’Eglise ce que je vois écrit dans le début du livre des Actes, où l’ombre de Pierre guérissait ceux qui étaient sur son passage, où tous étaient guéris à Jérusalem. Est-ce que Dieu aurait changé ? A Nazareth, Jésus n’a pu faire aucun miracle à cause de leur incrédulité, et pourtant c’était Jésus en personne, avec toute sa puissance, toute sa gloire. Il n’a rien pu faire comme miracle, si ce n’est qu’il a imposé les mains à quelques personnes, et qu’il les a guéries. Et il est bien dit : « Et il ne fit pas beaucoup de miracles dans ce lieu, à cause de leur incrédulité » (Matthieu 13:58) nous disons  : « Seigneur, je t’en supplie, fais un travail en moi pour me remplir de ta foi. » Parce que c’est Jésus qui donne la foi. Cette Parole que je suis en train d’annoncer, c’est la Parole du Seigneur mais le Saint-Esprit qui est là au milieu de nous, c’est lui qui donne la foi pour la recevoir, c’est lui qui peut ouvrir les cœurs, comme il a ouvert le cœur de cette marchande de pourpre qui écoutait ce que disait Paul, et Dieu a vu qu’elle était là attentive, et il lui a ouvert le cœur pour qu’elle comprenne : « Lydie, marchande de pourpre, de la ville de Thyatire, était une femme craignant Dieu, et elle écoutait. Le Seigneur lui ouvrit le cœur, pour qu’elle fût attentive à ce que disait Paul » (Actes 16:14). Et le Saint-Esprit qui est au milieu de nous veut ouvrir tous les cœurs pour nous faire comprendre à quel point Dieu nous aime, et à quel point il veut nous éviter ce jugement terrible qui va venir sur tous ceux qui auront refusé le Seigneur, et qui auront persévéré dans ce refus. Si tu n’as pas aujourd’hui la certitude que tu es sauvé, c’est que tu as besoin d’être sauvé. Dieu veut te sauver ce maintenant  parfaitement. Qu’est-ce qu’il faut faire pour être sauvé ? Il y a quelques années, un pasteur anglais tenait un petit stand sur le marché de Lourdes, et un jour une religieuse catholique est venue devant ce stand, et elle a regardé. Et après quelque temps, elle a dit : « Monsieur le pasteur, qu’est-ce qu’il faut faire pour être sauvé ? » Elle s’était faite religieuse parce qu’elle cherchait le salut. Elle voulait consacrer sa vie à Dieu, elle voulait de tout son cœur chercher à faire quelque chose de bien pour Dieu. Et pour elle ce qu’elle avait trouvé de mieux, c’était s’enfermer dans un couvent pour consacrer toute sa vie au seul Dieu qu’elle connaissait. Et voilà qu’elle dit : « Qu’est-ce qu’il faut faire pour être sauvé ? » Le pasteur lui a simplement dit : « Vous n’avez rien à faire pour être sauvé, sinon à croire que Jésus a tout accompli pour votre salut. » En quelques mots, il lui a annoncé l’Evangile, et le Saint-Esprit a confirmé dans son cœur que c’était la vérité. Elle a seulement dit : « J’ai compris. » Elle a quitté le voile et son habit de religieuse, elle a quitté son couvent, elle s’est mariée à un bon chrétien, et ils ont été heureux de servir le vrai Dieu. Ce n’était pas le plan de Dieu qu’elle s’enferme dans un couvent. Le plan de Dieu, c’était qu’elle connaisse Jésus, celui qui avait tout accompli pour elle, qui était mort à la Croix pour elle, qui avait tout fait pour payer pour elle. Elle essayait de payer de tout son cœur pour essayer de gagner quelque chose que Jésus lui avait déjà donné gratuitement, et elle ne le savait pas. Et elle a entendu ces mot : « Tu n’as rien à faire, sinon à croire ce que Jésus a fait pour toi. » Jésus est venu mourir à notre place sur la Croix, il est venu payer le prix, il est venu verser son sang pour nous. Il a versé un sang pur, alors que le nôtre était souillé depuis la naissance par le péché. Aucun homme ne pouvait verser son sang pour nous, il aurait versé un sang souillé ; mais Jésus a versé un sang pur parce qu’il est né sans péché, et il a payé dans sa chair. Il est mort sur la Croix pour que dans sa chair, il prenne par sa mort les péchés du monde entier, les tiens, les miens, les péchés du premier homme jusqu’au dernier. D’avance il a tout payé. Mais certaines personnes veulent encore payer pour leur salut ! On n’a rien à payer, c’est un cadeau royal que Jésus nous a donné : nous qui étions morts, il nous donne une vie éternelle, une communion avec lui, une relation directe avec lui par notre esprit. Je vais vous lire encore un verset, à la fin de la Bible. Quand Dieu recrée tout à nouveau, il commence par recréer en nous un esprit nouveau quand nous croyons en Jésus. Mais il vient un moment où Dieu va faire toutes choses nouvelles. Et dans Apocalypse 21 au verset premier, il est écrit : «Je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre » La terre actuelle est condamnée à mort, elle va disparaître dans des flammes de feu, et il ne restera rien. Comment peut-on être attaché à quelque chose qui est condamné à mort ? Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair, et disent : « Pour ce qui me concerne, loin de moi la pensée de me glorifier d’autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde ! » (Galates 6:14). Et nous continuons la lecture dans le livre de l’Apocalypse : « Je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus. Et moi, Jean, je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s’est parée pour son époux. Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux » (Apocalypse 21:1-3). Le tabernacle c’est l’habitation de Dieu avec les hommes. On retrouve ce que Dieu avait voulu dès le départ : habiter avec l’homme dans un paradis merveilleux. Mais là, il recrée les choses d’une manière encore plus formidable, un nouveau ciel, une nouvelle terre. Déjà celle où nous vivons actuellement est si belle, malgré le péché de l’homme, mais on ne peut pas imaginer ce que sera la nouvelle terre. Et sur la nouvelle terre, il vient faire descendre la Jérusalem céleste, une ville extraordinaire, une ville merveilleuse. Mais si elle est merveilleuse cette ville, c’est que Dieu est là au milieu, c’est qu’elle est remplie de la présence de Dieu. Et Dieu sera visible à tous les yeux. Pour entrer pour l’éternité dans cette ville dans la présence de Dieu, il suffit simplement accepter tous les jours ,en permanences,  Jésus comme  Sauveur et Seigneur. Dieu veut que tous les hommes soient sauvés. « J’entendis du trône une forte voix qui disait : Voici l’habitation de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux… Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu ». Dans 2 Corinthiens 5:17, il est écrit : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles ». Vous vous rendez compte que tout ça, toutes ces richesses, tout cet héritage que Dieu a réservé pour nous est déjà inclus en Christ quand nous le recevons dans notre cœur. C’est déjà en lui, tout ça est dans le cœur de Jésus, et il le donne au cœur de ceux qui l’acceptent comme Seigneur et Sauveur. Ce n’est pas une religion. Ne vous laissez plus tromper par les religions des hommes, ne vous laissez plus tromper par les doctrines des hommes. Acceptons le Seigneur Jésus dans sa vérité, dans notre cœur avec toute sa Parole parce qu’ils sont uns, et le Saint-Esprit de vérité, et nous connaîtrons ces choses, et nous connaîtrons Dieu personnellement dans toute sa vérité. « Et celui qui était assis sur le trône dit : Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit : Écris, car ces paroles sont certaines et véritables. Et il me dit : C’est fait ! Je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l’eau de la vie, gratuitement » (Apocalypse 21:5-6). Nous venons de lire : « Il me dit : C’est fait ! ». Vous vous rappelez la parole de Jésus sur la Croix : « Tout est accompli » (Jean 19:30). Quand Jésus est mort tout a été accompli. Il a payé pour nous et par sa mort, il nous a acquis toutes ces choses que Dieu avait en réserve dès le début pour nous. Il ne veut pas nous voir sur cette terre dans une vie de défaite, il veut que dès maintenant nous bénéficions de cette vie abondante que nous recevons dans notre esprit. Il veut que ça s’écoule dans notre âme, et dans notre corps, et au travers de nous, et que cette vie abondante abreuve, et fasse du bien à tous ceux qui sont dans le désert de cette vie, parce que c’est la vie même de Jésus-Christ. « Je suis l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l’eau de la vie, gratuitement ». Cette source de vie, c’est la vie même de Jésus, c’est son amour. La vie de Dieu c’est l’amour. Nous avons tous besoin d’amour, et aucun homme ne peut nous donner l’amour de Jésus. « Celui qui vaincra héritera ces choses ; je serai son Dieu, et il sera mon fils » (Apocalypse 21:7).

                                   Seigneur, ouvre mon intelligence

                           afin que je marche en vainqueur sur cette terre

notre problème principal, c’est que nous ne savons pas quelle est la magnificence de notre héritage en Jésus-Christ. Si nous le savions, nous ne vivrions pas comme nous vivons. Si nos yeux spirituels étaient ouverts sur ce que Jésus a fait, sur la personne de Jésus, son œuvre, ce qu’il a accompli pour nous, si nous commencions à croire vraiment ce qui est écrit, nous ne serions plus les mêmes, nos objectifs seraient différents, notre vie serait complètement bouleversée. Et quelquefois, je suis étonné quand nous lisons certains passages de la Parole, de voir

que ce qui est écrit ne bouleverse pas davantage nos vies. On lit ces choses, on les relit, on les met dans un coin de notre cerveau et puis on continue à vivre comme avant. Alors que nous sommes le sel de la terre, la lumière du monde et que, comme Jésus a marché sur la terre, nous sommes appelés à marcher comme lui. C’est une parole qui interpelle constamment,  : « Seigneur, je suis en train de vivre sur cette terre, tu as un plan pour moi, je veux que ton plan s’accomplisse. Je ne veux pas passer de l’autre côté, sans que ton plan parfait ne se soit accompli » et le plan parfait du Seigneur, c’est de me faire marcher sur cette terre comme Lui a marché. Comme Lui a été envoyé par le Père, il nous envoie et il nous envoie pour être remplis du Saint-Esprit pour accomplir ses œuvres, c’est-à-dire, essentiellement pour convaincre de péché, de justice, de jugement et pour amener des âmes à la connaissance du salut. Et il faut que nos yeux soient illuminés, pour que nous puissions apporter aux autres ce salut qui englobe tant de choses. Nous ne pourrons apporter aux autres que ce que nous avons reçu, nous ! Nous avons reçu quelque chose d’immense et si nous n’en connaissons qu’une petite partie, c’est cette partie-là que nous amènerons aux autres. Mais plus nos yeux spirituels s’ouvriront, plus nous pourrons apporter aux autres ce que nous avons reçu. Je vais commencer par lire dans l’épître de Paul aux Romains au chapitre 10 et au verset 12 : « Il n’y a aucune différence entre le Juif et le Grec, puisqu’ils ont tous un même Seigneur (qui est aussi le nôtre), qui est riche pour tous ceux qui l’invoquent ». La richesse du Seigneur est infinie. Il y a en Jésus-Christ la plénitude de la divinité et de l’héritage céleste pour nous, mais il est riche pour ceux qui l’invoquent ! Toute cette richesse reste inutilisée, si nous ne l’invoquons pas ! Mais ce n’est pas tout : « Car quiconque invoquera le nom du Seigneur, sera sauvé ». Invoquer le nom du Seigneur, c’est quelque chose de profond, ce n’est pas simplement prononcer le nom du Seigneur Jésus. Prononcer le nom du Seigneur Jésus peut être aussi quelque chose de puissant, quand on est en difficulté, quand quelque chose ne va pas : « Jésus, sauve-moi ! », Jésus entend. Mais invoquer le nom du Seigneur, c’est le faire avec une profonde connaissance de toute la richesse qu’il y a dans ce  nous. Tout est inclus dans le nom de Jésus.  « Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru ? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parlé ? Et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a personne qui prêche ? Et comment y aura-t-il des prédicateurs, s’ils ne sont pas envoyés ? » Vous voyez tout le processus de l’héritage céleste ? Il faut d’abord que des serviteurs soient réellement envoyés par le Père. Nous sommes tous envoyés par le Père pour témoigner. Mais pour prêcher la bonne nouvelle de l’Evangile, Dieu envoie ceux qu’il choisit et il leur demande ensuite de prêcher sa Parole et rien d’autre. Cette Parole est entendue par ceux qui écoutent. Ceux qui écoutent, après avoir entendu, doivent croire. Ayant cru, ils peuvent invoquer le nom du Seigneur et à ce moment-là, recevoir la richesse de Jésus. Il faut remarquer que Paul ne dit pas : « Comment croiront-ils s’ils n’ont pas lu la Parole ? », il dit : « Comment croiront-ils s’il n’y a personne qui prêche, pour qu’ils entendent ? » En effet il y a une puissance de Dieu dans la prédication de l’Evangile, qui est faite par ceux qui ont été appelés par le Père et qui la prêchent dans la vérité. Mais il faut qu’elle soit entendue et qu’elle soit crue. Il y a des endroits où Jésus a prêché, et il ne s’est pratiquement rien passé, parce qu’il avait en face de lui des cœurs fermés. A Nazareth, et aussi dans d’autres endroits, quand sa prédication commençait à devenir un peu forte, ils écoutaient, fermaient leurs cœurs en disant : « Non, ça commence à devenir trop fort, on n’en veut plus ». Tant qu’il s’agissait d’un miracle, d’une guérison, d’être nourri par des pains ou des poissons, avoir le ventre rempli ou le corps béni, des foules le suivaient. Mais quand Jésus a commencé à dire : « Il faut que vous mangiez ma chair et que vous buviez mon sang », alors là, ils ont commencé à se retirer, parce qu’ils ne comprenaient pas la signification spirituelle. Et au lieu de chercher ce qu’il avait voulu dire, ils se sont retirés en disant : « Non, cet homme-là va trop loin ! Il va trop loin, donc on arrête de le suivre ». « Mais nous ne sommes pas de ceux qui se retirent pour se perdre » (Hébreux 10:39). Le peu que nous connaissons de Jésus doit-être suffisant pour nous donner envie de le connaître davantage. Il veut se révéler pleinement par le Saint-Esprit car il veut que nous atteignions une pleine connaissance de Lui-même. Il n’y a que la révélation du Saint-Esprit pour nous faire connaître pleinement le Seigneur. Le Saint-Esprit connaît les profondeurs de Dieu et il nous a été donné par le Père pour nous faire pénétrer dans les profondeurs de Dieu et de Christ, pour que nous connaissions tous les mystères de Dieu, par révélation. Mais pour cela, il faut avoir un cœur désireux, un cœur ouvert, un cœur qui demande au Seigneur de se révéler et un cœur qui veut croire quand le Seigneur parle par sa Parole : « Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut » (Romains 10:10). Le Seigneur nous demande de croire du cœur. Quand vous entendez un message, quand vous lisez la Parole, il ne peut avoir d’effet que quand il pénètre dans le cœur et quand là, dans le fond de notre esprit, il y a quelque chose qui se passe où nous disons : « J’ai compris Seigneur et je le prends pour moi, j’ai compris, dans mes entrailles, j’ai compris dans mon cœur ». On peut avoir la tête farcie de connaissances, mais une vie stérile qui ne produit pas de fruit. Je comprends toujours mieux pourquoi Paul passait tant de temps à prier, pour lui et pour les autres : pour que leur intelligence s’ouvre. Je crois que c’est la prière que nous devrions faire avec le plus d’ardeur : « Seigneur, ouvre mon intelligence pour que je te comprenne, que je comprenne ta Parole, que je comprenne la richesse de mon héritage, que je ne laisse pas de côté ces choses merveilleuses pour continuer à vivre une vie banale, médiocre, sur cette terre ». Il ne faut pas se laisser prendre au piège d’une petite vie plus ou moins tranquille, cela ne peut pas satisfaire le fond du cœur. Vous pouvez aller à d’excellentes réunions ; mais si la présence de Jésus ne remplit pas votre cœur et si la révélation de tout ce qu’il a pour vous ne remplit pas votre cœur, vous ne pouvez pas être heureux, vous allez être frustrés, vous n’aurez pas de réponse, vous allez vous trouver un jour dans des impasses, vous allez vous trouver un jour dans des choses qui ne pourront pas être réglées, parce que vous n’avez pas la révélation de la plénitude de Christ. Paul passait du temps à prier pour ses bien-aimés de Colosses, d’Ephèse et d’ailleurs, en disant : « Seigneur, ouvre-leur l’intelligence ». Lorsqu’il allait prêcher, je suis sûr qu’il passait du temps avant pour prier : « Seigneur, prépare, ouvre les cœurs pour que ce que je vais dire de ta part puisse pénétrer dans leurs cœurs « . Alors je vous exhorte à passer du temps pour vous-mêmes et pour les autres, à faire cette prière : « Seigneur, ouvre mon intelligence pour que je comprenne, ouvre son intelligence pour qu’il comprenne, pour qu’elle comprenne, ce que Christ a fait et quand nous lisons la Parole, que notre cœur reçoive ces choses, les comprenne et que nous puissions y marcher, en vainqueur ». Lisons dans Colossiens 3, au verset 1 : « Si donc vous êtes ressuscités avec Christ ». Donc il leur dit : « Attention, s’il est vrai pour vous personnellement que vous êtes vraiment « ressuscités avec Christ, alors cherchez les choses d’en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu (où nous sommes aussi assis en Christ à la droite du Père) ». « Affectionnez-vous aux choses d’en haut et non à celles qui sont sur la terre, car vous êtes morts et votre vie est cachée avec Christ en Dieu ». Alors je  pose la question suivante , bien-aimé,: « Est-ce que tu es mort ? Est-ce que tu sais que tu es mort ? Est-ce que tu le sais vraiment dans ton cœur ? Réponds dans le fond de ton cœur et ne réponds pas trop vite, parce que si tu dis : « Oui, je suis mort », et que tu continues à te comporter comme si tu ne l’étais pas, il y a un problème quelque part. Sois honnête avec Dieu, sois honnête » ! Si Jésus te pose la question en te disant : « Quand je suis mort à la Croix, toi tu es mort avec moi, est-ce que tu le sais ? », si tu regardes Jésus, comme ça, bouche bée en répondant : « …si tu le dis, Seigneur, ça doit être vrai », et que tu en restes là, ce n’est pas sérieux. Il faut que tu reçoives cette parole avec un cœur ouvert et que tu comprennes ce que cela veut dire. Quand Christ est mort, tu es mort ! Avec Lui ! Toute ta vieille peau, ta vieille nature, méchante, mauvaise, incrédule, impure, contraire aux intérêts de Dieu, est morte avec Christ. Il faut se  le répéter aussi souvent qu’il en  aura  occasion : « Si on es en Christ, on es d’abord mort » et ça règle tous nos  problèmes, tous sans exception. Tous nos problèmes viennent d’une chair qui n’est pas morte ! Et pourtant, elle l’est ! C’est un fait accompli, quand Christ est mort, vous êtes morts avec lui ! C’est une réalité, ce n’est même pas une promesse, comme par exemple : « Un jour, si vous croyez, vous serez morts ». Non ! Quand Christ est mort, à l’instant où il a poussé son dernier soupir sur la Croix, il a fait mourir en lui et avec lui, tous ceux qui devaient devenir des enfants de Dieu par la foi en Jésus-Christ. Toute leur nature charnelle avec leur héritage passé, leur hérédité qui remonte à Adam et Eve, avec toutes les malédictions accumulées sur les parents, les grands-parents, les ancêtres à cause de leurs pratiques abominables, sorcellerie, prostitutions, meurtres, adultères qu’ils ont accomplis, depuis Adam et Eve, et tous les péchés que nous avons aussi accomplis, depuis notre naissance, à l’instant où nous avons compris que Jésus est mort pour nous sur la Croix, toute notre nature charnelle est morte ! Il nous dit : « Tu es mort avec moi, toute ta vie passée est morte ! » Nous n’avons plus besoin de cure d’âme approfondie, de guérison intérieure complexe, de psychologie chrétienne pour voir ce qu’il y a en nous, pour faire ressortir tout le passé, pour voir quelle a été notre petite enfance, si nous avons été bien traités par notre papa ou notre maman, ou si nous avons eu un père dur ou une mère acariâtre, ou des petits frères, des petites sœurs qui n’allaient pas… Tout cela est mort en Christ, terminé ! Tu as besoin de le comprendre, de l’accepter et de garder cela dans ton cœur et dire : « Seigneur, tout mon passé, depuis Adam, jusqu’à ma conversion, tout mon passé est mort. Terminé, enfoui dans la tombe avec Jésus ». Cela règle tous les problèmes de notre vie chrétienne. Quand un mari et une femme ne s’entendent pas, quand deux chrétiens dans l’église ne s’entendent pas, c’est uniquement leur nature charnelle qui prend le dessus, les jalousies, les disputes, les animosités, les plaintes : « Oh, il m’a maltraité, regarde ce qu’il m’a fait », on dirait des petits enfants qui viennent se plaindre à papa et maman. Et notre vie est empoisonnée par ces choses-là ! Il faut que nos yeux soient ouverts à la vérité de la Parole : « Quand Christ est mort, tu es mort ! » Crois-le, comprends-le, accepte-le. Et si tu dis : « Oh oui, mais ce n’est pas facile, je veux bien le croire, mais à la première occasion ça ressort », c’est que tu ne le crois pas vraiment ! Tu n’as pas encore assez compris ! Il faut que tu te replaces devant Jésus, à genoux devant Jésus et devant sa Parole, en disant : « Seigneur, ouvre mon intelligence, pour que je sache vraiment ce que cela veut dire être mort en toi ». Chaque fois que la vieille nature va ressortir la tête pour essayer de m’entraîner dans ses voies, je vais la regarder en face et lui dire : « Tu peux toujours avoir en toi des désirs impurs, ce n’est plus toi qui me contrôles ! Moi je suis mort à ces choses, je ne me laisse plus avoir, cela ne prend plus le dessus dans ma vie, c’est terminé ». Et je reste dans la foi en la Parole de Dieu ! Evidemment, si je commence à oublier que lorsque Christ est mort, je suis mort, la vieille nature va reprendre le contrôle, parce que je ne suis plus sur le terrain de la Parole et sur le terrain de la foi. On ne doit pas mettre le diable à toutes les sauces. Le diable ne peut agir que dans la vie de chrétiens charnels. Sur un chrétien qui est spirituel, qui est ancré en Christ et en sa Parole, le diable n’a plus de prise, parce qu’il ne peut pas passer la frontière du tombeau de Christ. Il s’arrête au tombeau, à la Croix, c’est terminé. Il a le contrôle sur tout ce qui est avant la Croix, mais à la Croix il ne peut pluspasser ! C’est fini, il ne peut plus passer. Dans la vie de résurrection, il n’y a de place que pour Dieu lePère, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit. Si nous refaisons le chemin inverse, en faisant marche arrièrepour retourner de l’autre côté de la Croix, le diable aura prise sur nous.Mais ne proclamons pas qu’il a prise sur nous ! Examinons-nous nous-mêmes pour voir sinous sommes dans la foi et si nous marchons sur le terrain de la Croix et de la vie de résurrectionaprès la Croix. Est-ce que je reste constamment dans la foi en la Parole ? Si je vois ma chaircommencer à se manifester dans mes actions, dans mes pensées, dans mes paroles, dans mes gestes,dans mon comportement, c’est que j’ai oublié le terrain de la foi, que je suis revenu sur le terraind’avant la Croix. Et là, j’en suis responsable devant Dieu, je ne dois pas accuser quelqu’un autour demoi, ni personne, je ne dois accuser que moi. « Seigneur je te demande pardon, j’ai abandonné leterrain de la foi en ta Parole ».Si je restais constamment dans la foi en cette parole : « Car vous êtes morts », la chair nepourrait plus prendre le dessus, je ne me mettrais plus en colère, je ne serais plus impatient, je neserais plus imbu de moi-même ou orgueilleux, désireux de me justifier ou m’apitoyer sur moi-même.Tout cela ce sont des réactions charnelles. Cela veut dire, que je suis revenu sur le terrain de la chair,d’où Jésus me dit : « Tu en es sorti ! Tu es mort, tu es morte » Mais est-ce que c’est si difficile à vivre ?C’est difficile à vivre si nous ne sommes pas dans la foi réelle.« La foi vient de ce qu’on entend ! Ce qu’on entend vient de la Parole de Christ » (Romains10:17). Ce qu’on entend avec le cœur. Ce qu’on a compris par la révélation du Saint-Esprit. Bienaimés,je vous supplie d’en faire un sujet de méditation numéro un, parce que le Seigneur est attristéde voir ce qui se passe dans son Eglise, de voir la chair prendre le dessus et les démons se servir deces choses pour ravager l’Eglise de Jésus. Sans parler des séductions, mais tout cela ne peut venir quequand nous sommes dans la chair. Alors , il faut faire un sujet de méditation personnelnuméro un : « Seigneur, révèle-moi ce que veut dire être mort en Christ ». Passe du temps à méditercette vérité à la lumière du Saint-Esprit, dans la prière. Dans le secret de ta chambre, mets-toi devantton Père céleste en disant : « Seigneur, tu me dis que je suis mort, que je suis morte en Christ. J’aibesoin de comprendre dans mon esprit, de recevoir cette révélation par la foi, pour que je puissemarcher dans les œuvres correspondantes ».Parce que tout est par la foi. Si tu crois de tout ton cœur que tu es mort en Christ, que ta vieillenature est morte, parce que Dieu dit qu’il l’a crucifiée en Christ, si tu le crois de tout ton cœur, la foi vaproduire des œuvres. Tu vas marcher dans la vie de résurrection de Christ. Tu vas t’intéresser auxchoses d’en haut.Lisons dans Colossiens 3, au verset 3 : « Car vous êtes morts, et votre vie (on n’est pas restédans le tombeau) est cachée avec Christ en Dieu ». C’est merveilleux d’entendre cela : « Votre vie est

cachée avec Christ ». La vie, c’est Christ en toi ! Il n’y a pas de vie du Seigneur dans son Eglise sinon par Christ en moi et en toi. Si Christ vit en toi, ma sœur, si Christ vit en toi, mon frère, en moi, et si Christ vivait vraiment dans l’Eglise, est-ce que vous croyez qu’elle aurait le visage qu’elle a maintenant ? Non ! C’est parce qu’on n’a pas dépassé le stade de la Croix, on n’y est même pas encore arrivé. On a peut-être compris qu’à la Croix Jésus a pardonné nos péchés pour nous donner le salut, et c’est indispensable pour entrer au ciel, mais si on n’a pas compris qu’en Christ nous sommes morts et que nous sommes ressuscités, nous allons vivre une vie de défaite constante. A quoi cela peut-il vous servir sur cette terre de savoir qu’un jour quand Christ viendra vous chercher, vous irez au ciel, mais qu’en attendant, votre vie est une vie de défaite complète, parce que vous allez continuer à marcher dans la chair. Si vous continuez à marcher dans la chair en permanence, il  ne sera donner  pas cher de notre salut. Parce que celui qui pratique le péché n’est pas enfant de Dieu. Celui qui vit en permanence dans la chair pratique en permanence le péché. Quand Paul parle aux Colossiens, il ne leur dit pas : « Vous êtes inconverti », mais il leur dit : « Vous êtes charnels. Si vous continuez à pratiquer ces choses, vous n’entrerez pas dans le Royaume de Dieu, parce que dans le Royaume de Dieu n’entrent pas les adultères, les fornicateurs, les menteurs, les voleurs… » Plusieurs se disent : « Ah oui, mais c’est une faiblesse de la chair, Seigneur, je sais, tu m’as pardonné ». C’est vrai que si nous confessons notre péché sincèrement et que nous l’abandonnons, nous sommes lavés dans le sang de Jésus et nous avons cette assurance que le sang de Jésus nous rend purs. Mais si nous sommes obligés de passer toute la journée à confesser nos péchés pour être purifiés, nous le serons, mais nous ne pouvons pas parler d’une vie de victoire, n’est-ce pas ? On est pardonné, merci Seigneur, mais Dieu veut nous faire aller plus loin que demander constamment pardon pour nos péchés. Il veut nous faire marcher dans la victoire de Jésus. Comme Lui a marché ! Marchons par la foi en Jésus. Alors ne disons pas : « C’est trop dur pour moi, frère , comme certains le ou le dirons, la barre est placé trop haute . Il faut être plus indulgent, il faut prendre les gens tels qu’ils sont ». Bien sûr, Jésus nous prend tel que nous sommes, mais il n’accepte pas de voir ses enfants marcher dans la chair, après avoir accompli de si grandes choses pour eux à la Croix et après nous avoir donné de si grandes révélations de ce qu’il a fait pour nous et de ce que nous sommes en lui. Le Seigneur ne va pas accepter que nous marchions dans la chair. Cela veut dire que nous n’avons pas compris sa Parole ou que nous ne l’avons pas acceptée. Le Seigneur est plus indulgent envers ceux qui n’ont jamais entendu prêcher véritablement l’Evangile, bien qu’il puisse leur dire : « Ils ont la loi et les prophètes », mais le Seigneur nous demande, chaque fois que nous entendons sa Parole, de la prendre et de la garder dans le cœur, pour la mettre en pratique. Alors, tout le travail du Saint-Esprit, ce merveilleux travail du Saint-Esprit qui nous conduit dans toute la vérité de la Parole, consiste à nous ouvrir les yeux. C’est la révélation du Saint-Esprit qui va nous éclairer si nous crions au Seigneur en disant : « Seigneur, je suis ton enfant, je suis honnête devant toi, je veux marcher comme tu as marché, cela ne fait pas l’ombre d’un doute. Tu le sais Seigneur, j’ai des problèmes, des difficultés, mais j’ai besoin d’une révélation complète et je te demande de me l’accorder par ton Saint-Esprit. J’ai ta Parole, j’ai ton Esprit, Seigneur, tu vas me révéler ces choses. Je les médite avec un cœur ouvert, tu vas me montrer ce qu’est être mort en Christ, être ressuscité en Christ et tu vas m’aider à marcher comme Jésus a marché ». C’est une prière que le Père aime entendre et si nous la faisons de tout notre cœur, si nous persévérons dans cette prière, il va exaucer. Il va nous ouvrir l’esprit. Il va nous permettre de voir ce que Christ a accompli, ce que nous sommes en Lui, et nous allons marcher par la foi dans cette révélation. Nous allons marcher en vainqueurs pour la gloire de Dieu. C’est ce que veut mon Dieu ! C’est ce que notre Dieu veut pour sa gloire ! Je ne dis pas qu’il en a assez de voir ce qui se passe, mais quelquefois il peut dire aussi comme il a dit à ses disciples : « Jusques à quand vous supporterai je ?» (Matthieu 17:17). « Jusqu’à quand vais-je vous supporter, après avoir accompli de si grandes choses pour vous, vous avoir donné une révélation et une Parole qui est éternelle, vous avoir donné mon Esprit qui habite en vous ? Et vous continuez à marcher et à vivre comme si rien n’était de tout cela ! » et Christ dit : « Jusques à quand vais-je te supporter ? » Heureusement que sa patience est grande. Sa patience est grande, mais en fait, ne nous appuyons pas trop sur l’infinie patience du Seigneur, en nous en servant comme prétexte pour vivre selon la chair. Non, on ne peut pas faire cela avec Dieu, ça ne marchera pas. Lisons Colossiens 3, au verset 3 : « Car vous êtes morts et votre vie est cachée avec Christ en Dieu ». En Christ, dans lequel nous sommes, il y a une vie céleste abondante, la vie de résurrection, qui n’a rien à voir avec la vie passée, rien du tout ! C’est différent à cent pour cent ! L’amour de Christ n’est pas l’amour de la chair, et la patience de Christ n’est pas la patience de la chair ! Tout est différent, parce que tout vient d’en haut, alors que dans la chair, tout vient d’en bas. Tout est différent, complètement différent ! Il y a une vie du Seigneur qui passe en nous et qui nous transforme à l’image de Jésus. Il nous dit : « Je t’ai fait mourir à la Croix, pour te donner une nature nouvelle qui vient d’en haut et qui me ressemble. C’est cette nature-là que j’ai placée dans ton cœur et c’est celle-là qui va se manifester si tu me laisses faire et si tu agis par la foi ». Nous allons  devenir de plus en plus semblable au  Seigneur Jésus, rempli du caractère de Jésus, de la patience, de l’amour de Jésus, de la puissance du Seigneur, de son discernement, tout par grâce et tout par la foi en Jésus. C’est merveilleux le plan que le Seigneur a dans son cœur ! Mais laissons-le agir, bien-aimés, il veut agir pour nous transformer à son image. Ne soyons  pas incrédule, n’ayons  pas un cœur endurci, laissons le agir. De même que nous disons : « Seigneur explique-moi ce qu’est : être mort en toi », eh bien allons crier à Dieu pour dire : « Seigneur, révèle-moi ce qu’est ma vie de résurrection en toi. Quand tu es ressuscité, tu m’as fait vivre, naître en toi à une vie nouvelle. Tu m’as donné une vie nouvelle qui habite en moi par la foi en Christ ». Quelle que soit notre origine, il dit : « Juif ou Grec, peu importe, maintenant tu peux être valet, ou esclave, tu peux être n’importe quoi dans la chair, mais en Christ tu es fils du Roi des rois, fille du Roi des rois et je t’appelle à être semblable à ton maître. Je veux faire ce travail en toi. » N’attendons pas d’être dans le ciel, pour laisser Jésus faire ce qu’il a à faire dans nos cœurs, mais dès maintenant ici-bas, laissons-le agir pour nous transformer à son image. Jésus veut nous transformer à son image. Le monde en a besoin, l’Eglise en a besoin et Dieu en a besoin. C’est un besoin du cœur de Dieu notre Père, de nous voir à l’image de son fils bien-aimé. « En lui j’ai mis toute mon affection » (Matthieu 3:17) dira le Père à propos de Jésus. Jésus dit dans sa prière à son Père : « Seigneur, fais-leur comprendre, montre-leur que tu les as aimés comme tu m’as aimé », ce n’est pas magnifique ça ? Que le Père nous aime comme il aime Jésus, parce qu’il veut nous transformer à son image ? Au verset 4 : « Quand Christ, notre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire ». Vous voyez cette espérance glorieuse ? Quand il va paraître, la dernière des choses qui va être transformée, c’est notre corps qui va recevoir la vie de résurrection. Mais notre âme, notre esprit, doivent la recevoir avant le retour du Seigneur. Notre esprit l’a reçue à la nouvelle naissance, mais notre âme doit-être changée aussi. Nous pouvons marcher même dans un corps qui est encore un corps non ressuscité. Nous pouvons marcher sur cette terre comme Jésus a marché, comme Paul a marché, puisqu’il dira : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ » (1 Corinthiens 11:1). Il ajoute au verset 5 : « Faites donc mourir… ». Il ne s’agit pas d’un travail de la volonté en disant : « Bon j’ai compris qu’il faut que je sois gentille ou soumise à mon mari, ou que je sois un bon mari pour ma femme, ou que je sois un bon chrétien pour mes frères et mes sœurs, donc je vais suivre un cours de psychologie chrétienne approfondie pour me montrer exactement ce que veut dire être un bon chrétien, quels sont les points positifs et les points négatifs, etc. et puis, je vais bien apprendre tout ça, et je vais mettre ces bonnes recettes en pratique ! » Cela ne marchera pas ! J’espère que vous n’avez jamais essayé, en tous cas, n’essayez pas. Le jour où on vous demande de vous inscrire à un séminaire de psychologie chrétienne, faites attention de ne pas tomber dans le piège, parce que ça devient de plus en plus à la mode. Si la Croix n’est pas là, la psychologie prend le relais. la psychologie, mis à la sauce chrétienne,  éclaire simplement  les chrétiens sur leur nature, sur leur passé, sur leurs points forts et leurs points faibles, comme s’ils n’étaient pas ressuscités en Christ. Vous voyez où se trouve l’état de l’Eglise ? C’est à pleurer ! Paul dit : « Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre (les membres, les nôtres, où le péché habite, il en donne une petite liste), l’impudicité, l’impureté, les passions, les mauvais désirs et la cupidité (l’amour de l’argent) ». Un peu plus loin au verset 8, il dit : « Renoncez à ces choses » Et il en rajoute : « la colère (ça c’est déjà plus près de nous), l’animosité, la calomnie, les paroles malhonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche. Ne mentez pas les uns aux autres… » S’il dit : « Faites donc mourir toutes ces choses », c’est parce qu’il vient de dire : « Vous êtes morts ». Tu ne peux devenir en Christ que ce que tu es déjà en Christ, tu l’es déjà et par ta foi, tu te l’appropries et tu le deviens. Tu es déjà parfait en Christ et par ta foi en cette vérité, tu deviens parfait en Christ. Tu sais que tu es mort en Christ, à ce moment-là tu fais mourir toutes les choses charnelles du passé dans lesquelles tu vivais avant. Et comme tu vis par la foi et que tu vis dans l’esprit, ce n’est pas en apprenant une longue liste de défauts, que tu vas pouvoir apprendre à reconnaître quels sont tes défauts charnels. La lumière du Saint-Esprit qui est en toi, t’éclaire immédiatement si tu commences à marcher par la chair. Demande au Seigneur son discernement spirituel, pour que dès que tu auras une réaction charnelle, son Esprit te dise : « Là, tu es en train de revenir à quelque chose qui a été crucifié. » Et alors tu pourras dire : Seigneur, pardonne-moi, lave-moi dans ton sang. Maintenant je me place sur le terrain de la résurrection. Maintenant je repars, mais du bon côté. Et maintenant je fais mourir cette chose que j’avais commencé à faire vivre en moi ». Vous voyez quelle est notre responsabilité ! Nous avons autorité sur ces choses parce qu’elles sont mortes en Christ. Toute cette vieille nature est morte ! Dès qu’elle relève la tête, tu la fais mourir, parce qu’elle est morte déjà. C’est un peu curieux de faire mourir des choses qui sont déjà mortes, mais c’est comme ça. En Christ, c’est déjà mort, on a besoin de comprendre que tout est accompli en Christ ; il a dit : « Tout est accompli » (Jean 19:30). Il a tout accompli pour nous, il a lavé tous nos péchés, il a accompli une œuvre parfaite, il nous a donné une nature parfaite, en lui. Et maintenant il a besoin que nous recevions cette révélation qui nous est prêchée et que nous l’écoutions dans le cœur, que nous croyions, que nous invoquions le nom de Seigneur qui est riche pour ceux qui l’invoquent. Il nous révèle ses merveilles et il nous permet d’y entrer et de marcher par la foi. C’est merveilleux ! « C’est à cause de ces choses (des choses que tant de chrétiens pratiquent journellement) que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion (nous ne sommes plus des fils de la rébellion, pourquoi est-ce que nous nous comporterions comme eux, avec des animosités, des colères, des vengeances, des jalousies etc. ce qui est le lot des fils de la rébellion), parmi lesquels vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés. Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses ». Et je ne peux y renoncer que si je crois que je suis mort et ressuscité en Christ. Vraiment, que cette vérité soit dans mon cœur, pour toujours, à chaque instant de ma vie, que jamais je ne l’oublie. Dès que je l’oublie, tout redevient comme avant. Je dois immédiatement me remettre dans la Parole. « Renoncez à toutes ces choses, à la colère… ». Cela vous arrive-t-il de vous mettre encore en colère ? Même un tout petit peu, une petite bouderie de rien du tout ? Une parole de travers, une porte qui claque ? Vous vous dites peut-être : « Ah Seigneur, tu vois les progrès que j’ai fait. Avant, j’aurais tout cassé, maintenant c’est seulement la porte qui claque. » Mais ce n’est pas suffisant ! Tu n’es pas encore mort ! C’est de la volonté propre, ce n’est pas de la foi. Ou alors c’est une foi qui n’est pas encore parfaite. Quand ma foi devient parfaite, l’œuvre correspondante devient parfaite. Quand j’ai vraiment la foi qu’en Christ je suis mort et ressuscité, tant que je reste dans cette foi, je marche dans les œuvres de Christ. Parce que c’est Christ qui vit en moi à ce moment-là, ce n’est plus moi qui vis, c’est lui qui vit en moi, avec une personnalité nouvelle qu’il m’a donnée, mais c’est lui qui vit en moi, c’est Lui ma vie ! Christ est notre vie ! « l’animosité ». Savez-vous ce que c’est l’animosité ? C’est avoir des mauvais sentiments contre quelqu’un, considérer quelqu’un comme un ennemi. « Oh, celui-là, celle-là, je ne peux pas trop le supporter Seigneur, tu comprends ? Après tout ce qu’il m’a fait… J’ai pardonné, j’ai pardonné, mais … ça grince un peu, c’est normal ! » Non, tu dois aimer ton prochain sans hypocrisie. « la calomnie » Celui qui se laisse aller à la calomnie dévoile des secrets, dit la Parole, c’est de la pure médisance, et puis il en rajoute au passage, c’est de la calomnie. C’est incroyable de voir comme, au milieu des chrétiens, le moindre bruit, peut se colporter à grande vitesse, en ajoutant à chaque fois quelque chose de nouveau et quand ça revient à mes oreilles, je dis : « Mais, c’est incroyable, ce n’est plus du tout ce que j’avais dit à un tel ou une telle », c’est complètement changé, c’est devenu une masse informe de calomnie et de médisance, et quelquefois, on se laisse aller sans même s’en rendre compte. Quelqu’un vous téléphone et vous annonce une nouvelle, vous la rapportez à quelqu’un d’autre avec juste un petit détail qui change, en général qui embellit la chose. Et puis vous vous laissez aller à cela sans même faire attention, et au troisième ou au quatrième, on ne reconnaît plus du tout la nouvelle. « aux paroles malhonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche. Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés… » ou « étant donné que vous vous êtes dépouillés ». Comment peut-on se dépouiller de la vieille nature charnelle ? En croyant qu’elle est morte ! C’est ça ! Si je crois que ma nature charnelle est morte, eh bien elle n’a plus de pouvoir sur moi, ce n’est plus elle qui me contrôle, je me suis dépouillé de cette vieille peau. Vous voulez vous revêtir d’un cadavre ? Ce n’est pas très beau ! Je veux me revêtir de la nature de Christ. « vous étant dépouillés du vieil homme et de ses œuvres, et ayant revêtu l’homme nouveau », c’est fait, par la foi en cette Parole de Dieu qui me dit : « Quand Christ est ressuscité trois jours après sa mort, toi tu es né de nouveau en lui, tu es devenu une nouvelle création, une nouvelle créature, entièrement nouvelle. » Eh bien, si je crois cela, je me revêts d’une nature nouvelle. « qui se renouvelle, dans la connaissance (remarquez bien ce qu’il dit : cette nature se renouvelle dans la connaissance), selon l’image de celui qui l’a créé ». c’est-à-dire Jésus-Christ. A son image ! Donc cette nature se renouvelle à l’image de Jésus, dans la connaissance spirituelle qu’il me donne par sa révélation. C’est sûr qu’à mesure que Jésus me révèle qui il est, il me montre ce qu’il veut faire de moi. Quand il me révèle les profondeurs de sa patience, de son amour, de sa miséricorde, de sa compassion, il me montre ce qu’il veut que je devienne. Mon être intérieur va se renouveler dans la connaissance de Christ, par la révélation qu’il me donne de sa nature à lui. Et je le prends par la foi, je dis : « Seigneur, il n’y a aucun orgueil à te demander que je sois semblable à toi ». Ce n’est pas de l’orgueil de demander cela, c’est le plan de Dieu ! Et c’est lui qui va le faire, si je le crois ! Si c’est moi qui devais le faire, je n’y arriverais jamais. Mais si je crois que c’est le plan de Dieu pour moi et si j’accepte ce qu’il me dit, il va le faire, et jour après jour je vais voir des choses changer dans ma vie, et les autres le verront aussi. C’est sûr, ils vont le voir, ils diront : « Mais qu’est-ce qui t’es arrivé mon frère ? » « Il n’y a ici ni Grec, ni Juif, ni circoncis, ni incirconcis, ni barbare, ni Scythe, ni esclave, ni libre (ni rien de tout cela, du passé ou de la vie apparente charnelle) ; mais Christ est tout et en tous ». Est-ce que Christ est tout pour toi et en toi ? Est-ce que tu as gardé encore quelque chose de ta vieille nature que tu mélanges à la nature de Christ ? Il ne veut pas de cela ! Il faut que Christ soit tout en moi. Que ce soit lui qui vive, pour qu’il n’y ait que lui seul qui en retire la gloire. Et à ce moment là, comme je sais très bien que c’est Christ vivant en moi qui produit les œuvres qui vont se manifester, je lui rends gloire, je peux lui rendre gloire, il n’y a plus d’orgueil pour moi. Je ne vais plus dire que c’est moi qui ai accompli ces choses, par ma volonté, ma piété, mes jeûnes, mes nuits de prières, etc. Non ! Je n’ai pas accompli tout cela par quoi que ce soit d’autre que par ma foi dans le Seigneur, qui fait ces choses en moi. « Je crois en toi Seigneur, je crois que tu vis en moi, je crois que ta Parole est puissante pour me changer, tu as dit : C’est moi qui le ferai, dans la vie de ceux qui croient. Seigneur je crois et tu le fais, dans ma vie, tu me changes. » Je poursuis, au verset 12 de Colossiens 3 : « Ainsi donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés (bien-aimés de qui ? de Jésus, du Père, du Seigneur, et puis de Paul aussi en passant, mais c’est le même amour), revêtez-vous d’entrailles de miséricorde, de bonté, d’humilité, de douceur, de patience ». Voilà le caractère de Christ, le voilà. Comment est-ce que je peux me revêtir de ces choses ? En croyant que Christ habite en moi, que je suis né de nouveau en lui, que je mène maintenant une vie de résurrection en lui, que je suis ressuscité avec lui, qu’il est en train de faire ces choses en moi, que je suis un être surnaturel en Christ ! Tu es un être surnaturel en Jésus-Christ, par la grâce de Dieu ! Tu n’es ni Président Directeur Général, ni tailleur de vigne, ni professeur d’université, ni militaire, ni cadre, ni étudiant, ni quoi que ce soit, tu es une nouvelle créature en Christ ! « Toutes choses anciennes sont passées, toutes choses sont devenues nouvelles » (2 Corinthiens 5:17), pour la gloire de Dieu ! Je ne suis pas là pour juger mes frères et mes sœurs. Que je me juge d’abord moi-même le premier, mais je dis : « Si quelqu’un vit en Christ, il ne va plus divorcer de sa femme. Si quelqu’un vit en Christ, il ne commettra plus d’adultère. Si quelqu’un vit en Christ, il ne commettra plus de mensonge. Si quelqu’un vit en Christ, il ne volera plus. Si quelqu’un vit en Christ, il n’y aura rien de malhonnête, de grossier dans son comportement. Parce que c’est Christ qui vit en lui, il aura la force de le faire. « Supportez-vous les uns les autres ». Jésus a dit : « Aimez-vous les uns les autres » (Jean 13:34), et là il dit : « Supportez-vous ». Mais pour supporter quelqu’un d’insupportable, bien-aimés, il faut l’amour de Christ. « Supportez-vous les uns les autres, et, si quelqu’un a sujet de se plaindre de l’autre… ». Cela vous arrive d’avoir un sujet de plainte envers quelqu’un ? Comment quelqu’un vous a traités ou comment quelqu’un a manqué de vous traiter ? C’est un sujet de plainte ! Comment réagissez-vous ? Est-ce que vous vous plaignez encore ? « On me laisse tomber ! Cela fait trois semaines que personne ne m’a téléphoné ! Cela fait quatre semaines que je n’ai pas vu le frère un tel ou la sœur une telle ! Ou le frère untel ne me salue plus ! Il m’en veut ! » Vous voyez ? On est dans la chair. Et l’animosité vient, avec l’aigreur, et l’amertume. « Pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi ». Seigneur tu m’as pardonné une montagne de fardeaux de péchés, et moi, je ne vais pas pardonner à celui qui me traite de cette manière-là ? En comparaison de ce que je t’ai fait, moi Seigneur, ce qu’il me fait ce n’est rien du tout ! Tu m’as pardonné, tu as payé de ta vie pour moi, alors moi aussi Seigneur, je vais pardonner. Je pardonne de tout mon cœur, je pardonne, j’efface tout ». Cela ne veut pas dire que j’accepte le mal et le péché, mais je pardonne. Je vais peut-être ne pas participer à ce qui se fait de mal, mais je pardonne, Seigneur, dans mon cœur il n’y a pas d’animosité. Je vais peut être affirmer clair et fort la vérité de la Parole, avec amour, mais sans animosité, avec un cœur libre d’amertume, le pardon complet dans mon cœur, envers toutes les offenses qui m’ont été faites. « Mais par-dessus toutes ces choses, revêtez-vous de l’amour, qui est le lien de la perfection ». Savez-vous comment je me revêts de l’amour ? En croyant que Dieu qui est amour habite en moi et qu’il me remplit par son Esprit de l’amour de Christ. Et quand je vois que je n’en manifeste pas assez, je me tourne vers Jésus et je dis : « Seigneur Jésus, j’ai toujours besoin que tu me remplisses de ton amour à toi. Pour que je sois rempli de ton amour, il faut que tu te révèles encore plus à moi. » Plus le Seigneur se révèle et plus je laisse cette révélation pénétrer dans mon cœur, et plus le Saint-Esprit me remplit de l’amour de Jésus, parce que mes yeux sont fixés sur lui. Quand je prie pour un malade, mes yeux sont fixés sur Jésus. Quand je fais quelque chose de bien à quelqu’un, mes yeux sont fixés sur Jésus, pour que ce soit lui qui le fasse en moi, et là, il peut se servir de moi. Si je regarde à la personne, ou à moi-même, le Seigneur sera gêné dans la manifestation de sa puissance au travers de moi, il faut que mes yeux soient fixés sur Jésus. Je dois prier en disant : « Seigneur, je ne suis qu’un instrument entre tes mains, tu me remplis pour que j’agisse, comme Christ a agi. Je veux être un instrument entre tes mains, mais un collaborateur efficace. Mes yeux sont sur toi. » Maintenant, quand je dis : « Sois bénis au nom de Jésus », je suis un canal pur, par lequel le Seigneur pourra agir. Et pour cela, il faut que la chair soit morte. « Et que la paix de Christ à laquelle vous avez étés appelés pour former un seul corps ». On a été conçu par Dieu pour que tous nos membres coopèrent entre eux dans la paix parfaite. Quand un membre est en guerre avec le reste du corps, c’est la maladie ! Pour que le corps de Christ soit en bonne santé, il faut que le lien de la paix, qui vient de l’amour, remplisse ce corps. « Et que la paix de Christ … règne dans nos cœurs » Que ta paix règne dans nos cœurs Seigneur, ta paix. Nous sommes des enfants de paix. « Bienheureux ceux qui procurent la paix, ils seront appelés fils de Dieu (et filles de Dieu) » (Matthieu 5:9). « Et soyez reconnaissants ». Quand tu n’es pas reconnaissant, tu peux être morose, attristé parce qu’il y a des choses qui ne vont pas, et tu laisses cette tristesse et cette morosité t’envahir ! Si nos yeux sont fixés sur Jésus, sur la vérité de sa Parole, sur son « Tout accompli », si mes yeux sont fixés au-delà du voile de la chair, sur Jésus et sur son œuvre, je ne peux pas manquer d’être reconnaissant, je ne peux pas manquer de dire :  » Jésus, si mes yeux humains ne voient rien de tout cela, si je me vois dans des ténèbres ou traverser une épreuve difficile, très difficile, eh bien Seigneur, par la foi, je veux garder mes yeux fixés sur ce que tu dis, sur ta Parole et sur toi, pour que même dans cette épreuve je puisse encore avoir une parole de reconnaissance pour toi ». C’est la foi qui plaît à Dieu. Quelles que soient les choses horribles que nous pouvons voir dans ce monde ou autour de nous, rien de tout cela ne doit ternir dans nos cœurs l’image de Dieu. Quand on est dans une épreuve trop dure, ou des difficultés, ou dans des ténèbres, ou que l’on ne voit pas les choses s’arranger comme on le souhaiterait, ou comme la Parole de Dieu le dit, dans nos cœurs la tentation serait de voir l’image de Dieu ternie et que l’on commence à penser que Dieu est un Dieu imparfait qui ne fait pas les choses comme il devrait les faire. Parce que s’il les faisait vraiment comme nous on aimerait qu’il les fasse, il ne nous laisserait pas traverser une épreuve comme celle-là. Vous voyez la tentation ? Dieu veut trouver dans mon cœur une parole de foi. Si vraiment j’ai la révélation du Seigneur, de sa bonté, de sa perfection, et du plan que Jésus a accompli pour moi et des choses de cet héritage qu’il m’a donné en Christ, qu’il va manifester dans la vie de tous ceux qui croient, à ce moment-là, il doit y avoir dans mon cœur par la grâce de Dieu, par l’intervention du Saint-Esprit, la force spirituelle de pouvoir être reconnaissant envers Jésus. Même dans mes pires épreuves, et je mesure ce que je dis parce que j’en ai vécues, et je connais des frères et des sœurs qui vivent des épreuves très dures, même dans ce cas-là, si j’ai vraiment la révélation de qui est Dieu et de ce que Jésus a fait pour moi, je dois trouver dans le fond de mon cœur, par la grâce de Dieu qui me la donne à ce moment-là, la force de dire : « Seigneur, tu es un Dieu parfait, ce que tu as dit s’accomplira, ce que tu as promis se réalisera dans le cœur et la vie de ceux qui croient. Tu n’es pas un Dieu méchant, un Dieu mauvais, un Dieu imparfait ! Tu es un Dieu parfait, un Dieu tout-puissant. Toutes tes œuvres sont parfaites. Je m’attends à toi, mes yeux sont fixés sur toi, et comme Job, je peux dire : Je sais que je verrai mon rédempteur, qu’il est vivant, que même si ma chair se consume complètement, je sais qu’un jour je serai face à face avec mon rédempteur et que je le verrai ». Quand quelqu’un trouve comme Job la force, malgré ses plaintes, de réagir de cette manière-là, c’est que la vraie foi est dans le cœur, et vous savez la fin que Dieu lui a donnée ? Le Dieu de Job est aussi le nôtre. Et je passe au verset 23 : « Tout ce que vous faites, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur ». Tu laves ta vaisselle ? Fais-le de bon cœur, comme pour le Seigneur. Tu fais le moindre des travaux ? Fais-le de bon cœur, comme pour le Seigneur. Evidemment, il ne faut pas que ce soit une activité dans laquelle le diable ou les chrétiens charnels voudraient t’engager ! Pas du tout ! Mais quand il dit : « Tout ce que vous faites », il parle à des hommes spirituels et à des femmes spirituelles qui ont compris ce qu’est la mort en Christ et la résurrection en Christ. Donc tous les petits travaux de la vie quotidienne prennent un autre aspect à cette lumière-là, et je le fais comme pour Christ, « comme si c’était toi qui me le demandais, Seigneur, de bon cœur, de tout mon cœur ». « Et non pour des hommes, sachant que vous recevrez du Seigneur l’héritage pour récompense ». Cet héritage que tu as déjà en Christ, tu le verras de tes yeux un jour. Notre héritage, c’est la Jérusalem Céleste, le mont Sion dans les cieux où se trouve le Trône de Dieu, où nous verrons Dieu face à face, où nous verrons Jésus-Christ face à face, et où il nous prendra par la main pour nous conduire dans la présence du Père. Vous vous rendez compte ? La présence du Père ! Où nous verrons le Père face à face, où nous verrons le Saint-Esprit, et où nous comprendrons qui est le Père, qui est le Saint-Esprit, qui est Jésus. Notre héritage dans les cieux nous l’avons déjà, bien-aimés, dans le cœur. Nous appartenons au Seigneur Jésus. Si nous sommes des vainqueurs, c’est-à-dire si nous gardons ses paroles dans la foi, il fera de nous des colonnes dans son temple et nous ne le quitterons jamais, pour l’éternité ! Toute larme sera effacée par le Seigneur. La mort, la douleur, la souffrance n’existeront plus. Nous vivrons pour l’éternité en présence du Seigneur, dans la Jérusalem céleste. Mais dès maintenant, ces choses doivent être dans nos cœurs, cet héritage, Dieu nous l’a acquis par la Croix, en Jésus-Christ. Cela t’appartient déjà, bien-aimé, c’est une espérance céleste que personne ne peut t’arracher. Si tu crois de tout ton cœur que Jésus t’a donné ces choses, tu les verras s’accomplir et tu marcheras sur cette terre en vainqueur, en attendant la glorieuse espérance et le retour du Seigneur. Jésus, nous avons besoin de toi pour que tu nous ouvres l’intelligence. Je crie à toi pour mes bien-aimés qui sont là et pour moi-même, pour que tu ouvres notre intelligence à ces choses. Que nous puissions comprendre Seigneur, qui tu es, que nous puissions connaître tes voies, que nous puissions recevoir cette révélation d’en haut, pour pouvoir marcher d’une manière digne de l’appel que tu nous as donné, en toute sagesse et intelligence spirituelle portant toutes sortes de bons fruits pour ta gloire, parce que nous croyons, et que nous avons vu les choses se manifester. Seigneur, je te prie pour que cette révélation nous soit accordée maintenant et que nous puissions entrer dans ces choses par la foi. Au nom de Jésus, merci mon Père. Amen.

                        Le Seigneur nous avertis qu’Il revient très bientôt

                          Serons-nous trouvé comme Noé ou comme Lot ?

Encourageons nous tous dans le rappel de la venue prochaine de Jésus. Nous savons que Jésus ne va pas tarder, même si l’on ne sait pas le jour, ni l’heure. Le Saint-Esprit dans nos cœurs, et par tout ce que nous voyons dans le monde, dit : « Prépare-toi, le Seigneur revient. » Le Seigneur revient bientôt. En tout cas Il reviendra prendre ceux qui l’attendent ! Si nos yeux sont toujours fixés sur les choses d’en haut, si nous nous affectionnons aux choses d’en haut, là où habite le Seigneur, quel que soit le moment où Il viendra, nous serons prêts. Il habite dans nos cœurs par la foi, mais Il est assis à la droite du Père dans les lieux très hauts et Il prépare Sa venue. On peux le dis : « Seigneur j’aimerais que Tu me fasses la grâce de voir dans le ciel les préparatifs qui sont en train d’être faits là-haut pour accueillir ton Epouse, les anges qui préparent tout ce qui doit être préparé et le Seigneur qui s’affaire à bâtir, à construire et à préparer des demeures pour nous. Jésus a dit, dans l’évangile de Jean au chapitre 14 et aux versets 2 et 3 : « Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père… Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. » J’aime parler du ciel et des demeures qui nous attendent parce que dans ces demeures il y a la présence du Seigneur partout. L’Esprit du Seigneur pénètre tout le ciel, partout. Il imprègne toute l’atmosphère céleste et nos yeux le verront pour toujours. Il y a de grandes consolations à méditer sur le ciel, sur la Jérusalem céleste et sur la présence du Seigneur là-haut. Il y a de grandes consolations pour nous et de grands encouragements. D’abord pour continuer à nous préparer, ensuite pour gagner des âmes pour le Seigneur. C’est tellement beau d’être là-haut avec le Seigneur, quand on compare au sort affreux des perdus, et qu’on voit les merveilles que le Seigneur a préparées pour ceux qui acceptent Son salut ! Le Seigneur veut constamment parler à nos cœurs par le Saint-Esprit pour nous rappeler qu’Il vient bientôt chercher celle qu’Il aime, celle qu’Il attend. Je vais lire la fin du chapitre 17 de l’Evangile de Luc, à partir du verset 20 et jusqu’au verset 37. Jésus nous parle de l’enlèvement : « Les pharisiens demandèrent à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit : le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. On ne dira point : Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous. » La présence du Seigneur est dans nos cœurs, et là où deux ou trois sont assemblés dans l’amour du Seigneur, dans l’amour du cœur, le Seigneur est au milieu d’eux. « Et il dit aux disciples : des jours viendront où vous désirerez de voir un des jours du Fils de l’homme, et vous ne le verrez point. On vous dira : Il est ici, il est là. N’allez pas, ne courez pas après. Car, comme l’éclair resplendit et brille d’une extrémité du ciel à l’autre, ainsi sera le Fils de l’homme en son jour. Mais il faut auparavant qu’il souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté par cette génération. » Je crois que là Jésus parlait non seulement de la génération qui était la sienne au moment où Lui a été rejeté quand Il était sur le terre, mais je crois qu’Il parle aussi de la génération du monde qui nous entoure, qui va vivre le moment de Son retour. Le Seigneur va souffrir beaucoup dans son codeur avant Son retour, parce que , comme le dit la fin du chapitre, le temps qui précède son retour sera un temps comparable à celui de Sodome et à celui de Gomorrhe avant leur destruction. Le cœur du Seigneur aime les pécheurs, puisqu’Il nous a retirés du péché par Son sang et Son sacrifice. Le Seigneur voudrait que tous les hommes soient sauvés. Il voudrait que tous les hommes viennent à la connaissance de Jésus. Son cœur souffre en ce moment même de voir que tant d’hommes n’acceptent pas le Seigneur, ne le recherchent pas, ou s’écartent du Seigneur, ou s’enfoncent de plus en plus dans la violence, dans le péché, dans l’occultisme, alors que Lui a un si beau salut à leur proposer ! Le cœur du Seigneur souffre beaucoup parce qu’Il sera rejeté par la dernière génération, dans son ensemble. Il ne parle pas de l’Eglise, de l’Epouse qui L’attend. Il dit au verset 26 : « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme. » Quand Il parle des jours du Fils de l’homme, Il veut parler des jours qui précèdent son retour. De même que le déluge est venu juste après la fin de la construction de l’arche. « Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient, mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; le déluge vint et les fit tous périr. » Tous ceux qui n’étaient pas dans l’arche périrent. Ensuite Il cite un autre exemple : « Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bâtissaient ; mais le jour où Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel, et les fit tous périr. Il en sera de même le jour où le Fils de l’homme paraîtra. En ce jour là, que celui qui sera sur le toit, et qui aura ses effets dans la maison, ne descende pas pour les prendre ; (Il sera trop tard, ce n’est plus la peine) et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas non plus en arrière. Souvenez-vous de la femme de Lot (son cœur était encore attaché à Sodome et elle a été changée en statue). Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra, et celui qui la perdra la retrouvera (celui qui perd sa vie en Christ, qui ne cherche pas à la sauver par des moyens humains et en s’attachant aux choses de la terre, celui-là retrouvera sa vie en Christ). Je vous le dis, en cette nuit-là, de deux personnes qui seront dans un même lit, l’une sera prise et l’autre laissée ; de deux femmes qui moudront ensemble, l’une sera prise et l’autre laissée. De deux hommes qui seront dans un champ, l’un sera pris et l’autre laissé. Les disciples lui dirent : où sera-ce, Seigneur ? Et Il répondit : où sera le corps, là s’assembleront les aigles. » Quand le Seigneur dit : « Là où sera le corps, là s’assembleront les aigles », il y a plusieurs interprétations possibles, en voici une : les aigles représentent les anges du Seigneur qui viennent dans les derniers temps faire le tri entre le bon grain et l’ivraie, entre les élus et les fils du malin, dans le champ du monde. Au moment de la grande moisson finale, ils feront le tri, ils sépareront la moisson du Seigneur et ils l’engrangeront. Le corps, c’est le corps de Christ. Il parle de corps morts, de cadavres ; les aigles s’abattent sur les animaux morts et les emportent, ils amènent aussi des vivants. Dans d’autres versions, il est parlé des vautours. Ce sont des rapaces qui viennent prendre le cadavre. Et spirituellement parlant, ce sont des anges qui viennent prendre l’Eglise, le corps de Christ qui est sur la terre comme un cadavre, parce qu’elle est morte aux choses du monde, mais elle est vivante en Christ. Par rapport aux choses du monde, elle est morte, elle est passée par la mort et par la résurrection. Et les anges vont prendre l’Eglise qui est vraiment passée par la mort et par la résurrection. Nous devons être morts aux choses du monde, pour que la vie de résurrection de Christ se manifeste en nous. Il parle de la fin des temps et de l’enlèvement de l’Eglise fidèle. Il donne deux exemples : l’exemple de Noé et l’exemple de Lot. J’aimerais vous parler un peu plus de ces deux hommes , parce que l’un, Noé, qui était un juste, a été sauvé avec toute sa famille en montant dans l’arche. C’était le seul qui a été trouvé juste en son temps. Et Lot aussi était le seul juste à Sodome, mais il y a une grande différence entre Lot et Noé. Lot n’a pas sauvé toute sa famille et il s’est sauvé lui-même de justesse. Et c’était un juste qui avait décidé d’habiter au milieu de Sodome, dans un endroit où il n’aurait pas dû aller. Et malgré cela, il est appelé juste dans la Parole. Il y a une grande différence entre ces deux justes : Noé et Lot. Noé était un juste qui vivait par l’Esprit et qui marchait par l’Esprit, qui vivait dans la victoire du Seigneur. Lot était simplement juste, mais il faisait beaucoup de compromis dans sa vie personnelle, au point d’aller habiter en plein milieu de cette ville impie, tout en restant juste pour lui-même.

Mais finalement Lot a dû abandonner tout ce qu’il avait et une partie de sa famille. Il n’a sauvé péniblement que deux de ses filles. Le reste de sa famille a péri. Il n’a pas été comme Noé, il n’a pas été fidèle en toute chose comme Noé. Et il en sera de même à la fin des temps. Au moment où le Seigneur viendra prendre l’Eglise, Il prendra Son peuple et parmi Son peuple, Il ne prendra que les justes, comme Noé et Lot. Mais certains, comme Noé, seront pris alors qu’ils marchaient pleinement dans la victoire, d’autres comme Lot seront pris parce qu’ils sont justes, c’est-à-dire parce qu’ils ne marchent pas dans le péché. Mais ils n’auront pas eu assez de la présence de Dieu dans leur vie pour être un témoignage vivant auprès de ceux qui les entourent, au point de sauver leur famille et de donner un témoignage puissant à ceux qui les entourent. Si Lot a été sauvé quand même c’est parce qu’il était juste, parce que dans son cœur, il était attristé par le péché qui l’entourait. Il ne participait pas au péché. Mais il n’a pas été un vainqueur comme Noé et comme Abraham.

Dans 2 Pierre 2, il est parlé aussi du jugement de la fin. On remarque que dans ce passage, comme dans celui de Luc qui citait les paroles de Jésus, il est parlé du jugement final, et il est parlé également de Noé et de Lot. Je commence au verset premier : « Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. » Il parle là des Chrétiens qui ont renié le maître qui les avait rachetés. Après avoir été rachetés de l’esclavage du péché et de la mort, ils ont renié celui qui les avait rachetés. Ils sont devenus des faux prophètes et des faux docteurs. Ce sont les Chrétiens qui ne seront pas enlevés. Ils étaient dans le corps du Christ, mais ils ont renié leur maître, ils sont devenus de faux docteurs et de faux apôtres. Ceux-là sont destinés à la ruine et au jugement. Ils attireront sur eux une ruine soudaine. « Plusieurs les suivront dans leurs dissolutions, et la voie de la vérité sera calomniée à cause d’eux. Par cupidité, ils trafiqueront de vous au moyen de paroles trompeuses, eux que menace depuis longtemps la condamnation, et dont la ruine ne sommeille point. Car si Dieu n’a pas épargné les anges qui ont péché, mais s’il les a précipités dans les abîmes de ténèbres et les réserve pour le jugement ; s’il n’a pas épargné l’ancien monde, mais s’il a sauvé Noé lui huitième, ce prédicateur de la justice, lorsqu’il fit venir le déluge sur un monde d’impies… »

Noé est appelé prédicateur de la justice, c’était un homme juste lui-même et c’est pour cela qu’il pouvait prêcher la justice. Ce qui est important quand quelqu’un prêche, ce n’est pas tellement ce qu’il dit, c’est la conformité avec sa vie. Ce ne sont pas tellement les paroles que nous disons aux autres qui vont les toucher, c’est notre vie. Si Noé a pu être un prédicateur de la justice, entièrement entre les mains du Seigneur, c’est parce qu’il était un homme juste. Dans le cas de Noé, à part sa famille, il n’a amené personne au salut. Il ne faut pas nous culpabiliser si nous ne voyons pas notre ministère auprès des autres porter beaucoup de fruits, au sens d’amener beaucoup d’âmes au Seigneur. Le Seigneur veut que tous les hommes soient sauvés. Il va se servir de nous pour en sauver. Il peut permettre que nous passions par des moments où nous n’en sauverons pas, bien que nous fassions tous nos efforts pour le faire. Parce que Noé était un prédicateur de la justice, il passait tout son temps libre à prêcher la parole du Seigneur, à prophétiser la destruction qui venait, à annoncer le déluge et à dire : « Je vous en supplie, tournez-vous vers Dieu et marchez avec Lui, vous allez éviter la catastrophe ! » Il n’y est pas parvenu. Mais il a fait ce que Dieu lui demandait, c’est-à-dire vivre saintement et annoncer ce que Dieu lui a demandé d’annoncer. « S’il a condamné à la destruction et réduit en cendres les villes de Sodome et de Gomorrhe, les donnant comme exemple aux impies à venir, et s’il a délivré le juste Lot, profondément attristé de la conduite de ces hommes sans frein dans leur dissolution (car ce juste, qui habitait au milieu d’eux, tourmentait journellement son âme juste à cause de ce qu’il voyait et entendait de leurs œuvres criminelles) ; le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux, et réserver les injustes pour être punis au jour du jugement, ceux surtout qui vont après la chair dans un désir d’impureté et qui méprisent l’autorité. » Ce sont exactement les deux signes de notre monde actuel : l’impureté et la rébellion, la révolte et l’impureté. Cet esprit-là est dans le monde, il va en se développant. Le Seigneur est en train de travailler par Son Esprit avec puissance, dans le cœur des justes comme Noé et comme Lot, pour leur montrer que le déluge d’eau ou de feu est à la porte. Les jugements de l’Apocalypse sont à la porte. Le Seigneur est en train de parler aux justes comme Noé et comme Lot pour leur montrer qu’il est temps, que l’arche est bientôt terminée, que la construction est bientôt terminée, que les dernières pierres vivantes sont en train de s’ajouter dans le monde entier à la construction de l’Eglise, et que bientôt le Seigneur viendra l’enlever. L’appel du Seigneur est celui-ci : « Maintenant entrez, entrez, tant que la porte est encore ouverte, alors qu’il est encore temps, ou sortez, sortez du milieu d’elle, mon peuple, avant que vous ne participiez à ses jugements ! » Noé a dû entrer, Lot a dû sortir. Noé était à la place où il devait être. Lot n’était pas à la place où il devait être. Mais Dieu par Sa miséricorde l’en a fait sortir parce que c’était un homme juste. Evidemment la position qui doit être la nôtre, c’est celle de Noé. Ce n’est pas celle de Lot. Bien que Lot soit appelé un homme juste par trois fois dans ce passage, il avait fait trop de compromis avec la Parole du Seigneur, il avait fait le mauvais choix au départ, il s’était trop approché de Sodome, au point d’y habiter. S’il tourmentait continuellement son âme juste à cause des choses épouvantables qu’il voyait autour de lui, c’est qu’il était allé trop près du péché. Il aurait dû faire ce que le livre des Proverbes dit au chapitre 14 et au verset 16 : « Le sage a de la retenue et se détourne du mal . » Lot est venu habiter en plein milieu d’un endroit où Dieu ne le voulait pas. C’est ce qui a causé la perte d’une partie de sa famille, et qui a failli causer la sienne. S’il avait laissé entrer le péché dans son cœur, lui aussi aurait été perdu avec les autres. Je voudrais relire dans la Genèse quelques versets qui nous montrent la position de ces deux hommes. Dans la Genèse, au chapitre 6 et au verset premier, il nous est dit ceci : « Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu (ce sont les esprits célestes, les anges) virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent. » C’était vraiment la consommation de l’abomination la plus épouvantable. Cela se passe encore aujourd’hui : les hommes et les femmes peuvent avoir des contacts avec des démons ou inversement, des démons avec des hommes ou des femmes. Pour le Seigneur, c’est la consommation même des abominations les plus grandes. « Alors l’Eternel dit : Mon Esprit ne contestera pas toujours avec l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. » Et au verset 5 : « L’Eternel vit que la méchanceté des hommes étaient très grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. » Vous rendez-vous compte, toutes les pensées, chaque jour, uniquement vers le mal ? Vous voyez à quel point la méchanceté des hommes était devenue grande ! « L’Eternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la terre, et il en fut affligé dans son cœur. » C’est une expression qui me touche, quand je pense que l’Eternel, ce Dieu glorieux, ce Dieu plein d’amour et de miséricorde, avait prévu des choses si merveilleuses pour sa créature, un Paradis terrestre merveilleux ! Les meilleures choses de Sa création étaient réservées à l’homme qu’Il avait créé et qu’Il aimait. Et là, on voit Dieu affligé dans son cœur. Dieu était triste dans son cœur de voir la situation du monde. Et je suis sûr, bien-aimés, qu’aujourd’hui, le cœur du Seigneur est affligé quand Il voit la situation du monde, parce que nous sommes dans des temps qui ressemblent aux temps de Noé et aux temps de Lot. Jésus a dit que juste avant son retour il en serait comme du temps de Noé et de Lot. Cela va ressembler à la situation du temps de Noé et du temps de Lot à Sodome. A part un petit nombre de justes comme Noé et comme Lot, nombre connu de Dieu seul, tout autour c’est une mer d’impuretés, de violences et de crimes, dont les flots vont en grossissant de plus en plus. Et Dieu s’afflige.

Le Seigneur n’est pas heureux d’envoyer la destruction et le jugement. Il n’est pas heureux, Il s’afflige, Il ne peut pas faire autrement. Il voudrait que tous les hommes soient sauvés. Il a patienté des dizaines et des centaines d’années. Quand Noé a commencé son arche avec les moyens de l’époque, ça a duré au moins une centaine d’années pour la construire. Pendant toute cette période, les hommes voyaient Noé, ils entendaient sa prédication de la justice, ils entendaient ses appels, et ils se moquaient. Ils se moquaient de ce vieux qui leur annonçait des choses folles, alors qu’ils auraient dû être percés dans leur cœur par un esprit de repentance et se prosterner devant l’Eternel. Je continue au verset 7 : « Et l’Eternel dit : J’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles et aux oiseaux du ciel ; car je me repens de les avoir faits. Mais Noé trouva grâce aux yeux de l’Eternel. Voici la postérité de Noé. Noé était un homme juste et intègre dans son temps ; Noé marchait avec Dieu. » Voilà, bien-aimés, la position de l’Epouse de Jésus aujourd’hui : elle est juste, intègre et elle marche avec Dieu. Etre juste et intègre ne suffit pas, parce que Lot était juste et intègre, mais il n’a pas marché avec Dieu. Alors que Noé était juste et intègre et il marchait avec Dieu. Marcher avec Dieu, c’est accompagner Dieu et être partout où Dieu veut que nous soyons. Marcher avec Dieu, nous dirions marcher par l’Esprit du Seigneur, ne veut pas dire être parfait en tout point, cela veut dire simplement avoir un cœur tout entier pour le Seigneur. Etre intègre veut dire être tout entier pour le Seigneur, éviter tout péché. Nous avons l’énorme, le merveilleux privilège d’avoir le sang de Jésus. Quelquefois, je pense que nous ne mesurons pas la valeur du sang de Jésus à sa grandeur réelle. Nous sommes un peu comme le souverain sacrificateur de l’ancien testament qui entrait dans le lieu très-saint en tremblant, une fois par an. Alors qu’aujourd’hui, dans Sa grâce infinie, le Seigneur nous permet, par le sang de Jésus, de nous approcher du trône du lieu très-saint, en permanence, quand nous le voulons. Si nous voulons nous approcher du lieu très-saint et y entrer pour être en communion avec Dieu, nous ne le faisons pas sur la base de nos mérites, de nos perfections, de ce qu’on a fait pour le Seigneur, rien de tout cela ne nous rapproche du Seigneur.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas être rempli de mérites pour Dieu, de dons, de fruits, etc. Mais ce n’est pas cela qui nous rapproche du Seigneur. Le Seigneur dit dans l’épître aux Hébreux, au chapitre 4 et au verset 16 : « Approchons nous donc avec assurance du trône de la grâce. » Nous nous approchons grâce au sang de l’agneau, ce sang qui nous recouvre, qui efface tous nos péchés, quand nous avons le désir de ne pas marcher dans le péché, quand nous les reconnaissons devant Dieu, et quand nous nous humilions lorsque le Saint-Esprit nous montre le péché dans nos vies. Cela va de soi, évidemment, quand nous nous approchons du trône de la grâce alors que nous vivons dans le péché, c’est la pire abomination. On ne pénètre pas dans le lieu très-saint avec un vêtement souillé. Mais quand nous sommes humbles devant Dieu, reconnaissant nos manquements, et nos péchés, en disant : « Seigneur je les confesse et je me mets sous ton sang », le sang de Jésus suffit, le sang de Jésus nous donne un plein accès au trône de la grâce. A ce moment-là, tu n’es plus coupable de quoi que ce soit devant Dieu. Souvent cet esprit de culpabilité nous tenaille. On a du mal à imaginer que Dieu nous accepte, sachant ce qu’il y a encore dans nos vies comme imperfections, comme choses qui ont besoin d’être redressées. Et cela nous empêche d’avoir de l’assurance, parce que quelque part dans notre conscience on veut s’approcher du Seigneur par notre propre mérite. On dit : « Seigneur tu vois, aujourd’hui j’ai eu une journée pas trop mauvaise ! J’ai vraiment fait des efforts, Seigneur. Aujourd’hui, j’ai fait un effort et ce n’était pas trop mal. Alors, dans la prière, nous allons avoir un peu plus d’assurance pour m’approcher de toi ! » Mais ce n’est pas cela l’évangile de grâce. Il faut simplement dire : « Seigneur, j’ai envie, je désire m’approcher de Toi. Tel que je suis, je te demande pardon pour mes insuffisances, pour mes manquements, pour mes péchés et je crois que le sang de Jésus me donne une pleine entrée, parce que Jésus a payé pour moi. » J’entre dans le lieu très-saint avec une pleine assurance, joyeuse, que mon Père m’attend et qu’il n’y a aucune séparation entre Lui et moi. Voilà la justice du Seigneur. C’était la justice de Noé en son temps. Noé marchait avec Dieu, avec la lumière qu’il avait à l’époque. Il marchait dans la communion avec son Seigneur. Il a construit une arche. Il y a fait rentrer sa famille : sa femme, ses trois fils et les trois femmes de ses trois fils. Ils ont tous été sauvés. C’est un encouragement pour nous. Vous voyez que la condition, c’est simplement de marcher avec le Seigneur et de lui faire confiance, d’être trouvé intègre et juste devant Lui par le sang de Jésus-Christ et par la grâce que Dieu nous donne en Jésus. Marche avec Dieu, tu seras sauvé toi et toute ta famille. Marche avec Dieu dans la justice et dans la sainteté, et Dieu ne manquera pas de sauver tous les membres de ta famille, aussi loin que va ta foi. Si tu as la foi pour tes cousins du troisième degré, ils seront touchés par ta foi, car ils font partie de ta famille. Si tu crois seulement pour tes enfants, tes frères et sœurs et tes parents, ce seront eux qui seront sauvés. Tu seras sauvé toi et ta famille, si tu es juste et intègre devant le Seigneur et si tu marches avec Dieu. C’est une promesse certaine. Recevons-là dans nos cœurs et ne la quittons pas, parce que c’est par la foi que cela nous est donné. C’est par la foi. Un peu plus loin, au chapitre 18, l’Eternel apparaît à Abraham avec deux anges et lui annonce ce qui va se passer. Il dit donc, dans Genèse 18 au verset 20 : « L’Eternel dit : le cri contre Sodome et Gomorrhe s’est accru, et leur péché est énorme (c’était la même chose que du temps de Noé, là c’était le cri de la terre entière. Ici c’était le cri de deux villes et de toutes leurs régions, c’étaient des villes abominables). C’est pourquoi je vais descendre, et je verrai s’ils ont agi entièrement selon le bruit venu jusqu’à moi, et si cela n’est pas, je le saurai. » Abraham intercède pour la ville et il pousse le Seigneur dans ses retranchements. Il dit : « Seigneur, s’il y a cinquante, trente, vingt, dix justes, est-ce que Toi le Seigneur, tu vas quand même détruire cette ville, si tu y trouves dix justes Seigneur ? » Et le Seigneur à chaque fois lui répond : « Je ne la détruirai pas. » Abraham descend jusqu’à dix. Il n’a pas été plus bas. Il dit au verset 32 : « Que le Seigneur ne s’irrite pas », il craignait que le Seigneur se fâche !

Mais le Seigneur ne se serait pas fâché, bien-aimés. Je crois que si Abraham avait continué à intercéder jusqu’à un juste, Dieu aurait dit : « Si j’y trouve un seul juste, je ne la détruirai pas. » C’est ce qu’il a fait en réalité. Il n’a pas détruit Sodome tant que Lot y était. Un seul juste ! Et c’est aussi pour moi une indication que les jugements de la fin des temps, de l’Apocalypse, ne viendront pas sur la terre tant que l’Epouse ne sera pas enlevée. Pour Noé, comme pour Lot, le jugement n’est venu que lorsque ce petit peuple de justes a été arraché à ce monde mauvais pour être soit préservé dans l’arche, soit écarté de la ville qui allait être détruite. Le déluge n’est pas tombé avant que Noé soit dans l’arche, la destruction n’est pas arrivée avant que Lot soit hors de la ville ! De même la grande tribulation ne s’abattra pas avant que l’Epouse ne soit enlevée. Donc Dieu ne détruira pas cette terre tant qu’il s’y trouvera encore un seul membre de son Eglise, de son Epouse. Abraham s’arrête à dix, mais le Seigneur est allé plus loin. Au chapitre 19, on voit les anges arriver à Sodome. Ils vont dormir chez Lot. Lot était à la porte de Sodome et il voit venir les deux anges. A cette époque, comme encore aujourd’hui chez certains peuples, l’hospitalité était quelque chose de sacré. Lot les accueille chez lui. Lot était à la porte de la ville parce que c’est à la porte qu’étaient les notables. Les notables étaient à la porte et jugeaient les gens qui entraient et qui sortaient ou qui demandaient un jugement. Rappelez-vous : Abraham avait demandé à Lot de choisir : « Est-ce que tu veux la montagne ou est-ce que tu veux la plaine ? » Lot a regardé et il a vu que la montagne était aride. Il a vu que la plaine du Jourdain, où étaient Sodome et Gomorrhe, était une riche plaine, bien arrosée, fertile. Lot a commencé à faire le mauvais choix. Il a choisi de descendre plutôt que de monter, comme un chrétien juste qui commence à marcher dans la défaite. Vous voyez, au lieu de monter, au lieu de rester sur la montagne avec le Seigneur, il choisit de descendre, parce qu’il y avait l’attrait des richesses de ce monde. Le cœur de Lot a commencé à être attiré. Il a commencé à planter ses tentes en direction de Sodome, puis il est allé s’installer dans Sodome, et ensuite il est devenu notable à Sodome. Il se disait peut-être dans son cœur : « J’ai un témoignage à donner, je vais y aller pour rendre témoignage et essayer d’en sauver ! » Mais ce n’était pas le plan du Seigneur. Ce n’est pas comme cela que le Seigneur voulait qu’il agisse. J’entends certaines personnes me dire : « Il me semble que le Seigneur me demande de rester dans cette église impie et apostate, parce que j’ai encore un témoignage à donner. » C’est possible que ce soit le cas pour certaines personnes, mais je pense plutôt que dans ces temps de la fin, le Seigneur les appelle à partir. Ce qui ne les empêche pas de témoigner puissamment à ceux qui veulent écouter leur témoignage. Mais être là, plongé au milieu de cette ville impie, et en devenir un notable, tout en conservant encore son cœur juste, cela nous montre la position de compromis de Lot. Il n’a pas été comme Abraham, qui est resté sur la montagne à contempler le pays dans la présence de l’Eternel. Alors les anges dirent à Lot, au verset 12 du chapitre 19 : « Qui as-tu encore ici ? Gendres, fils et filles et tout ce qui t’appartient dans la ville (c’est-à-dire tous ceux qui faisaient partie de la maison de Lot, ce qui incluait serviteurs, servantes, famille au sens large), fais-les sortir de ce lieu. Car nous allons détruire ce lieu, parce que le cri contre ses habitants est grand devant l’Eternel. L’Eternel nous a envoyés pour le détruire. Lot sortit, et parla à ses gendres qui avaient pris ses filles : Levez-vous, dit-il, sortez de ce lieu, car l’Eternel va détruire la ville (vous voyez qu’il dit des paroles justes qui viennent de Dieu). Mais aux yeux de ses gendres, il parut plaisanter. » Lot n’avait pas un témoignage puissant, parce qu’il vivait dans le compromis : il s’était marié à une fille du pays, ce qu’il n’aurait pas dû faire, il a eu des enfants, qui avaient déjà des liens avec des familles impies. Les gendres, ce sont des hommes de Sodome qui avaient épousé ses propres filles. Il avait plusieurs filles, deux qui n’étaient pas mariées, qu’il va réussir à sauver avec lui, et d’autres, on ne sait pas combien, qui étaient mariées à des hommes de Sodome, puisque c’étaient ses gendres. Alors il leur parle et il parut plaisanter. Et au verset 15 : « Dès l’aube du jour, les anges insistèrent auprès de Lot (de même que le Saint-Esprit insiste aujourd’hui dans la terre entière et dans le cœur des justes qui vivent encore dans des positions de compromis dans le monde. Il insiste le Seigneur !), en disant : Lève-toi, prends ta femme et tes deux filles qui se trouvent ici. » Puisque les autres membres de la famille et de la maison ne voulait pas venir, les anges insistent et lui demandent de prendre sa femme et ses deux filles vierges, qui ne sont pas encore mariées. Il avait encore une autorité paternelle sur elles. Elles n’étaient pas mariées, il pouvait les prendre, c’est ce qu’il a fait. Les anges ont dit : Fuis, « de peur que tu ne périsses dans la ruine de la ville. Et comme il tardait… » c’est triste de voir cela, que même dans cette situation d’extrême urgence où Dieu envoie deux anges pour parler à Lot et pour lui dire sauve-toi et ta famille, il tardait… Qu’est-ce qu’il faisait ? Peut-être est-il allé à son coffre-fort pour compter ses billets, pour voir ce qu’il pouvait emmener, ou voir ce qu’il pouvait ramasser comme bagages et comme bijoux. Il tardait ! Il ne faut pas que nous soyons de ceux qui tardent devant les jugements qui vont s’abattre sur ce monde. Cela montre que dans le cœur de Lot il y avait encore des compromis. Malgré sa justice (c’était un homme qui aimait Dieu), il faisait des choses qui sentaient fort le compromis. « …et comme il tardait, les hommes le saisirent par la main, lui, sa femme et ses deux filles, car l’Eternel voulait l’épargner, ils l’emmenèrent, et le laissèrent hors de la ville. Après les avoir fait sortir, l’un deux dit : Sauve-toi, pour ta vie ; ne regarde pas derrière toi, et ne t’arrête pas ». C’est aussi une parole pour l’Eglise du Seigneur, ne regarde pas derrière toi, et ne t’arrête pas. Cela me fait penser à la parole de Paul qui dit aux Philippiens : « le regard fixé sur Jésus, je ne regarde pas en arrière et je cours les yeux fixés sur le but », c’est-à-dire fixés sur le Seigneur, sans s’arrêter, sans se laisser arrêter par quoi que ce soit. Il courait vers le but sachant quelle était sa récompense. « Lot leur dit : Oh ! non, Seigneur ! » Vous voyez encore la réponse de Lot ! Au lieu de courir vers la montagne avec sa femme et ses deux filles, il dit : « Oh Seigneur, non ! » Il fait preuve d’incrédulité : « Je ne vais pas y arriver ! » Il est en train de gémir en disant qu’il n’allait pas y arriver. Mais Dieu aurait attendu qu’il y arrive, bien-aimés, il aurait attendu ! S’il était allé en courant avec sa famille, de toutes ses forces, le Seigneur l’aurait attendu. Lot va se réfugier dans une petite ville, un petit village qui est là. Le Seigneur lui fait encore grâce. Ce petit village appartenait à la contrée de Sodome, il aurait dû être détruit aussi. Mais parce que Lot s’y est réfugié, il n’a pas été détruit. Par contre la femme de Lot, qui s’est retournée, a été changée en statue de sel. Son cœur était attaché à ce qu’elle laissait derrière et elle n’a pas été sauvée. Elle a été détruite avec le déluge de feu. Cela nous fait penser à ce que je lisais au début dans Luc 17 : « Que celui qui est là ne retourne pas en arrière pour chercher ses vêtements, l’un sera pris, l’autre laissé. De deux qui sont dans un champ, l’un sera pris, l’autre sera laissé. De deux qui sont dans le même lit, l’un sera pris, l’autre laissé. » Pourquoi l’un sera pris ? Parce que c’est un juste qui attend le Seigneur. Pourquoi l’autre est laissé ? Parce que son cœur est attaché à ce monde mauvais, dont il a pris l’esprit. Il n’est pas tout entier vers le Seigneur. Le péché est entré dans le cœur de ceux qui sont restés derrière et qui ont été détruits par le jugement. C’est le cas de la femme de Lot. Elle aurait pu être sauvée, mais son cœur n’était pas au Seigneur, son cœur n’était même pas avec son mari. Elle a été perdue. Vous savez ce qui est arrivé ensuite à Lot, avec ses deux filles qui lui restaient ? Par des choses abominables, elles ont été mères, par leur propre père, de deux populations, les Ammonites et les Moabites, qui par la suite des temps, ont été les pires ennemis d’Israël. Vous voyez que Lot a été sauvé, mais à cause de ses compromis, parce qu’il ne marchait pas avec Dieu, sa vie terrestre a été une vie de défaite. Non seulement il n’a pas sauvé la plus grande partie de sa famille, puisqu’il a sauvé seulement ces deux filles vierges, mais encore ces deux filles, qui ont été sauvées par la justice de leur père, n’avaient pas un cœur droit. Elles ont été les mères de deux peuples qui ont été les ennemis d’Israël par la suite. Tout cela est la conséquence de l’attitude de Lot. Vous voyez donc que, bien que nous soyons considérés comme justes par Dieu grâce au sang de Jésus-Christ et grâce à la confession que nous avons faite de nos péchés, il est possible d’avoir une vie de défaite. Tout ceci montre bien qu’il est possible d’être enlevé de justesse, in extremis, comme au travers du feu, après avoir vécu une vie de défaite, de compromis. Dieu voudrait pour nous une vie de victoire, pour que nous parvenions à l’enlèvement dans des conditions victorieuses. Lot a été sauvé comme au travers du feu. Nous ne devons pas imaginer que cette situation plaît au Seigneur. Si nous sommes justes devant Dieu, parce que nous avons accepté le Seigneur comme notre sauveur et que nous avons confessé nos péchés, nous pouvons finalement vivre dans ce monde dans une position relativement facile, au milieu des païens perdus. Je ne parle pas d’une présence physique au milieu du monde, mais de la présence de notre cœur au milieu du monde. Lot était au milieu de Sodome, parce que son cœur n’était pas entièrement à l’Eternel. Et c’est cela que Dieu condamne. Je reviens à Luc pour terminer. Soyons de ceux qui répondent à cet appel de Jésus dans Luc 17, au verset 33 : « Celui qui cherchera à sauver sa vie la perdra… ». Si tu cherches à faire ta volonté personnelle et non la volonté du Seigneur, si ton cœur n’est pas tout entier pour le Seigneur, intègre et droit pour marcher uniquement avec Dieu, alors tu risques de perdre ta vie. Non seulement tu le risques, mais si tu cherches à sauver ta vie par tes propres moyens, tu la perdras.

Jésus poursuit : « …et celui qui la perdra la retrouvera ». C’est le principe spirituel de toute la Parole du Seigneur. Je voudrais conclure là-dessus parce que c’est important. Si nous voulons faire partie de l’Epouse du Seigneur qui va être enlevée à la fin des temps, quand Jésus va revenir, nous devons garder dans notre cœur ce principe spirituel de la Parole : « Celui qui perdra sa vie la retrouvera ». Demandons au Seigneur qu’Il illumine les yeux de notre cœur sur cette parole de Jésus,: « Celui qui veut garder et sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie la retrouvera ». Cela concerne celui qui accepte pleinement Jésus-Christ, de manière à ce qu’il n’y ait plus rien, de sa vie passée et du monde, à quoi il soit attaché. C’est cela perdre complètement notre vie. La perdre entièrement par une mort complète, une mort totale. Vous savez ce que Jésus a dit dans Luc 14:27 : « Quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut pas être mon disciple ». Celui qui ne vit pas en permanence dans la mort de Jésus-Christ, par rapport à ce monde qui nous entoure, par rapport à notre vie passée, celui-là ne peut pas recevoir la vie de résurrection du Seigneur et marcher dans la victoire. Ce n’est pas possible. Un cœur partagé ne peut pas recevoir du Seigneur la plénitude. « Celui qui la perdra la retrouvera ». Comparons ce que nous perdons à ce que nous gagnons, c’est-à-dire la présence même du Seigneur, la vie éternelle, la Jérusalem céleste et l’enlèvement pour toujours avec le Seigneur. Mais que perdons-nous ? Pouvez-vous faire la comparaison, pouvez-vous évaluer la valeur de la comparaison ? Pourtant tant d’hommes penchent du mauvais côté, font le mauvais choix ! Tant de Chrétiens aussi penchent du mauvais côté et font le mauvais choix. Tant de Chrétiens gardent un pied ou une main dans ce monde, ou des choses qui les intéressent profondément dans ce monde, des choses auxquelles ils sont attachés, comme Lot ou comme la femme de Lot. Voulez-vous faire partie de ceux qui seront pris ? Moi aussi je le veux ! Restons dans la foi, dans la simplicité de la foi, dans la justice, dans la présence du Seigneur, dans la marche avec le Seigneur. Dans la simplicité de la foi, de la foi et de la grâce que Dieu nous donne par le sacrifice de Jésus. Que la mort de Jésus soit constamment en nous, pour que Sa vie se manifeste au travers de nous. Etes-vous d’accord avec cela ? C’est la Parole ! Je crois que le Saint-Esprit nous aide à le comprendre. Paul disait aux Thessaloniciens : « Nous prions continuellement pour vous afin que notre Dieu vous juge dignes de la vocation, et qu’il accomplisse par sa puissance tous les desseins bienveillants de sa bonté, et l’œuvre de votre foi » (2Thessaloniciens 1:11). Il est vrai que le Seigneur sait que nous ne pouvons pas comprendre ces choses avec notre intelligence humaine. C’est par la révélation du Saint-Esprit qu’Il nous fait comprendre ces choses. Et je ne crois pas que la révélation du Saint-Esprit est retenue par Dieu, quelque part là-haut, comme s’Il ne voulait pas nous la donner. Mais je crois que si l’on aime le Seigneur, si l’on veut marcher dans sa victoire, et si l’on prie d’un cœur honnête en disant : « Seigneur, je veux être rempli de la connaissance d’en-haut », je crois que c’est la volonté du Père de le faire. J’ai le cœur dans la joie et dans la foi, de penser que Dieu veut me révéler ces choses, puisque Jésus a dit : « Tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents (donc n’essayons pas de comprendre cela avec notre intelligence humaine), mais tu les as révélées aux petits enfants » (Luc 10:21). Or les petits enfants, ce sont ceux qui ont cette attitude de confiance tranquille en leur Père céleste. Si Lot a pu être sauvé, je dirais presque malgré lui, car il ne s’attendait pas à cette intervention du Seigneur, c’est parce que Dieu a vu que son cœur était juste. Si Dieu a sauvé Lot, comme Noé, comme Abraham, le père de la foi, et tant d’autres, qui étaient des hommes comme vous et moi, et qui ont eu leur cœur entièrement attaché au Seigneur, malgré leurs faiblesses et leurs problèmes, ne croyez-vous pas que Dieu n’agira pas en notre faveur pour nous révéler ces choses et nous permettre d’y marcher ? Moi je le crois ! Je dis : « Seigneur, j’ai le cœur simple devant toi. Tu sais que ce n’est pas en réfléchissant avec mon intelligence que je vais y arriver. Tu me fais lire ta Parole par l’Esprit. Je te prie, Seigneur, que constamment tu me révèles les choses d’en haut, les choses qui sont dans ton cœur, ce que tu veux que je fasse, dans quelle attitude tu veux que je marche. » Je crois que le Seigneur le fait. Il le fait parce qu’Il l’a fait pour d’autres. Il veut le faire pour moi, Il veut le faire pour toi. Il faut que nous ayons dans notre cœur cette confiance d’enfant envers notre Papa céleste. « Seigneur je ne suis qu’un petit enfant, de moi-même je ne peux rien faire. » C’est comme si tu demandais à un petit enfant d’aller suivre un cours à l’Université, il ne le pourrait pas. Mais un petit enfant est capable d’avoir confiance en son Papa qui l’aime. Un petit enfant est capable de très bien faire cela. Ne l’avez-vous pas remarqué pour vos propres enfants ? Un petit enfant est capable de faire confiance à ses parents qui l’aiment. A combien plus forte raison devons nous placer notre confiance dans notre Père céleste qui nous aime tant ! Vous voyez avec quel désir le Seigneur voulait sauver tous ceux dont nous avons parlé. Avec quelle puissance Dieu est intervenu pour les arracher au feu ! Soyons comme eux. Soyons justes et honnêtes devant le Seigneur. Etre honnête et être juste, cela va très bien ensemble. Cela veut dire : « Seigneur, je reconnais mes fautes. Je reconnais mes manquements. Je reconnais mes incapacités. Je reconnais mes impossibilités. Je reconnais mes problèmes, mes difficultés. » Et quand tu fais cela devant le Seigneur, quand tu reconnais tes impossibilités, tu es en bonne position pour recevoir la puissance de Dieu. C’est pour cela que Dieu nous met dans des problèmes insolubles. Il nous met dans des problèmes insolubles pour nous montrer que de nous-mêmes, nous ne pouvons pas les résoudre. Quand nous sommes dans une impossibilité, nous levons les yeux en disant : « Papa je ne peux pas, je ne peux plus ! » Et Dieu intervient par Sa puissance de vie. Il va se glorifier ! Alors n’ayons pas peur de nos impossibilités. Au contraire, faisons-en des occasions pour Dieu d’intervenir. Ayons peur simplement de notre manque de consécration et de notre désir de flirter avec le péché. Oui, cela je dois le craindre. Mais je ne crains pas mes impossibilités humaines, ce sont des atouts entre les mains de Dieu. Dieu se sert des choses viles et méprisées de ce monde pour confondre les sages. Plus tu es incapable aux yeux des hommes, et plus Dieu va pouvoir manifester Sa gloire dans ta vie. Jésus l’a dit à propos du jeune homme riche, qui a refusé son salut parce qu’il lui manquait une chose. Lui aussi n’a pas lâché dans son cœur l’amour pour ses grands biens, et il est passé à côté du salut. Et les disciples ont dit : « Qui peut être sauvé ? Jésus répondit : ce qui est impossible aux hommes, est possible à Dieu » (Luc 18:26). Si ce jeune homme riche avait ouvert son cœur à la grâce du Seigneur, il aurait reçu l’aide du Seigneur. Prions : « Seigneur, je veux simplement me reposer sur toi maintenant  dans ta grâce et ta miséricorde. Seigneur, grande est ta miséricorde quand je vois l’histoire de Lot, et que je vois à quel point tu es intervenu pour l’arracher à cette ville avant que tes jugements tombent. A combien plus forte raison tu peux garder ceux qui s’attachent à toi, pour marcher avec toi, comme Noé l’a fait, lui qui était seul juste de son temps ! Seigneur, je te prie pour que nos yeux soient constamment fixés sur ta toute-puissance, ta bonté et ta miséricorde. Que nous te laissions agir dans nos vies, parce que nos cœurs sont tout entiers à toi. A chaque jour suffit sa peine. Pour demain, tu as déjà prévu de bonnes choses pour nous. Tu vas renouveler demain matin tes compassions pour nous. Seigneur  maintenant je m’incline devant toi. Je te demande de continuer à me remplir de la foi d’en haut, de la révélation des choses d’en haut, de la révélation de ta Parole, de la puissance d’en haut, pour marcher par l’esprit. J’ai besoin de toutes ces choses, Seigneur. Elles viennent de toi, ce sont des dons parfaits qui viennent de toi. J’ouvre simplement mon cœur pour que tu me les donnes, Seigneur. Je prends tout ce que tu me donnes, parce que je sais que tu donnes avec abondance. Je te remercie de le faire pour mes frères et mes sœurs, pour que nous soyons remplis de toi. Je te bénis Seigneur. Fais aussi de nous des instruments puissants pour parler aux autres et pour leur montrer ta grâce en nous. Seigneur je te remercie dans le nom de Jésus-Christ. Soit loué, soit béni mon Dieu. Amen ! »

                      Jésus revient très bientôt pour enlever son Epouse

             Préparons-nous , avant les jugements qui vont s’abattre sur le monde.

Le retour du Seigneur est proche. Il doit vraiment être très proche. Certains peuvent dire : « Cela fait des années que l’on entend parler du retour du Seigneur, des siècles, deux mille ans, que l’on entend cela ! » Sans parler des moqueurs qui nous disent :Depuis que l’Eglise parle du retour de ton Seigneur, il y a longtemps qu’Il aurait dû revenir ! Ce n’est pas avant mille ans au moins ». Certains chrétiens n’attendent même pas le retour du Seigneur. Dans certaines églises, on ne parle jamais du retour du Seigneur, on parle de « l’espérance, un jour, du retour en gloire de Jésus », mais c’est faible pour fortifier notre foi et pour nous préparer à Son retour. Si Jésus revient cinq minutes après la fin de cette réunion ou au cours de cette réunion, es-tu sûr de partir avec Lui ? J’espère que tu n’as pas envie de rester sur cette terre ! Nous devons ardemment désirer partir à la rencontre du Seigneur. Certains disent : « Vous dites que Jésus revient bientôt et qu’Il va descendre du ciel à notre rencontre, puis Il nous fera remonter vers Lui pour retourner encore au ciel. Mais pourquoi ne reste-Il pas là-haut ? » « Pourquoi ne reste-Il pas là haut, pourquoi prend-Il toute cette peine de venir faire tout ce trajet ? » Quand on a des raisonnements humains, ce discours semble logique mais ce n’est pas du tout en accord avec la pensée du Seigneur. Jésus veut venir à la rencontre de son Epouse, Il veut l’accueillir et l’emmener avec Lui, c’est une grâce qu’Il lui fait. C’est une joie pour l’Epouse de savoir que l’Epoux va venir à sa rencontre, comme dans l’Ancien Testament Isaac dans les champs allait à la rencontre de sa fiancée qui arrivait sur un chameau. Nous, nous serons portés par les ailes du Saint-Esprit et les anges du Seigneur. Je commencerai par lire un verset du livre des Actes des apôtres, au chapitre 1. Jésus était en train de donner Ses dernières paroles avant de monter au ciel et Il demande aux apôtres d’attendre de recevoir la puissance du Saint-Esprit avant de commencer à évangéliser. Il leur dit, au verset 8 : « Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous et vous serez mes témoins à Jérusalem d’abord, dans toute la Judée, la Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre ». Jésus leur fait la promesse qu’ils vont recevoir le Saint-Esprit venant sur eux avec puissance, pour les remplir et faire d’eux des témoins. Le problème, ce n’est pas de témoigner ; il y a des chrétiens qui passent leur temps à dire : « Il faut que je témoigne. » Mais es-tu rempli du Saint-Esprit pour témoigner selon ce que le Saint-Esprit te dit de faire ? Jésus a pris la peine de leur dire : « Ne bougez pas et ne faites rien tant que vous ne serez pas remplis du Saint-Esprit. » Il voulait que le Saint-Esprit prenne la direction de leurs vies et de leurs témoignages et qu’ils collaborent par la foi à ce que le Saint-Esprit leur demanderait de faire. Quand le Seigneur nous parle dans sa Parole, le Saint-Esprit que nous avons reçu en nous, et qui est en nous, va nous expliquer, nous conduire dans les plans du Seigneur. « Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu’ils le regardaient » (verset 9). Dans un autre passage, il est dit qu’après sa résurrection, Il a contacté plus de cinq cents personnes à la fois. C’était sur la montagne des Oliviers. Imaginez plusieurs centaines de disciples sur cette montagne. Jésus leur donne Ses dernières paroles et devant tous, Il va commencer à monter. Il n’a pas disparu comme un éclair, ils L’ont vu monter. « Il fut élevé pendant qu’ils le regardaient et une nuée le déroba à leurs yeux ». Jésus a pris un certain temps pour monter : un nuage l’a caché et les disciples ne l’ont plus vu. Ils étaient là, bouche bée, c’était la première fois qu’ils voyaient cela ! Imaginez un peu, c’est très fort : le Seigneur est en train de leur parler, ensuite Il ne s’est pas volatilisé, Il n’a pas disparu tout d’un coup comme lorsqu’ils étaient dans leur maison avec les apôtres. Sous leurs yeux, Jésus est monté, puis une nuée L’a caché. Nous savons que nous allons monter dans les cieux, exactement comme Lui est monté, alors qu’Il nous attendra sur les nuées. « Il fut élevé pendant qu’ils le regardaient et une nuée le déroba à leurs yeux. Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu’Il s’en allait, voici deux hommes vêtus de blanc leur apparurent et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel ». C’est une parole claire et certaine : Jésus, que les disciples ont vu monter majestueusement dans les cieux, sous leurs yeux, reviendra de la même manière. Il descendra à notre rencontre dans les nuées pour nous prendre avec Lui avant les grands jugements qui ont déjà commencé à s’abattre sur terre. Le temps de la colère de Dieu approche. Dieu est un Dieu d’amour et de justice puisqu’Il est amour, mais Il est un Dieu saint et le temps de sa patience arrive à la fin. Depuis deux mille ans, Il a envoyé son Fils, ensuite son Eglise. Les anges, les prophètes, nous tous, en tant que témoins de Jésus, nous avons reçu dans notre cœur ces paroles : le Seigneur Jésus va venir nous chercher et nous prendre avec Lui avant ces jugements terribles qui vont tomber sur la terre pour la détruire par le feu. Croyez-vous que Jésus va laisser son Epouse au milieu de ces cataclysmes qui vont s’abattre ? Ces cataclysmes ne sont pas des persécutions. Parce que nous vivons dans la sanctification et la sainteté, nous avons déjà connues les persécutions. Le Seigneur te dit : Si tu veux vivre saintement, tu seras persécuté. « Tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés » (2Timothée 3:12). Nous pouvons remercier le Seigneur que dans notre pays ce n’est pas comme dans certains pays où l’on met à mort les chrétiens, on les torture, on les emprisonne, on les prive de leurs enfants, etc. Cela s’est passé de tout temps, cela se passera peut-être encore chez nous mais pour l’instant, nous pouvons encore respirer, même s’il y a des moqueries et des persécutions. Les jugements de Dieu viennent parce que la terre s’est écartée complètement du Seigneur. La patience de Dieu est arrivée au bout. Il y a maintenant un jugement qui vient, qui est décrit dans l’Apocalypse et dans d’autres passages. Le Seigneur veut enlever son Epouse pour l’avoir avec Lui et lui éviter ces jugements. L’Epouse n’est pas destinée au jugement, elle est destinée à être unie pour toujours avec le Seigneur dans les cieux, à passer par les noces de l’Agneau et à rester avec son Seigneur pour l’éternité. Le Seigneur veut ôter de cette terre son Epouse qui l’attend, avant l’arrivée des grands jugements de la fin, comme Il a retiré Noé et Lot des jugements par l’eau et par le feu. Dans 1 Thessaloniciens, au chapitre 4 et aux versets 9 à 12, Paul dit : « Pour ce qui est de l’amour fraternel, vous n’avez pas besoin qu’on vous en écrive ; car vous avez vous-mêmes appris de Dieu à vous aimer les uns les autres, et c’est aussi ce que vous faites envers tous les frères de la Macédoine entière. Mais nous vous exhortons, frères, à toujours plus abonder dans cet amour, et à mettre votre honneur à vivre tranquilles (nous sommes appelés à vivre tranquilles, dans la paix), à vous occuper de vos propres affaires et à travailler de vos mains, comme nous vous l’avons recommandé, en sorte que vous vous conduisiez honnêtement envers ceux du dehors et que vous n’ayez besoin de personne ». Au sens spirituel, nous avons besoin les uns des autres, mais ici, Paul parle de besoins matériels et financiers. Pratiquement, il leur dit : « Vous devez travailler de vos mains, vivre tranquillement, honnêtement. Vous ne devez avoir besoin de personne ». Les chrétiens « pique-assiette » qui passent leur temps à soutirer les finances des autres, sous prétexte de charité chrétienne, cela ne doit pas exister dans l’Eglise de Jésus-Christ. Il faut les reprendre sévèrement et leur dire : « Ce que tu fais là n’est pas normal ». Si un chrétien est en train de mourir de faim, je veux l’aider bien-sûr. Cela arrive, il y a des chrétiens qui meurent de faim. Dans notre pays, il peut arriver que des chrétiens soient vraiment dans la difficulté.. Mais il y a des chrétiens qui, sous prétexte qu’ils sont dans le besoin, viennent toujours chez les autres au moment du repas et ensuite demandent de l’argent. Ce sont des choses qui ne doivent pas exister dans l’Eglise du Seigneur. Il faut que nous, chrétiens, nous puissions prendre ces frères et sœurs à part, leur parler avec amour et leur dire : « Il y a sûrement un problème entre toi et Dieu, cela ne peut pas continuer comme ça ». Dans 1 Thessaloniciens, au chapitre 4 et au verset 12, Paul exhorte les frères et les sœurs à vivre tranquilles, à travailler de leurs mains, puis au verset 16 il dit que la dernière trompette va annoncer l’enlèvement, alors que ces frères et sœurs seront en train de travailler. Pour moi, cela montre que le retour de Jésus va être dans un contexte où nous chrétiens, nous serons en train de poursuivre nos activités de tous les jours. Nous sommes prêts à partir, mais nous continuons à nous occuper de nos activités journalières. Nous allons poursuivre nos affaires tranquillement et la dernière trompette va nous prendre en train de travailler. Nous n’allons pas tout arrêter, comme cela est arrivé dans le cas d’une secte qui disait : « Jésus revient, tout le monde doit vendre ses biens ». Ils sont tous allés à Jérusalem, ou sur une montagne des environs, et ils ont attendu… Il ne s’est rien passé et ils ont tout perdu ! Ce n’est pas ce que le Seigneur dit. Le Seigneur nous dit de continuer à travailler. « Nous ne voulons pas frères que vous soyez dans l’ignorance au sujet de ceux qui dorment. (Ceux qui dorment, sont ceux qui sont morts, bien sûr), afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n’ont pas d’espérance ». c’est comme l’histoire d’une sœur  qui était joyeuse et nous dit : « Il y a deux jours ma mère est morte ». Cela m’a un peu surpris de la voir ainsi car elle ne me semblait pas du tout être dans l’état de quelqu’un qui venait de perdre sa mère. En fait, elle réagissait de manière spirituelle. Elle souffrait dans son cœur , mais elle avait l’assurance que sa mère était sauvée. Elle en avait eu la confirmation de la part du Seigneur (cela s’était passé avant que la maman meure, et puis ensuite dans la prière). Le Seigneur lui avait révélé qu’elle n’avait pas à se faire de souci, qu’Il avait repris sa maman. Elle avait la joie du Saint-Esprit qui remplissait son cœur. Elle disait même : « Cela ne me paraît pas normal de réagir comme cela car je suis vraiment dans la paix alors que ceux qui m’entourent s’attendaient à me voir éplorée. J’ai la tristesse d’avoir perdu ma mère parce que je l’aimais beaucoup, mais j’ai la joie dans mon cœur de savoir qu’elle est auprès du Seigneur, qu’elle est bien mieux que nous ici sur la terre ». C’est formidable de pouvoir réagir comme cela spirituellement ! C’est le Saint-Esprit qui le fait dans nos vies. Dans ce passage, c’est exactement ce que dit Paul : « Ne vous affligez pas ». Il ne dit pas : « Ne vous affligez pas du tout ». Il dit : « Ne vous affligez pas comme les autres », ceux de ce monde qui voient la mort comme un épouvantail et qui ne peuvent pas supporter l’idée de voir la mort en face. Quand ils voient la mort en face, ils ont une peur panique et se lamentent puisqu’ils ne vont plus jamais revoir la personne décédée (c’est le cas bien souvent puisqu’ils ne sont pas dans le Seigneur). « Ne vous affligez pas comme les autres qui n’ont pas d’espérance, car si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts ». Le contexte montre bien que Dieu ne va pas ramener tous les morts. Il va ramener les morts en Christ qui étaient des chrétiens nés de nouveau. Si Jésus était revenu alors qu’ils étaient encore vivants, ils auraient été enlevés à sa rencontre. Ils sont passés par la mort avant le retour du Seigneur, mais ils auraient été prêts à monter au ciel si Jésus était revenu de leur vivant. Les chrétiens nés de nouveau, décédés, vont ressusciter et vont revenir avec Lui lorsque le temps du retour du Seigneur sera décrété par le Père. Il est dit, je le répète : « Si nous croyons que Jésus est mort et ressuscité croyons que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts ». Pourquoi Dieu va-t’il les ramener ? Il va les ramener parce qu’Il veut que les Siens soient toujours avec Lui, c’est la première raison. Ensuite quand le Seigneur est venu sur cette terre il y a deux mille ans, Il a annoncé (et les anges l’ont confirmé) qu’Il reviendrait chercher les Siens. Il l’a dit dans l’Evangile de Jean au chapitre 14 et au verset 3 : « Je reviendrai et je vous prendrai avec moi ». Ceux qui sont morts et qui étaient en Christ, qui étaient destinés à l’enlèvement, restent toujours avec Jésus et l’accompagnent partout ; ils vont revenir avec Lui pour reprendre leurs corps ressuscités glorifiés et partir avec nous, les vivants, à la rencontre du Seigneur, partir pour les noces de l’Agneau. Ensuite, à la fin des sept ans de tribulations, nous redescendrons tous avec Lui « avec ses saints », comme il est dit dans l’Apocalypse, pour régner avec Lui pendant mille ans sur la terre en attendant le renouvellement de toute chose : le nouveau ciel, la nouvelle terre et la Jérusalem céleste qui va descendre sur la nouvelle terre. Au moment de l’enlèvement, nous allons partir avec ceux qui sont morts en Christ tandis que Jésus reste dans les nuées attendant son Epouse, et il faut que son Epouse soit complète. Les esprits des personnes mortes chrétiennes qui étaient prêtes vont un instant laisser Jésus dans les nuées et redescendre sur la terre pour récupérer leurs corps ressuscités et partir avec nous à Sa rencontre. L’Epouse est enfin reconstituée, c’est formidable! Paul dit au verset 15 : « Voici en effet ce que nous vous déclarons d’après la Parole du Seigneur, nous les vivants.. » Quand Paul parle de : « nous les vivants », il parle de « nous » les chrétiens qui sommes prêts pour l’enlèvement puisque « nous » ce n’est pas l’ensemble de l’Eglise. Il faut que je le répète et que je le dise clairement : il y a des doctrines fausses qui circulent dans l’Eglise et qui disent qu’à partir du moment où tu as accepté Christ dans ta vie, automatiquement tu vas être enlevé parce que tu fais partie de l’Eglise. C’est faux, ce n’est pas ce que dit la Parole de Dieu. La Parole de Dieu dit que pour être enlevé, il faut avoir accepté Christ comme son Sauveur et Seigneur, il faut être prêt au moment de l’enlèvement, il faut être passé par le baptême d’eau, le baptême de l’Esprit, il faut être en règle avec le Seigneur au moment où tu vas partir. Peux-tu imaginer que Jésus va prendre une Epouse avec certains chrétiens qui vivent dans l’adultère, d’autres dans le péché jusqu’au cou ? Cela arrive qu’un chrétien chute. Cela peut nous arriver de chuter mais si nous chutons nous devons, parce que nous aimons le Seigneur, être sensibles à la voix du Saint-Esprit qui nous dit : « Attention, tu viens de faire une chose qui déplaît au Seigneur, tu es entré dans les ténèbres, demande pardon immédiatement ». Si je demande pardon, le sang de Jésus me lave et je suis restauré dans ma communion avec Dieu. Je suis prêt à repartir pour tout ce que le Seigneur me demande de faire, tout ce qui est venu à la lumière. Ce n’est pas une question de perfection totale atteinte, c’est une question d’être en communion avec Dieu et de n’avoir rien négligé de ce que Dieu m’a demandé de faire au moment où Il revient. Au moment où la dernière trompette va retentir, les chrétiens qui ont vraiment fait une expérience de nouvelle naissance, mais qui ont chuté dans le péché et continuent à vivre et pratiquer le péché, ne partiront pas à la rencontre du Seigneur. C’est clair et net ! Je ne dis pas qu’ils vont perdre leur salut, je dis simplement qu’ils ne seront pas enlevés. Ils vont connaître la période des tribulations, et s’ils restent fidèles, ils vont être mis à mort. L’Antichrist va les torturer et les mettre à mort pendant la période qui va suivre. Ils auront encore une chance de s’en sortir en restant fidèles au Seigneur. Reprenons le verset 15 : « Ce que nous vous déclarons d’après la Parole du Seigneur, c’est que nous les vivants restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts car le Seigneur Jésus lui-même à un signal donné, à la voix d’un archange et au son de la trompette de Dieu (là, je suis persuadé qu’il ne s’agit pas de la dernière trompette de l’Apocalypse, car les trompettes de l’Apocalypse sont pour le temps du jugement, c’est la trompette de l’ange qui rassemble les élus, c’est la trompette qui sonne pour rassembler les élus du Seigneur) descendra du ciel et les morts en Christ (qui l’accompagnaient dans sa descente) ressusciteront premièrement ». Les tombeaux vont s’ouvrir, je ne sais pas exactement comment cela va se passer matériellement mais le Seigneur va récupérer par sa puissance les corps de tous ceux qui ont été dispersés dans la mer, ou dans le feu, puisqu’Il peut recréer à partir du néant. Il va reconstituer ces corps, comme on voit la résurrection des ossements desséchés dans la vallée décrite dans Ezéchiel 37. Par sa puissance, le Seigneur va prendre ces corps qui étaient pourris et corrompus et va les faire revenir à la vie. Mais ils n’auront pas le corps terrestre qu’ils avaient de leur vivant, ils auront un corps nouveau comme le corps glorifié du Seigneur Jésus. Les esprits des corps morts enterrés, vont redescendre avec Jésus et revêtir, par la puissance de Dieu, un corps nouveau, entièrement nouveau. Dieu ne va pas reprendre les éléments anciens pour les rapiécer et faire un corps qui garderait quelque chose du passé. Il va les transformer exactement comme nous avons été transformés par la nouvelle naissance, c’est une recréation. Il va recréer un corps nouveau à partir peut-être des éléments anciens, mais cela va être transformé par sa vie en quelque chose d’immortel. Les corps qui vont ressusciter à ce moment-là seront des corps glorifiés à l’image du corps de Jésus. Jésus n’est pas un esprit désincarné. Actuellement Il a un corps, des os, une chair, mais ce n’est pas un corps, des os, une chair qui sont semblables au corps qu’Il avait avant sa mort. A la résurrection, Il a reçu un corps glorifié. La mort n’a plus de pouvoir sur Lui, c’est terminé. Il est ressuscité dans un corps nouveau et c’est un corps similaire que nous allons recevoir quand le Seigneur va revenir. Un corps de chair et d’os, mais de chair et d’os qui reçoivent la vie éternelle et sur lesquels la mort n’a plus de pouvoir. Il dit donc que ces morts-là vont ressusciter les premiers. Cela va faire une foule immense dans la terre entière ! Au verset 17, il est dit : « Ensuite nous, les vivants, qui serons restés (qui serons prêts au moment de la dernière trompette et du retour du Seigneur), nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur les nuées à la rencontre du Seigneur dans les airs et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles ! » Les morts ont reçu ce corps glorifié qui leur permet d’entrer dans la présence du Seigneur et dans le ciel. De la même manière, il faut que pour nous, les vivants, qui serons sur cette terre au moment de l’enlèvement (il faut le croire et être prêts pour cela), notre corps subisse aussi une transformation parce que nous ne pourrons pas monter avec le corps que nous avons actuellement. La chair et le sang ne peuvent pas hériter du royaume de Dieu, il faut qu’il y ait un changement. Dans 1 Corinthiens, au chapitre 15, au verset 50, il est dit : « Ce que je dis, frères, c’est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu (Il vient de parler de la résurrection de Christ), et que la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité ». Donc lorsque nous sommes nés de nouveau, le Seigneur nous a donné un esprit nouveau, mais le corps lui, est encore le corps ancien, c’est ce corps qui est soumis à la corruption et à la mort. Si Jésus revient après la date de la mort fixée par le Seigneur pour une personne, elle devra passer par la mort et si elle est en Christ, elle sera parmi les premiers à ressusciter. Mais nous les vivants, nous ne pourrons pas remonter dans la présence du Seigneur avec ce corps naturel car il est soumis à la corruption. Continuons la lecture dans 1 Corinthiens 15, au verset 51 « Voici je vous dis un mystère, nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés en un instant en un clin d’œil à la dernière trompette ». (Cette fameuse trompette, dont nous parlions tout à l’heure, va sonner pour rassembler les élus), les morts ressusciteront incorruptibles (les « morts en Christ »), et nous, nous serons changés. Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité et que ce corps mortel revête l’immortalité. Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : La mort a été engloutie dans la victoire ». Au verset 58, Paul finit en disant : « Ainsi mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, travaillant de mieux en mieux à l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail ne sera pas vain dans le Seigneur ». Vous voyez que cette transformation va être instantanée comme une résurrection vivante : nous serons changés en un clin d’œil. Juste avant cela, nos frères et nos sœurs morts en Christ, seront ressuscités, ils auront un corps ressuscité et avec eux nous allons monter tous ensemble à la rencontre du Seigneur dans les airs. Il ne nous dit pas comment cela va se passer, mais il est sûr qu’il va falloir que tous ces corps ressuscités dans la terre entière se rassemblent pour monter à la rencontre du Seigneur de toutes parts, de toute la terre. Les corps ressuscités et les corps changés en un instant vont se réunir et monter à la rencontre du Seigneur. Récemment, un frère ancien dans le Seigneur disait qu’il avait eu une vision et il en a fait part en privé. Ce n’est pas la Parole de Dieu, c’est une vision et je pense qu’elle est du Seigneur. Il a vécu le moment de l’enlèvement en vision. Il y participait bien sûr et il m’a dit : « J’ai vu comme un tableau qui se présentait sous mes yeux et qui défilait. J’ai vu la ville de Jérusalem m’apparaître, le Mont des Oliviers, et toute la ville. Le temple était construit. Tout à coup j’ai vu le ciel noircir. C’est le temps de l’enlèvement de l’Eglise, le temps qui allait annoncer le temps du jugement de l’Eglise. Ensuite j’ai vu des lumières arriver de toutes parts et se rassembler à Jérusalem à l’endroit même où le Seigneur était monté. Se rassemblaient là des millions de lumières qui venaient de la terre entière. Puis j’ai vu le corps de Christ se former sous mes yeux et monter à la rencontre du Seigneur à partir de Jérusalem ». Cet homme a eu cette vision, ce n’est pas dans la Bible, donc ce n’est pas un enseignement que l’on doit donner comme venant du Seigneur mais en tout cas il est possible que cela se passe ainsi. L’essentiel, c’est de savoir que le Seigneur vient chercher ceux qui sont prêts. Il seront changés en un instant et ils partiront, comme dit la Bible, vers le Seigneur, à sa rencontre dans les nuées. Et quel endroit merveilleux que Jérusalem pour l’enlèvement ! Le lieu où le Seigneur Lui-même est parti devant ses disciples qui Le regardaient monter ! De toutes façons, quel que soit l’endroit, ce sera merveilleux ! Il faut donc être prêt et ceux qui ne le sont pas ne partiront pas. Il y a  sans doute parmi vous qui ont besoin de se préparer , à être prêts dès maintenant. Il suffit de quelque chose qui se passe dans nos cœurs et qui nous  convainc par le Saint-Esprit que les temps sont là. Nous ne connaissons ni le jour ni l’heure du temps que le Père a fixé, Jésus l’a dit. Mais le Seigneur a dit Lui- même aux pharisiens dans Matthieu 16 : 3 « Le soir, vous dites : Il fera beau car le ciel est rouge ; et le matin : Il y aura de l’orage aujourd’hui, car le ciel est d’un rouge sombre. Hypocrites! Vous savez discerner l’aspect du ciel, et vous ne pouvez discerner les signes des temps! ». Si le Seigneur dit cela aux pharisiens, à combien plus forte raison nous, ses enfants, devons discerner les signes qui se passent sous nos yeux, qui nous montrent que nous sommes dans les temps du retour du Seigneur. Ce n’est plus une question de dizaines d’années, c’est peut-être une question de mois, de jours ou de secondes !  Dans mon  cœur, je suis persuadé par la Parole du Seigneur et par le Saint-Esprit que le Seigneur peut revenir à n’importe quel moment parce que tous les signes qu’Il a annoncés dans sa Parole sont réalisés ou sont en train de se réaliser sous nos yeux. Je ne vais pas en parler maintenant, ce serait trop long, mais il y a environ quarante signes dans la Bible, de l’Ancien Testament à l’Apocalypse, qui nous parlent de la fin des temps, du jugement, des temps où le Seigneur va revenir pour chercher son Eglise.  Ce sont les temps que nous vivons, car si nous analysons ces signes, nous voyons clairement qu’ils concernent tous la fin des temps et tous ces signes annoncés sont réalisés. L’augmentation de la connaissance, le retour d’Israël, la récupération de Jérusalem par les Juifs, toute une série de signes qui sont présentés en particulier dans deux chapitres que nous allons parcourir rapidement dans Matthieu et dans Luc. Ces signes-là nous montrent que nous sommes dans les temps de la fin. Et si le Seigneur nous montre que nous sommes dans les temps de la fin, il faut que nous soyons prêts ! Ne disons pas : « J’ai patienté jusqu’à maintenant, je peux attendre demain pour me préparer ». Certains chrétiens auront dit cela la veille du retour du Seigneur et ils ne seront pas enlevés ! Comme tu ne sais pas quel est le jour ni l’heure, tu dois être prêt aujourd’hui ! Si Jésus vient cette nuit, es-tu prêt ? Je ne dis pas cela pour effrayer émotionnellement et faire prendre des engagements émotionnels qui ne tiennent pas, mais c’est pour montrer que l’on doit avoir dans le cœur une conviction. Chacun doit être convaincu qu’il va être enlevé parce qu’il a reçu toute la grâce de Dieu pour être éclairé et pour s’y préparer. Si Dieu nous demande de nous préparer, nous devons le faire. Ce n’est pas Dieu qui va nous préparer Lui-même de force en disant : « Tu es mon enfant, tu n’as rien à faire, continue à vivre ta vie de compromis, de péchés, continue à marcher dans la chair, ne t’inquiète pas, Je vais m’en occuper et Je t’enlèverai au moment venu ». Cela ne va pas se passer comme cela. Le Seigneur nous dit : « Si tu le veux, tu peux écouter ma voix, et en un instant changer complètement, pour me donner ton cœur entièrement et marcher avec un cœur intègre, honnête et bon, entièrement pour moi, en acceptant tout ce que Je vais te demander de faire sans tarder ». Vous ne pensez pas que le cœur du Seigneur saigne à la pensée que tant de chrétiens vivent dans l’insouciance et vont rater l’enlèvement (Il voit tout d’avance), alors que le désir de son cœur aurait été (le Seigneur le dit Lui-même) que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité ? Bien peu arrivent à la connaissance de la vérité et au salut. Ce n’est pas la faute du Seigneur, Il a tout fait pour cela. Y a-t-il une chose que le Seigneur n’ait pas faite pour que les hommes puissent hériter du salut ? N’a-t-Il pas fait tout ce qu’Il avait à faire en envoyant Jésus à la Croix, en permettant que son sang soit versé pour que nous soyons pardonnés et que nous puissions naître de nouveau par la foi en Jésus ? Le Seigneur a tout fait, Il ne pouvait pas faire plus ! Il a prévenu les hommes, Il a envoyé son Esprit, Il parle maintenant par sa Parole, par son Esprit, Il prévient les hommes dans la terre entière. Je ne suis pas le seul à avertir. Sur la terre entière, le Seigneur parle. Il y a ceux qui écoutent en disant : « Parle toujours », d’autres : « Oui, j’y penserai un jour », ou : « Cela me touche mais il y a ça et ça à faire. J’ai des projets, Seigneur, ils sont importants tu sais, je n’ai pas vraiment le temps… » La trompette va sonner, ils ne seront pas enlevés et ils vont rester. Et ce grand réveil qu’on a tant annoncé, ce grand réveil dont on parle (La France pour Christ, le monde pour Christ), ne se passera pas avant le retour du Seigneur. Je vais vous dire quand va se passer le grand réveil mondial. Le grand réveil mondial, le plus grand réveil de tous les temps va se passer après l’enlèvement de l’Epouse quand tous les millions de chrétiens tièdes, qui n’auront pas été enlevés, auront vu que l’Epouse est partie et que leur voisin aussi. « C’était un homme ou une femme intègre, oui il marchait avec Dieu, il témoignait tout le temps, il était un peu casse-pied mais il n’est plus là ! Où est-il parti ? Il nous avait dit qu’il partirait un jour, et maintenant on ne le voit plus ! Est-ce que ce ne serait pas l’enlèvement ? ». Les maris, les épouses inconverti qui ont résisté jusqu’au bout ne sont pas enlevés. Le matin ils se réveillent et leur conjoint n’est plus là, à côté ! « Il n’a pas l’habitude de se lever si tôt, il est parti pour toujours ! ». Pour ceux qui vont rester à ce moment-là, ce sera un grand réveil mondial. Ils vont se réveiller en disant : « Maintenant nous savons qu’il y en a pour peu de temps, nous savons qu’il nous reste sept années ». Ils vont compter ces sept années à partir de ce moment-là. Nous ne connaissons ni le jour ni l’heure de l’enlèvement, mais eux vont pouvoir compter. Cela va être long ! D’ailleurs ils ne tiendront pas sept ans puisque les chrétiens seront persécutés pendant trois ans et demi et les Juifs pendant les trois ans et demi qui suivront. Les chrétiens qui seront restés auront la Parole de Dieu. La Bible sera toujours là et le Saint-Esprit va encore leur parler. Le Saint-Esprit ne sera plus là comme Il l’est à l’heure actuelle. Ce sera un peu comme dans l’Ancien Testament où le Saint-Esprit agit d’une manière très limitée, ponctuelle et occasionnelle. Mais la Parole de Dieu va toujours montrer à ces chrétiens que ces sept ans de tribulations sont là. Le livre de l’Apocalypse sera là pour les guider, pour leur montrer qu’ils en ont pour trois ans et demi, au plus, à fuir dans les cavernes et les collines pour éviter la persécution de l’Antichrist qui va leur dire : « Maintenant tu acceptes la marque de la bête. Si tu veux vendre ou acheter, tu dois avoir cette marque, c’est par amour pour toi que je te le dis ». L’Antichrist dira : « C’est par amour que je vous le dis, c’est pour votre bien. Vous allez voir, ce sera mieux pour vous, tout va être réglé par le grand gouvernement qui va s’occuper de vous dans les moindres détails, on va vous donner du travail, on va vous donner de l’argent, vous aurez tout en abondance et pour faciliter les transactions prenez cette petite marque-là, ce n’est rien du tout . Si vous refusez ce que je vous dis, vous êtes des opposants, des nocifs, des nuisibles et nous serons obligés de vous mettre à l’écart. Vous voyez tous ces millions de personnes qui sont parties, ce sont les extra terrestres qui les ont enlevés parce qu’ils étaient les plus nuisibles, maintenant nous sommes libres de mettre en place notre gouvernement de paix et de prospérité ». Ce sont ces genres d’arguments que l’Antichrist va donner. Et les millions de personnes enlevées, qui vont disparaître de la terre en un instant seront vite oubliés, parce que toutes sortes d’explications seront données, plus ou moins farfelues, mais cela sera bien accepté, puisque les chrétiens qui resteront seront ceux qui étaient tièdes ou qui étaient séduits. Mais le réveil va se faire à ce moment-là et le Seigneur va leur montrer : « Si tu veux t’en sortir, si tu ne veux pas aller à la perdition, tu dois refuser cette marque ». L’Apocalypse dit que tous ceux qui vont l’accepter sur la main ou sur le front seront perdus. Il y a une grande séduction. Vous croyez qu’ils vont arriver, au début, en disant : « Prends cette marque ou je te tue » ? Non, ce sera une séduction, on va leur montrer tous les avantages de la marque. Ceux qui ne sont pas éclairés par la Parole vont être séduits et vont l’accepter en se disant : « Quel mal y a-t-il, mais quel mal ? ». Certaines grandes familles royales commencent déjà à implanter des puces sous la peau de leurs enfants pour raison de sécurité. Si les enfants sont enlevés, on peut les suivre à la trace. C’est simple, on prend une seringue, on injecte une petite puce plus petite qu’un grain de riz sous la peau. Cette puce contient toutes les informations électroniques et un émetteur-récepteur qui peut être contrôlé à distance. Cela existe pour les animaux. On le fait pour récupérer les chiens perdus ou les enfants des cours royales qui risquent d’être enlevés. Tous les gens qui seront sur la terre rentreront dans ce système de gré ou de force. Les chrétiens qui vont rester, qui se seront réveillés mais trop tard, vont devoir refuser la marque et ils seront tous mis à mort, tous sans exception. Il ne faut pas croire que l’Antichrist va venir en disant : « Je te fais grâce, je respecte ta liberté de religion, tu fais comme tu veux ». Pas du tout ! Cela sera présenté de telle manière que ce sera séduisant. Mais pour ceux qui vont résister jusqu’au bout et qui refuseront la marque de la bête, le livre de l’Apocalypse dit : « Ils seront tous mis à mort ». Et nous sommes dans ces temps-là ! Il faut que les chrétiens se réveillent avant la fin et qu’ils puissent dire : « Seigneur, si Tu viens maintenant, que ce soit dans une seconde, cette nuit, demain ou dans un mois, je suis prêt ». Il faut que nous soyons persuadés par la Parole que nous sommes dans les temps de la fin. Je lirai quelques versets dans l’évangile de Matthieu. Dans Matthieu 24, au verset 1, Jésus regarde le temple et ses disciples s’approchent pour Lui en faire remarquer la construction. Jésus leur dit au verset 2 : « Voyez-vous tout cela ? Je vous le dis en vérité, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversée. Il s’assit sur la montagne des oliviers et les disciples vinrent en particulier lui faire cette question : Dis-nous, quand cela arrivera-t-il et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? » C’est très clair cette question. « Et Jésus leur répondit : Prenez garde que personne ne vous séduise ». Le signe du retour proche de Jésus, le signe le plus grand, le plus fort, c’est la séduction. La séduction qui va remplir la terre entière, qui remplit actuellement le monde entier et l’Eglise du Seigneur Jésus. Toutes sortes de fausses doctrines vont se présenter sous un jour bien religieux, bien émotif, bien émotionnel, bien entouré de pommade et de dentelle religieuse pour que l’on croit au mensonge. Dans toutes ces fausses doctrines, les églises insistent sur des documents ou des livres qui ne sont pas la Parole, ou alors avec toutes sortes d’interprétations de la Parole de Dieu qui sont complètement à côté de la vérité. Ces fausses doctrines sont des séductions pour tromper les chrétiens et faire en sorte qu’ils ne soient pas prêts. Mais si nous interrogeons le Seigneur, Il nous montre quelle est la bonne interprétation de la Parole. Un chrétien séduit, c’est un chrétien souillé. La séduction consiste à recevoir des fausses doctrines. Une fausse doctrine, c’est une souillure. Pour préparer l’Epouse, le Saint-Esprit va lui montrer la vérité. C’est la vérité qui nous libère, qui nous affranchit. L’Epouse prête, ce sont les chrétiens qui auront dit : « Seigneur, je veux que Tu me montres toutes les séductions qui peuvent encore être dans mon cœur, auxquelles je pourrais être encore attaché ». La doctrine du culte à Marie, le culte aux saints, les doctrines catholiques impies sont des séductions. Je suis un ancien catholique et je ne tape pas sur l’Eglise catholique mais je dis que ce sont des doctrines impies qui s’opposent à la Parole du Seigneur. Elles sont là pour détourner de la vérité. Les doctrines protestantes qui insistent sur le baptême des petits enfants et des tas de choses que je ne vais pas nommer maintenant sont aussi des doctrines impies qui détournent les hommes et les femmes de la vérité, donc de la Parole du Seigneur.

Les choses qui se passent aujourd’hui dans certaines églises évangéliques et charismatiques où l’on voit toutes sortes d’abominations font partie de cette grande séduction. Il n’y a pas longtemps, une sœur, un jour à dit à un autre frère : « Dans l’église où j’étais, j’ai tenu trois ans puis je suis partie. Dans l’église, on disait : C’est extraordinaire, nous sommes visités par la puissance de Dieu, il se passe des choses fantastiques, les gens tombent par terre, subitement, c’est la puissance, la puissance ! » C’est séduisant, mais ce n’est pas le Saint-Esprit qui opère ces choses. Vous avez déjà vu le Seigneur Jésus faire cela ? Approche-toi et hop ! Tu tombes par terre ! Mais où voyons nous le Seigneur agir dans ces manifestations-là ? Je ne suis pas là pour me moquer, vous comprenez bien, mais je suis là pour secouer les chrétiens et leur dire : « Interrogez le Seigneur, Il va vous montrer ce qui est la vérité ». La sœur, dont on parle, a tenu trois ans dans cette église en se posant des questions. Elle se disait : « Il y a quelque chose d’anormal dans tout ce qui se passe. Je le sens dans mon cœur et quand je lis la Parole ». Quand vous voyez, par exemple dans une église, une femme agir comme si elle était un chien pendant deux heures et puis lever la jambe (excusez-moi) pour faire ses besoins, et puis que les anciens vous disent : « C’est la gloire de Dieu qui est en train de nous visiter » ! Cela existe ! Une personne a vu cela dans une église et en a parlé, . Il a dit : « Quand j’ai vu cela, je suis allé trouver les anciens avec ma Bible en leur disant : Il y a quelque chose qui ne va pas ». Et savez-vous ce que les anciens lui ont répondu ? « Tu n’as pas le droit d’aller trouver un ancien avec la Parole, il n’y a que Satan que l’on reprend avec la Parole. C’est dans le désert que Jésus a dit à Satan, il est écrit ». Vous voyez le degré de séduction ! Ces responsables n’étaient pas ouverts à la réprimande qui venait de la part d’une petite brebis qui se posait des questions sérieuses et vraies et qui finissait par se dire : « C’est moi qui déraille, je suis complètement dans le brouillard, Seigneur tu vas m’éclairer ». Et elle a été éclairée, gloire à Dieu ! Lorsque la séduction agit, si nous nous y laissons prendre, elle va de plus en plus loin et nous allons trouver complètement normal des choses qui sont à l’opposé de ce que le Seigneur avait dit dans sa Parole et dans notre cœur. Tout cela, au nom de la souveraineté du Seigneur et on entend dire : « Le Seigneur fait ce qu’Il veut, dans ces temps de visitation de réveil que nous vivons, nous vivons de grandes choses. Je suis serviteur du Seigneur, vous êtes visités par la puissance de Dieu. Et tous ceux qui résistent : Attention ! Vous êtes en train de résister au Saint-Esprit ! » Alors imaginez une petite brebis du Seigneur qui n’est pas très bien assurée, des jeunes convertis qui se posent des questions. Ils voient des grands personnages qui ont des années de conversion leur faire des remontrances sévères en disant : « Tu résistes au Saint-Esprit, tu es en train de résister à l’autorité, cela ne va pas du tout ! » Elles sont troublées dans leur cœur et se disent : « Seigneur c’est vrai, je ne veux pas pécher contre ton Saint-Esprit ». Mais Jésus a dit dans l’évangile de Jean au chapitre 10 : « Mes brebis entendent ma voix ». Et cette petite brebis, dont je vous parle, a entendu la voix du Seigneur et a dit : « Puisque c’est comme cela, je m’en vais. » Et elle s’en porte bien mieux depuis, parce qu’elle a compris. Mais en même temps, elle est triste de voir des frères, des sœurs, des gens de sa famille continuer dans cette soi-disant visitation du Seigneur. C’est la séduction ! Il faut dénoncer ces choses, il faut le dire haut et fort : « Cela ne vient pas du Seigneur ». Jésus dit par la bouche de Paul que nous sommes appelés à vivre tranquillement dans la paix, que nous sommes appelés à manifester le fruit de l’Esprit, à travailler de nos propres mains, à témoigner et surtout à être remplis de la présence du Seigneur. La présence du Seigneur, c’est l’amour, la paix, la joie, la sainteté, la pureté. La séduction nous est envoyée pour nous détourner de Jésus et de Sa Parole, du vrai Jésus et de Sa Parole ! On leur présente un faux Jésus, une fausse Parole et c’est un autre esprit que le Saint-Esprit qui agit. C’est tellement bien présenté, avec un emballage qui est tellement beau, que les chrétiens acceptent cela comme étant la vérité parce qu’ils ne connaissent pas assez le Seigneur et Sa Parole. Si la séduction peut agir, bien-aimés, c’est que nous ne connaissons pas le Seigneur et Sa Parole. Si nous connaissions le Seigneur tel qu’Il est, si nous connaissions ses voies, ses œuvres, sa manière de penser, sa manière d’agir, nous ne dirions pas d’une séduction : « Cela vient de Dieu ». Nous dirions : « Je sais que ce ne peut pas être de Dieu car je connais mon Dieu ». Et si je connais mon Dieu, je ne vais pas m’engager dans ces séductions, tête baissée ! Le fait que la séduction agisse est un aveu direct, évident d’un manque de connaissance du Seigneur. Dans Jean 10, aux versets 4 et 5, Jésus dit : « Les brebis connaissent sa voix (la voix du berger). Elles ne suivront pas un étranger ». Même si au début elles sont un peu dérangées et troublées par ces séductions qui se manifestent, ces brebis vont entendre la voix de Jésus. Elles vont crier au Seigneur et dire : « Jésus, je veux savoir la vérité, je ne veux pas pécher contre ton Esprit et je ne veux pas non plus être entraîné dans l’erreur, le mensonge et la séduction ». Jésus dit à l’église de Philadelphie dans Apocalypse 3, au verset 10 : « Je te garderai à l’heure de la tentation qui s’abat sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre ». Les élus peuvent être séduits, s’ils ne font pas attention. Un élu peut être séduit s’il se lance tête baissée sans vérifier dans la Parole et dans la prière, si cela est vrai ou pas. En ce qui concerne les doctrines qui sont enseignées dans vos églises, vous devez vous placer devant Dieu et devant sa Parole et dire : « Seigneur, est-ce que cela est écrit dans ta Parole ? » ou dire : « Est-ce que cela vient vraiment de Toi ? ». Tu peux te confier dans cette Parole du Seigneur qui dit : « Mes brebis entendront ma voix ». Si tu veux connaître la vérité, Jésus va te la révéler. La vraie connaissance vient de la révélation qui nous est donnée par le Saint- Esprit et par la Parole. Et les deux seront toujours unis. La séduction, c’est quelque chose de très fort, capable de subjuguer les élus s’ils ne veillent pas et ne prient pas. Jésus a dit : « Veillez donc parce que vous ne connaissez ni le jour ni l’heure » (Matthieu 25:13). Dans Matthieu 24, au verset 23, il est dit : « Si quelqu’un vous dit : Le Christ est ici ou il est là, ne le croyez pas. Il s’élèvera de faux Christ et de faux prophètes, ils feront de grands prodiges et des miracles au point de séduire s’il était possible même les élus ». J’entends parler constamment de grands prodiges, de miracles qui se passent dans des églises qui enseignent des choses fausses, qui enseignent la mort spirituelle de Jésus, qui enseignent des choses abominables, que se soit en Amérique ou ici. Et il se produit des miracles ! Je ne dis pas que ces miracles sont tous démoniaques, il peut y avoir aussi des miracles faits par le nom de Jésus comme il est écrit dans Matthieu 7, aux versets 22 et 23 : « N’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? Alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus ». Relisez vous-mêmes ce que Jésus dit au verset 36 : « Pour ce qui est du jour et de l’heure personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le fils mais le Père seul. Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du fils de l’homme, car dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient, mariaient leurs enfants jusqu’au jour où Noé entra dans l’Arche et ils ne se doutèrent de rien jusqu’à ce que le déluge vint et les emporte tous ». Noé était entré dans l’arche avec tous les animaux et sa famille sept jours avant que la pluie ne tombe. C’est curieux ! Sept jours qui représentent aussi les sept années de la période intermédiaire jusqu’à la destruction finale de la terre par le feu à la bataille d’Armaguédon. Il est resté là sept jours avec sa famille et tous les animaux. Et ceux qui étaient autour, que faisaient-ils ? Ils se moquaient de ce « vieux fou » qui avait osé leur annoncer un déluge. Dieu a fermé la porte le septième jour et la pluie a commencé à tomber. Pas un seul ne put échapper au déluge, pas un seul ! Ceux qui vont rester après l’enlèvement de l’Eglise ne pourront pas échapper à ce qui arrivera, pas un seul n’échappera. Des Chrétiens qui seront restés, pas un seul ne restera vivant, pas un seul ! Ceux qui échapperont momentanément seront ceux qui, hélas, auront pris la marque de la bête. Ils ne seront pas mis à mort sur le moment mais ils seront perdus pour l’éternité et ils seront pris dans le jugement final de Dieu qui va s’abattre sur la terre. Lisez le chapitre 21 de Luc où Jésus parle de ces temps de la fin. Vous avez tous les signes qui sont là. Si vous relisez ces passages dans un esprit de prière, vous verrez que ces signes ont commencé à se réaliser depuis longtemps et se réalisent, en ce moment même, sous nos yeux. Dans Apocalypse 19, au verset 1, il est dit : « Après cela, j’entendis dans le ciel comme une voix forte d’une foule nombreuse qui disait : Alléluia ! Le salut, la gloire, l’honneur et la puissance sont au Seigneur, notre Dieu, parce que ses jugements sont véritables et justes, car Il a jugé la grande prostituée qui corrompait la terre par son impudicité et Il a vengé le sang de ses serviteurs en leur redemandant de sa main ». La « grande prostituée » est cette église apostate qui va regrouper toutes les églises chrétiennes qui se sont écartées de la vérité. Au chapitre 17, au verset 9, il dit de cette église apostate : « Les sept têtes sont sept montagnes sur lesquelles la femme est assise ». Au verset 18 dans le même chapitre : « La femme que tu as vue, c’est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre ». Il s’agit de la ville de Rome. Il y avait alors un empereur romain, Néron, qui était épouvantable, c’est une figure de l’Antichrist. Au temps où Jean écrivait l’Apocalypse, la grande ville qui avait l’autorité sur la terre entière était Rome et les sept montagnes sont les sept collines de Rome. Jean parle de la grande prostituée de la fin des temps au chapitre 19. Cette grande prostituée aura son siège à Rome. Elle va regrouper l’ensemble des églises soi-disant chrétiennes. Ces églises auront été détournées de la vérité par la séduction qui agit, pour entrer dans le conseil œcuménique des églises dites chrétiennes. Il ne s’agit pas seulement de l’Eglise catholique romaine, il s’agit de toutes les églises qui se sont mises avec elle dans un faux œcuménisme qui les mène à la perdition. Et elle sera jugée par Dieu Lui-même. « Et ils dirent une seconde fois : Alléluia !… » (Apocalypse 19, verset 3). Je suis certain que beaucoup de chrétien  catholique, hommes et  femmes catholiques sincères,  veulent servir le Seigneur. J’ai rencontré tellement d’âmes merveilleuses qui voulaient servir le Seigneur et qui étaient dans l’erreur, dans le mensonge parce qu’on leur avait inculqué des mensonges. Elles avaient cru ces mensonges de « bonne foi ». Le Seigneur, dans sa compassion, veut les éclairer pour leur montrer la vérité et Il attend que ceux qui aiment la vérité choisissent la vérité. J’ai pris connaissance qu’un groupe de catholiques charismatiques  avaient vraiment été visités par le Saint-Esprit. ils avaient demandé à quelqu’un de venir leur apporter la Parole,  celle-ci s’est faite sur leur invitation. Au fil des mois, ils se sont divisés en deux groupes, c’était très net ! Un premier groupe qui peu à peu ouvrait les yeux à la Parole du Seigneur. Le Saint-Esprit les a convaincus de la vérité et ils ont fini par sortir eux-mêmes du système. Ils ont dit : « Nous ne pouvons pas rester à pratiquer des choses qui ne sont pas du Seigneur, nous avons l’amour de la vérité, nous ne pouvons pas ». L’autre groupe s’est fait récupérer par les autorités religieuses. Ils craignaient d’être traitres par rapport à leur église, ils craignaient de se tromper, mais au lieu de se laisser persuader par le Saint-Esprit et la Parole, ils ont été repris par les dirigeants religieux de leur église et ils sont restés dans l’erreur. Comme ils n’ont pas voulu reconnaître la vérité et qu’ils étaient charismatiques, des manifestations surnaturelles, qui n’étaient pas de Dieu, ont commencé à se produire : des prophéties au nom de la Vierge Marie, un Saint qui commençait à parler par la bouche de quelqu’un ou des choses qui n’étaient pas dans la vérité. Comme cela avait une apparence surnaturelle et très puissante, c’était séduisant ! Mais ce qui a fait la différence entre les deux groupes, c’était l’amour de la vérité. La vérité, c’est Jésus et sa Parole. Que nous soyons protestants, catholiques, orthodoxes ou de n’importe quelle dénomination chrétienne, laissons de côté les étiquettes et disons : « Seigneur, je veux Te connaître, Toi qui es la vérité, je veux connaître Ta Parole qui est la vérité. Je veux que ce soit Ta Parole qui me révèle toutes choses ». La Parole nous dit que le jugement est venu sur la prostituée. Au verset 4 du chapitre 19 il est dit : « Les vingt quatre vieillards et les quatre êtres vivants se prosternèrent et adorèrent Dieu assis sur le trône en disant : Amen, Alléluia! Et une voix sortit du trône en disant : Louez notre Dieu, vous tous ses serviteurs, vous qui le craignez petits et grands ». Il n’est pas dit « Vous, évangéliques ou protestants », il est dit : « Vous qui le craignez », quelle que soit votre origine. Est-ce que tu crains Dieu, dans l’amour, dans ton cœur ? C’est la crainte de Dieu qui est le commencement de la sagesse, le commencement de la connaissance de la vérité. Lisons la suite : « Et j’entendis comme une voix d’une foule nombreuse, comme un bruit de grosses eaux, un bruit de fort tonnerre disant : Alléluia ! Car le Seigneur, notre Dieu tout-puissant est entré dans son règne. Réjouissons nous, soyons dans l’allégresse et donnons-lui gloire car les noces de l’Agneau sont venues et son Epouse s’est préparée. Il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant et pur ». Le fin lin, c’est la justice des saints. Il y a une association directe entre l’Epouse et la justice. L’Epouse, ce sont tous ceux de toute langue, de toute race, de toute origine, qui ont reçu la vérité dans leur cœur, qui ont été purifiés et sanctifiés par la vérité et qui ont décidé d’obéir à la vérité. Ceux-là constituent l’Epouse du Seigneur. L’erreur, les fausses doctrines souillent. Le Saint-Esprit et la Parole nous ont été donnés pour nous ouvrir les yeux et nous dépouiller de ces souillures, pour nous revêtir du fin lin de la justice des saints. Je vais vous poser une question de simple logique. Si Dieu est la vérité, si Sa Parole est la vérité, croyez-vous que toute doctrine fausse ou mauvaise, qui n’est pas dans la Parole, ou qui est contraire à la Parole, peut apporter la sainteté ? Une fausse doctrine qui vient du mensonge peut-elle nous aider à marcher dans la sainteté ? C’est impossible ! Nous avons reçu une nature nouvelle de Jésus, créée, comme il est écrit : « dans une justice et dans une sainteté que produit la vérité » (Ephésiens 4, verset 24). Partout où la vérité est annoncée, cela va produire la justice et la sainteté. Si tu es un enfant de Dieu, une brebis du Seigneur, tu vas recevoir cette vérité. Elle va produire en toi la justice des saints, la vérité va produire la sainteté et tu vas être prêt. « Il lui a été donné de se préparer ». Dans notre cœur, une horloge spirituelle doit marquer les secondes qui manquent pour la venue du Seigneur. Je dois dire : « Seigneur, je vais utiliser chaque seconde qui reste à Te chercher et à connaître la vérité ». Dès maintenant, si tu as cette attitude dans le cœur, tu es prêt à recevoir tout cela, parce que tu as dit : « Seigneur, j’abandonne tout ce qui est faux, tout ce qui est mensonge. Lave-moi dans le sang de Jésus et maintenant ouvre mes yeux à la vérité, je veux marcher dans la vérité ». Si tu as cette attitude de cœur, tu es bien disposé pour recevoir la vérité qui va vite pénétrer dans ton cœur. « Son Epouse s’est préparée, il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin éclatant et pur ». Au verset 11, nous lisons : « Puis je vis le ciel ouvert et voici parut un cheval blanc, celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable. Il juge et il combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu, sur sa tête étaient plusieurs diadèmes. Il avait un nom écrit que personne ne connaît si ce n’est lui-même et il était revêtu d’un vêtement teint de sang, Son nom est la Parole de Dieu (Jésus, le Verbe). Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur ». Les voilà, tous les chrétiens qui ont ressuscité lorsque Jésus est venu les enlever. Les morts et les vivants sont partis à la rencontre du Seigneur dans les airs. Ils ont participé aux noces de l’Agneau et maintenant ils reviennent avec le Seigneur, revêtus d’un fin lin, sur des chevaux blancs, pour la grande bataille finale à la fin des sept ans de tribulations, à la bataille d’Armaguédon. Il est dit au verset 18 : « Rassemblez-vous pour le grand festin de Dieu pour manger la chair des rois, la chair des chefs militaires, la chair des puissants, la chair des chevaux et de tous ceux qui les montaient… ». C’est alors le début du règne de mille ans du Seigneur sur la terre. Tous ceux qui vont participer à ce règne seront exclusivement ceux qui ont été enlevés avant. Les autres ne reviennent pas à la vie, ils devront attendre la fin des mille ans pour être jugés devant le grand trône blanc. Tu vois que ce sont des choses sérieuses et que nous sommes dans ce temps ! Ne perds pas de temps pour mettre ta vie en règle. Si tu n’es pas baptisé d’eau par immersion au nom du Seigneur Jésus comme Il le dit, fais-le dans les heures qui suivent, ou les jours qui suivent. Si tu n’es pas baptisé de l’Esprit Saint, demande-le au Seigneur aujourd’hui et reçois-le. Si tu as des choses à régler dans ta vie, des choses dérobées que tu n’as pas restituées, de l’argent volé que tu n’as pas rendu, ou une petite chose qui est un obstacle entre toi et le Seigneur, mets cela en règle. Tu peux avoir volé une boîte d’allumettes et cela peut t’empêcher de partir. Oui ! Si le Seigneur te l’a montré, et si tu ne veux pas le confesser. Si tu l’as confessé et rendu à son propriétaire, le Seigneur pardonne. Ce sont des petits exemples mais cela montre que nous n’avons pas à craindre de ne pas être enlevé si nous avons tout fait de notre côté pour marcher dans la vérité et recevoir sa Parole. Au moment où Jésus viendra nous prendre, nous ne serons pas encore un être parfait, mais nous devons être dans l’état où Il doit nous trouver, c’est-à-dire l’attendant, veillant et priant ! Toute la lumière qu’Il nous a donnée, nous l’avons reçue et nous avons mis notre vie en règle. C’est la responsabilité de ceux qui savent. Ceux qui ignorent, qui ne savent pas, ne seront pas enlevés, ils ne seront même pas sauvés. Mais ceux qui ont entendu, qui ont reçu la Parole, et ne mettent pas leur vie en règle, résistent au Seigneur. Alors en concluant, je voudrais vous exhorter à ne pas attendre plus longtemps et à écouter la voix du Saint-Esprit. Je voudrais exhorter aussi ceux qui savent qu’ils sont prêts à garder la foi. Dites au Seigneur : « Nous gardons ce que nous avons, la foi en Toi qui as dit que Tu nous garderais. Je Te fais confiance, je suis en paix, je ne suis pas stressé en me disant : est-ce que je vais être enlevé ou pas ? Merci Seigneur, garde-moi comme Tu l’as promis. Je sais que je vais partir quand Jésus va revenir. Ouvre-moi constamment les yeux sur ce que je peux faire qui Te déplaît, je veux le mettre en règle, Seigneur. Je sais que je suis Ta brebis, Tu me feras entendre Ta voix ». Prions : « Seigneur, je Te bénis parce que Ta Parole demeure éternellement, elle ne passera pas. Tu sais parler aux cœurs avec Ta voix douce, par le Saint-Esprit. Tu n’es pas là pour juger, Tu es là pour sauver. Seigneur, je Te prie d’agir Toi-même. Tu as voulu Te servir d’un instrument comme moi, si imparfait, Seigneur ! Je Te demande d’agir par Ton Esprit-Saint, par Ta Parole dans les cœurs pour que la pure, la parfaite vérité soit reçue et que Toi-même, Seigneur, Tu donnes une conviction dans les cœurs. Une conviction qui va changer la vie, qui nous fait agir conformément à Ta Parole, sinon ce n’est pas une conviction qui vient de Toi. Seigneur, donne ces convictions pour que les vies soient changées et que nous puissions avoir la joie de partir à Ta rencontre quand la trompette va sonner. Nous attendons Ton retour, hâte-Toi de venir, Seigneur Jésus, hâte-Toi de revenir ! Tu as dis que Ton Epouse serait prête. Merci Seigneur pour cette promesse, sois béni, sois loué, sois adoré éternellement, Père, au nom de Jésus-Christ, Amen ! »

Les avertissements et les promesses de Jésus à Son

                                     Eglise avant l’enlèvement

                Les caractéristiques du vainqueur dans les trois premiers

                chapitres de l’Apocalypse. Le caillou – Le nom nouveau

Je voudrais revenir aux trois premiers chapitres du livre de l’Apocalypse, le dernier livre de la Bible. Dans ces trois courts chapitres, le Seigneur parle aux églises. Et il parle aux églises dans un contexte précis, juste avant l’enlèvement. L’enlèvement a lieu juste avant la période de la grande tribulation. Les trois premiers chapitres concernent encore l’Eglise sur terre, alors qu’à partir du chapitre 4, tout le reste du livre de l’Apocalypse concerne la période qui suivra l’enlèvement de l’Eglise. Si vous regardez au début du chapitre 4 de l’Apocalypse, Jean dit : « Après cela (donc après que Jésus ait parlé aux églises pour leur donner ses derniers avertissements), je regardais, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j’avais entendue comme le son d’une trompette et qui me parlait, dit : Monte ici ». Donc au son de la dernière trompette, qui n’est pas la septième trompette de l’Apocalypse, mais la dernière trompette des anges qui vont rassembler les élus pour que leur nombre soit complet pour l’enlèvement, au son de la dernière trompette, le ciel s’ouvrira et nous entendrons une voix, celle du Seigneur qui nous dira : « Monte ici », Et l’Epouse partira. Le Seigneur voudrait que toute Son Eglise parte. Et c’est la raison pour laquelle il donne ce dernier message aux sept églises. Les sept églises représentent l’ensemble de l’Eglise de Jésus-Christ sur terre. Je ne vais pas entrer dans des interprétations sur la nature de ces sept églises ; certains prétendent que ces sept églises représentent toutes les églises de l’histoire de l’Eglise. Moi je dirais simplement que c’est l’ensemble de l’Eglise de Jésus, juste avant l’enlèvement, donc l’Eglise de tous les temps, puisque déjà à l’époque de Paul, ils attendaient la venue de Jésus-Christ, qui devait être imminente. Jésus a dit plusieurs fois dans l’Apocalypse : « Je viens bientôt ». Mais en fait, le texte exact dit : « Je viens soudainement », c’est-à-dire que sa venue se fera en un éclair, en un clin d’œil. Et juste avant sa venue, qu’il annonce lui-même, il veut parler encore aux sept églises, c’est-à dire à l’ensemble de l’Eglise de Jésus-Christ, pour lui donner ses derniers avertissements et ses promesses. Le Seigneur parle à ces sept églises, et il fait des reproches à cinq d’entre elles sur sept. Ce qui une proportion importante ! En outre, ces deux chiffres, 5 et 7, ont certainement une signification. A cinq églises, le Seigneur a des choses à reprocher et à ces cinq-là, il dit : « Repens-toi », en proférant des menaces si elles ne le font pas. Et à l’ensemble des églises, il dit : « A celui qui vaincra », et là il donne un certain nombre de promesses. C’est ce que je voudrais voir avec vous maintenant , simplement ceci : les avertissements que le Seigneur donne aux églises et en particulier les menaces qu’il profère clairement, mais aussi les merveilleuses promesses qu’il donne aux sept églises, si elles marchent dans la victoire. Et je crois que le but du Seigneur, c’est de nous faire tous marcher dans sa victoire. Voyons d’abord les avertissements sérieux que Dieu donne aux églises et en particulier à cinq d’entre elles qui sont tombées. Elles étaient debout, et elles sont tombées. Jésus veut les relever parce qu’il veut les prendre avec lui. Ces menaces ne s’accompliront dans ces églises que si elles ne se repentent pas, si elles ne veulent pas entendre l’avertissement du Seigneur. Ces sept églises étaient toutes situées en Asie de l’époque, c’est-à-dire dans la Turquie actuelle, et elles étaient situées sur une route circulaire qui joignait les sept églises, une route qui montait vers le Nord en partant d’Ephèse. Au chapitre 2, le Seigneur parle à la première église, l’église d’Ephèse. Il commence par souligner tout ce qui va bien. Apocalypse 2:2 dit : « Je connais tes œuvres, ton travail, ta persévérance. Je sais que tu ne peux supporter les méchants, que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas et que tu les as trouvés menteurs, que tu as de la persévérance, que tu as souffert à cause de mon nom et que tu ne t’es pas lassé ». Beaucoup d’églises aujourd’hui, beaucoup de groupes pourraient être heureux d’entendre le Seigneur dire cela d’eux. Mais au verset 4, il ajoute : « Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour ». C’est l’avertissement du Seigneur pour nous. Nous avons pu être bouillants, plein d’ardeur, de dynamisme pour le Seigneur et puis quelque chose s’est passé, nous avons laissé tomber notre amour premier, c’est-à-dire : mettre le Seigneur en premier. Et le Seigneur dit : « Tu as abandonné l’amour premier que tu avais pour moi lorsque tu me faisais premier dans ta vie. Tu es passé à autre chose et tu m’as mis en second. Donc, malgré tes œuvres, malgré ton travail, malgré ton discernement, malgré toutes les bonnes choses que tu peux faire, je ne suis pas à la première place dans ton amour ». Et c’est une cause de chute, puisqu’il dit au verset 5 : « Souviens-toi donc d’où tu es tombé ». Souviens-toi de la place que tu occupais avant de tomber. Tu as abandonné ton premier amour, tu es passé à un autre, donc tu es devenu adultère. Quand on abandonne l’amour premier pour Jésus, on devient adultère, comme une épouse qui abandonnerait son mari pour en prendre un autre. « Repens-toi et pratique tes premières œuvres », qui étaient des œuvres de foi dans le Seigneur qu’on aimait de tout son cœur. A cinq églises sur sept, le Seigneur dit : « Repens-toi ». Cela veut dire : « détourne-toi de la position que tu as maintenant, sors de la position que tu as maintenant, et reviens à ta position première qui était meilleure ». L’avertissement du Seigneur, c’est : « Je viendrai à toi ». Et nous savons dans quel contexte il le dit. Il ne viendra pas à Ephèse dans un esprit d’amour, de soutien, de bénédiction. Il commencera par ôter le chandelier de sa place. C’est-à-dire que l’onction de Dieu, sa présence, l’huile du Saint- Esprit, la lumière du Seigneur, vont quitter cette église. « à moins que tu ne te repentes ». Le Seigneur donne l’avertissement, mais il dit : « Je désire que tu changes et que tu reviennes à ta position première. Si tu le fais, ma menace ne s’accomplira pas. Si tu ne le fais pas, parole de l’Eternel, elle s’accomplira. » Quand le Seigneur dit : « J’ôterai le chandelier », c’est très sérieux, car cela veut dire qu’il ne restera plus que des œuvres. L’église continuera à rouler sur des rails qui ne vont pas dans la bonne direction. « Tu as pourtant ceci, c’est que tu hais les œuvres des Nicolaïtes, œuvres que je hais aussi ». On ne sait pas exactement ce qu’étaient les œuvres des Nicolaïtes, mais on suppose que c’était une secte qui encourageait la doctrine de Balaam, c’est-à-dire, qui poussait les Chrétiens à l’impureté. Mais la plus grande partie de l’église, ses dirigeants notamment, ne marchent pas dans le premier amour. Et le Seigneur dit : « Repens-toi ». C’est terrible pour une église d’être une coquille vide où il y a seulement des œuvres, qui peuvent être très importantes, sans voir que la présence et l’onction du Seigneur sont parties. Sur tout Chrétien, ce qui compte, c’est l’onction du Seigneur. Ce qui compte, ce n’est pas l’ampleur des connaissances, ce n’est pas même la puissance du ministère, ce n’est pas le nombre de miracles et de prodiges, c’est l’onction et la présence du Seigneur. Et pour avoir l’onction et la présence du Seigneur, il faut qu’il y ait le premier amour, l’amour premier. En tant qu’église, elle ne l’avait plus. Peut-être qu’il y en avait certains au milieu d’elle qui l’avaient encore, ils n’étaient pas concernés par cette menace, mais ils étaient concernés quand même dans la mesure où il est possible à chacun de nous d’abandonner le premier amour. Nous pourrions abandonner le premier amour si nous mettons le Seigneur à la deuxième place, en disant : « Seigneur, tu vois, les choses que je dois faire qui sont si importantes pour toi ». Mais si on n’a plus le temps de chercher la présence du Seigneur, si on n’a plus le temps de l’adorer, de le bénir, de prier Dieu, d’avoir des moments d’intimité avec lui, avec sa Parole, nous ne sommes pas des Chrétiens véritables. Quand on met Jésus en premier dans sa vie, c’est qu’on passe du temps avec lui et qu’on veut lui obéir en tout point. L’onction et la présence de Dieu vont se retirer de la vie de quelqu’un ou d’une église qui ne met pas Jésus en premier. Il faut bien réfléchir à cela. Et nous verrons que pour les cinq églises pour lesquelles il y a des menaces précises, il y a une gradation dans la gravité de ces menaces. Le Seigneur commence par ôter son onction et sa présence. C’est la première des choses qui se passe quand on abandonne le premier amour. A la deuxième église, Smyrne, le Seigneur n’a aucun reproche à formuler. Il dit simplement, au verset 9 : « Je connais tes œuvres, ta tribulation et ta pauvreté, bien que tu sois riche, les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs, et ne le sont pas mais qui sont une synagogue de Satan. Ne crains pas ce que tu vas souffrir ». Là, ce n’est pas une menace, ou un avertissement que le Seigneur donne, c’est simplement un encouragement à supporter les souffrances qui vont venir, parce que c’est une église fidèle. L’église de Smyrne est une église fidèle et ceux qui veulent être fidèles au Seigneur seront persécutés et vont souffrir. Et il leur dit : « Ne crains pas, je suis avec toi ». « Voici le diable jettera quelques uns de vous en prison afin que vous soyez éprouvés, et vous aurez une tribulation de dix jours (Une tribulation peut-être forte, mais courte). Sois fidèle jusqu’à la mort (même si la mort doit venir à l’issue de cette tribulation, reste fidèle), et je te donnerai la couronne de vie ». Smyrne était une église prête à souffrir et à être persécutée y compris jusqu’à la mort. Et elle a simplement besoin d’être encouragée par le Seigneur : « Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie ». A l’église de Pergame, la troisième église, au verset 12, le Seigneur dit : « Je sais où tu demeures et je sais que là est le trône de Satan ». C’est une église qui devait vivre dans un environnement très dur, parce que dans cette ville de Pergame, il y avait vraiment le trône de Satan. D’ailleurs historiquement, on sait que c’est une ville où régnait l’occultisme, le culte des faux dieux et le culte à Satan. Je ne sais pas dans quelle mesure cette église était infiltrée par cet esprit, mais l’église était dans un environnement très dur, et Jésus le savait. Elle a quelque chose de bon : « Tu retiens mon nom, tu n’as pas renié ma foi, même au jour d’Antipas, mon témoin fidèle qui a été mis à mort chez vous, là où Satan a sa demeure (c’était une église qui devait faire face à de grandes tribulations et persécutions). Mais, j’ai quelque chose contre toi, c’est que tu as là (au milieu de toi), des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balaq à mettre une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël pour qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles et qui se livrent à l’impudicité », à l’adultère, à la fornication… C’était une église qui tolérait au milieu d’elle un esprit impur et qui laissait cet esprit dans l’église. C’est sûr qu’elle était entourée d’une puissance de Satan particulièrement forte. Il y avait une pression spirituelle intense sur cette église. Mais elle n’aurait pas dû laisser pénétrer cet esprit à l’intérieur de l’église. Au milieu d’elle circulait cette doctrine qui touchait un certain nombre de Chrétiens qui acceptaient de manger des viandes sacrifiées aux idoles et de se livrer à l’impudicité tout en se considérant toujours comme membres de l’église de Jésus-Christ. « De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes (donc, c’est un peu la même doctrine), ce que je hais. Repens-toi donc ; sinon, je viendrai à toi bientôt (deuxième fois qu’il dit : « Je viendrai à toi »), et je les combattrai avec l’épée de ma bouche ». L’épée de la bouche, c’est la Parole du Seigneur. C’est une épée qui peut servir à l’édification parce que la Parole de Dieu est efficace pour faire le tri entre ce qui est spirituel et ce qui est charnel. Cette épée efficace à deux tranchants, Jésus s’en sert pour nous faire du bien, pour nous permettre de discerner ce qui est charnel et ce qui est spirituel. Le Seigneur va s’en servir aussi pour combattre directement ceux qui acceptent en leur sein le compromis et l’impureté. Il va les combattre par son épée, par sa Parole, destructrice cette fois. Là encore, cela ne veut pas dire que l’ensemble des membres de l’église acceptaient ces choses, mais dans cette église de Pergame, les responsables laissaient circuler cet esprit impur sans rien faire, sans l’ôter du milieu d’elle. Et l’avertissement du Seigneur est clair. « Par ma Parole, je te jugerai ».

Donc il commence par ôter son onction et sa présence et ensuite, il passe à une deuxième étape : il prend l’épée de sa bouche, c’est-à-dire sa Parole, et Il combat. Or quand Dieu combat contre nous, qui peut résister ? Quand le Seigneur prend son épée pour nous combattre, qui peut tenir ? Ensuite, à la quatrième église, l’église de Thyatire, au verset 18, il dit : « Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu et dont les pieds sont semblables à de l’airain ardent : Je connais tes œuvres, ton amour, ta foi, ton fidèle service, ta constance et tes dernières œuvres plus nombreuses que les premières ». Il ne dit pas : « meilleures que les premières », il dit : « plus nombreuses ». C’était une église très active où il y avait de l’amour pour le Seigneur, de la foi, un service fidèle, la constance, enfin beaucoup de choses qui sont vraiment bonnes. « Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse (qui se dit inspirée de Dieu), enseigner et séduire mes serviteurs pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles ». Vous voyez ce qui entre toujours dans ces églises ? C’est l’impureté et l’idolâtrie. Les deux sont toujours associées. L’impureté est toujours associée au mensonge, la pureté est toujours associée à la vérité. Si nous progressons dans la vérité, nous progressons dans la pureté. Si nous progressons dans le mensonge, nous progressons dans l’impureté. Autour de nous dans les églises où le mensonge, les fausses doctrines se sont introduites, nous pouvons voir l’impureté et le péché se développer aussi ; ça va ensemble. Ici, ils ont laissé cette femme prophétiser au nom du Seigneur et enseigner des choses impures, enseigner des doctrines qui n’étaient pas nettes et claires devant Dieu pour séduire les serviteurs du Seigneur. « Je lui ai donné du temps pour qu’elle se repente (vous voyez la bonté de Jésus, il commence toujours par avertir, par donner du temps), et elle ne veut pas se repentir de son impudicité ». C’était sûrement une femme qui avait une puissance surnaturelle certaine. D’ailleurs dans la ville de Thyatire, il est connu historiquement qu’il y avait une pythonisse, une femme qui prophétisait au milieu des païens par un esprit impur. Le même esprit était entré dans l’église. Je ne sais pas si c’est la même personne, si c’est celle qui exerçait sa puissance au milieu de la ville, que tout le monde allait consulter dans la région et dans l’Antiquité de l’époque ; elle avait des dons surnaturels de prophétie, de divination. Les gens venaient en foule pour écouter ses oracles. Et le même esprit est entré dans l’église. Une femme avait été acceptée comme prophétesse. Elle se disait elle-même prophétesse. Elle disait des choses prétendues venir de la part de Dieu, qui étaient des mensonges. Il y avait donc un esprit de séduction et d’impureté qui n’avait pas été ôté du milieu de l’église, qui n’avait pas été discerné, ou en tout cas, s’il avait été discerné, il avait été laissé dans l’église. Mais Jésus qui connaît toutes ces choses lui a laissé du temps pour qu’elle se repente, elle ne veut pas se repentir de son impureté, de son impudicité. Vous voyez que dans l’Esprit du Seigneur, une fausse doctrine est une impureté. On ne peut pas annoncer des fausses doctrines et rester dans la pureté. « Voici, je vais la jeter sur un lit et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle » ; à tous ceux qui acceptent cet esprit, qui participent, qui reçoivent ces inspirations comme venant de Dieu. Jésus dit : « Je vais la jeter sur un lit, envoyer sur elle une grande tribulation et sur ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu’ils ne se repentent de leurs œuvres ». Vous voyez que le jugement est toujours arrêté quand il y a la repentance. Tous ces avertissements et toutes ces menaces ne s’accompliront pas dans la vie de ceux qui se repentent, qui ouvrent les yeux et qui disent : « Mais, c’est vrai Seigneur, j’étais en train de faire quelque chose que tu réprouves, je te demande pardon et je reviens en arrière ». Et le jugement sera arrêté. « Je ferai mourir de mort ses enfants et toutes les églises connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les cœurs et je vous rendrai à chacun selon vos œuvres ». Les menaces sont claires : « Je vais la jeter sur un lit, envoyer sur elle une grande tribulation… Je ferai mourir de mort ses enfants ». Etre jeté sur un lit, c’est souffrir dans son corps par la maladie, ou dans son âme, et être soumis à un jugement puissant du Seigneur. Il fera mourir ses enfants : maladie, grande tribulation, mort dans la famille. « Et toutes les églises connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les cœurs ». Vous savez, le jugement du Seigneur, c’est une grâce de Dieu. Si le Seigneur envoie ses jugements, c’est pour que les cœurs se repentent et se détournent du mal. Quand Dieu juge son peuple, ce n’est pas simplement pour le punir des mauvaises actions qu’il fait, c’est pour lui ouvrir les yeux sur ses mauvaises actions pour qu’il se repente et qu’il retourne à la vérité. Donc le jugement est une grâce. On peut remercier le Seigneur quand le jugement nous a ouvert les yeux et quand il nous a montré que nous étions sur une mauvaise voie, parce que Jésus veut que nous nous repentions et il veut que nous reprenions la bonne voie avec lui. A la cinquième église, l’église de Sardes, au chapitre 3, il dit ceci : « Je connais tes œuvres : Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort ». Beaucoup d’églises aujourd’hui passent pour être vivantes. Et beaucoup disent : « Ah ! Il y a la puissance ! Il y a des dons qui se manifestent. Il y a des miracles. Il y a des guérisons. Il y a des conversions en masse ! Ça, c’est une église vivante ! » Mais est-ce que nous sommes vivants aux yeux des hommes ou vivants aux yeux du Seigneur ? « Je sais que tu passes pour être vivant », cela veut dire : « Tu as la réputation d’être une église vivante ; tu n’es pas une église où il ne se passe rien. Mais, aux yeux du Seigneur, tu es morte ». Pas tout à fait toutefois, puisqu’il dit : « Sois vigilant, affermis le reste qui est prêt de mourir ». Il y avait encore un lumignon qui fumait et le Seigneur est encore prêt à le faire flamber à nouveau. « Affermis le reste qui est prêt de mourir ; car je n’ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant Dieu ». Dieu veut que nos œuvres soient parfaites. Est-ce que ça te semble trop dur ? Si c’est lui qui les accomplit par nous, c’est bon. Dieu veut que nos œuvres soient parfaites et elles peuvent l’être si elles sont accomplies dans la foi au Fils de Dieu.

Vous vous rappelez la question qui a été posée à Jésus dans l’évangile de Jean ? « Que devons nous faire pour faire les œuvres de Dieu ? Jésus leur répondit : L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé » (Jean 6:28,29). Donc nos œuvres sont parfaites quand notre foi en Jésus est parfaite. Quand nous le regardons tel qu’il est et quand nous recevons sa Parole telle qu’elle est, dans un cœur ouvert, il déverse en nous sa foi et les œuvres suivent. Elles sont parfaites parce qu’elles sont faites en Christ. Si les œuvres de l’église de Sardes n’étaient pas parfaites, c’est parce que cette église n’était pas dans la foi. Elle avait un cœur partagé. Cette église avait mélangé la Parole de Dieu et la parole du monde. Elle ne pouvait pas marcher dans les œuvres parfaites de Jésus. « Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu… ». Il fait référence à la Parole qu’ils avaient reçue, qui était la bonne, comme celle que Paul avait annoncée aux Galates qu’il évangélisait en leur disant : « Si maintenant vous recevez quelqu’un qui vous annonce un autre évangile, un autre Christ et qui vous donne un autre esprit, qu’il soit maudit, ne le recevez pas ». Et pourtant, ils le recevaient fort bien. « Rappelle-toi comment tu as reçu et entendu et garde et repens-toi ». Reviens à ma Parole. A la vraie, à la bonne, à celle qui est pure, sans mélange et garde-la. « Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi ». Dans Matthieu 24:36, Jésus parle de ce qui va se passer juste avant son retour : « Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait ». Et il dit au verset 40 : « Alors de deux hommes qui seront dans un champ, l’un sera pris et l’autre laissé… Veillez donc (Il a dit à l’Eglise de Sardes : « Si tu ne veilles pas… »), puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra. Sachez- le bien, si le maître de la maison savait à quelle veille de la nuit le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison. C’est pourquoi vous aussi, tenez-vous prêts car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas ». Si nous sommes prêts, nous n’avons pas de crainte à la pensée que le Seigneur va venir à l’heure où nous n’y penserons pas, nous savons qu’Il va venir par surprise. Nous avons veillé, nous avons prié, nous attendons le Seigneur, nous sommes prêts. Alors qu’ici, dans Apocalypse 3:3 : « Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi » ; quand la trompette de l’enlèvement va sonner, tu ne partiras pas. Tu n’as pas veillé, tu n’étais pas prêt, tu ne partiras pas. Tous ceux qui annoncent un enlèvement général de toute l’église de Jésus se trompent et trompent les autres. Jésus viendra chercher une Epouse prête, une Epouse qui s’est sanctifiée, une Epouse fidèle qui s’est revêtue des vêtements blancs de la justice de Dieu. Et il ajoute aussitôt : « Cependant tu as à Sardes quelques hommes qui n’ont pas souillé leurs vêtements ». Ils ne sont pas englobés dans le jugement de l’ensemble de l’église, puisque eux n’ont pas souillé leurs vêtements : « Ils marcheront avec moi en vêtements blancs parce qu’ils en sont dignes ». Quand une église dans son ensemble est jugée par Dieu, le Seigneur prend soin de distinguer dans cette église ceux qui sont fidèles, qui ont des vêtements blancs. Ceux-là reçoivent une marque, ils ne sont pas touchés par le destructeur. La sixième église, celle de Philadelphie, est une église fidèle, une église qui garde la Parole, elle ne reçoit aucune menace. Je lis ce que Jésus lui dit dans Apocalypse 3:7 : « Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clé de David (la clé, c’est toujours un symbole de puissance, d’autorité spirituelle, temporelle, c’est quelque chose qui ouvre), celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n’ouvrira : Je connais tes œuvres. Voici, parce que tu as peu de puissance (certaines versions disent : « peu de dynamisme »), et que tu as gardé ma Parole, et que tu n’as pas renié mon nom (Si on ajoute quelque chose à la Parole, si on retranche quelque chose, on renie son nom. Elle ne l’a pas fait), j’ai mis devant toi une porte ouverte que personne ne peut fermer. Je te donne de ceux de la synagogue de Satan qui se disent Juifs et ne le sont pas mais qui mentent. Voici, je les ferai venir se prosterner à tes pieds et connaître que je t’ai aimé. Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre. Je viens bientôt (je viens soudainement). Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne ». Pas de menace, mais des encouragements ! Et enfin lisons ce que dit Jésus à la dernière église, la septième, l’église de Laodicée, dans Apocalypse 3:14 : « Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu : Je connais tes œuvres ». Vous voyez combien de fois il dit : « Je connais tes œuvres ». Le Seigneur sait ce que tu fais de bon ou de mauvais, il sait tout. « Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! Ainsi parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu (aux yeux du Seigneur), je te conseille d’acheter de moi (en fait il lui conseille de se repentir), de l’or éprouvé par le feu (l’or est le symbole de la sainteté, éprouvé par le feu de l’épreuve et de l’affliction), afin que tu deviennes riche et des vêtements blancs (de la sainteté et de la pureté), afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas ». Aux yeux du monde, c’était une église prospère, qui avait beaucoup d’œuvres pour le Seigneur, mais aux yeux du Seigneur, elle était pauvre, aveugle, nue. Il faut que nous apprenions à nous regarder et à regarder l’église avec les yeux du Seigneur, à demander au Seigneur ce discernement : « Seigneur, regarde ma vie et sonde-moi, montre-moi comment tu me vois, toi. Est-ce que devant toi, je suis revêtu de vêtements blancs ou est-ce que je suis aveugle et nu ? » Est-ce que l’église de Laodicée avait conscience de son état ? A mon avis, non. Il faut que le Seigneur lui révèle ces choses, lui parle et ensuite, il faut qu’elle veuille changer, qu’elle reconnaisse que c’est bien la voix du Seigneur et qu’elle change. Je peux te parler de la part du Seigneur en disant : « Tu dors, mon frère ou ma sœur, il faut que tu te réveilles », mais si Jésus ne te parle pas dans ton cœur, tu ne vas pas changer. Il faut que Jésus te montre dans quel état tu es. Il se révèle à l’église de Laodicée pour lui dire : « Tu es tiède ». Et le Seigneur attend de l’église de Laodicée un acte de repentance, qu’elle vienne à Lui pour acheter gratuitement par la foi, de l’huile, de l’or, c’est-à-dire la sainteté, la pureté. Apocalypse 3:18 : « Et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies ». Le collyre, c’est le discernement de l’Esprit.. Demande au Seigneur le discernement de l’Esprit pour que tu voies spirituellement dans quel état tu te trouves. Puisque Dieu voit tout, les profondeurs de l’Esprit sondent tout, si je dis : « Seigneur, je t’en supplie, ouvre mes yeux pour que je voie », c’est comme si j’allais acheter auprès de Lui par la foi gratuitement un collyre pour ouvrir mes yeux. « Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle (non pas le zèle des œuvres, mais le zèle pour chercher la connaissance de Dieu), et repens-toi. Voici je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix… ». Jésus frappait à la porte de l’église pour lui dire : « Je veux entrer, ne me laisse pas dehors ». Et elle n’entendait pas ! « Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte… » Ils étaient tellement pris par leurs occupations religieuses, ça devait faire un tel brouhaha dans leur esprit qu’ils n’entendaient plus le Fils de l’homme frapper à la porte pour dire : « Je veux entrer et souper avec toi, avoir un moment d’intimité avec toi, simplement dans ta présence ». « …je souperai avec lui et lui avec moi ». Revenons au verset 16, la menace est claire : « Parce que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche ». Est-ce une promesse de bénédiction et d’entrée dans un paradis éternel ? Si nous sommes en Christ et que le Seigneur nous vomit de sa bouche, c’est terminé. Alors je reprends dans l’ordre des sept églises ces menaces, et vous allez voir la progression !

La première menace

: Il ôtera le chandelier. La deuxième menace : s’ils persévèrent dans le manque de repentir, Il combattra avec l’épée de sa bouche. C’est déjà un stade de plus. La troisième menace : Il jettera sur un lit de tribulation, fera mourir les enfants et rendra à chacun selon ses œuvres. La quatrième menace : Il viendra comme un voleur, et en laissera. Pas d’enlèvement. Et ce n’est pasencore fini, même ceux qui seront laissés après l’enlèvement auront la possibilité de se repentir pourêtre sauvés au travers du martyre et au travers de la mort dans la tribulation,( je vous en parlerai sur un prochain message )  mais s’ils n’entendent pas,eh bien la dernière menace, la cinquième : Il les vomira de sa bouche. C’est terminé.

Vous voyez c’est solennel de voir toutes ces menaces et c’est aussi émouvant de voir à quel point le Seigneur est angoissé par ces choses qui arrivent sur les églises, puisqu’à chacune d’entre elles, il dit : « Repens-toi ! Change ! Arrête-toi, avant qu’il ne soit trop tard ». Ces avertissements rapportés dans l’Apocalypse sont aussi ceux que le Saint-Esprit donne aujourd’hui aux églises partout dans le monde : « Arrête-toi avant qu’il ne soit trop tard, tu es sur une mauvaise route, tu dors, tu es tiède, tu es en train de t’endormir ». Alors que le Seigneur est à la porte, qu’il frappe et qu’il te dit de te repentir et changer de voie, est-ce que tu peux dire que tu n’es pas concerné ? Moi, je me sens concerné. Non pas parce que je me considère comme un tiède, ou un renégat aux yeux du Seigneur, mais je me sens concerné parce que je sais que si je ne veille pas et si je ne prie pas, je ne serais plus dans la bonne direction, et ces menaces finiront par m’emporter loin de la face du Seigneur. Donc, mon désir, parce que j’aime le Seigneur c’est de le mettre à la première place, je veux avoir ce premier amour dans le cœur. Je ne vais pas vivre dans l’angoisse de voir ces châtiments et ces menaces se réaliser dans ma vie, je sais qu’ils sont là et qu’ils se réaliseront dans la vie de tous ceux qui n’entendront pas le Seigneur et ses avertissements. Mais si notre cœur est tout entier pour le Seigneur, nous n’allons pas vivre dans cette crainte qui nous paralyserait, mais nous allons vivre dans la vision des promesses que Jésus annonce aux vainqueurs. Et ce sont ces promesses que je voudrais voir maintenant avec vous. Pour les sept églises, sans exception, il termine toujours son avertissement en disant : « A celui qui vaincra… ». Au chapitre 2 et au verset 26, il dit : « A celui qui vaincra et qui gardera jusqu’à la fin mes œuvres ». Les vainqueurs sont ceux qui gardent jusqu’à la fin les œuvres de Jésus-Christ, donc qui gardent la foi en Jésus-Christ et en sa Parole puisque les œuvres découlent de la foi. Nous ne pouvons pas être vainqueurs si nous ne sommes pas dans la foi. Ce n’est pas une question de travaux spirituels à faire pour le Seigneur ou de grandes œuvres à faire pour Dieu, ce n’est pas du tout cela. L’œuvre de Dieu, c’est de croire en celui qu’il a envoyé, c’est de croire en Jésus et en Son œuvre. Son œuvre, c’est ce qu’il a accompli à la Croix, c’est ce qu’il a accompli de puissant, de complet pour moi, c’est ce qu’il a en réserve pour moi. Si je marche par la foi en Dieu et en sa Parole, j’accomplirai les œuvres de mon Dieu. Le vainqueur, c’est celui qui reste dans la foi véritable, et qui marche dans les œuvres correspondantes à cette foi-là. Il ne peut pas y avoir de foi sans un cœur tout entier ouvert à Jésus et à sa Parole puisque la foi vient de la Parole du Seigneur (Romains 10:17), donc un cœur entièrement ouvert, sans partage, un cœur qui n’est pas divisé entre diverses attirances, mais seulement l’amour du Seigneur. A la première église, l’église d’Ephèse, Jésus dit, dans Apocalypse 2:7 : « A celui qui vaincra, je donnerai à manger de l’arbre de vie qui est dans le jardin de Dieu ». Pas l’arbre de la connaissance du bien et du mal, l’arbre de vie ! Le Seigneur n’a que faire des connaissances spirituelles que nous pouvons emmagasiner et ingurgiter jusqu’à en attraper des indigestions, si elles ne deviennent pas en nous une parole de vie. « La connaissance enfle, l’amour édifie » (1 Corinthiens 8:1). Si je mange de l’arbre de vie, je vais être en communion avec Jésus qui est le cep et je vais recevoir sa vie. Ensuite, à la deuxième église, l’église de Smyrne, il dit aux versets 10 et 11 : « Je te donnerai la couronne de vie… Celui qui vaincra n’aura pas à souffrir la seconde mort ». C’est une ferme assurance que, celui qui vaincra et restera dans la foi en Jésus-Christ et en sa Parole, n’aura jamais à souffrir la seconde mort, qui est la mort éternelle. Il est assuré de participer à la première résurrection, puisque ceux qui participent à la première résurrection sont assurés de ne jamais souffrir la seconde mort. Mais au jugement du grand trône blanc, à la fin des mille ans, tous les morts vont ressusciter, vont être jugés selon leurs œuvres. Certains seront jetés dans le lac de feu, et d’autres verront le royaume de Dieu s’ouvrir pour eux. Ensuite, à la troisième église, Pergame, il dit au verset 17 du chapitre 2 : « A celui qui vaincra, je donnerai de la manne cachée ». Il sera nourri d’une nourriture que les autres ne connaîtront pas. La manne, c’est la Parole de Dieu, une communion avec Jésus, qui est la Parole, la manne cachée. Le Seigneur aura en réserve des révélations succulentes et abondantes, qu’il réserve aux vainqueurs, à ceux qui marchent par la foi et par l’esprit. Les mystères du cœur de Dieu seront révélés seulement aux vainqueurs. « Et je lui donnerai un caillou blanc ». Jésus est la pierre pure, la pierre principale de l’angle, le caillou blanc. « Et sur ce caillou est écrit un nom nouveau ». Il n’est pas dit que ce sera le nom nouveau du vainqueur, il est dit : « Un nom nouveau », c’est peut-être le nom nouveau du vainqueur, mais ça peut-être aussi la connaissance du nom nouveau de Jésus-Christ, « que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit ». Il y a deux interprétations possibles : le nom nouveau qui est écrit sur le caillou blanc, c’est le nouveau nom de celui qui reçoit le caillou, ou alors le nom nouveau, c’est le nouveau nom de celui qui donne le caillou blanc. Or il nous est dit dans Apocalypse 3:12 que Jésus a un nom nouveau qui sera révélé aux vainqueurs. Personnellement, l’interprétation que je garderais, c’est que le Seigneur va se révéler lui-même aux vainqueurs. C’est lui le caillou blanc, la pierre blanche et il va se révéler personnellement, avec un nom nouveau. Dans Apocalypse 3:12, c’est Jésus qui parle et qui dit : « Celui qui vaincra… , j’écrirai sur lui… mon nom nouveau. » Donc là, c’est bien clair que Jésus a un nom nouveau qui est caché et qui ne sera révélé qu’aux vainqueurs. La manne cachée, c’est Jésus, le nom nouveau, c’est celui de Jésus. Cela veut dire que pour le vainqueur il y aura une révélation personnelle du Fils de Dieu, dans sa profondeur et dans son intimité que nous ne pouvons pas imaginer. C’est merveilleux, c’est formidable, c’est sensationnel de penser que les profondeurs du cœur de Dieu et de Jésus vont être ouverts à celui qui reste dans la foi. La manne cachée, le caillou blanc, le nom nouveau, pour moi, cela signifie simplement une profondeur de communion avec Jésus.

N’est-ce pas cela que notre cœur doit désirer le plus ? Le voir face à face, le connaître. « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ » (Jean 17:3). Non pas l’apparence seulement, mais la profondeur du cœur de Dieu. Ensuite, à la quatrième église, l’église de Thyatire, il dit au verset 26 : « A celui qui vaincra et qui gardera jusqu’à la fin mes œuvres, je donnerai autorité sur les nations. Il les paîtra avec une verge de fer comme on brise des vases d’argile ainsi que moi-même j’en ai reçu le pouvoir de mon Père et je lui donnerai l’étoile du matin ». Là, c’est quelque chose qui concerne non pas la période actuelle, mais la période du millénium. Quand Jésus va revenir, il va régner sur les nations avec une verge de fer, et il associera à son règne les vainqueurs qui paîtront les nations avec la même verge de fer. Plus loin, vers la fin de l’Apocalypse, au chapitre 19, on voit Jésus qui arrive sur un cheval blanc et au verset 14, il est écrit : « Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtus d’un fin lin blanc et pur (c’est l’Eglise du Seigneur et ses anges). De sa bouche sortait une épée aiguë pour frapper les nations. Il les paîtra avec une verge de fer, et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout puissant ». Au chapitre 12 et au verset 5, la femme, qui est l’Eglise, enfante le fils mâle qui est le groupe des vainqueurs : « Elle enfanta un fils qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer. Et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône ». Seuls les vainqueurs (ceux qui ont gardé la foi) sont enlevés. Et là, le Seigneur annonce aux vainqueurs une coopération avec Jésus dans son règne pendant le millénium sur la terre. Nous avons vu qu’il a été dit à l’église de Thyatire : « Et je lui donnerai l’étoile du matin » (Apocalypse 2:28). L’étoile du matin c’est Jésus, puisque dans Apocalypse 22, au verset 16, Jésus dit : « Je suis l’étoile brillante du matin ». Les vainqueurs vont régner sur le monde en communion avec Jésus-Christ. A la cinquième église, Sardes, Jésus dit au verset 5 du chapitre 3 : « Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs ; je n’effacerai pas son nom du livre de vie (cela veut dire qu’Il peut effacer des noms du livre de vie une fois qu’ils y ont été inscrits, certains peuvent perdre leur salut), et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges ». Vous vous rendez compte l’honneur que le Seigneur accordera aux vainqueurs ? Devant le Père céleste et devant les anges de Dieu rassemblés, Jésus lui-même va confesser publiquement le nom individuel des vainqueurs ! Et ceux-ci pourront jeter à ses pieds leur couronne, en disant : « Seigneur, c’est uniquement par ta grâce. Moi, je t’ai aimé de tout mon cœur, c’est toi qui a déversé cet amour dans mon cœur parce que tu as ouvert mes yeux sur la profondeur de mon péché mais aussi sur la profondeur de ta grâce qui a fait de moi une créature nouvelle à laquelle tu as réservé un héritage éternel, que j’ai pris par la foi. Et parce que j’ai pris ces choses par la foi et qu’elles sont devenues vivantes dans ma vie par la foi en toi, eh bien j’ai reçu une couronne que maintenant, je peux jeter à tes pieds, parce que c’est toi qui as fait ces choses dans la vie de ceux qui croient en toi et qui t’ont gardé ». A la sixième église, l’église de Philadelphie, la fidèle, au chapitre 3 et au verset 12 : « Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus ; j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu ». Ecrire le nom de quelqu’un sur quelqu’un d’autre, c’est quelque chose de très fort. C’est le faire directement participer à la personnalité de l’autre, puisque toute la personnalité est comprise dans le nom. Si Jésus écrit son nom sur nous, il met son sceau sur nous en disant : « Tu m’appartiens, mon nom est sur toi pour l’éternité, tu resteras en ma présence et tu n’en

sortiras plus ». « J’écrirai sur lui le nom de mon Dieu (donc de son Père), et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau ». « Et j’habiterai dans la maison de l’Eternel tous les jours de ma vie » (Psaume 23:6). Enfin, à la septième église, la dernière, Laodicée, au chapitre 3, verset 21, il dit : « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône (il ne s’agit plus du règne du millénium, il s’agit du trône éternel de Dieu, où il prendra le vainqueur, le fera asseoir avec lui sur son trône), comme moi j’ai vaincu et je me suis assis avec mon Père sur son trône ». C’est glorieux ! C’est le trône de Jésus et c’est le trône du Père ! Comme Jésus a vaincu, il demande que nous puissions vaincre aussi par la foi en lui. Si je relis avec vous les promesses données aux vainqueurs, là aussi il y a une gradation. De même que dans les menaces, il y avait une gradation, il y a aussi une gradation dans les promesses.

A la première église, Ephèse

: « Je te donnerai à manger de l’arbre de vie ». Cet arbre de vie qui est dans le paradis de Dieu sera rempli de la vie du Seigneur.

A la deuxième église, Smyrne

: « Je te donnerai la couronne de vie… Tu n’auras pas à souffrir la seconde mort ».

A la troisième église, Pergame

: « Je te donnerai un caillou blanc avec un nom nouveau ». La communion avec Jésus.

A la quatrième église, Thyatire

: « Je te donnerai autorité sur les nations ». C’est la période du millénium, le règne avec Jésus sur terre.

A la cinquième église, Sardes

: « Je te confesserai devant mon Père et devant ses anges ». C’est encore un degré de plus.

A la sixième église, Philadelphie

: « Je ferai de toi une colonne dans le temple de mon Dieu et tu n’en sortiras plus ».

Enfin, à la dernière église, Laodicée, l’apothéose

: « Je te ferai asseoir avec moi pour l’éternité sur mon trône ».

L’apôtre Paul dit dans Ephésiens 2:6 : « Il nous a ressuscités ensemble, et nous a fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ ». C’est une réalité spirituelle que Jésus veut convertir en une réalité concrète, pour l’éternité, nous faire asseoir avec lui sur son trône et n’en plus sortir. Seigneur, je veux faire partie de ces vainqueurs, j’ai besoin de ta grâce et je sais que tu me la donnes, parce que c’est ta volonté de me faire asseoir avec toi sur ton trône. Non seulement moi, mais tous tes enfants pour lesquels tu as versé ton sang. Tu veux que tous soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité, mais Seigneur, combien accepteront ? Tu veux que toute ton église monte à ta rencontre, mais combien partiront ? Tu veux que tous soient assis sur ton trône avec toi, mais combien seront vainqueurs ? Fais de nous des vainqueurs, Seigneur, par ta puissance, par l’onction de ton Esprit dans nos cœurs et dans nos vies. Ne permets pas que nous nous endormions, Seigneur. Que nous ne soyons pas comme ces églises qui n’écoutent pas ta voix, tes avertissements, tes reproches, mais que nous puissions un jour avoir la joie de t’entendre confesser notre nom devant notre Père et devant ses anges ; parce que nous avons confessé ton nom, Seigneur. Je te prie Père, au nom de Jésus. Amen.

Comment l’Epouse doit se préparer au retour du

                      Seigneur (étude du livre de l’Apocalypse)

         Message pour l’église d’Ephèse. Ceux qui ont abandonné leur

                            premier amour seront-ils enlevés ?

Lisons dans le livre de l’Apocalypse au chapitre 1 et au verset 13 : « Je vis… au milieu des sept chandeliers, quelqu’un qui ressemblait au Fils de l’homme, vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine. Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu ; ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eût été embrasé dans une fournaise ; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux. Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants ; et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force ». Voilà comment Jésus veut se révéler à son Eglise. Voilà la vision qu’il veut que nous ayons. Chaque fois que Dieu se révèle de cette manière, l’Eglise se prosterne dans la repentance. C’est ce qui est arrivé à Esaïe. Quand il a vu Jésus dans le temple, il a dit : « Malheur à moi, je suis perdu, car je suis un homme dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures » (Esaïe 6:5). Lui le prophète ! Pour que nous puissions frères et sœurs, nous repentir et nous préparer, il faut que nous ayons devant nos yeux cette révélation de Jésus dans sa gloire, dans sa sainteté. L’or, la laine blanche, tout cela représente la gloire et la sainteté de Jésus. Si nous n’avons pas cette révélation de Jésus, qui donne la crainte de Dieu, nous n’allons pas pouvoir nous préparer comme nous le devons. Et Jésus, dans les derniers temps, va se révéler de cette manière, à ceux qui l’aiment et à ceux qui comme Jean sont véritablement les brebis du Seigneur. Deux femmes sont actuellement en train de se préparer. La première femme est l’épouse de Jésus. Elle ne pense qu’à une chose : se sanctifier pour la venue de Jésus. Elle va se laisser travailler.

Elle va se laisser reprendre. Elle va se laisser remplir du Saint-Esprit. L’autre est appelée la prostituée dans le livre de l’Apocalypse. C’est celle qui a l’apparence, mais qui n’a pas la réalité intérieure. Et les deux se retrouvent dans toutes les églises. Le bon grain et l’ivraie vont être mélangés jusqu’au jour du jugement, dans chaque église. Ce serait merveilleux si toutes les églises étaient composées uniquement de membres de l’épouse de Jésus. Mais Jésus dit que jusqu’à la fin les deux seront mélangés : ceux qui appartiennent à l’épouse et qui entendent la voix de Jésus, et ceux qui appartiennent à la fausse Eglise, qui n’auront que l’apparence, mais qui ne vont pas se préparer. Lisons plus loin, Apocalypse 1, verset 17 : « Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant : Ne crains point ! Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts. Ecris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver après elles, le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d’or. Les sept étoiles sont les anges des sept églises, et les sept chandeliers sont les sept églises ». Un chandelier, c’est quelque chose qui porte la lumière : « Vous êtes la lumière du monde » (Matthieu 5:14) dit Jésus à ses disciples. Et les étoiles, ce sont les anges, ou les messagers, ou les gardiens des églises. En fait, ils représentent l’Eglise de Jésus-Christ. Ensuite, le Seigneur parle à son Eglise. Il déverse son cœur. Il veut que tout soit mis à nu, pour que son Eglise ne puisse pas dire : « Seigneur tu ne m’as pas prévenue ! Seigneur si j’avais été prévenue, je me serais préparée. » Et c’est pour cela que le Seigneur dit à son Eglise : « Lis ces paroles ! Médite-les ! Etudie-les ! » Les chapitres 1 à 3 de l’Apocalypse devraient être une lecture et une méditation constantes, non seulement pour nous préparer, mais pour nous exhorter les uns les autres à nous préparer. Bien sûr toute la Parole de Dieu nous a été donnée pour nous préparer, pour nous exhorter. Quand Jésus dit de lire ces paroles, ce n’est pas seulement les trois chapitres du début de l’Apocalypse, c’est toute la Parole, mais tout particulièrement ces chapitres-là, parce que c’est la voix de Jésus dans les derniers temps à son Eglise, pour lui montrer ce qu’il lui reproche, pour lui montrer ce qu’elle doit faire pour être prête. Et à chacune il dit : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux églises ». Avec les oreilles du cœur ! Alors regardons, ou commençons à regarder ce qu’il dit à la première. La première église, tout au début, était une église remplie de la présence et de la gloire de Dieu, nous le voyons au début de l’Eglise primitive, au début du livre des Actes. Les quatre premiers chapitres des Actes nous montrent quelle était cette église. C’était la crainte qui s’emparait de tous, c’était les signes, les prodiges, les miracles au milieu du peuple de Dieu. C’était des manifestations surnaturelles de Dieu, du Saint-Esprit qui dirigeait son Eglise en permanence, directement : c’était la gloire de Dieu ! C’était l’ombre de Pierre qui passait sur les malades, et tous étaient guéris. Voilà ce que nous allons retrouver dans l’Epouse, dans les derniers temps. Je le crois de tout mon cœur, parce qu’il ne peut pas y avoir la présence de Dieu au milieu de son Epouse, sans avoir tous ces signes-là. D’abord la sainteté et en même temps les signes véritables, parce que dans l’Eglise prostituée il y aura aussi des miracles, des signes dont parle Paul dans la deuxième épître aux Thessaloniciens. Mais ce seront des miracles et des signes mensongers. Et nous devons bien avoir le discernement de Jésus pour distinguer les deux.

Cette Eglise était remplie de la gloire de Dieu. Peu à peu, avec le temps qui passe, cela va changer. On le voit déjà au début d’Actes 5, quand Ananias et Saphira ont péché, ils ont laissé l’hypocrisie et l’amour de l’argent entrer dans leur cœur. Et le jugement de Dieu a été immédiat, parce que la présence de Dieu est toujours puissante. Nous retrouverons la même chose à la fin des temps : une action puissante de Dieu pour bénir son Epouse, pour lui donner tout ce que Dieu a en réserve, et des jugements terribles sur ceux qui essaient de s’introduire dans l’Epouse, mais avec l’esprit d’Ananias et de Saphira. Nous retrouverons les mêmes choses. Et c’est cela qui donnera la crainte de Dieu à tous les enfants du Seigneur. Cette église, Ephèse, la première, au chapitre 2 de l’Apocalypse, au verset premier, avait vraiment bien commencé. Quand vous voyez l’épître de Paul aux Ephésiens, c’est une épître magnifique, qui s’adressait à une église magnifique. La deuxième épître aux Ephésiens, c’est celle que nous trouvons dans le livre de l’Apocalypse, c’est la lettre que Jean envoie à l’église d’Ephèse, qui lui dit ceci : « Ecris à l’ange de l’Eglise d’Ephèse : voici ce que dit celui qui tient les sept étoiles dans sa main droite, celui qui marche au milieu des sept chandeliers d’or (celui qui marche au milieu de son Eglise) : je connais tes œuvres, ton travail, et ta persévérance. Je sais que tu ne peux supporter les méchants ; que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs ; que tu as de la persévérance, que tu as souffert à cause de mon nom, et que tu ne t’es point lassé ». Quand on lit cette description, on peut se dire : « Mais c’est une église magnifique ! J’aimerais bien que toutes les églises soient décrites par Dieu comme ce que nous venons de lire. » Et pourtant, Jésus lui dit au verset 4 : « Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour ». On pourrait dire : « Jésus ne lui reproche que cela ? » Oui ! Parce que tu peux avoir toutes ces œuvres, toutes ces bonnes choses, cette persévérance, ce discernement pour rejeter les faux apôtres, ne pas supporter les méchants, les pécheurs, ne pas t’être lassé, mais tu n’as plus en toi cet amour qu’il y avait au début. L’église d’Ephèse avait perdu cet amour que l’on voit au début des Actes des apôtres. Le premier amour, c’est l’amour premier. C’est un amour où on met Jésus en tout premier dans la vie, où on a une consécration complète, où on ne pense qu’à une chose, c’est au Seigneur Jésus, à son royaume, et tout le reste est secondaire. C’est ce qui manquait aux vierges folles. Vous vous rappelez la parabole des vierges folles et des vierges sages, dans Matthieu 25 ? Dix vierges, qui représentent l’Eglise. Cinq étaient sages, cinq étaient folles. Toutes se sont endormies. Toutes se réveillent, au moment où le Seigneur est en train d’arriver. Qu’est-ce qui faisait la différence entre les sages et les folles ? Toutes étaient vierges, nées de nouveau. Toutes avaient leur lampe allumée, c’est à- dire que le Saint-Esprit brillait dans leur esprit régénéré. Mais ce qui faisait la différence entre les sages et les folles, c’est que les sages avaient en plus une réserve d’huile, et les autres n’avaient pas une réserve suffisante pour tenir jusqu’au bout. Les premières étaient remplies du Saint-Esprit, pas seulement dans leur esprit, mais dans leur âme et dans leur vie pratique. La réserve, c’est ce supplément du Saint-Esprit, qui me permet vraiment dans mon âme, dans mes pensées, dans mes désirs, dans mes sentiments, d’être rempli du Saint-Esprit. Les autres étaient nées de nouveau, elles étaient vierges, elles avaient le Saint-Esprit, leur lampe était allumée, mais la réserve de Saint-Esprit n’était pas suffisante. En d’autres termes, elles n’étaient pas pleinement remplies, elles avaient perdu leur premier amour. Quand tu es rempli du Saint-Esprit, tu es rempli de l’amour de Jésus, de l’amour pour Lui, de l’amour pour sa Parole, de l’amour pour les frères, de l’amour pour le monde perdu. Quand tu es rempli du Saint-Esprit, tu es plein de tout cela. Et qu’est-ce qu’il faut pour être plein du Saint-Esprit ? Il y a seulement deux conditions pour être plein du Saint-Esprit. La première condition, c’est que Dieu donne son Esprit seulement à ceux qui le lui demandent. Alors, dites lui : « Seigneur, j’ai besoin d’être rempli de ton Esprit. Je t’en supplie remplis-moi de ton Saint-Esprit. Remplis-moi, c’est la seule chose qui compte pour moi et pour Toi, remplis-moi ! Je t’ouvre tout grand mon cœur, et je désire que tu me remplisses de toi, de ton Esprit. » Vous pensez que Dieu ne va pas exaucer cette prière ? Il est le premier à vouloir l’exaucer. Si nous ne sommes pas remplis, c’est que nous n’avons pas demandé à Dieu de nous remplir. Il ne va pas nous remplir de force. Et la deuxième condition : Dieu donne son Esprit seulement à ceux qui lui obéissent, à ceux qui ont un cœur obéissant. Cela ne veut pas dire que Dieu donne son Esprit seulement à ceux qui sont parfaits en tous points ! Ceux qui lui obéissent, ce sont ceux qui ont un cœur bien disposé, qui disent : « Seigneur, je veux t’obéir. Mais je sais que pour t’obéir, il faut que je connaisse ta Parole. Si j’ai des choses que j’ignore, montre-les moi Seigneur. S’il y a des choses dans ma vie qui sont de la désobéissance, je t’en supplie, fais la lumière Seigneur ! Montre-moi, je veux régler cela. » Dieu veut que tous les hommes lui obéissent. Mais si je veux désobéir à Dieu, Dieu ne va pas me forcer à lui obéir. Donc, cette Eglise d’Ephèse, qui était remplie, qui avait demandé à Dieu de la remplir, qui obéissait à Dieu, parce qu’elle avait un amour premier pour Jésus, elle a perdu son premier amour. Elle a gardé les bonnes œuvres. Elle a gardé sûrement un bon enseignement. L’enseignement devait être sûrement parfait, puisqu’elle a pu discerner les faux apôtres, les méchants, et les écarter. Elle avait plein de zèle, elle faisait plein de bonnes choses. Sûrement qu’elle évangélisait. Elle ne s’est pas lassée. Elle a même souffert, elle était persécutée. Elle avait de la persévérance. Mais, elle n’avait plus le premier amour, elle l’avait perdu. Et Jésus lui dit : « Repens-toi !». Il ne s’agit pourtant pas de chrétiens qui vivent ouvertement dans des péchés grossiers. Il s’agit simplement de chrétiens, qui ont perdu leur premier amour, qui ne sont pas remplis du Saint-Esprit. Si Jésus dit à quelqu’un : « Repens-toi », et qu’il ne veut pas se repentir, est-ce que vous pensez vraiment, que si la dernière trompette sonne à ce moment-là, celui-là va partir ? Si Jésus lui dit : « Repens-toi » et qu’il ne se repent pas, il ne partira pas. Parce que c’est tellement facile pour Dieu, de remplir à nouveau Ses enfants du premier amour. C’est facile ! Si j’ouvre mon cœur, Dieu est désireux, le premier, de déverser son amour et son Esprit en moi. Donc, si je ne suis pas rempli de son amour et de son Esprit, c’est : soit que je ne l’ai pas vraiment demandé à Dieu de tout mon cœur, soit que je persévère quelque part dans une désobéissance. Et si je persévère dans une désobéissance, est-ce que je peux être vraiment rempli du Saint-Esprit ? Je ne peux pas. Mais, si j’ai demandé honnêtement à Dieu : « Fais la lumière en moi », et qu’il me montre quelque chose, je vais tout de suite demander pardon, et tout de suite je dis : « Seigneur, je vais mettre cela en règle. » Si je suis en train de tricher avec mes impôts, si je suis en train de faire quelque chose d’illégal, alors que Dieu me demande de respecter les autorités, de respecter la loi, si je vis en concubinage depuis dix ans avec quelqu’un, et que je n’ai pas régularisé cela devant Dieu et devant les hommes, et devant la loi des hommes qui est la nôtre aujourd’hui, est-ce que j’ai vraiment un cœur obéissant ? Je donne quelques exemples, mais on en verra d’autres. Si j’ai encore l’amour de l’argent qui est une idolâtrie, est-ce que j’ai le premier amour de Jésus dans mon cœur ? Et dans son amour, Jésus dit au verset 5 : « Souviens-toi donc d’où tu es tombé ». « Tu occupais cette position élevée avec moi, pleine du Saint-Esprit, pleine de foi. Tu es tombé parce que tu as perdu ce premier amour ». « Souviens-toi d’où tu es tombé, repens-toi ». « Demande pardon et reprends tout de suite ta place ». C’est vite fait de se repentir et de reprendre notre place dans le Seigneur. Cela ne demande pas des heures, des jours et des mois. C’est maintenant que cela doit être fait. « Et pratique tes premières œuvres » c’est-à-dire « sois à nouveau rempli de mon premier amour et de ma foi que tu avais avant. Et alors, ce sera suivi des œuvres qui correspondent à l’amour premier et à la foi que tu avais avant et que tu as perdus ». « … sinon, je viendrai à toi, et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes ». Il dit encore une deuxième fois : « Repens toi ». Le chandelier, c’est la lumière de la véritable Eglise, celle qui est vraiment remplie d’huile et allumée. Si Dieu dit : « J’ôterai le chandelier de sa place », qu’est-ce que cela veut dire ? Si Dieu parle à une église comme celle-ci, en lui disant : « Retrouvez tous votre premier amour « , ceux qui sont vraiment les brebis du Seigneur vont entendre Sa voix, mais à ceux qui n’entendent pas Sa voix ou qui ne veulent pas se repentir, Jésus leur dit : « Si tu ne te repens pas, je vais enlever du milieu de toi le chandelier ». Cela veut dire que tous ceux qui sont remplis du Saint-Esprit partiront. Il ne va rester dans l’église qu’une apparence creuse. Il y a de plus en plus de chrétiens dans le monde entier qui ont dû quitter les églises, parce que Jésus n’y était plus présent. C’est ce qui se passe dans la fin des temps. Il y a encore quelques rares églises dont le chandelier est encore présent, et brille encore, parce que dans leur grande majorité, tous reçoivent la Parole et sont fidèles. Là, ce sont les infidèles qui doivent partir. Mais si la majorité de l’église n’écoute pas et ne se repent pas, Dieu va faire sortir les chrétiens qui sont spirituels, qui veulent vraiment marcher avec Dieu, mais qui ne peuvent pas. Ils sont bloqués dans leur marche pour avancer avec le Seigneur, parce que le premier amour pour Jésus n’est pas la caractéristique des conducteurs de cette église, de ce groupe. Ce sont des choses sérieuses. Ce sont des choses qui nous concernent personnellement en tant qu’individu, mais aussi en tant qu’église, puisqu’il parle à l’église. Et l’église, ce n’est pas seulement une personne. L’église locale est un corps, et une cellule du corps de Christ. Il parle à l’église d’Ephèse. C’est comme si Jésus parlait à votre église locale. Mais s’il y en a qui ont besoin de se repentir et de retrouver le premier amour, écoutons la voix de Dieu. Repentons-nous ! Demandons à Jésus de nous montrer si notre amour actuel est vraiment le premier amour, un amour total, une consécration totale, et un désir total de dire : « Seigneur, tu sais que je veux t’obéir, et tu sais que je veux être rempli de toi. » Et Dieu va honorer cette prière et y répondra. Alléluia. Je vais terminer avec ce qu’il dit encore à l’église d’Ephèse au verset 6 : « Tu as pourtant ceci  (ah, il y a quand même encore quelque chose de bon, que le Seigneur apprécie), c’est que tu hais les œuvres des Nicolaïtes, œuvres que je hais aussi ». On ne sait pas exactement ce que sont les œuvres des Nicolaïtes, mais on peut en avoir une idée, par la signification du mot grec « nicolaïtes » : « Nico » veut dire la victoire en grec, et « laïte » veut dire le peuple. « Nicolaïte » veut dire la victoire du peuple, la victoire des hommes, par opposition à la victoire de Dieu. Les œuvres des Nicolaïtes : ce sont les œuvres de ceux qui écoutent les opinions des hommes, et qui mettent en avant les traditions et les opinions des hommes, plutôt que la Parole de Dieu. Et je crois qu’il y a une chose qui va vraiment empêcher l’action du Saint-Esprit au milieu de son Eglise, c’est l’incrédulité. C’est pour cela que je mets l’accent sur la foi. L’incrédulité est causée par les traditions des hommes et non pas par la pure Parole de Dieu. Jésus avait les mêmes problèmes avec les Juifs de son temps. Il leur disait : « Vous annulez ainsi la Parole de Dieu au profit de votre tradition » (Matthieu 15:6). Et à cause de cela, le Saint-Esprit était bloqué. Il ne pouvait pas aller jusqu’au bout. Et en plus cela débouchait sur des choses qui étaient très graves, le compromis avec le péché, des pratiques, des tolérances que Dieu ne peut pas admettre. Et Dieu a de la haine pour tout ce qui est un compromis avec sa Parole. C’est aussi pourquoi cette Eglise, même si elle rejetait les œuvres des Nicolaïtes, quand elle disait à Dieu : « Seigneur, c’est ta Parole qui compte en premier », en fait dans son cœur, elle avait perdu son premier amour. C’était donc quelque chose qui était plutôt sur ses lèvres que sur son cœur. On peut être très strict sur la Parole de Dieu, mais il faut que notre cœur aussi soit tout entier pour le Seigneur. « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises : A celui qui vaincra (le voilà le fils qui sort de la femme, le vainqueur qui monte) celui qui vaincra (c’est-à-dire qui va retrouver son premier amour), je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu ». Celui-là va se nourrir abondamment de Jésus, qui est l’arbre de vie, de sa Parole de vie, de son Esprit de vie, il en sera rempli. Et celui-là va monter au son de la dernière trompette. prière : « Seigneur ta Parole est Esprit et Vie, et nous voulons la recevoir dans des cœurs ouverts, grands ouverts, moi le premier, Seigneur. Je te remercie pour toutes tes brebis, pour tous tes enfants fidèles, pour tous ceux qui aiment ton nom, pour tous ceux qui se sanctifient et qui se préparent, et qui veulent recevoir même tes reproches, avec joie, parce que nous savons Seigneur, que quand tu as quelque chose à nous reprocher, c’est pour nous relever, c’est pour nous encourager, c’est pour nous remplir de toi, nous remplir de ce premier amour, si nous l’avons perdu. Et la prière, c’est pour tous ceux qui ici auraient perdu ce premier amour, que tu le leur redonnes Seigneur en abondance, que tu puisses maintenant même ouvrir les cœurs, faire la lumière et montrer à chacun, où nous en sommes. S’il y a quelque chose que tu nous reproches Seigneur, si nous avons laissé le premier amour que tu nous demandes d’avoir, cet amour premier pour toi, pour ta Parole, pour ton Esprit, bénis-nous Seigneur, je t’en prie, et remplis-nous à nouveau de ton Saint-Esprit, qui est amour, qui est sainteté. Redonne-nous à nouveau Seigneur, ce feu divin, pour te mettre toujours et partout à la première place, et pour te suivre le regard fixé sur toi. Seigneur, nous recevons ta bénédiction et nous t’en remercions, dans le nom de Jésus-Christ, amen. Nous allons lire  ce que Jésus dit à l’église de Smyrne, une église fidèle, dans Apocalypse 2, aux versets 8 à 11 : « Ecris à l’ange de l’Église de Smyrne: Voici ce que dit le premier et le dernier, celui qui était mort, et qui est revenu à la vie : Je connais ta tribulation et ta pauvreté (bien que tu sois riche), et les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont une synagogue de Satan. Ne crains pas ce que tu vas souffrir. Voici, le diable jettera quelques-uns de vous en prison, afin que vous soyez éprouvés, et vous aurez une tribulation de dix jours. Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie. »  Nous avons là une église qui doit traverser la tribulation, la persécution, les calomnies. Il est écrit dans la Parole de Dieu que nous ne pouvons pas vivre saintement, sans être persécutés. C’est une église fidèle, elle est donc persécutée. Et cette persécution est destinée à l’éprouver, à la tester, à voir si l’or qui la compose est pur. Elle doit passer par le feu de l’épreuve. Mais comme c’est une église fidèle, le Seigneur va la soutenir au travers de l’épreuve et c’est une tribulation courte. Dix jours, c’est l’image d’une tribulation courte mais sévère. Alors ne soyons pas étonnés si nous traversons des tribulations, pour le nom de Jésus-Christ. C’est quelque chose que le Seigneur demande à ses enfants fidèles d’accepter. Le Seigneur a connu lui-même ces choses, quand il était sur la terre. Comme il habite en nous, il nous donne la force et l’Esprit pour traverser ces choses en vainqueurs, avec la bonne attitude, en remerciant le Seigneur pour sa fidélité, et en priant pour nos ennemis et nos persécuteurs. « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises : celui qui vaincra n’aura pas à souffrir la seconde mort ». La seconde mort, c’est la perdition ! Le vainqueur est assuré de ne pas souffrir la seconde mort. Les autres ne sont pas sûrs. Le vainqueur, lui, est sûr de ne pas passer par la seconde mort. Puis il écrit à l’ange de l’église de Pergame. Lisons au verset 12 du chapitre 2 : « Voici ce que dit celui qui a l’épée aiguë, à deux tranchants : Je sais où tu demeures, je sais que là est le trône de Satan ». L’environnement de cette église était une présence directe de Satan, c’était là que Satan avait mis son trône. Ce n’était sûrement pas un environnement très favorable. Là où est le trône de Satan, là sont les démons, les sorciers et tous les serviteurs de Satan. Mais cette église avait quand même quelque chose de bon, puisque le Seigneur lui dit : « Tu retiens mon nom, et tu n’as pas renié ma foi, même aux jours d’Antipas, mon témoin fidèle, qui a été mis à mort chez vous (cette église subissait aussi de la persécution), là où Satan a sa demeure. Mais j’ai quelque chose contre toi, c’est que tu as là (au milieu de toi) des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak à mettre une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël, pour qu’ils mangeassent des viandes sacrifiées aux idoles et qu’ils se livrassent à l’impudicité (à l’impureté) ». Nous connaissons l’histoire de Balaam. C’était un prophète qui a mal tourné et qui aimait l’argent. Balak, un ennemi d’Israël, lui avait demandé de venir maudire le peuple. Et quand Balaam est monté sur la montagne pour maudire le peuple, il n’a pas pu, parce que Dieu le lui a interdit. Dieu lui est apparu, lui a parlé et a dit : « Tu ne vas pas le maudire, tu vas le bénir ». Et Balaam n’a pu rien faire. Aucune malédiction n’a pu toucher le peuple de Dieu tant que le peuple est resté fidèle. Mais comme Balaam avait le cœur mauvais, il a donné un mauvais conseil à Balak, il lui a dit : « Envoie donc les belles filles de Moab, les belles filles de ton peuple au milieu des Israélites, et ils vont être séduits. Et quand ils auront été séduits, ils vont tomber dans le péché, et là la malédiction de Dieu va pouvoir venir ». Et c’est ce qui a été fait, et à cause de cela la malédiction est venue. Donc, la doctrine de Balaam était une doctrine qui permettait au péché d’entrer dans l’église, d’entrer dans le peuple de Dieu. Et à Pergame, il y avait des gens qui disaient par exemple : « Mais nous sommes sous la grâce, ce n’est pas si grave de pécher puisque Dieu est miséricordieux, il nous fait grâce pour nos péchés ». Ces gens avaient une attitude laxiste, ils n’étaient pas sérieux dans le désir de marcher dans la sainteté, et laissaient le péché entrer dans l’église en le supportant. Ils laissaient des pierres d’achoppement dans l’église, et évidemment les faibles tombaient sur ces pierres d’achoppement. Les conseils qui étaient donnés, c’est qu’ils pouvaient manger des viandes sacrifiées aux idoles, et qu’ils pouvaient se livrer à l’impureté, l’impudicité. Les deux sont toujours associés, frères et sœurs. Vous savez que l’idolâtrie, c’est mettre quelque chose ou quelqu’un à la place de Dieu. Cela peut être aussi de remplacer la pure Parole de Dieu par une doctrine qui n’est pas la Parole de Dieu. C’est encore remplacer Dieu par autre chose. Il faut bien comprendre que quand une fausse doctrine est acceptée, c’est une forme d’idolâtrie, parce qu’on a remplacé Dieu par le mensonge. On a remplacé la vérité par le mensonge. On a mis sur le trône, une doctrine mensongère à la place où Dieu devait être. Pour Dieu, c’est de l’idolâtrie. L’idolâtrie aujourd’hui dans l’église ne consiste pas seulement à adorer des statues et des faux dieux.

Nous savons que les églises qui permettent les statues, les médailles et les images entretiennent l’idolâtrie. Mais pour les Chrétiens, l’idolâtrie est le fait de mettre quelqu’un ou quelque chose à la première place, avant Dieu. Cela peut être ton mari, ta femme, tes enfants… Je connais des parents chrétiens qui aiment tellement leurs enfants, qu’ils supportent que ces enfants pèchent et vivent chez eux en péchant, parce qu’ils aiment tellement leurs enfants qu’ils ne veulent pas leur faire de mal. C’est de l’idolâtrie. On n’est pas tranchant avec Dieu. Le mensonge, la fausse doctrine sont toujours associés à l’impureté. Les deux vont ensemble : l’idolâtrie/l’impureté. On peut mesurer le degré de sanctification d’une église, à son degré d’acceptation de la vérité. Plus une église accepte la vérité et plus elle va vivre dans la sainteté. Plus une église accepte les fausses doctrines et les compromis avec la Parole de Dieu, et plus elle laisse la porte ouverte à l’impureté, au compromis avec l’impureté, l’impudicité. C’est automatique, c’est facile à voir. Dès que les fausses doctrines arrivent, la conduite impure va avec. Mais quand la vérité est accueillie, elle entraîne avec elle la justice et la sainteté de Dieu. Et c’est cela que Dieu reproche à cette église. Elle avait la foi. Elle témoignait bien, il y avait même des martyrs au milieu d’elle. Elle n’avait pas renié Jésus, mais elle faisait des compromis avec la vérité et avec le péché, ce qui est la doctrine de Balaam et aussi la doctrine des Nicolaïtes. au lieu de mettre Dieu sur le trône, on met l’opinion publique sur le trône, on met l’opinion des hommes. C’est le peuple qui a le dernier mot, mais ce n’est pas le Seigneur et ce n’est pas sa Parole. Et Dieu ajoute au verset 15 : « De même, toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes, ce que je hais ». Dieu a de la haine pour le compromis ! Il a de la haine pour le compromis ! Un mélange d’un peu d’erreur et beaucoup de vérité, un mélange d’un peu de compromis avec le péché et de beaucoup d’obéissance, ce n’est pas suffisant. Dieu a de la haine pour cela. Il faut que cela soit tout ou rien. Si je veux suivre Jésus à quatre-vingt-dix-neuf pour cent, pour Dieu c’est comme si je le suivais à zéro pour cent. C’est aussi clair que cela ! Et Dieu sait que nous avons besoin de sa grâce pour le suivre à cent pour cent. Il faut être plein du Saint-Esprit. Et pour être plein du Saint-Esprit, il suffit de le demander avec foi, parce que Dieu donne son Saint-Esprit à ceux qui le demandent, à ceux qui ont le cœur sincère et qui lui disent : « Seigneur, je ne veux pas marcher dans le compromis. Il y va de ta gloire, il y va aussi du témoignage, il y va du salut des âmes, je veux Seigneur que cela soit du cent pour cent ». Amen ? Alléluia. Alors là, nous avons Dieu à cent pour cent pour nous ! « Repens-toi donc; sinon, je viendrai à toi bientôt » Le mot traduit par « bientôt » signifie « brutalement », « d’un coup ». Dieu dit à cette église : « Repens-toi, je te laisse du temps pour te repentir, mais sache que si tu ne te repens pas, je viendrai à toi brutalement ». « et je les combattrai avec l’épée de ma bouche ». Est-ce que quelqu’un, que Jésus veut combattre par l’épée de sa bouche, peut être enlevé ? Et pourtant il a la foi, et pourtant il peut être un bon témoin, et pourtant il n’a pas renié le nom de Jésus, mais… il accepte le compromis dans sa vie. « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’esprit dit aux églises ». Et la voix de l’Esprit se fait de plus en plus forte, à mesure que le retour s’approche. La voix de l’Esprit, c’est toujours : « Repens-toi » si tu as besoin de te repentir. Dieu va te montrer si tu as besoin de te repentir, et Dieu va te demander de te repentir au plus vite, parce que le temps est court. « A celui qui vaincra » Je rappelle que celui qui remporte la victoire ne la remporte jamais avec ses propres forces, il la remporte toujours par la foi en celui qui est le vainqueur, Jésus-Christ qui habite en nous. Si nous avons foi en celui qui a vaincu, et si nous lui avons consacré à cent pour cent notre vie, le vainqueur qui habite en nous nous donnera la victoire. « A celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée ». La manne c’est la Parole de Dieu. La manne cachée, ce sont des révélations profondes que Dieu va nous donner, parce que nous sommes fidèles. Mais Il ne va pas les donner à ceux qui sont dans le compromis. Dieu ne veut pas gâter sa bonne Parole. « et je lui donnerai un caillou blanc ; et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit ». Un nom nouveau, c’est une personnalité nouvelle. Nous savons que nous avons une personnalité nouvelle, quand nous sommes nés de nouveau. Nous avons un esprit nouveau. Nous avons déjà un caillou blanc, au fond de notre cœur, mais si nous vivons dans le compromis, nous n’allons pas pouvoir manifester ce que nous avons reçu de Jésus. Cela va rester dans l’ombre, parce que la chair va empêcher la justice de Dieu de se manifester dans notre vie. Celui qui ne vit pas dans le compromis pourra manifester ce qu’il a reçu de Jésus, montrer ce caillou blanc. Les autres vont le garder enfermé dans leur placard. Un nom nouveau que personne ne connaît, c’est aussi un signe d’intimité avec Dieu. Le Seigneur s’approche de nous et il dit : « Viens, je vais te donner un nom nouveau qui sera connu seulement par toi et moi ». C’est un peu comme le fiancé qui dit à sa fiancée : « Je vais te donner un petit nom, un petit nom d’amour, et cela sera entre nous deux seulement ». C’est le signe d’une intimité particulière avec Jésus. Cela vaut vraiment la peine de marcher à cent pour cent avec Jésus. Il parle ensuite à l’église de Thyatire, au verset 18 : « Ecris à l’ange de l’Eglise de Thyatire : Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu ». Des yeux qui voient au plus profond de notre vie, des yeux qui laissent passer le feu de Dieu qui est un feu purificateur pour ceux qui se repentent, et un feu de jugement pour ceux qui résistent. C’est le même feu, le feu du Saint-Esprit. Si nous sommes repentants, le feu ne va pas nous détruire, il va nous purifier, mais le même feu du Saint-Esprit va brûler et détruire celui qui refuse de se repentir. « et dont les pieds sont semblables à de l’airain ardent ». L’airain dans la Bible, c’est le signe du jugement. Tout ce qui est d’airain, c’est l’indication du jugement. Le Seigneur, n’oublions pas, revient comme un juge, et il commence par juger Son peuple. Alors, que dit-il à l’Eglise de Thyatire ? : « Je connais tes œuvres, ton amour, ta foi, ton fidèle service, ta constance, et tes dernières œuvres plus nombreuses que les premières (Quelle belle église ! De l’amour, de la foi, de la constance, de bonnes œuvres). Mais j’ai encore quelque chose contre toi (Qu’est-ce qu’elle avait cette église ?), c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles ». Toujours la même chose : impudicité et idolâtrie. Viandes sacrifiées aux idoles : cela veut dire qu’en fait, on reçoit dans notre vie quelque chose qui a été offert à des idoles, à des faux dieux, à des choses qui ne sont pas la vérité, qui sont le mensonge, et l’impudicité y est associée. « Je lui ai donné du temps, afin qu’elle se repentît ». Voilà le cœur de Dieu : « Je lui ai donné du temps, afin qu’elle se repentît, et elle ne veut pas se repentir de son impudicité (de son impureté) ». Quand quelqu’un me dit : « Moi, excuse-moi, mais je n’arrive pas à me repentir ! » ma réponse sort tout de suite : « Tu te séduis toi-même. En fait, tu ne veux pas te repentir ! » Parce que l’amour de Dieu pousse tous les hommes à se repentir, et il nous a donné à tous la possibilité de se repentir. Tous les hommes ont reçu cette possibilité, sinon Dieu ne dirait à personne : « Repens-toi ». Il ne peut pas demander à quelqu’un qui ne peut pas se repentir, de se repentir. L’homme le plus méchant peut se repentir, puisque la repentance est un don de Dieu et que Dieu veut la donner à tous. Ceux qui ne se repentent pas refusent le don de Dieu. Ils ne veulent pas. Et pourtant Dieu a donné du temps à Thyatire pour se repentir. Au verset 22 : « Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle (à ceux qui ont accepté ses enseignements, à ceux qui ont accepté ses conseils, à ceux qui ont accepté le compromis parce qu’on leur a dit que ce n’était pas si grave devant Dieu, que Dieu est bon et miséricordieux : « Tu peux vivre dans l’adultère ou le concubinage et enseigner la Parole de Dieu ». J’entends cela dans quelques églises. Je sais que cela existe), à moins qu’ils ne se repentent de leurs œuvres ». Au verset 23 il dit : « Je ferai mourir de mort ses enfants ; et toutes les Eglises connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les cœurs, et je vous rendrai à chacun selon vos œuvres ». en ce qui concerne l’idolâtrie et l’impudicité, un aspect important. Il y aurait beaucoup de choses à dire, mais le Seigneur nous expliquera tous les détails. insistons simplement sur deux choses. Le Seigneur dit que l’amour de l’argent, c’est de l’idolâtrie, parce que là encore, on met quelque chose avant Dieu. Et je vous assure que dans beaucoup d’églises, ce qui est une porte ouverte au compromis, c’est l’amour de l’argent. C’est la racine de tous les maux. L’idolâtrie absolue. Si le Seigneur nous montre qu’il y a dans le cœur le moindre amour pour l’argent, les richesses, les biens, les terrains, les maisons, les possessions, c’est de l’idolâtrie que Jésus dénonce maintenant, qui ouvre une porte toute grande à toutes sortes de compromis. Les églises qui aiment l’argent sont des églises où le compromis est déjà entré. Bien sûr, il faut de l’argent pour effectuer des achats, des transactions, mais ce que Dieu n’aime pas, c’est que notre cœur soit attaché à cela. Si nous sommes attachés à Dieu et si nous recherchons sa justice en premier, Dieu nous donnera tout. « . Je sais que Dieu pourvoira à tous nos besoins, et  pas d’amour pour l’argent dans mon cœur. Demandons à Dieu qu’Il fasse la lumière, parce que c’est tellement facile d’avoir un peu d’amour pour les richesses et l’argent. Dieu pourvoira à tous nos besoins ! Enlevons toute racine d’amour pour l’argent et les richesses. Soyons prêts, si Dieu le demande, à tout abandonner. Dieu peut nous tester, comme il a testé Abraham en lui disant : « Donne-moi ton fils unique, celui que je t’avais promis, donne-le moi. » Et Abraham était prêt à le sacrifier. Il savait que Dieu allait le ressusciter, puisque Dieu lui avait dit : « De ce fils-là sortiront des peuples nombreux ». Mais il était prêt à l’immoler. Et Dieu lui a dit : « Arrête Abraham, je sais maintenant que tu as un cœur tout entier pour moi. » Es-tu prêt, si Dieu te le demande, à abandonner ta fortune, si tu en as une, et à la donner aux pauvres ? Rappelez-vous ce qui est écrit au sujet du jeune homme riche : « L’ayant regardé, Jésus l’aima, et lui dit : il te manque une chose ; va, vends tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens et suis-moi » (Marc 10:21). Mais ce jeune homme a refusé. Il a refusé le salut, parce qu’il avait de l’amour pour ses richesses. Et il n’est pas nécessaire d’être très riche pour aimer l’argent ! On peut être très pauvre et être très avare. De la pauvre veuve qui n’avait qu’une petite pièce et qui l’a donnée au temple, Jésus dit : « Elle a mis plus que tous les autres ; car c’est de leur superflu que tous ceux-là ont mis » (Luc 21:3). Maintenant, la deuxième chose que je voudrais souligner à propos de l’impudicité, c’est la pureté dans les relations sexuelles. J’insiste beaucoup là-dessus, parce que je sais que ce sont des pièges et des pierres d’achoppement. Je veux simplement rappeler quelques principes bibliques. Dieu considère le mariage comme une institution sacrée, et il voudrait que l’homme et la femme s’unissent dans les liens du mariage pour la vie. Un homme qui prend une femme pour épouse, et une femme qui prend un mari pour époux, doivent savoir que devant Dieu c’est pour la vie, et que seule la mort peut séparer ce lien du mariage. C’est écrit dans Romains 7:2 et dans 1 Corinthiens 7:39. Le mari et la femme sont liés tant qu’ils sont vivants. Le Seigneur est attristé par une séparation ou un divorce, notamment quand l’un des conjoints n’est pas converti, qu’il veut se séparer, qu’il veut commettre l’adultère. Dans ce cas celui qui est fidèle est obligé d’accepter la séparation, cela ne dépend pas de lui. Mais je crois que le Seigneur ne lui permet pas de se remarier, même si ce n’est pas sa faute. J’en ai la ferme conviction.

Mais que doivent faire ceux qui sont divorcés puis remariés, qui ne savaient pas auparavant que Dieu n’approuve jamais le remariage ? Voilà ce que je leur conseille, je leur dis : « Réalisez que vous avez commis un péché. Confessez-le clairement à Dieu. Et ensuite approchez-vous du Seigneur, et demandez-lui de vous éclairer sur ce qu’est réellement Sa volonté parfaite, non pas ce que vous pensez que Dieu pourrait bien accepter, mais quelle est Sa volonté parfaite.: « Dieu vous permettra de faire ce que vous insistez à vouloir faire. » Si tu dis à Dieu : « Seigneur, je réalise que mon conjoint est divorcé et que je me suis mariée, que c’est une faute, pardonne-moi », alors tu es pardonnée. Si tu demandes : « Maintenant Seigneur, je veux la permission de rester avec lui et j’insiste Seigneur, je veux la permission », et si l’autre conjoint aussi insiste beaucoup, le Seigneur peut permettre, parce que le Seigneur permet tout, même le péché. Il ne va pas approuver. Il permet mais n’approuve pas. Mais si tu es tellement désireux dans ton cœur de garder ton conjoint divorcé, et que tu demandes à Dieu la permission de rester avec lui, tu ne vas pas avoir des oreilles bien ouvertes pour entendre quelle est Sa volonté parfaite, parce que toi tu as ta volonté (c’est ta volonté que tu cherches), et tu ne cherches pas à faire la volonté parfaite de Dieu. Je me mets à la place de quelqu’un qui veut vivre vraiment dans la sainteté de Dieu. C’est sous la grâce que je vous parle, il ne s’agit pas d’imposer des lois. Je me mets à la place de quelqu’un : « Voilà, moi je suis marié avec une femme, j’ai divorcé, parce qu’elle était infidèle, et puis je me suis remarié à une autre. Honnêtement, je pensais que c’était bon devant Dieu. » C’est peut-être votre cas particulier, ce n’est pas le mien, moi je suis avec ma femme depuis (  24 ans )   et c’est la même depuis 24 ans . Mais je prends un exemple : Je suis marié et je divorce. Je reprends une autre femme. Et maintenant je veux marcher dans la sainteté de Dieu. Si Dieu me montre que je suis toujours lié par un lien jusqu’à la mort, à la femme dont j’ai divorcé, et que je suis là en train de coucher avec ma nouvelle femme, et que dans mon cœur Dieu me montre qu’il y a toujours un lien avec l’ancienne, est-ce que je vais avoir un cœur satisfait ? Est-ce que dans le fond de mon cœur je suis en train de faire la volonté parfaite de Dieu ? Est-ce que je vais pouvoir avoir une paix complète au fond de mon cœur, si je sais que je suis lié jusqu’à la mort à ma femme qui est vivante ? Est-ce que je vais même désirer demander la permission de rester avec la nouvelle, même si tout va bien avec elle ? Je parle de choses sérieuses et importantes. Alors je dirai simplement, tout dépend de l’état de nos cœurs et si nous voulons faire la volonté parfaite de  Dieu. Si nous voulons faire la volonté parfaite de Dieu, Dieu nous  donnera la force d’accomplir sa volonté, et il bénira nos décision. Si Dieu nous montre que nous devons nous  séparer du conjoint divorcé qui est le tien maintenant, même s’il y a des enfants, le Seigneur bénira ta décision, et personne ne sera malheureux. J’ai cette conviction-là. Je vous la donne et je vous laisse mettre cela devant le Seigneur. Parce que le Seigneur veut enlever une « Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable » (Ephésiens 5:27). Je vous rappelle qu’il ne s’agit pas de perdition, il s’agit d’enlèvement. Je ne dis pas que ceux qui sont divorcés et remariés, qui restent avec leur conjoint divorcé vont perdre leur salut, ce n’est pas cela que j’ai dit. Mais je vous pose la question de l’enlèvement. Est-ce qu’ils peuvent faire partie de l’Eglise pure, sans ride, ni tache, ni rien de semblable ? Moi, j’ai ma réponse et j’ai ma conviction. Ma réponse est claire : ils ne peuvent pas ! Je n’impose rien à personne. Je vous donne ma conviction personnelle devant l’Eternel, devant qui j’aurai à rendre compte. Il y a des situations

tellement compliquées aujourd’hui, qu’il faut vraiment chercher le Seigneur et Sa volonté parfaite. En tout cas, ce que je dis concernant la pureté des relations sexuelles c’est simple :

1 – aucune relation sexuelle en dehors du mariage

2 – quand on se marie c’est pour la vie.

C’est sérieux. Il ne faut pas entrer en concubinage en disant : « Bon, comme cela je ne suis pas marié et je n’aurai pas à rendre compte devant Dieu, et si je quitte ma concubine, je pourrai toujours me marier tranquillement après ! ». Cela, c’est un raisonnement d’un cœur tordu ! Parce que le concubinage, c’est de l’impudicité. Je ne veux juger, ni condamner personne mes bien-aimés. Je vous laisse un message à recevoir dans le cœur, et si vous l’estimez venant de Dieu, vous le prenez et vous le répandez. Mais ma conviction, elle est celle-là. Quand Dieu est en train de préparer l’épouse de Jésus, il va mettre au clair tout ce qui touche aux relations sexuelles, aux relations dans le mariage, aux relations hors du mariage, il va falloir que cela soit réglé. Il va falloir que la pureté de Dieu s’introduise là-dedans. Et je vous garantis que si cet enseignement est donné dès le début de la conversion, s’il est donné aux jeunes dès le plus jeune âge, ils vont prendre des bonnes habitudes. Alors je lis la suite dans l’Apocalypse, au chapitre 2, et au verset 24 : « A vous, à tous les autres de Thyatire, qui ne reçoivent pas cette doctrine, et qui n’ont pas connu les profondeurs de Satan, comme ils les appellent, je vous dis : Je ne mets pas sur vous d’autre fardeau ». Le fardeau de Jésus est léger. Le fardeau de Jésus, en fait c’est Lui qui le porte. Le fardeau de Jésus, c’est sa justice et sa sainteté. C’est cela qu’il met sur nos épaules. « seulement, ce que vous avez, retenez-le jusqu’à ce que je vienne ». Ce que nous avons, c’est ce que nous a donné le Seigneur : son pardon, sa justice, sa sainteté, sa perfection. Il a tout accompli pour nous donner ce cadeau-là. Est-ce qu’on veut refuser ce cadeau pour prendre quelque chose de moins bon ? Est-ce qu’on ne veut pas le meilleur qu’il veut nous donner ? Est-ce que ce n’est pas le signe que nous aimons Dieu de tout notre cœur, quand nous voulons marcher dans la perfection et quand on se laisse travailler, pour qu’il nous conduise dans cette perfection ? C’est lui qui le fera. Si je veux me perfectionner moi-même, jamais je ne vais y arriver. Mais si je laisse Dieu transformer mon cœur, pour que j’entre volontairement dans l’obéissance de cœur, c’est lui qui va faire ce travail en moi. « A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu’à la fin mes œuvres ». Ses œuvres sont parfaites, puisqu’il dit plus loin dans Apocalypse 3:2 à l’église de Sardes : Je n’ai pas trouvé tes œuvres parfaites. Si je garde Ses œuvres parfaites, je vais chercher Sa volonté parfaite et rien d’autre. « je donnerai autorité sur les nations. Il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d’argile, ainsi que moi-même j’en ai reçu le pouvoir de mon Père ». C’est Jésus qui va paître les nations, qui va diriger les nations avec un bâton de fer, quand il va revenir. Et les vainqueurs vont aussi diriger les nations avec une barre de fer. Le vainqueur, c’est celui qui est décrit dans Apocalypse 12, on le verra un peu plus loin. C’est cet enfant mâle, qui sort de la femme enceinte. La femme enceinte, c’est toute l’Eglise. Mais l’enfant mâle, le vainqueur qui sort de cette femme-là, c’est aussi l’Epouse de Jésus, la seule véritable Eglise, celle qui est enlevée dès qu’elle sort de la femme. C’est celle-là qui va paître les nations avec une verge de fer, comme Jésus. « Et je lui donnerai l’étoile du matin ». L’étoile du matin, c’est Jésus lui-même. C’est cette étoile qui brille le matin quand le jour se lève. C’est l’annonce du lever du jour. C’est l’annonce de la venue de la grande lumière de Dieu dans notre vie. C’est l’étoile qui brille quand vient le matin du Seigneur, le matin de la résurrection. « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises ». A chaque fois il répète cela. Je prie Dieu que mes oreilles soient toujours bien nettoyées. Fais-nous cette grâce Seigneur, que nos oreilles, les oreilles de notre cœur soient bien propres pour que l’on entende ta Parole.

Je continue au chapitre 3, au verset 1 : « Ecris à l’ange de l’Eglise de Sardes : Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles : je connais tes œuvres (Il n’a pas peur de répéter à chaque fois : Je connais tout ce que tu fais, rien ne m’échappe). Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort ». Tu as une bonne réputation et tout le monde dit que tu es vivant. C’est ce que veut dire : « Tu passes pour être vivant. » Tu as une bonne réputation, tout le monde dit que tu es une église vivante, mais quand Dieu te regarde, il te voit morte. C’est ce qu’il dit à l’église de Sardes. Parce que Dieu voit au fond des cœurs, et les hommes voient l’apparence. Si cette église paraissait vivante, c’est qu’elle avait une belle apparence, mais pas la réalité intérieure du cœur. « Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir (elle était morte, mais il y avait encore un petit reste qui était vivant, et le Seigneur l’encourage à ranimer la vie de ceux qui étaient près de mourir, mais qui étaient encore vivants) : car je n’ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu ». Vous voyez, le désir de Dieu de nous voir pratiquer la perfection. J’insiste beaucoup là dessus. Une brebis de Dieu ne doit pas se satisfaire de quelque chose qui n’est pas parfait. On ne doit pas se satisfaire d’un compromis. On ne doit pas se satisfaire de ce que Dieu permet dans notre vie. On doit chercher ce qui est parfait au cœur de Dieu, ce qui est parfait pour le cœur de Dieu : « Seigneur, montre-moi ce qui est parfait et introduis-moi dans ta perfection, pour que je puisse pratiquer tes œuvres parfaites ». Là le cœur de Jésus va être satisfait. Parce qu’il aura pu lui-même faire dans notre vie tout ce qu’il voulait y faire. Il n’y a pas de plus grande joie pour notre Père que de voir ses enfants marcher pleinement dans la vérité, la perfection, l’amour de Dieu, la sainteté. « Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu (dès le départ ces églises avaient reçu des apôtres un enseignement pur, clair, parfait ; elles avaient oublié), et garde et repens-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur (soudainement, au moment où tu ne t’y attends pas), et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi (et si Jésus dit : « je viens sur toi », ce n’est pas pour t’enlever, c’est pour te juger). Cependant tu as à Sardes quelques hommes (quelques-uns) qui n’ont pas souillé leurs vêtements ; ils marcheront avec moi en vêtements blancs, parce qu’ils en sont dignes ». Et vous savez, le vêtement blanc, c’est quelque chose qui doit être d’un blanc absolu. Jésus dit : « Je viens chercher une Eglise sans une seule tache » ; si Dieu fait une pleine lumière sur mon vêtement, je vais tout de suite voir ! La plus petite tache je vais la voir. Si Dieu ne fait pas la lumière et si je reste dans l’ombre, est-ce que je vais pouvoir voir les taches ? Impossible. Je dois supplier Dieu, qu’il fasse toujours la lumière dans ma vie. C’est le Saint-Esprit et c’est la Parole de Dieu, qui feront la pleine lumière. Mais il y en a qui craignent la lumière. Quand la lumière vient, ils reculent, ils s’en vont. Et Jésus dit : « Pourquoi t’en vas-tu quand la lumière vient ? Parce que tes œuvres sont mauvaises, parce que tu n’aimes pas vraiment que je fasse la lumière pour te changer, pour te purifier. Parce que tu aimes certaines formes de péché, quand la lumière vient pour mettre cela en lumière, tu as peur et tu t’en vas. » Comme Adam qui s’enfuyait quand il avait péché. Quand le Dieu de lumière est entré dans le jardin, Adam est allé se cacher. Mais les brebis de Dieu entendent Sa voix et elles cherchent la lumière. Alléluia. Elles demandent la lumière : « Seigneur, fais la lumière sur moi. Fais la lumière sur mes frères, mes sœurs. Fais la lumière dans ton église. Illumine ton église de ta lumière. Que tous décident de tout leur cœur de faire la lumière. Aidons-nous les uns les autres. » Si je vois une tache sur le vêtement de mon frère, qui ne la voit pas, il faut que dans l’amour je lui dise. Mais il y en a qui n’aiment pas qu’on leur dise, qui se fâchent. C’est dommage, parce que Dieu ne peut pas laver leurs vêtements. Nous devons nous exhorter les uns les autres dans l’amour. Je dis toujours à mes frères : « Mais je vous en supplie, s’il y a quelque chose, qui dans mon enseignement, ne va pas, même tout petit, dis-le moi tout de suite. Même lève-toi là au milieu, dis-le moi devant tout le monde, n’attends pas la fin », parce qu’il y va peut être du salut de quelqu’un. Aidons-nous les uns les autres à rester dans la lumière et prions pour que Dieu fasse une pleine lumière dans son Eglise. C’est la lumière de l’amour de Dieu, parce qu’il veut une Eglise pure, et pour se purifier il faut voir la lumière. « ils marcheront avec moi en vêtements blancs, parce qu’ils en sont dignes ». Alléluia. C’est la grâce de Dieu. C’est un don de Dieu ! Au verset 5 du chapitre 3, il dit : « Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs ; je n’effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges ». Parce qu’il a gardé ses vêtements blancs. Et le vêtement blanc, c’est un cadeau de Dieu, n’oublions pas. Ce n’est pas nous qui produisons la blancheur. C’est un cadeau de Dieu à ceux qui veulent le prendre. « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises ». Au chapitre 3, au verset 7, il parle à l’église de Philadelphie. Philadelphie, cela veut dire : l’amour des frères. C’est une église où l’amour était en premier. Et c’est vraiment la meilleure de toutes les églises. Dieu ne lui fait aucun reproche. Non seulement aucun reproche, mais Dieu lui fait des promesses extraordinaires. C’est l’église fidèle. C’est l’église que Dieu aime, c’est celle-là qu’il va enlever. Alors regardons bien comment est l’église de Philadelphie. « Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clef de David, celui qui ouvre, et personne ne fermera, celui qui ferme, et personne n’ouvrira : Je connais tes œuvres (il connaît aussi ses œuvres, mais elles sont bonnes celles-là). Voici, parce que tu as peu de puissance… » C’est important ce qu’Il dit là. L’apôtre dit même que Dieu se glorifie dans nos faiblesses. La puissance de Dieu va se manifester dans ma faiblesse, quand je comprends que je ne suis rien devant Dieu, qu’il faut qu’il soit tout en moi et qu’il veut choisir des instruments faibles pour manifester sa puissance. Quand je dis des instruments faibles, je ne veux pas dire des instruments pécheurs, mais des hommes et des femmes qui veulent la sainteté, et qui savent que ce n’est pas leurs propres forces qui vont la produire. Ce n’est que parce que nous sommes d’une faiblesse complète devant Dieu, que Dieu est tout puissant en nous. Si je suis très faible devant Dieu, je ne vais pas résister à Dieu. Je n’ai aucune force contre la vérité. Je n’ai aucune force pour résister à la justice de Dieu. Ceux qui ont cette force personnelle de la chair sont très forts pour résister à Dieu, mais c’est ceux-là qui vont être brisés subitement. Comme les arbres, ils résistent au vent, mais d’un coup ils cassent. Alors que la petite  herbe qui est toute faible, elle ne casse pas. « parce que tu as peu de puissance (c’est le peu de puissance personnelle, mais ce peu de puissance personnelle permet à la grande puissance de Dieu de se manifester, et la vraie puissance de Dieu, c’est celle de sa sainteté), et que tu as gardé ma parole » Ah, voilà ! cela veut dire que tu as gardé la vérité, tu as l’amour de la vérité dans ton cœur. Dès que tu prends cette Parole, tu dis : « Seigneur, je veux recevoir ta vérité et j’ai faim. Je suis vorace de vérité. Je veux recevoir le maximum. Je veux manger ta Parole ». Parce que j’aime Dieu et Sa Parole.

« et que tu n’as pas renié mon nom (il y en avait d’autres qui n’avaient pas renié son nom non plus, mais ceux-là avaient fait des compromis. Philadelphie garde toute la Parole, en esprit et en vérité), j’ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer. Voici, je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs (c’est écrit « qui se disent Juifs », mais on pourrait dire aussi « qui se disent Chrétiens ») et ne le sont pas, mais qui mentent (la porte ouverte, c’est Jésus ! La porte ouverte, c’est la porte de la communion avec Jésus, c’est la porte du lieu très saint, c’est la porte du cœur de Dieu. Elle est ouverte. Tu peux entrer quand tu veux) ; voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds ». Ceux qui mentent, ceux qui sont des faux chrétiens, ceux qui ont l’apparence mais pas la réalité, « je les ferai venir se prosterner à tes pieds ». Moi personnellement, je n’ai aucune envie que quelqu’un vienne se prosterner à mes pieds. Mais simplement, Jésus dit qu’il les fera venir se prosterner à mes pieds, parce que Christ habite pleinement en moi. C’est Christ qui a de la valeur en moi, ce n’est pas moi. C’est la pleine présence de Christ qui a de la valeur. « et je leur ferai connaître que je t’ai aimé ». Dieu aime tous les hommes, mais son amour peut pleinement se déverser dans le cœur de ceux qui lui ont tout donné, et qui gardent sa Parole, et qui l’aiment de tout leur cœur. Vous vous rappelez le disciple que Jésus aimait, Jean. Le Seigneur aimait tous ses disciples, mais il y a une différence entre l’amour et la communion. Je vais aimer par exemple mon ennemi, de l’amour de Jésus, mais je n’ai aucune communion avec lui. Je vais aimer mes frères et sœurs qui sont dans la chair, de l’amour de Jésus, mais ma communion avec eux ne sera pas pleine. Si je marche dans la sanctification, dans l’Esprit de Dieu, et si je rencontre un frère qui lui aussi marche dans la perfection, dans la justice de Dieu, non seulement nous allons nous aimer de la même manière, mais notre communion sera parfaite. Et il y a une joie dans la communion. Il y a une joie dans le cœur de Dieu, quand nous sommes en communion avec lui. Il souffre quand nous avons peu de communion avec lui, parce que nous avons laissé les compromis, la chair, le péché entrer. Dieu ne peut pas dans ce cas être vraiment en communion avec nous, et c’est lui qui souffre le plus. Ce n’est pas celui qui vit dans la chair qui souffre le plus, c’est Dieu qui souffre le plus. Il est tellement désireux d’avoir cette communion ! Et rappelez-vous la parole de Jésus qui dit à ses disciples, avant d’aller à la Croix : « Vous êtes mes amis, si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs,… mais je vous ai appelé amis » (Jean 15:14 et 15). Le Seigneur voudrait avoir des amis, mais souvent il n’a que des disciples ou seulement des serviteurs, mais des disciples et des serviteurs qui ne sont pas vraiment ses amis. Est-ce que vous avez beaucoup d’amis dans l’Eglise de Jésus-Christ, pas seulement des frères et des sœurs ? Un jour, j’ai vu un pasteur pleurer sur l’estrade. Il a pleuré devant quatre cents personnes. Il pleurait. Vous savez ce qu’il a dit ? : « J’ai beaucoup de frères et sœurs, mais j’ai très peu d’amis. » Parce qu’il savait que ce que Dieu voudrait, dans le fond de Son cœur, c’est que nous soyons des amis, des hommes et des femmes sur lesquels on peut compter. Si je raconte, par exemple, ce qu’il y a au fond de mon cœur à mon ami, et que le lendemain toute la ville le sait, ou toute l’église le sait, je vais dire : « Ce n’est pas un ami fidèle ». Et malheureusement, je vais arrêter de lui parler, tant qu’il n’a pas changé. On peut être frère, mais pas ami. Et Dieu cherche des amis. Il veut que nous soyons vraiment des amis, un ami fidèle, un ami qui aime en tout temps, même quand cela ne va pas. Que Dieu fasse de nous tous des amis du Seigneur Jésus, parce que lui veut être notre ami. Au verset 10, il est écrit : « Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi ». Tu as gardé ma Parole, mais tu as persévéré à la garder. Tu ne t’es pas lassé. Tu n’as pas baissé les bras. Tu as gardé la persévérance en moi. Dieu aime le Chrétien qui n’a pas beaucoup de puissance, mais qui marche fidèlement, un pas derrière l’autre. Il avance dans la lumière de Dieu. Il avance tranquillement, les yeux sur Jésus, l’œil sur le chemin, l’œil sur Jésus. Il persévère, il garde la Parole. Pour le cœur de Dieu, peut-être que les plus beaux témoignages sont ceux dont on entend le moins parler, ceux des Chrétiens qui ne sont pas connus, qui vivent leur vie fidèle, tranquille avec Dieu tous les jours, dans l’église, dans leur maison, dans la rue, partout, fidèles. Ils ont gardé la parole de la persévérance. Alors si tu fais cela, Jésus dit : « Je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre ». Le texte grec ne dit pas tout à fait cela. Je ne sais pas ce qui est dans votre Bible, mais le texte grec dit : « de l’heure de la tentation », et non pas : « à l’heure de la tentation ». Ce qui veut dire : « Je te garderai pour que tu ne connaisses pas l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier, la grande tribulation ». De toute manière, quelle que soit l’interprétation, Jésus nous gardera dans toutes les circonstances, mêmes les plus terribles ! « Je te garderai, je t’entourerai d’une muraille de protection. Tu seras gardé parce que moi, l’Eternel Dieu, je te garderai. Et pourquoi je te garderai ? Parce que tu as gardé ma Parole fidèlement et tu as persévéré, et tu as aimé la vérité. » « Je viens bientôt (je viens soudainement). Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne. Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu ». L’Eglise, c’est la colonne et l’appui de la vérité. Une colonne dans le temple de Dieu, c’est celle qui soutient la vérité. Une colonne dans l’église, c’est un homme, une femme qui garde la vérité de Dieu, qui la défend, qui en témoigne par ses paroles et dans sa vie ! C’est une colonne. On peut s’appuyer dessus. L’église peut s’appuyer dessus. « et il n’en sortira plus (du temple de Dieu, de la présence de Dieu) ; j’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d’auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau ». Nous savons que la Jérusalem céleste, c’est l’épouse de l’Agneau. C’est celle qui est donnée au Fils, à l’Agneau par le Père. Alors, il met sur celui qui vaincra le nom du Père, le nom de la Jérusalem céleste, (ce qui veut dire : Tu es l’épouse. Voilà, tu fais partie de l’épouse), et le nom de l’Agneau, (ce qui veut dire que tu lui appartiens). Tu lui appartiens : « Voilà, j’ai gravé sur toi le nom de l’Agneau : tu m’appartiens, c’est toi mon épouse. » « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises ». Bien-aimés, c’est celle-là qui va être enlevée. Les autres églises peuvent aussi être enlevées, à condition qu’elles règlent ce que Dieu leur demande de régler, et qu’elles se repentent. Et la dernière église, c’est Laodicée, l’église tiède. « Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le commencement de la création de Dieu ». Cette dernière église, c’est la pire de toute ! C’est aussi l’église de la fin des temps, qui n’est pas l’église fidèle. A la fin des temps, les deux vont être ensemble, l’église fidèle Philadelphie et la mauvaise église Laodicée, l’église tiède. « Je connais tes œuvres (là encore, Jésus connaît ses œuvres). Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! » Donc, Dieu préfère d’abord les bouillants, ensuite les froids, et en dernier les tièdes. Parce qu’il sait qu’un froid peut devenir bouillant d’un coup. Comme l’apôtre Paul qui était complètement froid vis-à-vis de l’Evangile, et qui était même très violent contre l’église et les Chrétiens, et qui quand il a eu la révélation de Dieu est devenu d’un coup un bouillant. « Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis (alors voilà ce qu’elle disait cette église) : je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien ». Ce n’est pas seulement les richesses matérielles et financières, mais c’est une église qui était contente d’elle-même, elle disait : « Qu’est-ce que nous sommes de bons Chrétiens ! Oh, c’est merveilleux ! On prêche la Parole, on fait beaucoup d’évangélisation, on amène beaucoup de monde dans l’église. L’église est pleine ! » Mais vous savez, aujourd’hui, les églises les plus grandes et les plus remplies sont souvent celles où il y a le plus de compromis. Si l’esprit de ce monde entre dans l’église, et donc que l’église se remplit de Chrétiens tièdes, ceux-ci vont aimer les choses faciles. Ils vont aimer un Evangile facile. Si on leur prêche un Evangile vraiment fort, ils vont partir. Cela ne les intéresse pas. C’est celle-là l’église tiède ou chacun dit : « Je n’ai besoin de rien. Je n’ai même pas besoin d’être repris, d’être grondé, sermonné, corrigé, tout va bien. » « et parce que tu ne sais pas (elle ne se rend pas compte, et pourtant Dieu lui parle, elle n’a pas des oreilles pour entendre) que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu ». Voilà comment Dieu la voit. Elle, elle se voit riche, bien vêtue, ne manquant de rien, et Dieu la voit misérable, pauvre et nue. Vous vous rappelez l’histoire de Samson, qui était un homme de Dieu puissant, peut-être un des plus puissants de l’Ancien Testament. Il avait une onction, une force extraordinaire ! C’était dû à ses cheveux qui représentaient la consécration à Dieu. Un jour, parce que son cœur n’était pas tout entier pour Dieu, il a trouvé une belle femme, et il lui a donné tout son cœur. Il aimait trop les femmes faciles. Cette femme n’était pas une femme de Dieu bien sûr, elle l’a endormi sur ses genoux, l’a endormi spirituellement sur ses genoux, et lui a fait couper sa puissance, ses cheveux. Et il écrit, vous lirez cela dans le livre des Juges, que quand il s’est réveillé, il croyait qu’il était toujours aussi fort qu’avant. Il voyait bien que ses cheveux étaient coupés, mais il est écrit : « Il ne savait pas que Dieu s’était retiré de lui » (Juges 16:20). Il ne savait pas que l’onction était partie. C’est cela Laodicée. Elle avait perdu sa véritable puissance spirituelle, elle ne savait même pas que Dieu était parti du milieu d’elle, puisque Jésus dit, un peu plus loin, au verset 18 : « je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu (cela veut dire : « je te conseille de te sanctifier », l’or c’est la sainteté), afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs (c’est la justice et la sainteté de Dieu), afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas (donc cette église n’avait pas de vêtements blancs, elle vivait aussi dans le compromis, dans l’impureté) et un collyre pour oindre tes yeux (pour que les écailles tombent), afin que tu voies ». Le collyre, c’est la repentance, pour que les écailles tombent et qu’elle voie clair. « Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi. Voici, je me tiens à la porte, et je frappe ». Vous voyez que la présence de Dieu n’était plus dans cette église. Jésus était à la porte et il frappait. Et personne ne s’est rendu compte que Jésus n’était plus présent. Mais si l’église dans sa majorité ne veut pas ouvrir à Jésus, il peut se trouver une personne qui entende sa voix : « Si quelqu’un entend (« Est-ce qu’il y en a un qui entend ? » dit Jésus) ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui (c’est quelqu’un qui s’est repenti, qui a entendu la voix de Dieu), je souperai avec lui, et lui avec moi ». Et Il te dit : « Voilà, on va passer un moment ensemble, on va parler ensemble, je vais t’expliquer tout ce qui ne va pas et tu vas pouvoir retrouver ta blancheur et la présence de Dieu dans ta vie ». « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. Que celui (ou celle) qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises ».

voir ce qui va arriver sur la terre lorsque l’Eglise fidèle sera enlevée. C’est quelque chose de terrible, il faut que nous en ayons conscience, pour non seulement nous préparer si nous en avons besoin, mais avertir, avertir, avertir ! il faut passer son temps à faire des visites, et à chacun le message est simple : « Repens-toi et crois au Seigneur Jésus, parce que le jugement approche, et si tu es fidèle continue, parce que l’enlèvement est proche. » Seigneur, mon Père, ta Parole est merveilleuse. Toi, tu es merveilleux, tu es un Dieu merveilleux. Nous voulons vraiment te louer, te bénir et t’adorer parce que tu es toujours le même, tu es toujours rempli de compassion, de miséricorde. Tu dis toi-même que tu reprends ceux que tu aimes, et jusqu’au bout tu veux nous parler Seigneur, jusqu’au bout tu veux nous avertir, nous éclairer. Et je te prie pour que nos cœurs, à tous, soient ouverts à ta voix, soient sensibles à ta Parole, et soient désireux de marcher dans ta justice, dans ta sainteté, jusqu’au bout avec toi, parce que nous voulons monter avec toi Seigneur. Quand ta voix retentira dans les cieux, nous voulons monter à ta rencontre dans les airs, et être toujours avec toi. Alors Seigneur parle à tous ceux qui ont besoin d’entendre, que les cœurs soient ouverts, et montre à chacun ce qu’il doit faire. Dans ta grâce, je crois que tu le fais, parce que tu as dit que tes brebis entendront ta voix. Sois béni mon Père et que ta bénédiction repose sur nous tous, au nom de Jésus-Christ, amen.

serons-nous enlevé ?

  Savons nous que l’enlèvement va arriver très bientôt ? Ce qui se passe  sous nos

                    yeux, et ce qui va arriver  au monde d’aujourd’hui,

                           à la lumière du livre de l’Apocalypse

j’aimerais vous parler du travail que le Seigneur fait dans l’Eglise, dans ces derniers temps. Il faut que nous comprenions le travail que le Seigneur fait, pour pouvoir entrer dans ce travail. Si nous sommes en dehors du plan du Seigneur, si nous sommes à côté de Son plan, nous n’allons pas vraiment glorifier le Seigneur et être heureux dans le service du Seigneur. Mais si nous comprenons quel est le plan du Seigneur pour nous, dans ces derniers temps, nous allons entrer dans ce plan, si nous aimons le Seigneur et si nous voulons Le servir. J’aimerais commencer par lire dans Ephésiens 5, à partir du verset 22 :« Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise (Ce n’est pas un homme, un pape, un évêque, un pasteur qui est le chef de l’Eglise, c’est Jésus, le Seigneur). qui est Son corps, et dont Il est le Sauveur. Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ.,( il emploie le présent, parce que la véritable Eglise de Jésus est soumise au Seigneur, elle veut obéir au Seigneur) les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. » Comme on l’a vu la dernière fois, la soumission, ce n’est pas l’obéissance au doigt et à l’œil à tout ce que le mari veut faire, si c’est contraire à la Parole de Dieu. Mais la soumission, c’est une attitude de cœur, d’amour, de ne pas se rebeller contre l’autorité du mari, mais écouter ce qu’il dit, écouter ce que dit le Seigneur, et puis obéir à tout ce que le mari dit et fait selon le Seigneur. De toute manière, l’attitude de cœur doit être la soumission, c’est-à-dire un cœur humble et rempli du désir d’être soumis. « Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise… » C’est très fort. Christ a aimé l’Eglise jusqu’à se dépouiller Lui-même de toute Son autorité divine qu’Il avait dans le ciel, pour se faire serviteur et mourir de la mort la plus infamante sur la Croix, pour Son Eglise qu’Il aime. Lorsque nous aimerons nos femmes comme Christ a aimé l’Eglise, je pense que nos femmes seront soumises pleinement. Mais il ne faut pas attendre, sœurs, que vos maris soient comme Christ, pour leur être soumises. Et il ne faut pas attendre, frères, que vos femmes soient parfaitement soumises pour les aimer. Il est parlé individuellement à l’un et à l’autre, et nous avons chacun notre responsabilité. Je  lis ce passage, parce que  dans les derniers temps, si on a compris quelle est la relation de Jésus avec Son Eglise, on a compris quelle est la relation entre mari et femme. Le Seigneur va restaurer les couples et les familles, comme Il l’a toujours voulu. Cela fait partie du travail du Seigneur dans les derniers temps. Le Seigneur veut enlever une Eglise glorieuse, sans tache, ni ride. Il ne va donc pas supporter les choses qu’Il supportait jusqu’ici. Il est dit que le jugement du Seigneur commence par Son peuple, Son Eglise, et comme nous sommes dans les temps de la fin, ceux qui vont résister à la volonté de Dieu vont se mettre sous le jugement du Seigneur. C’est très sérieux. Mais Dieu est un Dieu d’amour, Il ne commence pas par faire tomber les jugements, Il commence par nous prévenir, nous annoncer Sa Parole et nous inviter, par Son Esprit, à entrer dans l’obéissance, dans la soumission à Sa Parole. Et là, la bénédiction du Seigneur vient. Mais il ne servirait à rien de faire de grandes choses pour Dieu, si notre cœur n’est pas soumis au Seigneur en toutes choses. « Seigneur, c’est Ton œuvre, c’est Toi qui fais, Seigneur, je ne suis qu’un serviteur et Tu me conduis dans Tes plans. Je ne veux que T’obéir et être soumis ». Là, Dieu va organiser les choses comme Il le veut, et on ne va plus assister à cette pagaille à laquelle on assiste aujourd’hui, cette division dans l’Eglise du Seigneur. Partout on ne voit que des décombres ; le Seigneur est en train de les relever. Je relis les versets 25 à 27 : « Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier, après l’avoir purifiée par l’eau et la Parole, afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable » . Voilà le plan du Seigneur dans les derniers temps. Comme Il revient bientôt et qu’Il va enlever une Epouse glorieuse qui s’est préparée pour son Seigneur, Il est en train de la purifier, par amour pour elle. Entre parenthèses, c’est ainsi que nous, maris, nous devons nous comporter vis-à-vis de nos femmes. Si nous avons dans notre cœur, l’amour du Seigneur Jésus pour Son Eglise, nous allons comprendre l’attitude que nous devons avoir, en tant que maris, vis-à-vis de nos femmes. C’est la même relation que celle de Christ à Son Eglise. Il est le Seigneur et le Maître de même que le mari est le seigneur et le maître de sa femme. Mais Jésus s’est abaissé jusqu’à être serviteur et à donner Sa vie pour Son Eglise, pour Son peuple. Si nous aimons nos femmes de cette manière, nous allons tout faire, dans la prière, dans l’intercession, pour présenter nos femmes devant Dieu, saintes, irrépréhensibles, de même que Jésus est en train de tout faire pour présenter à Son Père une Eglise sainte, glorieuse et irréprochable. Le cœur de l’homme est rebelle, et en particulier le cœur des femmes. Ceci n’est  pas dis  dans un esprit de jugement, c’est Dieu qui le dit. Si le Seigneur dit aux femmes : « Femmes, soyez soumises à vos maris » et s’Il dit aux maris « Maris, aimez vos femmes », c’est qu’Il connaît le cœur des uns et des autres. Il sait que le problème des femmes, c’est la rébellion, et que le problème des maris, c’est le manque d’amour. Si nous acceptons ce plan du Seigneur, il va se passer des choses merveilleuses. Les maris vont être remplis de l’amour sacrificiel du Seigneur Jésus pour Son Eglise, ils vont intercéder pour leur femme, prier pour leur femme, pour la présenter au Seigneur comme une épouse doit l’être.

Et les femmes vont comprendre aussi quel est leur rôle vis-à-vis du mari, être soumises en toutes choses, et les gagner, s’ils ne le sont pas, pleinement au Seigneur, par leur attitude soumise, chaste, réservée, pure et sainte devant le Seigneur. Et là le plan du Seigneur va se faire. Il dit : « C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leur propre corps.» Christ est en train de sanctifier l’Eglise, Son épouse, Sa fiancée en fait, puisque les noces de l’Agneau ne se sont pas encore passées. Il va enlever Sa fiancée et les noces de l’Agneau vont avoir lieu dans le ciel. Il est dit que la première chose que le Seigneur fait, c’est :« la purifier par l’eau et la Parole ». En tant qu’enfants de Dieu des derniers temps, nous devons laisser le Seigneur nous purifier par l’eau et la Parole. L’eau, c’est le Saint- Esprit ; la Parole, c’est la Parole de Dieu, c’est Jésus aussi. Le Seigneur est en train de nous appeler, en tant qu’Eglise, à une consécration que nous n’avons jamais connue, parce qu’il ne peut y avoir de purification sans consécration. Si je laisse une partie de ma vie en dehors de la seigneurie de Jésus, si je dis : « Seigneur, je Te donne toute ma vie d’accord, mais ça, j’aimerais bien le garder pour moi. Ce domaine-là, Seigneur, pas encore. « le Seigneur ne va pas pouvoir agir, dans ces derniers temps, comme Il le veut. Il veut une vie consacrée à cent pour cent, où nous Lui disons : « Tu es mon Seigneur et mon maître à cent pour cent. Je ne garde rien pour moi. Je laisse tout entre Tes mains, et maintenant Seigneur, agis puissamment pour me sanctifier par l’eau de Ton Esprit. Remplis-moi de Ton Esprit, renouvelle-moi dans Ton Esprit, permets que je produise le fruit de l’Esprit, baptise-moi du Saint-Esprit. Que Ton onction descende sur moi, me remplisse. Que l’eau de Ton Esprit me remplisse et me conduise. Que Ta Parole me soit révélée ! » Savez-vous à qui Dieu va révéler Sa Parole ? A ceux qui veulent Lui obéir. Il ne révèle pas Sa Parole aux rebelles. Si nous avons le cœur rebelle et si nous cherchons dans la Parole des arguments pour entretenir notre désobéissance envers Dieu, nous serons confortés dans celle-ci. C’est souvent ce que beaucoup font, ils n’ont pas envie de faire certaines choses, alors ils cherchent désespérément quelques versets pour pouvoir dire : « Ah ! là, tu vois, c’est écrit ! », et cela les conforte dans leur

désobéissance. Mais c’est parce qu’ils ne lisent pas la Parole dans l’Esprit. Quand on lit la Parole dans l’Esprit, on dit : « Seigneur, révèle-moi Ta Parole, parce que je veux lui obéir, quel que soit le prix que je dois payer. Je veux T’obéir, Seigneur. « Là, le travail du Saint-Esprit se fait. Il va nous révéler la Parole de Dieu, Il va nous la faire comprendre comme Dieu l’a donnée. Vous voyez toutes les divisions entre les dénominations : les uns interprètent la Parole comme ceci, les autres comme cela. Mais pour Dieu, il n’y a qu’une interprétation possible : la Sienne. Donc, si tous les chrétiens, toutes les dénominations étaient vraiment de tout cœur à la recherche du Seigneur et de la vérité, ils se rencontreraient dans l’unité de la foi et dans l’interprétation de la Parole. Je crois que c’est ce qui est en train de se passer dans les derniers temps. Le Seigneur est en train d’enlever les dénominations de nos cœurs, Il nous enlève des dénominations, pour rassembler dans le monde entier un peuple qui Lui appartienne, qui Lui soit entièrement consacré, qui revienne au modèle biblique, dans tous les sens du terme. C’est un peuple qui ne va jamais entrer dans le compromis vis-à-vis du monde, ni de la fausse Eglise qui a une apparence chrétienne, mais qui en a renié la puissance. C’est un peuple qui va accepter une pleine obéissance, quel que soit le prix. Et le prix, ça va être souvent la mise à la porte des dénominations, parce qu’il n’y a rien de tel que de commencer à appliquer la Parole de Dieu sérieusement, sincèrement, sans compromis, pour attirer la persécution des dénominations. Sur tous les points où le Seigneur nous demande de marcher sans compromis, les dénominations qui sont actuellement dans le compromis, ne vont pas l’accepter. Soit ils seront mis à la porte, soit ils vont partir parce qu’ils ne pourront pas rester dans le compromis. Mais chaque chose en son temps et selon la direction du Seigneur. Dans les derniers temps, le Seigneur va faire revenir, avec plus de puissance qu’avant, son peuple au modèle biblique. Dans les bouleversements qu’il y aura à la fin des temps, les seuls qui vont tenir, ce sont les chrétiens qui vont accepter de revenir au modèle biblique. Ils auront beau être mis à la porte, ils auront beau être persécutés par le monde ou par l’Eglise, les seuls qui vont tenir sont ceux qui vont être fixés sur quelque chose d’inébranlable, c’est-à-dire le Seigneur et Sa Parole. Si nous ne sommes pas attachés solidement au Seigneur et à Sa Parole, si nous nous attachons à des choses ébranlables, comme le Seigneur est en train de tout secouer (on le voit autour de nous, tout est secoué), nous allons être secoués avec ces choses et nous allons tomber. Mais si nous nous attachons à ce qui ne peut pas être ébranlé, c’est-à-dire au Seigneur Lui-même et à Sa Parole, nous allons tenir le coup et nous allons traverser ces épreuves qui nous attendent avant le retour du Seigneur Jésus. Ce que le Seigneur nous demande, c’est d’accepter, dans une consécration totale, ce travail de purification par l’eau du Saint-Esprit et par la Parole. Cela va entraîner des souffrances, des persécutions, des sacrifices. Mais quand on aime le Seigneur, on accepte ce programme. Ceux qui ne l’accepteront pas, nous verrons tout à l’heure ce qu’ils vont devenir et  en tant qu’enfant de Dieu, c’est de laisser l’Epoux céleste, le Seigneur Jésus, faire Son travail de purification dans le cœur de l’Epouse. Si nous sommes enfants de Dieu, il n’y a que cela d’intéressant. Moi, ça ne m’intéresse pas d’appartenir à des groupes ou à des Eglises qui veulent vivre leur confort spirituel tranquille dans le compromis. Cela ne m’intéresse absolument pas. Cela ne m’intéresse pas non plus de prêcher la Parole de Dieu à des âmes qui ne veulent pas sincèrement la suivre. Quand on sent la soif de la Parole de Dieu, c’est une grande bénédiction. Je rends grâce au Seigneur pour la grâce qu’il me donne de prêcher la Parole à des cœurs qui ont soif. Je Lui rends grâce aussi de pouvoir recevoir cette Parole du Seigneur dans une révélation qui est donnée à celui qui veut obéir au Seigneur. Le Seigneur veut tout d’abord purifier cette Epouse. Il est dit :« …afin de la sanctifier par la Parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau ». Dans l’ordre, c’est d’abord la purifier et ensuite la sanctifier. Il y a une différence importante entre la purification et la sanctification. La purification   nous  est donnée par l’eau et la Parole. La Parole, c’est aussi Jésus qui a versé Son sang. Nous savons que le sang de Jésus purifie. Jésus purifie par Son Esprit, par Sa Parole, par Son sang. Il y a une action de purification qui se fait par la foi en Jésus et en Sa Parole qui enlève le péché. Il y a une action de sanctification qui se fait dans notre vie de tous les jours, dans nos pensées, nos paroles, nos actions, pour traduire dans tout ce que nous faisons, cette purification que Jésus nous a donnée par la foi en Son sang et Sa Parole. Il faut que cela se traduise dans toute notre vie. Le travail du Seigneur ne va pas se limiter à laver nos péchés. Il veut que le péché disparaisse de nos paroles, de nos pensées, de nos gestes, et peu à peu, jour après jour, par l’obéissance, Il sanctifie, Il nettoie, Il coupe, Il taille, jusqu’à ce que cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, soit prête. Le but final de ce travail c’est :« …de faire paraître devant Lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable ». Il n’y a que le Seigneur qui puisse faire cela. Mais Il ne pourra le faire que si nous Le laissons faire, si nous décidons de Lui consacrer nos vies en disant : « Seigneur, je T’en supplie. J’en ai assez des compromis, de chauffer des bancs d’église, j’en ai assez d’être un inutile dans Ton champ. Je veux être rempli de Ton Saint-Esprit, que Tu me purifies, que Tu me sanctifies, que Tu Te serves de moi, dans ces derniers temps ». Quand on est une brebis du Seigneur, il doit y avoir ce cri au fond du cœur : « Seigneur, fais cela dans ma vie, fais-le maintenant et jusqu’au dernier jour de ma vie ou jusqu’à Ton retour. Je Te donne ma vie en entier. Fais de moi ce que Tu veux ». Mais ça va faire mal, parce que le Seigneur va nous montrer, pas à pas, où il faut couper, où il faut trancher, où il faut faire un sacrifice pour le Seigneur, pas au sens religieux des œuvres, mais au sens où il faut couper quelque chose auquel on est attaché plus qu’au Seigneur. Mais nous aimons cela, amen ! Nous faisons partie de l’Epouse du Seigneur. Quand on voit le but du Seigneur, on dit : « Hâte-Toi de faire cela en moi. Je ne veux pas retarder Ta venue ou faire que des âmes se perdent, ou que l’Eglise du Seigneur soit encore languissante et abattue à cause de mon attitude timide et réservée vis-à-vis de Ton action parce que je ne veux pas me laisser transformer par Toi ». Cela va imposer des choses difficiles, dures pour ma chair, mais pas pour mon cœur. Mon cœur va accepter le travail du Seigneur. Mon cœur est désireux de faire le travail du Seigneur. Et plus ma décision de Lui donner ma vie sera totale et complète, plus le travail du Seigneur va se faire en profondeur et en rapidité, parce qu’Il sait qu’Il revient bientôt. Il a besoin d’agir rapidement et en profondeur. C’est cela le plan du Seigneur. Si nous rapprochons ce passage avec celui d’Apocalypse, au chapitre 2, à partir du verset 5 :« Une voix sortit du trône, disant : Louez notre Dieu, vous tous ses serviteurs, vous qui le craignez, petits et grands ! ». La seule louange que Dieu apprécie vraiment, c’est la louange qui vient de cœurs qui Le craignent, c’est-à-dire qui veulent Lui obéir. Le Seigneur n’a que faire de la louange de rebelles. Au contraire, Il dit que, si ton cœur est rebelle et que tu pries ou que tu Le loues, c’est une abomination devant Lui. Dieu n’a que faire de la louange ou de la prière des rebelles. Mais un cœur obéissant, un cœur qui craint Dieu et qui Le loue, là, le Seigneur est glorifié. Il est dit au verset 6 : « J’entendis comme une voix d’une foule nombreuse, comme un bruit de grosses eaux, comme un bruit de forts tonnerres, disant : Alléluia ! Car le Seigneur notre Dieu tout-puissant est entré dans Son règne ». Il faut que Jésus entre dans Son règne dans notre vie personnelle, dans l’Eglise. Il va régner sur le monde. Il vient bientôt pour régner à Jérusalem sur le monde entier, avant d’établir, après les 1000 ans de règne, une nouvelle terre et de nouveaux cieux où Il régnera pour l’éternité. Il est dit dans ce passage, que le Seigneur est entré dans Son règne. « Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire ; car les noces de l’Agneau sont venues, et son Epouse s’est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur. Et ce fin lin, c’est la justice des saints ». C’est tout le travail de purification et de sanctification du Seigneur. Il n’entrera dans Son règne que lorsque l’Epouse sera prête. Il ne peut pas enlever une Epouse tachée, ridée, une Epouse qui ne correspond pas à ce qui doit Lui être offert en tant que Roi des rois et Seigneur des Seigneurs. Il veut enlever une Epouse glorieuse. Savez-vous ce qui va arriver, à la fin des temps ? Les chrétiens qui ne veulent pas se laisser purifier, sanctifier, ne vont pas être enlevés. Ils ne participeront pas aux noces de l’Agneau. Je ne dis pas qu’ils seront perdus, mais ils ne seront pas enlevés. Ils vont passer au travers de la grande, grande tribulation et ils n’auront d’autre choix que la perdition ou la mort en tant que martyrs. C’est ce qui nous est annoncé dans l’Apocalypse. Si Jésus appelle à la sanctification, c’est qu’Il sait qu’Il revient bientôt chercher Son Epouse, cette Epouse doit avoir dans son cœur, le sentiment de l’urgence à se préparer pour le Seigneur. Il est dit ici que :« …Son épouse s’est préparée ». Alléluia ! Où est l’Epouse du Seigneur ? Elle est partout, dans la terre entière. Elle est dans les dénominations actuelles. Tous ceux qui ont vraiment fait une expérience avec le Seigneur, qui sont nés de nouveau et qui ont fait cet acte de consécration au Seigneur, appartiennent à l’Epouse du Seigneur, ils se laissent transformer. L’Epouse du Seigneur est aussi dans le monde, au sens où il y a beaucoup de gens qui sont vraiment convertis au Seigneur. Ils n’appartiennent à aucune église, parce qu’ils n’en connaissent pas dans leur endroit ou ils ont vu ce que c’était et ils n’y sont pas rentrés. Le jour de l’enlèvement, nous aurons beaucoup de surprises, entre ceux qui devaient partir et qui restent, et ceux qui auraient dû rester et qui partent. Il est dit que l’Epouse se prépare. Si je fais partie de l’Eglise de Jésus-Christ, je ne veux pas me contenter de dire : « Seigneur, j’attends Ton retour. Je suis sauvé. Je T’ai confessé comme Sauveur et Seigneur. Et maintenant, je peux vivre une vie de compromis tranquille. Je sais que Tu vas m’enlever, que Tu vas me faire régner avec Toi ». C’est faux. Cela, c’est une fausse doctrine. Le Seigneur n’enlèvera pas ceux qui n’ont pas accepté de se laisser sanctifier par le Seigneur, par l’eau de Sa Parole et par Son Esprit. Mais « …Son Epouse s’est préparée car il lui a été donné…,( c’est un don de Dieu,) …il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin éclatant et pur ». Ce ne sont pas nos propres œuvres qui nous sauvent. Quand nous avons été sauvés, Dieu nous prépare des œuvres saintes qu’Il nous demande

de pratiquer. C’est un signe aussi de la nouvelle naissance, parce que si nous disons que nous sommes sauvés par la foi en Jésus et qu’ensuite nous ne voulons pas pratiquer les œuvres de sainteté et de justice qu’Il nous demande de pratiquer, moi, je me pose des questions sur la réalité de la conversion au départ. Quand on est vraiment converti au Seigneur, même si on n’est pas encore complètement sanctifié, on désire l’être, et on dit : « Seigneur, Tu vas agir dans ma vie pour m’enseigner, me révéler Ta Parole, et tout ce que Tu vas me montrer, je vais le faire Seigneur, quel que soit le coût ». Et là, Dieu me donne la grâce, Il me donne la révélation de Ses œuvres, tout ce que je dois faire, Son plan pour ma vie, Son plan pour ma famille, pour moi dans les derniers temps. Et je vais entrer pleinement dans la bénédiction. « Il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin, c’est la justice des saints… » , qui nous est donnée par Dieu et que nous devons pratiquer. Nous devons nous en revêtir. Ce n’est pas Jésus qui va nous en revêtir. « Il lui a été donné de se revêtir » . C’est comme si Jésus nous présente la robe de mariée ; qui revêt la robe de mariée ? C’est la mariée, elle-même. Elle se revêt, elle se prépare, elle se fait belle pour son fiancé qui l’attend et qui va être son époux bientôt. Jésus nous présente Sa robe de sainteté, de justice et Il nous dit : « Est-ce que tu veux t’en revêtir ? Est-ce que tu veux quitter tes oripeaux souillés, tachés ? Une fois que tu t’en es revêtu, est-ce que tu veux veiller à ne pas tacher cette robe ? En tout cas, si elle est tachée, reviens vite, Mon sang efface ces taches ». « …Et l’ange me dit : heureux, ceux qui sont appelés au festin des noces de l’Agneau ». Heureux, parce qu’il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. Et les élus sont les appelés qui ont répondu oui. Cela ne dépend pas du caprice de Dieu. Dans Apocalypse, aux chapitres 2 et 3, le Seigneur parle aux églises. J’aimerais que nous regardions certaines des choses qu’il dit à l’Eglise, à celle qu’Il est en train de préparer pour être Son Epouse et qu’Il veut purifier et sanctifier. Il parle à sept églises qui ont existé. Sur le plan symbolique, nous pouvons aussi en retirer des enseignements pour nous, Eglise du Seigneur, parce que quand Il parle à ces églises-là, Il nous parle aujourd’hui, à nous, l’Eglise du Seigneur. Il nous dit au chapitre 2, c’est Jésus qui parle :« Ecris à l’ange de l’église d’Ephèse : Voici je connais tes œuvres, ton travail, ta persévérance, Je sais que tu ne peux pas supporter les méchants, que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, que tu les as trouvés menteurs,…( tout ça, c’est très bon, ) que tu as de la persévérance, que tu as souffert à cause de mon nom et que tu ne t’es pas lassée… ( C’est magnifique, comme portrait !) Mais ce que j’ai contre toi… » Si j’entendais le Seigneur me parler comme ça, je dirais : Attention ! Il y a quelque chose qui ne va pas. « …Ce que j’ai contre toi… » , vous vous rendez compte ? « …Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour ». Ton amour premier, celui que tu avais pour Moi au début. Tu l’as abandonné, tu es rentré dans la routine, tu es rentré dans quelque chose où tu as laissé diminuer ce premier amour. Cela peut arriver à des couples aussi. Quand on se connaît, au début c’est tout nouveau, tout beau. Et puis on laisse la tradition et l’habitude s’installer. Jésus ne veut pas cela entre Lui et nous. Et Il lui dit : « tu es pleine d’œuvres, tu es pleine de bonnes choses, tu n’as pas supporté les méchants, tu as même souffert, mais tu as abandonné ton premier amour. Toutes ces œuvres-là, tu ne les fais plus dans l’amour de ton cœur. Tu les fais par obligation religieuse. Tu as abandonné ton premier amour ». Vous vous rappelez ce que Jésus dit à Ses disciples ? Il leur dit : « Vous êtes vraiment mes amis, si vous faites ce que je vous demande, ce que je vous commande. Celui qui m’aime gardera ma parole. » Donc, pour le Seigneur, abandonner le premier amour revient à abandonner Sa Parole, abandonner la pleine Parole du Seigneur. On n’a plus cet amour d’obéissance de cœur à la Parole de Dieu, donc au Seigneur. On entre dans toute une série d’œuvres religieuses qui couvrent notre désobéissance, mais qui n’échappent pas à l’œil du Seigneur. Il a un œil perçant, Il voit au fond des cœurs. Il ne regarde pas à l’apparence. Il ne regarde pas aux œuvres, Il regarde au cœur : « Est-ce que tu as gardé ton premier amour pour Moi ? ton amour premier, ton amour qui consistait à Me mettre en premier en disant : Seigneur, c’est par amour que je fais cela, c’est par amour que je me laisse travailler par Toi et que je me consacre à Toi ? ». « Souviens-toi donc d’où tu es tombée. (C’est une chute, )…et repens-toi » . Il y en a qui pensent que la repentance, c’est pour les païens, ceux qui ne sont pas convertis. Mais Jésus parle à l’église et Il lui dit :« Repens-toi ». Cela veut dire qu’elle a péché, qu’elle est tombée. Elle a péché, non pas parce qu’elle est voleuse, menteuse, adultère. Rien de tout cela. Elle a simplement abandonné son premier amour. Alors, que nous ayons abandonné notre premier amour ou que nous n’ayons pas ce premier amour dans le cœur, c’est la même chose pour le Seigneur. C’est peut-être encore plus grave de l’abandonner, après l’avoir eu. Si nous n’avons pas cet amour ardent pour le Seigneur et Sa Parole ou si nous l’avons eu et que nous l’avons abandonné, nous avons chuté, nous avons péché, nous avons besoin de nous repentir, c’est-à-dire de changer de cap en disant : « Seigneur, je reviens. Remplis mon cœur de Ton amour pour Ta Parole, parce que « Celui qui m’aime gardera ma parole ». Et il dit sept fois, aux sept églises, à la fin : « A celui qui vaincra ». Nous sommes dans un combat. Ce travail de purification, de sanctification, c’est un combat de tous les instants, de tous les jours, parce que le Malin est là, la chair est là, le monde est là, avec toutes ses attractions, ses pièges, ses convoitises et ses séductions. Constamment je dois combattre le bon combat de la foi. Mais je ne pourrai le combattre et vaincre que si je suis dans l’amour du Seigneur. « Par amour pour Toi, Seigneur, parce que je veux paraître devant Toi comme une Epouse sainte et pure, Seigneur. Tu mérites d’avoir une Epouse sainte et pure. Tu mérites, Seigneur que je fasse tous mes efforts, associés à tous les efforts que Tu fais, et tous les deux ensemble, nous vaincrons, Seigneur ». « A celui qui vaincra, je donnerai à manger de l’arbre de vie ». Cela veut dire : « Je lui assurerai pleinement un salut éternel, dans Mon ciel de gloire pour l’éternité ». Sur sept églises, il dit à cinq d’elles : « Repens toi ». C’est intéressant de voir, pour chacune, à propos de quoi Il lui demande de se repentir. La première, c’est qu’elle a abandonné son premier amour. Elle n’obéit plus au Seigneur et à Sa Parole. Il dit à l’église de Smyrne : « Je connais ta tribulation… » Il lui parle de persécutions et Il lui dit : « Sois fidèle jusqu’à la mort ». Il n’a rien à lui reprocher. Il lui annonce simplement des persécutions, des souffrances, des épreuves et des tribulations. Il lui dit « Sois fidèle jusqu’à la mort et je te donnerai la couronne de vie » . Cela veut dire qu’il est possible que tu ne sois pas fidèle jusqu’à la mort, il est possible que l’église ne soit pas fidèle jusqu’à la mort. La doctrine du salut assuré éternellement, de la sécurité absolue du salut n’est pas une doctrine biblique. La sécurité est absolue si je reste dans la main du Seigneur, si je reste pleinement dans l’obéissance. Jésus n’a rien à reprocher à cette église, Il lui annonce des choses difficiles et Il l’encourage : « Sois fidèle, Je te donnerai la couronne de vie, Je suis avec toi. » « Celui qui vaincra n’aura pas à souffrir la seconde mort. » Celui qui ne vaincra pas, aura à souffrir la seconde mort, en prenant le contre-pied. Celui qui ne vaincra pas, aura à souffrir la seconde mort. Vous vous rendez compte qu’Il parle aux Eglises, à celles qui ont été rachetées par Son sang ! Il dit à l’église qui est infidèle et qui est tombée : « Si tu ne te repens pas, tu auras à souffrir la seconde mort », c’est-à-dire la perdition éternelle. A l’église de Pergame, Il dit : « Je sais où tu demeures, je sais que là est le trône de Satan ». Là où tu demeures, Mon église, là est le trône de Satan. Vous vous rendez compte ? « Tu retiens mon nom, et tu n’as pas renié ma foi,… mais j’ai quelque chose contre toi, c’est que tu as là…(cela veut dire chez toi,) des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui enseignait à Balak… ».Tu as là, au  milieu de toi, des gens qui sont associés à de fausses doctrines, qui les enseignent, et tu les supportes. Quelle leçon pour nous, chrétiens ! Combien de fois avons-nous supporté de fausses doctrines, des traditions d’hommes qui n’ont rien à voir avec la Parole de Dieu ! Dieu s’adresse à l’ange de l’église ou au responsable de l’église et à toute l’église, et Il leur dit : « Tu as là, au milieu de toi, des gens qui enseignent des doctrines pernicieuses, et tu n’as pas réglé ce problème-là ». Balaam était un faux prophète qui avait pourtant des révélations de Dieu bien réelles. Il n’avait pas pu obtenir de Dieu qu’Il maudisse son peuple, mais il avait réussi à faire pécher le peuple de Dieu en attirant des femmes étrangères, pour que les hommes soient séduits, tombent dans le péché et sacrifient aux idoles et aux faux dieux avec ces femmes étrangères. Il avait finalement joué par la bande. Il avait réussi à séduire le peuple de cette manière. Verset 14 « Balaam qui enseignait à Balak à mettre une pierre d’achoppement devant les fils d’Israël, pour qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles et qu’ils se livrent à l’impudicité » . Ce que le Seigneur reprochait à cette église, c’est qu’elle avait au milieu d’elle, des hommes qui enseignaient des doctrines pernicieuses dont la conséquence était que le peuple de Dieu consommait des viandes sacrifiées aux idoles et se livrait à l’impudicité. Pour nous, spirituellement, qu’est-ce que cela veut dire ? Bien sûr nous n’allons pas forcément aller manger des viandes sacrifiées à des idoles, sachant ce que c’est, nous n’allons pas nous livrer forcément à l’impudicité grossière. C’est possible, mais pour nous au sens spirituel, cela veut dire que nous laissons entrer dans l’église des choses ou des enseignements qui ont pour conséquences d’enlever Jésus et la prééminence de Sa Parole, pour Le remplacer par une idole. Une idole, c’est tout ce qui prend la place de Dieu et qui n’est pas Dieu. Cela peut être n’importe quoi, ce peut être ma dénomination, c’est une idole, ou mon église, c’est une idole, ou mon pasteur, c’est une idole, ou même le travail que le Seigneur m’a donné, c’est une idole. Quoi que ce soit, si cela remplace la position prééminente de Jésus dans ma vie, c’est une idole. Il y a des enseignements qui introduisent des idoles dans le cœur des enfants de Dieu, parce qu’ils remplacent le Seigneur et Sa Parole par quelque chose d’autre. A partir du moment où on enseigne à quelqu’un de désobéir au Seigneur, (même si on ne dit pas que c’est une désobéissance), si on enseigne des doctrines qui sont, en fait, des désobéissances au Seigneur, on est en train d’introduire des idoles dans l’Eglise, parce que le propre de l’idole, c’est la désobéissance au Seigneur. On fait quelque chose qui déplaît au Seigneur, on a remplacé le Seigneur par quelque chose d’autre. Toute fausse doctrine introduit une idole, on s’incline devant quelque chose qui n’est pas la Parole de Dieu, qui n’est pas le Seigneur. L’impudicité, c’est tout ce qui touche à l’impureté au sens strict du terme, c’est-à-dire l’impureté sexuelle, la prostitution au sens sexuel. Et puis l’impudicité, au sens spirituel, c’est la prostitution spirituelle, se tourner vers des choses qui ne sont pas la Parole du Seigneur ou se tourner vers quelqu’un qui n’est pas le Seigneur. Mais l’idée de base, c’est la prostitution : on quitte le vrai mari, le vrai fiancé pour s’attacher à quelqu’un qui n’est pas le vrai mari, l’antichrist et ses doctrines, Satan et ses doctrines. L’église de Pergame, supportait ça et laissait faire. « Tu as des gens au milieu de toi attachés… repens-toi donc, sinon je viendrai à toi bientôt, et je les combattrai avec l’épée de ma bouche ».« L’épée de ma bouche », c’est la Parole du Seigneur. Il faut que nous osions prêcher la Parole de Dieu telle qu’Il la donne. Que nous soyons prédicateur ou homme et femme, simple témoin de Christ, il faut que nous osions dire : « Jésus a dit » ! Ça, c’est l’épée de l’Esprit. Et l’épée de l’Esprit tranche entre l’erreur et la vérité. Il faut que nous osions la dire, sans compromis, avec amour. Que nous osions dire : « Le Seigneur a dit, j’ai étudié Sa Parole, c’est comme cela ». L’impudicité entre aussi dans l’église par une grande porte ouverte : les divorces et remariages de chrétiens. Je ne parle pas des péchés sexuels qu’on encourage indirectement. C’est-à- dire, au niveau des jeunes, on n’enseigne plus sérieusement ce qu’est le flirt, les vraies fiançailles au nom du Seigneur, sortir ou ne pas sortir. Les impuretés à ce niveau-là, ouvrent la porte, dans l’église, à l’action de Satan, à l’impureté sexuelle et à la convoitise. Mais quand on enseigne qu’un chrétien peut divorcer pour certaines raisons et qu’il peut se remarier, on introduit l’adultère dans l’église, l’impudicité, toutes ces abominations que Jésus ne veut pas. Jésus permet la séparation, pour cause d’adultère, mais Il ne permet pas le remariage, c’est très clair. Il dit à celui qui est séparé : « Tu intercèdes pour celui qui s’est égaré, tu attends, tu persévères et Moi, Je suis avec toi dans ce cas-là ». Il y a des églises, maintenant, où il y a deux tiers des chrétiens divorcés et remariés. Le problème, c’est quand on ne reconnaît pas cela comme péché. Quand on le reconnaît comme péché en disant : « Seigneur, j’ai fauté, je n’avais pas compris, je n’étais pas éclairé. Maintenant que j’entends Ta Parole, je réalise, je Te demande pardon. Montre-moi la solution. Qu’est-ce que je dois faire ? J’ai été marié et divorcé trois fois et maintenant je suis là avec la troisième ou le troisième, qu’est-ce qu’il faut faire, Seigneur ? Donne-moi la grâce de me révéler Ta pensée pour que je n’aille pas plus loin dans la catastrophe », Dieu va montrer la solution, à ce moment-là, parce qu’on s’est repenti, qu’on a reconnu cela comme un péché. « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux églises. » A l’église de Thyatire Il dit, au verset 19 : « Je connais tes œuvres, ton amour, ta foi, ton fidèle service, ta constance, et tes dernières œuvres plus nombreuses que les premières ». Il y a beaucoup d’églises qui aimeraient bien être décrites comme Il décrit Thyatire « Tes œuvres, ton amour, ta foi… » , l’amour, la foi, les choses les plus importantes, « ton fidèle service, ta constance,… mais ce que j’ai contre toi… » , le Seigneur ne va rien laisser de côté. Dans ces derniers temps où Il nous demande de nous préparer, Il va mettre le doigt sur la moindre tache. Il nous donne aussi la grâce de l’effacer. Il va mettre le doigt sur la moindre tache, la moindre ride.« ce que j’ai contre toi… ( comment était-ce possible dans une telle église ?) c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse… » , Jézabel était la femme d’un affreux roi Achab, un roi apostat, qui avait introduit l’idolâtrie, l’occultisme et le satanisme dans le peuple du Seigneur. Là, spirituellement, ce sont de faux prophètes ou fausses prophétesses qui parlent de la part du Seigneur pour enseigner des choses mauvaises. C’est exactement le même problème que l’autre église : « enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles ». C’est le même problème dans cette église. Et là en plus, c’est fait par une femme qui se dit prophétesse. « Je lui ai donné du temps, pour qu’elle se repente, et elle ne veut pas se repentir » . Vous voyez comme le Seigneur est bon. Il lui a parlé. Cette femme, ce peut être une femme réelle qui se dit prophétesse, ce peut être une partie de l’église qui dit avoir reçu des révélations de Dieu et qui est en train d’enseigner des abominations et des fausses doctrines qui vont pousser le peuple de Dieu dans des directions qui ne sont pas celles du Seigneur. « Je lui ai donné du temps pour qu’elle se repente », cela veut dire : « Je lui ai parlé, Je lui ai montré que c’était faux, et elle ne veut pas se repentir ». Il ne dit pas qu’elle ne s’est pas rendu compte, mais qu’elle ne veut pas se repentir. Elle ne veut pas se repentir. Il faut que nous comprenions bien qu’aux yeux du Seigneur, tout ce qui nous tient à l’écart de la vérité, est de l’impudicité, de l’impureté, c’est de la prostitution spirituelle. Si je suis une doctrine qui n’est pas la Parole de Dieu, aux yeux du Seigneur, je me suis écarté de l’Epoux et de Sa Parole, je suis dans l’impureté. Le travail de purification du Seigneur, c’est d’enlever de mon cœur toutes les fausses doctrines, les traditions des hommes, qui sont de l’impureté pour Lui. Les enlever par la repentance. « Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu’ils ne se repentent.» Frères et sœurs, c’est ce qui arrive aujourd’hui. Le Seigneur va envoyer, écoutez bien, le Seigneur va envoyer sur toute la partie de l’Eglise qui se dit Eglise de Jésus, mais qui ne veut pas abandonner les traditions des hommes, les fausses doctrines et les choses qui actuellement sont considérées par Dieu comme de l’impudicité, le Seigneur va envoyer une tribulation telle, qu’elle sera jetée sur un lit spirituellement, c’est-à-dire qu’elle sera mise à terre, livrée au spectacle de tous. On verra qu’elle a été dans l’adultère. « Je ferai mourir de mort ses enfants ». Cela peut être physique, cela peut être spirituel, mais il y aura un jugement. Tous ceux qui auront accepté de suivre ces doctrines et qui ne vont pas se repentir seront punis de mort par le Seigneur. Ce sont des choses sérieuses. « Et toutes les églises connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les cœurs et je vous rendrai à chacun selon vos œuvres ». Ce sont des paroles d’amour. On parle toujours d’un doux Jésus qui est gentil, qui pardonne tout. Mais, est-ce qu’on regarde ces paroles qui sont des paroles fortes ? « Je ferai mourir de mort ses enfants », ce sont des paroles qu’il faut aussi mettre dans nos cœurs. Toute l’église connaîtra qui marche avec Dieu, et qui ne marche pas avec Dieu. On verra quels sont les serviteurs de Dieu qui sont fidèles et ceux qui ne le sont pas. Dieu va mettre toutes choses à nu. Il va dévoiler les choses cachées. Il jettera les incrédules et les impudiques sur des lits de douleur et de tribulations. « A vous, tous les autres de Thyatire, qui ne reçoivent pas cette doctrine… », pourquoi ils ne la reçoivent pas ? Parce qu’ils ont écouté, ils ont comparé, ils ont interrogé le Seigneur, ils ont lu la Parole. Ils ont dit : « Non. Ce n’est pas du Seigneur : je la refuse ». « …Je vous dis : Je ne mets pas sur vous d’autre fardeau ; seulement ce que vous avez, retenez-le ». « Ce que vous avez », c’est-à-dire la vérité de Ma Parole, puisque vous avez testé cela et que vous avez rejeté l’erreur. « Ce que vous avez, retenez-le, jusqu’à ce que je vienne.» Gardez fidèlement toute la vérité que Je vous montre et tout ce que Je vais vous montrer comme vérité, gardez-là, c’est elle qui va vous garder ». « A celui qui vaincra,… je donnerai autorité sur les nations ». Quand Jésus reviendra, tu régneras avec Lui sur la terre. Celui qui régnera avec Jésus, ce n’est pas n’importe qui. C’est celui qui aura résisté à l’erreur et au mensonge, qui aura accepté le prix et qui va tenir ferme jusqu’au bout. A l’église de Sardes, au chapitre 3, Il dit : « Je connais tes œuvres. Je sais que tu passes pour être vivant, et tu es mort ». Vous vous rendez compte qu’Il parle à l’église ! « Tu passes pour être vivant… », il y a des églises qui passent pour être très vivantes. On loue, formidable ! Il y a une musique terrible, des louanges à tout casser. Il se passe des choses apparemment, mais aux yeux de Jésus, tu es mort. tu es mort, parce que tu ne gardes pas la vérité, tu ne gardes pas Sa Parole. « Sois vigilant, et affermis le reste qui est près de mourir… », le Seigneur est bon. Il voit quand même qu’il y a un petit lumignon qui fume, et Il lui dit : « Tu n’es pas complètement mort, il y a quelque chose qui fume encore et Je le vois. Je suis là non pas pour éteindre le peu qui reste encore, mais pour te dire affermis le peu qui reste encore, ranime-le. « Car je n’ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant Dieu. Rappelle-toi donc comment tu as reçu et entendu, et garde, et repens-toi. Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur et tu ne sauras pas à quelle heure je viendrai sur toi » . Un voleur ne prévient pas. Quand Jésus viendra pour enlever l’Eglise, il ne va pas prévenir du jour et de l’heure. Il va prévenir par Son Esprit pour savoir que nous sommes dans les temps et que nous devons nous préparer. Mais Il viendra comme un voleur. Pour tous ceux qui n’ont pas accepté de se laisser travailler par le Seigneur, le Seigneur va revenir sur eux comme un voleur, non pas pour les prendre, mais pour les dépouiller complètement. « Cependant tu as à Sardes, quelques hommes qui n’ont pas souillé leurs vêtements ; ils marcheront avec moi en vêtements blancs, parce qu’ils en sont dignes. Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs ; je n’effacerai point son nom du livre de vie… », cela veut dire que celui qui ne vaincra pas verra son nom effacé. Son nom était inscrit, il y était inscrit puisqu’on ne peut pas effacer quelque chose qui n’était pas inscrit auparavant. « Ton nom était inscrit dans le livre de vie » lui dit le Seigneur, « Mais parce que tu n’as pas persévéré dans les vêtements blancs, tu ne t’es pas laissé sanctifier, tu n’as pas rejeté l’erreur, tu as écouté les fausses doctrines, tu ne les as pas testées, tu ne t’es pas repenti quand Je te l’ai montré, J’effacerai ton nom. » Mais celui qui vaincra, sera revêtu de vêtements blancs. « Je n’effacerai pas son nom et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges » . C’est une belle récompense ! Cela vaut tous les sacrifices du monde. Voyez : devant le trône du Père, Jésus te fait rentrer et te dit : « Tu as été fidèle jusqu’au bout. Devant Mon Père et tous les anges Je confesse ton nom. Tu as été fidèle jusqu’au bout. Entre dans les noces qui te sont préparées ». A l’église de Philadelphie, je vais aller plus vite, parce que c’est l’église fidèle et je voudrais surtout insister sur les erreurs et le travail de purification. Ce qui est intéressant, c’est de voir ce qu’Il lui dit. Elle est fidèle et Il lui dit : « Je connais tes œuvres, parce que tu as peu de puissance… ». Cela paraît bizarre. Il y en a tellement aujourd’hui, qui cherchent la puissance. « Tu as peu de puissance et tu as gardé ma parole et tu n’as pas renié mon nom. » Nous n’avons aucune puissance personnelle. L’Eglise du Seigneur ne doit avoir aucune puissance personnelle. Toute sa puissance lui vient du Seigneur Jésus. C’est dans la mesure où elle se dépouillera de toute puissance personnelle, humaine, qu’elle sera revêtue de la puissance glorieuse du Seigneur Jésus, ce ne sera pas sa propre puissance. Elle n’a pas renié le nom du Seigneur et elle a gardé Sa Parole. Vous voyez la récompense des fidèles : « tu as gardé ma parole, et que tu n’a pas renié mon nom, j’ai mis devant toi une porte ouverte » Cela veut dire que tout ce que tu entreprendras, réussira parce que cela vient de Moi, parce que tu es à l’écoute de Ma voix, et tu ne vas pas oser faire quelque chose que Je ne te demande pas de faire. Tout ce que tu entreprendras réussira, parce que c’est Moi qui le fais en toi. « Une porte ouverte, que personne ne peut fermer.» Cette porte, il n’y a que toi qui peut la fermer par ta désobéissance. Mais personne d’autre ne fermera la porte. La porte, c’est la porte pour le service du Seigneur, c’est la porte entre Jésus et moi. Il est la porte. Une porte ouverte, cela veut dire que Jésus, qui est la porte, m’ouvre tous les trésors de Sa présence, tous les trésors de Sa communion, parce que j’ai gardé Sa Parole et que je n’ai pas renié Son nom. La porte est ouverte pour toi, bien aimé. Viens quand tu veux. Cela vous arrive de dire cela à des amis : « Ma porte t’est ouverte ! » C’est la même chose avec Jésus : la porte entre Jésus et moi sera toujours ouverte si je garde Sa Parole. Il va me parler, me donner des révélations, me conduire, me diriger. Si je suis dans le plan du Seigneur, aucune porte ne sera fermée. Il dit : « Je te donne de ceux de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et qui ne le sont pas, mais qui mentent ; voici, je les ferai venir, se prosterner à tes pieds, et connaître que je t’ai aimé. Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi (Celui qui garde Ma Parole, c’est celui qui M’aime, ) je te garderai à l’heure de la tentation… » , c’est-à-dire de la séduction qui vient sur le monde entier pour l’éprouver. Il va y avoir, dans ces derniers temps, une séduction tellement épouvantable, tellement grande, tellement puissante ! La différence entre l’erreur et la vérité, en matière de séduction, est minime. Satan va venir avec une apparence presque absolue de vérité, mais une grande séduction. Il va présenter des choses merveilleuses qui vont avoir l’apparence de la vérité, mais qui seront fausses, qui seront une séduction pour entraîner à la perdition. Si nous ne sommes pas gardé par Jésus, nous n’aurons aucune chance de tenir. Tous ceux qui vont être séduits, vont aller, pieds et poings liés entre les mains de l’antichrist et dans la perdition. Donc, il faut que nous ayons le discernement. Le discernement nous sera donné par le Seigneur qui va nous garder, si nous gardons Sa Parole en disant : « Seigneur, Tu sais que moi je ne peux rien, je peux être séduit n’importe comment par ces choses mais je confesse que je ne serai pas séduit, parce que je veux garder Ta Parole, je ne veux pas renier Ton nom, je veux T’obéir, je veux que Tu m’enseignes et je veux Te suivre ». Et là, nous avons la promesse de Jésus : « Je te garderai ». Ce n’est pas nous qui allons nous garder, c’est Jésus qui va nous garder. Nous, nous allons nous garder des fausses doctrines ; nous allons nous garder de quitter le Seigneur et Lui nous gardera de la séduction. Il dit à la dernière église, Laodicée, au verset 14 : « Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! ». J’ai souvent remarqué que ceux qui devenaient les plus bouillants pour le Seigneur, sont ceux qui avaient été les plus froids auparavant. Ce n’est pas toujours vrai mais je il y a souvent  des gens qui combattaient à fond contre l’Eglise, comme l’apôtre Paul. Il persécutait les chrétiens, il les jetait en prison, il les faisait mourir. Ce n’était pas un tiède, Paul, il était de l’autre côté, au service de Satan à fond. Et quand il s’est converti, terrassé par la puissance de Jésus sur le chemin de Damas ; il a été à fond pour le service du Seigneur, dans une consécration totale. Il parcourait les routes, non plus pour mettre les chrétiens en prison, mais pour annoncer la Parole, pour fortifier l’Eglise, pour l’édifier, pour faire avancer le royaume de Dieu. Jésus dit : « Je voudrais que tu sois froid ou bouillant ». Si tu es froid, tu as une chance d’être vraiment bouillant. Mais si tu es tiède ! « Parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche ». Cela veut dire que tu étais avec Jésus, mais quel est le signe de la tiédeur ? « Parce que tu dis : je suis riche, je me suis enrichi, je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu… » , Il lui dit : maintenant Je te préviens, repens-toi, « Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé,… des vêtements blancs… » , acheter, cela veut dire que tu ne vas pas le payer par tes œuvres, mais tu vas te repentir, tu vas enfin décider de faire tous tes efforts pour recevoir ce que le Seigneur veut te donner. « Tu vas acheter de Moi la sainteté, la sainteté te sera donnée gratuitement, tu n’auras pas à la payer. Mais tu vas faire un effort pour lire Ma Parole et la méditer d’une manière un peu plus sérieuse, tu vas faire un effort pour Me prier, tu vas faire un effort pour avoir une vie de prière plus conséquente, pour que Je puisse travailler en toi par Mon Esprit et t’enseigner, ces choses ne viendront pas automatiquement sur toi ». Si tu ne pries pas, si tu ne lis pas Sa Parole, si tu ne fais pas toutes ces choses, le Seigneur ne les fera pas pour toi. « Mais, quand tu le fais », dit le Seigneur, « Mon Esprit va travailler en toi pour te transformer, et Moi, Je vais te transformer et te changer, mais tu dois faire cet effort dans Ma communion. Et, parce que tu ne le fais pas, Je t’engage à le faire ». « Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle et repens-toi. Je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend Ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi » . On utilise souvent ce verset pour les inconverti, mais c’est à l’Eglise que Jésus parle. Ce n’est pas à quelqu’un qui ne connaît pas le Seigneur, Il frappe à la porte de l’église de Laodicée, la tiède, et Il lui dit : « Je suis ton époux, Je reviens bientôt, Je veux rentrer pour te changer, te rendre bouillante ». Le Seigneur frappe, Il ne veut pas violer notre volonté. L’église de Laodicée peut très bien dire : « Je suis bien comme ça, je n’ai besoin de rien, reste où Tu es, Seigneur. Je n’ai besoin de rien, je suis riche, tranquille, j’ai de beaux bâtiments, plein de sous dans la caisse, 1500 personnes dans l’église. On fait des louanges merveilleuses, on a tout ce qu’il faut ». Mais Jésus dit : « Tu es tiède, parce que tu as rejeté Ma Parole.

Je frappe, veux-tu Me laisser rentrer ? Je veux souper avec toi ». C’est merveilleux cette image, souper dans l’intimité. « Je veux t’apprendre à retourner aux pieds de ton Seigneur pour recevoir de Lui Sa nourriture, la vraie ». Quand le Seigneur nous montre l’urgence qu’il y a, dans ces derniers temps, à Le laisser achever cette préparation de l’Eglise, cela doit amener des changements dans notre vie. Il va y avoir des changements que le Seigneur va nous montrer, à tous les niveaux. Nous devons être décidés à obéir au Seigneur de bon cœur. Cela va entraîner des persécutions et des souffrances. Je crois que l’Eglise des derniers temps va revenir au modèle de la Parole de Dieu. Cela va être des églises de maison, des petits groupes informels qui seront dirigés par des ministères choisis par Dieu, envoyés par le Seigneur, qui vont faire une action puissante, qui seront remplis du Saint-Esprit et de feu, qui vont aller évangéliser, qui vont se préparer à la venue du Seigneur. Les grandes églises institutionnalisées vont rentrer à flots dans le corps de la prostituée   Mais de même que l’Epouse se prépare, la prostituée se prépare. La prostituée, c’est le rassemblement de toutes les églises apostâtes sous la direction de Rome, pas seulement l’Eglise catholique romaine, mais toutes les églises apostâtes qui ont renié la plénitude de la vérité et qui ont décidé de s’associer à l’Eglise de Rome. On voit cela dans Apocalypse 17, clairement. Nous en parlerons plus tard . Je préférerais parler d’abord de l’Epouse que de la prostituée. Nous voulons faire partie de l’Epouse et non de la prostituée, donc faire un choix très clair et net. Dans les derniers temps, personne ne pourra rester entre deux chaises. Personne ! Il faudra choisir l’un ou l’autre. Et nous choisissons l’Epouse du Seigneur, parce que nous aimons le Seigneur. Amen. Alléluia ! Il y a une chose dont on devrait  plus souvent  parler , et qui n’est pas toujours bien comprise par tout le monde, c’est que la Parole de Dieu dit que l’Eglise est un mystère qui a été caché de tous les temps et qui a été révélé. A la fin des temps, au moment où Jésus est venu sur la terre, et au moment de la Pentecôte, le Seigneur a institué l’Eglise. L’Eglise est un mystère qui est révélé maintenant. Même les prophètes de l’Ancien Testament n’avaient pas une vue claire de ce que c’est que l’Eglise. Les prophètes ont prophétisé sur la venue du Seigneur, du Messie, sur le salut, sur les événements de la fin, mais cette période de l’Eglise n’était pas clairement révélée. Elle nous est nettement montrée dans la nouvelle alliance. Qu’est-ce que l’Eglise ? Jésus va venir enlever seulement Son Eglise, c’est son Epouse. Les autres ne vont pas être enlevés. Et l’Eglise, c’est celle qui est prête pour l’enlèvement. Que faut-il faire pour être prêt pour l’enlèvement ? Il faut avoir une belle robe blanche, sans tache, parce que Jésus va enlever Son Epouse, Il va enlever une Epouse qui a une robe toute blanche. Vous avez déjà vu des mariées avec des robes toutes tachées, toutes sales ? Non, en général les mariées font tout pour avoir une belle robe bien propre, bien blanche. Jésus va venir enlever une Epouse qui est prête, nettoyée, sanctifiée par le sang de Jésus et la Parole de Dieu, une Epouse qui Lui obéit, qui est décidée à Lui obéir, une Epouse qui est consacrée à son Seigneur. Tout pour Jésus. Ce n’est pas tous les chrétiens qui vivent cela. Certains chrétiens ne vivent pas cela, ils ont un pied dans le monde, un pied dans l’Eglise, ou ils sont dans le péché, ils n’ont pas confessé leurs péchés, alors que Jésus les leur a montrés. Jésus leur a montré qu’il y avait des péchés à confesser et à abandonner. Bien sûr, quand nous venons à Jésus, le sang de Jésus nous lave de tous nos péchés et nous entrons dans le corps de Christ. Mais ensuite cela ne veut pas dire que nous allons pécher et rester dans ces péchés. On peut tous faire des péchés, c’est possible de pécher, le Seigneur n’aime pas que nous péchions, mais ce que demande le Seigneur, c’est de lutter de toutes nos forces contre le péché. Paul dit même :« Vous n’avez pas lutté jusqu’au sang contre le péché ». Cela veut dire que nous sommes tellement sensibles au Saint-Esprit que, dès que nous péchons, le Seigneur nous demande de le confesser pour que le sang de Jésus nous lave. Et puis nous devons écouter la voix du Saint-Esprit, parce qu’Il fait remonter de temps en temps, ou régulièrement, des choses qui étaient cachées au fond, des mauvaises pensées, des mauvais sentiments que nous avions gardés au fond du cœur. Cela n’a pas empêché que nous soyons pardonnés. Mais le Seigneur veut nous nettoyer de tout cela, parce que lorsqu’une mauvaise pensée, une mauvaise parole remonte, des pensées de colère, des pensées de haine, des pensées de jalousie, des pensées de dispute, remontent et lorsque nous les laissons s’exprimer dans nos vies, ce sont des péchés. Quand cela se passe, le Seigneur veut que nous les confessions, que nous soyons lavés dans Son sang en Lui disant : « Seigneur, Tu me nettoies de tout cela ». Une faiblesse de la chair, une chute, ce n’est pas ce que Jésus appelle la pratique du péché. Quand cela nous arrive, d’avoir une parole de travers ou une chute, l’Esprit nous pousse immédiatement à la repentance et le sang de Jésus nous lave, si nous nous repentons de nos péchés. Dans 1 Jean, il est dit : « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et le sang de Jésus nous lave de tout péché » . Si nous faisons cela, nous sommes une fiancée fidèle. Mais si nous résistons au Seigneur, quand Il nous montre quelque chose, là cela devient très dangereux. Je ne parle pas des choses cachées que le Seigneur ne nous a pas encore montrées, je parle des choses que le Seigneur nous montre, des choses qu’il faut régler dans nos vies, des choses qu’il faut rendre, si nous les avons volées par exemple, des choses qu’il ne faut plus faire parce que Jésus ne veut pas que nous les fassions. Si nous faisons quelque chose, tout en sachant que c’est mal, et que nous continuions à le faire, nous pêchons et nous allons manquer l’enlèvement. Si nous restons à faire cette chose, sans vouloir la confesser, tout en sachant que c’est mauvais, nous avons un péché sur le cœur qui n’est pas lavé et cela nous empêchera de partir. Pour partir, il faut être léger, il ne faut pas être lourd, il faut avoir confessé ces choses-là. Tout le travail du Saint-Esprit pour préparer l’Epouse, c’est de la garder constamment sous le sang de Jésus, et, dès qu’Il lui montre quelque chose, l’amener à la repentance et à la confession, pour laver cette chose et l’éliminer de notre vie, pour que nous ne pratiquions plus le péché. Si nous sommes dans cette position, même si nous ne sommes pas encore parfaits en tout, à l’image de Jésus, si nous sommes dans cette position de consécration, de recherche de la lumière du Saint-Esprit, si nous sommes obéissants, sensibles à la voix de l’Esprit, si dès qu’Il nous montre quelque chose nous le réglons, si nous faisons une chute occasionnelle et que nous le confessons et nous réglons cela devant le Seigneur tout de suite, si nous sommes dans cette position-là, alors nous sommes prêts à être enlevés, parce que nous sommes ouverts à l’action du Seigneur. Nous avons un cœur ouvert, nous n’avons pas une nuque raide. La nuque raide, c’est la nuque de ceux qui sont désobéissants. Jésus leur montre quelque chose et ils disent : « non, je ne veux pas ! », bien-aimés, ceux-là ne monteront pas dans l’enlèvement. Il faut bien vous dire cela, ceux qui ont la nuque raide, qui désobéissent au Seigneur, ont beau dire qu’ils sont chrétiens, ils ont beau avoir été au départ convertis par la prédication de l’Evangile, être nés de nouveau, s’ils ont la nuque raide, s’ils vivent dans le péché qu’ils ne veulent pas confesser, et ne pas mettre sous le sang de Jésus, ceux-là ne partiront pas. Cela veut dire qu’ils ne font pas partie de l’Eglise, puisque seule la véritable Epouse de Jésus va monter au ciel. Actuellement, quand on parle de l’Eglise sur la terre, on voit tous ceux qui s’appellent chrétiens, de nos yeux d’homme. Le Seigneur, Lui, voit au fond des cœurs. Il voit qui appartient vraiment à Son Eglise, à Son Epouse, parce que l’Eglise et l’Epouse, c’est la même chose, du point de vue du Seigneur. De notre point de vue, ce n’est pas la même chose, parce qu’on voit beaucoup de gens qui appartiennent à l’Eglise ou aux églises et on ne peut pas savoir ce qui se passe dans leur cœur. Jésus voit au fond des cœurs. Il voit ceux qui sont prêts, qui veillent, qui prient et qui ne vont pas se laisser surprendre, parce que Jésus viendra comme un voleur. Mais Son Epouse ne sera pas surprise. Elle sera prête. C’est important de savoir que tous ceux qui ont reçu le salut par le sang de Jésus ne vont pas nécessairement être enlevés. C’est important de réaliser cela. Dans beaucoup d’Eglises on enseigne que tous ceux qui, au départ, ont reçu le salut en Jésus, vont être automatiquement enlevés. Ils ne seront pas enlevés, s’ils ne sont pas prêts. Jésus voudrait que tous ceux qui ont accepté Son salut, tous ceux qui ont reçu la bonne nouvelle, tous ceux qui sont nés de nouveau par la foi en Jésus, appartiennent tous à l’Epouse, qu’ils soient tous enlevés. C’est la volonté de Dieu de sauver tous les hommes, pourtant nous savons qu’il y en a qui ne seront pas sauvés. Pourquoi ? Parce que Dieu ne voulait pas les sauver ? Non, parce qu’eux-mêmes n’ont pas voulu recevoir le message du salut. De la même manière, dans le temps que nous vivons, le temps de la grâce qui est un temps unique, pour tous ceux qui ont reçu le message du salut, le Seigneur voudrait que tous ceux qui entrent dans le salut en Jésus-Christ fassent partie de ceux qui vont être enlevés. Jésus sait que ce ne sera pas le cas de tous parce que certains vont refuser de se préparer, ils ne vont pas perdre leur salut, mais il ne vont jamais faire partie de l’Epouse et ils n’auront jamais la position la plus haute dans le ciel du Seigneur, dans le tabernacle céleste, dans la présence de Dieu, dans la Jérusalem céleste pour l’éternité. Vous savez qu’il y a tous ceux qui ont hérité du salut avant l’Eglise mais ils ne feront jamais partie de l’Eglise. Jésus dit de Jean-Baptiste : « C’est le plus grand de tous les prophètes qui ont paru jusqu’ici, et pourtant dans le royaume de Dieu, le plus petit est plus grand que lui ». Et Jean-Baptiste dit : « Moi, je fais partie des amis de l’Epoux, ma joie est parfaite de voir l’Epoux avec l’Epouse ». « Celle à qui appartient l’Epoux, c’est l’Epouse. Ma joie est parfaite, moi je fais partie des amis de l’Epoux ». Jean sera à la table des noces de l’Agneau, en tant qu’ami de l’Epoux, mais il ne fait pas partie de l’Eglise. Aucun des saints de l’Ancien Testament, même les plus grands comme Abraham, Moïse, David, aucun ne fait partie de l’Eglise. Ce n’est pas de leur faute, ils sont nés dans une époque où ce n’était pas le temps de la grâce. Ils ne font pas partie de l’Eglise, mais ils sont sauvés, ils vont faire partie des noces de l’Agneau, ils seront à la table avec Jésus, ils font partie des amis de l’Epoux. Leur joie sera parfaite, parce qu’ils comprendront et nous comprendrons tous pourquoi Dieu a fait les choses de cette manière et quelle est, pour nous qui vivons dans le temps de la grâce, l’abondance merveilleuse de Sa grâce, que le Seigneur nous révèle et qu’Il n’a révélée à aucune autre époque depuis la création de l’homme. Il y a un temps de grâce comme le nôtre où nous avons la possibilité de faire partie de l’Epouse de Jésus, de l’Eglise qui va être enlevée dans la gloire pour être l’Epouse du Seigneur. Vous avez bien compris cela ? Notre responsabilité est très grande, notre responsabilité est unique. Nous avons la possibilité de faire partie de l’Epouse, il faut prendre cette possibilité, ne pas la lâcher et être enlevé avec Jésus.

Deuxième message

Parlons maintenant  plus en détails de la chronologie des événements de la fin, telle qu’elles sommes annoncées   dans la Bible. quelque chose qui s’appuie essentiellement sur le livre de l’Apocalypse et qui a été reçu du Seigneur dans la prière, mais que je soumets à votre analyse et à votre prière personnelle. C’est très important, quand vous écoutez prêcher la Parole, de retourner devant le Seigneur et devant Sa Parole pour la tester et dire : « Seigneur, Tu vas me confirmer Toi-même, par Ton Esprit et Ta Parole ». Dans l’Apocalypse, nous ne voyons pas du début à la fin de l’Apocalypse un exposé chronologique des faits. En d’autres termes, si vous commencez à Apocalypse 1, et que vous finissez à Apocalypse 22, vous n’aurez pas la chronologie de tous les événements de la fin. De Apocalypse 1 à 3, nous avons la vision de Jean, qui voit Jésus en gloire, et les messages de Jésus aux sept églises. Ensuite, à partir du chapitre 4, il y a vraiment un changement puisque Jean voit le ciel s’ouvrir, une voix lui dit : « Monte ! » et il est enlevé en esprit dans les cieux, où là, il voit toute la suite des événements de la fin tels qu’ils doivent arriver. Du chapitre 4 au chapitre 11 inclus, Jean voit la vision de tous les événements de la fin, mais sous l’angled’Israël, sous l’angle des Juifs : ce qui va arriver aux Juifs et à Israël dans la fin des temps. De Apocalypse 12 à Apocalypse 19 inclus, nous avons les mêmes événements de la fin qui sont montrés à Jean, vus sous l’angle de l’Eglise (et on verra des parallèles extraordinaires). Au chapitre 20, nous voyons, après le millénium, le grand jugement final du grand trône blanc. Aux chapitres 21 et 22, ce sont les nouveaux cieux, la nouvelle terre et l’éternité, le royaume éternel de Dieu avec Jésus comme roi pour l’éternité. Donc je répète : Apocalypse 1 à 3, le ciel s’ouvre, Jean voit Jésus et Jésus donne un message aux sept églises ; Apocalypse 4 à 11, les événements de la fin mais pour Israël, sous l’optique des Juifs ; Apocalypse 12 à 19, les mêmes événements de la fin, mais pour l’Eglise ; Apocalypse 20, le millénium et le jugement final ; Apocalypse 21 et 22, nouveau ciel, nouvelle terre et royaume éternel du Seigneur.  cette perspective-là,  qui permet d’expliquer au  mieux le livre de l’Apocalypse, .Nous allons nous attarder surtout aux chapitres 12 à 19 de l’Apocalypse, puisqu’ils concernent l’Eglise. Je ne vais pas parler des chapitres 4 à 11, on pourrait y passer du temps aussi, ces chapitres concernent les événements de la fin vu du côté juif, Jean était Juif, il était aussi chrétien. Vous savez que le peuple Juif est le peuple de Dieu sur la  l’Apocalypse, le Seigneur voulait donner à la fois un avertissement à Son peuple sur la terre, puisque les Juifs seront mêlés de très près aux événements de la fin, avec l’antichrist, l’alliance avec l’antichrist, etc.… Nous savons qu’ils passeront aussi par une grande tribulation. Sur le plan spirituel, l’Eglise est également mêlée de très près aux événements de la fin et le Seigneur a un avertissement pour les deux : Son peuple terrestre Israël et Son peuple spirituel l’Eglise. C’est pour cela que tout est repris dans l’Apocalypse. Mais pour nous, ce qui nous concerne directement, , (on doit lire tout le livre, bien sûr),  c’est l’avertissement de Jésus à l’Eglise, leschapitres 12 à 19,  surtout des chapitres 12 à 16. Parce que les chapitres 12 à 16 nous présentent la chronologie des événements de la fin pour nous, chrétiens. Dans Apocalypse 12, Jean voit un grand signe dans le ciel : une femme en travail d’enfantement. Il y a eu plusieurs interprétations sur la femme, certains ont dit que c’était Israël qui donne naissance au Christ, à Jésus ; certains disent (notamment les Catholiques) que c’est la vierge Marie qui donne naissance à Jésus ; mais lorsque nous lisons les versets, ni la vierge Marie, ni Israël ne peuvent entrer dans tous les détails qui sont présentés sur cette femme. La seule bonne interprétation, c’est l’Eglise, puisque la vision des événements de la fin pour l’Eglise commence au chapitre 12 où le Seigneur commence à montrer à Jean l’Eglise, telle qu’elle se trouve dans les temps de la fin. Cette femme est l’Eglise. La femme, c’est l’Eglise visible sur la terre, et celle qui est constituée de tous ceux qui ont confessé Jésus comme leur Seigneur et Sauveur un jour, qui sont réellement, nés de nouveau, qui ont été baptisés dans le Saint-Esprit, nés de l’Esprit et baptisés de l’Esprit. Cette femme est enveloppée du soleil, on sait que dans la Bible, le soleil, c’est le soleil de la justice de Dieu. Le soleil de la justice de Dieu, dans Malachie 4:2, vous le voyez, je ne vais pas vous le lire. L’Eglise est revêtue de la justice du Seigneur, c’est pour cela qu’elle est enveloppée du soleil. Elle a la lune sous les pieds, sous ses pieds. La lune, on sait que c’est un symbole occulte, mais dans ce passage, en ce qui concerne l’Eglise, ce n’est pas cette interprétation qui est la bonne, puisque la femme est posée sur la lune et on sait que la lune est un astre qui n’a pas de lumière en lui-même, mais qui reflète la lumière du soleil. La véritable Eglise de Jésus n’a pas de lumière propre, elle reflète la lumière de Dieu. Elle est montée donc sur ce petit piédestal lunaire qui ne reflète absolument pas sa propre lumière, mais la lumière du soleil et qui représente l’humilité, l’obéissance dans la grâce de Dieu. Pour moi, c’est vraiment l’interprétation qui me satisfait le plus. La couronne de douze étoiles ; les étoiles dans l’Apocalypse représentent les serviteurs de Dieu, les messagers de Dieu. Tout à fait au début du livre, le Seigneur s’adresse aux églises et Il montre dans Sa main sept étoiles. Il dit : « Ces sept étoiles, ce sont les anges des églises », ou un autre terme, « ce sont les messagers des églises, les serviteurs du Seigneur ». Dans Daniel 12:3, il est dit que ceux qui auront enseigné la Parole et qui auront été fidèles brilleront comme des étoiles dans le ciel. Alors les douze étoiles, ce sont d’abord les douze apôtres de l’Agneau, et symboliquement les serviteurs du Seigneur. Cette femme a les douze étoiles sur sa tête. « Elle était enceinte et elle criait en travail d’enfantement… » , l’apôtre Paul dira : « Je suis dans le travail d’enfantement pour vous enfanter à Christ », en tant que serviteur de Dieu, il travaillait à enfanter l’Epouse du Seigneur. On sait que tous les ministères, dans Ephésiens, travaillent à perfectionner les saints, pour qu’ils puissent parvenir par l’action du Saint-Esprit et de la Parole, à la mesure de la stature parfaite de Christ. Ces serviteurs de Dieu sont sur la tête de l’Eglise parce qu’ils exercent leur ministère sur l’Eglise, mais c’est l’Eglise qui enfante l’enfant mâle. Il s’agit d’événements qui sont dans la fin des temps, comme je l’ai dit tout à l’heure. Dans le chapitre 4, il est dit à Jean : « Je vais te montrer ce qui va se passer dans la suite des temps », et il est enlevé pour voir les événements de la fin. Au moment où Jean avait cette vision, Jésus était déjà monté au ciel, c’était après l’enlèvement de Jésus. Quand Il lui montre ces événements de la fin, quand Il lui montre cet enfant mâle qui est enlevé au ciel dès sa naissance, il ne peut s’agir de Jésus. Ce n’est pas possible,puisqu’Il lui montre des événements de la fin, et Jésus est déjà monté au ciel à l’époque-même où Jeanavait la vision.Donc, il ne peut pas s’agir de Jésus. Qu’est-ce que l’Eglise enfante dans les temps de la fin ? Elle vaenfanter un enfant mâle, qui va être, je lis, au verset 5, « un fils qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer ». Et au début du livre de l’Apocalypse il est écrit (Apocalypse 2, verset 26) : « A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu’à la fin mes œuvres, je donnerai autorité sur les nations. Il les paîtra avec une verge de fer », et cette expression est aussi appliquée à Jésus, Jésus paîtra les nations avec une verge de fer. Il ne peut s’agir là que des vainqueurs qui vont garder les œuvres de Jésus jusqu’à la fin, qui seront déclarés vainqueurs par Jésus, qui s’assiéront avec Lui sur Son Trône et qui paîtront avec Lui les nations avec une verge de fer, avec l’autorité des vainqueurs. Et ces vainqueurs ne sont pas toute l’Eglise, les vainqueurs c’est l’Epouse qui va être enlevée, enlevée,comme il est dit au verset 5, fin du verset 5 : « Son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône ». Finalement c’est toute l’Eglise qui aurait dû être enlevée, mais comme dans l’Eglise de Jésus il y en a qui seront vainqueurs et il y en a qui ne seront pas vainqueurs seul l’enfant mâle va être enlevé immédiatement après sa formation. Vous voyez l’importance qu’il y a à être fidèle et à être vainqueur parce qu’on ne participera pas à l’enlèvement si on n’est pas vainqueur. Vainqueur veut dire consacré, fidèle, obéissant jusqu’au bout. Au verset 6 « Et la femme s’enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin qu’elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours, » et à la fin du chapitre il est écrit au verset 17 : « Le dragon fut irrité contre la femme, et il s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, à ceux qui gardaient les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus-Christ. ». Ceci est après l’enlèvement du fils mâle ; si le fils mâle représente la partie de l’Eglise, l’Epouse qui est enlevée, qui sont ceux qui restent et qui ont le témoignage de Jésus-Christ ? Cela ne peut pas être des Juifs, cela ne peut pas être des inconverti, cela ne peut être que cette partie de l’Eglise qui n’était pas prête au moment du retour de Jésus, qui n’a pas été enlevées, qui n’a pas fait partie des vainqueurs et qui va rester pour le début de la grande tribulation, c’est-à-dire pendant 3 ans et demi, qui va rester sur la terre. Et parmi ceux qui ne vont pas être enlevés, donc les chrétiens qui n’auront pas été prêts pour l’enlèvement, il va y avoir deux catégories : ceux qui vont garder le témoignage de Jésus, qui vont se réveiller après l’enlèvement en réalisant que les vainqueurs sont partis et que eux qui n’étaient pas prêts restent, mais que dans la grâce de Dieu, Dieu leur donne encore une porte de secours. Ce n’est pas une excuse pour dire : bon ! moi je vais me contenter du peu et je vais rester sur la terre après, je n’ai pas besoin d’être un vainqueur ! Dieu veut qu’on soit tous vainqueurs et Il voudrait que tous fassent partie de ceux qui vont être enlevés, le plan de Dieu ce n’est absolument pas qu’on reste, qu’un seul reste ; mais Dieu sait qu’il y en a qui sont négligents, qui ne vont pas se préparer, ils vont rater les plans d’enlèvement, ils vont rester sur la terre . Ils vont se réveiller à ce moment-là et il y aura deux catégories qui vont se séparer à ce moment-là dans l’Eglise qui va rester : ceux qui vont rester fidèles jusqu’au bout au témoignage de Jésus et ceux-là seront tousmis à mort par l’antichrist, on va le voir juste après et ceux qui vont rejoindre la prostituée parce qu’ils vont accepter la marque de la bête. Ils vont être de ceux qui se retirent pour se perdre devant la dureté de la persécution qui va être quelque chose d’inimaginable puisque Jésus dit Lui-même que ça va être écourté à cause des élus sinon personne ne serait sauvé ! Cela va être tellement fort, il va y avoir une telle puissance de séduction, une telle puissance de péchés, une telle puissance d’incrédulité qui va se déverser sur le monde, que l’amour du plus grand nombre va se refroidir, que certains se trahiront les uns les autres, certains vendront même leurs pères, leurs enfants, leurs parents. Cela va devenir tellement dur et la persécution sera tellement épouvantable qu’il y en a beaucoup qui vont lâcher et qui vont accepter de rejoindre l’antichrist et la marque de la bête. Mais un grand nombre va être fidèle jusqu’au bout et ceux-là seront torturés, martyrs et tous mis à mort, tous ! Mais ils auront leur salut comme au travers du feu ceux-là. Alors devant cette femme le dragon se tient, au verset 4, pour dévorer son enfant. Le dragon, le diable ne veut pas que l’Epouse soit enlevée, ce qui l’intéresse dans ce premier temps c’est de dévorer le fils mâle, il va ensuite dévorer les restes de sa postérité, il va tous les tuer ou les gagner à lui. Mais dans un premier temps il veut dévorer cette race de vainqueurs qui est en train de naître là, à la fin des temps, il veut la dévorer mais il ne la détruira pas parce qu’elle est enlevée ! Jésus la soustrait à la vengeance de Satan. De même que Jésus a été soustrait à la vengeance d’Hérode et il a fait fuir l’Enfant Jésus vers un lieu de refuge. Là, le Seigneur enlève son Epouse juste au moment ou Satan veut la détruire et Satan ne peut rien faire pour la toucher. « Son enfant fut enlevé vers Dieu et vers Son Trône », le Trône c’est la place de l’Epouse avec Jésus, de la véritable Eglise qui s’est préparée. « Et la femme, (c’est-à-dire le reste de l’Eglise, on a vu tout à l’heure que la femme c’était l’Eglise, c’est donc le reste après l’enlèvement,) s’enfuit dans le désert où elle avait un lieu préparé par Dieu afin qu’elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours. Et il y eut guerre dans le ciel, Michelet ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel, et il fut précipité le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre avec ses anges. » Donc, c’est normal dans la perspective de Dieu que Satan ne soit précipité sur la terre qu’après l’enlèvement de l’Epouse. La grande tribulation ne va commencer qu’après l’enlèvement de l’Epouse, elle va durer sept ans et elle est divisée en deux parties bien précises : la première partie de 3 ans et demi qui est la tribulation de l’Eglise et la deuxième partie de 3 ans et demi qui est la tribulation de Jacob et d’Israël et ce n’est pas du tout la même tribulation, mais c’est l’antichrist qui mène les deux et Satan qui mène les deux. La première partie de la tribulation, c’est la tribulation de l’église où la femme s’enfuit dans le désert, elle est pourchassée par Satan et l’antichrist ; il la poursuit et il y a une guerre dans le ciel .On le voit un peu plus loin au verset 10 : « Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne et l’autorité de Son Christ ; car il a été précipité l’accusateur…Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’Agneau et à cause de la parole de leur témoignage » . Qui sont ceux qui l’ont vaincu ? Ce sont les vainqueurs justement, c’est l’Epouse qui a été enlevée. Il y eut une guerre dans le ciel, Michel, Satan et ses anges combattirent etc.…mais qui l’a vaincu ? Ce sont les vainqueurs à cause du sang de l’Agneau, c’est l’Eglise des fidèles, dès maintenant, qui est vainqueur de Satan. On ne peut vaincre vraiment Satan que si on est fidèle et consacré à Jésus, sinon on ne peut pas. Cette race de vainqueurs qui va paître les nations avec une verge de fer, dès maintenant, c’est l’Epouse qui peut vaincre Satan dans les lieux célestes, par sa fidélité à la Parole et par le Sang de l’Agneau. Ce n’est pas l’Eglise tiède qui va rester, qui a vaincu Satan, ce n’est pas possible. L’Eglise tiède, elle est pourchassée par Satan. Au verset 13, « Quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit ( il pourchassa, ilpersécuta, c’est le même mot en grec,) la femme qui avait enfanté l’enfant mâle. ( Pauvre Eglise tiède qui va rester ! ) Mais les deux ailes du grand aigle furent données à la femme,( il y a un secours surnaturel de Dieu qui lui est donné pendant 3 ans et demi ) afin qu’elle s’envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps et la moitié d’un temps,( 3 ans et demi,) loin de la face du serpent. ( Elle est quand même pourchassée, persécutée.) Et de sa bouche, le serpent lança de l’eau comme un fleuve derrière la femme. » L’eau comme un fleuve : c’est le symbole de toute la puissance de l’enfer, des démons et des hommes possédés de toutes sortes de démons, ceux qui vont rester sur la terre qui n’appartiendront pas au Seigneur qui pourchassent la femme dans le désert à cette époque-là. Le Saint-Esprit sera parti avec l’Eglise, les chrétiens fidèles seront partis, La Parole de Dieu ne sera plus prêchée comme elle l’est maintenant, ce sera un désert spirituel mais dans ce désert Dieu va prendre encore soin du reste des élus qui ne vont pas partir mais qui vont être préservés pendant 3 ans et demi . « Et le serpent lance de l’eau…(c’est-à-dire tous ses démons et tous ses suppôts, tous les satanistes, ça va être horrible, pour qu’elle soit dévorée) mais la terre secourut la femme, elle ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche » . Qu’est-ce que ça peut être la terre ? La terre ce sont les inconverti qui pendant quelques temps vont aider la femme dans le désert. Il n’y aura pas que les suppôts de Satan sur la terre, il y aura beaucoup d’inconverti qui eux vont être aussi séduits sous la puissance de séduction de Satan et la plus grande partie vontrejoindre les rangs de Satan, mais je crois qu’il va rester sur la terre un certain nombre de gens qu’on dit honnêtes. Ce n’est pas leur honnêteté qui va les sauver, mais il va rester un certain nombre de gens honnêtes un certain nombre d’inconverti qui vont pendant quelque temps aider l’Eglise, et lui permettre d’être protégée. « Le dragon fut irrité contre la femme, il alla faire la guerre au reste de sa postérité, à ceux qui gardent le témoignage de Dieu et de Jésus. » Au chapitre 13 il voit monter une bête qui a dix cornes et sept têtes. On sait ce que c’est, c’est l’antichrist qui s’appuie sur dix cornes qui sont dix rois, ce sont dix puissances du marché commun Jusqu’après le traité de Maastricht, on sait qu’il y en a que vraiment dix qui sont en plein dans le traité et deux qui sont un peu en marge : l’Angleterre et le Danemark. Bien qu’on soit douze, en fait, on est le noyau dur de dix actuellement et deux qui sont un peu en marge. Mais de toute manière que ce soit comme cela ou d’une autre manière il y aura dans l’intérieur du marché européen dix puissances sur lesquelles l’antichrist va s’appuyer, d’où l’antichrist sortira et qui représentent les dix cornes de la bête. La description de cette bête est donnée en détail mais je ne vais pas m’y attarder, simplement sachons que cette bête c’est l’antichrist et qu’elle reçoit le pouvoir d’agir pendant 42 mois c’est-à-dire encore 3 ans et demi. Là, j’aimerais lire le passage dans 2 Thessaloniciens, chapitre 2 et verset 3, Paul dit : « Que personne ne vous séduise d’aucune manière : » (en ce qui concerne l’avènement de Notre SeigneurJésus ). L’avènement est un terme assez général qui comprend la période entre l’enlèvement et la venue en gloire du Seigneur sur la terre pour régner. Là ce sera son Avènement, c’est-à-dire son intronisation réelle comme Roi de la terre. Dans cette période de la fin des temps, Jésus revient dans un premier temps pour chercher Son Epouse et lui faire passer dans le ciel les sept ans de la grande tribulation, pour redescendre avec elle dans un deuxième temps et régner sur la terre. Et il dit au verset 3 : « Que personne ne vous séduise car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant .( la constitution de l’Eglise apostate, la prostituée,) et que l’on ait vu paraître l’homme de péché . (Il faut que l’antichrist paraisse avant l’avènement de Jésus-Christ.) le fils de la perdition, (c’est lui l’antichrist,) l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qui s’appelle Dieu ou de ce qu’on adore, jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu se proclamant lui-même Dieu. » Il faudra que cet antichrist vienne s’asseoir à la fois dans le temple spirituel de Dieu pour le profaner, introduire l’abomination ou essayer de l’introduire dans l’Eglise, (ce qui va en rester) et d’introduire l’abomination dans le temple de Jérusalem qui va être reconstruit grâce à l’alliance qu’il va conclure avec les Juifs pendant 3 ans et demi. Et il dit : « Ne savez-vous pas que je vous disais ces choses lorsque j’étais avec vous, mais maintenant vous savez ce qui le retient » . Ce qui retient la pleine manifestation de l’antichrist, c’est l’Eglise et la présence du Saint-Esprit sur la terre ; « afin qu’il ne paraisse qu’en son temps. Car le mystère de l’iniquité agit déjà, il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu ». Le Saint-Esprit et l’Eglise, l’Epouse, qui retiennent encore la manifestation de l’antichrist, sont encore sur terre et l’antichrist ne se manifestera pas pleinement en tant que chef et roi, faux roi de la terre, avant que l’Epouse soit enlevée et que le Saint-Esprit ait disparu de la terre. « Alors paraîtra l’impie, » pour ma part je suis persuadé que l’impie est déjà sur la terre ; il est déjà en place. Mais il ne paraîtra pas pleinement comme l’antichrist en tant que tel, il ne sera pas reconnu par la terre entière comme le roi ou le président de la terre ou le chef politique et religieux de la terre avant que l’enlèvement de l’Eglise ait eu lieu. Alors paraîtra l’impie parce que rien ne le retiendra, l’Eglise sera partie, le Saint-Esprit aussi, il va se manifester dans toute sa puissance. Merci Seigneur, tant que nous sommes là nous pouvons être certains que l’antichrist ne se manifestera pas pleinement comme roi de la terre et quenous ne serons pas soumis à la pleine grande tribulation. Je reprends Apocalypse au chapitre 13 et au verset 7 il est écrit : « Il lui fut donné de faire la guerre aux saints et de les vaincre ». Il ne s’agit pas là des vainqueurs, ce n’est pas possible puisqu’il fut donné à la bête de vaincre les saints. Les véritables saints qui viennent d’être enlevés n’ont pas pu être vaincus par Satan puisqu’il est dit : « Et ils l’ont vaincu ! ». Ça ne peut donc pas être l’Epouse qui est déjà enlevée. Quand on lit cela, moi je dis, mais Seigneur ta Parole elle est claire et nette ! Comment est-ce qu’on ne peut pas voir cela aussi clairement, c’est écrit : « Il lui fut donné de faire la guerre aux saints et de les vaincre ». Il ne peut s’agir que de ces saints qui sont restés après l’enlèvement des vainqueurs, qui, eux, n’ont pas pu être vaincus par Satan. Mais les autres qui vont rester, ils vont être vaincus par Satan et vaincus au sens physique de la grande persécution et de la mort en martyrs. Satan ne va pas leur prendre le salut, à certains du moins puisqu’il y en a qui vont être fidèles, d’autres pas. « Il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue et toute nation. Et tous les habitants de la terre l’adorèrent, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès lafondation du monde dans le livre de vie de l’Agneau qui a été immolé ». Un peu plus loin nous verrons que tous ceux qui n’adoreront pas l’antichrist seront tués, mis à mort. Ceux qui ne l’adoreront pas ce seront les saints qui vont refuser de s’incliner devant l’antichrist, ils seront tous mis à mort. Il ne peut pas s’agir donc de l’Epouse qui va être enlevée puisque l’Apôtre Paul dit « Nous tous qui serons restés vivants pour l’enlèvement, nous partirons, nous serons changés en un clin d’œil et nous partirons ». Ce ne peut être que les chrétiens qui n’étaient pas prêts qui vont rester, qui seront vaincus et qui seront mis à mort. Mais leur nom est quand même inscrit dans le livre de vie de l’Agneau, vous voyez qu’ils ne vont pas perdre leur salut, la Bible le dit clairement, ils ne vont pas perdre leur salut. Ils auront perdu la plus grande opportunité de leur existence, celle de faire partie de l’Epouse de Jésus,c’est fini pour eux. Tout ce qui leur reste comme possibilité c’est de faire partie des amis de l’Epoux aux noces de l’Agneau. Un peu plus loin nous verrons à la fin du verset 10 : « C’est ici la persévérance et la foi des saints. (Ceux qui vont garder la persévérance et la foi jusqu’au bout seront sauvés, ceux qui persévéreront jusqu’au bout seront sauvés). Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon. Elle exerçait toute l’autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoreraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie ». La première bête c’est l’antichrist, la deuxième bête qui se fait passer pour un agneau c’est le faux prophète. Le faux prophète va travailler avec l’antichrist pour faire que la terre entière soit séduite par les prodiges qu’il fait, les miracles etc.…par la puissance de Satan, pour qu’elle s’incline devant l’antichrist. Et il est dit au verset 13 : « Elle opérait de grands prodiges, jusqu’à faire descendre du feu du ciel sur la terre à la vue des hommes. Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l’épée et qui vivait. Et il lui fut donné d’animer l’image de la bête pour que l’image de la bête parle, et qu’elle fît que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués. » ,Les voilà les chrétiens qui restent et qui n’adoreront pas l’image de la bête parce qu’ils ont compris mais trop tard, et ils seront tués. Il y a des interprétations intéressantes sur ce passage, c’est l’image de la bête qui s’anime et qui fait que tous ceux qui n’adoreront pas cette image seront tués. Voilà comment on peut le voir, pour moi c’est la télévision, l’image de la bête qui s’anime et vous savez comment l’antichrist va utiliser la télévision dans ces derniers temps ? La télévision, c’est (actuellement) le moyen unique pour que tous les hommes du monde entier puissent voir une émission en même temps. Vous avez des événements comme les jeux olympiques où 4 milliards d’hommes la voient en même temps. Quand l’antichrist viendra, il fera en sorte que tous les hommes aient la télé, ce sera un moyen de contrôle parfait pour lui. Et il va faire qu’à certains moments, dans les lieux publics, partout dans les maisons (de même que la statue de Néboukadnetsar était dressée et qu’à un certain moment précis au son des instruments de la musique tout le monde devait se prosterner,) il va faire en sorte que l’image de l’antichrist apparaisse, il va faire une émission en direct, sur la terre entière, et à ce moment-là il donnera l’ordre, et ça sera surveillé par ses troupes, que tous ceux qui voient son image à la télé devront se prosterner et l’adorer, dans les lieux publics partout et ça se fera à de nombreux moments de la journée, du mois…, à des instants précis. Pour Nébucadnetsar et sa statue c’était à certains moments bien précis, tout le monde était rassemblé, on devait s’incliner et tous ceux qui n’étaient pas prosternés devant la statue de Nébucadnetsar, qu’est-ce qu’ils leur arrivaient ? Ils étaient jetés dans la fournaise. Il en sera de même avec l’antichrist, ce sera un des moyens de persécution. Vous aurez des lieux publics où il y aura des télés partout, des lieux publics comme les supermarchés, hypermarchés, cinémas etc.. A un moment donné top, tout s’arrête, l’image de l’antichrist apparaît, la musique et tout, le flon flon et les sbires de l’antichrist sont là, ils regardent tout le monde et tous les gens devront où qu’ils soient , hypermarchés, supermarchés, dans les écoles…, ils devront se prosterner ! Allez, tout le monde prosterné ! Et ceux qui ne le feront pas seront repérés et arrêtés immédiatement. Ce sera vite fait de repérer ceux qui ne se prosterneront pas, ça sera très vite fait. Ceux qui se prosternent on va leur dire d’accord, tu te prosternes, donc où tu veux mettre la marque : sur la main ou sur le front ? D’ailleurs il est dit plus loin : « Et elle fit que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués. Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front » , ils vont être repérés. Dans un hypermarché au moment venu tout le monde se prosterne sauf trois ou quatre qui sont restés fidèles, eh bien les trois ou quatre seront arrêtés et on va leur dire : « Si tu ne te prosternes pas au temps voulu, tu es mis à mort, ou tu es torturé. » Et les autres, à ceux qui se sont prosternés, on dira :  » Eh bien venez, où est-ce que vous voulez avoir la marque sur le front ou sur la main ? » Et ils vont choisir mais ils sont perdus, car tous ceux qui ont reçu la marque sont perdus. Je vous garantis frères et sœurs qu’il suffirait de quelques jours à ce rythme-là à coups de quinze émissions de télé comme ça par jour en mettant des télés partout, ça sera vite fait pour repérer tousceux qui ne se prosternent pas ; en quelques jours c’est fait ! Dans les maisons, ça sera pareil ; dans les maisons la famille devra s’incliner et celui qui appartient à l’antichrist et qui voit l’un d’entre eux ne pas s’incliner… le dénoncera ! Jésus le dit : certains vendront leurs parents ou leurs enfants. Vous voyez à quel point la télé va être un instrument diabolique entre les mains de l’antichrist. « Et il lui fut donné d’animer l’image de la bête ». Jean ne savait pas que 2000 ans plus tard la télé viendrait ; il ne pouvait pas imaginer ce que ça serait ; mais il a vu, il a vu comment l’antichrist va utiliser cette arme pour dominer le monde et faire le tri entre ceux qui vont rester et les autres. Au verset 18 : « C’est ici la sagesse, que celui qui a de l’intelligence calcule le nom de la bête, c’est un nom d’homme 666 » . Nous savons que c’est le nom de l’antichrist traduit en grec, en chiffres, puisque en grec ils comptent avec les lettres de l’alphabet et quand l’antichrist viendra le prénom de l’antichrist traduit en grec et les

lettres traduites en chiffres vont donner 666. Mais c’est aussi un symbole de la papauté puisque le nom officiel du pape en latin traduit en chiffres romains c’est 666. Le numéro de code de l’unité centrale c’est-à-dire de l’ordinateur central du réseau européen de télécommunication qui s’appelle Euronet,(donc l’antichrist viendra bien de l’Europe,) c’est 666. L’Antichrist va utiliser aussi l’ordinateur pour ficher tout le monde, ça sera vite fait ! Et on sait que les codes barres comportent tous le numéro 666 en chiffres codés, un 6 au début, un 6 au milieu, un 6 à la fin. Tout le système économique mondial est déjà prêt pour être contrôlé par l’antichrist, le code barre est déjà codé 666. Tous les codes barres du monde ont en chiffres codés : un 6 au début, un 6 au milieu, un 6 à la fin, ce sont les deux petits traits qui dépassent au début, au milieu et à la fin, ce sont trois 6. Au début de chaque série de chiffres il y a deux petits traits verticaux qui dépassent les autres, c’est le chiffre 6 mais ils n’ont pas mis le 6 en dessous c’est caché. Il y a deux séries de 6 chiffres séparés par deux traits au début, deux traits au milieu, deux traits à la fin, et bien ces deux petits traits du début c’est un 6 en code barre, les deux traits du milieu c’est un 6 et les deux traits de la fin c’est un 6 et entre les deux il y a deux séries de 6 chiffres et si tu regardes dans ces chiffres il peut y avoir un 6 en clair, au-dessus de ce chiffre tu as le code barre correspondant, tu verras deux petits traits fins, les mêmes qu’au début, au milieu, à la fin. Donc, ça veut dire qu’il y a au niveau mondial des satanistes qui ont déjà tout planifié pour contrôler l’économie mondiale avec le 666. Ceux qui iront au supermarché, on leur mettra le scanner sur le front et leur compte bancaire sera débité au laser, au supermarché ils ont des lecteurs lasers, des petits scanners lasers. Ils passent les codes barres devant, mais actuellement la technique existe pour qu’on imprime magnétiquement les codes barres sur la peau, ça existe, on le fait pour des animaux déjà, on imprime ça magnétiquement, c’est invisible, mais quand on passe ça devant le scanner à laser, ça le lit. Je relis le verset 17 : « Que personne ne put acheter ni vendre sans avoir la marque de la bête, le nom de la bête ou le nombre de son nom » c’est-à-dire 666, et les codes barres ont déjà 666 dessus. C’est la préparation, cela nous montre à quel point c’est prêt ! Pour ceux qui n’étaient pas là je vais reprendre très brièvement en cinq minutes ce qu’on a vu la dernière fois. Nous avons commencé à parler de la chronologie de la fin des temps, la dernière fois nous avions vu que l’Apocalypse était le livre de la fin des temps pour nous, Eglise qui bientôt va être enlevée sur les nuées du ciel si nous sommes prêts, et que dans ce livre de l’Apocalypse il y a une introduction qui est le message de Jésus aux églises, chapitres 1, 2 et 3. Ensuite à partir du chapitre 4  jusqu’au chapitre 11, c’est la vision des événements de la fin donnée a Jean mais du point de vue des Juifs avec les 144 000 Juifs, de 12000 de chaque tribu, la tribulation vue du point de vue des Juifs. Du chapitre 12 au chapitre 19 ce sont les événements de la fin vus du côté de l’Eglise ; tout à la fin chapitre 20 c’est le Millénium et 21 et 22 c’est le nouveau ciel, la nouvelle terre et l’éternité. La dernière fois dans les chapitres 12 et 13, pour résumer rapidement, la femme que Jean voit, c’est l’Eglise de Jésus-Christ sur la terre. Cette femme est en train d’enfanter un fils mâle qui est enlevé au ciel dès sa naissance et ce fils mâle qui doit paître les nations avec une verge de fer, c’est l’Epouse de Jésus, c’est-à-dire cette partie de l’Eglise qui va être enlevée parce qu’elle est sanctifiée, qu’elle est prête. Au début du livre de l’Apocalypse il est dit que le vainqueur paîtra avec Jésus, les nations, avec une verge de fer, c’est une expression qui s’applique aussi à Jésus. La femme et le reste de sa postérité qui garde le témoignage de Jésus sont pourchassés à ce moment-là par le dragon Satan, et par la bête l’antichrist, qui prennent le pouvoir. Au moment où l’Epouse part, le Saint-Esprit s’en va avec l’Epouse et il reste sur la terre le reste de la postérité de la femme, c’est-à-dire les chrétiens qui n’étaient pas prêts pour l’enlèvement ; ils ne vont pas perdre leur salut s’ils restent fidèles à Jésus. Là encore il y a un tri qui va se faire à cause de la dureté terrible de la persécution qui va s’abattre sur eux, la séduction qui va venir sur la terre entière. Il y a ceux qui vont rester fidèles et qui mourront tous martyrs parce qu’ils vont refuser d’adorer l’image de la bête, ils vont refuser de porter le chiffre de la bête sur le front ou sur la main droite et il est dit qu’ils vont tous être mis à mort et que l’autre partie rejoindra la grande église apostate prostituée, pour se perdre avec l’antichrist. Nous avions vu aussi que cette bête, l’antichrist, qui a dix cornes et sept têtes va s’appuyer sur dix puissances européennes et elle va pouvoir régner pendant cette période de sept ans que Daniel dans son livre appelle la dernière semaine. Enfin la période de la grande tribulation est divisée en deux parties bien distinctes, une première partie de 3 ans et demi qui est la tribulation des chrétiens qui restent, qui vont être pourchassés pendant 3 ans et demi et finalement tous martyrisés et mis à mort. Pendant cette période l’antichrist fera une alliance avec Israël, leur permettra de reconstruire le temple et de rétablir le culte. A la fin du massacre des chrétiens, à la fin de cette première période de 3 ans et demi commencera ce que la Bible appelle la tribulation de Jacob c’est-à-dire la persécution des Juifs où ils vont à nouveau être pourchassés, mais d’une manière pire que sous Hitler, la quasi-totalité va être mise à mort. Une partie d’entre eux restent vivants notamment les 144 000 Juifs qui sont marqués du sceau de Dieu sur leurs fronts pour échapper à la persécution et qui seront les témoins de Dieu sur cette terre une fois que l’Epouse est partie, une fois que tous les autres chrétiens ont été mis à mort. Ils recevront le message des deux prophètes qui sont Énoch et Élie, revenus sur la terre pour prêcher à la terre entière et aux juifs la bonne nouvelle, l’Evangile de grâce du Seigneur, et cette fin de la grande tribulation. Ces trois ans et demi de persécution de Jacob vont se terminer par la grande bataille d’Armaguédon où les nations entières se rassembleront pour faire la guerre à Jérusalem, et à ce moment là, Jésus- Christ reviendra avec l’Epouse pour mettre fin à ce massacre et établir sur la terre son royaume de justice et de paix. Au début du chapitre 14, Jean regarde et il voit sur la montagne de Sion 144 000 personnes qui avaient, écrits sur le front, le Nom de l’Agneau et le nom de son Père. Ces 144 000 ne sont pas les 144 000 Juifs du début de l’Apocalypse, ils sont complètement différents. Au début du livre de l’Apocalypse, il est parlé de 144 000, 12 000 de chaque tribu. Ici, ce sont les 144 000 qui sont sur la montagne de Sion avec l’Agneau. L’Agneau n’est pas encore revenu sur la terre pour régner, Il est donc au ciel encore. Il est venu chercher l’Epouse et Il attend de revenir, donc, ces 144 000, c’est une partie de l’Epouse. Ils se sont particulièrement sanctifiés et accompagnent l’Agneau, l’Epoux, partout où Il va. Ils sont au ciel, c’est la montagne de Sion céleste, ce n’est pas la montagne de Sion terrestre puisqu’Il n’a pas encore posé les pieds sur la montagne de Sion, le Seigneur. « Et j’entendis du ciel une voix comme un bruit de grosses eaux, comme le bruit d’un grand tonnerre, et la voix que j’entendis était comme celle de joueurs de harpes jouant sur leurs harpes. Ils chantent un cantique nouveau devant le trône,… . Et personne ne pouvait apprendre le cantique, si ce n’est les 144 000 qui avaient été rachetés de la terre » . Ils font partie de l’Epouse qui a été enlevée et ils sont une catégorie particulière de l’Epouse. On va voir leurs caractéristiques ici. Au chapitre 14 et au verset 4, « Ils ont été rachetés de la terre, (ils sont montés avec l’Epouse) et ce sont ceux qui ne se sont pas souillés avec des femmes, car ils sont vierges. » On peut l’interpréter de manière spirituelle, mais je crois que c’est tout à fait littéral, les deux sont vrais. Jésus parle de ceux qui se sont faits eunuques pour le royaume de Dieu, qui volontairement ont renoncé aux contacts sexuels légitimes que Dieu permet, notamment dans le cas du mariage et qui se sont faits, comme Jésus le dit, eunuques pour le royaume de Dieu. Paul dit au chapitre 7 de la première aux Corinthiens qu’il vaudrait mieux que tous soient comme lui, c’est-à-dire qu’ils aient le don du célibat pour servir Dieu sans distraction. Non pas que le mariage soit déprécié aux yeux du Seigneur, puisque la relation même de Jésus et de son Eglise est une relation d’Epoux et d’Epouse. C’est la relation la plus profonde quand elle est vécue comme Dieu le veut et le souhaite. Mais ceux là s’étaient rendus eunuques sur la terre pour servir le Seigneur de tout leur cœur sans distraction. Ils chantent un cantique nouveau sur une harpe. « Ils ont été rachetés d’entre les hommes comme des prémices pour Dieu et pour l’Agneau ; dans leur bouche, il ne s’est pas trouvé de mensonge car ils sont irrépréhensibles devant le trône de Dieu » . La Bible dit que tous les hommes sont pécheurs, eux aussi ont été des pécheurs rachetés par le sang de Jésus, mais ils se sont tellement attachés à se sanctifier, à se mettre à part et à servir l’Agneau qu’ils ont mis de côté tout autre objectif dans leur vie. Servir l’Agneau, servir Dieu et ne penser qu’à une chose : faire avancer le royaume de Dieu et le service du Seigneur. Et par la sanctification, ils se sont pleinement appropriés, par la foi, l’œuvre de Jésus et ils ont travaillé avec crainte et tremblement à leur salut pour pouvoir faire partie de ceux qui seront le plus près de l’Agneau pour le servir dans l’éternité. Ils chantent un cantique qu’eux seuls peuvent chanter, c’est un cantique non seulement des rachetés, mais un cantique nouveau qui sort de leur cœur entièrement consacré. Ils jouent sur des harpes. La caractéristique d’une harpe, c’est qu’il y a plusieurs cordes et il faut que toutes soient soigneusement accordées, un peu comme le piano pour pouvoir jouer de manière agréable. Si vous jouez sur un piano désaccordé ou sur une harpe désaccordée, ça ne marche pas, comme tout instrument à corde d’ailleurs. Mais là, ils ont accordé leurs instruments dans l’harmonie, toutes leurs cordes sont parfaitement dans l’harmonie et ils chantent un cantique nouveau à la gloire de l’Agneau. Leur être entier, esprit, âme et corps, avec toutes ses caractéristiques, le corps dans toutes ses parties, l’âme dans toutes ses parties, les sentiments, les pensées, la volonté, l’esprit dans toutes ses parties, tout a été parfaitement sanctifié, accordé avec la volonté divine. Ils en ont fait vraiment le but de leur vie pour pouvoir faire partie de ceux qui sont dignes d’accompagner l’Agneau partout. C’est merveilleux ! Et comme je sais que Dieu ne fait pas acception de personnes, cette possibilité est ouverte à tous ceux qui le désirent. Mais le Seigneur sait que seuls, 144 000 vont répondre à son appel, il les a prédestinés à cela. « Je vis un autre ange qui volait par le milieu du ciel (verset 6), ayant l’Evangile éternel pour l’annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple. » . Vous voyez encore la grâce de Dieu dans ces temps de la fin, de toute la fin, puisque l’Eglise est partie et puisque tous ceux qui étaient envoyés par Dieu, remplis du Saint-Esprit pour annoncer son Evangile sont partis. Le Seigneur envoie encore un ange pour annoncer à toute nation, à toute tribu, l’Evangile éternel en disant : « Craignez Dieu, donnez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venu ; et adorez celui qui a fait le ciel, et la terre, et la mer, et les sources d’eaux. Et un autre, un second ange suivit en disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande! » Qui est Babylone la grande ? La grande église apostate qui a son siège à Rome, et qui n’aura pas que l’église catholique en son sein. « Un autre ange, un troisième les suivit en disant d’une voix forte : (Alors écoutez !) Si quelqu’un adore la bête et son image et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’Agneau. Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles ; et ils n’ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom ». C’est très sérieux comme avertissement! Voilà le sort qui attend ceux qui, restant sur la terre, vont céder soit à la séduction, soit aux menaces de l’antichrist pour porter cette marque et pour adorer la bête. Leur fin, c’est la perdition éternelle. Il n’y a plus aucune possibilité de repentance pour eux, d’où le martyr des chrétiens qui vont refuser la marque et qui vont être mis à mort aussitôt. Verset 12 : « C’est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi de Jésus ». Les chrétiens qui vont rester, qui eux vont persévérer jusqu’au bout dans la foi et dans la confiance en Jésus, eux, ils vont passer par la mort. Mais il est dit tout de suite après : « J’entendis du ciel une voix qui disait : Ecris : Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! » Voyez comme c’est clair, ce sont ceux qui meurent dans le Seigneur à ce moment-là qui vont garder les commandements et la joie de Jésus jusqu’à la fin. « Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! » Ils n’étaient pas prêts pour l’enlèvement, mais Dieu leur donne une grâce supplémentaire pour pouvoir échapper à la perdition au travers du feu du martyr et de la persécution. Ce n’est pas drôle pour eux, mais c’est encore une porte ouverte pour passer dans l’éternité du bon côté, mais au travers de quelles souffrances ! « Oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent. » Notamment les dernières œuvres qui étaient meilleures que les premières. Eux, ils ne seront pas sous la grâce pure, ceux qui sont sous la grâce pure sont enlevés avant la grande tribulation. Eux ils sont sous la loi et sous la grâce. « Je regardai, et voici, il y avait une nuée blanche, et sur la nuée était assis quelqu’un qui ressemblait au Fils de l’homme, ayant sur sa tête une couronne d’or, et dans sa main une faucille tranchante. (Voyez qui ça peut être ? Le Seigneur, le Maître de la moisson) Et un autre ange sortit du temple, criant d’une voix forte à celui qui était assis sur la nuée : Lance ta faucille, et moissonne ; car l’heure de moissonner est venue, car la moisson de la terre est mûre. Et celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre. Et elle fut moissonnée. » Cette moisson c’est la récolte des chrétiens qui sont restés pour le martyr, ils sont tranchés par la faucille du martyr et ils meurent dans le Seigneur. Là dans ce passage vous avez deux récoltes : la moisson et la vendange de la colère de Dieu. Ce sont deux choses très différentes, la première partie, versets 14 à 16 : c’est la moisson de ceux qui meurent dans le Seigneur mais qui sont fauchés lors de la moisson des derniers temps, « l’heure de moissonner est venue.» L’autre partie au verset 17 : « Un autre ange sortit du temple qui est dans le ciel, ayant, lui aussi, une faucille tranchante. Et un autre ange, qui avait autorité sur le feu, sortit de l’autel, et s’adressa d’une voix forte à celui qui avait la faucille tranchante, disant : Lance ta faucille tranchante et vendange les grappes de la vigne de la terre ; car les raisins de la terre sont mûrs. Et l’ange jeta sa faucille sur la terre. Et il vendangea la vigne de la terre, et jeta la vendange dans la grande cuve de la colère de Dieu. » Là, il ne s’agit pas des chrétiens martyrs, la cuve de la colère de Dieu c’est le jugement qui tombe sur tous ceux qui ont accepté la marque de la bête et qui vont périr sous la colère et le jugement de Dieu. Voyez les deux choses sont très différentes. Les chrétiens moissonnés vont être sauvés, Dieu va engranger la moisson, Il va séparer la paille du blé, Il va engranger la moisson. Mais la cuve de la colère de Dieu va être remplie de la vigne qui est vendangée à ce moment-là et il s’agit de ceux qui ont pris la marque de la bête. « Et la cuve fut foulée hors de la ville ; et du sang sortit de la cuve, jusqu’aux mors des chevaux sur une étendue de 1600 stades. » C’est un carnage épouvantable ! Le temps de la grâce est fermé. La moisson dont il est parlé ici, on peut la rapprocher de ce qui est dit dans l’Evangile de Mathieu au chapitre 24. C’est intéressant de le lire parce que Jésus en parle. Ce sont des passages qui ne peuvent être compris que dans cette perspective d’Apocalypse 14, puisque Mathieu 24 ne s’applique pas à l’enlèvement de l’Eglise mais il s’applique à la moisson de la fin des temps. Regardez dans Matthieu 24 au verset 3 où les disciples posent à Jésus cette question : « Quand cela arrivera-t-il et quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? » Ils demandent le signe de l’avènement du Seigneur, et l’avènement du Seigneur ce n’est pas seulement le retour du Seigneur pour enlever l’Epouse, c’est le retour du Seigneur qui pose ses pieds sur la terre pour devenir le Roi de la terre. Un avènement c’est le début d’un règne et l’avènement vraiment du Seigneur Jésus comme Roi de la terre, c’est après, à la fin de la grande tribulation quand Il revient régner sur la terre. Alors Jésus leur donne toute une série de signes qui ont commencé à ce moment-là et qui continuent maintenant à se passer, Il dit au verset 9 : « On vous livrera aux tourments et l’on vous fera mourir ». Il y a eu des martyrs depuis le début, mais il y en aura beaucoup à la fin, après l’enlèvement. Et il est dit au verset 15 : « Quand vous verrez l’abomination de la désolation dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint, que celui qui lit fasse attention ! » Il parle d’un moment très précis qui est à la fois spirituel et physique. Pendant cette période de 3 ans et demi où les chrétiens qui restent vont être persécutés par l’antichrist, l’antichrist va faire une alliance avec Israël. Israël va être séduit. Il va faire une alliance. Il va permettre la reconstruction du temple. Il va permettre que le culte des Juifs soit rétabli à Jérusalem. Et il va être très bien vu par les Juifs qui ne vont pas se douter de ce qui va leur arriver. La première moitié de cette période de sept ans c’est la tribulation des chrétiens. La deuxième moitié, c’est la tribulation des Juifs, parce que la tribulation de Jacob commence après la fin des 3 ans et demi lorsqu’il n’y a plus un seul chrétien sur la terre. A ce moment-là Satan tourne sa rage contre le reste du peuple de Dieu, c’est-à-dire les Juifs, Israël, et là commence la grande tribulation d’Israël. Et là Jésus dit : « Quand vous verrez l’abomination de la désolation dans le temple… » , c’est à- dire que l’antichrist viendra à ce moment-là, après les 3 ans et demi, il rentrera dans le temple et il voudra se faire adorer comme Dieu par les Juifs et beaucoup, beaucoup de Juifs vont alors comprendre et refuser, ils n’accepteront pas ça, ils vont comprendre. A ce moment-là, il y en a beaucoup qui vont fuir, qui vont partir. Au verset 16 : « Alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes ; que celui qui sera sur le toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison… » Il dit au verset 21 : « Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent et qu’il n’y en aura jamais. (C’est la grande tribulation,) Et si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, (c’est-à-dire ceux qui sont restés pour le martyr, à cause d’eux ) ces jours seront abrégés. » Ça, c’est juste avant la moisson dont on a parlé tout à l’heure. Il est dit au verset 27 : « Car, comme l’éclair part de l’Orient et se montre jusqu’en Occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles » . Et c’est repris au verset 31 : « Le Fils de l’homme enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu’à l’autre. » Au même moment au verset 30 il dit : « Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel ». Ce n’est pas l’enlèvement de l’Eglise, parce qu’au moment de l’enlèvement de l’Eglise, les tribus de la terre ne verront pas le Fils de l’homme venir, c’est nous qui allons partir à sa rencontre dans les nuées du ciel, mais au moment où Jésus va revenir pour régner, toutes les tribus de la terre vont le voir. Juste avant, au verset 28 il est dit : « En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles. » Le cadavre, ce sont les cadavres de tous les chrétiens qui sont morts martyrs à ce moment-là, et les aigles se sont les anges qui sont envoyés par Dieu pour les moissonner, les faire ressusciter puisqu’ils ne vont pas monter au ciel en esprit. Au moment même où ils sont morts, ils sont montés au ciel en esprit mais la moisson c’est la résurrection de ces saints-là qui vont être pris par les anges et qui vont ressusciter juste à la fin dès 3 ans et demi et monter au ciel où ils vont se retrouver avec tous les autres élus. Cela n’est pas le retour de Jésus pour l’enlèvement de l’Epouse, l’enlèvement de l’Epouse va se faire en un instant, en un clin d’œil et l’Epouse va disparaître en un clin d’œil. Là il est dit qu’à l’avènement de Jésus, à son retour sur la terre, toute tribu le verra et se lamentera parce qu’Il va revenir dans un contexte de jugement au moment de la bataille d’Harmaguédon. Je répète : « Car, comme l’éclair part de l’orient et se montre jusqu’en occident, ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme. » Il ne parle pas du retour du Seigneur pour l’enlèvement mais de l’avènement de l’entrée de Jésus dans son règne. « En quelque lieu que soit le cadavre, là s’assembleront les aigles. » Les aigles se sont les anges qui sont envoyés pour la moisson et le cadavre ce sont tous les chrétiens morts par la persécution. Il ne s’agit pas d’un cadavre spirituel comme certains disent, qu’il s’agirait des inconverti qui vont être remis à la vie par la conversion, ce n’est pas ça du tout. C’est un contexte de fin des temps, de moisson où les cadavres des chrétiens qui auront été persécutés, vont ressusciter à ce moment-là par les anges qui vont moissonner et ils vont monter au ciel à la fin des 3 ans et demi. La résurrection des martyrs de la tribulation se passera à la fin des 3 ans et demi de la première moitié de la persécution. L’enlèvement de l’Eglise se fera juste avant la dernière semaine, ( la septième) et la résurrection des martyrs de la persécution au milieu de la septième semaine c’est-à-dire 3 ans et demi après le début de la grande tribulation. Apocalypse 14 : 16 « Et la terre fut moissonnée », c’est là. Alors, quand il donne ces suites d’événements dans Matthieu 24, Le Seigneur parle à la fois des événements qui ont commencé au moment même où Il parlait, jusqu’à la fin de la période de sept ans qui va représenter la grande tribulation, et à la fin de la période de 1000 ans. Tout cela est inclus dans ce chapitre 24. Le Seigneur parle de signes qui ont commencé à se produire au moment même où Il parlait, jusqu’à la fin de la résurrection des saints qui sont restés sur la terre, et il le dit au verset 21 de Matthieu 24 : « La détresse sera si grande à ce moment-là qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais » . Et, si ces jours n’étaient abrégés personne ne serait sauvé parce que ça sera tellement dur, la persécution des chrétiens qui resteront, que la tentation de laisser tomber sera très forte, imaginez un peu. A côté, les persécutions des nazis ça ne sera rien. L’antichrist va faire des choses abominables, terribles et il y en a beaucoup qui vont lâcher prise et qui devant la grandeur de cette tribulation vont accepter la marque de la bête et ils seront perdus. Alors, comme le Seigneur leur fera quand même grâce Il permettra que ces jours soient abrégés pour que ses élus puissent monter. Et au verset 36 il dit : « Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux mais Le Père seul. Ce qui arriva au temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme. Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vint et les emporta tous » . L’arche c’est le symbole de Jésus, Noé c’est le symbole de l’Eglise qui est enlevée, de l’Epouse qui est enlevée. Les autres meurent tous, et il le dit : « De deux hommes qui seront dans un champ l’un sera pris, l’autre laissé, de deux femmes qui moudront, l’une sera prise, l’autre laissée. Veillez donc puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur viendra… Tenez-vous prêts car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas » . La différence importante avec l’époque de Noé c’est que du temps de Noé, seuls Noé et sa famille, ( huit personnes ) ont été sauvés. Ce n’est pas beaucoup, alors qu’à notre époque de grâce il y en a des millions, Dieu sait le nombre, qui vont être sauvés. Et en outre, à l’époque de Noé ceux qui restaient étaient, nous dit la Parole, tellement méchants que toutes leurs pensées ne songeaient constamment qu’à faire le mal. Alors qu’à l’époque de l’enlèvement de l’Eglise il y en a qui vont rester et qui vont tout en étant morts par le déluge de la grande persécution, morts physiquement, il y en a qui vont conserver leur salut. La suite de Matthieu 25 nous montre aussi que les dix vierges sont divisées en deux groupes, cinq vierges sages et cinq vierges folles. Les cinq vierges sages étaient prêtes et quand la voix a retentit en disant : « Voici l’Epoux » , elles ont été admises dans la salle des noces alors que les autres vierges qui n’étaient pas prêtes ont été maintenues dehors dans la nuit de la grande tribulation, et Jésus leur dit : « Je ne vous connais pas ». Il y a plusieurs interprétations possibles mais en tout cas il est une chose certaine c’est que Jésus ne les connaît pas en tant qu’Epouse, elles ne sont pas admises dans la salle des noces de l’Agneau en tant qu’Epouse. Revenons au chapitre 15 de l’Apocalypse : « Il vit dans le ciel un autre signe, grand et admirable : sept anges, qui tenaient sept fléaux, les derniers, car par eux s’accomplit la colère de Dieu. » Et ces fléaux sont les mêmes à quelques variantes près que ceux qui sont décrits dans Apocalypse 8, mais où les fléaux sont vus du point de vue juif alors que là au chapitre 15, ils sont vus  du point vue de l’Eglise, comment l’Eglise doit les voir. « Et je vis comme une mer de verre, mêlée de feu ; et ceux qui avaient vaincu la bête, et son image, et la marque. » Qui sont ceux qui ont fini par vaincre la bête, et la marque et son image ? Ce sont ceux qui sont sortis de la grande tribulation, les martyrs qui n’ont pas accepté la marque de la bête et qui ont été tués et qui viennent d’être moissonnés par les anges de Dieu. D’ailleurs c’est dit après : « et le nombre de son nom, debout sur la mer de verre, ayant des harpes de Dieu. Ils chantent le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l’Agneau en disant : Tes œuvres sont grandes et admirables, Seigneur Dieu Tout- Puissant ! Tes voies sont justes et véritables Roi des nations ! Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom ? Car seul tu es saint » . Ces rachetés ce sont ceux qui sortent de la grande tribulation, les martyrs, et il est intéressant de voir qu’ils chantent le cantique de Moïse et le cantique de l’Agneau. Le cantique de Moïse, Moïse c’est la figure de la loi et l’Agneau c’est la grâce, c’est Jésus. Donc, ceux qui sont passés au travers du feu pour rentrer dans le salut n’ont pas bénéficié de la grâce complète, dont a bénéficié l’Epouse qui a été enlevée avant la grande tribulation parce qu’elle était fidèle. Mais ils ont été sauvés par un mélange de loi et de grâce. La loi, c’était qu’ils ont dû supporter finalement le châtiment de leur manque de préparation, par le martyr. Et ils ont été rachetés comme au travers du feu mais en même temps par la grâce de Dieu parce qu’on ne peut pas être sauvé par ses œuvres, par la loi. Mais par le cantique de l’Agneau ils chantent la grâce de Dieu qui leur a permis de sortir de cette épreuve quand même en vainqueurs. Alors que l’Eglise, elle, chante le cantique de l’Agneau seulement, elle ne chante pas le cantique de Moïse, elle n’est pas sous la loi. Après cela, au verset 5 : « Je regardai, et le temple du Tabernacle du témoignage fut ouvert dans le ciel ». Le temple terrestre construit par Moïse était une image du Véritable. Il y a dans le ciel l’habitation de Dieu, le Tabernacle de Dieu, ce n’est pas un temple fait de mains d’homme, c’est un Tabernacle céleste et ce temple est ouvert. « Et les sept anges qui tenaient les sept fléaux sortirent du temple, revêtus d’un lin pur, éclatant et ayant des ceintures d’or autour de la poitrine. Et l’un des quatre êtres vivants donna aux sept anges sept coupes d’or, pleines de la colère de Dieu qui vit aux siècles des siècles. (Ils vont verser les sept coupes de la colère, les sept derniers fléaux sur la terre.) Et le temple fut rempli de fumée, (la Shékina, la gloire de Dieu remplit le temple de Dieu) à cause de la gloire de Dieu et de sa puissance ; et personne ne pouvait entrer dans le temple, jusqu’à ce que les sept fléaux des sept anges soient accomplis. » Pourquoi, faut-il que les sept fléaux soient accomplis ? Parce qu’on le voit un peu plus tard, à la fin de la grande tribulation une autre résurrection se produit, c’est la résurrection de tous les saints de l’Ancien Testament. Et ils ne peuvent pas rentrer dans le temple avant que les sept fléaux soient finis, soient versés sur la terre. Il fallait que les sept fléaux viennent, qu’il y ait la persécution des Juifs, que la bataille d’Harmaguédon se passe. Et juste après la bataille d’Harmaguédon, on le verra dans Apocalypse 20 au début, il y a le Trône de Christ qui est là dressé, et devant le Trône apparaissent les rachetés de la grande tribulation et tous les martyrs de l’Ancien Testament et les saints de l’Ancien Testament qui ressuscitent à ce moment-là. Personne ne peut rentrer dans le temple tant que tous les invités ne sont pas là avec l’Epouse. Alors, voyez l’ordre de la résurrection, tout le monde ne ressuscite pas au même moment. Le premier à ressusciter c’est Jésus, Les Prémices, Il est premier en tout. Jésus Christ est le premier à être ressuscité en Gloire. Ensuite il y a la résurrection de l’Epouse, c’est-à-dire tous les chrétiens morts depuis 2000 ans mais qui auront vécu une vie de vainqueurs et qui seront morts avant le retour de Jésus, pas les chrétiens tièdes. Les chrétiens qui auront vécu une vie de vainqueurs vont ressusciter à ce moment-là et ceux des chrétiens qui seront vainqueurs, vivants quand Jésus revient chercher l’Epouse vont être transformés en un clin d’œil. Tous ceux-ci constituent l’Epouse et vont ressusciter avant la grande tribulation. Ensuite au milieu des sept ans ressuscitent les martyrs qui ne vont pas faire partie de l’Epouse, c’est fini, c’est terminé pour eux mais ils ressuscitent et ils vont faire partie des amis de l’Epoux avec les saints de l’Ancien Testament et les martyrs de tous les temps, donc au milieu de la grande tribulation. Les deux témoins, eux, ressuscitent peu avant la bataille d’Harmaguédon c’est-à-dire à la fin du sixième sceau, on le voit au chapitre 11 de l’Apocalypse. Je vous rappelle que jusqu’au chapitre 11 de l’Apocalypse ce sont les événements de la fin vus du point de vue juif. Ces deux témoins vont prêcher l’Evangile à la terre entière et vont être mis à mort et ressusciteront 3 jours et demi après leur mort dans la grande ville Jérusalem. Et au verset 11 il est dit : « Après les trois jours et demi, un esprit de vie, venant de Dieu, entra en eux, et ils se tinrent sur leurs pieds ; et une grande crainte s’empara de ceux qui les voyaient. Et ils entendirent du ciel une voix qui leur disait : Montez ici ! (et voilà ils ressuscitent) Et ils montèrent au ciel dans la nuée,… il y eut un grand tremblement de terre ». Et au verset 15 il est dit : « Le septième ange, la dernière trompette sonne ». Donc, à la fin de la sixième coupe, ils ressuscitent. Eux, vont ressusciter avant la bataille d’Harmaguédon, alors que les saints de l’Ancien Testament et les martyrs de tous les temps ressuscitent juste après la bataille d’Harmaguédon. Ensuite ressuscitent à la fin de la grande tribulation les amis de l’Epoux puisque les noces de l’Agneau ne peuvent pas avoir lieu tant que tout le monde n’est pas rassemblé, tant que tous les invités ne sont pas là, c’est-à-dire les saints de l’Ancien Testament : David, Abraham, Moïse, etc.… et les martyrs de tous les temps ; de l’Ancien et du Nouveau Testament, ceux qui sont morts par exemple dans les persécutions des chrétiens, dans les persécutions qui ont lieu depuis la Pentecôte jusqu’à l’enlèvement de l’Epouse. Ils vont tous ressusciter ceux-là, à la fin des sept ans. A ce moment-là vont commencer les noces de l’Agneau. Tous ceux qui doivent avoir part à la première résurrection vont ressusciter. Chapitre 16, là je passerai très vite parce que ce n’est pas nécessaire de le prendre verset par verset mais il nous montre les sept derniers fléaux du jugement de Dieu sur la terre. Ils touchent toute la terre, le ciel, la mer, les plantes, les poissons etc. … Imaginez un peu la vie de ceux qui seront à ce moment-là sur la terre et qui subiront ces jugements, ces choses. Je lirai simplement au verset 15, Jésus qui dit : « Je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu et qu’on ne voie pas sa honte ! Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon ». Donc, la bataille d’Harmaguédon commence à la fin de la sixième coupe. La septième coupe c’est la coupe finale de la destruction de la grande Babylone, du jugement final de la terre. Aux chapitres 17 et 18 il s’agit de la description détaillée du jugement final de la grande prostituée Babylone. C’est la grande Eglise universelle qui s’est constituée à ce moment-là sous l’autorité de l’antichrist et du faux prophète sous la domination de Satan. C’est l’Eglise infidèle qui s’est constituée sur la terre. C’est la fausse épouse, la prostituée qui a regroupé, sous l’autorité du pape de Rome et de tous ceux qui vont s’associer avec lui sur la terre entière, une grande Eglise, une fausse Eglise que Jésus appelle la prostituée. Celle-ci va faire semblant d’être chrétienne mais elle ne sera absolument pas chrétienne. Elle aura son siège à Rome et cette prostituée-là que la Bible appelle Babylone sera jugée. Elle sera jugée spirituellement dans le chapitre 17 et physiquement dans le chapitre 18. La ville de Rome (au chapitre 18) sera détruite, la grande ville de Rome sera détruite en un instant, complètement par le feu du ciel, bombe atomique, que sais-je ? Et au chapitre 17 spirituellement, la Babylone est jugée et elle tombe, c’en est fini, c’est terminé. Alors que l’autre grande ville dont parle l’Apocalypse, c’est Jérusalem, elle ne sera pas détruite entièrement, elle sera purifiée pour être prête à recevoir le siège du Roi des rois et du Seigneur des seigneurs quand Il va revenir poser les pieds sur le mont des oliviers. Et avant de relire ces deux chapitres je voudrais relire un verset dans Apocalypse 19, verset 7 : « Réjouissons-nous, soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire car les noces de l’Agneau sont venues, son Epouse s’est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin éclatant et pur, (c’est le vêtement même du Seigneur, le fin lin éclatant et pur. Quand Jésus se montre dans la Bible, dans Sa gloire. Il est revêtu d’un fin lin éclatant, pur, une ceinture d’or sur la poitrine,) car le fin lin c’est la justice des saints. » Comme nous sommes dans les temps de la fin, l’Epouse de Jésus se prépare en se sanctifiant parce que seuls les chrétiens sanctifiés seront enlevés. Mais parallèlement à la préparation de cette Epouse il va y avoir, et il y a en ce moment, la préparation de la prostituée et une partie de l’Eglise infidèle va rejoindre dans les derniers temps la prostituée, et elle est en train de la rejoindre. Il est important de voir qui est cette prostituée, comment elle se met en place, et comment faire pour éviter d’en faire partie. Au chapitre 17 verset premier : « Il m’adressa la parole, en disant : viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l’impudicité, et c’est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés ». L’ange montre à Jean la prostituée, la grande prostituée et il lui montre son jugement. Une prostituée c’est quelqu’un qui trompe son mari pour se donner à quelqu’un d’autre qui n’est pas son mari. Et là, dans l’Apocalypse, la prostituée c’est l’image de l’Eglise chrétienne infidèle, la fausse Eglise chrétienne, celle qui a l’apparence du christianisme mais qui en a rejeté la réalité, elle est appelée la prostituée. Et de même que l’Epouse se prépare, la prostituée se prépare parce que de même que l’Epouse est l’Epouse de Jésus-Christ, la prostituée sera l’épouse de l’antichrist. Dans ce chapitre 17 on montre sur quoi la prostituée est assise, elle est assise sur trois choses et à chaque fois il est marqué : elle est assise. Là, nous voyons que cette prostituée est « assise sur les grandes eaux » , au verset premier. Et un peu plus loin au verset 3 : « Je vis une femme assise sur une bête écarlate », un peu plus loin encore au verset 9, « Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise ». C’est important de voir ces versets, ils nous montrent sur quoi cette prostituée va s’appuyer. Et si on sait sur quoi elle s’appuie, il est important de ne pas s’appuyer sur les mêmes choses. Les grandes eaux au verset 15 : il nous est dit : « Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise ce sont des peuples, des foules, des nations et des langues. » C’est donc une prostituée qui s’étend sur la terre entière, elle est assise sur toutes sortes de peuples, de langues, de nations. Elle s’est infiltrée partout, elle couvre la surface de la terre. Quant à la bête au verset 3, la femme assise sur la bête : la bête nous le savons c’est l’antichrist, la bête écarlate, l’écarlate c’était la couleur des rois. Et la bête, l’antichrist va être celui que Satan va envoyer et choisir pour être le roi de la terre en son nom, le chef, le dernier. Et en ce qui concerne le verset 9 : les sept montagnes, les sept têtes sont sept montagnes sur lesquelles la femme est assise. Ce sont physiquement, les sept montagnes qui constituent la ville, où la prostituée aura son siège puisqu’il est dit à la fin au verset 18 : « La femme que tu as vue, c’est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre. » A l’époque où parlait Jean la grande ville qui avait la royauté sur les rois de la terre c’était Rome. Rome est physiquement la grande ville construite sur sept collines. Et puis spirituellement aussi puisque le verset suivant le dit. « Ce sont aussi sept rois, » les sept montagnes sont sept têtes, sept rois sur lesquels cette prostituée s’est appuyée dans toute l’histoire de l’humanité. La prostituée c’est Babylone, la prostituée c’est l’esprit de Caïn qui a persécuté Abel, le juste. C’est le même esprit qui a suivi cette prostituée tout au long de l’histoire et qui va se manifester pleinement dans la fin des temps, dans le règne de l’antichrist. Il dit que ce sont sept rois sur lesquels la prostituée est assise. La prostituée s’appuie sur des chefs politiques qui utilisent eux-mêmes la puissance de la prostituée. « Cinq sont tombés, un existe, l’autre n’est pas encore venu, et quand il sera venu il doit rester peu de temps. Et la bête qui était, et qui n’est plus, est elle-même un huitième roi. » Il y a plusieurs interprétations possibles mais ce qu’il faut retenir c’est que la bête s’appuie sur des puissances politiques qui l’utilisent aussi et les cinq rois qui ne sont plus, on peut penser que ce sont les cinq grands empires qui se sont suivis dans l’histoire de la Bible. Le premier c’était l’empire Egyptien, le plus ancien et ils ont tous un rapport avec le pays d’Israël. Ensuite c’était l’empire assyrien qui a détruit l’Egypte, ils sont tous détruits successivement. Ensuite c’était l’empire babylonien qui a été renversé par les Mèdes et les Perses. Les Mèdes et les Perses qui ont été renversés par l’empire grec, Philippe de Macédoine et puis les Grecs ont été eux-mêmes renversés par le sixième roi, c’est-à-dire Rome. Donc, les cinq qui sont passés, à l’époque de Jean, qui n’existent plus, c’est l’Egypte, l’Assyrie, Babylone et les Médo-Perses et la Grèce, ces cinq-là étaient tombés, le sixième qui était debout à l’époque de Jean c’était Rome et le septième, et bien c’est le dernier empire final qui se reconstitue, c’est-à-dire l’empire romain qui reprend et l’antichrist sera le huitième et le dernier roi. Le dernier chef de cet empire babylonien reconstitué, c’est l’antichrist. Il est important de voir que cette bête, l’antichrist est l’appui, le soutien de la prostituée, elle est assise dessus. Alors quand on lit ces passages et qu’on voit que la prostituée est assise dans la ville aux sept collines, aux sept montagnes, ville qui a la royauté sur les rois de la terre, c’est-à-dire Rome, nos yeux s’ouvrent. L’empire de l’antichrist est en train de se reconstituer sous nos yeux dans l’Europe du marché commun. C’est cet empire-là dont parle Jean qui aura pour chef l’antichrist. Et l’antichrist, il se trouve qu’actuellement, puisque c’est un pouvoir à la fois politique et religieux, il va s’appuyer sur deux réalités, d’une part le marché commun actuel, actuellement on est plus que dix mais enfin il y a dix têtes là dedans et je pense que, personnellement, il y en aura dix qui prendront vraiment la tête et qui élimineront tous les autres, mais en tout cas une puissance politique européenne, une fédération d’états dont le chef va être l’antichrist, ça c’est le côté politique. Et ensuite le côté religieux, c’est la grande religion mondiale faussement chrétienne qui se met en place, et dont le chef sera aussi à Rome. Et c’est curieux de voir que le marché commun a été créé par le traité de Rome et que l’Eglise catholique romaine a son siège, la grande Eglise apostate, a son siège à Rome. Et on voit que tout se met en place sous nos yeux. Cette prostituée qui a son siège à Rome et qui va s’appuyer sur le pouvoir politique du marché commun est en train d’émerger actuellement sous nos yeux et cette prostituée ne sera pas constituée que de l’Eglise catholique romaine bien qu’elle ait son siège à Rome mais elle sera constituée d’une fédération d’Eglises apostates  qui vont toutes se mettre ensemble sous l’autorité d’un pontife unique qui aura son siège à Rome et qui pourra être et qui est d’ailleurs, c’est ma conviction, le pape catholique romain. Mais il n’y aura pas que l’Eglise catholique, il y aura toutes les fausses Eglises chrétiennes apostates, c’est-à-dire toutes celles qui petites ou grandes ont accepté de rentrer dans le système dénominationnelle babylonien ou apostat qui va être celui de l’antichrist, de la bête. Ce système babylonien c’est le système des fausses religions chrétiennes : l’Eglise catholique romaine, l’Eglise orthodoxe, l’Eglise protestante réformée ou une grande partie d’entre elles et toutes les Eglises dites évangéliques mais qui ne marcheront pas et que ne marchent pas dans la vérité de la pure Parole du Seigneur et qui ont tendance à s’organiser et à se fédérer et à se regrouper et à se mettre les unes dans les autres pour se regrouper petit à petit dans le sein d’un vaste ensemble qui sera dominé par un groupe qui aura son siège à Rome. C’est intéressant de voir que le grand mouvement, par exemple actuel d’évangélisation 2000 qui est dirigé par des responsables catholiques, c’est un mouvement qui s’appelle  » Evangélisation 2000″ et qui consiste à vouloir évangéliser la terre entière pour l’an 2000. Quand on lit les textes qui sont édités par ce mouvement qui a son siège au Vatican, qui sont inspirés par le Vatican, créés par le Vatican, quand on lit ces textes on a l’impression de se trouver devant un texte évangélique. Ils parlent de la nécessité de gagner le monde pour Jésus, ils parlent de la Croix, ils parlent de la purification par le sang de Jésus etc.… tout est vraiment présenté d’une manière tellement séduisante et proche de la vérité, mais tout est issu de Rome, et on sait que l’Eglise romaine n’a rien abandonné de sa doctrine. Et quand elle donne une apparence évangélique c’est pour mieux cacher ce qu’il y a derrière et dont elle n’a rien abandonné. Elle n’a rien abandonné de ses fausses doctrines, elle se sert simplement de la vérité comme d’un paravent pour attirer dans ses filets ceux qui sont infidèles et ceux qui sont incrédules. Et dans ce mouvement qui s’appelle « Evangélisation 2000, Evangélisation du Monde », il y a toute une série de chrétiens, d’hommes qui sont considérés comme des piliers dans des mouvements chrétiens évangéliques, des évangélistes mondiaux, des mouvements mondiaux. Puisqu’ils sont publics, je pourrais en citer au moins deux : L’association Billy Graham qui est associée à ce mouvement, et Jeunesse en mission également . Vous avez des groupes de « Jeunesse en mission » qui sont complètement Nouvel Age, d’autres qui sont récupérés par le catholicisme romain, vous en avez encore d’autres qui sont entièrement fidèles et qui marchent dans la vérité. Ce sont des mouvements qui ont tendance actuellement à s’organiser, à se structurer, et à entrer dans la grande église ; mais les fidèles, les brebis, les vraies, obéiront à l’ordre du Seigneur : « Sortez du milieu d’elle, mon peuple, si vous ne voulez pas participer à ses péchés ! » Alors le problème de cette prostituée, Apocalypse 18: aux versets 2 à 4, c’est son impudicité ; et l’impudicité, nous savons que spirituellement c’est l’idolâtrie, c’est-à-dire le rejet de la vérité pour accepter de se prosterner vers quelqu’un d’autre que le Seigneur, vers quelque chose d’autre que sa vérité et sa parole. Tout ce qui est idolâtrie, mensonge, pour Dieu c’est une impudicité et cela ouvre la porte évidemment à l’impudicité sexuelle ou à l’impudicité tout court : les deux sont associées. Les sectes finissent dans les orgies et l’impudicité sexuelle. Si on entre dans l’impudicité sexuelle et si on ne veut pas s’en repentir, on finit dans la prostitution spirituelle. Les deux vont ensemble ; c’est pourquoi il est dangereux de flirter dans tous les sens du terme, parce que cela ouvre la porte à l’impudicité spirituelle et à la prostitution spirituelle. L’Epouse se sanctifie, la prostituée devient de plus en plus impudique. A la fin de l’Apocalypse, il est écrit : « Que celui qui se sanctifie se sanctifie encore, que celui qui se souille se souille encore ». C’est le propre de la prostituée de commencer à se souiller avec du mensonge, avec ce qui n’est pas de la Parole de Dieu et d’aller de plus en plus loin dans la souillure, ce que fait cette grande église prostituée universelle. Je ne vais pas entrer dans tous les dogmes de l’église catholique romaine qui sont des abominations aux yeux du Seigneur ; cette l’église n’a rien abandonné de ses dogmes souillés et que cela constitue la grande abomination à laquelle participent et dont se sont enivrés, comme il est dit là, tous les rois de la terre. « C’est du vin de son impudicité que les rois et les habitants de la terre se sont enivrés ». Quand vous voyez actuellement le couronnement d’un pape de Rome, la terre entière qui est représentée à Rome ; et tous les grands de la terre sont là ou sont représentés. C’est le seul chef politique ou religieux actuel du monde devant lequel tout le monde s’incline et à qui tout le monde rend hommage. Actuellement vous avez dans la presse, dans les journaux, à la télévision, des articles qui rendent hommage aux qualités diplomatiques du pape actuel dans les conflits, dans le conflit de l’Irak, dans le conflit de la Yougoslavie ; c’est lui qui est dans les coulisses et qui négocie ; c’est lui qui a réussi à obtenir des choses que beaucoup de grands de la terre n’ont pas pu obtenir. Il prépare la prise de pouvoir. Il la prépare d’autant plus tranquillement que les chrétiens et l’église en général, ne disent rien et se laissent complètement séduire. Je ne parle pas des brebis du Seigneur qui ont les yeux ouverts, mais je parle de cette église tiède de Laodicée qui est là, qui voit les choses se faire et qui admire celui qu’on appelle un homme très spirituel et digne de confiance qui est en fait un agent de Satan ; quelqu’un qui est envoyé pour séduire et détruire les brebis du Seigneur. Au verset 5, il est dit que c’est un mystère : « Sur son nom était écrit un nom, un mystère, Babylone la grande ». Le nom de Babylone est associé aux pires abominations que la terre ait jamais connues ; c’est à Babylone qu’ont commencé les grandes révoltes contre le Seigneur : la tour de Babel, c’était Babylone. Ils ont voulu la construire pour s’élever au-dessus de tout ce qui existait et pour atteindre le ciel : des efforts d’hommes pour atteindre le ciel, c’était là le problème de Babylone : Esaïe 47 nous montre quels sont les péchés de Babylone, donc quelles sont les choses qu’il faut surtout éviter de faire rentrer dans nos vies et dans l’église si on ne veut pas participer à l’esprit de Babylone. Dans Esaïe 47:6, il est dit : « J’étais irrité contre mon peuple, (c’est Dieu qui parle), j’avais profané mon héritage et je les avais livrés entre tes mains parce qu’ils avaient désobéi ; tu n’as pas eu pour eux de la compassion ; tu as durement appesanti ton joug sur le vieillard et tu disais : à toujours je serai souveraine ; et tu n’as point songé que cela prendrait fin ». C’est une femme qui a toujours persécuté le peuple du Seigneur. Quand le peuple du Seigneur était persécuté, il pouvait l’être pour deux raisons : simplement en tant que peuple du Seigneur parce que Satan n’aime pas les enfants de Dieu, et il pouvait être aussi châtié parce que Dieu les avait livrés entre les mains de l’ennemi à cause de sa désobéissance. Mais là, Babylone, quand elle persécutait le peuple de Dieu, elle allait au-delà de toute mesure ; elle a toujours été assoiffée du sang des saints. Cela est repris dans Apocalypse 17 que nous venons de lire au verset 6 : « Ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus ». Dans toute l’histoire, on a vu Babylone, la prostituée, persécuter les saints. Et toujours la fausse église apostate persécutera la véritable Eglise de Jésus-Christ ; l’Eglise de Jésus-Christ sera persécutée par la fausse église qui n’est autre que Babylone. Tous ces massacres, ces guerres de religion sont inspirés par l’esprit de Babylone. On en sait quelque chose dans notre région ici. Toutes ces guerres de religion, que ce soit d’un côté comme de l’autre !( il y avait un côté qui avait peut-être un peu plus de saints dans ses rangs), mais l’esprit de guerre de religion est un esprit babylonien. Le véritable chrétien ne fait pas la guerre pour sa foi ; il ne prend pas les armes ; il se laisse tuer plutôt, martyriser, mais il ne prend pas les armes. Donc le premier aspect de Babylone c’est l’esprit de violence, de persécution, de domination. Babylone, c’était un dominateur des peuples, qui écrasait tout sur son passage : moi et rien que moi ! Il le dit là : Esaîe 47 verset 8 : « moi et rien que moi ». C’est l’orgueil, c’était la persécution des saints. Au verset 12 : « Reste donc au milieu de tes enchantements et de la multitude de tes sortilèges auxquels tu as consacré ton travail dès ta jeunesse ». Babylone c’était un repère de sorciers, de magiciens et de toutes espèces de pratiques de sorcellerie et de magie. Aujourd’hui il en est de même quand l’orgueil, quand l’esprit de domination et de persécution entre, et quand un esprit de magie et de sorcellerie entre, c’est l’esprit de Babylone qui entre. Toutes ces techniques du Nouvel Age, toutes ces techniques psychologiques, toutes ces techniques qui viennent de la chair, du monde, de Satan, quand elles entrent dans l’église, c’est l’esprit de Babylone qui entre avec. Le Seigneur m’a sorti de la psychologie. Je sais que l’occultisme entre dans l’église par la psychologie. Toutes les techniques de yoga, de visualisation, qui sont habillées avec des termes scientifiques et des termes même chrétiens, sont entrés dans la psychologie, qui est le cheval de Troie de Satan. Et cela entre dans l’église ; c’est christianisé ; c’est repris sous d’autres formes et c’est présenté au peuple du Seigneur ; mais c’est l’esprit de sorcellerie qui est derrière ; c’est l’esprit de magie qui est derrière. Il ne viendrait jamais à un chrétien bien disposé de faire de la magie consciemment ou de faire de la sorcellerie ; mais par contre, commencer à pratiquer un peu de visualisation, de technique de relaxation, de technique de développement de soi, de la psychanalyse… La psychanalyse, c’est purement démoniaque. Il y a des psychiatres chrétiens soi-disant, il y a même des psychologues chrétiens, comment est-ce possible ? « Reste donc au milieu de tes enchantements ». L’esprit de Babylone : orgueil, domination. Et qui dit orgueil et domination dit forcément organisation. Babylone et tous ses empires, Rome etc.…, étaient des empires extrêmement bien organisés. A partir du moment où une église commence à entrer dans un système d’organisation hiérarchisée, vous avez le pape et les suivants, vous avez de la tête à la base une organisation hiérarchisée où tout baigne dans l’organisation générale, ça c’est l’esprit babylonien. Adorer Dieu en esprit et en vérité veut dire, laisser le Saint-Esprit diriger, laisser le Saint-Esprit organiser. Quand on commence à faire des comités, des conseils, des groupes d’anciens, (je veux dire au sens organisation ; ce n’est pas des groupes d’anciens tels qu’ils sont bibliques, mais un bureau de frères, un bureau déclaré à la Préfecture), on est déjà entré dans un système babylonien de direction de l’église. Le Seigneur ne veut plus de cela; et dans l’Eglise de la fin des temps qui se prépare, dans l’Epouse, Il va faire tomber toutes ces béquilles humaines qui viennent de Babylone et ouvrent le chemin à l’antichrist et à tous ceux qui s’y adonnent. Il va faire tomber toutes ces béquilles et ce sera l’organisation glorieuse du Saint Esprit ; ce sera Lui qui va faire lever les ministères ; ils vont s’organiser sous la direction du Saint Esprit, ils vont jeûner et prier ensemble et le Saint-Esprit dira : Mettez-moi à part un tel pour que je l’envoie à tel endroit ! Mettez-moi à part un tel et un tel pour que je fasse telle œuvre ! Et dans le jeûne et la prière le Saint-Esprit va diriger son peuple. Ce sont de petits groupes non déclarés à la Préfecture ; parce que tous ceux qui seront déclarés vont être pris lorsque l’antichrist se mettra en place. Vous imaginez que ce seront les groupes qui se seront déclarés, les groupes qui seront organisés pour faire bien vis à vis des autorités, pour avoir une façade, pour avoir de l’impact, comme on dit, vis à vis des autorités, vous croyez que ce sont ceux là qui se feront reconnaître par l’antichrist ; il va les attraper, il va les séduire, ou les détruire. La véritable Église de Jésus, elle, prend le maquis. Amen ! C’est l’esprit de maquis qu’elle doit avoir. On est des voyageurs sur cette terre ; on n’est fixé nulle part. Vous savez, les maquisards pendant la guerre étaient poursuivis par un ennemi féroce ; ils n’avaient qu’une chose en tête, ne jamais se fixer quelque part, aller, courir, se cacher. Rester cacher au sens spirituel du terme, cela veut dire pour nous, sortir du milieu de ces organisations- là, et laisser le Saint-Esprit nous nourrir dans le désert. Et c’est bien mieux comme ça. Je sais qu’ entendre des choses comme celles-ci, ça sépare. C’est exactement comme Dieu dit, ça divise. La Parole de Dieu divise. Ceux qui entendent cela maintenant , sont divisés en deux groupes ; je ne dis pas forcément ici, mais ceux qui entendront ce message d’une manière ou autre ; ceux qui vont recevoir en disant : « J’accepte Seigneur, ou en tout cas je veux t’interroger pour savoir si cela vient bien de Toi, mais je reçois cela comme venant de toi Seigneur, parce que c’est Ta Parole qui nous le montre, on est dans les temps », puis il y a ceux qui vont dire : « Mais non ! Ça c’est du fanatisme religieux ! Il faut vivre avec son temps, il faut s’organiser, il faut faire de grandes conventions, il faut faire de grandes conférences, il faut avoir de l’impact, des grandes églises » ; ça c’est l’esprit de Babylone. Le Seigneur va agir par Sa Parole pour faire le tri en divisant par Sa Parole. Apocalypse 17 :5 « Mystère, Babylone la grande ! ». Vous voyez les péchés de Babylone, c’est ça : l’orgueil, la domination, la persécution des saints et la magie, la sorcellerie. C’est toujours le cas pour l’église actuelle. L’église de Rome est un repère de brigands, un repère de serviteurs de Satan, qu’ils soient conscients ou inconscients ; et le cri du Saint-Esprit dans ces derniers temps c’est : « Ouvrez les yeux et sortez du milieu d’eux ! Sortez du milieu d’eux ! » Il le dit un peu plus loin. Le mystère c’est que Satan a agi avec tellement de subtilité, qu’il a réussi à complètement paganiser l’église officielle, apparente, d’une manière cachée et mystérieuse. C’est un mystère parce que lorsqu’on regarde de l’extérieur, on a l’impression de voir un bel édifice chrétien qui est très séduisant sous beaucoup d’aspects, et en fait derrière, il y a Satan qui dirige. C’est un mystère Babylone. « Sur son front est écrit un nom, la mère des impudiques. » Au chapitre 18 il nous est dit au verset 2 : « L’ange crie d’une voix forte et dit : Elle est tombée ! Elle est tombée Babylone la grande ! Elle est devenue une habitation de démons, un repère de tout esprit impur, un repère de tout oiseau (les oiseaux, nous savons que ce sont les démons) impur et odieux ; toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité. Les marchands de la terre se sont enrichis avec elle ». Le Seigneur est en train de préparer la venue de Jésus Christ comme Roi de la terre. Il va enlever une Eglise sanctifiée, purifiée, et Il va juger la prostituée qui est en train de se mettre en place sous nos yeux et le jugement sera radical. C’est pourquoi le Seigneur parle à son peuple et lui dit au verset 4 : « J’entendis une autre voix qui disait, sortez du milieu d’elle mon peuple, afin que vous ne participiez pas à ses péchés et que vous n’ayez point de part à ses fléaux ». Sortez du milieu d’elle physiquement et spirituellement ; n’appartenez pas à une église apostate. Ne soyez plus sous cette illusion qui consiste à dire : « J’y reste parce que c’est la volonté de Dieu que j’y reste pour pouvoir témoigner, pour pouvoir être le levain qui doit faire monter la pâte de l’intérieur. « Ce n’est pas vrai, parce que le jugement de Dieu vient sur la prostituée et le Saint-Esprit dit, sortez du milieu d’elle, sortez ! Si vous voyez que l’esprit de Babylone entre dans votre église, évidemment la première chose à faire ce n’est pas de sortir immédiatement ; c’est de prévenir, c’est d’intercéder, c’est de dire : « Seigneur, est-ce qu’il y a encore quelque chose à faire ? » Je ne parle pas de ceux qui sont dans les grandes églises complètement apostates comme celle que je viens de citer où la première chose à faire est de partir et vite, mais je parle des églises évangéliques qui laissent entrer l’esprit de Babylone peu à peu chez elles et qui ne s’en rendent pas compte. Il faut agir pour tuer le mal dans l’œuf, dès le départ ; aucun groupe n’est à l’abri. L’esprit de Babylone a tendance à entrer très vite ; on doit être extrêmement vigilant parce qu’il entre par nous, par notre propre vie. Nous sommes membres de l’Eglise du Dieu vivant, et si nous ne veillons pas pour rester remplis du Saint-Esprit et obéissants à La Parole, on va s’ouvrir à un autre esprit qui est celui de Babylone. Le danger c’est ça : l’esprit de Babylone ! S’il entre dans notre vie, il va entrer dans l’église. C’est pourquoi dans les derniers temps que nous vivons, dans ces petits groupes qui sont ceux de l’Eglise de la fin des temps, qui feront en même temps la Grande Église de Jésus Christ, puisqu’on forme un seul corps, dans ces petits groupes qui sont dans le maquis, il est tellement important d’avoir comme objectif prioritaire, la sanctification. Tellement important parce que cela va éliminer toutes les racines de l’esprit de Babylone, et ça va nous permettre d’être des témoins puissants. Quelle valeur a la puissance d’un témoignage si notre vie est remplie de compromis et d’impuretés ? On pourra toujours parler du Seigneur bien sûr, et la Parole de Dieu pourra toujours faire de l’effet, mais on ne va pas être un témoin puissant ; on sera un témoin tiède et on sera rejeté par le Seigneur. Cela ne sert à rien de témoigner si notre vie n’est pas remplie du Saint Esprit, et si on ne dit pas chaque jour : « Seigneur, Tu vas m’enlever ces impuretés que tu fais sortir de ma vie parce que je n’en veux plus ; j’ai le désir intense, parce que je suis membre de ton Épouse, de ton corps, d’être purifié ; fais-le Seigneur ! Fais le ! ». Et l’accent sera mis sur la sanctification ; cela veut dire qu’il va falloir que tu rembourses tes dettes ; cela veut dire qu’il va falloir que tu restitues tout ce que tu as volé ; cela veut dire qu’il va falloir que tu fasses des feuilles d’impôts justes ; cela veut dire si tu es commerçant chrétien, il va falloir que tu fasses des prix justes, que tu aies l’idée de service avant l’idée de profit ; cela veut dire des tas de choses pratiques qui vont te concerner dans ta vie de tous les jours. Cela veut dire que je vais éviter de tricher, si je suis un élève, lycéen, étudiant ; pour me faire excuser je ne vais pas faire un mot menteur. Tout cela va constituer le travail de sanctification de l’Eglise ; cela veut dire que je ne vais pas copier sur la copie du voisin si je suis à un examen ; c’est tout cela , se sanctifier ; cela veut dire que je vais être soumise à mon mari ; cela veut dire que je vais aimer ma femme ; tout cela fait partie du travail de sanctification ; cela veut dire Seigneur si je suis jeune que je vais arrêter de flirter, je vais arrêter de sortir avec des jeunes comme les gens du monde, je vais arrêter d’aller voir des films pornos, je vais arrêter de regarder des émissions douteuses à la télévision, non par légalisme mais par goût de sanctification, par désir de dire : « Seigneur, tu vas faire ce travail en moi et tu vas me montrer! » Je vais le faire parce que le Saint-Esprit va devenir tellement fort dans cette Église des derniers temps, l’onction va devenir tellement puissante, que le travail du Saint-Esprit va nous montrer aussitôt ; Il va nous dire : « Tu vois là, il y a tel ou tel point.  » On ne va plus être attaché aux biens terrestres ; si tu as de l’argent en réserve, le Seigneur va te montrer très vite à quoi tu vas utiliser cet argent pour le royaume de Dieu ; tu ne vas pas le garder pour toi, tu vas le garder pour le Seigneur parce que c’est son argent. Tes biens personnels, tu sais qu’ils ne t’appartiennent pas. Ils mettaient tout en commun dans les premiers temps ; ça va recommencer dans les derniers temps. Ils mettront tout en commun parce qu’ils n’auront rien ; ils savent qu’ils n’ont rien. Moi, je n’ai rien ! Et même si j’avais beaucoup, je sais que je n’ai rien ; ce que le Seigneur me donne, s’Il me demande de l’utiliser selon Sa Volonté, c’est-à-dire comme Lui le décide, cela va faire partie de la sanctification . C’est intéressant comme programme ! Et dans une église, dans un petit groupe comme le nôtre, ou comme d’autres, on va se connaître, on va se surveiller mutuellement dans un esprit d’amour. Il y a un point que les églises ne font plus et qu’elles devraient faire, c’est Matthieu 18:15. On peut voir quand même, ce que l’Epouse fait et doit faire, et en comparaison ce que la prostituée ne fait pas et ne veut pas faire. Dans Matthieu 18:15 « Si ton frère a péché (il n’est pas dit si ton frère a péché contre toi ; tu te rends compte que ton frère a péché ou ta sœur), va et reprends-le entre lui et toi seul. » Si tu vois ton frère ou ta sœur qui fait un péché, au lieu de dire d’un air faussement pieux : « Seigneur je vais intercéder pour lui et puis tu vas lui parler Seigneur ! », Jésus ne dit pas ça, il dit dans son intérêt et dans le tien: « Si tu ne vas pas reprendre un frère, Dieu te demandera des comptes » parce que tu as laissé tomber un frère qui était en train de chuter, et tu n’as rien fait pour le relever. Mais ça doit être fait dans l’amour, dans l’amour de Jésus qui remplit ton cœur ; tu vas pour le relever, pas pour l’enfoncer, le juger. Quand il est dit « reprends-le », c’est comme Jésus aurait repris son enfant. Qu’est-ce qu’il est dit ? « entre toi et toi seul ! » Va lui parler, lui dire : « frère, sœur, je me suis rendu compte que tu fais ça ; est-ce bien cela que tu fais ? eh bien je te dis que c’est mal, tu es en train de pécher, tu as laissé entrer l’esprit de Babylone dans ta vie ! Tu es en train de t’écarter de l’Epouse pour entrer dans la prostituée ! Tu te rends compte ! Tu risques de ne plus être enlevé et à la limite, si tu continues, tu risques carrément d’être perdu.  » S’il t’écoute, tu as gagné ton frère. C’est le but ! Je veux te gagner mon frère ! Qu’est-ce que cela veut dire ? Que celui qui fait cela, accepte qu’on le lui fasse ; sinon c’est l’esprit de domination pastorale qui vient. J’accepte que tu me reprennes parce que j’ai envie, je désire faire partie de l’Epouse et aller à la table des noces de l’Agneau, pas seulement avec les amis de l’Epoux, mais en tant qu’ Epouse de Jésus. Alors Seigneur, tu vas me montrer où est le péché dans ma vie ! Et le Seigneur va se servir de mon frère ou de ma sœur pour me le montrer ; Il va se servir de Sa Parole et de Son Esprit direct ; Il va se servir des uns et des autres. « S’il t’écoute, tu as gagné ; mais s’il ne t’écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes afin que toute l’affaire se règle sur la déposition de deux ou trois témoins ; et s’il refuse de les écouter, dis-le à l’église (à tout le groupe, dis-le à tous) et s’il refuse d’écouter l’église, qu’il soit pour toi comme un païen, un publicain. » Qu’est-ce que cela veut dire ? : « Mon frère, ma sœur, va voir ailleurs si tu veux ! Si tu veux trouver d’autres groupes babyloniens qui acceptent ton compromis sans rien te dire, vas-y ! Mais là, avec nous tu n’as pas ta place, parce que nous cherchons la sanctification, et tu es une pierre d’achoppement pour le Seigneur et pour tes frères ; alors, va ailleurs ! Nous ne t’acceptons pas. » Mais vous voyez qu’il faut que ça soit fait dans la lumière et dans le Saint Esprit, sinon ça devient un système terrible de jugement et de condamnation réciproques. Il faut que nous recherchions avant tout d’être remplis du Saint-Esprit pour pouvoir reprendre nos frères dans l’amour et dans la vérité, mais il faut le faire. Il y a trop d’églises où on ne le fait pas, où on attend, où on laisse faire, où on dit « bon, ça va s’arranger », on attend jusqu’à ce que ce soit pourri et qu’il ne soit plus possible de faire quoi que ce soit. Si on le fait entre frères et sœurs dans un esprit d’amour, l’église va grandir, l’Epouse va se préparer ; et vous voyez que si on ne le fait pas, l’esprit de Babylone va grandir. Alors, n’hésitons plus à nous reprendre dans l’amour les uns les autres ! N’hésitons plus !

N’ayons pas cette timidité qui est de la fausse piété qui consiste à dire : « Seigneur, que suis-je moi pour reprendre mon frère, ma sœur ? » Evidemment, si tu vis ouvertement dans le péché, ta place n’est pas à reprendre les autres, mais à te repentir avant tout ; mais si tu es un enfant de Dieu honnête, même si tu n’es pas parfait en tout, mais si tu es honnête et que tu marches dans la vérité, tu vas surveiller ton frère pour le faire avancer. Le rôle d’un surveillant est de dire ce qui ne va pas, de dire attention ! C’est le rôle des anciens dans l’église ; ils sont là pour reprendre au bon sens du terme : « Je te reprends pour que tu avances, que tu sois gagné au Seigneur, et pas pour mettre encore sur toi un fardeau légaliste ou te taper dessus ; mais je compte sur toi pour que tu me reprennes. ». Hébreux 10:24 : « Veillons les uns sur les autres. » Et au verset 19 de Matthieu 18 : « Je vous le dis encore, que si deux d’entre vous se mettent d’accord (sont en symphonie dans le cœur) pour demander une chose quelconque, elle leur est accordée » , parce que ce sont deux personnes qui ont recherché ensemble la sanctification, qui se sont vraiment unies dans le fond du cœur et dans l’amour du Seigneur pour demander une chose selon la volonté de Dieu ; là elle nous est accordée, et là la puissance de Dieu se manifeste, et là la puissance de lier et de délier est efficace. Mais la prostituée ne fait pas ça ; vous savez ce qu’elle dit la prostituée ? « Ne nous jugeons pas mes frères, aimons nous les uns les autres ! Au sens prostitué du terme c’est-à-dire surtout ne mettons pas l’accent sur le péché ou la vérité, qui sommes nous ? Nous sommes de pauvres pécheurs, alors on ne va surtout pas toucher la vérité, le péché.  » Et on est bien tranquille parce que cela nous évite de nous mettre en cause nous-mêmes; c’est l’esprit de la prostituée; mais l’Epouse veut se sanctifier. Ce jugement viendra d’une manière brutale et complète.

Au verset 7 d’Apocalypse 18 il est dit : « Parce qu’elle dit dans son cœur : Je suis assise en reine (elle sera vraiment la reine, au sens épouse de l’antichrist, le roi de la terre, le faux roi qui s’oppose au vrai Roi des rois, le Seigneur Jésus-Christ, elle sera l’Epouse de l’antichrist.) je ne suis pas veuve, et je ne verrai pas de deuil ! A cause de cela, en un même jour ses fléaux arriveront, la mort, le deuil et la famine, et elle sera consommée par le feu. Car Il est puissant le Seigneur Dieu qui l’a jugée » . Le jugement de cette prostituée, même si elle a une apparence d’être belle et se développe sur la terre entière et qu’elle devient de plus en plus grande et de plus en plus puissante, le jugement est déjà décrété par Dieu. Le jugement viendra d’une manière brutale et totale ; il viendra par le feu, le feu atomique ou le feu du ciel. Mais en tout cas, le feu du ciel va tomber et elle sera jugée en un instant. Elle sera jugée notamment au moment de la grande bataille d’Armaguédon de la fin des temps, quand Jésus va revenir avec l’Epouse pour détruire les armées de l’antichrist et établir Son Royaume de justice. A ce moment-là seulement, commence la préparation des noces de l’Agneau, c’est-à-dire à la fin de cette période de trois ans et demi qui a vu la destruction d’Israël, des juifs et le martyr des juifs. Juste après le jugement de la grande prostituée, au chapitre 19, on voit les noces de l’Agneau commencer. Il est écrit au chapitre 19 verset 1 : « J’entendis dans le ciel comme une voix forte d’une foule nombreuse qui disait : Alléluia ! Le salut, la gloire, l’honneur et la puissance sont au Seigneur notre Dieu , parce que ses jugements sont véritables et justes ; car il a jugé la grande prostituée qui corrompait la terre par son impudicité et il a vengé le sang de ses serviteurs en le redemandant de sa main. Et ils dirent une seconde fois : Alléluia !… Alors les vieillards se prosternent, tout le monde adore le Seigneur. Au verset 5 : « Une voix sortit du trône, disant : Louez notre Dieu, vous tous ses serviteurs, vous qui le craignez, petits et grands ». A qui appartient cette voix sortie du trône ? C’est l’Epouse ; c’est la seule qui a la permission de monter sur le trône avec Jésus. C’est la voix de l’Epouse puisqu’elle dit : « Notre Dieu, vous tous Ses serviteurs » . « Et j’entendis comme une voix d’une foule nombreuse, comme un bruit de grosses eaux, un bruit de forts tonnerres disant : Alléluia ! Car le Seigneur notre Dieu tout-puissant est rentré dans son règne. Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire; car les noces de l’Agneau sont venues » Les voilà maintenant les noces de l’Agneau ; ce n’est pas tout de suite après l’enlèvement, mais c’est lorsque tout le monde est ressuscité pour participer à la fête. « Et son épouse s’est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin éclatant et pur. Car le fin lin c’est la justice des saints.» C’est au moment de la bataille d’Armaguédon que ceci se passe puisqu’on voit tout de suite après, que l’Epouse revient pour la bataille finale et les véritables noces commencent. Verset 9 : « L’ange me dit, heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l’Agneau !». Quels sont ceux qui sont appelés au festin des noces de l’Agneau ? C’est l’Epouse et les amis de l’Epoux. L’Epouse c’est l’Eglise fidèle, qui a vaincu, qui a surmonté la tentation du péché et qui est admise dans l’intimité la plus profonde du Dieu vivant. Les amis de l’Epoux, ce sont tous les saints de l’ancien testament, les martyrs de tous les temps, les martyrs de la grande tribulation, qui se réjouissent avec l’Epoux et qui sont dans une joie parfaite comme Jean-Baptiste l’a dit lui-même. On voit au verset 15 : « De Sa bouche sortait une épée aiguë pour frapper les nations. Il les paîtra avec une verge de fer (comme les vainqueurs) et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu Tout Puissant. Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom inscrit : Roi des rois et Seigneur des seigneurs. Et je vis un ange qui se tenait dans le soleil ; il cria d’une voix forte, disant à tous les oiseaux qui volaient par le milieu du ciel : Venez, rassemblez vous pour le grand festin de Dieu, afin de manger la chair des rois, la chair des chefs militaires, la chair des puissants, la chair des chevaux et de ceux qui les montent, et la chair de tous, libres et esclaves, petits et grands ! » La bataille d’Armaguédon ! C’est la grande bataille où l’antichrist et toutes ses armées vont combattre contre Jésus qui revient à ce moment là, avec l’Epouse, pour combattre l’antichrist. L’antichrist et ses armées sont vaincus à la bataille d’Armaguédon ; c’est encore un grand carnage. « Et je vis la bête et les rois de la terre, et leurs armées rassemblées pour faire la guerre à celui qui était assis sur le cheval et à son armée. » Quelle folie ! faire la guerre à Jésus. « Et la bête fut prise et avec elle le faux prophète qui avait fait devant elle les prodiges par lesquels il avait séduit ceux qui avaient pris la marque de la bête et adoré son image. » Vous voyez que ceux qui auront pris la marque seront séduits par de grands prodiges, les signes et les miracles que le faux prophète et la bête feront devant tous. Il faut se méfier des signes, des prodiges et des miracles ; il faut demander le discernement au Seigneur dans ces derniers temps. Il y aura une telle séduction que, sous couvert même de Christ et de l’évangile, de grands miracles seront faits qui seront séduisants, pour attirer les gens dans la grande prostituée. Demandons au Seigneur le discernement. « Et ils furent tous les deux jetés vivants dans l’étang ardent de feu et de soufre ». Vivants, je le prends au sens littéral c’est-à-dire vivants ; ils seront pris dans leur corps physique et jetés dans l’étang de feu et de soufre. « Les autres ( tous ceux qui l’avaient suivi ) furent tués par l’épée qui sortait de la bouche de celui qui était assis sur le cheval ; et tous les oiseaux se rassasièrent de leur chair. » C’est la bataille d’Armaguédon. Ensuite au verset 1 du chapitre 20, tout de suite après :« Je vis descendre du ciel un ange qui avait la clé de l’abîme et une grande chaîne dans sa main. Il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il le lia pour mille ans. Il le jeta dans l’abîme, ferma et scella l’entrée au-dessus de lui afin qu’il ne séduisit plus les nations, jusqu’à ce que les mille ans fussent accomplis. Après cela, il faut qu’il soit délié pour un peu de temps. » Satan va être enchaîné avec tous ses démons ; et tous ceux qui travaillent avec lui dans le ciel de Satan seront enchaînés pendant mille ans, pendant le règne de Christ sur la terre, le millénium. Cela veut dire que tous les hommes qui naîtront et vivront sur la terre à ce moment là ne seront pas soumis à cette pression spirituelle, à cette tentation que nous connaissons maintenant de la part de Satan et de ses démons ; mais ils auront toujours une nature pécheresse. Il ne faut pas croire qu’ils vont naître différents de nous ; ils vont naître avec leur nature de péché, mais ils n’auront pas à subir les assauts de Satan et de ses démons. Il y a un avantage et un inconvénient à cela : l’avantage, c’est quand même agréable de ne pas être attaqué par Satan et ses démons en permanence ; mais l’inconvénient c’est qu’ils ne pourront pas (c’est fini ) participer à cette formation du caractère chrétien qui vient dans l’épreuve et qui est annoncé par Jésus pour Son Epouse. L’Epouse doit former son caractère au travers des épreuves et des tribulations,(pas la grande tribulation puisqu’elle va être épargnée). Mais il est dit constamment dans l’enseignement de Jésus et des apôtres que nous devons passer par la souffrance, par le rejet, la persécution. Comme le Maître, on l’a vu, a été traité, vous serez traités de la même manière ; vous serez rejetés, vous serez persécutés, vous serez incompris. Et ceci forme le caractère chrétien ; et Satan souffle évidemment de tout son poids pour mettre sur nous épreuves sur épreuves ; mais aucune ne nous arrive sans la permission de Dieu, pour un seul but, pour former en nous le caractère de Jésus, pour devenir l’Epouse. Quand on le voit sous cet angle, on peut dire : « Merci Seigneur ! Donne-moi toujours le bon état d’esprit pour prendre l’épreuve comme tu veux que je la prenne, sans murmure, sans rébellion. Si je murmure et que je me rebelle, je ne ferai pas partie de l’Epouse ; ou si je reste dans la rébellion, le murmure, car il nous arrive à tous de murmurer à certains moments ou de nous rebeller, mais le Seigneur veut enlever tout ça de nos cœurs. Il veut une Epouse sans ride ni tâche et pour cela il permet les épreuves, quelquefois très dures, pour que nous puissions être purifiés dans le feu de l’épreuve. Ils ne connaîtront pas cela ; si vous voulez, leur caractère de péché qui est en eux ne va pas pouvoir sortir sous la pression de l’épreuve ; il va rester caché, ils ne le verront pas comme nous on le voit. On le voit après les mille ans, quand Satan est relâché. Il trouve le moyen encore de séduire toute la terre à ce moment là. Après mille ans de règne de Christ, il y aura encore la grande bataille de Gog et Magog. L’antichrist va prendre le pouvoir assez brutalement après l’enlèvement de l’Eglise ; il va utiliser tous les moyens modernes, informatiques, techniques, occultes, magiques, la sorcellerie etc., pour contrôler le monde entier. Dans un premier temps, il va faire le tri pour éliminer les chrétiens, et ensuite son but sera d’attirer la terre entière pour avoir la marque de la bête. J’en connais déjà 144 000 qui ne l’auront pas puisqu’ils auront la marque de Dieu : ce sont les 144 000 juifs. Eux ne recevront pas la marque de la bête. Je pense qu’eux passeront au travers de la grande tribulation sans être martyrs ; il y aura déjà ceux là. Peut-être qu’il y aura un certain nombre de gens qui, pourchassés par la bête dans des lieux reculés de la terre, auront réussi peut-être à se cacher et à ne pas porter la marque de la bête parce qu’ils n’auront pas pu être pris. Je ne sais pas trop comment cela va se passer, mais je sais une chose, c’est que ceux qui accepteront la marque seront perdus. Combien de gens resteront après la bataille d’Armaguédon ? Je n’en sais rien. Nous savons que le sang montera jusqu’aux mors des chevaux, cela veut dire que ça sera un massacre épouvantable ; mais Dieu va repeupler la terre. Rappelez-vous, que les juifs étaient 70 en allant en Egypte, 450 ans après ils étaient

3 500 000. Imaginez ce que peuvent faire 144 000 personnes après 1 000 ans ! Ecoutez maintenant au verset 4 ! C’est intéressant ce chapitre 20 parce qu’il nous montre la résurrection des martyrs et des saints de l’ancien testament. Les saints de l’ancien testament sont ceux qui doivent attendre que le temple soit ouvert jusqu’à la fin. Ici on voit au verset 4 : « Je vis des trônes et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger ; et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la Parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. Ils revinrent à la vie (donc ils ressuscitent, ils ne restent pas sous leur forme spirituelle) et ils régnèrent avec Christ pendant 1000 ans ». Jean vit trois catégories de personnes devant le trône :-Il y a les âmes de ceux qui ont été décapités à cause du témoignage de Jésus. Il ne s’agit pas là des martyrs de la grande tribulation ; ce sont ceux qui, depuis la Pentecôte jusqu’à l’enlèvement de l’Eglise, ont été persécutés, martyrisés, mis à mort pour le témoignage de Jésus. Il y en a des millions et des millions, ne serait-ce que par l’inquisition, ceux qui ont été persécutés en Russie, en Chine, partout en Afrique. Ce sont ceux qui ont été décapités et persécutés à cause du témoignage de Jésus.-Il y a une autre catégorie, ceux qui ont été mis à mort à cause de la Parole de Dieu : Ce sont les martyrs de l’ancien testament. Tous les martyrs qui n’ont pas pu être décapités à cause du témoignage de Jésus, mais à cause de la Parole de Dieu qu’ils connaissaient. Ce sont les martyrs depuis Abel, le premier martyr, en passant par Zacharie qui a été mis à mort entre l’autel et le portique. Donc tous ces martyrs de l’ancien testament ressuscitent, reviennent à la vie et vont rejoindre les martyrs de la grande tribulation qui n’ont pas adoré la bête et qui n’ont pas reçu la marque. Ils reviennent tous à la vie, mais pas en même temps. On a vu tout à l’heure que ceux qui n’ont pas adoré l’image de la bête reviennent à la vie au moment de la moisson, à la fin de la période de trois ans et demi. Les autres reviennent à la vie à la fin de la période de sept ans. Les autres morts ne ressuscitent pas ; ils ressusciteront après les mille ans. Ceux qui sont admis à participer au règne de 1000 ans, vous voyez, c’est une catégorie bien particulière : C’est l’Epouse de Jésus qui règne avec Lui sur son trône, ce sont les martyrs de la tribulation, et ce sont tous les martyrs depuis Adam jusqu’à l’enlèvement de l’Eglise et ce sont tous les saints de l’ancien testament. Tous ceux là ont ressuscité à des moments bien différents : les uns au début de la grande tribulation, à l’enlèvement, les autres au milieu, les autres à la fin. En tout cas ils sont tous ressuscités à ce moment-là et ils participent tous aux noces de l’Agneau qui se déroulent à ce moment-là : les uns comme Epouse, les autres comme amis de l’Epoux, et ils régneront ceux là avec Christ pendant les 1000 ans sur la terre. Les autres morts ne revinrent pas à la vie jusqu’à ce que les 1000 ans soient accomplis. C’est la première résurrection ! « Heureux et saints ceux qui ont à la première résurrection, la seconde mort n’a pas de pouvoir sur eux » . La seconde mort, c’est le lac de feu. Eux sont certains qu’ils ne participeront jamais à la seconde mort, c’est-à-dire le lac de feu. Alors que pour les autres morts, après les 1000 ans, il y aura encore un tri qui va se faire et une partie d’entre eux sera jetée dans l’étang de feu ; il y en a encore là-dedans qui vont passer par le salut et par la perdition.

Regardez ce qui est dit un peu plus loin ! « Ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ et ils régneront avec Lui pendant 1000 ans ; quand les 1000 ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison, il sortira pour séduire les nations qui seront aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, pour les rassembler pour la guerre. Leur nombre est comme le sable de la mer » . Vous rendez-vous compte ? Des armées innombrables qui vont encore faire la guerre au Seigneur. « Ils montèrent à la surface de la terre, ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée (Jérusalem). Mais un feu venant de Dieu descendit du ciel et les dévora, et le diable qui les séduisait fut jeté dans l’étang de feu et de soufre. » Il fallait que Satan soit tenu en réserve pour encore une fois séduire la terre à la fin des 1000 ans, pour un dernier jugement « et ils seront tourmentés jour et nuit aux siècles des siècles. Puis je vis un grand trône blanc, (ça c’est le grand jugement final de tous les temps.) et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s’enfuirent devant sa face. (L’univers entier disparaît, tel qu’on le connaît maintenant.) Il ne fut plus trouvé de place pour eux. Et je vis les morts, les grands et les petits qui se tenaient devant Dieu .(à sa droite les brebis, à sa gauche les boucs.) » Je crois que c’est là que Dieu va faire ressusciter les sauvés qui ne font pas partie de l’Eglise. Il y a des sauvés qui ne font pas partie de l’Eglise, c’est évident : Il y a déjà tous les sauvés de l’ancien testament, il y a les sauvés de tous les temps, de tous les pays, qui vont participer à ce jugement du grand trône blanc. « Des livres furent ouverts et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie, et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d’après ce qui est écrit dans ces livres. » Quand il est dit : « Tu ne perdras pas ta récompense pour un seul verre d’eau que tu as donné à un de ces petits qui me servent », cela veut dire qu’il y a un tri. Tous ne sont pas mis en enfer ; il y a, à nouveau, un tri qui se fait. « La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux. » Le séjour des morts, c’est l’endroit où sont en attente tous ceux qui sont morts et qui attendent cette résurrection finale, qui n’ont pas été admis dans le règne des 1000 ans de Jésus sur la terre, ou à plus forte raison aux noces de l’Agneau. « Chacun fut jugé selon ses œuvres. » Ils vont être jugés selon leurs œuvres. Ce sont ceux dont il est parlé dans Matthieu 25:31 : « Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire avec tous ses anges, il s’assiéra sur le trône de sa gloire (le grand trône blanc). Toutes les nations seront assemblées devant lui ; il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs et il mettra les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche. » Voilà le jugement du grand trône blanc : les uns à droite, les autres à gauche. Il n’est pas question de l’Eglise là. Il est dit à ceux qui sont à sa droite : « Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ! Prenez possession du Royaume qui a été préparé dès la fondation du monde pour vous ! Car j’ai eu faim et vous m’avez donné à manger (les œuvres : ils sont jugés selon leurs œuvres), j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire, j’étais étranger et vous m’avez recueilli, j’étais nu et vous m’avez vêtu……, et les justes répondront, mais Seigneur, quand ?… » Ce n’est pas par la foi en Jésus qu’ils sont sauvés, c’est par leurs œuvres justes, mais en vertu du sacrifice de Jésus toujours. Ils ne le savaient pas ; et ils le disent, quand est-ce qu’on t’a vu ? Et le Roi leur répondra : « Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. » Ce sont des hommes et des femmes justes qui ont accompli des actions de justice envers ces petits frères de Jésus et qui sont récompensés à ce moment-là, après les 1000 ans. « Et il dira à ceux qui sont à sa gauche : Retirez-vous de moi, maudits. » Eux n’ont pas pratiqué ces œuvres. Ils ont refusé de visiter les malades, de visiter l’étranger, le prisonnier, de donner à manger à ceux qui avaient faim, à boire à ceux qui avaient soif. Ceux-ci iront au châtiment éternel et les justes à la vie éternelle. Est-ce que vous voyez que ces passages tels que nous venons de les lire s’éclairent mieux ? C’est peut-être un peu dur à avaler ce que je viens de dire pour beaucoup de chrétiens évangéliques, parce qu’on enseigne tellement qu’il n’y a pas de salut en dehors de la foi en Jésus, qu’on oublie qu’au ciel, il y a plusieurs catégories de sauvés : Il y a ceux qui font partie de l’Epouse, ceux qui font partie des amis de l’Epoux, et les sauvés proprement dit. Tous les saints de l’ancien testament sont sauvés mais ils ne sont pas sauvés par leur foi en Jésus-Christ ; ils sont sauvés parce qu’ils étaient saints et justes et qu’ils suivaient la lumière qu’ils avaient reçue à ce moment là, soit avant la loi, soit après la loi. On ne peut pas dire qu’ils ont été sauvés par la foi en Jésus ; ils ont été sauvés parce qu’ils étaient des hommes et des femmes justes, mais ils n’appartiennent pas à l’Eglise. « La mort et le séjour des morts furent jetés dans l’étang de feu, c’est la seconde mort ; quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu. » Cela veut dire que ceux qui ont été trouvé écrit seront admis dans le salut. Comme on le verra dans les chapitres 21 et 22, ceux qui sont admis dans le salut, sont à des positions différentes dans le ciel. Dans le ciel, vous avez les nouveaux cieux, la nouvelle terre et la nouvelle Jérusalem ; dans la nouvelle Jérusalem, sera seule admise l’Epouse. De même, que le temple était divisé en lieu très saint, en lieu saint et le parvis extérieur, vous avez le lieu très saint qui est la nouvelle Jérusalem, le lieu saint où seront admis tous les amis de l’Epoux et ceux qui se sont sanctifiés dans les autres dispensations, et vous avez la nouvelle terre, le parvis extérieur où seront les autres sauvés. Vous voyez l’importance qu’il y a à faire partie de l’Epouse ? On peut le voir dans le chapitre 21 : « Puis je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre. » Tout va être transformé ; ce n’est plus du tout la terre qu’on connaît ; elle aura des dimensions beaucoup plus grandes, ce sera une terre énorme. « Le premier ciel et la première terre avaient disparu et la mer n’était plus. Et moi Jean, je vis descendre du ciel d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem préparée comme une épouse. » La nouvelle Jérusalem est le lieu où l’Epouse va résider. Les autres, les nations qui vivront en dehors de cette relation-là, n’y entreront pas ; elles apporteront leurs offrandes à la porte. « Et j’entendis du ciel une forte voix qui disait, voici le tabernacle de Dieu avec les hommes » . Le tabernacle ne vous rappelle t-il rien ? Le lieu très saint. « Et je vis descendre du ciel d’auprès de Dieu, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s’est parée pour son époux » . C’est elle ! A la fois sous un sens spirituel, c’est-à-dire la nouvelle Jérusalem est l’Epouse et c’est le lieu très saint de l’habitation de l’Epouse avec l’Epoux pour l’éternité. « Il habitera avec eux et ils seront son peuple et il sera leur Dieu. » Donc le peuple du Seigneur sera composé de tous les sauvés à ce moment là. « Il essuiera toutes larmes de leurs yeux. » Que ce soit sur la nouvelle terre, les nouveaux cieux ou la Jérusalem, il n’y aura plus ni pleurs, ni cris, ni douleurs, ni mort ; tout cela sera fini. « Et celui qui était assis sur le trône dit : voici je fais toutes choses nouvelles » . Au verset 7 : « Celui qui vaincra, héritera de ces choses ; je serai son Dieu et il sera mon fils . Et les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu, de soufre, ce qui est la seconde mort. » Tous ceux qui ne se sont pas repentis bien sûr.

« Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes remplies des sept derniers fléaux, vint ; il m’adressa la parole en disant : viens, je te montrerai l’épouse, la femme de l’agneau. » Et quand il lui montre l’Epouse, il lui montre la nouvelle Jérusalem. « Il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne ; il me montra la grande ville, la sainte Jérusalem qui descendait du ciel d’auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu » . Et il décrit la muraille, les portes, etc. Il y aurait toute une étude à faire sur les pierres précieuses, les portes, etc. ; on ne va pas la faire, mais ce qu’il faut voir, c’est qu’elle représente la sainteté parfaite de Dieu, le lieu très saint du tabernacle céleste où Dieu habite en permanence avec les hommes, le lieu très saint du temple de Jérusalem où Dieu venait, entre les chérubins, pour parler une fois par an au grand prêtre. Là, l’Epouse sera en présence du Seigneur pour l’éternité dans le lieu très saint de la Jérusalem céleste. Au verset 22 : « Je ne vis point de temple dans la ville car le Seigneur tout puissant est son temple ainsi que l’agneau . La ville n’a besoin ni de soleil, ni de la lune pour l’éclairer car la gloire de Dieu l’éclaire et l’agneau est son flambeau ; les nations qui auront été sauvées, marcheront à sa lumière » . Cette Jérusalem qui va descendre du nouveau ciel pour se poser sur la nouvelle terre, va éclairer la terre entière où il y aura encore des nations, qui elles, ne vont pas vivre dans la Jérusalem céleste, mais seront sur la nouvelle terre : les nations sauvées. « Ses portes ne se fermeront point le jour, car là il n’y aura point de nuit. On y apportera la gloire et l’honneur des nations. Il n’entrera chez elle rien de souillé… . Il n’entrera que ceux qui sont dans le livre de vie de l’agneau.» Il y a des livres : Le livre de vie, le livre de vie de l’Agneau, d’autres livres furent ouverts. Le livre de vie de l’Agneau, c’est le livre de l’Epouse qui appartient à l’Agneau. Au chapitre 22 : « Il me montra un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu. » Quand je lis cela, je dis : « Seigneur, j’ai un désir ardent de faire partie de Ton Épouse ! » C’est un appel à la sanctification ; c’est un appel à rejeter le péché sous toutes ses formes ; c’est un appel à l’obéissance. Est-ce qu’on ne veut pas faire partie de l’Epouse ? Je ne veux pas me contenter d’être sur la nouvelle terre ! Je veux être dans la Jérusalem céleste avec l’Epoux ! « Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois. » Ce ne sont pas les mêmes mois que maintenant puisqu’il n’y aura plus le même ciel, le même soleil, la même lune. Cela veut dire simplement, qu’il y a un arbre de vie qui produit en permanence des fruits chaque mois. Vous savez ce que c’est que le fruit de l’Esprit ? L’amour, la joie, la paix… C’est la réalisation du caractère de Christ dans ma vie. Là, c’est comme si ceux qui étaient dans cette Jérusalem céleste allaient produire régulièrement une récolte de fruits jusque dans l’éternité. Et je crois que dans le ciel et dans la nouvelle Jérusalem, on va continuer à apprendre des choses, à ouvrir notre intelligence aux profondeurs et aux merveilles de Christ et pour l’éternité, à produire de nouveaux fruits régulièrement pour la gloire du Seigneur. Ça ne va jamais s’arrêter, il n’y a pas d’ennui là-haut ; on ne s’ennuie pas. Il dit : « …rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations (les nations qui sont sur la nouvelle terre) ». Je ne crois pas qu’il s’agit de maladies comme on les connaît maintenant ; cet arbre de vie produira des feuilles qui donneront force et santé spirituelle aux nations de la nouvelle terre. « Il n’y aura plus d’anathème ; le trône de Dieu et de l’agneau sera dans la ville, ses serviteurs le serviront et verront sa face. » Je crois que c’est ça le privilège de l’Epouse, voir la face du Seigneur. Tous ne la verront pas comme l’Epouse la verra. Je ne crois pas que, encore une fois, Dieu a des chouchous ; la porte de l’entrée dans le corps de l’Epouse est aujourd’hui ouverte, tout le monde peut y entrer. Dieu ne va pas décider que certains vont faire partie de l’Epouse, et dans un espèce de caprice, dire que les autres n’en font pas partie. C’est le temps de la grâce, c’est le temps de l’Epouse ; et Dieu veut que tous les chrétiens fassent partie de l’Epouse. Donc, ceux qui n’auront pas cette entrée dans le corps de l’Epouse, ce sont ceux qui auront refusé de se préparer pour l’Epoux ; et quand on aime le Seigneur, on doit faire de cette préparation la priorité de sa vie ; qu’Il revienne ce soir ou qu’Il revienne dans deux ans ou dans dix ans, (je ne crois pas que ce soit dans dix ans pour ma part), mais qu’Il revienne tôt ou tard, on doit être prêt à partir avec Lui. Comme je vous le disais précédemment, le vainqueur, ce n’est pas celui qui est parfait en tout. C’est celui qui a consacré sa vie entièrement au Seigneur ; il veut Lui obéir d’un cœur rempli d’amour et d’un cœur rempli du désir d’être consacré entièrement à son service ; il accepte donc la discipline du Seigneur et l’obéissance en tous points, avec des faiblesses et des chutes, mais qui ne sont pas volontaires, qui sont le fait de la nature humaine faible ; mais on bénéficie de la grâce de Dieu et de la repentance que le Seigneur donne, on court vers le but, les yeux fixés sur Jésus. Fin du verset 5 : « Ils régneront aux siècles des siècles. » Tout à l’heure il parlait de ceux qui régneront avec Christ sur la terre pendant 1000 ans ; ce ne sont pas les mêmes que ceux-là ; ceux-ci sont ceux qui régneront aux siècles des siècles avec Jésus dans la nouvelle Jérusalem. Ce n’est plus le millénium ; pendant le millénium, vont participer tous les martyrs, les saints de l’ancien testament etc., qui vont ressusciter à ce moment-là aussi ; mais dans le règne des siècles des siècles, c’est l’Epouse qui participera avec Lui. Verset 6 : « Ces paroles sont certaines et véritables, et le Seigneur, le Dieu des saints prophètes, a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt.– Et voici, je viens bientôt !– Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie. » ( qui les garde dans son cœur pour les mettre en pratique.) Au verset 10, Jésus lui dit : « Ne scelle pas les paroles de la prophétie de ce livre car le temps est proche. Que celui qui est injuste ou pécheur soit encore injuste, que celui qui est souillé se souille encore, que le juste pratique encore la justice et que celui qui est saint se sanctifie encore. » C’est ce qui se passe dans ces derniers temps où il va y avoir une différence de plus en plus grande entre ceux qui ont décidé de se sanctifier pour le Seigneur et qui vont se sanctifier de plus en plus, et ceux qui vont aller vers la grande prostituée, qui vont se souiller de plus en plus ; et le temps du règne de l’antichrist sur la terre sera un temps d’idolâtrie abominable et de toutes sortes de pratiques abominables qu’on n’aura jamais vues sur la terre auparavant. Au verset 12 : « Voici, je viens bientôt et ma rétribution est avec moi pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre . Je suis l’Alpha et l’Oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. Heureux ceux qui observent ses commandements afin d’avoir droit à l’arbre de vie et d’entrer par les portes dans la ville ! » L’Epouse est celle qui observe les commandements de Jésus, l’Epouse est celle qui observe le premier des commandements qui est : « Aime ton Dieu de tout ton cœur » , et de celui qui est semblable et qui est : « Aime ton prochain comme toi-même. Là sont toute la Loi et les Prophètes. » Au verset 17 : « L’Esprit et l’Epouse disent, viens ! Que celui qui entend dise, viens ! Que celui qui a soif vienne, que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie gratuitement. » Moi je vois là, dans cette phrase, un appel ardent du Seigneur Jésus à tous ceux qui sont nés de nouveau, qui font actuellement partie de l’église de Jésus sur la terre, qui n’a pas encore été enlevée ; je vois un appel du Seigneur Jésus à dire : « Viens ! Je veux que tu fasses partie de mon Épouse ! est-ce que tu as soif ? est-ce que tu veux te sanctifier ? » « Sans la sanctification nul ne verra le Seigneur. » ; Il n’est pas dit sans la sanctification nul ne sera sauvé, mais nul ne verra le Seigneur. L’église qui n’était pas prête, ne s’est pas sanctifiée, elle est restée, elle va payer le prix, cher ! Elle ne sera jamais dans la nouvelle Jérusalem. « Que celui qui veut… » , celui qui se convertit aujourd’hui, quelle que soit la vie qu’il a eue dans son passé, s’il accepte le Salut par le sang de Jésus, aujourd’hui il entre dans le Corps de Christ ; aujourd’hui il entre dans l’Epouse de Jésus s’il accepte de se sanctifier à partir de ce jour, c’est-à-dire( à la mesure de la lumière qu’il reçoit jour après jour,) de décider de tout son cœur d’obéir au Seigneur, de décider de suivre Jésus sans retourner en arrière ; dès le jour de la Pentecôte, ils étaient baptisés d’eau, baptisés du Saint-Esprit et ils persévérèrent dans la prière, dans l’enseignement, dans la communion fraternelle, dans le partage du pain et du vin. Ils faisaient déjà partie de l’Epouse. Quelle que soit ta vie, si tu viens à Jésus aujourd’hui, tu peux faire partie de l’Epouse et y rester jusqu’à ce que Jésus revienne. Si tu as soif et si tu le veux. C’est marqué : Que celui qui entend, que celui qui a soif, que celui qui veut. « Que celui qui veut …» : Vous voyez que ceux qui seront laissés derrière seront ceux qui n’auront pas voulu ! C’est triste ! Le cœur du Seigneur est serré ! Il a donné Sa vie et Son Sang pour que tous ceux qui ont accepté Sa Nouvelle Alliance fassent partie de l’Epouse. Quand on voit les demeures merveilleuses qu’Il a préparées dans la nouvelle Jérusalem, les choses extraordinaires qu’Il a préparées dans le lieu très saint de Son Temple Céleste, et qu’Il voit que beaucoup, beaucoup vont négliger ce message et refuser de se préparer ! Verset 18 :« Je le déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre, si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre ; si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte et des choses qui sont écrites dans ce livre » . Alors la question qui se pose est la suivante, et je la pose à tous ceux qui m’écoutent : Est-ce que tu veux faire partie de l’Epouse ou est-ce que tu veux faire partie de la prostituée ? Si je la pose comme ça, ça a l’air simple ; on a tendance à dire : « Mais bien sûr que je veux faire partie de l’Epouse et que je ne veux pas faire partie de la prostituée ! » Mais si tu dis : « oui, je veux faire partie de l’Epouse ! » ça va impliquer une action profonde du Seigneur dans toute ta vie qu’il va falloir que tu laisses faire, pour te sanctifier et te préparer ; ça va mettre en œuvre l’action du Saint-Esprit dans tous les aspects de ta vie ; si tu résistes au Seigneur, si le Seigneur est en train de te montrer quelque chose que tu es en train de faire et qui déplaît au Seigneur, c’est une désobéissance ; Il te l’a montré pourtant tu y restes, tu es en danger de mort dans ce cas-là. Tu es en danger de mort ! Je te le dis ; si le Seigneur t’a montré quelque chose et que tu résistes en disant : « Mais non, après tout ce n’est pas si grave ! Ou bien, il y a un tel qui le fait et pourtant il est béni, il a des dons spirituels, il parle en langue, il prophétise, et pourtant tu as vu Seigneur il fait ça, donc on peut. « Non ! Si tu fais ça, tu es en danger de mort. Tu dois accepter si tu veux faire partie de l’Epouse, un travail de purification en profondeur qui va dépasser tout ce que tu peux imaginer ; mais alléluia ! Parce que c’est fait par Le Bon Berger qui a un doigté d’amour merveilleux, qui est là pour nous faire du bien, qui est là pour nous aider à crucifier complètement cette chair, à nous faire marcher dans l’obéissance et à nous remplir de Son Esprit. Si tu dis : « Seigneur, oui, mais moi dans le fond, il ne me manque pas grand chose ! J’ai fait tout ce qu’il faut Seigneur ! Je ne supporte pas les méchants ! Mais moi je suis bien ! » Alors là, tu es en grand danger d’être déjà un pied dans la prostituée. Tu sais ce qu’elle dit Laodicée ? On peut le voir au début de l’Apocalypse chapitre 3 verset 14, l’église de Laodicée est la septième, c’est-à-dire la dernière église qui précède juste la manifestation de l’antichrist et qui sera l’église du temps de l’enlèvement : « Je connais tes œuvres, dit Jésus, Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant, puisses-tu être froid ou bouillant !… Parce que tu dis, je suis riche et je n’ai besoin de rien… » « Je suis riche ! Je n’ai besoin de rien ! Nous, on est bien, on est les meilleures des églises évangéliques ! Nous on a tous les dons spirituels ! Nous, on est puissant dans l’évangélisation ! Nous, on est formidable dans la louange ! Nous, on est passé de quinze à deux cents en deux ans ! Qu’est-ce qu’on est riche, formidable ! » Mais le Saint-Esprit qui scrute avec son scanner, aux rayons x, au plus profond du cœur, qui voit l’état de ton cœur, crois-tu qu’Il va regarder à cela ? Il va regarder si tu paies bien tes impôts, Il va regarder si ta femme est vraiment ta femme, Il va regarder si tu obéis à la Parole en tout et de bon cœur ; Il ne regarde pas à l’apparence le Seigneur, Il regarde au cœur. Est-ce qu’il n’y a pas un cri du fond de votre cœur qui monte en disant : « Seigneur, je veux faire partie de ton Épouse, purifie-moi, sanctifie-moi et remplis-moi ! » L’Epouse qu’Il va enlever va être glorieuse, glorieuse, remplie du Saint Esprit. Le monde qui est à l’extérieur va se repaître de grandes conventions soi-disant évangéliques où il y aura peut-être des miracles et des prodiges, mais où le travail profond du Saint-Esprit dans les cœurs ne va pas forcément se faire ; le travail profond dans les cœurs va se faire entre toi et Dieu, dans ta chambre, il va se faire dans l’Eglise de Jésus, dans des groupes comme celui-là, il va se faire dans la communion entre frères et sœurs, il va se faire dans les familles, dans la réconciliation des couples, des enfants et des parents, il va se faire à ce niveau-là parce que c’est là que Jésus t’attend ; c’est là que l’Epouse se prépare ; et l’Epouse fidèle ne va pas être forcément celle qui est sur l’estrade, sous les feux de la rampe, ce sera celle qui va faire exactement ce que son Seigneur lui demande : « Entre, bon et fidèle serviteur dans la joie de ton maître ! » Je t’ai demandé simplement de distribuer quelques traités, les mettre dans la boîte aux lettres, c’est cela que je t’ai demandé aujourd’hui ; l’as-tu fais ? Oui ? Eh bien c’est merveilleux, Jésus est content de toi. Je t’ai demandé de parler à cette personne là qui est à côté de toi ; l’as-tu fait ? Tu es bon et fidèle serviteur ! Je ne te demandais pas d’aller faire une grande réunion d’évangélisation devant cent cinquante personnes sur la place centrale d’une grande ville ! Je ne te demandais pas cela ! Tu l’as fait, tu étais dans la désobéissance parce que ce n’était pas ce que je te demandais ; je te demandais de parler à ton voisin de palier que tu rencontres tous les jours et qui n’a pas encore entendu parler de Jésus. Si tu veux faire partie de l’Epouse, tu fais bien ! Garde ce désir dans ton cœur et mets tous tes efforts à t’approcher du Seigneur pour qu’Il te sanctifie ; Il va te remplir de Son Esprit et tu vas te préparer à l’enlèvement. Quand la trompette sonnera, l’Epouse seule partira. Jésus ne va pas enlever une Epouse souillée ; Il ne va pas enlever une Epouse sale, une Epouse qui vit dans le compromis, dans le mensonge, dans l’adultère, dans la fornication, dans les excès de table et les choses semblables, dans l’attachement à l’argent, aux biens terrestres, dans l’attachement aux choses de cette terre, aux choses des hommes ; l’Epouse s’est détachée de tout ça ; Elle a les yeux sur son Seigneur, Elle obéit au sermon sur la montagne parce que c’est là que le Seigneur attend Son Epouse. Dans Matthieu 5:20 « Je vous le dis, si votre justice (la justice des saints, le fin lin) ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux. Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens : Tu ne tueras pas ; celui qui tuera, mérite d’être puni par les juges ; mais moi, (écoutez bien ! écoute Epouse !) je vous dis que quiconque se met en colère contre son frère, mérite d’être puni par les juges ; que celui qui dit à son frère : Raca ! (ça veut dire vaurien, simplement ça) mérite d’être puni par le sanhédrin et que celui qui dira à son frère : insensé ! (ce qui veut dire fou, idiot) mérite d’être puni par le feu de l’enfer. » C’est ça qui attend la prostituée ! La prostituée va passer là-dessus, elle va dire non, non, quand même ! L’Epouse va recevoir cela en disant : « Seigneur, enlève la colère de mon cœur ! Enlève tout sentiment de colère Seigneur ! Je n’en veux plus, Je me repens sur la cendre Seigneur ! Je mérite la géhenne quand je me mets en colère contre ma femme, mon mari ou mon frère ou ma sœur. » Je ne parle pas de la Sainte Colère de Dieu, mais la colère de la chair. « Si tu te présentes à l’autel et que tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, (parce que tu t’es mis méchamment en colère contre lui), laisse là ton offrande et va te réconcilier, et puis reviens devant l’autel.» Au verset 27 : « Tu ne commettras pas d’adultère ! » Et pour l’adultère c’est pareil : « Je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis l’adultère dans son cœur.» Vous voyez le travail de préparation de l’Epouse ! Dans mon cœur Seigneur, enlève tout regard, toute pensée adultère ! Je n’en veux plus ! Quand elle se présente Seigneur, je résiste vigoureusement. Au verset 31 : « Celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce. Mais moi, (ça fait partie de la préparation de l’Epouse) je vous dis que celui qui répudie sa femme sauf pour cause d’infidélité, l’expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme divorcée commet un adultère. » Il y aurait tellement de choses à dire là-dessus ; l’esprit de Babylone est déjà entré dans l’église si on permet divorce, remariage, etc. ; c’est déjà entré. « Vous avez appris qu’il est dit : tu ne te parjureras pas, mais tu t’acquitteras envers le Seigneur de ce que tu as déclaré par serment ! Mais moi je vous dis de ne jurer aucunement, ni par le ciel, parce que c’est le trône de Dieu ; ni par la terre, parce que c’est son marchepied ; ni par Jérusalem, parce que c’est la ville du grand Roi. Ne jure pas non plus par ta tête…. Que votre parole soit oui, oui, non, non…. » Cela veut dire que tu es un homme de parole, une femme de parole, tu n’as pas besoin de jurer ; tu le dis, tu n’as qu’une parole ; si tu jures, c’est du malin ! « Vous avez appris qu’il est dit : Œil pour œil, dent pour dent ! Mais moi, je vous dis, ne résiste pas au méchant ! Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente lui aussi l’autre ! Si quelqu’un veut plaider contre toi et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau ! Si quelqu’un te force à faire un mille, fais-en deux avec lui ! Donne à celui qui te demande, et ne te détourne pas de celui qui veut emprunter de toi ! » Cela veut dire que si tu tiens à tes biens, à tes richesses, Dieu t’enverra des gens pour te les demander et tu vas apprendre à les lâcher ; mais si tu es détaché de tes biens, de tes richesses, Dieu te montrera à qui tu dois donner et à qui tu ne dois pas donner. Au verset 43 : « Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi ! » C’est ce qu’on te disait avant ; mais Epouse, Jésus te dit : « Aimez vos ennemis ! Bénissez ceux qui vous maudissent ! Faites du bien à ceux qui vous haïssent ! Priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux. » Verset 48 : « Soyez donc parfaits comme votre Père céleste est  parfait ! » En tant qu’Epouse de Jésus on devrait méditer souvent le sermon sur la montagne, tous ces chapitres du sermon sur la montagne, parce que c’est l’esprit de l’Epouse. Quand dans Apocalypse au dernier chapitre il est dit : « L’Esprit et l’Epouse disent, viens Seigneur ! » C’est une Epouse qui aura accepté cela pleinement dans sa vie, qui l’aura vécu. Savez-vous que le Saint-Esprit est comparé à une colombe ? Et savez-vous que dans le Cantique des Cantiques, le Bien-aimé dit à sa Bien- Aimée :« Viens, ma colombe ! »? L’Epouse est appelée aussi colombe. La colombe du Saint-Esprit est venue sur elle et l’a pénétrée, et l’Epouse est appelée : « Ma Colombe.  » Elle est remplie du Saint Esprit. « Ma Colombe ! » Si on supprime toute racine d’amertume dans nos vies, nous allons vraiment devenir la Colombe du Saint Esprit, l’Epouse du Seigneur. Si on supprime toute amertume, le mécontentement, le murmure, on n’est pas content de son sort, on n’est pas content d’un tel, on n’est pas content de ci, de ça, le fiel amer ; Jésus va enlever tout ça ! Tu vas être belle, Epouse du Seigneur ! Tu es déjà belle aux yeux du Seigneur, mais tu vas être magnifique, splendide et tu vas aller à la rencontre de ton Epoux dans les cieux. « Celui qui atteste ces choses dit : Oui, je viens bientôt ! Amen ! Viens Seigneur Jésus ! » Et c’est merveilleux de voir que le dernier verset dit : « Que la grâce de notre Seigneur Jésus soit avec vous tous ! » La grâce, c’est ce qui nous permet de tenir bon jusqu’au bout ; la grâce de Dieu qui va permettre à l’Epouse de se préparer, de tenir bon jusqu’au bout, jusqu’au jour de l’enlèvement. Et l’Epouse dit : « Amen ! » nous savons que cet enlèvement va se produire quand le Seigneur Jésus va revenir chercher son Eglise et nous savons que le retour du Seigneur est très proche parce qu’il nous a laissé des signes. D’abord je vais ouvrir la Bible dans l’évangile de Jean, au chapitre 14, et aux versets 1 à 3. Juste avant d’être crucifié, le seigneur Jésus a donné un dernier message à ses disciples, et il leur a dit ceci : « Que votre cœur ne se trouble pas ! (Autour de nous il y a beaucoup de choses qui se passent et beaucoup de gens sont troublés, mais nous qui sommes enfants de Dieu, nous dit le Seigneur ; que votre cœur ne se trouble pas !) Croyez en Dieu, et croyez en moi. (Cela veut dire restez dans la foi). Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, (voilà, la promesse du Seigneur – je reviendrai) et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi » . Il y a presque 2 000 ans que le Seigneur parlait comme cela. Il est parti, il est monté au ciel, et depuis ce temps-là, il intercède pour nous, mais il est en train de nous préparer une place, des demeures. Des belles demeures que le Seigneur a préparées pour nous ; pourquoi sont-elles belles ? Pas seulement parce qu’il y a de l’or et des pierres précieuses, mais elles sont belles, parce qu’il y a Jésus. Il y a la présence de Dieu, et de Jésus manifestée. Nos yeux le verront, et il veut nous prendre avec lui. Le Seigneur n’a pas créé au départ, l’enfer, pour les hommes, il l’a créé pour Satan, le diable et les démons. Mais il va être obligé d’envoyer en enfer tous ceux qui ne croient pas en Lui, qui le rejettent et qui préfèrent le péché. Le Seigneur va envoyer en enfer tous ceux-là, mais il aurait bien voulu les prendre avec Lui, puisqu’Il est mort pour tous les hommes. Il ne va pas prendre ceux qui ne veulent pas de Lui, mais, ceux qui le veulent, ses disciples qui L’attendent. Le Seigneur dit : « Je vous prendrai avec moi. » Il faut bien savoir dans quelle situation nous devons nous trouver pour pouvoir être pris par le Seigneur. Le Seigneur ne va pas prendre tous ceux qui se disent chrétiens, non, Il ne va pas les prendre. Il ne prendra que ceux qui sont prêts à partir. Quand tu pars pour un voyage, tu te prépares. Tu fais tes bagages, et le jour du départ tu es à l’heure. Ceux qui ne seront pas prêts resteront sur la terre et ce sera terrible pour eux. Dans les Actes des apôtres, au chapitre 1 et aux versets 9 à 11, juste après l’enlèvement du Seigneur Jésus . Le Seigneur est le premier en tout ; Il a été enlevé au ciel et c’est de cette manière-là que nous serons enlevés aussi, quand Il reviendra nous chercher. « Après avoir dit cela, (Il leur a dit avant de commencer à évangéliser, attendez, le Saint-Esprit va venir sur vous pour vous remplir, et après, vous allez partir évangéliser le monde)-Après avoir dit cela (verset 9), Il fut élevé pendant qu’ils le regardaient, (j’aurais bien aimé être là, moi ; on voit Jésus leur parler, tranquillement dans la paix, ils étaient sur la montagne des oliviers et tout d’un coup, ils voient Jésus monter et disparaître dans les nuages) et un nuage le déroba à leurs yeux. (Il est passé dans un nuage et ils ne l’ont plus vu). Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel, (ils étaient tous là, la tête en haut, en train de regarder pour voir s’ils pouvaient encore voir Jésus), voici deux hommes vêtus de blanc leur apparurent, (deux anges leur apparaissent), et dirent : Hommes galiléens, pourquoi vous arrêtez vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, reviendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel. » Donc, Il va revenir et tous ceux qui sont prêts à partir le verront. Il va revenir, une trompette va sonner. Nous allons, si nous sommes prêts, lever les yeux, puisque ceux qui ne sont pas prêts, n’entendront pas la trompette. Nous allons voir là-haut, dans le ciel, Jésus, venant à notre rencontre dans les nuées du ciel, et à ce moment-là, par la puissance de l’Esprit, nous allons tous partir à sa rencontre, après avoir été changés en un clin d’œil. Je vais lire dans 1 Corinthiens, et puis dans 1 Thessaloniciens. Notre corps actuel ne va pas pouvoir monter, mais il va se passer quelque chose qui va changer notre corps actuel, et il va devenir un autre corps physique qui va monter. Ce n’est pas l’esprit qui va monter, c’est le corps, mais un corps changé. Les anges n’ont pas de corps physique, nous, nous en avons un . Ecoutons ce que Paul dit, dans 1 Corinthiens 15:50 « Ce que je dis, frères, c’est que la chair et le sang ne peuvent pas hériter le royaume de Dieu, (notre chair et notre sang actuels ne peuvent pas rentrer comme cela dans le ciel), et que la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité. » Notre corps actuel est soumis à la corruption, cela veut dire qui si Jésus ne revient pas, avant notre mort, nous allons mourir et ce corps là va pourrir dans la terre, il va revenir à la poussière. Mais dans le plan du Seigneur, quand Il a créé l’homme au départ, il l’a créé esprit, âme et corps. Et le corps d’Adam et d’Eve n’était pas souillé par le péché au départ. C’était un corps physique, et s’ils n’avaient pas péché, ils ne seraient jamais morts. Ils seraient toujours restés vivants. Donc, le Seigneur, par sa mort nous a rachetés du péché, Il nous a aussi rachetés de la mort et de la maladie, dans son plan parfait, Il veut supprimer la mort et supprimer la maladie. Cela Il va le faire au moment de la résurrection des morts, et cette résurrection des morts, des morts en Christ, elle va se produire, au moment où Jésus va revenir chercher son Eglise. Alors qu’est-ce qui se passe là ? Je le lis, au verset 51 : « Je vous dis un mystère ; nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, (quand un mort ressuscite, cela ne veut pas dire qu’il ressuscite en esprit seulement, cela veut dire qu’il ressuscite dans son corps, mais, cela devient un corps glorifié, un corps physique, mais un corps glorifié qui ne connaît plus la mort), et nous, nous serons changés. » Vous voyez ce qu’il dit au verset 52, c’est important, d’abord la trompette sonne, et les morts en Christ ressuscitent les premiers et ils ressuscitent dans un corps de chair mais une chair nouvelle qui ne connaît plus la mort, ce n’est pas seulement en esprit, c’est dans un corps de chair nouveau qu’il ressuscite et, à ce moment-là, « nous, nous serons changés. » Nous, c’est-à-dire ceux qui seront vivants au moment où Jésus revient, comme nous avons encore un corps de chair qui est corruptible, il faut que ce corps soit changé, donc nous allons connaître une résurrection vivante. Les morts qui sont morts en Christ, eux, ils vont connaître la résurrection, cela veut dire qu’ils vont sortir des tombeaux avec un nouveau corps. Mais les chrétiens, les vrais chrétiens, ceux qui sont en Christ au moment où Jésus revient, ils vont entendre la trompette et ils ne vont pas mourir, eux, mais ils vont sentir leur corps corruptible être changé instantanément en un corps incorruptible. Et les deux ensemble, ceux qui sont morts et qui viennent juste de ressusciter, et nous les vivants, qui allons être changés par la puissance de Dieu avec un corps nouveau, mais physique, nous allons monter au ciel, ensemble, à la rencontre de Jésus. Dans 1 Thessaloniciens 4 : 13. Cela est vraiment important que tous les chrétiens sachent cela, d’une manière claire et précise, pour être prêts quand le Seigneur reviendra. 1 Thessaloniciens 4, verset 13 : « Nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance au sujet de  ceux qui dorment, (ça veut dire de ceux qui sont morts. Il y avait beaucoup de chrétiens qui ne savaient pas ce qui allait se passer, et Paul leur explique), afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n’ont pas l’espérance. » Un chrétien ne doit pas s’affliger à propos d’un mort chrétien. Bien sûr, il y a la tristesse humaine, quand on perd un parent, un ami, un frère chrétien, la séparation est triste, mais, plus que la tristesse, nous devons nous rappeler que celui qui est mort, s’il est en Christ, il est au paradis avec le Seigneur, et lui, il est dans un bonheur parfait. Donc, il dit : Il ne faut pas que vous soyez dans la tristesse, au sujet de ceux qui sont morts en Christ et pourquoi ? Parce que nous, nous avons une espérance, et cette espérance, c’est celle de la résurrection des morts. « Car si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec Lui ceux qui sont morts. » Il les ramènera où ? De la tombe au ciel. Leur esprit, quand ils sont morts, est sorti de leur corps pour aller au paradis avec Jésus. Le corps est allé dans le tombeau où il a pourri, mais ce corps-là, Jésus l’a racheté par sa mort. Il veut donc le remettre à la vie et, au moment du retour de Jésus, à la dernière trompette, le Seigneur nous dit : ceux qui sont en esprit dans le ciel, vont redescendre avec Jésus pour récupérer leur corps et ce corps qu’ils récupèrent est un corps incorruptible. Dieu va prendre les mêmes éléments qui sont là, mais il va leur donner la vie éternelle, ils ne seront plus soumis à la mort. « Croyons que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts. Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, (pour le retour du Seigneur), nous ne devancerons pas ceux qui sont morts. (Cela veut dire que nous ne serons pas les premiers à être ressuscités). Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, (la dernière trompette), le Seigneur descendra du ciel, (donc la première étape, c’est que Jésus attend le signal de son père, même Jésus ne connaît ni le jour, ni l’heure. Il connaît la période, il connaît peut être le mois, l’année, mais le jour et l’heure, c’est le père qui le sait, seul, et Jésus attend le jour et l’heure que le père va lui indiquer, et à ce moment-là, le père va donner un ordre à un archange qui va sonner la dernière trompette et à ce signal là, c’est Jésus qui descendra, le premier). Le Seigneur descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. » Les faux chrétiens avec une étiquette de chrétien, mais qui passent leur vie à pécher, à mentir, et à voler et à faire toutes sortes de choses, ceux-là ne vont pas ressusciter. Il se peut même qu’ils ne soient pas sauvés. Mais en tous cas, ils ne font pas partie de l’Eglise (l’Epouse) de Jésus-Christ. Mais les vrais chrétiens entendront la dernière trompette, leur esprit est avec Jésus, et au moment où Jésus descendra, il descendra avec eux. Et Jésus leur dit : vous allez être les premiers à récupérer un corps incorruptible. Il va dire à tous les esprits des chrétiens qui sont en train de descendre avec lui, il va leur dire : allez récupérer votre corps. Et il est dit que les premiers, les morts en Christ ressusciteront les premiers. Leur esprit descend, leur esprit va récupérer leur corps mort. Même s’il est depuis 2000 ans ou 1000 ans dans la poussière, le Seigneur sait où il est. Même s’il est au fond de la mer, le Seigneur sait où il est, même s’il est réduit en poussière et réparti dans l’océan, le Seigneur va rassembler toutes les poussières et il va refaire un corps complet, mais il va lui donner la vie éternelle. Un corps qui ne meurt plus, un corps glorifié, mais un corps physique, et l’esprit de ces chrétiens va rentrer dans leur corps que l’Esprit du Seigneur a reconstitué. Et à ce moment-là, ils se tiennent debout sur leurs pieds comme une grande armée, cela va en faire des millions ! Et ils vont tous se trouver là ; rappelez-vous la vision d’Ezéchiel : dans Ezéchiel, chapitre 37, versets 1 à 14, quand Ezéchiel est dans une vallée pleine d’ossements, il prophétise et il voit sous ses yeux les os se rapprocher par l’Esprit du Seigneur qui arrive, et ensuite la chair se remet, les nerfs, les veines, tout se remet et puis la peau recouvre tout cela. Et ensuite, l’Esprit rentre en eux et ils se tiennent debout sur leurs pieds. Cela va se passer comme cela, le jour de la résurrection des morts.

Donc, les morts en Christ ressuscitent les premiers, ils se trouvent dans un corps physique nouveau qui n’est plus soumis à la maladie, à la vieillesse et à la mort, et ils se tiennent là, debout, attendant l’ordre du Seigneur. Et à ce moment-là, nous, les vivants, je lis dans 1 Thessaloniciens 4, au verset 17 : « Ensuite, nous les vivants, (c’est-à-dire les vrais chrétiens vivants), qui seront restés, (vivants au moment où Jésus revient), nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur les nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous les uns les autres par ces paroles ». Dans la première aux Corinthiens, je relis au chapitre 15 le verset 51, je le relis, parce que les deux sont tout à fait associés. « Je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, (là, il parle à ceux qui vont rester vivants au moment où Jésus reviendra), nous ne mourrons pas tous, mais tous (c’est-à-dire tous ceux qui seront restés vivants) nous serons changés, en un clin d’œil, à la dernière

trompette. La trompette sonnera, les morts ressusciteront, (les morts en Christ, les premiers), et nous, nous seront changés ». Cela va être quelque chose de fantastique. Jésus redescend avec les esprits des morts en Christ. Jésus reste là-haut dans le ciel, en attente de toute la troupe des ressuscités, il est là en attente. Les esprits des chrétiens descendent reprendre leur corps, le Saint- Esprit leur redonne un corps physique entièrement neuf, glorifié ; leur esprit, donc, redescend dans ces corps-là. Ils se tiennent debout, sur la terre, et juste après, nous, les vivants, nous allons être changés par la puissance du Saint-Esprit, en un clin d’œil. Ceux qui ont, par exemple, 70, 80, 90 ans, qui sont chrétiens à ce moment-là, ils vont sentir en un instant leur corps changé, ils vont récupérer toute leur jeunesse, les rides vont partir, les cheveux vont se trouver en pleine forme, là, en pleine jeunesse, le poids superflu va partir, la graisse, tout va être parfait et ils vont être changés en un clin d’œil, dans un corps incorruptible. Donc, c’est une résurrection vivante, les morts ressuscitent les premiers, mais les vivants en Christ ressuscitent vivants. Et nous allons voir à côté de nous l’immense troupe de ceux qui sont morts avant nous, des vrais chrétiens morts avant nous. Ils vont être là, à côté de nous, cela va être des millions sur la terre entière qui vont sortir des tombeaux et tous les chrétiens vivants, les vrais chrétiens transformés en un clin d’œil, là, une grande troupe.

Et puis, nous allons tous ensemble nous voir monter, exactement comme ils ont vu Jésus monter le jour de l’Ascension, sur la montagne des Oliviers. Nous allons tous nous voir commencer à monter, tranquillement, et nos yeux vont évidemment se porter là-haut, et qui nous allons voir là-haut apparaître derrière un nuage ? Le Seigneur Jésus. C’est lui qui vient nous chercher pour nous amener tous avec lui, pour nous faire éviter les jugements terribles qui vont tomber sur la terre et qui ont déjà commencé d’ailleurs. Nous allons monter dans la joie, dans l’allégresse, en montant, on va dire : « Tiens, regarde le frère untel, regarde la sœur une telle, ou, regarde là , l’apôtre Paul est en train de monter avec nous, parce que lui aussi va redescendre chercher son corps. Les apôtres, les disciples, les martyrs, tous ceux-là, mais regarde-les, ils sont avec nous, ils montent avec nous. Ils ont ressuscité les premiers, nous montons tous ensemble, la grande troupe des ressuscités, à la rencontre de Jésus, pour être avec lui pour toujours. Et, nous ne redescendrons sur terre que 7 ans après, quand les cataclysmes auront fini sur la terre, quand l’Antichrist aura fini son travail épouvantable, après la grande guerre finale, au moment où Jésus va revenir régner pendant 1000 ans sur la terre. Il reviendra avec l’Eglise et tous ceux qu’il a amenés à la résurrection. C’est merveilleux ce qui va se passer. C’est cela l’espérance que Jésus a placée dans nos cœurs, et pour pouvoir entrer dans ce plan merveilleux, il faut être un vrai chrétien. Alors, qu’est-ce qu’est qu’un vrai chrétien ? Un vrai chrétien, c’est celui qui est passé par la nouvelle naissance, dans son esprit. Ce n’est pas quelqu’un qui va dans une église chrétienne, ce n’est pas quelqu’un qui se dit catholique, ou protestant ou orthodoxe ou évangélique ou autre, ou qui a une belle étiquette sur le dos. C’est quelqu’un, qui, un jour, soit en lisant la bible, soit en écoutant un message, soit par un témoignage personnel d’un autre chrétien ou par une révélation directe du Seigneur, comme Paul, c’est quelqu’un qui, un jour, a été placé en face de Jésus-Christ. Jésus lui a été révélé par le Saint-Esprit et Jésus lui a montré qu’il était un pécheur, et Jésus lui a montré qu’il n’y avait pas d’autre salut possible que par la foi en Jésus et dans l’œuvre de la croix. A ce moment-là le Saint-Esprit a poussé cette personne à la repentance, le Saint-Esprit lui a montré que son cœur était noir de péchés. Même si c’était un brave homme jugé par les hommes brave et honnête, devant Dieu, c’est un cœur noir de péchés. Le Saint-Esprit donne une conviction de péché, et à ce moment-là, le Saint-Esprit nous pousse à nous mettre devant le Seigneur pour demander pardon de nos péchés et nous recevons par la foi en Jésus et par son sang, par la puissance de son sang, nous recevons le pardon de nos péchés qui sont effacés par son sang. Je vais lire dans Actes 2 ce qui s’est passé juste après qu’ils aient été baptisés du Saint-Esprit. Pierre prêche avec puissance l’Evangile, il annonce Jésus-Christ, ressuscité. Il n’annonce même pas la repentance et le pardon des péchés, il ne dévoile pas tous ceux qui sont des pécheurs, mais il dit simplement ceci, dans Actes 2 et au verset 36 : « Que toute la maison d’Israël sache avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié ». Il annonce que Jésus est vivant maintenant, qu’il est ressuscité, que leurs yeux l’ont vu et que maintenant, Il est Seigneur et Christ, c’est-à-dire oint de Dieu, Seigneur de la terre et du ciel, oint de Dieu. « Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché », un vrai chrétien, c’est quelqu’un qui a eu le cœur profondément touché par Jésus et par son message, par sa croix, par sa mort et par sa résurrection. « Et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ? Pierre leur dit : (Alors, voilà la clé de l’entrée dans l’Eglise) Repentez-vous, » demandez pardon de tout votre cœur à Dieu pour vos péchés, c’est cela se repentir, et soyez décidés à ne plus recommencer. Qu’est-ce qu’un chrétien qui dit pardon à Dieu et puis qui recommence tous les jours ? Ce n’est pas une vraie repentance, cela. Une vraie repentance, c’est une action profonde du Saint-Esprit qui nous montre que Jésus est mort pour nos péchés pour nous donner la vie, la vie éternelle. Quand Jésus dit à Nicodème : « Tu ne sais pas que pour entrer dans le royaume de Dieu, il faut naître de nouveau, être une nouvelle créature » ; il ne savait pas. Et Jésus, là, nous annonce que ceux qui demandent pardon pour leurs péchés à Jésus-Christ, passent par le Saint-Esprit, ils passent par une nouvelle naissance spirituelle. « Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé (le mot grec baptisé veut dire plongé dans l’eau) au nom du Seigneur, pour le pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit (comme ils l’ont reçu, eux) car la promesse est pour vous, pour vos enfants, pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera ». Alors je vais faire un rappel : pour faire partie de ceux qui vont être enlevés le jour où Jésus reviendra, il faut absolument faire partie de l’Eglise de Jésus-Christ, pas seulement des sauvés. Il est important, capital, si on veut participer à cet enlèvement, d’être sûrs que nous faisons partie de l’Eglise de Jésus-Christ, et pas seulement des sauvés de Dieu. C’est le jour de la Pentecôte que l’Eglise de Jésus est née, c’est là qu’elle est née. Alors, pour faire partie de l’Eglise, il faut connaître le Seigneur Jésus, il faut avoir une révélation de Jésus-Christ, il faut se repentir de ses péchés, et il faut passer par le baptême d’eau par immersion. Je sais qu’il y a beaucoup de chrétiens qui disent qu’il y a d’autres baptêmes qui sont possibles avec quelques gouttes ou bien d’une autre manière, comme le font les catholiques ou les orthodoxes, mais Jésus a bien dit que le vrai baptême chrétien, c’est un baptême où on est plongé dans l’eau, il faut absolument comprendre cela. Si on ne l’a pas compris il faut demander à Jésus qu’il nous le montre, parce que Jésus a dit : « Celui qui croit et qui sera baptisé sera sauvé ». Que se passe-t-il quand un chrétien a été mal enseigné dans une église ? Qu’on lui a enseigné Jésus- Christ et la repentance, mais qu’on ne lui a jamais parlé du baptême de Jésus, du baptême comme c’est pratiqué dans les actes des apôtres ? Que se passe-t-il pour celui-là ? Moi, je crois que si c’est quelqu’un à qui on a annoncé qu’il devait se faire baptiser comme Jésus l’a demandé, c’est-à-dire par immersion et si c’est quelqu’un qui l’a refusé, son cas est sérieux devant Dieu, parce que Jésus dit bien dans l’Evangile de Marc : « Celui qui croit en moi et qui sera (plongé dans l’eau,) baptisé, celui-là sera sauvé ». Mais celui qui n’a jamais entendu le message du baptême par immersion, il peut être très sincère, il a fait vraiment une conversion réelle, il a reçu le Saint-Esprit, il a reçu la nouvelle naissance, mais il n’a jamais été enseigné dans le baptême d’eau par immersion, il sera sauvé mais il  ne fera pas partie de l’Eglise de Jésus-Christ. Tous ceux qui ont connu le Seigneur Jésus mais qui ne  passes pas  par le baptême d’eau ne feront pas partie de l’Eglise de Jésus-Christ.. C’est vrai qu’il y a des églises chrétiennes où il y a une telle pression de l’enseignement qui est mauvais, que des âmes sincères, à qui on dit : « Bon, tu as eu deux gouttes d’eau, ou on t’a mis un peu d’eau sur la tête le jour où on t’a baptisé, cela suffit, c’est comme cela que maintenant on le fait, c’est comme cela qu’il faut le faire, moi, je ne peux pas savoir s’ils sont sincères dans leur cœur ou pas, Dieu est seul juge du fond des cœurs. Mais ce dont je suis sûr, c’est que le Saint-Esprit va travailler dans le cœur de tous ceux qui ont écouté le message de Jésus, pour leur montrer qu’ils doivent passer par le baptême d’eau par immersion. Cela veut dire, que tous les chrétiens aujourd’hui qui sont passés par la conversion, la repentance, mais qui ne sont pas passés par un baptême d’eau par immersion, n’ont pas une paix complète au fond du cœur : c’est Dieu qui le veut comme cela. Il y a quelque chose qui leur manque, et le Saint-Esprit veut absolument, absolument, leur montrer ce qui leur manque pour qu’ils soient prêts le jour de l’enlèvement, pour qu’ils reçoivent le baptême d’eau et le baptême dans le Saint-Esprit. Je relis le verset 38, c’est important, Actes 2, verset 38 : « Repentez-vous, et que chacun de vous soit plongé dans l’eau, (baptisé, c’est cela que ça veut dire) au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; (croire, se repentir, et être baptisé) ». Dans Colossiens 2 verset 12, Paul nous explique que c’est par le baptême d’eau par immersion que nous sommes plongés dans la mort de Jésus-Christ et dans sa résurrection. Le baptême d’eau par immersion est un signe de mort et de résurrection, donc c’est le baptême d’eau qui nous fait plonger dans la mort et dans la résurrection de Jésus, si, auparavant, nous nous sommes repentis et si nous avons cru en Jésus. Le baptême tout seul ne veut rien dire, vous pouvez baptiser les gens tant que vous voulez, s’ils ne sont pas repentis dans leur cœur et s’ils n’ont pas reçu le Seigneur vraiment comme leur sauveur, ça ne leur fera rien du tout. S’ils sont repentis et qu’ils ont connu le Seigneur Jésus, l’ordre de Jésus, c’est de les faire passer par l’eau du baptême immédiatement. Et vous pouvez lire les actes des apôtres, tous ceux qui acceptaient le Seigneur Jésus étaient plongés dans l’eau dans l’heure qui suit, même en pleine nuit ; dans l’heure qui suit. On ne faisait pas comme nous maintenant, en disant : « Bon, on va attendre quinze jours, un mois, deux mois, trois mois ou le prochain service de baptême parce que cela fera un bon témoignage public ». A l’instant où ils se convertissent, ou le plus vite possible après, immédiatement après, ils sont baptisés. Et d’ailleurs, au verset 41 : « Ceux qui reçurent de bon cœur, sa parole furent baptisés ; (plongés dans l’eau immédiatement ; il y avait de l’eau à côté, ils l’ont fait), et ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ trois mille âmes ».

Donc, ils sont rentrés dans l’Eglise, et Pierre leur dit : « Et vous recevrez le don du Saint-Esprit quand vous aurez fait cela ». Quand Corneille le centurion romain, entend le message de l’Evangile, avec sa famille, il reçoit immédiatement le Saint-Esprit et il commence à prophétiser et à parler en langues. Pierre a vu que Dieu leur avait donné le Saint-Esprit et il a dit dans Actes 10:47 : « Mais maintenant peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit comme nous au début ? ». Il ordonna qu’ils soient baptisés. Ce n’est pas simplement une invitation, c’est un ordre. Ils étaient les représentants du Seigneur Jésus, ils ont dit à Corneille et à ceux qui étaient là : « Vous avez entendu le message, vous vous êtes repentis, vous avez accepté le Seigneur, nous voyons bien que vous avez reçu le Saint-Esprit parce que vous êtes en train de prophétiser et de parler en langues ; on a compris, c’est comme pour nous au début, maintenant, l’ordre que je vous donne, c’est de passer immédiatement par l’eau », et en pleine nuit, ils ont été baptisés. Aujourd’hui, l’Eglise de Jésus ne fait plus cela. Les responsables chrétiens des églises qui ne font pas cela seront rendus responsables devant Dieu de ce qu’ils font. Je crois que si un pasteur ou si un responsable d’Eglise ne baptise pas immédiatement quelqu’un qu’il discerne avoir fait une vraie conversion, s’il ne le baptise pas immédiatement ou dans les heures qui suivent, enfin le temps de trouver de l’eau, il est responsable devant le Seigneur. Le Seigneur va lui demander d’en rendre compte, parce que si cette personne là mourait avant, ou que Jésus revenait avant, il serait responsable, lui, de ne pas avoir fait ce qu’il faut. Il risque lui-même de ne pas être enlevé, parce qu’il n’a pas annoncé l’Evangile comme il le fallait. Alors, arrêtez pasteurs, arrêtez de faire attendre un an, six mois, parce qu’il y en a qui font attendre tellement longtemps que les gens se découragent, et ils s’en vont. Si vous prêchez vraiment l’Evangile avec la puissance du Saint-Esprit, (c’est encore une condition), les cœurs seront touchés, vous le verrez parce que le Saint-Esprit va l’attester. Le Seigneur vous demande de baptiser immédiatement ces gens-là au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, comme le Seigneur le demande. Si on avait continué à enseigner comme c’est enseigné au début, on annoncerait d’abord Jésus avec puissance, parce que la vie de celui qui annonce Jésus serait une vie complètement transformée, complètement libérée des traditions des hommes et des églises et des dénominations. Donc, celui qui annonce la parole l’annoncerait avec puissance, cela serait confirmé par le Saint-Esprit dans le cœur de ceux qui entendent, et ceux qui entendent recevraient dans leur cœur un message fort qui va les transformer, qui va les pousser à la repentance et qui va les pousser à accepter Jésus vraiment du fond du cœur. Et à ce moment-là, les disciples présents qui annoncent la parole, leur diraient : « Nous te donnons l’ordre de passer par le baptême au nom du Seigneur Jésus. C’est le Seigneur Jésus qui l’ordonne et nous te transmettons cet ordre ». C’est  la pratique, que nous devons avoir chaque fois que l’on  parle de Jésus à quelqu’un et que cette personne se convertit vraiment,  lui dis : « Maintenant, viens, je vais te mettre dans l’eau, au nom du Seigneur ». Ils priaient pour qu’ils reçoivent immédiatement le baptême dans le Saint-Esprit, cela doit se faire, là aussi, le jour même. C’est comme cela qu’ils faisaient au début. Le Saint-Esprit, nous le recevons à l’instant où nous acceptons Jésus comme notre Seigneur et Sauveur. Nous recevons une nouvelle naissance par le Saint-Esprit et nous recevons le Saint-Esprit dans nos cœurs. Mais le baptême du Saint-Esprit, ce n’est pas la même chose que recevoir le Saint-Esprit le jour de la conversion. Le baptême du Saint-Esprit, c’est le Saint-Esprit qui vient sur nous comme il est venu sur eux le jour de la Pentecôte, et qui les remplit à déborder et à ce moment-là il se passe un miracle. Ils reçoivent la puissance du Saint-Esprit pour témoigner. Et cela se traduit par le parler en d’autres langues comme le Seigneur leur donne de s’exprimer. Ce sont des dons gratuits que Dieu donne gratuitement à tous ceux qui acceptent Jésus comme leur Seigneur et Sauveur. Il ne faut pas se priver de ces dons-là, parce que Dieu veut les donner en abondance. C’est seulement les mauvais enseignements des hommes et les traditions d’Eglise qui privent beaucoup de chrétiens de recevoir ces dons, et notamment le don du baptême du Saint-Esprit. Ce sont les mauvais enseignements des hommes qui privent les chrétiens d’entrer le plus vite possible dans la plénitude de ce que Dieu a prévu pour son Eglise. Dans le premier chapitre des Actes, quand Jésus parle à ses disciples, et qu’Il leur dit : « Attendez, dans quelques jours, vous allez recevoir le Saint-Esprit ». Il parlait à ses disciples, donc à des gens qui croyaient en lui, et qui étaient déjà convertis. Les disciples étaient déjà convertis avant la Pentecôte. Ils avaient passé trois ans et demi avec Jésus, ils avaient donné leur vie à Jésus, ils avaient été changés dans leur cœur par le Saint-Esprit. C’était sûr qu’ils étaient convertis, sauf Judas qui était un traître, mais quand Jésus est ressuscité, il leur dit Actes 1, verset 5 : « Jean a baptisé d’eau, mais vous dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit ». Et baptisé, c’est le même terme que pour l’eau, baptisé, cela veut dire : plongé dedans. Cela veut dire que vous allez être tellement recouverts du Saint-Esprit qui va venir sur vous, que c’est comme si vous étiez plongés dedans. Cela, ils ne l’avaient pas connu avant. Ils croyaient en Jésus, ils étaient disciples de Jésus, ils étaient convertis, ils étaient donc nés de nouveau, mais ils n’étaient pas encore baptisés du Saint-Esprit. Il leur dit au verset 8 : « Vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, en Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre ». Le baptême du Saint- Esprit n’est pas donné pour être sauvé, il est donné pour recevoir une puissance de Dieu pour être un témoin et pour parler de lui jusqu’aux extrémités de la terre, mais avec la puissance du Saint-Esprit. Et, c’est ce qui s’est passé le jour de la Pentecôte, je le relis dans Actes 2, verset 1 : « Le jour de la Pentecôte, ils étaient tous ensemble dans un même lieu (comme nous). Tout à coup, il vint du ciel un bruit comme celui d’un vent impétueux, et il remplit toute la maison où ils étaient assis. (Le Saint-Esprit rentre dans la maison, et il remplit d’abord la maison). Des langues, semblables à des langues de feu, leur apparurent, séparées les unes des autres, et se posèrent sur chacun d’eux. (Une langue de feu apparaît, se pose sur chacun). Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et ils se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer ». Voilà, ils commencent à parler dans des langues inconnues, ils descendent dans la rue et ils vont parler dans toutes ces langues inconnues à tous ceux qui les écoutent, et qui les entendent parler dans leur langue à eux. Cela ne veut pas dire que cela doit se passer toujours exactement de la même façon, qu’il y ait toujours une langue de feu, mais le schéma de base reste toujours le même. Celui qui s’est repenti, celui qui a accepté Jésus, reçoit la nouvelle naissance par le Saint-Esprit, là il doit passer par le baptême d’eau par immersion, et immédiatement après ou quelquefois immédiatement avant le baptême d’eau, comme dans le cas de Corneille, mais en général, c’est immédiatement après, on doit lui annoncer que Jésus veut le baptiser de son Saint-Esprit pour qu’il soit un témoin. On dit : « Seigneur Jésus, maintenant, baptise-le de ton Saint-Esprit pour qu’il soit un témoin puissant ». Et comme c’est la volonté de Dieu, Dieu le fait à ce moment-là. C’est reçu par la foi. Nous le recevons par la foi, et Dieu le manifeste par ce don surnaturel du parler en d’autres langues, comme il le veut. C’est ce que j’ai vécu personnellement, c’est ce que beaucoup parmi nous ont vécu aussi, en ce qui me concerne , je cherchais a comprendre les comportements des hommes dans tous les milieux et je prenais conscience qu’il y a quelques chose qui ne va plus , je cherchais dieu ? jésus ? dieu m’appelait ’il ?depuis 1997/1998 et par un frère qui était sur mon lieu de travail ma demander si je voulais allez plus loin et ma donné une bible , j’ai commencer à la lire en 1999  et vers octobre/novembre 1999 en lisant la bible dans ma chambre un soir j’ai sentit une puissance m’envahir , une puissance d’amour , c’est le saint esprit et j’ai pleurer en prenant conscience de la présence de dieu en moi par le saint esprit , la suite fut un peu mouvementer car dans la localité ou je suis il n’y a pas d’église de christ et aucune connaissance de frères et sœurs , il y a eu un combat pour avancer seul , et  j’en suis arriver après plusieurs échecs , combats, car je suis rester seul et c’est seulement vers novembre 2008 que j’ai ressenti le besoin du baptême et j’ai contacter un frère qui habite Besançon pour prendre les démarches . je me suis fait baptisé dans une baignoire assez rapidement par le pasteur  et en présence de quelques frères et sœurs de Besançon , aujourd’hui je suis dans cette église de christ et j’en suit convaincu. Il y a eu un grand danger  d’avoir attendu aussi longtemps le baptême d’eau  …….C’est cela faire partie de l’Eglise. Il faut revenir au modèle du début, laissons de côté tout ce que l’on nous a appris qui était faux, ou nos fausses idées qui ne sont pas bonnes. Revenons au modèle de la Parole du Seigneur. Ne nous contentons pas seulement du salut et de la nouvelle naissance en Jésus. Quand je dis seulement, ce n’est pas péjoratif, c’est merveilleux ce salut que Dieu donne gratuitement, mais il y a encore plus que le salut et la nouvelle naissance, il y a toute la plénitude de Jésus-Christ pour nous. Cela commence par le baptême du Saint-Esprit, cela continue par les dons de l’Esprit, cela continue par le fruit du Saint-Esprit, par le caractère de Jésus en nous. Il veut nous transformer à son image et nous faire grandir comme lui. Et puis, quand nos yeux le verront, nous serons alors entièrement rendus parfaits, pour l’éternité. Le message , c’est : Soyons prêts le jour, l’heure et la seconde où Jésus reviendra. Il nous a promis qu’il reviendrait comme un voleur, au moment où personne n’y pense. Dans Luc 21, je lis quelques versets au chapitre 21 et au verset 7 : « Ils lui demandèrent : Maître, quand donc cela arrivera-t-il, et à quel signe connaîtra-t-on que ces choses doivent arriver ? » Ils parlait de l’avènement du Seigneur et de la venue du Seigneur, on le voit dans Matthieu 24. « Jésus répondit : prenez garde que vous ne soyez séduits. Car plusieurs viendront sous mon nom, disant : C’est moi, et le temps approche. Ne les suivez pas. Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements ne soyez pas effrayés, car il faut que ces choses arrivent premièrement. Mais ce ne sera pas sitôt la fin. Une nation s’élèvera contre une nation, un royaume contre un royaume ; il y aura des grands tremblements de terre, et en divers lieux, des pestes et des famines ; il y aura des phénomènes terribles, et des grands signes dans le ciel. Mais avant tout on mettra la main sur vous, on vous persécutera ; on vous livrera dans les synagogues, on vous jettera en prison, on vous mènera devant des rois et devant des gouverneurs, à cause de mon nom. Cela vous arrivera pour que vous serviez de témoignage ». Un peu plus loin, il dit : « Quand vous verrez Jérusalem investie par les armées, sachez alors que sa désolation est proche. Alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes, que ceux qui seront au milieu de Jérusalem en sortent, et que ceux qui seront dans les champs n’entrent pas dans la ville. Car ce seront des jours de vengeance, pour l’accomplissement de tout ce qui est écrit. Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là ! Il y aura une grande détresse dans le pays, et de la colère contre ce peuple. Ils tomberont sous le tranchant de l’épée, ils seront emmenés captifs parmi toutes les nations, et Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis. Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre il y aura de l’angoisse chez les nations (tous ces signes, nous les voyons aujourd’hui, vous les voyez parfaitement aujourd’hui, l’angoisse, les phénomènes terribles, les cataclysmes et toutes ces choses) De l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire, au bruit de la mer et des flots, les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre ; car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l’homme venant sur une nuée avec puissance et une grande gloire. Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche ». Il nous demande d’être prêts en tant que personne, d’avoir fait chacun personnellement cet acte de réelle conversion à Jésus, de baptêmes d’eau et du Saint-Esprit, pour faire partie de son Eglise et après, de marcher tous les jours dans la fidélité et dans l’obéissance au Seigneur, pour que nous ne soyons pas laissés de côté, quand Il viendra, mais que nous soyons pris comme nous l’avons dit, au jour de la dernière trompette. Et en attendant, tous ceux qui sont prêts, ont des signes qui leur permettent de voir que le moment approche et que la venue du Seigneur est vraiment imminente, imminente. Beaucoup plus proche que ce que la plupart de nous, pensons. La venue du Seigneur est toute proche. Ce n’est pas le moment de nous décourager, le mot de la fin, ce sera : « Fortifie-toi et prends courage », parce que le retour du Seigneur est proche. Cela doit être un sujet d’encouragement tous les jours. Vous avez sûrement des moments où vous êtes découragés et où vous dites : « Seigneur, je suis fatigué, vraiment, vraiment ; vivement que tu viennes, Seigneur, je suis fatigué des persécutions, de la lutte contre le péché, de la lutte contre les mauvais chrétiens, de la lutte contre les païens, de la lutte contre les démons, Seigneur, mais tu me renouvelles dans l’espérance et dans le courage que ta prochaine venue me donne ». Je suis renouvelé dans mon courage quand je sais que Jésus vient bientôt, qu’il est à la porte, qu’elle va bientôt s’ouvrir et que mes yeux le verront. Alors, prenez courage, faîtes, faisons tout ce qu’il nous demande de faire, avec ardeur, prenez courage, son retour est proche. Faisons partie de cette troupe qui allons monter bientôt, à sa rencontre dans les airs, avec un corps nouveau et ressuscité. Alléluia !

                     Que dois-je faire pour me préparer à l’enlèvement ?

                       Que  dois-je  faire si j’ai  raté l’enlèvement ?

je vais vous parler de quelque chose de très important. Vous avez vos Bibles, bien sûr ou votre cœur ouvert ? j’ai intitulé le message : « Conseils pratiques pour tous ceux qui vont rater l’enlèvement ». On  sait très bien qu’il y a des multitudes qui vont rater l’enlèvement et qui vont se trouver avec cette réalité devant eux : L’épouse est partie ! Je ne sais pas quel sera  le pourcentage des véritables chrétiens qui vont partir, par rapport à tous ceux qui se disent chrétiens de l’Eglise officielle, mais j’ai dans mon cœur la pensée que le pourcentage n’est pas très élevé. Je veux parler du pourcentage, parmi ceux qui se disent membres de l’Eglise de Jésus, de tous ceux qui vont vraiment partir le jour de l’enlèvement. Donc, il y a des multitudes qui vont rester. Et il faut leur dire d’avance qu’il faut se préparer pour être enlevé ! Mais si ce message tombe entre leurs mains, et Dieu le dirigera, à  ceux qui sont restés et qui le découvriront après, (il vaudrait mieux qu’ils l’écoutent avant), ils auront, au moins, quelques conseils pratiques sur ce qu’il faut faire. Gardons dans nos cœurs la pensée de ce message et s’il est écouté par la grâce de Dieu, c’est pour que des gens se préparent pour être enlevés, pour éviter justement de se trouver dans la situation de ceux qui vont rester après l’enlèvement de l’Eglise. Cela va  donner aussi l’occasion de réviser avec vous rapidement ce qu’est l’enlèvement de l’Eglise, ce que la Bible dit sur cet enlèvement. Quand il doit se passer, et qui va être enlevé. Et puis, ensuite, on finira par une liste de conseils pratiques pour ceux qui, hélas, vont rater l’enlèvement ! Alors, je vais lire quelques versets qui nous disent ce que le Seigneur dit à propos de l’enlèvement de l’Eglise. D’abord, je vous rappelle que Jésus lui-même, avant de monter sur la croix, a dit à ses disciples : « Je m’en vais, mais, après vous avoir préparé une place, je reviendrai vous chercher, pour vous prendre, là où je serai ». Donc, il nous a clairement annoncé que, lorsqu’il partirait, il irait au ciel avec son Père. Il est assis à la droite de Dieu, il intercède pour nous, mais il prépare aussi des demeures célestes dans la Jérusalem d’en haut. Il prépare des demeures pour tous ceux qui lui appartiennent et qu’il va venir rechercher un jour dans leur corps ressuscité. Actuellement, les esprits des chrétiens morts en Christ sont dans le paradis avec le Seigneur, mais ils n’ont pas encore retrouvé leur corps par la résurrection. Donc ils ne sont pas encore installés par le Seigneur dans leur demeure définitive. Dans 1 Corinthiens 15, et au verset 51, la Parole de Dieu confirme ce que le Seigneur nous a Lui-même annoncé : « Voici, je vous dis un mystère ; nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés ». Là, il ne parle pas de tous les morts, il parle uniquement de ceux qui sont morts en tant que véritables chrétiens, qui ont rempli les conditions que le Seigneur a données, qui sont morts prêts à être enlevés si Jésus était revenu à ce moment-là. Si Jésus était revenu à ce moment-là, ils auraient été enlevés. Ils meurent, et le Seigneur dit, lorsque la dernière trompette sonnera, Jésus va descendre des cieux, il ne va pas encore poser les pieds sur la terre, mais il s’arrêtera dans les nuées et sa voix puissante va faire sortir des tombeaux tous ceux qui étaient morts en Christ, et qui étaient prêts pour l’enlèvement. Ce sont eux qui vont ressusciter les premiers, et ensuite il dit : « nous, nous serons changés en un instant, en un clin d’œil ». Cela veut dire que les chrétiens vivants, véritables chrétiens, nés de nouveau, baptisés d’eau, du Saint- Esprit, prêts et vivants dans l’obéissance, ceux qui seront vivants à ce moment-là, au son de la dernière trompette, après la résurrection des morts en Christ, vont être changés en un instant, leur corps mortel va devenir immortel, ils vont recevoir un corps glorifié, glorieux, comme celui de Jésus, et tous ensemble, les morts qui viennent de ressusciter et nous les vivants, qui seront changés en un clin d’œil, nous allons monter à la rencontre du Seigneur dans les airs. Comme Jésus est monté sur la montagne des oliviers et que là il a été enlevé devant des centaines de personnes qui assistaient, il a été enlevé dans les nuées, nous aussi, nous partirons à sa rencontre, et alors commencera la grande tribulation de sept années sur la terre. Et il dit au verset 53 : « Il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité ». On ne peut pas monter au ciel dans un corps mortel qui est le nôtre actuellement. Nous avons reçu un esprit nouveau par la nouvelle naissance, mais notre corps n’est pas encore changé, et Dieu veut transformer ce corps mortel à sa ressemblance, à la ressemblance de celui de Christ et lui donner l’immortalité pour monter avec lui et être pour l’éternité avec Jésus. Dans 1 Thessaloniciens 4, à partir du verset 13 : « Nous ne voulons pas frères, que vous soyez dans l’ignorance, au sujet de ceux qui dorment, (c’est un mot employé pour dire : ceux qui sont morts, donc au sujet de ceux qui sont morts) afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n’ont pas d’espérance. Car si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts. Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur », (son retour commence par l’enlèvement de l’Eglise, sept années de tribulation, puis ensuite, il va revenir poser les pieds sur terre pour régner pendant mille ans). Donc, il dit : « Voici en effet ce que nous vous déclarons d’après la Parole du Seigneur : « nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont morts (en Christ). Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants qui seront restés, (donc, nous serons changés en un clin d’œil, il l’a dit précédemment) nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. (C’est glorieux de savoir cela, d’attendre ce moment-là) consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles ». Et c’est vraiment une consolation, parce que, quand nous savons ce qui nous attend bientôt, nos yeux sont et doivent être braqués sur le ciel en permanence, spirituellement parlant, et même physiquement, de temps en temps, nos yeux sont levés vers le ciel. Seigneur Jésus, viens, viens vite, Seigneur Jésus, viens, l’Esprit et l’Epouse disent viens, amen ! Et dans Hébreux 9, à la fin du chapitre 9, aux versets 27 et 28, l’auteur dit : « Comme il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement, de même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut… Il parle là du retour de Jésus qui apparaîtra pour recevoir ceux qui l’attendent pour leur salut. Donc, il est important d’abord de connaître cette promesse de l’enlèvement de l’Eglise. Il y a beaucoup de chrétiens qui ne la connaissent pas ou qui pensent que c’est tellement lointain que cela ne les concerne pas. Personne ne sait ni le jour, ni l’heure, a dit Jésus, mais nous connaissons la période puisque Jésus ne nous a pas laissés sans nous prévenir, sans les signes qui accompagneront la période qui précède son retour, et nous savons que c’est le moment d’attendre le Seigneur. Il y a 2000 ans que les chrétiens attendent son retour, mais comme Jésus et la Parole avaient donné toute une série de signes qui devaient annoncer la fin des temps et le début, proche, de la période de son retour, il fallait que ces signes s’accomplissent. Ils n’étaient pas encore accomplis, alors que dans notre période, ils le sont tous, ou en train de s’accomplir. Donc, voilà ce que Jésus promet. Jésus promet de venir enlever ceux qui lui appartiennent, qui sont en Christ, qui sont membres de son corps. Alors, quand doit se passer cet enlèvement ? Cet enlèvement doit se passer juste avant la grande tribulation de sept ans qui est annoncée par la Parole de Dieu. Nous savons que cette grande tribulation, comme la Parole de Dieu l’appelle, est une période dans l’histoire de l’humanité, et que cette période de sept ans va être marquée par l’apparition de l’antichrist, et le règne de l’antichrist sur terre pendant sept ans. Cette période va être remplie d’atrocités. Imaginez un peu ce que peut devenir un monde qui est déjà fou quand le Saint- Esprit et l’Eglise s’en vont, quand tout ce qui peut encore arrêter la propagation de la pollution et de la corruption, quand tout cela sera parti, quand le Seigneur et son Eglise véritable seront partis, imaginez avec quelle vitesse la corruption va s’étendre, avec quelle vitesse le péché, les atrocités vont s’étendre et quel sera le sort de ceux qui vont rester. Alors que Satan et ses démons seront lâchés sur la terre, lâchés pour faire ce qu’ils veulent pendant cette période-là. Donc, cela va être une période terrible, et le Seigneur voudrait éviter à ceux qui s’appellent chrétiens et enfants de Dieu de passer par cette période-là. Le Seigneur ne nous a pas dit qu’il nous éviterait toute tribulation, toute souffrance sur cette terre, mais il y a quelque chose de certain, c’est que dans toutes les images qu’il nous a données de la tribulation ou des grands jugements qui tomberaient sur la terre, nous voyons bien que le Seigneur veut épargner son peuple, que ce soit pour Noé, que ce soit pour Lot, et tant d’autres, on voit bien que, chaque fois que le Seigneur avait un juste ou des justes quelque part, avant de faire tomber son jugement, il envoyait des messagers, il envoyait des anges même, s’il le fallait, pour prévenir et leur dire, mais sortez vite, parce que les jugements vont tomber ! Et, nous savons que nous sommes dans le temps qui précède les grands jugements finaux du Seigneur. Ninive, par exemple, qui allait être détruite, et de nombreux exemples où le Seigneur envoie quelqu’un pour prévenir et s’il y a repentance, s’il y a quelque chose qui se passe dans le cœur de ceux qui écoutent, ils sont préservés, ils sont ôtés du jugement par le Seigneur. L’enlèvement est destiné, non seulement à nous réunir avec Jésus pour être avec lui et les noces de l’Agneau pour l’éternité, mais il veut aussi nous éviter les atrocités que ceux qui vont rester vont connaître. Et le Seigneur parle encore par son Esprit, aujourd’hui pour dire partout dans le monde : « Le temps est là, le temps est proche ». Jésus s’est levé de son trône, il s’est approché, il est à la porte, il est là, il est prêt à enlever son peuple au signal que son Père va donner bientôt, de la dernière trompette. je veux vous dire que dans la Parole( dans la bible) , aussi bien Ancien que Nouveau Testament, il y a une quarantaine de signes précis que Jésus ou d’autres donnent concernant les temps de la fin. Vous en avez pris connaissance au début de cette ouvrage .La fin des temps qui concerne la grande tribulation ou la période finale qui doit précéder le renouvellement de toutes choses par le règne de Jésus sur la terre. Actuellement ces quarante signes sont tous accomplis ou en train de s’accomplir sous nos yeux, et Jésus a bien dit : « Quand vous voyez ces

choses commencer à s’accomplir, donc à se terminer, levez la tête et réjouissez-vous parce que votre délivrance approche ». Quand même, je vous donnerai un aperçu de la nature de ces signes, parce que, comme nous les avons sous les yeux, ils sont visibles pour ceux qui ont les yeux ouverts, les yeux spirituels ouverts. Les premiers signes concernent Israël et Jérusalem. Nous savons que ce n’est que dans cette période, que nous vivons, que l’état d’Israël a été reconstitué et qu’en 1967 Jérusalem est revenue au pouvoir des Juifs. C’étaient des annonces prophétiques qui étaient faites il y a vraiment des siècles, des millénaires même, et qui ne s’étaient jamais réalisées. Ce n’est que maintenant que nous voyons le miracle d’Israël, de la renaissance de l’état d’Israël, de la renaissance de l’hébreu comme langue vivante, de la récupération de Jérusalem par les Juifs. Nous savons que là au Moyen-Orient, et Jérusalem, c’est une véritable poudrière, le sort du monde entier dépend de ce qui se passe en ce moment à Jérusalem et aux alentours. Donc, c’est là ! Nous devons garder les yeux fixés sur ce qui se passe là, parce que le Seigneur l’a bien annoncé, que Jérusalem serait une pierre pesante pour toutes les nations et que tout le monde se mettrait contre elle dans la grande bataille finale d’Harmaguédon. Ce sera le cas à la fin de la grande tribulation, tout le monde entier sera contre Israël et attaquera Israël. Et nous voyons aujourd’hui que le monde entier est contre, à part un ou deux Etats. Dans les derniers votes pour les résolutions concernant Israël, il n’y avait que les Etats-Unis, encore eux, quoique maintenant ils commencent aussi à s’écarter et la Micronésie, une minuscule Etat du Pacifique, qui avaient voté pour Israël. Et actuellement, il y a tout un mouvement d’opinion aux Etats- Unis qui tend à détacher les Etats-Unis de la protection d’Israël, parce que cela leur coûte trop cher par rapport aux Arabes, par rapport au pétrole, par rapport à leurs autres alliances. S’il n’y avait pas les millions de Juifs qui sont aux Etats-Unis et qui ont un pouvoir politique et financer important, il y a longtemps que les Etats-Unis auraient laissé tomber Israël. Mais ils le feront comme les autres. Ils le feront parce que les temps sont là, et on voit déjà les signes qui montrent qu’ils commencent à se détacher d’Israël. :une question à été posé à un policier  israélien par une personne qui s’est rendu en Israël  « Quels sont vos amis ? » et il  regarda  d’un air triste et il  a dit : « On n’a pas d’amis, on n’a pas beaucoup d’amis, il y a l’Amérique ». _Actuellement, ils comptent sur l’Amérique, mais ils devraient compter sur Yahvé, le Dieu tout-puissant, parce que l’Amérique va les lâcher, c’est un roseau cassé qui perce la main. Donc, il y a tout ce qui concerne Israël et Jérusalem, et il y a aussi tout ce qui concerne la séduction et l’apostasie. Je vais vous lire simplement dans Matthieu 24 le début. Lisez Matthieu 24, Luc 21, tout le livre de Daniel et certains passages de l’Apocalypse et vous verrez si nous ne sommes pas dans les temps de la fin. Dans Matthieu, au chapitre 24, les disciples demandent à Jésus : « Quel sera le signe de ton avènement et de la fin du monde ? » Vous voyez, la Parole dit : « Quel sera le signe », elle ne parle pas d’une quarantaine de signes. Elle parle du signe qu’ils demandent à Jésus de donner, et Jésus ouvre la bouche et leur répond en disant : « Prenez garde que personne ne vous séduise, car plusieurs viendront sous mon nom, disant, c’est moi qui suis le Christ, et ils séduiront beaucoup de gens » ; et ensuite suit une liste de signes qui ont commencé déjà du temps de Jésus et qui continuent à se réaliser maintenant. Donc, le signe de la fin des temps, c’est la séduction et l’apostasie. D’ailleurs, dans la deuxième épître aux Thessaloniciens, il est bien dit aussi que la manifestation de l’antichrist sera précédée par l’apostasie de l’Eglise. L’apostasie, cela veut dire que la vérité est tordue, que les gens se tournent vers des fables, se tournent vers tout autre chose que la vérité, parce qu’ils préfèrent entendre de bons discours qui font plaisir à leurs oreilles plutôt que la vérité qui remet en cause, qui travaille le cœur au plus profond de l’être, et qui nous demande de mettre nos vies en règle. Les gens ne veulent plus entendre la vérité aujourd’hui ! Maintenant, on est dans un œcuménisme basé sur un faux amour, une fausse unité, alors que le véritable amour dit la vérité, et dit ce qui ne va pas. Le faux amour met de côté tout ce qui peut blesser ou toucher l’autre, sous prétexte de ne pas le froisser. Le résultat, c’est que l’on tombe maintenant dans cet œcuménisme qu’on voit autour de nous, où les gens et les Chrétiens se rapprochent entre églises, entre dénominations uniquement pour répondre à un besoin de fraternité et d’amour qui n’est pas fondé sur la vérité de Dieu, celle qui libère. La séduction qui séduit les élus, même les élus, s’il était possible. Donc, le Seigneur dit bien à son Eglise : « Fais bien attention dans cette fin des temps, il faut que tu ouvres les yeux pour voir ce qui est en train de se passer ». Et quand j’ouvre mes yeux et que je regarde ce qui se passe dans l’Eglise, je vois partout la séduction agir, les fausses doctrines ou les perversions. Maintenant, les choses qu’on appelait mauvaises, il y a seulement quelques années, parce que c’était vraiment mauvais aux yeux de la Parole de Dieu, on les appelle bonnes maintenant. Maintenant, on trouve des justifications bibliques au péché et maintenant, il se passe des choses qu’on ne voyait même pas il y a quelques années, des atrocités dans l’Eglise, des atrocités ! quelque part en France , Il y a une sœur qui à révélé a un frère , pour  dire : « Mais, dans mon église, on était une centaine il y a quelques années, et puis il s’est passé des choses abominables, le pasteur a commencé à coucher avec des sœurs (en dehors de son mariage bien entendu) et puis cela s’est su, il a fini par l’avouer et se repentir, mais il a recommencé ». Vous voyez un peu le niveau spirituel de l’église. Et elle me disait : « Mais mon frère, vous ne pouvez pas vous imaginer ce que ça été dur parce que cet homme-là, il enseigne très bien, il enseigne très, très bien la Parole de Dieu »…………

Alors, on considère maintenant dans l’Eglise pratiquement ces choses comme étant normales. Dans certains milieux, vous avez des pasteurs qui divorcent, qui se remarient, qui vont créer des églises en étant mariés, divorcés et remariés, qui ont apparemment une bénédiction parce qu’il y a des conversions, il y a des miracles, il y a des prodiges. Mais ce n’est pas du tout un signe que Dieu approuve ce qu’ils font dans leur vie privée ! Dieu confirme sa Parole par des miracles quand Il trouve la foi. Donc la séduction et l’apostasie, c’est quelque chose qui va se développer comme une traînée de poudre dans ces temps de la fin. Regardez bien autour de vous et voyez-le. Il y a tout ce qui touche aux guerres, aux famines, aux épidémies, aux crimes, à l’immoralité, à la rébellion, ces choses ont commencé du temps de Jésus, puisqu’il disait : « Ce n’est pas encore la fin, quand vous verrez ces choses commencer à arriver », mais ces choses vont se développer et quand on voit dans ces dernières années de ce vingtième siècle les guerres et les millions, dizaines de millions de morts, jamais, on a vu cela auparavant, à cette échelle-là, les crimes, l’immoralité, la rébellion. Et tous les mauvais fruits de la chair se développent aussi à une allure vertigineuse ! Et là, je citerai simplement deux courts passages dans la première et la deuxième à Timothée, pour appuyer cette série de signes-là. Dans 1 Timothée 4 au verset 1 : « L’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience ». Donc, il annonçait l’apostasie et la séduction et dans la deuxième à Timothée, il ajoute, au chapitre 3 : « Sache que, dans les derniers jours, (encore, nous y sommes) il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains (orgueilleux), blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force ».

il y a eu un article sur deux sondages publics, il y a quelques années de  cela,  qui ont été faits aux .u.s.a. Les Américains aiment beaucoup cela, vous savez. Un sondage fait il y a une dizaine d’années et l’autre récemment, concernant ce que les Américains mettaient en numéro un dans leur vie, dans leurs aspirations, dans leurs désirs. Il y a dix ans, hommes et femmes mettaient la religion ou les choses religieuses en deuxième position pour les femmes et cinq ou sixième position pour les hommes. Donc, quelque chose qui montrait qu’il y avait encore une aspiration religieuse. Tandis que le dernier sondage, récent, montrait que pour les femmes, c’était tombé à la dixième ou douzième place, et pour les hommes, ils n’en parlaient même plus dans les vingt premiers désirs de leur vie personnelle. Et ce que les uns et les autres mettaient en premier, c’était la recherche du plaisir. Le plaisir, enfin tout ce qui peut nous apporter du plaisir, de la joie, les loisirs etc.… L’apôtre Paul nous dit : « Aimant le plaisir plus que Dieu ». C’est ça, cela caractérise notre époque actuelle. On revendique pour avoir plus d’argent, plus de retraite, plus de santé, tout cela, pour pouvoir profiter de la vie à plein, avoir un plaisir sans aucune retenue, la moralité ne joue plus. Vous avez une autre série de signes qui concernent tous les dérèglements climatiques et tout ce qui peut se passer dans un monde qui ne correspond plus aux critères habituels. On a des records de sécheresse, des records de pluie, des records de chaleur, des records de froid, enfin tout est déréglé à un point que les gens se demandent vraiment ce qui va se passer pour la terre. On accuse le réchauffement, l’effet de serre. Je lisais encore que le niveau de la mer monte régulièrement d’un mètre en un siècle, ce qui est dû au réchauffement de la planète, à la fonte des neiges, des glaces et cela prépare des lendemains difficiles. Nous savons que pour nous, nous nous attendons au Seigneur, nous attendons le règne de mille ans sur la terre, de Jésus-Christ. Mais, en attendant, ces signes vont continuer. Autres signes : tout ce qui concerne Israël, Jérusalem, tout ce qui touche à l’apostasie, à la séduction, tout ce qui touche au développement de la rébellion, de l’immoralité, des crimes, etc.… le sida et d’autres épidémies ; on découvre en permanence de nouvelles maladies qui font en Afrique et ailleurs des épidémies nouvelles qui se répandent. La grippe du poulet, le virus du Kenya, qui est nouveau, et on ne sait pas ce que c’est. Ils courent derrière les vaccins, ils courent derrière et puis, il ressort toujours de nouvelles maladies. Tout ceci va s’amplifier au point que beaucoup de gens vont commencer à se poser sérieusement des questions et dire : mais c’est la fin du monde qui approche. Même les gens de ce monde qui voient toutes ces choses se passer, il leur arrive de se dire : « Mais où on va ? On n’a plus de points de repère et on doit être dans la fin ». C’est le Saint-Esprit qui leur parle pour leur montrer que nous sommes vraiment à l’époque où le Seigneur nous dit : « Levez la tête et ouvrez les yeux ». Pour nous, chrétiens, nous savons que dans la Bible le Seigneur a fixé une période de mille ans pour le règne de Christ sur la terre. Ce règne n’est pas encore venu puisque Christ n’a pas posé les pieds sur la terre, mais ce règne de mille ans est comparé à un grand sabbat pour la terre, c’est-à-dire à un repos pour la terre, et nous savons que depuis la création d’Adam jusqu’à l’époque que nous vivons aujourd’hui, il s’est écoulé 6000 ans. Donc, jusqu’à l’an 2000 environ, il y aura 6000 ans entre la création d’Adam et l’an 2000. Et ces 6000 ans correspondent au temps qui est laissé aux hommes sur cette terre, les six jours qui précèdent le grand sabbat. Le règne de 1000 ans de Jésus-Christ va représenter le grand sabbat et le grand repos pour la terre. Mais ce ne sera pas encore l’état définitif puisque à la fin des 1000 ans, Jésus va tout changer, il va tout recréer, un nouveau ciel, une nouvelle terre, faire descendre la nouvelle Jérusalem sur cette nouvelle terre et là, régner avec les siens pour l’éternité. Donc, même cette période de 1000 ans n’est qu’un petit intermède, en attendant le grand règne éternel du Seigneur sur sa nouvelle création. Nous sommes à la porte de ces 1000 ans. Mille ans sont comme un jour et un jour sont comme mille ans, c’est dans la Parole. Donc, cela fait comme six jours, 6000 ans et un jour de sabbat, mille ans qui arrivent. Dans l’Apocalypse, il y a aussi quelques signes qui sont intéressants. Vous vous rappelez que l’Apocalypse, ce sont des révélations qui concernent entièrement la fin des temps et notamment le temps de la grande tribulation. Tout est clairement exposé, et dans l’interprétation( que je fais mienne de l’Apocalypse), la première partie de l’Apocalypse jusqu’au chapitre 11 inclus concerne les temps de la fin de la grande tribulation vue sous l’angle des Juifs et concernant les Juifs. Et à partir du chapitre 12 jusqu’à la fin, c’est la grande tribulation concernant les chrétiens qui vont rester, ceux qui se disent chrétiens, qui appartiennent donc à Jésus mais qui n’ont pas été enlevés lors du retour du Seigneur venu pour prendre son Eglise. On lit aux chapitres 1, 2 et 3 le discours de Jésus aux 7 églises. Ce sont les derniers avertissements aux églises, à l’Eglise du Seigneur, avant l’enlèvement. C’est ce que je crois. Les 7 églises de l’Apocalypse concernent évidemment des églises qui ont existé de tous temps, mais les 7 églises de l’Apocalypse concernent en particulier l’Eglise de Jésus dans la période de la fin, juste avant l’enlèvement. Dans ces 7 églises, vous avez toute la palette des différentes églises qui peuvent exister sur la terre. Depuis l’église fidèle de Philadelphie, jusqu’à l’église infidèle et tiède de Laodicée, etc.… Des églises tièdes, des églises bouillantes… mais la plupart ont besoin d’être reprises, cinq sur sept ont besoin d’être reprises et à cinq sur sept d’entre elles, Jésus dit : « Repens-toi ». Il n’y en a que deux qui méritent l’approbation du Seigneur. Nous voyons que le Seigneur, dans le chapitre 3 et au verset 11, dit à l’Eglise de Philadelphie : « Je viens bientôt », et nous savons que quand Jésus a donné cette vision à Jean, ce n’était pas le moment de son retour, donc cela concerne la période de la fin quand il dit à Philadelphie : « Je viens bientôt ». C’est parce que ces avertissements concernent l’Eglise de la fin. « Je viens bientôt », et quand il dit juste au verset 10 : « parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation (ou de la séduction) qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre », ce sont les temps de la fin. Et il dit un peu plus loin à l’Eglise de Laodicée, la tiède, au verset 20 du même chapitre : « Aie du zèle, et repens-toi, je me tiens à la porte et je frappe ». C’est le dernier avertissement à la dernière des 7 églises, et quand Jésus dit : « Je me tiens à la porte et je frappe », on le prend souvent comme un passage qui indique que Jésus veut rentrer dans un cœur et sauver une vie, mais il parle à son Eglise et pour ma part, je pense qu’il dit : « Je suis à la porte de mon retour proche sur terre, fais bien attention, église de Laodicée, si tu ne te repens pas je suis à la porte et je ne pourrai pas rentrer avec toi et souper avec toi (c’est le repas des noces de l’Agneau), je ne pourrai pas parce que tu ne vas pas être prise. « Je suis à la porte ». Jésus est à la porte de son retour pour prendre les vainqueurs (son Eglise). Les avertissements à chacune des 7 églises sont suivis par cette exhortation : « Celui qui vaincra ». Celui qui vaincra, celui qui vaincra, à chaque fois. Il dit par exemple, au chapitre 2 et au verset 26 : « Celui qui vaincra et qui gardera jusqu’à la fin mes œuvres, je donnerai autorité sur les nations, il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d’argile ainsi que moi-même, j’en ai reçu le pouvoir de mon père, et je lui donnerai l’étoile du matin », donc il parlait de son règne de mille ans où il est bien dit que Jésus va paître les nations avec une verge de fer, cela ne sera pas du tout comme maintenant, ce monde divisé, anarchique, où l’ONU ne peut rien faire, où les grandes puissances se déchirent, ce sera un règne qui sera dominé par le Seigneur Jésus et sa toute puissance et qu’il paîtra toutes les nations avec une verge de fer et avec ceux qui auront vaincu, qui seront vainqueurs avec Lui, et qui paîtront le monde avec Jésus. Et au chapitre 4, après avoir donné toutes ces exhortations à son église, il est écrit : « Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. (Il avait dit à Philadelphie : « si tu gardes ma parole, j’ai mis devant toi une porte que personne ne peut fermer ». La voilà, cette porte ouverte dans le ciel) La première voix que j’avais entendue, comme le son d’une trompette, (cela ne vous rappelle rien ? La trompette, qu’on vient de lire dans 1 Corinthiens 15:51) et qui me parlait, dit : Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite. Aussitôt je fus ravi en esprit ». C’est une image de l’enlèvement de l’Eglise après les avertissements aux 7 églises. L’Esprit parle à son Eglise qui est représentée par Jean, le fidèle, qui a vaincu, qui est vainqueur et il lui dit : « Maintenant monte ici », et il monte, et il voit le trône et tout ce qui arrive par la suite. Et cela introduit tout le passage du chapitre 4 au chapitre 11 qui parle de la tribulation pour les Juifs. Ensuite nous passons au chapitre 12, qui parle de la même tribulation pour les chrétiens. Il est montré qu’un grand signe paraît dans le ciel, c’est la femme enveloppée du soleil, la lune sous les pieds, une couronne de douze étoiles sur la tête. Cette femme, nous le savons, représente l’Eglise tout entière. Cette femme est enceinte, et elle est pourchassée par un dragon qui est le diable. Au chapitre 12 et au verset 4, il est marqué que la queue du dragon entraînait le tiers des étoiles du ciel et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de, lisez bien la suite, au chapitre 12 et au verset 5 : « Elle enfanta un fils, qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer ». Ce fils, c’est l’Epouse glorieuse qui est constituée par l’ensemble des chrétiens qui ont marché dans l’obéissance et qui sont vainqueurs, qui sont enfantés par l’Eglise dans son ensemble. L’Eglise comprend bien d’autres chrétiens qui ne sont pas vainqueurs, mais cette Eglise-là enfante le groupe de vainqueurs qui n’est pas le plus nombreux et qui doit paître les nations avec une verge de fer. « Et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône ». Comme Jean, au début du chapitre 4 avait été enlevé vers le trône de Dieu, et qui représentait l’Eglise fidèle, ici, l’enfant qui représente l’Eglise fidèle, ce n’est pas Jésus puisqu’au moment où Jean a eu la vision, Jésus n’est pas enlevé au ciel aussitôt après sa naissance, mais là, c’est la naissance de l’Epouse fidèle dont le nombre est complet et c’est terminé maintenant, elle est prête, elle est sans ride ni tache, ni rien de semblable, elle est restée dans la foi, elle s’est préparée, elle a attendu le Seigneur, elle est prête, et quand la dernière trompette sonne, elle monte, dès sa naissance. C’est-à-dire que le nombre de ceux qui doivent constituer l’Epouse est complet, c’est la naissance qui est faite ! L’Epouse part à la rencontre du Seigneur. Et, à ce moment-là, il est bien dit que la femme s’enfuit dans le désert où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin qu’elle y soit nourrie pendant 1260 jours, c’est-à-dire, exactement 3 ans et demi, qui est la période de la moitié de la grande tribulation qui concerne les chrétiens, la deuxième période étant la moitié de la grande tribulation qui concerne les Juifs (la tribulation de Jacob). C’est tellement clair que l’Eglise doit être enlevé avant la grande tribulation. Jésus est en train de l’avertir par son Esprit pour qu’elle se repente et se prépare. Et quand son nombre sera complet, celle qui a reçu la grâce de pouvoir se préparer, et se revêtir d’un vêtement blanc, celle-là sera enlevée à la rencontre du Seigneur dans les airs. Et un peu plus loin, dans Apocalypse 19, et au verset 7, nous voyons cette épouse, une foule nombreuse : « Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons lui gloire ; car les noces de l’Agneau sont venues, et son Epouse s’est préparée », la voilà, la seule véritable Eglise. Aujourd’hui l’Eglise de Jésus remplit le monde un peu partout. Il y en a qui se disent chrétiens, Eglise de Jésus, des centaines de millions puisqu’il y a officiellement  un milliard trois cents millions de chrétiens sur la terre, en comptant les catholiques, les protestants, les orthodoxes et tous les groupes chrétiens. Un milliard trois cents millions de chrétiens. Et bien sûr, ce milliard trois cents millions là qui constituent l’Eglise officielle, visible, professante. Seule une petite partie constitue l’Epouse sanctifiée, l’Epouse prête, l’Epouse qui va monter à la rencontre du Seigneur. Est-ce que tu en fais partie ? Est-ce que tu es prêt ? Est-ce que tu es prête ? Et remarquez ce qui est dit. Je le relis : « Les noces de l’Agneau sont venues, son épouse s’est préparée. Voilà la clé, ce n’est pas Dieu, c’est le travail du Seigneur dans nos cœurs, bien sûr, mais ce n’est pas Dieu qui va forcer son Epouse à se préparer malgré elle. C’est son Epouse qui aime Jésus, qui, par désir de monter à sa rencontre le plus vite possible et aussi d’éviter cette période d’abominable tribulation qui va venir sur la terre, s’est préparée. Comment ? Il lui a été donné de se revêtir d’un fin lin éclatant et pur. Apocalypse 19 et verset 7 et 8 : « Il lui a été donné », voilà le cadeau de Dieu. Dieu nous donne cette belle robe pure, Il nous demande de nous en revêtir. Ce n’est pas lui qui va le faire de force. Il la met devant nous, elle est prête, elle a été lavée dans le sang de Jésus, elle a été ornée de tous les joyaux, les dons du Saint- Esprit qu’il veut donner à son Epouse, elle est prête. Et nous devons nous dépouiller de nos vieux oripeaux, nous revêtir de cette robe blanche, et il dit : « Le fin lin éclatant et pur, c’est la justice des saints ». Donc la caractéristique de cette Eglise de la fin, qui se prépare pour Jésus, c’est une Eglise qui s’est sanctifiée, qui s’est purifiée dans le sang de Jésus, qui s’est purifiée dans la foi au Seigneur, qui s’est purifiée par l’Esprit Saint qu’elle invoque en permanence et qu’elle demande de remplir, elle s’est purifiée par l’eau de la Parole, elle s’est purifiée par l’obéissance, elle s’est purifiée par la grâce que Dieu lui a faite de prendre ce vêtement et de pouvoir s’en revêtir. Heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l’Agneau. Heureux ! Et le Seigneur nous dit bien dans la fin de l’Apocalypse : « Dehors, dehors les chiens, les enchanteurs, les idolâtres, etc.… » Je vais lire ce passage parce que c’est dans les derniers versets de l’Apocalypse au chapitre 22 et au verset 15 : « Dehors les chiens, les enchanteurs, les impudiques, les meurtriers (ou les coléreux aussi, c’est pareil), les idolâtres, et quiconque aime et pratique le mensonge ! (ou le péché). Donc, cela veut dire que si tu es pasteur, et que tu vis dans l’adultère, dans la fornication, tu auras beau être pasteur, avoir une grande église et avoir des miracles et des signes, tu ne seras pas pris et peut-être même que tu ne seras pas sauvé, si tu ne te repens pas. Tu auras beau être un chrétien qui a fréquenté toutes les réunions, qui a donné tes offrandes, qui fait beaucoup de choses pour le Seigneur, si tu marches dans ces péchés, c’est-à-dire sans t’en être repenti. Nous sommes tous pécheurs de naissance mais nous avons été rachetés par le sang de Jésus. Donc, quand le Seigneur nous montre quelque chose qui ne va pas, si nous faisons partie de l’Epouse de Jésus-Christ, nous lui demandons pardon humblement, nous invoquons le sang de Jésus et nous croyons en la puissance de la Croix pour briser en nous la puissance du péché et nous marchons dans la victoire, nous ne retombons pas en permanence dans le même péché et nous ne marchons pas dans ces péchés-là, c’est fini, c’est terminé. Nous avons la victoire. Celui qui vaincra fera partie de ceux qui seront enlevés. Et comment pouvons-nous vaincre sinon par la foi dans la puissance de la prédication de la Croix, de l’œuvre de Jésus à la Croix, de ce qu’il a accompli pour nous à la Croix, de la puissance de son sang, de la puissance de sa parole et de son Esprit en nous. Si nous avons foi en ces choses, la puissance du Saint-Esprit en nous va constamment travailler pour nous transformer et le jour béni de son retour, il n’y aura plus une tâche, plus une ride, rien de semblable, parce que Jésus nous nourrira, une bonne nourriture, Jésus prendra soin lui-même de nous et il nous préparera pour le grand jour, c’est sûr, c’est certain. Donc, quels sont ceux qui vont être enlevés ? Ce sont ceux qui ont fait de Jésus leur Seigneur et leur maître, leur sauveur d’abord puis leur Seigneur et leur maître. Ce sont ceux qui, par la repentance, et la foi en Jésus, sont nés de nouveau. La repentance, ce merveilleux don de Dieu. Si tu t’es repenti de tes péchés, tu ne continues plus à les pratiquer. Sinon tu dois encore chercher le Seigneur pour dire : « Seigneur, il y a quelque chose qui cloche, je te demande de te révéler pleinement, de me montrer ce que c’est que la vraie puissance de la Croix dans ma vie ». Donc, ceux qui vont être enlevés, ce sont ceux qui sont nés de nouveau, d’eau et d’Esprit, qui sont devenus de nouvelles créatures en Jésus-Christ, ceux qui sont nés d’eau en étant baptisés par immersion au nom de Jésus-Christ, ceux qui ont reçu le baptême du Saint-Esprit, qui accompagne immédiatement le baptême d’eau normalement. Quand une vie est droite, une vie est en règle avec le Seigneur, le Seigneur nous donne son Esprit sans mesure. Quand cela ne se passe pas immédiatement, il y a quelque chose qui bloque et qui doit être révélé par le Saint-Esprit. Il n’y a quelque temps en France , un frère et une sœur qui cherchaient le baptême du Saint-Esprit se sont rapprocher d’un serviteur  et celui-ci   leur disais : « Mais, si vous avez demandé à Dieu de tout votre cœur et si vous obéissez à Dieu de tout votre cœur, vous devez l’avoir dès que vous le recevez, avec le signe du parler en langues, la capacité de parler en langues. Amen ! Amen ! » Et puis, en priant, cela ne venait pas, et puis il m’est arrivé de dire une parole qui est venue comme cela, je dis : « Mais il faut aussi que nos maisons soient en règle, si nous avons dans notre maison des objets volés que nous n’avons pas rendus, si nous avons des objets occultes qui sont chez nous, que nous gardons, c’est certainement un frein à l’action du Saint-Esprit ». Et  les deux visages de ces deux personnes ont changées et en privé, ils ont dit : « Oui, c’était ça exactement, c’était ça ; nous avons des objets volés dans notre maison et il faut absolument que nous nous en débarrassions parce que cela bloque l’action du Saint-Esprit ». « Faites-le le plus vite possible, le plus vite possible, cela sera le mieux parce que ce sont autant de câbles qui empêcherons de monter quand la trompette sonnera. Le plus vite possible ». Mais à partir du moment où déjà on a pris la décision et qu’on est décidé à le faire, on est prêt. Ensuite, il faut concrétiser cela le plus vite possible. Donc, nous devons être nés de nouveau, baptisés d’eau, baptisés du Saint-Esprit. Et là nous faisons partie de l’Epouse de Jésus, à condition que nous marchions dans l’obéissance, à la lumière que nous recevons constamment du Seigneur. Si le Seigneur nous montre quelque chose et que nous commençons à nous raidir et à raidir la nuque et à refuser de faire ce qu’il nous demande, là nous nous mettons en position difficile et ce n’est pas parce que nous serons baptisés d’eau, du Saint-Esprit et nés de nouveau que nous serons prêts pour l’enlèvement. Si nous commençons à marcher dans la rébellion et si nous commençons à résister au Saint-Esprit sur des

choses qu’il nous demande de mettre en règle dans notre vie, nous ne serons pas enlevés parce que nous serons des rebelles à ce moment-là. Donc, ce n’est pas quelque chose de compliqué d’être enlevé, c’est simple, à la portée d’un petit enfant. C’est accepter par la foi d’avoir un cœur grand ouvert au Seigneur et dire : « Seigneur, je t’ai consacré entièrement ma vie, tu m’as donné un esprit nouveau, tu as fait de moi une nouvelle création, je suis passé par le baptême d’eau, je t’ai demandé le baptême du Saint-Esprit et je l’ai reçu. Maintenant, Seigneur, je marche dans l’obéissance à ta Parole, dans l’obéissance à la direction de ton Esprit et je dois avoir mon cœur en paix en permanence, parce que j’ai confessé mes péchés, je n’ai rien, à ma connaissance, qui soit une pratique mauvaise dans ma vie, dans laquelle je devais demeurer. Je suis bon pour l’enlèvement, bien-aimés, je suis prêt. Cela ne veut pas dire que je suis parfait et changé, mais cela veut dire que je suis dans des conditions telles que le Saint-Esprit peut travailler dans ma vie pour me rendre parfait pour le jour de Christ. C’est ce qu’il fera, il y a la promesse, dans la Parole de Dieu, qu’il le fera pour nous. Il nous dit : « Que votre être entier, l’esprit, l’âme et le corps soit conservé irréprochable, pour le jour de Christ », et c’est lui qui le fera. C’est Dieu qui le fera, par la puissance qui agit en nous, par le Saint-Esprit. Dieu appelle tout le monde et malheureusement certains ne répondent pas. Les bienheureux élus ce sont ceux qui auront répondu à son appel et qui seront prêts, qui marchent dans la sanctification ; sans la sanctification, personne ne peut voir le Seigneur, personne. Et la sanctification consiste à produire avec persévérance le bon fruit de l’Esprit. Relisez Galates 5, verset 22, je ne vais pas le lire maintenant mais vous le connaissez mieux que moi ce passage ; le bon fruit de l’Esprit que le Seigneur me fait produire, parce que je marche avec Lui dans l’obéissance, et je grandis en Christ. Alors, vous êtes prêts bien aimés, vous êtes prêts ? Si Jésus maintenant, fait entendre la dernière trompette, nous partons tous ? Amen ! Oui, « Amen doit sortir du fond du cœur, Amen, Seigneur, Amen, par ta grâce, par ta grâce. Comme Paul dit, je n’ai pas encore atteint la perfection, mais je cours, les yeux fixés sur le but, et il ajoute, nous, qui sommes parfaits, marchons d’un même pas. Cela veut dire qu’il est parfait en Christ, il n’a pas encore atteint matériellement l’ensemble de la perfection à laquelle il aspire, mais il sait qu’il la possède en Christ et il court les yeux fixés sur Jésus, désireux d’atteindre le but, laissant toutes choses derrière et disant : « Seigneur Jésus, viens maintenant ». Alors maintenant, pour ceux qui n’auront pas rempli ces conditions, c’est-à-dire qui seront membres de l’Eglise officielle mais qui ne sont pas membres de l’Epouse qui va être enlevée, parce qu’ils ne se sont pas préparés. C’est cela qui est important, ils ne se sont pas préparés alors que le Seigneur leur avait demandé bien souvent de se préparer. Le Seigneur leur avait dit : « Il est temps, prépare-toi, je viens bientôt ». Ils n’ont pas mis leur vie en règle, ils se sont laissés aller au compromis, ils se sont laissés aller à la tiédeur laodicéenne, ils se sont laissés aller à toutes sortes de choses qui ne sont pas dans la Parole de Dieu, ils se sont laissés gagner par les soucis du monde, par les plaisirs du monde, par la recherche de l’argent, du confort, de tout ce que le monde recherche finalement. Et ils ont laissé les ronces et les épines grandir dans leur vie et la Parole a été étouffée dans leur vie, elle n’a pas produit le fruit qu’elle devait produire parce qu’il n’y avait pas eu de consécration réelle. Il n’y a pas eu de soif réelle de s’approcher de Jésus pour être transformé, pour être changé. On aura beau dire, moi, j’appartiens à Christ, moi je lui ai donné ma vie, moi cela fait 35 ans ou 50 ans que j’ai donné mon cœur à Jésus. Et j’ai même été baptisé d’eau, je parle en langues ! Mais si je me suis laissé aller au compromis, à la tiédeur, aux choses charnelles et que maintenant je dorme d’un profond sommeil sur mon banc d’église, je ne suis pas candidat et je ne suis pas prêt à l’enlèvement, je n’attends même pas le Seigneur. Je l’attends d’une manière tout à fait théorique mais je ne l’attends pas avec impatience et ardeur en disant : « Seigneur, viens! ». Alors c’est pour ceux-là que c’est quelques conseils très pratiques sont donnés , c’est-à-dire aux millions qui vont se réveiller un beau jour en constatant que l’Epouse est partie. Je n’ose pas penser et réfléchir à cela, quand je pense à tous ceux que je connais, même aux membres de ma famille, même à ceux qui ont été prévenus, à ceux qui se disaient chrétiens ou fidèles et qui vont rester sur la terre et qui vont s’apercevoir un jour que la véritable Eglise que Dieu seul connaît est partie. Et il y aura beaucoup de surprises, beaucoup de ceux que nous pensions rester, qui seront partis et beaucoup de ceux que nous pensions partir qui resteront. Et quand ceux qui se disaient chrétiens vont rester, vont se voir ce fameux matin, ou ce midi, ou ce soir, (cela dépendra de la latitude où ils seront), vont se voir laissés sur la terre alors que la véritable Eglise est partie, imaginez la détresse, l’horreur, de ce qui peut se passer dans un cœur. J’essaie de me mettre à la place de ceux qui vont réaliser brusquement que la trompette a sonné, que l’Epouse est partie et qu’eux sont restés. C’est horrible d’y penser, de s’imaginer que même si ce n’est pas encore la perdition éternelle, si ce n’est pas encore l’enfer, maintenant, c’est fait, ils sont dans la grande tribulation ! Ça y est, elle a commencé. Il y a encore une chance pour eux de ne pas perdre leur salut et d’entrer dans la vie éternelle, il y a encore une chance pour ceux qui se disent chrétiens et qui seront restés sur la terre, c’est de rester fidèle à Jésus et à sa Parole jusqu’au bout, quoiqu’il arrive. Donc, à ceux qui sont restés, alors que l’Eglise, l’Epouse véritable est partie, je dirais ceci : il faut maintenant que vous compreniez que vous êtes dans la grande tribulation, elle a commencé à l’instant où la véritable Epouse est partie. Il faut que vous sachiez que cette grande tribulation va durer sept années, longues années, terribles années de détresse, de ténèbres épaisses sur toute la terre. Et que, cette période de sept ans va être divisée en deux périodes de trois ans et demi chacune, la première qui verra la pleine manifestation de l’antichrist, et qui verra l’antichrist pourchasser et détruire tous ceux qui se disent chrétiens et qui appartiennent à Jésus et qui n’ont pas été enlevés. Il les poursuivra et il les détruira jusqu’au dernier. Sauf, s’il y en a parmi ceux-là qui acceptent la marque de la bête et qui acceptent donc de renier Jésus et d’accepter la tranquillité et de ne plus être persécutés et torturés, en acceptant la fameuse marque de la bête. Donc, je leur dirais : vous êtes maintenant dans la grande tribulation, il va falloir que vous choisissiez maintenant : Est-ce que vous voulez rester avec Jésus et en payer le prix, c’est-à-dire, de votre propre vie ? Est-ce que vous acceptez de payer le prix, pour être sauvés pour l’éternité ? Ou bien, maintenant, est-ce que vous acceptez de prendre la marque de la bête et d’adorer la bête, pour être perdus pour l’éternité ? Voilà le choix qui va tôt ou tard se présenter à vous, et plutôt tôt que tard, parce que le gouvernement de l’antichrist va se mettre en place à une allure record. Il n’y a plus d’obstacle, et cet antichrist va mettre en place un gouvernement unique qui, sur le plan politique, sur le plan économique et sur le plan religieux, va dominer la terre entière. Cela va se passer en quelques semaines, quelques mois, tout va être mis en place, tout est déjà en place dans les coulisses. Satan n’attend qu’une chose, c’est que le Saint-Esprit enlève l’Eglise pour que tout se manifeste. Mais tout est en place déjà, dans les coulisses. Alors, c’est sûr qu’actuellement, techniquement, tout est en place. Il y a soit la possibilité de mettre une marque indélébile sur la main ou sur le front, un genre de code barres qui serait imprimé dans la peau, ou alors ce qui se pratique maintenant pour le bétail, c’est encore plus simple et beaucoup plus efficace, on met une micro pastille qui a la taille d’un grain de riz, ce n’est pas gros du tout, c’est minuscule et cela peut s’injecter sous la peau, sous la première couche de peau. On fait cela pour les bêtes actuellement, il y a des pays où c’est obligatoire de le faire pour les animaux parce qu’on peut mettre dans une petite puce comme ça l’équivalent de douze millions de pages serrées d’informations. Vous vous rendez compte ?, cette micro pastille ou puce existe, elle a la taille d’un petit grain de riz, on l’injecte avec une petite seringue derrière l’oreille des animaux, et vous avez tout leur pedigree et tout, on les suit, on peut même, à la trace les suivre, pour voir s’ils sont perdus ou pas, par satellite, enfin, tout est en place, et ce serait un jeu d’enfant que de demander à des hommes de recevoir cette micro pastille sous la peau de la main ou sous la peau du front, c’est invisible, ce serait tout à fait efficace. Et avec un simple scanner comme ceux des super marchés, on vous met ça sur le front et la main, et on lit absolument tout ce qui vous concerne, tout est là-dedans, dans douze millions de pages, on a de quoi mettre des informations sur vous. Donc, tout est en place pour que ce système mondial politique, économique et religieux se mette en place, les instruments techniques sont en place, existent, ce n’est que dans notre période où cela peut être fait. Donc, notre époque est la seule époque qui puisse être la dernière. Auparavant, aucune autre époque ne pouvait avoir la possibilité d’être la dernière, parce que techniquement, ça ne pouvait pas se faire. Alors qu’aujourd’hui, techniquement, électroniquement, etc.… avec le développement des réseaux Internet et autres, cela se bouscule à une allure épouvantable. Il est possible actuellement, de marquer tous les hommes, de les suivre à la trace, de savoir où vous êtes. Les derniers

développements qui sont en train de se faire maintenant, ce sont les routes avec un ruban électronique, c’est-à-dire qu’il y a un simple câble qui va passer dans les routes. Les voitures seront équipées d’un capteur, cela veut dire que le chef du gouvernement ou les services seront capables de suivre à la trace votre véhicule, de voir où il est allé, les infractions faites, etc.… les excès de vitesse, où vous êtes allés, combien de temps vous êtes restés quelque part. Dès que vous êtes sur une route où il aura ce ruban, tout est capté, automatiquement. Cela existe puisqu’aujourd’hui, il y a des passages de péage où les voitures passent avec un paiement magnétique, tout est enregistré d’avance, et débité sur le compte et puis ça passe, les voitures s’arrêtent à peine et tout est enregistré. Donc, techniquement c’est tout à fait possible aujourd’hui d’organiser un système mondial contrôlé par un homme et son équipe, eux-mêmes possédés par Satan pour que le monde entier soit sous la puissance de l’antichrist. Et cela va se faire à toute allure. Donc, je dirais à ceux qui vont rester : vous allez assister à la prochaine manifestation de l’antichrist et de son système mondial. Il va se manifester comme un homme extrêmement séduisant et intelligent qui va attirer les gens par son intelligence, sa bonté apparente, sa puissance de séduction, la qualité des arguments qu’il va mettre en place et des solutions qu’il va proposer. Il va vraiment apparaître comme le sauveur du monde alors que le vrai Sauveur, Jésus, a été rejeté. Ce faux sauveur, l’antichrist, va être accepté par l’immense majorité du monde, parce qu’il va apporter les solutions techniques, financières et politiques pour régler les problèmes insolubles qui sont ceux du monde aujourd’hui. Regardez les chômeurs en colère qui envahissent tout, on veut du travail, on veut du travail, mais imaginez un homme super intelligent qui arrive avec des solutions miracle (miracle au sens démoniaque du terme), mais il serait suivi par tous comme un seul homme. Il amènerait du travail, de l’emploi, comme Hitler, avant la guerre, qui a employé tous les Allemands au chômage, en quelques années, pour son industrie de guerre, et tous étaient d’accord. Au début, c’était un sauveur, Hitler. Il a été élu par l’Allemagne entière. Il n’a pas pris le pouvoir de force. Là se sera un Hitler bien plus intelligent et bien plus compétent qui va en quelques semaines prendre le contrôle de l’humanité tout entière avec l’accord de l’humanité tout entière. Et ce contrôle va aboutir insidieusement à amener l’humanité entière à le reconnaître comme Dieu. Il ne va pas se contenter de mettre en place un système économique, financier et religieux qui permet à l’humanité d’être sous la même coupe, mais le but de Satan, c’est de se faire adorer comme Dieu. Donc, par l’intermédiaire de son homme, l’antichrist, dans lequel il va se trouver incarné, il va essayer d’amener, et il y arrivera, d’amener l’humanité entière, à le reconnaître comme Dieu, jusqu’à aller dans le temple de Jérusalem pour se faire reconnaître comme Dieu ; puisqu’il sera reconstruit à ce moment-là. Donc, vous allez assister à la manifestation de l’antichrist, et dans 2 Thessaloniciens, au chapitre 2, et au verset 1, il est dit ceci : « Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion avec lui, nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser facilement ébranler dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, par quelque parole, ou par quelque lettre qu’on dirait venir de nous, comme si le jour de Christ était déjà là. Que personne ne vous séduise d’aucune manière : car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché (l’antichrist), le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore ; il va jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu ». Donc, c’est cela le but de l’antichrist. Vous verrez peu à peu l’antichrist ne pas se contenter d’être le grand président mondial ou chef politique merveilleux qui va régler les problèmes du monde, mais il va permettre à Israël de reconstruire le temple à Jérusalem. Il trouvera un arrangement avec les Palestiniens, cela va être « merveilleux » (entre guillemets), parce que cette guerre du Moyen Orient qui empoisonne l’humanité va être réglée merveilleusement par l’antichrist. Il va trouver un accord entre Arabes, Palestiniens et Juifs. Les Juifs vont pouvoir reconstruire leur temple à Jérusalem, et, au bon moment, au moment qu’il a choisi lui-même, il ira dans ce temple pour se faire reconnaître comme Dieu, dévoilant là toutes ses batteries secrètes. Toujours dans ce même passage, il est dit au verset 8 : « Et alors paraîtra l’impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement ». Le règne de 7 ans de l’antichrist va se terminer par une guerre mondiale apocalyptique, c’est le cas de le dire, qui se terminera elle-même par le retour en gloire de Jésus qui va régner sur la terre. Mais « l’apparition de cet impie se fera par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers ». Donc, je dis à ceux qui vont rester : attention à l’apparition de l’antichrist. Il va non seulement organiser un système économique et politique et financier mondial, mais un système religieux. Et lui, peu à peu, par des miracles, des prodiges surnaturels, va finir par dire un jour : « Je suis Dieu venu en chair pour vous sauver ». Ceux qui vont rester l’entendront de leurs propres oreilles dire cela. Voilà exactement ce que Jésus-Christ dans la vérité, a pu dire et Il a été rejeté. Lui, il finira par dire : « Je suis Dieu venu en Chair pour vous sauver, adorez-moi ». Et il y aura tellement de miracles, de miracles extraordinairement puissants, il y a une puissance de séduction telle qui va jouer, que si vous n’êtes pas encrés en Jésus-Christ, vous serez emportés par ce mouvement mondial, complètement emportés. Le conseil le plus pratique que j’aurais à donner à ceux qui vont rester, c’est celui-ci : « Puisque vous allez voir apparaître cet antichrist et ce système mis en place avec toute la puissance de séduction de l’ennemi, des signes, des miracles mensongers, il est encore temps pour vous de vous fortifier spirituellement en Christ et dans sa Parole pour tenir jusqu’au bout, jusqu’au bout, c’est-à-dire jusqu’au moment où vous serez probablement martyrisés ». Je ne sais pas s’il y en aura quelques-uns qui vont réussir à se cacher jusqu’au bout pour éviter au moins qu’on leur pose la question : « Est-ce que tu prends ou pas la marque de la bête ? » Parce que si on répond non, on va être mis à mort automatiquement, torturés ; mais peut-être que certains, je ne sais pas, je l’espère, arriveront, par la grâce de Dieu, à se mettre dans des coins où même la puissance des démons ne pourra pas les trouver, je ne sais pas. En tous cas, je ne veux pas vous donner de faux espoirs, mais je dirais que vous serez placés tôt ou tard devant un choix terrible ; celui de prendre ou de laisser la marque de la bête. Prendre la marque de la bête ou la pastille qu’on va vous injecter ; c’est la perdition assurée pour l’éternité. La rejeter, c’est la mort physique assurée. Et la mort dans des souffrances terribles, certains verront leurs enfants torturés, assassinés sous leurs yeux et on leur répétera à chaque enfant qu’on va torturer vif, on leur dira : « Alors, tu la prends cette marque oui ou non ? Alors tu te laisses prendre oui ou non ? » Imaginez la force qu’il va falloir en Christ pour tenir bon en disant : Non, je refuse, je reste avec Jésus. Vous vous rendez compte ? Vous êtes prêts à penser à cela d’avance ? Et à dire : est-ce que je suis ancré en Christ au point de dire non à toutes ces menaces, à toutes ces tortures qui vont s’abattre sur moi, sur ma famille etc.… ? Moi, je serai parti, merci Seigneur, mais je me mets à la place de ceux qui vont rester. Je vous ai lu tout à l’heure que le reste, la femme qui représente les chrétiens restant sur terre, après que l’enfant ait été enlevé au ciel. Cette femme-là, il lui est donné un temps de répit, de refuge sur terre, et il est écrit dans Apocalypse 12, au verset 6 : « Elle s’enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, pour qu’elle y soit nourrie pendant trois ans et demi ». Et un peu plus loin, il est dit au verset 14 : « Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, pour qu’elle s’envole au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d’un temps, (c’est-à-dire 3 ans et demi), loin de la face du serpent ». « Et le dragon (verset 17) irrité contre la femme, s’en alla faire la guerre au reste de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus-Christ ». Donc, cela montre bien qu’il y a une période de 3 ans et demi maximum où ceux qui gardent encore le témoignage de Jésus (même si Satan, le diable, leur fait la guerre), vont avoir quelque part, un lieu de refuge préparé par Dieu. Est-ce que ce lieu est physiquement un lieu désertique ou un lieu reculé ? ou est-ce que c’est simplement un symbole, que, quelque part il y aura la protection de Dieu, même dans les grandes villes, dans des endroits où ils pourront se cacher pour se mettre à l’abri. Peu importe, mais en tous cas, ceux qui vont rester auront la possibilité d’être préservés pendant un maximum de trois ans et demi, malgré les coups et les persécutions et les recherches actives de Satan. Et un peu plus loin au chapitre 13, il est bien dit, au verset 7 : « Il lui fut donné (à l’antichrist donc) de faire la guerre aux saints, et de les vaincre ». Donc cette période de trois ans et demi va s’achever par une guerre directe qui va s’achever par la défaite de ceux qui confessent encore le nom de Jésus, et c’est à ce moment-là que le choix leur sera clairement donné. Au verset 15 du même chapitre : « Il lui fut donné d’animer l’image de la bête (le faux prophète) afin que l’image de la bête parle, et qu’elle fasse que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête soient tués. Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne puisse acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom ». (C’est-à-dire 666). Donc, il arrive un temps où le système économique mis en place va obliger les gens à acheter et à vendre seulement s’ils ont la marque de la bête. Les autres ne pourront plus ni acheter ni vendre. Cela montre bien que les chrétiens qui seront restés, qui seront allés dans des lieux de refuge, vont devoir se débrouiller pour être nourris ou surnaturellement ou avec les moyens du bord, ou vivre en autarcie, pour pouvoir survivre encore un temps, le temps qui vous sera nécessaire de vous fortifier spirituellement pour vous préparer à ce qui va vous arriver, parce que le choix va être donné, vous n’allez pas pouvoir ni acheter, ni vendre quoi que ce soit, ni fréquenter quoi que ce soit comme établissement public ou hôpital ou école, vous devez avoir la marque de la bête pour faire quoi que ce soit dans ce monde contrôlé par l’antichrist. Et le conseil, exhortation que je vous donne à ce moment-là, c’est ; refusez à tout prix la marque de la bête parce que ceux qui ont reçu la marque de la bête seront perdus pour l’éternité. Au chapitre 14 et au verset 9 : « Si quelqu’un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’Agneau. Aux siècles des siècles ». Tous ceux qui ont accepté la marque de la bête seront perdus. La perdition, ce n’est pas simplement d’accepter une petite pastille ou une marque. Avec cette pastille ou cette marque, on leur demandera d’adorer l’antichrist et de le reconnaître comme Dieu. C’est là la clé de la perdition. Et une fois que ça sera fait, il n’y aura plus moyen de revenir en arrière. Un peu plus loin, dans Apocalypse 17 et au verset 10 : « Les sept têtes de la bête sont sept rois ; cinq sont tombés, un existe, l’autre n’est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit rester un peu de temps ». Les cinq rois, ce sont les cinq empires, nous l’avons vu déjà, qui ont régné sur la terre, l’Egypte, la Chaldée, la Perse, la Syrie, et l’empire grec. Ce sont les cinq qui ont existé. Et il ajoute : « un existe ». Quel est l’empire qui existe au temps où Jean parle ? C’est l’empire romain. C’est le sixième. Et le septième, c’est celui de l’antichrist, c’est-à-dire la reconstitution de l’empire romain sous nos yeux, par le traité de Rome et par l’organisation du marché européen et de la communauté européenne, puisqu’il est bien dit que le siège de l’antichrist sera à Rome (la ville des sept collines c’est la ville qui domine le monde à l’époque où Jean a reçu la vision). Nous voyons sous nos yeux se reconstituer en Europe une puissance économique et politique qui va être le siège de l’antichrist, où l’antichrist va se manifester, et où il va s’appuyer sur une fausse religion qui aura son siège à Rome. C’est ce que le Seigneur dit : la ville aux sept collines et qui domine le monde, c’est Rome, et c’est à partir de là que l’antichrist va établir son système mondial, appuyé sur le faux prophète. Au chapitre 17 et au verset 18 : « La femme que tu as vue, c’est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre ». Il faut savoir, vous qui resterez, que cet antichrist qui va se manifester sous vos yeux, va s’appuyer sur une fausse religion qui aura son siège à Rome et qui est déjà bien puissante dans le monde entier, qui sera encore plus puissante par la puissance des démons pour séduire les gens, et pour les embrigader dans les troupes de l’antichrist. Il faut à tout prix refuser le moindre contact avec quelque représentant que ce soit de cette fausse religion. Refusez, ne vous laissez séduire par aucune suggestion, par aucun faux œcuménisme, aucun faux amour où on essaierait de vous attirer dans des bras grands ouverts en disant : « Mais, enfin, il faut que tu ouvres les yeux, tu vas être béni, c’est Dieu qui envoie un sauveur, c’est maintenant, regarde les miracles, regarde les signes, regarde les prodiges, regarde la bénédiction qui vient sur tous ceux qui sont dans les bras de cet homme providentiel, regarde, ils ont du travail, ils ont de la richesse, ils ont de l’argent, ils ont du bonheur, ils ont la santé », parce que les démons vont agir pour enlever les maladies et les infirmités, il y aura des grands miracles et des grands prodiges. Donc, en face, on aura un petit troupeau pourchassé, maudit. On te dira : « Mais quitte un peu cette malédiction et viens nous rejoindre ! » Il y a une séduction terrible qui va se manifester dans le monde entier et là, l’exhortation qui est donnée à ceux qui garderont la vérité et la Parole de Dieu, c’est : refusez à tout prix le moindre contact, le moindre compromis, avec ce système religieux mondial qui va venir vers vous grand ouvert avec un faux amour et une fausse unité. Je dirais : vous avez la Bible, je ne sais pas encore pour combien de temps, vous avez la possibilité de vous cacher, mon conseil pratique, c’est : cachez vous quelque part, dans un coin le plus solitaire et le plus retiré possible, essayez de vivre en autarcie complète avec le minimum de choses, mettez-vous à l’abri, prenez votre Bible avec vous, et priez, lisez la Bible et priez pour être fort devant les choses qui vont arriver devant vous. Il vous reste encore une chance d’être sauvé et de recevoir l’éternité avec Christ. Tous n’auront peut-être pas la possibilité d’aller dans un lieu isolé, mais où que vous soyez, cachez-vous, mettez-vous dans la situation des Juifs pourchassés pendant la dernière guerre ; pourchassés par la Gestapo, pourchassés par ceux qui voulaient les tuer. Vous serez exactement dans cette situation-là, peut être serez-vous secourus un temps par quelque brave personne du monde qui n’a pas encore tout compris ce qui se passe et qui pourra vous aider un temps. Profitez-en, cachez-vous, mettez-vous dans un coin où personne ne pourra vous voir, murez-vous dans un coin de maison si c’est possible, essayez de trouver des lieux déserts où vous pourrez rester dans un coin tranquille pendant trois ans et demi pour vous fortifier dans le Seigneur, pour prier, demander à Dieu qu’il vous fortifie, et lire sa Parole et vous en imprégner. Chaque jour que vous gagnerez pour le Seigneur est un jour où vous pourrez vous fortifier spirituellement, où vous pourrez aborder un peu plus fort la grande épreuve qui vous attend, c’est-à dire la torture et quand vous serez pris par les sbires de l’antichrist, cela ne va pas traîner, on vous mettra devant le choix : ou tu prends la marque et tu es sauvé (soi-disant, pour eux), et tu as tout ce que tu veux, ou tu la refuses et tu es torturé et tu es mis à mort, toi et ta famille. Préparez-vous à ce choix, priez Dieu qu’il vous donne la force quand ce choix sera placé devant vous de ne pas céder et de rester fidèle à Jésus, en disant : « Seigneur, j’ai raté le premier coche, je ne veux pas rater le second. J’ai raté l’enlèvement parce que je me suis laissé aller au compromis, je me suis laissé aller à ne pas me préparer dans la prière et dans la lecture de ta Parole, maintenant, Seigneur, tu m’as donné un temps dans le désert où j’ai pu me préparer, où j’ai pu me fortifier en toi, ce temps que j’ai mis à profit pour me préparer, je demande maintenant que tu me fortifies pour que je puisse dire à l’antichrist : « Non ». Que je puisse lui dire : « Maintenant quel que soit le sort qui m’attend, je reste avec Jésus ». C’est terrible de penser à cela, de penser que malgré tout, vous finirez par être trouvés, vous finirez par être sortis de votre cachette, et que vous devrez prendre cette décision terrible devant Dieu et devant l’antichrist ; ou la marque ou la fidélité au Seigneur. Le jour où vous aurez cette terrible chose qui vous arrive, vous êtes découverts et puis, on vous traîne devant les tribunaux de l’antichrist, et on vous propose ce choix, soyez forts quel que soit le prix à payer. Ou le prix que ceux qui sont restés avec vous, de vos familles auront à payer. Restez forts et dites non à l’antichrist, résistez à toutes les séductions, résistez à toutes les menaces, dites : « Non, je ne céderai pas ». Et sachez, pour vous consoler et vous encourager, que si vous persévérez jusqu’au bout dans la fidélité au Seigneur, vous serez sans doute martyrisés, mais vous aurez une meilleure résurrection. Cela veut dire qu’au milieu de la grande tribulation, c’est-à-dire à l’instant où les trois ans et demi sont finis, et où tous ceux qui sont restés chrétiens seront mis à mort parce qu’ils auront été tous trouvés, le Seigneur fera une grâce particulière à ces martyrs de la tribulation, et Il les fera ressusciter et monter au ciel avec lui pour être réunis à tous ceux qui auront été enlevés auparavant. Sachez qu’il y a une consolation, ne perdez jamais l’espérance et l’espoir, sachez que ceux qui seront restés fidèles, malgré les tribulations qu’ils vont traverser, et les choses horribles qu’ils vont vivre, sachez qu’il y a pour vous une espérance, c’est que le Seigneur a promis de vous faire revivre et de régner avec lui pendant mille ans et bien sûr d’être sauvés pour l’éternité. Donc, vous ne ferez même pas partie des sauvés qui vont ressusciter à la fin des mille ans et qui vont être jugés devant le grand trône blanc, vous ferez partie, vous qui serez restés fidèles, de ceux qui vont ressusciter avant le règne de Christ, ou au début du règne de Christ et qui vont régner avec Christ pendant mille ans. Vous ne ferez pas partie de l’Epouse de Jésus-Christ, qui a déjà été enlevée, mais vous ferez partie de ceux qui, avec l’Epouse et avec le Seigneur, vont pouvoir régner pendant mille ans avec le Seigneur et pouvoir rester éternellement avec les amis de l’Epoux et ceux qui sont là dans la gloire avec Jésus. Dans Apocalypse 20, il est bien dit, au verset 4 : « Je vis des trônes, à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la Parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front ni sur leur main. Ils revinrent à la vie et ils régnèrent avec Christ pendant mille ans ». Donc, vous voyez l’espérance qui est la vôtre, si, malgré tout, vous avez pris à cœur et vous prenez à cœur de vous fortifier pendant le peu de temps qui vous est laissé par le Seigneur, de prier, de lire la Bible et de demander au Seigneur de vous rendre forts devant tout ce qui va arriver. Vous allez passer par de grandes tribulations, mais l’espérance va vous tenir jusqu’au bout, vous allez rester fidèles et vous allez ressusciter et régner avec Christ pendant mille ans. Même si vous avez l’occasion de regretter amèrement de ne pas vous être préparés avant, et de devoir passer par ces années horribles que Dieu aurait bien aimé vous éviter. Malgré cela, il vous reste encore cette espérance bénie que si vous restez fidèles et si vous refusez quoi qu’il vous en coûte la marque de la bête, vous allez ressusciter et régner avec Christ pendant mille ans ; vous allez faire partie de ceux qui héritent de la première résurrection. La mort n’aura plus de pouvoir sur vous, vous allez faire partie de ceux qui héritent du Royaume de Dieu. C’est une foule nombreuse. Il y aura beaucoup de martyrs de la tribulation. Beaucoup de ceux qui n’étaient malheureusement pas prêts. Ils vont réaliser au moment où l’Eglise part qu’il leur reste encore une chance. Vous vous rendez compte que ceux qui n’étaient pas prêts, ce sont ceux qui vivaient dans le compromis, dans la chair ou dans le péché. Vous pensez bien que leur force spirituelle n’est pas très grande et qu’il va falloir vraiment qu’à partir du moment où ils ont réalisé leur situation, ils se tournent entièrement vers Dieu pour dire : « Maintenant, Seigneur, c’est fini, plus de compromis, plus de séduction, c’est terminé, quoi qu’il m’en coûte, quoi qu’il en coûte aux miens qui sont restés avec moi, Seigneur, je t’en supplie, fortifie-moi pour que je sois fidèle jusqu’au bout », et ceux qui persévéreront jusqu’au bout seront sauvés. Ils ne se laisseront arrêter par aucune tribulation, aucune menace, rien. Ils vont rester fidèles parce qu’ils auront consacré leur vie au Seigneur. Ils auront ouvert les yeux, consacré leur vie au Seigneur et ils auront prié intensément en disant : « Seigneur, fortifie-moi maintenant, pour que je fasse encore partie de ceux qui vont hériter de la première résurrection, et régner avec toi, et que tu me remplisses, Seigneur, de cette force divine que tu donnes à tes martyrs, qui, dans les temps passés, ont accepté la torture épouvantable, d’être crucifiés, brûlés vif, sciés, lapidés, torturés, pour ton nom, Seigneur et qui ont été fidèles malgré tout ». Ils vont ressusciter avec nous et participer à la gloire que Dieu donnes. Le Saint-Esprit est répandu dans le monde aujourd’hui, et le Saint-Esprit est dans la vie de tous ceux qui ont donné leur cœur au Seigneur. Donc, quand le Saint-Esprit va partir avec l’Epouse, cela ne veut pas dire qu’il va quitter ceux qui appartiennent au Seigneur. S’ils se consacrent au Seigneur en disant : « Seigneur, maintenant, tu me fortifies », le Saint- Esprit va agir comme dans les temps de l’Ancien Testament où il venait sur l’un, sur l’autre et on voyait bien qu’il y avait des vies consacrées où l’Esprit de Dieu était là pour agir, mais il ne sera plus répandu dans le monde. Il n’y aura plus cette action puissante du Saint-Esprit pour amener des âmes à la repentance, amener des âmes au salut, c’est terminé. Il y aura une grande foule de chrétiens qui n’ont pas été enlevés. Le Saint-Esprit, j’en suis certain, va quand même rester avec eux pour fortifier ceux qui vont prier Dieu et qui vont dire : « Seigneur, rends-moi fort pour pouvoir traverser ce que je vais vivre maintenant ». Mais ils n’auront pas tous les moyens de grâce que nous avons, nous. Ils n’auront pas cette présence universelle du Saint-Esprit qui coule à flots et qui vient dans le monde entier pour amener des âmes, pour agir par des miracles, des signes et des prodiges, cela va être un temps de désert spirituel où ils vont se trouver seuls avec Dieu et seuls avec la Parole qu’ils auront gardée quelque temps encore, puisque l’antichrist va détruire les Bibles aussi. Donc, cachez-vous une Bible quelque part, gardez-la, prenez-la avec vous, et quand vous serez dans ce lieu de désert ou ce lieu de refuge, lisez-la, fortifiez-vous, priez, et soyez remplis de la force du Seigneur. Mais si je donne ces conseils pratiques, c’est surtout pour exhorter ceux qui m’entendent encore maintenant à se préparer pour l’enlèvement. Donc, le cri de mon cœur, c’est celui du Seigneur, c’est celui qu’il met sur mon cœur, c’est de dire maintenant : « Prépare-toi, ton Dieu vient bientôt et il veut t’enlever, il ne veut pas que tu restes avec de bons conseils pratiques pour vivre pendant la période de l’antichrist, il veut que tu partes avec lui ». Donc, le meilleur conseil pratique que je donnerai en conclusion, c’est : « Prépare-toi immédiatement, maintenant, pour être enlevé quand la dernière trompette va sonner ». Comment se préparer ? Mets ta vie en ordre, mets ta vie en règle, regarde si tu as encore des compromis avec les fausses religions, laisse tomber tout cela, viens à la vérité de la Parole et de Jésus seul, laisse tomber tout ce qui n’est pas vrai, tout ce qui n’est pas pur, tout ce qui n’est pas saint, laisse tomber tes mauvaises pratiques que Dieu va te montrer, parce que tu as un cœur entier, tu dis : « Seigneur montre-moi ». Laisse tomber la fornication, laisse tomber les pratiques sexuelles impures, laisse tomber la grossièreté, laisse tomber l’impureté sous toutes ses formes, laisse tomber tout cela et dis : « Seigneur remplis-moi de ton Esprit maintenant, remplis-moi, remplis-moi, montre-moi, sonde moi, et montre-moi tout ce qui ne va pas dans ma maison, dans ma vie, dans ma famille, tout ce qui m’est possible de mettre en ordre, je le fais immédiatement, Seigneur, je confesse tous mes péchés, je me mets devant toi, j’invoque ton sang précieux ». Je te dis : « Seigneur, maintenant, je veux partir avec toi, quand la dernière trompette va sonner, je veux monter, je veux que rien de lourd me retienne en bas, rien, aucune chaîne, rien du tout, Seigneur, viens, Seigneur Jésus ». Et je passe ma journée à dire : « Viens, Seigneur ». Si je passe ma journée à dire : « Viens Seigneur Jésus », vous pensez bien que je vais me préparer à la venue du Seigneur. Je ne peux pas dire à la fois : « Viens Seigneur Jésus » et puis vivre dans un état de compromis sans aucune préparation. Le fait que je dise : « Viens Seigneur Jésus », cela montre que je fais partie de ceux qui sont en train de se préparer parce que je désire être avec mon Seigneur. Dans les deux derniers versets de l’Apocalypse, il est dit : « Celui qui atteste ces choses dit : oui, je viens bientôt. Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous ! » Et nous, nous disons tous, Amen ! Amen ! Seigneur. Seigneur, c’est la prière de nos cœurs à tous, que tu sondes nos cœurs et que tu fasses un travail de sanctification parfaite comme tu le dis dans Ephésiens 5, Seigneur, que tu nourris ton Eglise, tu lui fais du bien, tu la fortifies, tu la laves, tu la sanctifies après l’avoir lavée dans l’eau de ta Parole, pour qu’elle soit devant toi sans ride ni tache mais pure, irrépréhensible, prête à partir avec toi et à être digne d’être appelée ton épouse, Seigneur Jésus, je te prie que tu parles aux multitudes encore dans la terre entière, que tu nous tiennes debout jusqu’à ta venue proche, que tu continues à nous sanctifier, à

nous parler, à nous montrer, à nous éclairer et que ton œuvre soit parfaite comme tu l’as promis, Seigneur. Fais le pour chacun de ceux qui entendent ces paroles, Seigneur, de ceux qui entendent ta Parole dans le monde entier. Fais-le, Seigneur et que ton Epouse soit prête à ta venue. Fais-nous la grâce de pouvoir tenir debout jusqu’au bout, Seigneur, notre Père, au nom de Jésus, je t’en remercie et j’ai confiance en toi. Amen.

                    Comment être pleinement assurés que nous allons

              être enlevés. Comment être irréprochables au moment de la

                                      venue du Seigneur.

Je vais vous lire un court passage dans la Bible, dans la première épître de Paul aux Thessaloniciens, au chapitre 5.: ( lire le chapitre ) Comment être pleinement assurés que nous allons être enlevés ? Il y a beaucoup de chrétiens qui ne croient pas, ou peu, à l’enlèvement, et qui ne s’y préparent pas, et il y a beaucoup de chrétiens qui croient et qui s’y préparent, mais qui n’ont aucune certitude, ou qui ont une certitude chancelante, qui se posent des questions…: Comment être pleinement assurés, mais alors, pleins, à cent pour cent assurés que nous allons être enlevés lorsque la dernière trompette va retentir. Ce message s’adresse à des chrétiens qui sont fidèles et qui veulent marcher avec le Seigneur ou qui souhaitent être fidèles et marcher pleinement avec le Seigneur. Le passage que je vais vous lire pour commencer, c’est celui de 1 Thessaloniciens 5:23 : « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entier et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps (avec tous ses organes, bien-sûr), soit conservé irrépréhensible ». Ça veut dire irréprochable ; vous rendez-vous compte de ce qu’il dit là ? « Que tout votre être, esprit, âme et corps soit », il ne dit pas : « soit tendu vers le but de la perfection », non, il ne dit pas ça, il dit : « soit conservé », ça veut dire qu’il l’est déjà, « irréprochable lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus ». Donc, il exhorte les chrétiens à être irréprochables, à se conserver irréprochables jusqu’au jour de Christ. « Celui qui vous a appelés est fidèle et c’est lui qui le fera ». Mais ce n’est pas lui qui va le faire n’importe comment. Le but de ce  message, c’est de voir comment la volonté de Dieu va s’accomplir dans nos vies. Parce que Dieu veut sauver tous les hommes, mais tous ne seront pas sauvés. Dieu veut sanctifier toute l’Eglise et toute l’Eglise ne va pas être sanctifiée pour le jour de Christ. Donc, là, c’est une exhortation qui est aussi un souhait, qui est presque un commandement : « Que le Dieu de paix », là, il ne commande pas au Seigneur, mais il dit aux chrétiens : « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entier ; (voilà le souhait, la prière, l’espérance et la foi de Paul) et que tout votre être, esprit (remarquez qu’il ne commence pas par le corps, il commence par l’esprit), l’esprit, l’âme et le corps soient conservés irréprochables lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus ». L’avènement de Jésus commence par l’enlèvement de l’Eglise. Ensuite, après la période de sept années de tribulations, c’est le retour glorieux de Jésus sur la terre, où tout œil le verra. Les Juifs tout entiers vont se convertir et Jésus va revenir avec l’Eglise pour régner pendant mille ans sur la terre. Ça va être vraiment la restauration du trône de David sur la terre, le règne de Jésus à Jérusalem sur la terre entière et la gloire d’Israël qui sera entièrement restaurée. La tente de David sera relevée ; et l’Eglise régnera avec Jésus-Christ parce qu’elle a été digne d’être enlevée, elle était irréprochable lorsque Jésus est venu la chercher. Irréprochable ! Ça veut dire que quand Dieu nous regarde et qu’Il nous scrute de l’esprit au corps, Il ne voit aucun reproche à nous faire. Alors est-ce que votre première réaction à l’écoute de ce verset, c’est de dire : « Il n’y en aura pas beaucoup ! Si c’est ça, est-ce que je vais en faire partie moi aussi ? » Si tu te poses ce genre de question, c’est que tu n’es pas sûr d’être enlevé. Donc, il faut tout de suite mettre les pendules à l’heure et ne plus être en mesure de se poser la question, parce qu’il est bien dit que si nous faisons ce que Dieu nous demande de faire (il ne s’agit pas de faire des tonnes d’efforts pour nous rendre irréprochables, on n’y arrivera jamais), il est bien dit que « Celui qui vous a appelés est fidèle et c’est lui qui le fera ». Une œuvre que Christ commence dans notre vie, si nous la lui laissons faire, il l’achèvera. Il faut laisser à Christ la possibilité de faire Son œuvre en nous pour que Lui nous rende irréprochable et que nous soyons conservés irréprochables par Lui jusqu’au bout. Je vous ai dit la dernière fois que ceux qui allaient être enlevés lors de la venue de Jésus, c’était ceux qui allaient faire partie de l’Epouse sanctifiée du Seigneur, celle à qui il a été donné de se revêtir d’un vêtement blanc, pur, du fin lin qui est la justice des saints. Donc, je répète parce qu’il faut que ce soit bien compris, bien entré dans les cœurs que Jésus ne vient pas enlever toute l’Eglise visible du Seigneur, mais seulement celle qui s’est préparée, seulement celle qui fait partie de l’Epouse sanctifiée, c’est-à-dire seulement celle qui est réellement née de nouveau, celle qui est passée par le baptême d’eau par immersion au nom du Seigneur, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit comme Jésus le demande et celle qui est remplie du Saint-Esprit, qui a reçu un vrai, réel baptême du Saint-Esprit ; et celle qui marche dans l’obéissance et dans l’humilité avec son Seigneur. Ça paraît compliqué, ça ? C’est à la portée d’un petit enfant. Le problème, c’est que beaucoup de chrétiens ne savent pas ce que c’est que la nouvelle naissance, sont dans des traditions, ou sont chrétiens parce que les parents étaient chrétiens ou parce qu’ils ont vécu, ils ont grandi dans des églises chrétiennes et ils participent à des activités chrétiennes, ou parce qu’ils sont passés par des écoles bibliques et on les a bien farcis de théologie chrétienne etc. Mais ils n’ont pas la vie de Jésus en eux. C’est important d’être né de nouveau. Donc la

première des conditions pour être sûr d’être enlevé, c’est d’être sûr d’être sauvé. C’est la toute première base. Il faut qu’il n’y ait aucun doute dans ton cœur, je pense que c’est le cas pour nous tous, il n’y a pas de problème, mais ça peut être un problème pour beaucoup de chrétiens dans le monde entier de ceux qui se disent chrétiens. Ils manquent d’assurance dans leur salut. Si on leur pose la question : « Si Jésus revient maintenant ou si Jésus vient te chercher par la mort, est-ce que tu vas au ciel direct » ? Il y en a beaucoup qui disent : « Si Dieu le veut, si Dieu peut, si je suis jugé digne, si »… Il y a beaucoup de « si » et de « mais » mais ce n’est pas un « oui » direct qui sort du cœur immédiatement : « Oui, si Jésus vient me reprendre maintenant, ou si la mort me prenait parce que c’est la fin de ma vie, ou si, évidemment l’enlèvement se produit, je vais direct au ciel avec lui. Je vais directement au ciel parce que je suis sûr d’être sauvé ».

Donc la nouvelle naissance, ce n’est pas le fait de dire : « Je suis sûr d’être sauvé », c’est le fait d’avoir au fond du cœur une totale assurance (qui sort, après, par la bouche, bien-sûr, parce que ce qui vient du fond du cœur sort toujours par notre bouche) que nous sommes rentrés dans le salut de Dieu ; que nous avons reçu la vie de Jésus-Christ dans nos vies ; que nous ne sommes plus quelqu’un de coupé de Dieu, de seul, d’isolé avec une croyance chrétienne, une espérance chrétienne, mais que nous sommes en communion avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit parce que nous avons reçu la vie du Seigneur. Et quand nous avons reçu la vie du Seigneur, nous le savons. Vraiment, dans le fond du cœur, il y a quelque chose, il y a l’Esprit du Seigneur en nous qui atteste dans nos cœurs que nous sommes enfants de Dieu et que nous pouvons nous tourner vers Dieu notre Père et l’appeler : « Père » ; « Abba » ; parce que nous avons compris par le Saint-Esprit qui est Jésus, ce qu’il est venu faire, nous avons reconnu notre état de pécheurs, nous avons reconnu qu’il n’y a pas d’autre issue que la croix de Jésus et la repentance réelle. Et l’œuvre du Saint-Esprit nous a éclairé, nous a ouvert l’Esprit et nous avons compris l’œuvre magnifique de Jésus à la Croix et nous avons reçu dans nos cœurs, parce que nous lui avons ouvert notre cœur, nous avons reçu la vie éternelle. Vous ne pensez pas que ça fait un changement dans les cœurs quand la vie éternelle de Dieu fait irruption dans notre esprit pour changer notre esprit et le faire naître de nouveau ? Vous ne pensez pas qu’il y a quelque chose de neuf, de magnifique, de merveilleux qui se produit et qui finit par dissiper toutes les vapeurs, toutes les fumées, tous les brouillards qui peuvent entourer encore notre esprit ? Il y a là au fond du cœur la vie de Dieu qui est entrée et avec la vie de Dieu, la Parole de Dieu qui donne la vie et le Saint-Esprit qui donne la vie qui nous fait naître à une vie nouvelle ; et nous nous reconnaissons comme vraiment fils de notre Père céleste ; fils et filles de notre Père céleste. Et nous sommes dans la vie. La marche avec Jésus, c’est une vie, une vie qui remplit nos cœurs, qui remplit nos pensées, qui remplit notre corps tout entier et qui n’est pas seulement un petit filet de vie, mais qui est un fleuve d’eau vive parce que Jésus le bon Berger est venu pour que ses brebis aient la vie et qu’elles l’aient avec abondance ! Ce n’est pas un petit filet de vie qui coule lamentablement entre deux pierres sèches, c’est un torrent qui doit sortir du cœur et qui bouillonne ! Ce n’est même pas un puits. Un puits, il peut y avoir de l’eau vive, dedans, mais alors il faut la chercher avec une pompe ou un seau. Jésus a dit : « Celui qui croit en moi, des fleuves d’eau vive sortiront de son sein ». Pas un petit ruisseau, il a dit : « Des fleuves d’eau vive » ; pas seulement un fleuve, mais « des fleuves d’eau vive ». Il disait cela de ceux qui allaient recevoir Son Esprit. Donc, de ceux qui allaient d’abord passer par la nouvelle naissance pour recevoir le Saint-Esprit qui donne la vie. Et ayant reçu la vie, qui se sont trouvés en communion avec un sauveur merveilleux qui s’appelle Jésus de Nazareth, qui est la résurrection et la vie ; et quand on est en communion ou quand on commence à être en communion avec Jésus, on n’a qu’un désir normal dans le cœur, c’est de nous approcher toujours plus de lui pour recevoir davantage de sa vie. N’est-ce pas ce qu’il y a au fond de vos cœurs ? N’est-ce pas le désir ardent qu’il y a au fond du cœur de tous ceux qui ont reçu la vie éternelle ? Si tu es un chrétien qui ne se préoccupe pas tellement de communion avec Jésus, qui se préoccupe d’une bonne morale chrétienne, d’un aspect de vie qui soit recommandable aux yeux des hommes et même aux yeux de Dieu, si tu recherches simplement une morale chrétienne, une bonne vie chrétienne, une participation à des activités chrétiennes ou à une bonne église où on enseigne bien, où tu vas faire des choses intéressantes pour Jésus, participer à de l’évangélisation etc., ça ne prouve pas que tu as reçu la vie de Dieu. Il faut que tu sentes bouillonner dans ton cœur cet amour pour Jésus qui vient de la vie qu’il t’a donnée. Et cet amour pour Jésus va te pousser à rechercher sa face, sa présence ; va te pousser à méditer sa Parole, va te pousser à prier, va te pousser à entrer en communion toujours plus profonde avec lui, et à te détourner toujours plus de la terre, du monde et de ses appâts et de ses désirs et de ses attraits, qui n’ont plus aucun attrait pour toi qui a reçu la vie d’en haut. Même si tu es appelé à continuer tes activités terrestres parce qu’il faut le faire et il faut donner un bon témoignage, ce n’est plus du tout ça qui remplit ton cœur. Ce qui remplit ton cœur, ce sont les choses d’en haut où Christ est assis à la droite du Père et c’est désirer ardemment toujours plus une communion plus profonde avec Jésus et avec sa Parole. La Parole est Esprit et Vie. Elle vient même de la source de vie, de la source même de vie qui est Dieu, qui est de son trône. Dieu a tout créé par sa Parole. Vous vous rendez-compte que Dieu a tout créé par sa Parole ? Nous, quand nous voulons créer quelque chose, qu’est-ce qu’on fait ? On se débrouille avec ce qu’on a. Et avec notre intelligence et notre  imagination, on fait des choses apparemment nouvelles, mais en fait, qu’est ce qui est de nouveau là dedans sinon l’idée qu’on peut y mettre, mais on est obligé de partir de choses déjà visibles, existantes. Tandis que Dieu part de rien du tout, il prononce une parole et ce qui était invisible devient visible, ce qui était néant arrive à la manifestation. Donc, il suffit à Dieu d’une parole pour changer une vie. Il suffit à Dieu d’une parole pour donner la vie à un mort. Il suffit à Dieu d’une parole pour te sanctifier et te rendre irréprochable pour le Jour de Christ. Mais le problème, c’est qu’il faut que cette parole soit reçue avec un cœur tout entier, rempli d’amour pour Jésus et ouvert à sa Parole, qui la reçoit avec foi, puisqu’en plus avec la Parole, il te donne la foi ; mais si tu n’as pas le désir de recevoir de Jésus, il ne va pas envoyer dans ton cœur cette parole, et la foi, et toutes les bonnes choses qui viennent d’en haut. Il ne l’enverra pas parce qu’il ne voit pas un cœur assoiffé. « Celui qui a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive ». A la mesure de ta soif, tu vas recevoir de Jésus. Jésus, lui, veut inonder ta vie au-delà de tout ce que tu peux imaginer ou penser. C’est cela qu’il y a dans son cœur. Mais maintenant de l’autre côté, qui va- t-il trouver ? Quelqu’un qui regarde négligemment de temps en temps à Jésus en disant : « Bon, bénis sois-tu Seigneur, merci de m’avoir sauvé ». Et puis il continue à s’occuper de ses activités de tous les jours avec un grand intérêt. Et puis, de temps en temps, il fait sa petite prière à Jésus quand les choses vont mal. Ou bien est-ce que tu es tout entier tourné vers Jésus parce que tu as soif de lui, parce que tu reconnais qu’il est la seule source d’eau vive de l’univers ? Parce que tu reconnais qu’il est la résurrection et la vie, qu’il y a tout en lui, qu’on a tout pleinement en lui ? Que le Père nous a donné son propre Fils pour que toutes les richesses du Père viennent en abondance comme des fleuves dans nos vies ? Si j’ai ce désir-là dans le cœur, j’aurai soif, j’arriverai à Jésus et je vais boire. Je vais boire et ayant bu, je vais remplir mon cœur des choses qui arrivent d’en haut, de sa sainteté, de sa vie, de sa toute puissance, de sa parole, de ses promesses, de sa résurrection, et étant rempli à déborder, des fleuves d’eau vive vont sortir de moi pour arroser les terrains desséchés. Et celui qui va me poser la question à ce moment-là : « Mais si Jésus vient te chercher, est-ce que tu pars avec lui » ? Mais la réponse coule de source, je dirais : elle sort immédiatement : « Mais oui ! Je suis sauvé, je suis né d’en haut, je suis né de nouveau parce que je le sais, parce que je participe à la vie de Christ ». Mais si ta foi est intellectuelle, si ta foi est théologique, si ta foi est simplement une foi de tradition, tu n’es pas né de nouveau et il faut tout recommencer à zéro. Il faut te remettre devant Jésus, te remettre devant la Croix, te remettre devant le message de Jésus, ouvrir ton cœur et dire : « Seigneur, mais je n’ai pas cette vie-là. Je t’ouvre mon cœur, donne-moi la vie ! Donne-moi la vie éternelle, Seigneur ! Je m’incline devant toi, Je me prosterne devant le Fils de Dieu et je reconnais mon néant, je reconnais le manque de vie en moi et je te demande de me remplir de ta vie, Seigneur. Fais cette œuvre en moi par ton Saint-Esprit ». Et celui qui le désire ardemment, ce désir lui est mis dans le cœur par le Seigneur lui-même. Celui qui a ce désir là dans le cœur, croyez-vous que le Seigneur ne va pas l’exaucer ? Je ne crois absolument pas à cette fausse doctrine de l’élection divine dans la mesure où cette doctrine dirait que certains sont élus par Dieu, c’est-à-dire ont été créés pour être sauvés et d’autres ont été créés pour être perdus. C’est une fausse doctrine, il faut la rayer de la carte. Elle a été reprise par beaucoup de dénominations chrétiennes, mais en fait, Dieu a créé tous les hommes pour qu’ils soient sauvés. « Dieu veut que tous les hommes soient sauvés ». Dieu veut que tous les hommes participent à ses richesses. Donc, les élus, ce sont uniquement ceux qui répondent oui à l’appel de Dieu. Et comme Dieu sait d’avance qui va répondre oui, il les a prédestinés, évidemment, parce qu’il connaît d’avance qui va dire oui, mais au départ, tout le monde avait ses chances de dire oui. Tout le monde avait les mêmes chances de dire oui. Et Dieu sachant d’avance qui allait dire oui, qui allait dire non, a quand même créé ceux qui allaient dire non. Parce qu’il voulait leur donner les mêmes chances et il voulait qu’eux, au jour du jugement n’aient rien à dire devant Dieu. C’est à dire, la bouche fermée. « Seigneur nous avons eu l’occasion d’être sauvés, nous avons entendu le message de la même manière que ceux qui l’ont accepté, mais nous avons refusé, parce que nous préférions nos œuvres mortes et nous préférions les ténèbres à la lumière quand elle est venue vers nous ». Exactement comme quand Jésus est venu vers les siens et les siens l’ont rejeté. Ils ne l’ont pas rejeté parce qu’ils étaient créés d’avance pour le rejeter, ça n’a aucun sens, ça ferait des hommes des marionnettes entre les mains du Seigneur. Ils ont rejeté Jésus parce qu’ils ne voulaient pas de la lumière qui arrivait vers eux. Leur cœur n’avait pas soif de Dieu et des choses d’en haut. Mais ceux qui avaient soif, ceux qui ont vu cette lumière, et ceux qui ont répondu : « Oui, Seigneur, j’ouvre mon cœur », ceux-là ont reçu la vie éternelle. Dieu a donné à cette lumière le pouvoir de nous transformer en enfants de Dieu. Elle est rentrée dans nos cœurs et nous sommes devenus de nouvelles créations. De nouvelles créatures ! Qui ont dans leur cœur la certitude que tous leurs péchés ont été pardonnés ; que le sang de Jésus est suffisant pour effacer ; que le sang de Jésus est tout puissant pour tout effacer et que la Parole de Dieu a fait de nous des êtres nouveaux en esprit et elle se prépare à en faire de nous d’entièrement nouveaux à la venue de Jésus, quand notre corps va recevoir la résurrection. Voilà des choses qui doivent être dans le cœur avec une pleine, une totale assurance. Parce que ce ne sont pas nos œuvres, c’est l’œuvre de Dieu, ce n’est pas par nos œuvres à nous que nous le méritons, c’est par la grâce de Dieu et par la foi, pour que ce soit par grâce, parce que la grâce de Dieu ne peut pas agir en dehors de la foi. Donc, celui qui est sauvé, celui qui reçoit la vie éternelle, il le fait uniquement sur la base de sa foi en Jésus et en la Parole de Jésus, cette foi qui lui est donnée par le Saint-Esprit, parce que lui, a ouvert son cœur au message qu’il était en train d’écouter : « Oui, Seigneur, je me repens de mes péchés. Oui, j’écoute ta Parole. Tu me dis que Jésus est mort pour moi à ma place, je l’accepte ». Immédiatement le Saint- Esprit fait son œuvre dans mon cœur. Il me donne la nouvelle vie, la vie de Dieu ; immédiatement, à la seconde, je sais que toutes choses sont devenues nouvelles et que je suis passé de la mort à la vie. Je suis passé de la mort à la vie en Christ. Amen. Et ce qui compte, c’est de sentir dans son cœur la vie de Christ agir et bouillonner. Tu ne peux pas passer de la mort à la vie si tu ne sens pas dans ton cœur la vie de Christ bouillonner. Bouillonner ou vivre, enfin, tu sens la vie d’en haut qui passe par ton cœur et qui te donne des aspirations nouvelles, qui te donne… Et tu le vois, peu à peu dans ta vie ; tu changes, tu as des aspirations qui changent, tu as des désirs qui changent, tu as un désir toujours plus grand de connaître Dieu et de connaître ses œuvres, et de connaître sa Parole. Si ce désir-là n’est pas dans le cœur, tu peux te poser la question de savoir si tu es passé par la vie ou pas. Jésus le dit bien : « Si tu as soif de moi, tu sera étanché et si tu as soif de moi, tu vas recevoir d’autant plus la vie éternelle ». Tu le sauras quand tu reçois la vie éternelle. Et quand tu reçois d’autant plus de vie éternelle, tu le sais aussi. Donc, tu sais que tu as une conscience nouvelle dans ton cœur, tu as une conscience d’une ouverture à la vie de Dieu qui n’existait pas avant, tu as conscience de l’appel de Dieu vers le haut pour toi, qui t’entraîne toujours plus loin dans sa présence, tu as conscience d’une nouvelle conscience en toi, quelque chose qui est branché sur la Parole vivante de Dieu et qui doit te faire réagir quand le péché entre dans ta vie. Quand le péché entre dans ta vie, tu dois immédiatement sentir que quelque chose ne va pas. Donc, tout ça, ce sont des signes qui te montrent que tu es dans le Seigneur et que tu as la vie éternelle en toi. Parce qu’il y a cette vie qui fait que plus rien n’est comme avant. Même si tu es encore préoccupé des choses de ce monde par ton travail, par la vie que tu dois vivre sur la terre, il n’y a plus rien dans les motivations de ton cœur, il n’y a plus rien dans les désirs profonds de ton cœur qui ressemble à ceux que tu avais avant. C’est une vie entièrement nouvelle qui jaillit dans ton cœur. Le Seigneur dit que je ne dois pas me laisser reprendre par les choses du passé. Je peux très bien être passé par cette expérience de vie abondante en Christ et puis me laisser reprendre par les ronces et les épines, les soucis de ce siècle et m’attiédir petit à petit et m’écarter du Seigneur. Jésus veut que je reste en permanence attaché à lui et toujours prospérant en esprit de plus en plus. C’est la raison pour laquelle il a voulu que les enfants de Dieu qui passent par la vie nouvelle, la vie en Christ, la nouvelle naissance, soient immédiatement visités par le Saint-Esprit pour être baptisés dans son Esprit. Il y a une différence fondamentale entre une personne qui est vraiment baptisée de l’Esprit et une personne qui est simplement née de nouveau en Christ. Si tu es né de nouveau en Christ, tu as reçu le Saint-Esprit, tu es né en Christ, tu fais partie du corps de Christ, tu as reçu la vie de Dieu, mais si tu n’es pas encore baptisé dans le Saint-Esprit, tu n’as pas reçu l’onction puissante du Saint-Esprit venant sur toi et te remplissant entièrement, comme il a été fait pour les disciples le jour de la Pentecôte, où ils ont été encore transformés. Je ne pense pas pour ma part qu’ils sont nés de nouveau le jour de la Pentecôte. Ils étaient disciples de Jésus, ils avaient reçu la vie du Seigneur, mais ils n’avaient pas reçu le baptême du Saint-Esprit. Et c’est la raison pour laquelle l’Epouse de Jésus, pour arriver à la perfection, ne peut y arriver si elle n’est pas baptisée dans le Saint-Esprit, remplie du Saint-Esprit. Enfin, quel que soit le terme que vous pouvez employer, c’est la réalité qui compte. Ça veut dire baptisé du Saint-Esprit, ça veut dire plongé dans le Saint-Esprit. Quand on est baptisé, on est plongé. On est plongé dans le Saint-Esprit qui nous entoure complètement et qui, à la différence de l’eau du baptême, nous remplit complètement parce qu’on a ouvert son cœur et tout l’intérieur de notre cœur, on l’a ouvert au Seigneur Jésus. Le baptême du Saint-Esprit, c’est quelque chose d’immédiat et de puissant. Ce n’est pas quelque chose de graduel. Mais la conscience de la vie nouvelle que j’ai en Christ, elle peut être totale et immédiate si c’est une expérience puissante qui t’est donnée à un moment précis où on t’a prêché la Parole et tu as ouvert ton cœur, et là tu sais, c’était tel jour, telle heure ; ou bien ça peut être quelqu’un qui, sur une période de temps plus longue, a progressivement ouvert son cœur à la Parole et à Jésus, jusqu’au moment où il se passe quelque chose et il sait qu’il est entré dans la vie. Il y a donc une progression dans l’ouverture du cœur, et puis à un moment donné, il y a l’expérience de la nouvelle naissance qui se passe dans l’esprit et qui nous donne une conscience nouvelle qu’on n’avait pas avant ; qui nous donne une conscience de Dieu qu’on n’avait absolument pas avant. Et celui qui est né de nouveau, il doit savoir qu’il est né de nouveau par des désirs, des sentiments et des motivations nouvelles que lui donne l’Esprit de Dieu en lui puisqu’il est né de nouveau, qui n’existaient pas du tout dans sa vie avant. C’est ça qui doit être pour lui le signe le plus net qu’il est passé de la mort à la vie. Il sent que dans son cœur, il n’y a plus rien comme avant. Pour moi, la nouvelle naissance est une expérience spirituelle qui vient après l’écoute du message de l’évangile, l’acceptation du travail du Saint-Esprit qui me fait repentir de mes péchés et l’acceptation de Jésus Christ et de l’œuvre de la Croix qui me fait comprendre que je suis un pécheur, qu’en dehors du sacrifice de Jésus, il n’y a pas de salut possible. Et le fait d’accepter Jésus comme mon Seigneur et mon sauveur, le Saint-Esprit me fait passer par une vie nouvelle qui s’appelle la nouvelle naissance, en Esprit. Alors le problème, c’est que comme c’est une nouvelle naissance en esprit, c’est notre esprit qui est né de nouveau, et ce n’est pas toujours facile à beaucoup de gens de distinguer l’action de l’esprit de l’action de l’âme, des pensées, des sentiments. Et comme l’âme n’est pas régénérée lors de la nouvelle naissance, il peut y avoir une certaine confusion si cette expérience n’est pas vraiment puissante, et sous une onction puissante. Il peut y avoir une nouvelle naissance en esprit dont on ne se rappelle ni le jour ni l’heure, mais qui est réelle, qui produit vraiment des changements réels ; mais il y a aussi un mélange avec ce qui vient de l’âme, c’est à dire des pensées, des sentiments qui sont encore de la vieille nature. Et si nous ne sommes pas nourris régulièrement de la Parole dans la prière, dans la méditation de la Parole pour renouveler nos pensées, renouveler nos sentiments et laisser le Saint- Esprit tout changer dans l’âme, il peut y avoir une période de mélange, où on peut se poser un certain nombre de questions et n’être pas sûr exactement de ce qui est en train de se passer dans nos vies.

Mais il doit y avoir au moins une certitude, c’est qu’il s’est passé quelque chose de nouveau et qu’il y a eu une vie qui est rentrée en nous, qu’on n’avait pas avant, qui nous met le désir de connaître Jésus toujours mieux et de connaître sa Parole. Donc, cette vie va nous pousser de plus en plus vers Jésus et va nous pousser vers la Bible, la Parole de Dieu, à prier, et à participer à la vie chrétienne normale. C’est cette vie de Dieu qui nous poussera à chercher le contact avec Jésus, à chercher le contact avec sa Parole et à chercher le contact avec ceux qui ont vécu la même expérience de vie nouvelle ; parce que la vie que Dieu nous donne est caractérisée par la sainteté et par l’amour ; l’amour de Dieu. Les deux vont ensemble d’ailleurs. Il n’y a pas d’amour vrai sans sainteté, il n’y a pas de sainteté sans amour non plus. Les deux, c’est la nature même de Dieu. Donc quand la vie de Dieu rentre dans notre esprit, notre esprit est changé, il vient en communion avec la sainteté et l’amour de Dieu et on sent dans nos cœurs un désir toujours plus grand de sainteté et d’amour ; de manifester la sainteté et l’amour dans nos cœurs de manière toujours plus profonde et plus grande. C’est là le fruit numéro un, la conséquence numéro un de la nouvelle naissance dans nos vies. Si tu n’as pas dans ton cœur le désir d’avoir toujours plus de sainteté, c’est-à-dire la nature même de Dieu, d’avoir toujours plus de l’amour « agapè » de Jésus dans ton cœur et de le manifester avec sa compassion, sa force, sa puissance, sa pureté, si tu n’as pas ce désir-là, qui va te pousser aussi à la Parole, puisque la Parole va te donner la foi et la vie de Dieu et l’Esprit de Dieu, c’est que tu n’es pas passé par la nouvelle naissance. Si tu n’as aucun désir de sainteté ou très peu, aucun désir de manifester l’amour du Seigneur ou pratiquement pas, aucun désir de chercher la vie dans la Parole, je peux dire sans me tromper que tu n’es pas passé par la nouvelle naissance. Mais si c’est quelque chose de naturel en toi dans ta nouvelle nature, tu te dis : « Maintenant que je suis en communion, en contact avec Dieu, il n’y a qu’une chose qui m’intéresse, c’est de le connaître davantage et d’avoir de plus en plus de sa nature et de sa vie ». Là, tu es passé par la nouvelle naissance. Là, il y a quelque chose dans ta vie qui va t’attirer vers ce qui est de la même nature que toi. Quand Jésus va revenir, il va prendre comme un aimant tous ceux qui sont de la même nature que lui, tous ceux qui auront été entièrement sanctifiés par lui, et qui seront de la même nature que lui. Les autres, qui s’intéressaient à la terre et aux choses d’en bas ne seront pas attirés vers le ciel. Il ne seront même pas prêts parce qu’ils ne seront pas passés par cette expérience de vie nouvelle qui les attire toujours plus vers le haut. Donc, tu dois savoir dans ton cœur si tu es passé par la nouvelle naissance, par cette vie nouvelle, ces motivations nouvelles, ce désir de sainteté, ce désir d’amour, ce désir de connaissance de Jésus et de Dieu, ce désir de connaissance de sa Parole. C’est quelque chose qui ne peut pas être éteint. Tu peux l’éteindre par ta négligence, mais c’est quelque chose qui est en toi, et si tu te laisses porter par ce désir qui vient de Dieu, il va t’amener à la ressemblance de la nature parfaite de Jésus ; parce que ce désir vient de Dieu. A ce moment-là est entré dans ton cœur la conscience du fils ou de la fille de Dieu que tu es devenu. Et la conscience du fils ou de la fille, c’est le désir de faire la volonté du Père, comme ce désir qui était dans le cœur de Jésus, le fils de Dieu. A ce moment-là, il y a dans ton cœur un désir d’obéissance qui vient normalement ; désir de dire : « Seigneur, je veux t’obéir toujours plus, toujours mieux, te connaître, connaître ta pensée, connaître tes voies, connaître ta Parole, mais la connaître dans la vérité. Je ne veux pas obéir à des commandements d’hommes, j’en ai assez des traditions humaines et des religions d’hommes. Je veux obéir à la vérité qui est Jésus et à sa Parole que je veux connaître dans la vérité ». Voilà le désir qui est dans le cœur d’un enfant de Dieu né de nouveau. Jésus dit : « Maintenant, baptisez-les, au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai commandé ». Voilà les dernières paroles de Jésus à ses disciples. Les dernières paroles qu’il prononce avant de monter, c’est : « Allez, prêcher la Parole dans le monde entier ». Sa Parole, c’est l’Evangile, la connaissance de Jésus et de son œuvre. « Baptisez-les d’eau au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (et le baptême du Saint-Esprit, on le voit dans le discours de la Pentecôte, devait suivre immédiatement), et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai commandé » ; parce qu’on ne le sait pas naturellement dès le départ, il y a simplement quand on est né de nouveau le désir d’obéir, mais maintenant la connaissance pratique de la Parole, c’est le Saint-Esprit qui nous y conduit parce que c’est lui qui nous conduit dans la vérité par la Parole de Dieu ; le Saint-Esprit et la Parole. Et ceux qui enseignent, il faut qu’ils le fassent dans l’Esprit et par la Parole de vérité. Donc, la première chose que Dieu nous demande, c’est de passer par un vrai baptême. Il y a beaucoup de chrétiens, bien-aimés qui discutent sur le baptême, qui disent : « Ah, mais non, ce n’est pas ça, ce qui compte, c’est la foi, ce qui compte, c’est la nouvelle naissance » etc. Ils ne seront pas enlevés parce qu’ils n’ont pas obéi au Seigneur. Il faut être clair et précis. Vous aurez pu avoir une vie sanctifiée, une vie apparemment tout à fait bonne aux yeux de Dieu, de vrai chrétien qui prie, de vrai chrétien qui a la vie. Mais si Jésus dit (on voit dans les Actes des apôtres que c’était la première chose qu’ils faisaient, commencer par les baptiser, les immerger dans de l’eau au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit), il faut le faire parce que c’est là qu’on passe par la mort et la résurrection et la victoire complète sur le péché dans nos vies. C’est là, au baptême d’eau par immersion que ça se passe. Par la foi évidemment dans la Parole du Seigneur. Donc, il faut être passé par là, dès le début de la vie nouvelle. Ça ne veut pas dire que tous ceux qui écoutent le message de l’Evangile, qui ont le cœur vivement touché et qui passent par le baptême d’eau par immersion vont être fidèles jusqu’au bout. Le Seigneur nous dit dans sa Parole ; « Ayez de la considération pour vos conducteurs, qui vous conduisent en Christ. Considérez la fin de leur vie ». Il ne dit pas : « Considérez le début mais la fin ». Je pourrais dire ça de n’importe quel chrétien, je dis : « Je considère la fin de ta vie en Christ, et pas le début. Parce que si le début est bon, la fin a de bonnes chances d’être bonnes. Mais tu peux avoir un bon début et une mauvaise fin, parce que tu as négligé les choses que Jésus mettait devant toi ». Donc, il faut commencer par le commencement, continuer et finir dans l’obéissance. « Tout ce que je vous ai commandé, enseignez-leur à le pratiquer ». Alors tu dois passer par un baptême d’eau par immersion au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Pour les chrétiens qui ne sont pas baptisés, bien-aimés, le cri du cœur de Dieu, le cri de mon cœur, c’est : « Faites-le dès que vous aurez fini d’entendre ce message » ! Remplissez votre baignoire, allez à la mer, allez à la rivière la plus proche ou au marigot, faites-vous y plonger par quelqu’un qui est lui-même disciple du Seigneur et qui le fera comme le Seigneur l’a dit. Les disciples, le jour de la Pentecôte étaient cent-vingt, ils venaient de recevoir le baptême dans le Saint-Esprit. Pierre, rempli du Saint-Esprit fait un discours sur la résurrection de Jésus. Ceux qui ont le cœur vivement touché, trois-mille personnes, la première chose qu’ils doivent faire, c’est passer par le baptême : « Repentez-vous, que chacun de vous soit baptisé au nom du Seigneur (c’est à dire au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, comme le Seigneur l’a dit), et vous recevrez le don du Saint-Esprit ». Quand le don du Saint-Esprit comme pour Corneille était donné avant le baptême d’eau, la chose immédiate qu’ils faisaient après, c’était le baptême d’eau par immersion, parce que pour eux, dans la pensée du Seigneur comme dans la pensée des apôtres, tout cela devait être fait en même temps. La prédication de l’Evangile, le cœur touché ; qui est-ce qui a le cœur touché, qui veut répondre par cette prédication par oui, et qui lève la main ? Trois-mille lèvent la main. Les autres, Messieurs Dames, s’il vous plaît, laissez-nous passer, nous allons baptiser ces trois-mille personnes. Ils ont le temps de chercher de l’eau quelque part. A Jérusalem, ce n’est pas évident,, il n’y a pas de lacs et de rivières partout. Il y a le petit cours d’eau « Guillon », il y a quelques piscines, et il a fallu baptiser trois-mille personnes. Ils ont dû trouver de l’eau et baptiser trois-mille personnes, là, le même jour, au moment où il avait fini sa prédication. Ils avaient le cœur vivement touché. Est-ce que les trois-mille étaient vraiment nés de nouveau ? Je peux dire : « Sans doute ». Le Seigneur le sait, puisqu’ils ont eu le cœur vivement touché. Mais à Samarie, quand Philippe baptise ceux qui ont reçu le message, il y avait dans le lot des baptisés un certain Simon le magicien. Il est bien dit qu’il crut, il fut baptisé (donc, il remplissait les conditions pour être sauvé), et on voit que tout de suite après, quand Pierre est venu pour imposer les mains pour qu’ils reçoivent le baptême de l’Esprit, il a demandé à recevoir ce don moyennant finances, et Pierre lui dit : « Je vois que tu es dans un fiel amer et dans les liens de l’iniquité. Il n’y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire ». Donc ils ont pris le risque de baptiser un ancien grand magicien. Est-ce qu’on aurait fait ça, nous ? On dirait : « Oh, celui-là c’est un grand magicien, mais il n’est pas délivré, il va falloir passer des journées à lui chasser ses démons, à le délivrer parce qu’il pratiquait la grande magie. Il écoute un message d’évangélisation puissant, il croit et il dit : « Maintenant, je veux être baptisé ». Qu’est-ce qu’ils ont fait ? Qu’est-ce que Philippe a fait ? Il l’a baptisé séance tenante. Il a agi par la foi et il a fait confiance à celui qui venait en disant : « Je crois en Jésus et en ce que tu viens de dire. Maintenant, j’accepte tout ce que tu me demanderas de faire ». « Passe par le baptême » et après Pierre lui dit : « Il n’y a pour toi ni part ni lot dans cette affaire parce que tu as le cœur tordu. Repens-toi s’il est possible ». Donc, vous voyez qu’ils ne se posaient pas de question. Ils étaient trois-mille le jour de la Pentecôte, ils ont été reçus simplement parce qu’eux disaient : « Nous acceptons le message » et ils ont été baptisés immédiatement et remis à la grâce de Dieu. Et après, c’était à eux de maintenir cet engagement et de rester attachés au Seigneur et à faire ce que le Seigneur leur demanderait de faire. Mais en tout cas, le message de Pierre le jour de la Pentecôte est simple, je relis la phrase finale de son message dans Actes 2:38, Pierre leur dit : « Repentez-vous, que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ ». Alors je ne vais pas rentrer dans la controverse : baptême au nom de Jésus ou baptême au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Pour moi, c’est réglé à partir du moment où dans Matthieu 28, Jésus dit : « Baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » ; point final. Pour moi, c’est ça le baptême au nom de Jésus. C’est ça le baptême au nom du Seigneur. C’est clair et net, pour moi il ne doit pas y avoir de controverse là-dessus. Tout est réglé par la Parole même de Jésus. Donc, être baptisé au nom de Jésus-Christ, c’est être baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, après avoir confessé Jésus-Christ et l’avoir pris comme Seigneur et Maître. « Pour le pardon de vos péchés et vous recevrez le don du Saint-Esprit ». Comme il parle du don du Saint-Esprit après la repentance et le baptême d’eau, il voulait sûrement, certainement parler du don du baptême du Saint-Esprit. Parce qu’on ne peut naître de nouveau que par l’action de l’Esprit. Donc à la repentance et à l’acceptation par la foi de Jésus, le Saint-Esprit nous fait naître de nouveau et nous recevons le Saint-Esprit qui donne la vie, mais nous ne recevons pas le baptême de l’Esprit encore. Et je ne veux pas non plus, là encore, rentrer dans toutes les controverses : baptême de l’Esprit au moment du salut ou pas, baptême de l’Esprit sans parler en langues ou pas… Pour moi la Parole de Dieu est d’une clarté limpide. Le baptême du Saint-Esprit n’est pas automatiquement reçu au moment où on reçoit la nouvelle naissance. Ça peut être le cas mais ce n’est pas toujours le cas ; et le baptême du Saint-Esprit, qui est l’irruption puissante de l’Esprit sur nous et qui nous remplit se traduit toujours par la manifestation du don des langues et de la prophétie. C’est clair et c’est net.

Actes 11. Vous vous rappelez que dans Actes 10, le Saint-Esprit vient sur le centurion Corneille qui était un païen et sur toute sa famille, parce qu’ils étaient là pour écouter le message de l’Evangile et qu’ils l’ont accepté. Et au moment où ils ont accepté Jésus comme leur sauveur, ils passent par la nouvelle naissance et ils sont immédiatement baptisés du Saint-Esprit. Et ils se mettent à parler en langues et à glorifier Dieu. Ça, c’est dans Actes 10:46, Pierre leur dit : « Peut-on refuser l’eau du baptême à ceux qui ont reçu le Saint-Esprit aussi bien que nous » ? Quand est-ce qu’ils avaient reçu le Saint-Esprit, eux ? C’était dans Actes 2, quelques temps auparavant. Ils ne parlaient pas de leur nouvelle naissance, ils parlaient du baptême de la Pentecôte. Et dans Actes 11, au verset 15, il dit : « Lorsque je me fus mis à parler, le Saint-Esprit descendit sur eux comme sur nous au commencement ». « Comme sur nous au commencement »… Ils se sont mis à parler en langues et à glorifier Dieu, à prophétiser ; comme sur les disciples au commencement, le Saint-Esprit est descendu sur eux à ce moment-là. Et comme pour Dieu, sa Parole est un modèle unique et éternel, il doit toujours en être de même, comme pour les apôtre au commencement. Donc, il ne doit pas y avoir de baptême du Saint- Esprit sans parler en langues. Ça n’existe pas. Et sans prophétie, sans la manifestation du don des langues et de la prophétie. Ça doit toujours se passer comme pour eux au commencement. Est-ce que Dieu va changer de modèle au cours des âges ou à mesure que le temps passe ? Vingt ans après la Pentecôte, dans Actes 19, à Ephèse, quand Paul passe, vous connaissez le passage, il dit : « Est-ce que vous avez reçu le Saint-Esprit quand vous avez cru » ? Il parlait du baptême de l’Esprit. Et quand ils ont été baptisés au nom du Seigneur Jésus, parce qu’ils ne l’étaient pas encore, ils croyaient simplement en Jésus, et que Paul leur eut imposé les mains, ils ont reçu le baptême du Saint-Esprit et : « Ils les entendaient parler en langues et prophétiser », vingt ans après, comme pour les apôtres au commencement. Donc, aujourd’hui, celui qui reçoit le baptême du Saint-Esprit, qui est une descente en puissance du Saint-Esprit sur le croyant qui est déjà né de nouveau ou qui vient de naître de nouveau et qui est ou pas baptisé d’eau par immersion ou qui va l’être immédiatement après, c’est une descente en puissance du Saint-Esprit qui remplit notre être intérieur, notre esprit et qui déborde de nous par ce langage céleste qui s’appelle le don des langues. Donc, tous ceux qui sont baptisés du Saint-Esprit reçoivent la capacité de parler en langues, une langue inconnue, une langue donnée par l’Esprit de Dieu. Ceux qui ne parlent pas en langues, ou bien ils n’ont pas encore reçu le vrai baptême de l’Esprit, ou bien ils l’ont reçu et ils ont bloqué le parler en langues à cause de l’enseignement de leur église, ou des craintes ou des suppositions, ou des angoisses qu’ils peuvent avoir parce que c’est quelque chose d’anormal et on leur a dit que c’est diabolique. Donc, il y a quelque chose qui a bloqué l’action du Saint-Esprit et ils sont actuellement dans l’incrédulité et ils ont besoin de dégager cette incrédulité pour que ce don des langues que Dieu leur a donné avec le baptême du Saint-Esprit puisse se manifester. Alors je lance aussi un appel à tous ceux qui pourraient nous entendre et qui ne parleraient pas encore en langues, je dis : « Mettez-vous devant le Seigneur et demandez-lui ce qui se passe ». Est-ce que vous avez demandé le baptême de l’Esprit ? Comme sur les apôtres au commencement, est-ce que vous êtes passés par cette expérience unique ? Quand elle se passe et que vous vous voyez parler en langues, ça se remarque et il y a un moment précis où ça s’est passé. Il y a un moment où vous ne l’avez pas demandé et vous n’avez rien reçu, il y a un moment où vous l’avez demandé, vous l’avez reçu, et ça s’est manifesté par le don des langues. Il y avait un « avant », et il y a

un « après ». Vous êtes passé par cette expérience, vous le savez. Est-ce que vous avez demandé au Seigneur en disant : « Seigneur, tu nous dit dans ta Parole : Que chacun de vous se repente, soit baptisé d’eau au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Je l’ai fait, Seigneur. Je me suis repenti, je veux marcher avec toi, j’ai été baptisé d’eau par immersion, et maintenant, tu nous dit : Et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Seigneur, je veux recevoir le don du Saint-Esprit comme sur eux au commencement ». Comme sur eux au commencement ! Et il ne doit rien y avoir qui vous arrête tant que vous n’avez pas reçu comme pour eux au commencement. Si vous ne parlez pas encore en langues, c’est que vous n’avez pas encore reçu comme pour eux au commencement. Et Dieu veut vous donner cette capacité de parler en langues puisqu’elle vient de lui. Ce n’est pas vous ! Si vous essayez, au moment où vous priez, d’ouvrir la bouche et de dire n’importe quoi, vous allez y arriver. Mais essayez de tenir une heure comme ça, et vous m’en direz des nouvelles après. Vous me direz si vous n’êtes pas morts de fatigue d’avoir essayé de creuser dans vos énergies mentales et intellectuelles pour provoquer ce parler en langues humain. Vous n’y arriverez pas. Il faut que ça vienne de la source du Saint-Esprit contrôlé et commandé par lui et à ce moment-là, ça sort sans fatigue et vous pouvez parler des heures en langues sous la direction du Saint-Esprit s’il le décide ainsi ; parler des heures en langues et sortir plus frais qu’avant, parce que celui qui parle en langues s’édifie lui-même. Donc pour résumer, ceux qui ne sont pas encore baptisés du Saint-Esprit, je vous dirais ceci. Je vous dirais que les deux conditions pour recevoir le baptême du Saint-Esprit sont très simples, à part le fait bien-sûr d’être né de nouveau. Il faut être né de nouveau. Ça, c’est la première condition, mais ça va de soi, je n’en parle même pas. Il faut être né de nouveau et baptisé d’eau. Le baptême d’eau peut se faire après puisque le cas de Corneille nous le montre. En tout cas, il faut être né de nouveau. Mais après être né de nouveau, pour recevoir le baptême du Saint-Esprit, il n’y a que deux conditions simples : il faut le demander par la foi et il faut obéir au Seigneur, ou avoir un cœur obéissant à Dieu. Il y a seulement ces deux conditions-là. Et je vous donnerai les deux versets qui vont vous le prouver, dans Luc 11, verset 13, voilà la première condition : « A combien plus forte raison le Père céleste donnera t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent ». Parce que c’est le désir du cœur de Dieu de nous voir rempli de son Esprit ; de son Esprit de sainteté, de son Esprit de vie, de son Esprit qui donne la foi, de son Esprit qui conduit dans la vérité, de son Esprit qui nous donne l’onction, de son Esprit qui nous donne le ministère, de son Esprit qui nous donne les dons, de son Esprit qui nous donne le fruit. Dieu veut qu’on soit rempli. Mais est-ce que tu le demandes ? « A ceux qui le lui demandent ». Seigneur, je veux être rempli à déborder pour ta gloire, parce que je veux ta présence dans ma vie. Et dans Actes 5:32 : « Nous sommes témoins de ces choses de même que le Saint-Esprit que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent ». Un cœur obéissant au Seigneur, un cœur humble, un cœur qui dit : « Seigneur, qu’est-ce que tu veux que je fasse ? Seigneur, je suis prêt à renoncer à toutes mes idées, mes projets, mes pensées personnelles pour faire ta volonté. Qu’est-ce que tu veux que je fasse, Seigneur ? Je désire faire ta volonté, je désire aller où tu veux que j’aille, même si c’est au Japon pour évangéliser ou bien rester dans mon village si c’est ta volonté. J’aurais bien aimé, moi, aller au Japon, mais tu me dis : « Reste là ». Enfin, quel que soit le cas, je suis prêt à faire ta volonté pourvu que tu me fasses la grâce de me la révéler clairement, Seigneur ; Je veux t’obéir en tout ». Quand Dieu voit cette disposition de cœur, et qu’on est entièrement consacré au Seigneur, consacré au Seigneur en disant : « Seigneur, je veux te servir, je veux t’obéir, je veux faire ta volonté. Pour ça, j’ai besoin de ton Esprit, Seigneur. Remplis-moi ! Remplis-moi à déborder » ! Croyez-vous que le Seigneur va faire la sourde oreille et te faire traîner trente ans pour recevoir l’expérience de la Pentecôte ? Est-ce que tu crois qu’il va attendre que tu sois parfait et irréprochable pour le jour de Christ pour te baptiser ? C’est le contraire ! Il va te baptiser pour que tu deviennes irréprochable ; te baptiser dans l’Esprit. Tu ne peux pas y arriver si tu n’es pas baptisé dans le Saint-Esprit ». Donc, il va faire comme pour ceux qui attendaient le jour de la Pentecôte, ils ont passé dix jours à attendre ; il n’était pas encore descendu, ils devaient attendre ; dix jours à prier jour et nuit ensemble pour être visité par la puissance d’en haut, ils l’ont été. Cent-vingt assoiffés qui ont été étanchés à déborder. Ils débordaient tellement qu’ils sont allés dans la rue et qu’ils parlaient en langues, à toutes les langues connues de l’époque, et tous ceux qui étaient là les entendaient parler des louanges et de la gloire de Dieu dans leurs langues. Ils avaient soif, ils avaient le désir d’obéir à Dieu, ils ont demandé, mais demandé avec foi, ils étaient sûrs que la promesse de Jésus allait s’accomplir. Et ils ont reçu la visitation de la Pentecôte, ils se sont mis à parler en langues selon que le Saint-Esprit leur donnait de s’exprimer et ils sont allés immédiatement témoigner puissamment, conduits par le Saint-Esprit. Jésus veut que nous ne fassions rien tant que nous ne sommes pas remplis du Saint-Esprit. Il a dit à ses disciples : « Restez-là, attendez la promesse. Quand vous l’aurez reçue, vous serez mes témoins à Jérusalem, en Judée, en Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre ». Est-ce que vous pensez qu’on peut faire quelque chose de bon si on n’est pas rempli du Saint-Esprit ? On peut faire des choses mauvaises, même rempli de l’Esprit, si on ne veille pas et si on ne fait pas attention, mais en tout cas, on ne peut rien faire de bon pour Dieu si on n’est pas rempli du Saint-Esprit et si on n’entretient pas ce flot permanent du Saint-Esprit par une communion constante avec Jésus tous les jours. Si tu continues à obéir et à demander au Seigneur qu’il renouvelle en permanence la présence de son Esprit en toi, tous les jours, tu vas être renouvelé. Tous les matins qui passent, tu vas te réveiller rempli de l’Esprit et tous les soirs qui passent, tu vas t’endormir avec un peu plus de la présence de l’Esprit dans ton cœur. Parce que tu as soif, parce que tu demandes et parce que tu désires obéir et tu obéis au Seigneur. Tu obéis. Un jeune converti, qui n’a pas de connaissance biblique, qui vient juste d’entendre l’Evangile, qui a accepté de donner son cœur au Seigneur, qui est passé par le baptême d’eau et qui reçoit en puissance le baptême de l’Esprit, il est entièrement changé de la tête aux pieds. Il n’est absolument plus le même, c’est terminé, maintenant il va pouvoir participer pleinement aux activités de l’Eglise, à l’enseignement de la Parole parce qu’il est comme un feu qui est descendu et qui a fait fondre le métal le plus dur. Un métal fondu il faut que ce soit moulé. Il faut que ça soit moulé dans la Parole de Dieu, sinon ça va se mouler n’importe où ; il faut que ce soit sur l’enseignement de la Parole que tu bases maintenant ta vie et il faut que tu participes à la communion fraternelle, que tu participes au pain et au vin, que tu participes aux prières, que tu participes à l’enseignement et tout ceci te fait grandir en Christ. Et c’est l’action du Saint-Esprit dans ta vie. Alors est-ce que nous sommes assez remplis ? Beaucoup, moyennement, peu ? En tout cas, on a la possibilité de crier au Seigneur pour dire : « Seigneur, je désire être toujours plus rempli de ta présence et de ton Esprit. Fais-le pour nous maintenant , Seigneur et que nous puissions encore désirer ta présence davantage, être rempli à déborder à nouveau, à nouveau, plus qu’encore au début, à nouveau rempli de ton Saint-Esprit pour pouvoir être entre tes mains un instrument digne de toi ». Parce que ce sera le Saint-Esprit qui va nous saisir à ce moment-là, nous ne serons plus qu’un instrument, nous ne serons rien du tout ; plus nous serons petits aux yeux de Dieu, plus il va pouvoir nous utiliser puissamment, parce que ce ne sera pas nous, ce sera lui et on le saura. Et on a ce cœur de fils et de filles de Dieu qui désirent refléter la gloire de Jésus et qui désirent être comme lui, dans la sainteté ; dans la vie de tous les jours, on est là comme des enfants du Seigneur. Et c’est pour cela qu’ils insistaient tellement à prier pour qu’ils reçoivent le Saint-Esprit dès les premières minutes de leur vie chrétienne. Et c’était parce qu’ils étaient remplis du Saint-Esprit qu’au début, les premiers chrétiens manifestaient tellement la gloire de Dieu dans l’Eglise. Et quand il y avait un Ananias ou une Saphira qui se manifestait, ils ne pouvaient pas tenir. Ils étaient foudroyés par la puissance de la gloire de Dieu qui était là présente, dans un troupeau qui était rempli de l’Esprit. Et c’est à des chrétiens remplis de l’Esprit que les épîtres sont adressées. Les épîtres ne sont pas adressées à des chrétiens qui n’ont pas reçu le baptême de l’Esprit. Pourtant, regardez les problèmes des Galates, les problèmes des Colossiens, les problèmes des Corinthiens. Ils avaient tous reçu le baptême de l’Esprit, ils avaient encore des problèmes, ils avaient besoin d’être enseignés. Mais parce qu’ils avaient reçu le baptême de l’Esprit, ils étaient capables de recevoir un enseignement et de changer. Ils pouvaient choisir de ne pas le faire, mais ils avaient reçu la capacité de le faire et c’est la raison pour laquelle Paul les réprimande quelquefois si sévèrement en leur disant : « Avec ce que vous avez reçu, avec l’Esprit que vous avez reçu, avec le Jésus que vous avez reçu, vous retournez encore à ces choses que vous avez vomi ? Revenez, repentez-vous et redemandez à être remplis ». Regardez la Parole que Jésus adresse aux églises de l’Apocalypse : « Repens-toi », ça veut dire : « Tu étais remplie de l’Esprit et puis tu as laissé la vie et les traditions et les habitudes s’installer, tu t’es fossilisée, tu es devenue une statue, un fossile, et puis maintenant, il faut que le Saint-Esprit te dise : « Repens-toi et reviens à tes premières œuvres », c’est-à dire à une vie fraîchement remplie du Saint-Esprit comme tout à nouveau, pour repartir sur les rails de Dieu. Donc vous voyez, le fait d’être rempli de l’Esprit au début est une nécessité absolue pour pouvoir bien marcher après dans la vie chrétienne, mais il faut être prudent pour entretenir constamment cette plénitude de l’Esprit par une communion étroite avec Dieu et par un désir toujours plus grand de nous approcher du Seigneur. Le désir de mon cœur, ce n’est pas de me laisser reprendre par le monde et par les habitudes du monde, le désir de mon cœur, c’est de connaître toujours mieux Jésus et de marcher toujours plus avec lui. Alors, si cela est fait, si je suis passé par une réelle nouvelle naissance, le baptême d’eau et un baptême du Saint-Esprit, ces choses que j’ai faites, je ne les ai pas faites en dehors de la foi. Si j’ai reçu la nouvelle naissance, c’est par la foi dans le message de l’Evangile et dans la personne de Jésus. Et c’est cette foi qui m’a fait naître de nouveau. Ensuite, j’ai entendu la parole de Jésus : « Baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit », j’ai accepté. J’ai eu foi en cette parole de Jésus et j’ai mis ma foi en œuvre en me faisant baptiser. Et ensuite, j’ai entendu cette parole qui me dit : « Maintenant, demandez le baptême de l’Esprit et recevez le par la foi ». Tous ceux qui ont été baptisés de l’Esprit ont reçu le baptême par la foi. C’est pour ça que quelquefois je conseille à ceux qui hésitent un peu à parler, quand je vois qu’ils ont vraiment reçu la vie de Dieu, qu’il n’y a rien dans leur vie qui s’oppose à l’action du Saint-Esprit et qu’ils viennent de demander au Seigneur le baptême de l’Esprit et que nous sommes vraiment dans l’onction et la présence du Seigneur, je leur dis : « Mais mets ta foi en action ! Ouvre ta bouche et parle en langues au nom de Jésus ! Fais ce pas de foi » ! Normalement, ils doivent le faire naturellement. Ils ouvrent la bouche, ils remuent la langue et le Saint-Esprit qu’ils viennent de recevoir et qui remplit leur esprit leur donne immédiatement l’inspiration. Et ça coule, ça coule de source. S’ils ne le font pas, c’est qu’il y a un blocage quelque part, il y a de l’incrédulité ou il y a quelque chose qui doit être réglé, ou il y a un manque de pardon ou il y a quelque chose qui n’a pas été réglé dans la vie et le Saint-Esprit étant attristé dit : « Attention, règle ça. Je te le montre ». Il y a de l’impureté, du péché que tu pratiques ». Mais s’il n’y a rien de tout ça, et que je suis là, je ne vais pas me laisser quand même fermer la bouche par Satan alors que j’aspire à recevoir le don du Saint-Esprit, que j’ai fait tout ce que Jésus m’a demandé, et que je crie à lui pour lui demander. Je sais dans mon cœur que Jésus répond immédiatement et déverse le Saint-Esprit. Donc, je fais ce pas de foi qui consiste à ouvrir ma bouche et à remuer mes lèvres et immédiatement, le Saint-Esprit doit me donner l’inspiration naturelle qui vient de lui et qui me permet tranquillement de parler en langues. Tranquillement ou comme un fleuve. Par la foi ! Par la foi en Dieu qui baptise de l’Esprit. Et pour l’enlèvement, si tu continues à rester en communion avec le Seigneur (rester en communion avec le Seigneur, ça veut dire continuer à marcher par la foi), si tu dois avoir l’assurance de l’enlèvement, ça doit être une action de la Parole de Dieu dans ton cœur qui, parce que tu l’as reçue avec foi, te donne une pleine assurance. Ce n’est pas par les œuvres que tu vas accomplir ou parce que tu vas te surveiller du matin au soir pour voir si tu ne prononces pas le moindre gros mot ou mauvaise parole, ou que tu ne fais pas un acte impur etc. Si tu le fais, tu peux toujours immédiatement aller au Seigneur demander pardon, et recevoir le sang de Jésus pour être lavé. Tu dois le faire. Mais l’assurance de l’enlèvement vient quand j’ai compris que l’enlèvement est un don que Dieu fait à son Eglise. Il lui a donné de se revêtir de la sainteté, il lui a donné de se revêtir et moi, j’ai pris ce don par la foi. Donc moi qui vient de recevoir le baptême de l’Esprit et qui suis rempli de l’Esprit, je sais que c’est un don que Dieu vient de me faire, et je sais que tout ce que Dieu me donne, c’est par grâce, c’est un don gratuit qu’il me demande de prendre par la foi. Donc, la sanctification, si c’est un problème pour beaucoup de chrétiens, ne doit plus l’être à partir du moment où tu réalises que la sanctification, c’est un don de Christ, et que lui a été fait sanctification parfaite pour toi, et que si tu acceptes l’œuvre de la Croix et ce que Jésus a fait pour toi, il te donne le cadeau de la sanctification, tu acceptes ce cadeau et tu le reçois par la foi, comme tu as reçu ton salut. Et après, tu marches dans ce que tu as reçu par la foi. La sanctification, ce n’est pas s’efforcer de pratiquer des bonnes œuvres saintes, c’est recevoir par la foi la sanctification que Jésus a accomplie pour nous, la prendre comme un cadeau qu’il me fait, et dire : « Seigneur, tu me donnes une parfaite sanctification, une parfaite sainteté, et parce que je crois, je vais marcher dans la sainteté ». Donc, ceux qui ne pratiquent pas des œuvres saintes, c’est un simple aveu de manque de foi vis-à-vis du don de la sainteté que Dieu veut leur faire et qu’ils n’ont pas encore pris. Je dis ça pour ceux qui ont des langages grossiers, c’est une impureté dont il faut vous débarrasser. Je suis clair et net, si tu ne le fais pas, Jésus va te juger parce que souvent, il te l’a dit, et tu as refusé de le faire. Donc, il faut que tu cesses parce que tu attristes le Saint-Esprit qui est en toi. Tu l’attristes à chaque fois. Et tu ne pourras cesser que quand tu vas prendre le cadeau de la sanctification que Jésus te donne. Ce n’est pas toi qui va faire des efforts pour du matin au soir te surveiller, non, tu n’y arriveras pas. Tu as essayé, tu as raté, je le sais bien. Mais, si tu crois que tu as été fait sanctification par Jésus et que tu prends par la foi ce cadeau, tu vas agir conformément à la foi que tu as. La foi sans les œuvres est morte, mais si tu as une foi véritable que tu as reçu la sanctification de Jésus, tu vas marcher dans la sanctification. Alors je dis ça pour le langage impur mais ça pourrait être pour n’importe quelle autre pratique impure de nos vies. Ça pourrait être des pratiques sexuelles impures, ça pourrait être des embrouillaminis avec le fisc ou la loi ou des choses comme ça. Ce sont des impuretés dont je ne peux être débarrassé que si je prends par la foi la sanctification parfaite que Jésus me donne. Jésus me donne la robe sainte et me dit : « Voila, j’ai tout préparé pour toi. Je suis passé à la Croix pour toi, j’ai crucifié ta chair à la Croix, en moi. Quand je suis mort, tu es mort avec moi. Donc, tout ce qui est impur, qui vient de la chair et du monde en toi, c’est passé par ma mort et maintenant, j’ai été fait sanctification pour toi. Je suis passé par toutes les épreuves de la vie sans jamais pécher, je me suis comporté d’une manière parfaitement sainte, non pas pour moi, mais pour toi, parce que je me suis fait homme pour toi. Et cette victoire dans ma vie par la sainteté, je te la donne, si tu veux bien la prendre, comme cadeau ». J’écoute ce message et je dis : « Seigneur, je n’y arrive pas par mes efforts personnels, je n’y suis jamais arrivé ». La sanctification, ce n’est pas une suite d’efforts du matin au soir, c’est prendre le cadeau que Jésus me fait. Il a été fait sanctification pour moi, et je le prends. Il a été fait justification pour moi. Quand tu as pris la justification de tes péchés, tu l’as pris par la foi. Tu sais que quand tu vas confesser un péché par la foi, tu le reçois et le sang de Jésus te purifie. La sanctification, c’est recevoir la nature même de Jésus pour pratiquer ses œuvres à lui. Jésus n’a jamais pratiqué une œuvre impure, Jésus n’a jamais fraudé le fisc, Jésus n’a jamais dit des gros mots, Jésus n’a jamais commis d’adultère, Jésus n’a jamais fait de choses impures. Il a toujours vécu dans une sainteté parfaite, et il l’a fait pour me la donner, pour que je la prenne par la foi en disant : « Seigneur, ce cadeau royal de ton manteau de sainteté, de ta vie de sainteté, je me l’approprie par la foi. Je le prends. C’est-à-dire que je considère, puisque je viens de prendre par la foi le cadeau de la sanctification, je me considère comme sanctifié par la foi en toi ». Et à partir de ce moment-là, je marche par les œuvres justes parce que je sais que je suis sanctifié. Et s’il m’arrive de chuter, immédiatement, le Saint-Esprit, comme je marche dans la sanctification, me montre qu’il y a un manque de communion entre le Père et moi. Des ténèbres arrivent, et immédiatement, je dis : « Seigneur, la chute est là. Je viens de faire quelque chose qui te déplaît. Je te demande pardon, Père, ou pour la personne à qui j’ai fait du tort, je te demande pardon. Que ton sang me lave ». Et je repars, je reprends ma robe de sanctification et je remarche avec Jésus immédiatement. Donc, je dois rester dans la foi. Je dois rester dans cette foi-là. Dans 1 Corinthiens, chapitre premier, au verset 28 : « Dieu a choisi les choses viles du monde ». Qui étaient les choses viles du monde ? C’est moi et toi, c’était nous. « Il a choisi les choses viles du monde, celles qu’on méprise, celles qui ne sont point pour réduire au néant celles qui sont afin que nulle chair ne se glorifie devant Dieu. Or, c’est par lui (par Dieu, Dieu le Père), c’est par Dieu le Père que vous êtes en Jésus-Christ ». Il nous a pris, il nous a fait naître de nouveau, Il nous a donné la plénitude de son Esprit et Il dit : « Je t’ai placé en Christ. Tu es là en Christ ». Quand tu sais que tu es en Christ, tu es dans une position inattaquable, tu es en Christ. Tu peux décider de sortir de Christ, si tu veux, mais tu es en Christ parce que Dieu le Père t’a placé en Christ. « Lequel, de par Dieu (c’est-à-dire, selon la volonté du Père, Jésus-Christ, selon la volonté du Père), a été fait pour nous sagesse, justice, sanctification ». Il ne dit pas « sainteté », il dit « sanctification », c’est-à-dire processus constant de marche dans l’obéissance et dans la pureté avec Dieu, « et rédemption, afin que comme il est écrit, que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur ». Ça veut dire que si je vais pouvoir vous dire les yeux en face : « Je suis sanctifié et je marche dans la sanctification », ce n’est pas parce que j’aurai des années de pratique et de contrôle de moi derrière et que j’aurais acquis par ma volonté cette position, c’est que par la foi, moi qui suis vil, moi qui ne suis rien du tout, moi qui suis incapable de faire quoi que ce soit de bon de moi-même, seulement du mauvais, j’ai pris avec reconnaissance par la foi la sanctification que Jésus a accomplie pour moi. Il a été fait sanctification pour moi, et Dieu m’a placé en lui. Si je crois cela, mais il se passe un miracle ! La vie de résurrection, la vie de Dieu va remplir mon être entier. Je crois sa Parole, je marche dans sa rédemption, je marche dans sa justice, je marche dans sa sanctification. Il l’a été fait pour moi. C’est si je ne le crois pas que je vais marcher dans l’impureté. Donc, frères et sœurs, il faut marcher par la foi. Et marchant par la foi, tu vas produire les œuvres et tu seras dans la perfection. Puisqu’il a été fait pour toi sanctification, quand tu prends sa nature, tu prends la perfection et tu as en permanence le sang de Jésus pour te purifier si tu chutes encore. Donc, les trois sont d’accord : l’Esprit, l’eau de la Parole et le sang, pour me purifier ; l’Esprit, l’eau et le sang ; l’Esprit-Saint qui me remplit et qui me pousse constamment plus vers la sainteté de Dieu, la Parole de Dieu qui me montre tout ce que Jésus a fait et qui me donne la foi parce que quand je lis ça, je dis : « Oui, c’est écrit, c’est un fait, c’est une réalité. J’ai été placé en Jésus, je dois le croire. J’ai été placé en Christ, il a été fait sanctification pour moi, je le prends, Seigneur » ! Et je marche dans la sanctification, je sens immédiatement l’effet de la Parole, l’eau qui me purifie ; l’Esprit, l’eau et le sang, toujours disponible pour effacer toute impureté qui pourrait encore se présenter, dans laquelle je pourrais tomber. Mais quand je reste dans cette attitude de foi, quand je confesse immédiatement mes péchés, et que je reste dans cette attitude de foi, je vais marcher dans la sanctification. Je vais produire des œuvres saintes et justes, parce que j’ai la nature de Jésus que j’ai prise pour moi. Je peux arriver à dire comme Paul : « Ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi et qui se manifeste au travers de moi ». Quand je vais prier pour un malade, je lui impose les mains au nom de Jésus, ce n’est plus moi qui impose les mains. « Au nom de Jésus », c’est comme si c’était Jésus. Donc, n’attends pas que tes mains chauffent. Si tu attends que tes mains chauffent, tu es sur un terrain d’incrédulité parce que ce n’est pas quand les mains chauffent qu’il faut imposer les mains, c’est quand on le fait au nom de Jésus par la foi. Sinon, si on fait ça en comptant sur des choses sensibles pour faire ou non la volonté de Dieu, on se place sur le terrain de la chair et on est à côté de la vérité. Tandis que si on le fait dans la foi, on ne va pas attendre que mes mains chauffent pour dire : « J’ai l’onction de guérison », on va dire : « Je vais imposer les mains au nom de Jésus par la foi en la Parole de Dieu » qui dit : « Vous imposerez les mains aux malades, non pas quand vos mains chauffent, mais simplement parce que vous avez un malade devant, vous avez la compassion de Dieu dans votre cœur et que vous allez vers lui pour faire ce que la Parole de Dieu dit, et vous verrez la chose s’accomplir parce que vous êtes dans la foi ». Sinon, c’est un risque de porte ouverte à de mauvais esprits parce que Satan peut très bien vous faire chauffer les mains ou les pieds et puis dire : « Tu es ou pas sous l’onction ». Tandis que quand je suis sur le terrain de la Parole, alors là, je suis béni et je suis bénédiction. La véritable onction de Dieu peut aussi te chauffer les mains, mais le problème, c’est qu’au cas où ça ne se passerait plus, tu risquerais de ne plus imposer les mains aux malades. Il ne faut plus que ce soit le cas. Que ça soit ou pas le cas, que tout soit fait uniquement par la foi en la Parole. Dans la seconde épître de Paul aux Thessaloniciens, verset 13 du chapitre 2 : « Pour nous frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâce à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l’Esprit et par la foi en la vérité ». Vous voyez les deux associés. La sanctification de l’Esprit, c’est à la fois la sanctification de ton esprit et la sanctification de l’Esprit de Dieu qui est en toi et qui te sanctifie. « Et par la foi en la vérité ». Qu’est-ce que la vérité ? C’est Jésus et c’est la Parole. Donc, « vous avez été choisis », mais pourquoi tu ne prendrais pas ça pour toi, ma sœur, pour toi, mon frère ? Tu te dis : « J’ai été choisi, parce que j’ai répondu. J’ai été choisi par la sanctification de l’Esprit et la foi en la vérité. Je crois en ta Parole, je sais qui tu es, le Dieu tout puissant, l’Eternel qui prononce une parole et la chose existe, et Seigneur, je crois en toi et en ce que tu dis ». Et à partir de là, Jésus fait de toi un être parfait, sans ride ni tache, ni rien de semblable. Parce que la révélation de sa Parole t’éclaire et tu la prends par la foi. Et tu n’es plus là en train de te dire : « Est-ce que je n’aurais pas oublié quelque chose qui m’empêcherait d’être enlevé ? » Si tu te poses la question, c’est que tu n’es plus sur le terrain de la foi en l’œuvre parfaite de Jésus. Tandis que si tu as pris l’œuvre de Jésus par la foi, les yeux fermés, tu te dis : « Jésus fait une œuvre parfaite en moi, je l’ai prise d’avance et je sais qu’il amènera toute chose parfaite pour le jour de Christ ». C’est une certitude parce que c’est une promesse de Dieu. Et Jésus lui-même dit dans Jean 17, au verset 15 : « Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal ». Comment les préserver du mal ? En les remplissant de ton Esprit et en les remplissant de la connaissance de ta Parole qui est la vérité. Et il dit : « Ils ne sont pas du monde comme moi, je ne suis pas du monde ». On n’est pas du monde, on est surnaturel. « Sanctifie les par ta vérité » (la foi en la vérité), ta Parole est la vérité ». Et il ajoute encore, je me disais : « ça, c’est merveilleux ». Je ne me lasserai pas de lire ces choses. « Et je me sanctifie moi-même pour eux afin qu’eux aussi soient sanctifiés par la vérité ». L’amour de la vérité qu’il nous a donné. Jésus s’est sanctifié pour nous. Jésus a fait un travail parfait et il nous donne un cadeau. Je m’empresse de le saisir et de dire : « Jésus, tu es merveilleux, tu as fait un travail parfait en moi. Tu me donnes la vie éternelle, tu me donnes la plénitude de ton Esprit, tu me donnes ta promesse et tes paroles, tu me donnes la foi pour y croire, parce que ton Esprit me remplit. Je prends tout ça pour moi et comme je suis reconnaissant, je saute de joie « ! Je dis : « Seigneur, tu m’as transformé, tu as enlevé les rides, les taches et tu as ouvert mon œil et mon oreille pour me montrer où je mets les pieds, et tu m’as donné une conscience sensible pour voir immédiatement si quelque chose ne va pas. Tu es merveilleux, Seigneur. Et je n’ai pas le désir de faire des choses qui ne vont pas. Ça peut arriver, hélas, mais j’ai le sang qui me purifie et immédiatement, je me replace sur le terrain de la foi dans l’œuvre totale de Jésus. Le fait que j’ai fait un faux pas ne veut pas dire que l’œuvre est incomplète, puisqu’à partir du moment où le sang me purifie et où je récupère le terrain de la foi, je suis à nouveau dans le domaine de la perfection. Je suis dans le domaine de la perfection parce que je suis en Christ qui a été fait pour moi sagesse, justice, sanctification et rédemption. Dans la première épître de Pierre, au chapitre premier et au verset 3 : « Béni soit Dieu le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui selon sa grande miséricorde nous a régénérés (voilà la nouvelle naissance) pour une espérance vivante par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts. Alors pourquoi est-ce qu’il nous a fait naître de nouveau, régénérés ? « Pour un héritage qui ne peut pas se corrompre, ni se souiller, ni flétrir, qui vous est réservé dans les cieux à vous qui (alors, à qui est réservé cet héritage ?), à vous qui par la puissance de Dieu êtes gardés par la foi (la foi !) pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps », donc pour l’enlèvement. Mais il y a tout le plan, là, tout ! Depuis la nouvelle naissance jusqu’à l’enlèvement, il dit, je relis parce que ça sera mon morceau final mais il faudrait méditer là-dessus : « Béni soit Dieu (et ça doit être le cri de notre cœur en sortant d’ici : Béni sois-tu, Père ! Tout est accompli. Merveilleux, tu m’as sanctifié ! Parfait, merveilleux, tout est accompli ! Je le prie, pour moi), qui selon sa grande miséricorde (c’est une grâce, bien-aimé, une grâce que tu dois prendre par la foi), qui nous a régénérés (créatures nouvelles ; régénérés : créatures nouvelles), pour une espérance vivante ». Tu vois, « la foi, c’est la certitude des choses que tu espères ». Donc, si tu espères ces choses, ce n’est pas espérer en disant : Est-ce que ça va m’arriver ou pas ? Tu l’espères en l’attendant avec persévérance parce que tu sais que ça va arriver parce qu’il y a la foi. « Par la résurrection de Jésus-Christ », la garantie, le sceau, c’est la résurrection de Jésus. En ressuscitant, il m’a régénéré, il m’a donné la vie. Et il ne s’est pas contenté de me donner la vie, il dit : Maintenant, attends. Il y a un héritage splendide pour toi qui ne peux ni se corrompre ni se souiller ni flétrir qui t’est réservé dans les cieux. Et nous sommes déjà dans les cieux, assis à la droite de Dieu en Christ dans les lieux célestes. Mais on va bientôt avoir tout ça. « A vous qui par la puissance de Dieu êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps. C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant puisqu’il le faut vous soyez attristés par diverses épreuves » etc. S’il conclut par ça, c’est important que nous aussi nous puissions garder cette pensée. Quand nous avons saisi notre sanctification par la foi, nous sommes prêts pour l’enlèvement. Et nous veillons à notre marche de tous les jours parce que nous sommes justement dans la sanctification. Nous avons le Sang, l’Esprit et la Parole avec nous et nous sommes continuellement en train de garder les yeux là-haut vers Jésus à l’attendre. Et on aspire à cette attente-là. Mais on ne doit pas oublier qu’il faut que nous soyons attristés pour un peu de temps par diverses épreuves. A partir du moment où tu es dans cette foi, tu vas avoir des épreuves qui vont simplement avoir pour but de perfectionner ta foi, parce que l’or est éprouvé par le feu et il va falloir que ta foi soit constamment perfectionnée. Réjouis-toi donc des épreuves que tu peux avoir, comme Jacques le dit, parce que de ces épreuves-là, quand tu restes les yeux fixés sur Jésus et que tu restes dans la foi, va sortir quelque chose de bon, de meilleur encore pour toi. Tu vas sortir encore plus fort dans la foi, et si Dieu permet ces épreuves, c’est que ton Père céleste sait par quoi tu dois passer. Mais ça ne doit en aucun cas enlever ta joie, puisqu’il en parle ici : « c’est ce qui fait votre joie ». Notre joie, c’est d’avoir le cœur chevillé par la foi, dans la Parole de Dieu et de ce qu’il dit qu’il est en train de faire et de préparer pour nous. Nous avons saisi sa sanctification et nous y marchons, nous savons que Jésus a fait une œuvre parfaite, nous avons en permanence le Sang, l’Esprit et la Parole pour être conservés par Dieu dans cette sanctification totale jusqu’à ce qu’il arrive. Et c’est lui qui fait ça si nous collaborons honnêtement avec lui et si nous restons dans la foi. Vous avez compris ça ? Gloire à Dieu. Merci, Seigneur. Donc, nous sommes tous prêts pour l’enlèvement à cette seconde. Gloire à Dieu. Nous avons une pleine assurance de l’enlèvement par la foi en Christ. Seigneur, je te bénis de tout mon cœur parce que c’est toi qui nous donne cette foi, et rien ne serait possible sans l’œuvre merveilleuse de Jésus, qui a tout accompli sur la Croix, et avant et après, tout accompli pour que nous soyons gardés irréprochables par la foi, jusqu’au moment de ta venue, Seigneur. Je te remercie de faire dans nos vies ce que tu as promis, d’accomplir et de mener à son terme, à sa perfection cette œuvre glorieuse que tu veux faire dans nos cœurs et dans nos vies, me faire grandir à la ressemblance parfaite de Jésus-Christ. Seigneur, je te bénis de tout mon cœur. Mon cœur aspire à voir ces choses avancer à grands pas, non seulement dans ma vie, mais dans la vie de tous tes enfants. Et Seigneur, je sais que tu le feras et je me réjouis au nom de Jésus. Amen.

                             L’assurance d’être prêt pour l’enlèvement

                          L’enlèvement de l’Eglise et la fin des temps

Il y a  des choses qui sont en ce moment importantes et urgentes : je veux parler du retour proche du Seigneur et aussi de la marche par l’esprit, parce que les deux sont étroitement liés. Vous savez que le Seigneur Jésus vient chercher son Eglise; cela fait 2000 ans qu’on en parle mais il va bien falloir que cela arrive. Le Seigneur ne nous a pas laissé sans signes et surtout sans son Esprit qui parle à nos cœurs et qui nous montre que le temps est là. Ce ne sont pas seulement les événements actuels qui se passent et qui sont terribles dans le monde, mais cela fait longtemps que les douleurs ont commencé et que ce pauvre monde souffre les douleurs de l’enfantement. Mais ce qui va se passer bientôt et qui va se passer avant le règne de Christ sur la terre, dépasse tout ce que l’on peut imaginer. Il est vrai que l’Apocalypse nous en donne une description précise et je crois vraiment qu’on est dans ces temps-là. Ce que nous pouvons voir maintenant n’est qu’un début des choses qui nous ont été annoncées et qui doivent nous faire tous réfléchir, qui nous font réfléchir je pense ! rappelez vous aux milliers de personnes qui ont été ensevelies sous l’effondrement des deux tours jumelles à New York ! ceci rappelle ce que Jésus disait des 18 personnes sur lesquelles la tour de Siloé était tombée. Déjà à l’époque de Jésus une grande tour est tombée à Jérusalem sur la population, elle n’avait fait que 18 morts. Mais c’est beaucoup 18 personnes tuées ! Jésus disait dans l’évangile de Luc, au chapitre 13 et au verset 2 : « Croyez-vous que ces Galiléens (ceux qui ont été tués) soient de plus grands pécheurs que les autres ?… Non, je vous le dis. Mais si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous également ». Et nous savons que quelques années après, la population de Jérusalem a été détruite par les armées romaines. Des choses épouvantables se sont passées, des centaines de milliers de Juifs ont été tués, d’autres dispersés et il n’est plus rien resté de Jérusalem pendant des siècles. Je crois vraiment que Jésus voulait appeler à la repentance les personnes de son époque pour leur dire : « Voyez-vous, ce qui s’est passé là ne veut pas dire que ces personnes étaient de plus grands pécheurs que les autres, ou que nous, mais, si on ne se repent pas, on périra tous également « . C’est une parole du Seigneur ! Et ce qui s’est passé là, c’est clairement un appel du Seigneur à la repentance. Et lorsque des événements se produisent comme ceux dont on parle dans les journaux de nos jours, ce ne sont pas les Ismaélites qui sont dans la ligne de mire du Seigneur, c’est le salut de l’humanité qu’Il cherche. Le Seigneur appelle tous les hommes à se repentir et en particulier l’Eglise de Jésus-Christ. Le peuple d’Israël est le peuple du Seigneur sur cette terre. Sur le plan terrestre, le peuple d’Israël a été appelé en premier, Et ensuite, parce qu’ils ont refusé pour la plupart de reconnaître le Messie, le Seigneur a étendu son appel aux païens dont nous faisons tous partie, et nous formons le peuple spirituel du Seigneur quand nous sommes son Eglise. Mais quand nous lisons le Nouveau Testament et les exhortations de Paul, nous voyons qu’il disait déjà aux Corinthiens et à d’autres de son époque : « Rappelez-vous les Hébreux dans le désert, rappelez-vous de quelle manière le Seigneur les a traités  » ! Croyez-vous que nous Chrétiens nous allons être traités différemment si nous ne nous repentons pas, si le Seigneur a pu juger aussi sévèrement le peuple d’Israël au point que par trois fois, ils ont connu un holocauste terrible et que la Parole de Dieu annonce que ce n’est pas fini pour eux ? Dans Zacharie, nous voyons encore que deux tiers vont périr à la fin des temps. Les deux tiers du peuple d’Israël vont périr au moment où Jérusalem va être investi par les dernières armées du combat final. Est-ce que vous croyez que le Seigneur va épargner cette partie de son Eglise qui ne marche pas dans la fidélité et qui résiste à ces exhortations depuis des siècles, à savoir : marcher droit et se repentir ? Je ne dis pas cela nécessairement pour vous en particulier, mais je parle à l’Eglise de Jésus- Christ. Je crois que l’appel de Dieu en ce moment par ce qui est arrivé, aussi bien à New York qu’à Toulouse pour ce rappeler de l’explosion azf, dans le sud de la France, , c’est un appel à la repentance par l’avertissement de ce qui va bientôt se produire sur la terre. Je crois qu’il serait possible de retarder un moment le jugement du Seigneur pour qu’Il finisse d’accomplir son plan qui est de sauver. Malheureusement la Parole de Dieu nous montre qu’il y a un temps fixé par le Seigneur où sa patience aura sa fin. Et même s’Il retarde un moment sa venue en attendant que ceux qui doivent hériter du salut viennent et y entrent, il y a un moment décidé par le Père où la porte sera fermée et où les jugements vont vraiment tomber d’une manière terrible sur la terre, pendant cette période qui est appelée « la grande tribulation ». Dans sa grâce le Seigneur parle à son peuple pour lui dire « Je vous ai envoyé Jésus pour vous amener au salut et je vous parle par mon Esprit pour vous faire entrer dans cette arche qui va représenter le lieu de secours, de refuge, de tous ceux qui vont être enlevés ». Tous ceux qui vont être enlevés ne sont pas nécessairement tous ceux qui confessent le nom de Jésus-Christ, mais ce sont ceux qui seront prêts au moment où la dernière trompette va sonner. Est-ce que vous croyez réellement que le Seigneur va enlever des hommes et des femmes qui ont confessé Jésus, qui sont vraiment passés par la nouvelle naissance, par le baptême etc.. et qui vivent dans le compromis et dans le péché au moment où le Seigneur va revenir ? Vous pensez vraiment qu’Il va les enlever ? Ceux qui croient qu’ils vont être enlevés se trompent ! Ce n’est pas le fait d’avoir simplement confessé Jésus un jour, c’est le fait d’être prêt à sa venue. Et nous devons être absolument sûrs que nous allons être enlevés de même que nous devons tous avoir une ferme assurance de notre salut. Nous devons avoir dans ces moments de la fin, la ferme assurance que quand la dernière trompette va sonner, nous allons être enlevés. Nous ne devons pas être dans le doute ou dans la crainte en disant « Je ne sais pas si je vais être enlevé, j’aimerais bien, mais en fait, je n’en sais rien ». Si vous n’avez pas cette assurance qui nous est donnée par le Seigneur par la foi, vous n’êtes pas en état d’être enlevé actuellement. Et ce message est là pour  vous fortifier de la part du Seigneur dans cette foi que le Seigneur veut enlever ses enfants mais pas n’importe comment, Il veut les enlever dans la foi et les enlever prêts à l’enlèvement. Il ne veut pas que nous vivions dans le péché ou dans le compromis, dans la mesure de la lumière que nous avons reçue bien sûr ; nous serons jugés dans la mesure de la lumière que nous avons reçue. Si le Seigneur nous demande quelque chose que nous savons et que nous résistons ou que nous  ne voulons pas, c’est là que nous sommes en danger. Pour les choses que nous ignorons, qu’Il ne nous a pas encore révélées, le Seigneur ne va pas nous juger là-dessus, mais les choses qui nous sont révélées par sa Parole ou qui nous sont révélées par son Esprit, là nous devons mettre notre vie en règle et sans tarder parce que le moment est proche, le moment est très proche ! Seul le Père connaît le jour et l’heure, mais le Saint-Esprit nous prévient et la Parole nous a donné des signes des temps de la fin. Le jour et l’heure sont entre les mains du Père, mais le temps, la période et l’époque nous sont montrés par la Parole et par le Saint-Esprit. C’est dans l’ensemble de la Bible,  en ce qui concerne , que nous est montré la fin de cette période de grâce que nous connaissons, qui va se terminer par l’enlèvement de l’Eglise, les grands jugements sur la terre et puis la grande guerre finale et ensuite le millenium, les mille ans de Jésus sur la terre. Le Seigneur nous aide à voir dans sa Parole les signes qui montrent que nous pouvons reconnaître l’époque de son retour. du début à la fin, de la Genèse à l’Apocalypse, il y a à peu près quarante-quatre passages qui nous parlent clairement de la fin de cette période que nous vivons. Quarante-quatre signes précis ! Je n’ai pas le temps d’en parler maintenant , mais dans une prochaine réunion, on aperçoit que les signes qui sont recensés dans le prochain message étaient tous accomplis aujourd’hui, ou en train de s’accomplir sous nos yeux. Tous, sans une seule exception !  rappelez-vous les paroles de Jésus qui disait « Quand vous verrez ces choses arriver… » (Luc 21:31). Jésus parlait il y a deux mille ans, mais Il parlait aussi à la génération qui vivrait à la fin des temps. Il dit « Cette génération-là ne passera pas que tout cela n’arrive ». Il ne parlait pas de la génération de son temps puisqu’Il parlait il y a deux mille ans, mais Il parlait de la génération qui allait connaître l’accomplissement de tous les signes et qu’elle ne passerait pas sans que le Seigneur fasse son retour. Nous sommes dans cette génération. Nous sommes dans les derniers temps de la fin des temps. Le Seigneur peut revenir d’un moment à l’autre. Je m’y attends personnellement d’un moment à l’autre ! Cela peut durer quelques années, je n’en sais rien, mais certainement pas mille ans, ni cent ! Et je suis sûr que le Saint-Esprit parle en ce moment dans le monde entier pour prévenir son Eglise et lui dire « Les temps sont là ». Il y a vingt ans, on entendait beaucoup plus parler du retour de Jésus qu’aujourd’hui ! mais Aujourd’hui on entend même dire : « La terre entière va être gagnée à Christ et il va y avoir un grand réveil mondial qui va gagner la terre entière au Seigneur, et quand elle sera entièrement gagnée, à ce moment-là, on l’offrira entièrement à Dieu qui enverra Jésus pour la prendre ». Ce n’est pas du tout cela que le Seigneur dit dans sa Parole ! Il annonce des temps de ténèbres pour la fin des temps. Il dit : « l’amour du plus grand nombre se refroidira » (Matthieu 24:12). Il dit encore : « Quand le fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18:8) Vous rendez-vous compte de ce que dit Jésus ? L’iniquité va grandir et la foi, l’amour du plus grand nombre va diminuer. Aujourd’hui, même dans l’Eglise de Jésus-Christ, le compromis et le péché entrent dans l’Eglise. Le Seigneur n’est pas là pour juger les pécheurs, Il est là pour les sauver ! Il n’est pas là pour les pointer du doigt en leur assenant des coups de versets bibliques sur la tête, mais pour leur manifester son amour, pour leur montrer qu’il y avait un Sauveur, qu’il y avait quelqu’un qui venait les sauver de leurs péchés et leur dire « Il y a une porte de salut ». Et aujourd’hui il y a une double porte de salut qui est ouverte. Il y a le salut de l’âme, pour être sauvé de l’enfer et avoir la vie éternelle, puis il y a l’enlèvement, pour être sauvé des atrocités de la grande tribulation, et faire partie des noces de l’Agneau dans le rôle de l’Epouse. La première porte de salut, c’est la porte du salut des âmes par la foi en Jésus-Christ, qui est encore ouverte, mais pour peu de temps. Partout le Seigneur appelle, et dans l’urgence, parle aux cœurs de tous ceux qui n’ont pas l’assurance de leur salut pour les amener à Jésus-Christ et leur dire  » Il y a un Sauveur qui est mort pour toi sur la Croix, il faut que tu lui donnes ta vie entièrement et que tu l’acceptes comme Sauveur, pour que tu reçoives ce merveilleux salut et que tu aies une pleine assurance que tous tes péchés ont été pardonnés, que Jésus a payé pour toi et qu’Il t’a donné sa justice ». Quand on vous pose la question : « Es-tu sauvé ? », si vous ne pouvez pas répondre : « Oui, je suis sauvé », si vous n’avez pas cette assurance-là, c’est que vous n’avez pas le salut. Quand on l’a, on le sait et on peut dire aussitôt : « Oui, je suis sauvé ». Non pas parce que nous sommes orgueilleux au point de croire que Dieu nous traite d’une manière spéciale, mais parce que l’on a osé simplement croire que nous étions pécheurs devant Dieu. Quand nous nous sommes approchés du Seigneur pour lui demander pardon, le Sang de Jésus a effacé nos péchés et Dieu nous a donné sa justice. Cela ne veut pas dire que nous devenons parfaits dans tous les actes de notre vie quotidienne à ce moment-là, mais notre esprit passe par une nouvelle naissance et nous recevons la justice de Dieu. A ce moment précis, il vient habiter dans notre cœur par le Saint-Esprit et il peut commencer à travailler pour nous transformer, nous perfectionner, mais nous avons déjà la vie éternelle. Et nous pouvons dire : « Seigneur, merci parce que je sais que tu m’as sauvé ». Non pas simplement que j’espère être sauvé un jour, mais maintenant je le sais parce que j’ai accepté Jésus ; je peux répondre sans hésiter : « Oui, je suis sauvé », à celui qui pose la question. Une deuxième porte de salut est ouverte c’est celle de l’enlèvement. Il ne s’agit pas du salut des âmes, mais il s’agit d’être sauvé de ce qui va se passer sur la terre, des choses épouvantables qui sont décrites dans l’Apocalypse. Il y en a parmi nous qui ont connu ce qui s’est passé au cours de la dernière guerre mondiale et les atrocités qui ont pu être commises, mais quand l’Antichrist aura pris le pouvoir, hélas ! ce sera pire ! Quand l’Eglise sera partie, et que le Saint-Esprit ne sera plus répandu sur le monde comme il l’est maintenant, le péché et le mal vont exploser littéralement, plus rien ne va retenir le mal. Les Chrétiens qui auront vécu dans le péché et le compromis et qui ne seront pas prêts pour la dernière trompette et le jour du jugement vont se réveiller à ce moment-là pour voir que l’Eglise fidèle est partie. Cela va être une chose terrible, mais trop tard ! Est-ce que vous pouvez penser à la situation de tous ceux qui vont s’apercevoir que l’Eglise est partie et qui vont comprendre qu’ils sont restés, que maintenant il n’y a plus de moyens pour eux de quitter cette terre ? Ils ne vont pas perdre leur salut s’ils ont confessé tous leurs péchés au Seigneur et s’ils les confessent à ce moment-là, je suis sûr que le Seigneur sera toujours là pour leur pardonner leurs péchés, mais ils devront passer par la tribulation. Ce sera une époque où plus personne ne pourra acheter ni vendre, ni faire quoi que ce soit sans avoir la marque de la bête sur la main ou sur le front. Les Chrétiens qui resteront auront décidé de ne pas la prendre parce qu’ils savent qu’en prenant la marque c’est la perdition éternelle sans espoir d’en sortir cette fois. Parce qu’on viendra te proposer la marque avec un grand sourire en te disant « Mais ne t’inquiète pas, si tu prends la marque tu auras du travail, tu auras de l’argent, tu auras tout ». Mais nous savons que si nous prenons cette marque, à ce moment-là, c’est la perdition éternelle ! Et ceux qui le savent et qui verront la possibilité qui leur est offerte : « Veux-tu la marque et la réussite sur la terre en attendant le jugement final, ou est-ce que tu veux le martyre et la mort », ceux-là devront choisir à ce moment-là ! Est-ce qu’ils auront assez de force pour tenir dans les persécutions, dans les choses horribles qui vont se passer et pour accepter malgré tout de passer par la mort pour ne pas renier le Seigneur ! Beaucoup le feront, ils vont recevoir leur salut comme au travers du feu, mais ils éviteront la perdition. Ils connaîtront le martyre, alors que le Seigneur leur offrait la porte de l’enlèvement pour pouvoir partir à sa rencontre dans les airs ! Le Seigneur parle maintenant par son Esprit pour dire « Sortez des compromis, sortez du péché, sortez des manques de pardon ! Vous avez des animosités, des rancunes entre vous, pardonnez-vous, pardonnez je vous en supplie, ne laissez plus traîner la moindre amertume envers une personne vivante ou morte qui vous a fait du mal, pardonnez parce que le Seigneur nous donne un esprit qui pardonne ». Nous avons compris qu’il nous a pardonné quelque chose d’énorme, notre péché, est-ce que nous ne recevrions pas la force de Dieu pour pardonner à tous ceux qui nous ont blessés et fait du mal ? Je sais que certains ont été profondément blessés par des personnes. Je ne parle pas seulement à ceux qui sont ici, mais dans le monde chrétien, nous avons connu des choses horribles qui se sont passées, qui se passent maintenant, des Chrétiens qui subissent des sorts terribles et à qui Dieu donne la force de pardonner de tout leur cœur parce que c’est la puissance de l’Esprit de Dieu qui fait cela dans les cœurs. Je vous en supplie, si vous avez la moindre animosité contre quiconque vivant ou mort, pardonnez de tout votre cœur parce que sinon, vous ne serez pas pardonné. Si vous ne pardonnez pas, vous allez rester ! Si le Seigneur vous a montré quelque chose à faire ou à régler, un péché à confesser ou quelque chose à mettre en ordre, écoutez la douce voix du Saint-Esprit et faites-le sans tarder parce que le moment est court, n’attendez pas, n’attendez pas même demain matin. Ce serait trop bête, trop insensé de ne pas tout mettre en ordre devant Dieu alors qu’il nous donne son Esprit pour le faire, qu’il nous donne tous les moyens, qu’il nous donne par son Esprit l’amour dont nous avons besoin pour aimer nos ennemis et pour leur pardonner. Parce que nous avons refusé de pardonner, nous resterons et subirons tout ce qui va se passer sur cette terre. Je ne parle pas de l’enlèvement en ce moment, mais des tourments que nous vivrons tant que nous n’aurons pas pardonné ou reçu le pardon de Dieu, parce que beaucoup de personnes ne veulent pas recevoir le pardon de Dieu, hélas ! Mais notre glorieuse expérience à nous qui connaissons le Seigneur, c’est de savoir que Jésus nous a dit :  » Je viendrais un jour vous rechercher « . Il a dit qu’Il viendrait nous rechercher parce qu’Il veut nous avoir avec lui, parce qu’Il nous aime et Il veut nous faire éviter ce qui va venir sur le monde. Il dit dans l’Evangile de Luc au chapitre 17 et aux versets 26 et 28 : « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du fils de l’homme… Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement ». Deux périodes où il y a eu un jugement terrible qui est venu sur la terre. Noé, c’était le jugement par l’eau qui a englouti la terre entière. Mais Dieu cherchait des hommes justes pour les faire sortir de ce jugement qui allait venir sur la terre entière. Et il n’y eut qu’un seul homme juste à son époque : Noé ! Et Dieu a sauvé sa famille. La famille a dit d’accord à la proposition de Noé, Il a dû dire à sa famille : « Dieu m’a prévenu qu’un cataclysme venait sur la terre, et que seuls ceux qui vont entrer dans l’arche vont s’en sortir. Vous venez avec moi oui ou non ? » Sa femme a dit oui, ses enfants, ses belles-filles ont dit oui. S’ils n’avaient pas dit oui, ils seraient restés, ils auraient péri dans le déluge. Du temps de Lot, c’est un déluge de feu qui est tombé sur Sodome et Gomorrhe. Mais Dieu a envoyé des anges, deux anges pour arracher Lot et sa famille pour lui dire : « Un jugement vient, mais Dieu veut t’en sortir ». Il n’y avait qu’un seul juste dans la ville de Sodome, c’était Lot. La femme de Lot a suivi en traînant un peu les pieds. Ses deux filles vierges ont suivi mais ses gendres se sont moqués de lui. Cela veut dire qu’il avait d’autres filles qui étaient mariées à des hommes de Sodome, mais qu’elles sont restées avec leur mari dans Sodome parce qu’ils se sont moqués de lui. Les deux filles vierges ont suivi. Mais la femme de Lot s’est retournée et elle a été changée en statue de sel. Mais Lot et ses deux filles ont été sauvés. Je ne vous parle pas de ce qui s’est passé par la suite, mais Dieu a voulu les arracher au danger. Et de la même manière aujourd’hui Dieu voudrait que toute son Eglise soit arrachée à ce danger qui vient. Il est allé chercher ceux qu’Il a trouvés justes, Noé et sa famille, Lot et sa famille. Nous savons que la vraie justice nous est donnée par la foi en Jésus-Christ. Ce n’est pas la justice de nos propres œuvres mais la justice par la foi en Jésus-Christ et en même temps le fait de continuer à marcher dans cette lumière en ne pratiquant pas le péché. Nous pouvons tous pécher, cela nous arrive d’avoir des chutes. Que fait le Saint-Esprit à ce moment-là dans nos cœurs, quand nous péchons ? Si nous nous mettons en colère ou que nous faisons quelque chose qui déplaît au Seigneur, est-ce qu’immédiatement le Saint-Esprit en nous ne parle-t-il pas en disant : « Mais attention pour ce que tu es en train de faire là, demande pardon, je vais te pardonner. » Mais Dieu ne va pas nous pardonner automatiquement sans qu’on le lui demande. Il est prêt à nous pardonner quand nous nous tournons avec un cœur honnête vers lui pour le lui demander. Le problème du Seigneur, ce n’est pas le péché, c’est le manque de repentance pour lui présenter notre péché afin qu’Il le pardonne. Et quand il est dit : « Que le soleil ne se couche pas sur votre colère, et ne donnez pas accès au diable » (Ephésiens 4 : 26-27), Paul parle à des Chrétiens remplis de l’Esprit ! Si tu te mets en colère contre ton mari ou contre ta femme ou quelqu’un d’autre, et que tu te couches en colère sans avoir demandé pardon, tu ouvres une porte au malin dans ta vie. Et si la dernière trompette vient cette nuit-là, tu n’es pas enlevé parce qu’il y a un péché non confessé et que tu sais, d’après la Parole, que tu aurais dû le confesser et demander pardon. Cela te demandait un instant et le pardon de Dieu t’aurait été donné immédiatement avec largesse, avec amour, soixante-dix fois sept fois par jour. Si notre voisin qui nous embête, ou quelqu’un qui nous embête, dix fois par jour vient nous demander pardon, est-ce que la onzième, on va lui dire encore « Oui, je te pardonne » de tout notre cœur ? Notre chair va bouillir et va dire « Non ! ça suffit maintenant, je t’ai assez pardonné ». Mais soixante-dix fois sept fois par jour, si nous venons devant Dieu avec un cœur honnête disant : « Seigneur, tu vois je suis encore tombé, regarde Seigneur pardonne-moi, je t’en supplie », le sang de Jésus efface. Cela ne veut pas dire que le Seigneur ne va pas peut-être nous donner une correction, nous apprendre quelque chose qui va nous permettre d’aller plus loin et de ne pas tomber si fréquemment dans le péché, cela s’appelle la sanctification. Et notre Père est là pour corriger ses enfants avec amour et fidélité. Il y a une grande différence entre la correction d’un Père qui aime ses enfants et le jugement qui vient sur un pécheur qui ne veut pas se repentir.

Quand nous avons connu l’amour du Seigneur et ce qu’Il nous a pardonné, je vous assure que si nous ne voulons pas pardonner une grave offense qui nous a été faite, c’est que sans doute, nous n’avons pas une pleine révélation de la gravité de l’offense que nous avons faite à Dieu par nos propres péchés, qui ont amené le Fils de Dieu sur la Croix. C’était quelque chose de tellement grave que Dieu a dû donner son propre fils pour mourir pour nous, pour mes péchés et les nôtres à tous. Quand Dieu nous fait comprendre la gravité de ce que nous-mêmes nous avons fait devant Dieu, comment est-ce que nous ne pourrions pas pardonner de tout notre cœur les plus grandes choses qui pourraient avoir été faites contre nous ? Comparons ces deux gravités. Quelqu’un qui nous a gravement offensés en péchant contre nous, il a d’abord gravement offensé Dieu en péchant contre lui. Et il ne se rend pas compte que c’est ce péché qui a amené le Fils de l’homme, le Fils de Dieu à la Croix pour nous. Donc, quand nous avons compris la grandeur du pardon que Dieu nous a donné en Jésus-Christ, mais comment est-ce qu’on peut ne pas pardonner la moindre des offenses, la plus petite des offenses, mais de tout notre cœur, et aussitôt, même si la personne ne nous a pas demandé pardon.

Il faut comprendre cette leçon et  remercier le Seigneur de nous  l’avoir fait comprendre quelles que soient les offenses. « Seigneur, je pardonne immédiatement de tout mon cœur. » Si quelqu’un ne veut pas me pardonner, c’est son affaire, mais j’ai compris que je dois pardonner, parce que le manque de pardon entre Chrétiens c’est la source numéro un de tous les problèmes, dans les familles, dans les couples, au milieu des Eglises. Combien de blessures ont été reçues dans les Eglises ? Combien de Chrétiens ont été blessés par leurs propres frères et sœurs ? Ce sont les blessures les plus graves! Quand un païen nous blesse, cela fait mal, mais quand un frère proche ou une sœur proche nous blesse ou nous trahit, cela fait beaucoup plus mal. Quand ce sont des frères qui ont partagé avec nous des années de vie chrétienne, qui nous trahissent et qui nous blessent, ce sont des choses qui nous font terriblement mal. Notre chair n’est pas du tout prête à pardonner, ni l’ennemi de nos âmes. Mais nous ne sommes pas appelés à marcher par la chair mais par l’Esprit du Seigneur. Nous avons reçu un Esprit de force, d’amour et de sagesse, esprit que Dieu nous a donné à la nouvelle naissance. Il est dit dans Ephésiens 4, au verset 24 : « et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité ». Beaucoup de Chrétiens ne le savent pas. Jil faut  le dire aujourd’hui, nous avons reçu du Seigneur par la régénération de notre esprit, un esprit créé à neuf dans une justice et une sainteté que produit la vérité. un esprit de force, d’amour et de sagesse créé selon Dieu, c’est-à-dire à l’image de Jésus-Christ. Mais cet esprit est tellement souvent enfermé dans une coquille charnelle dans laquelle nous continuons à vivre, que cette vie de l’esprit qui est dans notre esprit régénéré, ne peut pas se manifester. Nous continuons à marcher par la chair alors que nous avons en nous un potentiel formidable et nous devrions dire de tout notre cœur : « Seigneur, je veux apprendre de toi à marcher par l’esprit ». Dans ces derniers temps, c’est tellement important de faire cette prière au Seigneur ! « Seigneur, montre-moi ce qui ne va pas dans ma vie parce que je veux le confesser aussitôt, je veux que ton Sang efface, mais montre-moi aussi tout ce qui est charnel dans ma vie, pour que je puisse apprendre de toi à marcher par ton Esprit ». Je veux vraiment apprendre à marcher par l’Esprit du Seigneur comme Jésus a marché. Je vais vous lire quelques passages qui parlent de l’enlèvement. Lisons dans Jean 14, au verset 3. Jésus dit à ses disciples : « Lorsque je m’en serai allé et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi ». C’est une promesse claire : Il va nous préparer une place, Il a mis deux mille ans pour le faire. Elle est prête, il y a juste quelques finitions, mais elle est prête ! Il va revenir bientôt nous chercher et nous prendre avec lui pour être avec lui. C’est la promesse du Seigneur : « Je reviendrai et je vous prendrai avec moi ». Il ne parlait pas de la mort que nous devons tous connaître si Jésus ne revient pas avant que nous mourrions, mais Il parlait de son retour sur la terre pour prendre les siens et qu’ils soient toujours avec lui. Lisons dans 1 Corinthiens, au chapitre 15, et au verset 50. L’apôtre Paul est inspiré par le Seigneur. Il était en train de leur parler de la résurrection, cette glorieuse résurrection que j’attends avec tellement d’impatience, pour que ce corps disparaisse dans l’immortalité. Il dit donc au verset 50 : « Ce que je dis, frères, c’est que la chair et le sang ne peuvent hériter le royaume de Dieu, et que la corruption n’hérite pas l’incorruptibilité ». Donc le corps en particulier qui est encore soumis à la mort doit passer par la résurrection. Et rien de ce qui est charnel ne peut entrer dans le royaume de Dieu. «Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés en un instant (Il parle des Chrétiens qui seront restés vivants à la venue du Seigneur), en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera et les morts (en Christ, bien sûr, qui auraient été prêts à être enlevés si le Seigneur était revenu à leur époque) ressusciteront incorruptibles et nous, nous serons changés (en un clin d’œil). Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité ». Donc, il y a un temps qui est proche où la dernière trompette va sonner, celle que le Père connaît, et là, en un clin d’œil, tous ceux qui étaient prêts du temps de leur vie, qui étaient prêts à partir avec le Seigneur et qui sont morts, qui sont là dans la tombe, vont ressusciter les premiers et nous tout de suite après, nous allons être changés en un clin d’œil. Nous allons subir une résurrection vivante, notre corps va être changé en un corps immortel et les morts qui viennent de ressusciter et les vivants prêts à partir vont tous ensemble monter à la rencontre du Seigneur. Lisons dans 2 Thessaloniciens, au chapitre 2, et au verset 1 : « Pour ce qui concerne l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ et notre réunion avec lui (l’enlèvement de l’Eglise) nous vous prions, frères, de ne pas vous laisser facilement ébranlés dans votre bon sens, et de ne pas vous laisser troubler, soit par quelque inspiration, soit par quelque parole, ou par quelque lettre qu’on dirait venir de nous, comme si le jour de Christ était déjà là (il y en avait certains déjà à l’époque qui étaient en train de dire aux Thessaloniciens : « Mais Jésus est déjà revenu », et ils se faisaient du souci parce qu’ils n’avaient pas été enlevés). Mais que personne ne vous séduise d’aucune manière, car il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant ». C’est le signe que Jésus indique en tout premier. Nous sommes aujourd’hui dans l’apostasie de l’Eglise visible de Jésus-Christ. L’apostasie est entrée dans l’Eglise. L’apostasie c’est le fait de se détourner de la vérité pour croire des doctrines de démons, des mensonges, des traditions des hommes ou des choses qui ne sont pas la vérité. L’apostasie, c’est ce qu’a fait Judas quand il a renié le Seigneur. Il marchait un temps avec Jésus et il a participé à la gloire du ministère des douze apôtres, il a annoncé la repentance et il a vu des miracles, des guérisons et il a trahi le Seigneur. Il est devenu un apostat, « le fils de la perdition » dit Jésus. Donc, ceux qui entrent dans l’apostasie, ce sont ceux qui ont connu la vérité et qui se sont écartés, ceux qui sont tombés dans l’erreur et qui n’ont pas écouté la voix du Seigneur qui est la vérité pour en sortir, ceux qui ne se sont pas attachés à sa Parole qui est la vérité et ceux qui ne sont pas restés dans la vérité ou n’y sont pas revenus. Il dit : « Il faut que l’apostasie soit arrivée auparavant, et que l’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition, l’adversaire qui s’élève au-dessus de tout ce qu’on appelle Dieu ou de ce qu’on adore (c’est-à-dire l’Antichrist, cet Hitler de la fin des temps qui va prendre le pouvoir du monde), jusqu’à s’asseoir dans le temple de Dieu, se proclamant lui-même Dieu. Ne vous souvenez-vous pas que je vous disais ces choses lorsque j’étais encore chez vous ? Et maintenant, vous savez ce qui le retient afin qu’il ne paraisse qu’en son temps ». Il y a quelque chose qui retient l’apparition de l’Antichrist, et ce quelque chose c’est l’Eglise de Jésus qui est remplie du Saint-Esprit.

Le Saint-Esprit qui est répandu dans le monde et qui vit dans le cœur des croyants, c’est le sel de la terre qui empêche la corruption de se manifester pleinement. Quand le Saint-Esprit va enlever l’Eglise fidèle, l’Eglise de Jésus-Christ, celle qui est prête et qui l’attend, plus rien ne va empêcher l’Antichrist de se manifester. Il va vraiment prendre le pouvoir, le contrôle du monde entier et ce sera des temps terribles. Si vous étudiez le livre de Daniel, dans l’Ancien Testament, vous verrez qu’il parle de la dernière semaine de Daniel, c’est-à-dire une période de sept ans divisée en deux périodes de 3 ans et demi chacune. L’Antichrist va conclure un accord de paix avec Israël qui durera 3 ans et demi. L’Antichrist sera celui qui va enfin venir régler le problème du Moyen Orient. Il va trouver la solution miracle. Il va permettre au temple d’être reconstruit pour pouvoir se présenter dans ce temple afin de se faire reconnaître comme Dieu. Le temple sera reconstruit très vite, il est prêt, toutes les pierres sont taillées, prêtes. En quelques mois le temple peut être reconstruit, les Juifs orthodoxes ont tout préparé, ils n’attendent que le moment favorable. Certains vont jusqu’à dire qu’une guerre se prépare actuellement au Moyen Orient et que les Palestiniens, voyant la guerre perdue pour eux parce qu’ils ne peuvent pas résister contre la puissance militaire d’Israël, pourraient faire sauter eux-mêmes le dôme du temple pour que les musulmans du monde entier entrent dans la guerre, pensant que ce sont les Juifs qui ont fait cela. Ce ne seront certainement pas les Juifs qui le feront sauter parce qu’ils auraient pu le faire depuis longtemps, ne serait-ce qu’à la guerre de 1967 ou des six jours. Les Juifs savent très bien ce qu’ils risquent s’ils font sauter le temple. Mais si les Palestiniens eux-mêmes faisaient sauter le dôme, le deuxième rocher de l’Islam, tout le monde musulman s’embraserait comme un seul homme. Au premier signe, tous les fanatiques actuellement prêts à se sacrifier seraient prêts à entrer dans la guerre. Il y a plus d’un milliard de Musulmans au monde, et il n’en faut pas un milliard fanatisés, parce qu’il suffit d’un petit nombre de fanatiques pour mettre le feu aux poudres ! Il a fallu une quinzaine d’Islamistes fanatisés qui se sont immolés dans les avions pour mettre à mort 7000 personnes d’un coup, lors de l’attaque des deux tours jumelles de New-York. Et dans nos pays actuels occidentalisés, je vous assure que les réseaux islamistes sont bien organisés, et en France aussi. J’ai pris connaissance que Le Seigneur a Donner vers 1998, une vision à un frère , il voyait  la France à feu et à sang ! Les choses vont venir chez nous. Je ne sais pas quand cela va se produire, si cela va être déclenché par les groupes islamistes mais ces choses viennent parce que la France ne va pas être à l’abri des cataclysmes de l’Apocalypse. Si actuellement, un petit groupe fanatisé de n’importe quel bord, prêt à tout, même à donner leur propre vie, prenait un petit lance missile, pour aller tirer de la fenêtre d’un appartement haut élevé sur une poudrière ou une usine atomique, personne ne pourrait les empêcher ! Ils sont prêts, ils sont organisés ! Il y en a dans chaque pays et je vous assure que s’ils voulaient, ils pourraient en quelques jours mettre la planète entière à feu et à sang ! Et ce n’est que les débuts des douleurs ! Parce que la vie n’a aucun prix pour ces hommes-là, aucun ! Ni leur propre vie ! Et qu’est-ce que vous pouvez faire contre des gens qui acceptent de se donner la mort pour leur cause ? Rien ! C’est impossible à maîtriser. La guerre contre le terrorisme est perdue d’avance, le seul moyen d’arrêter le terrorisme, ce sera la séduction de l’Antichrist qui va faire une chose : il va amalgamer le terrorisme et ce qui se passe en Israël, en disant que ce qui s’est passé actuellement, c’est à cause du conflit palestino israélien, et que ce sont finalement indirectement les Israéliens qui sont responsables du terrorisme islamiste parce que le problème de la Palestine n’est pas réglé à cause d’eux. Et l’Antichrist va trouver une solution pour conclure entre Arabes, Israéliens et tout le monde, une paix factice pendant quelque temps par des moyens politiques. Ce n’est pas par la force que l’on va arrêter le terrorisme, ce n’est pas en bombardant l’Afghanistan qu’on va arrêter cela ! Impossible ! Et l’Antichrist est à la porte et il attend ! L’Apostasie est déjà dans l’Eglise, frères et sœurs ! Si vous ne le croyez pas, je vous assure, l’Apostasie est déjà là ! Les fausses doctrines circulent dans le monde entier. L’Eglise est ravagée par des séductions de toutes sortes. Je continue la lecture dans 2 Thessaloniciens, au chapitre 2, et au verset 7 : « Le mystère de l’iniquité agit déjà ; il faut seulement que celui qui le retient encore ait disparu. Alors paraîtra l’impie que le Seigneur détruira par le souffle de sa bouche, et qu’il anéantira par l’éclat de son avènement. L’apparition de cet impie se fera par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l’iniquité pour ceux qui périssent parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés ». Si nous sommes enfants de Dieu, nés de nouveau, nous avons nécessairement reçu l’amour de la vérité pour être sauvés parce que nous sommes enfants de la vérité par Jésus-Christ qui est la Vérité. Nous aimons sa Parole qui est la Vérité. Si nous n’avons pas l’amour de la vérité, nous ne pouvons pas être sauvés. Et cet amour de la vérité nous est donné par Dieu quand nous acceptons vraiment Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur. Il y a quelque chose dans notre cœur qui nous fait rechercher la vérité et c’est sûr que si l’on n’est pas prudent, on se lance tête baissée dans une séduction qui arrive parce qu’elle est tellement proche de la vérité qu’apparemment cela a l’air vrai. Qu’est-ce qu’il y a de plus proche d’un vrai billet qu’un faux billet ? Mais seuls les spécialistes de la banque de France savent bien discerner le faux du vrai billet. Il y a des moyens infaillibles de les reconnaître. Et si nous sommes proches du Seigneur, Il a promis de nous garder. Il a dit dans Apocalypse 3 : 10 : « Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, je te garderai aussi à l’heure de la tentation (de la séduction) qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la terre ». Nous serons gardés par le Seigneur. Si nous sommes prudents comme des serpents, si nous ne nous lançons pas tête baissée dans la dernière folie de séduction qui arrive dans l’Eglise, si nous prenons assez de recul pour prier et dire : « Seigneur, éclaire-moi je t’en prie », le Saint-Esprit de vérité qui est en nous, dans notre cœur ne nous donnera pas la paix. Ce que nous entendons ou ce que nous voyons ne nous donne pas la paix, parce que cela ne vient pas du Seigneur. Sont séduits ceux qui se lancent tête baissée, quelquefois par un tel amour du Seigneur qu’ils veulent vivre des grandes choses, des expériences formidables. Ils se lancent tête baissée dans des choses qui ne viennent pas du Seigneur, parce qu’ils ont soif de vivre quelque chose de fort et cela peut nous arriver à tous. Ce que le Seigneur veut, mes bien-aimés frères et sœurs, ce n’est pas que nous vivions des choses fortes, ce que le Seigneur veut, c’est que nous soyons fidèles dans les petites choses et que nous marchions fidèlement jour après jour dans l’obéissance. S’Il le veut, Il peut nous faire vivre des choses fortes, mais si nous cherchons ardemment des expériences et des choses fortes, l’ennemi saura nous en donner à la pelle ! Reprenons au verset 11 du chapitre 2 de la deuxième épître aux Thessaloniciens : « Aussi Dieu leur enverra une puissance d’égarement, pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n’ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice, soient condamnés ». C’est une phrase terrible, le mot original traduit par condamnés doit être traduit par damnés, c’est le sens véritable. Le livre de l’Apocalypse est le livre de la fin des temps. Il n’est pas facile à lire, mais je vous exhorte à le lire et à le méditer parce que le Saint-Esprit va vous révéler les choses de la fin. C’est le livre de notre temps, le livre de l’Apocalypse, c’est la révélation de Jésus pour la fin des temps. Dans les trois premiers chapitres du livre de l’Apocalypse, Jésus s’adresse aux églises et ensuite, il n’est plus du tout parlé des églises, sinon à la fin, tout à fait à la fin, parce que le temps de l’Apocalypse, ce n’est pas le temps de l’Eglise, sauf les trois premiers chapitres où Jésus donne des avertissements sévères à l’Eglise de Jésus-Christ. Sur les sept églises de l’Apocalypse, il n’y en a que deux à qui Jésus ne fait aucun reproche, notamment l’église de Philadelphie, la fidèle, et l’église de Smyrne. Et à toutes les autres, Jésus fait des reproches. A l’église de Laodicée qui se croyait riche et qui faisait beaucoup de choses pour Dieu, qui était pleine d’activités pour le Seigneur, qui avait certainement une forme d’amour pour le Seigneur, il est reproché d’avoir abandonné son premier amour, c’est-à-dire son amour premier pour Dieu. Le premier amour c’est un amour tout premier pour Dieu, ce n’est pas l’amour que j’avais au début, c’est un amour premier, un amour avant toutes choses, avant tout, pour le Seigneur : « de tout mon cœur, de toute mon âme, de tout mon être pour toi, Seigneur, et pour ta Parole ». Cet amour premier, Laodicée l’avait abandonné et quand on abandonne cet amour ultime pour le Seigneur, on tombe dans la séduction et dans la tiédeur. C’était le cas de Laodicée. Ces sept églises représentent l’Eglise de tous les temps, et l’Eglise de la fin des temps dans tous ses aspects. C’est un échantillon de l’Eglise actuelle. Et le Saint-Esprit aujourd’hui est en train de parler à ces cinq églises de la fin. Il leur dit : « Repens-toi ». C’est le message de Jésus à cinq des sept Eglises. « Repens-toi, sinon je viendrai et j’ôterai mon chandelier ». Ce chandelier est le signe de la présence de Dieu, de l’huile qui coule. Combien d’églises aujourd’hui n’ont plus de chandelier parce qu’elles n’ont pas voulu écouter l’appel à la repentance du Seigneur et se sont endurcies dans des œuvres humaines, ou des fausses doctrines, ou simplement la tiédeur en croyant pourtant être vivants et pleins d’activités. Je vous dirai simplement ce qu’Il a dit à Laodicée au chapitre 3 et au verset 15 : « Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant, puisses-tu être froid ou bouillant ! Ainsi parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche ». Est-ce une phrase que l’on dit à quelqu’un qu’on va enlever ? Il ne disait pas « Je te vomirai de ma bouche parce que tu es criminel, parce que tu es adultère », non ! Il disait « Je te vomirai de ma bouche parce que tu es tiède » ! « Parce que tu dis : je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas… » Ce qui était terrible dans l’Eglise de Laodicée, c’est qu’elle ne savait pas quel était son état. Elle était aveugle et je suis sûr que si elle était aveugle, c’est qu’elle ne demandait pas de tout son cœur au Seigneur de l’éclairer sur son état. Quand on dit au Seigneur de tout notre cœur : « Seigneur, je ne veux pas être aveugle, je veux voir, ouvre mes yeux pour que je vois Seigneur », pensez-vous que le Saint-Esprit ne va pas le faire aussitôt ? Ne va-t-il pas nous montrer ce qui ne va pas et où est la chose qu’Il veut changer dans nos vies ? Il est prêt à le faire immédiatement, mais Il a besoin de ce cri du cœur : « Seigneur, je veux avoir les yeux ouverts, montre-moi je t’en prie ». Elle ne le faisait pas, elle se croyait riche, elle ne savait pas. « Tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu. Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu afin que tu deviennes riche et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu…» Les vêtements de Laodicée n’étaient pas blancs, ils étaient souillés, tachés par les œuvres de la chair. Vous les connaissez les œuvres de la chair de Galates 5 ? Je vous les lis en passant parce que c’est cela qui tache la robe. Lisons Galates 5, verset 16. C’est la Parole du Seigneur pour nous : « Je dis donc : Marchez par l’Esprit, et vous n’accomplirez pas les désirs de la chair. Car la chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit ». Vous le saviez cela ? Moi, je le sais parfaitement. Ma chair a des désirs complètement contraires à ceux de l’Esprit. Ma chair est d’une perversion abominable, mais je ne suis pas appelé à marcher selon ma chair. Et j’ai la possibilité par la foi en Jésus-Christ, de ne pas marcher par la chair, mais de marcher par l’Esprit de vie et par la foi en celui qui me donne la victoire sur la chair parce qu’Il l’a crucifiée il y a deux mille ans sur la Croix. Même si je ne suis pas débarrassé de sa présence, je suis débarrassé de son contrôle, ce qui revient au même dans le fond. « La chair a des désirs contraires à ceux de l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez pas ce que vous voudriez. Si vous êtes conduits par l’Esprit, vous n’êtes pas sous la loi. Or les œuvres de la chair sont évidentes ce sont : l’adultère, l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités (cela a l’air de quelque chose de très petit l’animosité. Une animosité cela veut dire que j’ai un mauvais sentiment vis-à-vis de quelqu’un, je lui fais la tête, je ne veux pas le voir parce qu’il m’embête.), les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, les meurtres, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables ». Mes frères et sœurs, le corps de Christ n’est pas divisé, ce sont les hommes qui le divisent. ce ne sont pas les étiquettes qui comptent ! Nous ne travaillons pas pour une église donnée, nous travaillons pour le corps de Christ et pour le Seigneur d’abord. Le corps de Christ est le corps vivant de tous ceux qui sont nés de nouveau. L’Eglise de Jésus dans votre ville, ce n’est pas l’assemblée de Pentecôte ou l’assemblée Baptiste, c’est le corps de ceux qui ont été rachetés par le Seigneur et qui sont nés de nouveau et qui habitent ici. Malheureusement ils sont divisés entre Pierre, Paul ou Jacques. Ce n’est pas les dénominations qui gênent le Seigneur, pourvu que notre cœur ait compris quel est le plan de Dieu, si nous-mêmes nous ne sommes pas divisés par les étiquettes. Si je vois quelqu’un qui est vraiment mon frère ou ma sœur et qui est né de nouveau, c’est mon frère et ma sœur et je l’aime de l’amour du Seigneur qu’il soit Baptiste, Evangélique, Frère large, Pentecôtiste…… Le corps de Christ n’est pas divisé, il est uni par son Esprit et nous devons sentir dans nos cœurs cette unité de l’Esprit qui nous relie. Nous devons pouvoir nous rencontrer dans la localité où nous sommes pour nous fréquenter, conduits par le Saint-Esprit. ou prier aussi les uns avec les autres, ou nous dire au moins bonjour dans l’amour du Seigneur. Il y a tant d’histoires de guerres de religion, tant de haches de guerre enterrées, entre tant d’églises, que l’amour du Seigneur ne peut pas se répandre. Les païens qui voient l’Eglise dans cet état, ne viennent pas au Seigneur parce qu’ils ne voient pas l’unité manifestée. Je ne parle pas de l’unité visible du faux œcuménisme dans l’erreur et le mensonge, mais au moins cette unité dans l’amour et dans l’esprit qui nous fait dire : « C’est mon frère et c’est ma sœur ». Nous ne sommes certainement pas d’accord sur toutes les doctrines, mais je sais une chose : c’est que mon frère est vraiment né de nouveau par l’Esprit du Seigneur. Cela, je le sais, et ce qui compte c’est d’être une nouvelle création, une nouvelle créature en Jésus-Christ. Et quand nous sommes de nouvelles créatures en Jésus-Christ, nous pouvons rechercher la vérité ensemble si nous avons un cœur sincère. Nous pouvons la chercher ensemble et le Seigneur nous la révèle ensemble.

Quand le Seigneur a donné ces avertissements aux sept Eglises, après avoir dit : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises », tout de suite après, au début du chapitre 4 il est écrit : « Après cela, je regardai et voici une porte était ouverte dans le ciel (vous savez qui est la porte ? c’est Jésus ! La porte est encore ouverte). La première voix que j’avais entendue, comme le son d’une trompette (pour moi, c’est cela la dernière trompette, c’est la voix puissante du Seigneur, ou de son ange, qui va retentir pour appeler les élus à monter), et qui me parlait, dit : Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite. Aussitôt, je fus ravi en Esprit » (ou saisi par l’ Esprit). Donc, cette expérience spirituelle que Jean a connue, en esprit, comme une vision de ce qui allait se passer, je suis sûr que cela parle de l’enlèvement de l’Eglise. Après ces avertissements qu’il a donnés, la voix puissante du Seigneur va nous dire bientôt : « Monte ici, maintenant c’est l’heure ». Et nous allons être ravis non pas en esprit, mais dans un corps ressuscité et nous allons monter à la rencontre du Seigneur dans les airs. Et plus loin dans l’Apocalypse, au chapitre 19, il est dit au verset 6 : « Car le Seigneur notre Dieu tout puissant est entré dans son règne. Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse et donnons- lui gloire ; car les noces de l’agneau sont venues, et son épouse s’est préparée ». Qui est l’Epouse de Jésus-Christ ? C’est l’Eglise ! Mais pas l’Eglise visible qui comprend tous ceux qui fréquentent des églises actuellement. Ce sont tous ceux qui véritablement sont nés de nouveau, qui sont vraiment en règle avec leur Seigneur parce qu’ils ont confessé tout péché connu et qui ont reçu leur pardon du Seigneur et qui n’ont rien entre eux et leur Seigneur qui les séparerait de lui. Voila la véritable Eglise de Jésus. Cela ne veut pas dire que tu es devenu parfait dans tous les détails de ta vie, mais cela veut dire que si le Seigneur t’a montré quelque chose, tu l’as mis en règle aussitôt parce que tu écoutes la voix du Seigneur. Tu veux vraiment avancer avec lui, tu ne traînes pas les pieds, en disant : « Ah non Seigneur, ce que tu me demandes c’est trop fort, je ne veux pas, je ne veux pas pardonner, je ne veux pas mettre ma vie en règle, je ne veux pas Seigneur, c’est trop fort ce que tu me demandes ! » Hélas ! il y a des Chrétiens à qui Dieu a parlé clairement et qui disent : « Non, je ne veux pas, c’est trop fort ». Leur robe blanche est tachée. « Soyons dans l’allégresse et donnons-lui gloire, les noces de l’agneau sont venues, son épouse s’est préparée ». Et comment pouvons-nous nous préparer ? « Il lui a été donnée de se revêtir d’un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, c’est la justice des saints ». Vous vous rendez compte comme ces mots sont forts ! Dieu nous dit que nous sommes saints en Jésus-Christ. Et ces saints marchent par l’Esprit et accomplissent des œuvres justes. Ils ont reçu le Sang de l’Agneau sur leur robe et ils ont reçu l’enseignement de Dieu pour leur montrer comment se débarrasser de ce vêtement souillé qui s’appelle la chair. Cette parole de Jésus dans le sermon sur la montagne : « Soyez parfaits, comme votre Père est parfait » a-t-elle de l’écho dans vos cœurs ? Est-ce que vous ne dites pas : « Jésus, tu mets la barre trop haut »! où est-ce que vous dites : « Seigneur, tu le dis, donc tu vas le faire en moi et je vais le faire parce que tu vas me montrer comment. Ce n’est pas par mes œuvres, c’est par la foi en Christ et la vie de Christ en moi, non pas ma vie en moi, mais ta vie en moi, Seigneur, qui va se manifester pleinement parce que tu m’as donné un esprit parfait en toi, et la vie de cet esprit ne doit plus être enfermé dans ce carcan de chair, il faut que tu me montres comment ! Je peux moi, mettre à mort cette chair parce que tu l’as mise à mort il y a deux mille ans. Je peux marcher en nouveauté de vie, dans l’esprit, du matin au soir. Ce qui ne veut pas dire que je ne peux pas pécher, je dois être sur mes gardes. J’ai toujours besoin du Sang de Jésus pour effacer un péché que je peux faire, mais, Seigneur, tu m’apprends à marcher par ton Esprit ». Je vous encourage, je vous supplie de faire de tout votre cœur, si vous ne l’avez pas déjà fait cette prière au Seigneur : « Seigneur, montre-moi comment marcher par ton Esprit, je veux être conduit par ton Esprit ». Le Seigneur va le faire parce que nous sommes ses brebis.

Paul nous rappelle dans Ephésiens 4:17 que nous ne devons plus marcher comme les païens, mais que nous devons marcher par l’esprit. Et au verset 22 : « Vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses (de cette chair corrompue), à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité ». C’est cet homme nouveau à qui il a été donné de se revêtir d’un fin lin éclatant et pur. Cet homme nouveau rempli du Seigneur, de sa justice et de sa sainteté, Il veut que nous nous en revêtissions, Il veut qu’il se manifeste à l’extérieur de nous, qu’il ne reste pas enfermé à l’intérieur, qu’il sorte et qu’il se voit, que la chair, ce revêtement souillé, ne se voit plus. Et Paul finit ce même chapitre 4 en disant au verset 31 : « Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur, toute calomnie et toute espèce de méchanceté disparaissent du milieu de vous ». En d’autres termes, c’est que toutes les œuvres de la chair disparaissent. La marche par l’esprit, c’est quelque chose que Dieu veut donner maintenant à tous ses enfants parce qu’Il veut que nous puissions donner sur la terre un témoignage qui soit à la gloire de Dieu et qui puisse parler bien mieux que nos campagnes d’évangélisation qui souvent ne donnent rien ou pas grand chose. Je ne dis pas qu’il ne faut pas évangéliser, mais simplement quand nous faisons des campagnes d’évangélisation, si l’Eglise donne un mauvais exemple de marche par la chair, de divisions, de disputes comme c’est le cas malheureusement aujourd’hui, les païens qui viennent, vont se dire :  » Mais est-ce que ça marche ou pas dans leur vie ce qu’ils m’annoncent là ? Est-ce que je les vois s’aimer de l’amour du Seigneur ? » « Père, tu es en moi, comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé » (Jean 17:21). Est-ce que c’est le cas au milieu de nous, mes bien-aimés frères et sœurs ? Est-ce que nous nous aimons de l’amour de Christ de tout notre cœur ? Est-ce que nous avons éliminé toute rancune, toute animosité, toutes ces choses qui pèsent sur nos vies ? Est-ce que nous avons reçu du Seigneur la plénitude de son Esprit ? C’est ce qu’Il veut faire et je voudrais vous encourager à croire que c’est possible, que c’est ce que Dieu veut. Si nous en faisons un sujet de prière honnête et sincère en disant :

« Seigneur, dans ces derniers temps qui restent, je veux être prêt à partir. S’il y a quoi que ce soit entre toi et moi, montre-le moi ». Et Jésus va vous le montrer. Vous mettrez cela sous le Sang de Jésus- Christ et cela sera réglé. « Montre-moi maintenant, Seigneur, comment marcher par ton Esprit ». Il va vous le montrer.

Ce ne sont pas des choses compliquées du tout, c’est à la portée de petits enfants. Ce n’est pas à la portée de grands intellectuels ou des gens qui ont beaucoup d’éducation ! C’est à la portée de ceux qui ont un cœur d’enfant et qui sont prêts à recevoir ce que Jésus leur donne. C’est un cadeau de Dieu, la marche par l’esprit. C’est Jésus qui l’a fait pour nous, pour nous le donner à nous et pour le faire en nous. « Il a été fait pour nous sagesse et justice et sanctification et rédemption » (1 Corinthiens 1:30). C’est Jésus en nous qui va le faire si nous le laissons se manifester dans nos vies, dans les groupes, les communautés, les églises où vous êtes, à être un homme ou une femme qui manifeste la vie de Jésus, c’est-à-dire son amour avant tout, sa pureté et sa sainteté. C’est cela qui va faire du bien, ce ne sont pas simplement les doctrines qui vont faire du bien. Je suis pour les bonnes doctrines, mais ce qui va faire du bien c’est une bonne doctrine dite par un Chrétien qui est vraiment rempli de l’amour et de la sainteté de Jésus-Christ, parce que ce qu’il va dire, va se voir dans sa vie et ça va doublement parler. Ceux qui vont être attirés dans les derniers temps, ce sont nos voisins, ces hommes, ces femmes perdus autour de nous qui, attirés pas seulement par la vérité qu’on va leur dire par notre bouche, mais par la vie et l’amour que nous allons leur montrer de la part de Dieu et par l’amour qu’ils vont voir manifesté entre Chrétiens, entre nous, quelles que soient nos étiquettes ! Ils vont dire : « Voyez comme ils s’aiment » ! Et pour qu’un Pentecôtiste vive cet amour là avec un Frère Large, un Darbyste, un Mennonite, il faut la puissance de l’amour de Dieu pour que les barrières tombent, et que nous puissions nous regarder en face en sachant que nous sommes nés de nouveau. C’est le même Seigneur qui est le nôtre et nous sommes vraiment unis dans l’amour de Jésus. Quel miracle du Seigneur ! Nous pouvons le faire dans nos églises, sortir, disons dans notre cœur, de ces barrières dénominationnelle. Je ne vous engage pas à sortir de vos églises, mais dans vos cœurs, de sortir de toutes ces barrières humaines que l’ennemi, ou le péché, ont mises, et dire : « Seigneur, maintenant ouvre mes yeux à la réalité de ton corps, ouvre mes yeux à ce que tu es en train de faire dans le corps de Christ ». Vous vous rendez compte de ce qui se passerait si tous les Chrétiens nés de nouveau, je ne dis pas se réuniraient tous au même endroit, mais avaient compris qu’ils participent à un même peuple, qu’ils sont membres d’un même corps, s’ils acceptaient de commencer à se voir, se parler ou prier ensemble sans essayer de s’endoctriner ou de se dire « Moi j’ai raison, et toi tu as tort » ! Il se passerait des choses extraordinaires. Et c’est ce que Dieu est en train de faire dans son corps. Dans les derniers temps, l’appel du Seigneur c’est cela : « Repens-toi Eglise du Seigneur si tu vis dans le péché », non pas parce que Dieu veut te juger, mais parce que l’amour de Dieu veut te tendre la main pour te dire : « Il y a une porte de sortie pour toi, tu peux recevoir mon pardon plein et entier, repartir à zéro quelle que soit ta vie passée si tu confesses simplement ton péché devant moi disant : « Jésus, pardonne-moi et sors-moi de là ». Je ne peux pas dire : « Seigneur, je te demande pardon pour mon péché » en désirant y rester. Je dis : « Seigneur, pardonne mon péché et aide-moi à en sortir parce que je veux marcher avec toi de tout mon cœur, et je compte sur ton aide pour que dans ces derniers temps tu me gardes dans la vérité, tu me fasses avancer avec toi ». Et si tu es fidèle à la lumière que tu as reçue au moment où la dernière trompette va sonner, s’il n’y a rien entre toi et Dieu que tu connaisses, tu vas partir et tu vas être épargné.

Jésus a dit à ceux qui l’écoutaient quand Il donnait les derniers avertissements à ses disciples : « Vous verrez ces choses arriver ». Il ne leur a pas dit : « Commencez à trembler, à vous demander si vous allez partir ». Il dit : « Redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche » (Luc 21:27). Si vous n’avez pas la certitude d’être enlevés, il se peut qu’il y ait un péché entre Dieu et vous, alors dites simplement : « Seigneur, montre-moi je t’en prie s’il y a quelque chose à régler ». Dieu va vous le montrer, je vous assure et vous allez régler cela devant Dieu et demander pardon, recevoir le Sang de Jésus et cela sera réglé. Mais si c’est seulement par crainte ou par manque de foi, dites simplement au Seigneur : « Donne-moi cette assurance bénie de l’enlèvement ». L’enlèvement c’est un cadeau que Dieu donne à ses enfants. Il nous donne la foi pour être enlevés comme Il nous donne la foi pour être sauvés. Donc, si nous n’avons pas l’assurance d’être enlevés, nous pouvons dire au Seigneur : « Seigneur, tu vois, je n’ai pas l’assurance pour être enlevé, qu’est-ce qui se passe ? Est-ce que c’est simplement de la crainte ou de l’ignorance, ou que je n’étais pas au courant, est-ce qu’il y a quelque chose entre toi et moi, montre-moi. Si c’est de la crainte, enlève cette crainte, donne-moi cette assurance que je serai enlevé parce que tu l’as promis ». Jésus nous a bien dit : « Je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi » (Jean 14:3).

Si tu es un enfant de Dieu, une brebis du Seigneur, tu peux compter sur cette promesse du Seigneur. Jésus viendra te chercher, C’est lui qui te rendra prêt ou prête à l’instant de la dernière trompette. C’est lui seul qui peut le faire, ce n’est pas moi, ni vous. C’est lui qui va nous éclairer, nous montrer tout ce qu’il y a à faire, et il se presse de le faire dans ces temps de la fin parce que le moment est court. Mais lui, en un clin d’œil, il peut changer une pierre en adorateur et en un clin d’œil, il va te changer si tu le demandes d’un cœur sincère à Jésus. Seigneur, donne à chacun de nous ici une pleine assurance de son salut en toi par la foi en

Jésus-Christ, et une pleine assurance de l’enlèvement quand tu vas venir pour nous chercher. Je te prie, Seigneur, qu’aucun de tes enfants, de tes brebis ne manque de cette assurance bénie. Que tu fasses la lumière par ton Esprit dans nos cœurs, dans nos vies pour que tu nous montres ce que toi seul tu connais et que tu vois. Que tu mettes en lumière tout ce que tu veux mettre en lumière, parce que tu n’es pas là pour nous juger, nous condamner mais pour faire la lumière, pour ôter par ta lumière tout ce qui vient à la lumière et qui n’est pas conforme à ta lumière. Tu veux que ton Sang efface nos péchés, Seigneur, et tu veux que ton Esprit et ta Parole nous indiquent une voie claire. Je te prie que tu donnes un plein pardon, une pleine assurance de ton amour et de ta grâce, et de ta volonté de venir arracher à ce feu terrible qui va tomber sur la terre ceux que tu aimes et que tu connais. Je te bénis, mon Père, de nous avoir donné Jésus-Christ. Je te bénis de nous l’avoir donné pour un salut parfait et je te remercie de faire le travail dans la vie de toutes tes brebis au Nom de Jésus-Christ. Amen !

déposer vos commentaires ou reactions, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s