viens et vois Genève 22 et 23 octobre 2016


présent avec le frère André à cette rencontre en suisse à Genève , Dieu prépare pour l’est de la France ….

questions et réponse:  possession démoniaque et attaque satanique :

dans la vidéo ci dessus vous avez vu des délivrances et guérisons sachez que beaucoup ne sont pas convertis de coeur réellement ceci explique que beaucoup reste calme sur leur siège et d’autre au contraire sont en pleine manifestation…bien comprendre que dans de telle réunion il y a de tous , ceux qui cherchent à connaitre jésus, d’autres la guérison et délivrance, ceux pour recevoir leur mission ou ministère.etc ……Dieu rassemble ses enfants et se manifeste …..

Le croyant peut subir l’oppression satanique (de l’extérieur), alors que l’incroyant peut subir la possession démoniaque (de l’intérieur)

 

Depuis quelques dizaines d’années, des croyants, provenant surtout des États-Unis, considérés comme évangélistes, enseignants ou prophètes, ont répandu dans nos milieux chrétiens, spécialement charismatiques (ceci est expliqué en ayant une position dans l’église de christ), la doctrine que les croyants peuvent « avoir » des démons. Ils ont ainsi répandu la pratique courante et généralisée de chasser hors de la vie des croyants les démons, les esprits mauvais, pour toutes sortes de raisons: maladies, problèmes, épreuves, difficultés spirituelles, mauvaises habitudes, péchés, etc. On assiste en différents milieux chrétiens à des séances de « délivrance en gros » ou en groupe,  en séries ou en cabinet privé, où on chasse toutes sortes de démons chez les croyants…Est-ce que cette façon de voir et de faire est biblique?

Posons donc la question au seigneur :

« Seigneur, est-ce qu’un croyant peut être possédé (même de façon partielle – comme certains le disent) par un démon, oui ou non »? Il a donc forcément une réponse progressive, par la révélation de sa Parole, et sa fidélité à nous accorder « gratuitement », ses réponses et le discernement de son Esprit, lorsque nous recherchons sincèrement sa vérité.

Étant donné qu’il y a un grand nombre de chrétiens, de conducteurs spirituels et de pasteurs qui ont adopté cette manière de penser et de faire (chasser continuellement les démons chez les croyants), il est d’une importance vitale pour le corps de Christ, que nous examinions, dans les faits et dans la Parole de Dieu, ce qu’il en est véritablement. Vous serez à même de constater que la Bible (en particulier le Nouveau Testament) est pourtant assez claire à ce sujet. Voyons ensemble, pour notre bien et celui de tous, ce que le Seigneur va réussi à  faire comprendre par sa Parole, même si, en tant qu’être humain fini et pécheur, on ne peut prétendre d’aucune façon posséder la vérité à 100% sur tout. C’est pourquoi  remettons nous au discernement que Dieu nous donne, si nous le lui demandons, et veillons tous à respecter chaque propre conviction, si elles diffèrent sur quelques points ou détails. Je sais bien, comme cela est cité dans les Proverbes, que plusieurs personnes ensemble, qui ont un cœur ouvert et sincère, possèdent plus de vérité qu’une seule personne.

Dieu accepte-t-il de cohabiter dans une même  demeure avec un démon?

 

Est-il possible de savoir, hors de tout doute raisonnable, par l’inspiration de l’Esprit, si la doctrine voulant que les chrétiens aient un ou des démons en eux (et qu’on doit les chasser) est conforme à l’enseignement du Nouveau Testament?… Ou si elle constitue au contraire une aberration, et par conséquent un réel danger pour l’Église?

  1. Commençons par citer quelques versets… Le croyant, par la nouvelle naissance, devient la demeure de Dieu, du Saint-Esprit : 1 Corinthiens 6 : 19-20 : « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu
  2. – 1 Corinthiens 3 :16 : « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous? ».

D’abord, il y a dans l’Ancien Testament une image très forte, démontrant que Dieu n’accepte pas  d’habiter dans la même maison que Satan (ou ses démons). Sous l’ancienne Alliance, la demeure de Dieu était le temple à Jérusalem. Dieu y avait fait descendre sa présence, sa gloire, la « shéchinah », qui remplissait le saint des saints, et qui était manifestée (comme lors du pèlerinage dans le désert) par une colonne de nuée…Or, lorsque le peuple Juif fit entrer des idoles dans le temple, pour s’adonner au culte des faux dieux, la « shéchinah » de Dieu dut s’en aller. Or, on sait que tout ce qui est relaté dans l’Ancien Testament l’a été pour notre instruction, pour que nous en voyions l’accomplissement et l’application sous la Nouvelle Alliance. De plus, l’apôtre Paul dit clairement dans 1 Corinthiens 10 : 19-20 que les idoles et les démons, c’est du pareil au même (des missionnaires, ayant chassé des démons de gens habitant des régions primitives, ont raconté que les démons se donnaient souvent le nom de divinités païennes locales).

Si donc, dans le Temple de Jérusalem, l’ancienne maison de Dieu, ce dernier n’acceptait pas de partager sa maison avec des idoles (ou démons), il en est de même dans sa nouvelle maison, le croyant lui-même, sous le régime de la Nouvelle Alliance. Le docteur enseignant juif messianique Arnold G. Fruchtenbaum explique bien, dans sa causerie sur la gloire de la Shéchinah, comment Dieu dut quitter le temple de Jérusalem avec douleur et tristesse, à cause de la multitude des idoles adoptées par son peuple. Le croyant, le vrai, celui qui est né de nouveau, qui fait réellement partie du troupeau de Jésus, et est scellé par le Saint-Esprit jusqu’au jour de la rédemption des corps (Éphésiens 4 :30), est donc le temple de Dieu. Il ne peut absolument pas être habité par un démon en même temps, ni lui appartenir; cela est impossible et contraire à tout le Nouveau Testament

– 2 Corinthiens 5 :17 : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles ». De plus, le royaume d’Israël était un royaume qui se voulait théocratique, mais était en réalité terrestre; le Royaume de Dieu sous la Nouvelle Alliance en Jésus est un royaume spirituel. Il y a déjà là une grosse différence.

Nulle part dans le Nouveau Testament, il est dit que nous devons chasser des démons chez les croyants; cela est normal, car le chrétien est devenu la possession, l’épouse de Christ. A toutes les fois que l’on relate un événement où Jésus ou ses disciples ont chassé des démons, ou que l’on demande aux croyants de chasser les démons (comme dans Marc 16 :17), c’est toujours, sans exception,  envers les inconvertis,  dans un contexte d’évangélisation; et cela doit se faire par la révélation, le discernement et la puissance accordés par l’Esprit (la plupart du temps de façon soudaine et spontanée). Pourquoi chasser les démons chez les non-croyants? Pour que, en accord avec ce qui est relaté plus haut, l’Esprit-Saint puisse y entrer et y faire sa demeure. Car, pour qu’une personne puisse se convertir, il faut d’abord (s’il y a lieu) que le ou les démons qui l’habitent partent, car Dieu ne partage pas la même maison avec Satan ou ses démons. C’est pourquoi, chasser les démons ou esprits mauvais chez les croyants n’est pas conforme à l’enseignement de la Bible, et le Seigneur nous le démontre très clairement par une foule de versets très précis, et par la compréhension globale de sa Parole.

Cependant, il convient de préciser que dans certains cas de personnes ayant touché à l’occultisme, ou provenant de peuplades qui s’adonnent à l’animisme (religion basée sur un culte des esprits des morts), il arrive qu’après leur conversion, au début de leur vie chrétienne, une présence maléfique revienne les harceler (de l’extérieur), pour, si cela était possible, les décourager et les reprendre (la plupart du temps ce sont des gens qui ont été eux-mêmes médiums ou en contact avec des médiums). Mais il s’agit là d’une oppression d’origine satanique (et non pas d’une possession démoniaque), d’une épreuve du feu permise par Jésus-Christ lui-même, et qui n’arrive en général qu’une seule fois après la conversion. Ces gens faisant alors appel à Jésus, ces manifestations cessent aussitôt et ne reviennent plus par la suite. Il se peut que nous ayons à assister ces nouveaux croyants dans la prière et demander à Jésus qu’il éloigne d’eux cette présence du mal, afin qu’ils ne soient plus dérangés par elle.  Mais la plupart du temps, les manifestations cessent rapidement, aussitôt que le croyant fait appel à Jésus, qui a autorité sur toutes ces choses. La façon que cela arrivera n’a pas d’importance, c’est Dieu qui décide, le Saint-Esprit donnant sur le coup les mots à utiliser et la prière de la foi…Mais le phénomène est toujours temporaire, n’arrive que dans des cas rares et très spécifiques, et ne se situe habituellement qu’en début de vie chrétienne. Nous sommes bien loin d’une « manie généralisée » de chasser des démons chez n’importe quel croyant, pour n’importe quelle raison, à n’importe quel moment de sa vie chrétienne. Il ne faut pas oublier :

Le croyant peut subir l’oppression satanique (de l’extérieur), alors que l’incroyant peut subir la possession démoniaque (de l’intérieur)…

 

                                                 Le chrétien face à l’oppression satanique

 

L’Écriture nous montre que, même si le croyant ne peut pas être habité du dedans par un démon, il peut cependant être attaqué, mitraillé, tenté par l’extérieur, et que Satan (avec ses armées) peut bombarder son cerveau de toutes sortes d’accusations, suggestions, séductions, pensées négatives, mensonges, images impures, etc.

– Luc 22 : 31-32 : « Le Seigneur dit : Simon, Simon, Satan vous a réclamés, pour vous cribler comme le froment. Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point; et toi, quand tu seras revenu, affermis tes frères ». Tout le long du Nouveau Testament, le Seigneur nous donne l’attitude que nous devons prendre face à Satan, et à la présence « dans l’air » de ses démons, et il nous montre comment nous devons nous défendre. Jamais, il ne nous demande de les chasser, mais toujours il nous demande de leur résister

– Jacques 4 : 7-8 : « Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. Approchez-vous de Dieu, et il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains…purifiez vos cœurs… » – Hébreux 12 :4 : « Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché ». – Éphésiens 6 : 11-12 : « Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable. Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes ».

Bon, c’est vrai que sous la Nouvelle Alliance, nous n’avons pas à lutter contre les hommes, mais contre Satan et ses armées, mais de quelle manière devons-nous lutter? En les chassant? Non, mais de la manière et avec les armes que Dieu nous donne

– Éphésiens 6 : 13 à 18 : « C’est pourquoi, prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir résister dans le mauvais jour, et tenir ferme après avoir tout surmonté. Tenez donc ferme : ayez à vos reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la justice; mettez pour chaussures à vos pieds le zèle que donne l’Évangile de paix (et non pas l’Évangile de la condamnation); prenez par-dessus tout cela le bouclier de la foi, avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits enflammés du malin; prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu. Faites en tout temps par l’Esprit toutes sortes de prières et de supplications. Veuillez à cela avec une entière persévérance, et priez pour tous les saints ».  Et voilà la façon dont Dieu veut que nous combattions Satan et ses armées : ce sont toutes des armes défensives. Même l’évangélisation (quoique étant une action) est, vis-à-vis de Satan, une forme de résistance, car elle produit l’effet de nous rapprocher du Seigneur, d’éloigner de notre esprit les pensées néfastes, tout occupés que nous sommes à la moisson, et étant sous la couverture et la bénédiction de Dieu. La seule arme offensive que nous trouvons dans cette liste est « l’Épée de l’Esprit, qui est la Parole de Dieu ». Mais comment manier cette arme? De la même façon que Jésus l’a utilisé lors de la tentation dans le désert : pas en chassant Satan, mais en lui répliquant : « Il est écrit… »  (Luc 4 : 1 à 13). Jésus a répliqué à  Satan avec l’Épée de l’Esprit, la Parole de Dieu, par

« Il est écrit… »  Jésus n’a pas chassé Satan, pour la simple raison que ce dernier était là sur la permission même de Dieu – versets 1-2 : « Jésus, rempli du Saint-Esprit, revint du Jourdain, et il fut conduit par l’Esprit dans le désert, où il fut tenté par le diable pendant quarante jours… » C’était donc la volonté de Dieu que Jésus soit tenté, et sa résistance et sa victoire dans son « maniement de l’Épée de l’Esprit » produisit l’effet suivant – verset  13 : « Après l’avoir tenté de toutes ces manières, le diable s’éloigna de lui jusqu’à un moment favorable ».

Le croyant n’a donc pas non plus à chasser les démons pour lui-même, ou pour d’autres frères et sœurs, dans le cours normal de la vie chrétienne, mais il doit plutôt opposer aux paroles, insinuations, déformations bibliques de Satan, d’autres paroles de l’Écriture, que le Saint-Esprit lui donne pour « éteindre les traits enflammés du malin » (que ce soit en méditant ces versets dans son cœur ou en les récitants tout hauts…). De plus, pour le croyant, il convient de mentionner que l’oppression satanique se résume généralement en un flot de tentations et d’épreuves, pas de possession complète ou « partielle » de la part de démons. Bien entendu, si un croyant entrouvre une porte à l’ennemi (désobéissance entretenue, répétition et tolérance d’un péché  – tenter Dieu – jouer avec la tentation,   retour à une mauvaise habitude…), il est possible qu’il redevienne obsédé et lié par son péché – Éphésiens 4 :27 : « …Et ne donnez pas accès au diable ». En effet, il peut nous arriver de perdre une délivrance reçue de Dieu, à notre conversion ou après…Il est même possible de perdre la délivrance pour une même chose plusieurs fois, si, dans notre indolence et notre manque flagrant de « crainte de Dieu », nous retournons à cette faiblesse.  Satan ne manquera pas de profiter de cette situation, de nous bombarder sans arrêt, de nous accuser et de nous paralyser. Il peut y avoir alors « oppression » démoniaque (de l’extérieur), mais cela ne peut en aucune manière être une « possession » démoniaque (c’est plutôt du harcèlement). La prière efficace des frères, la repentance, la confession, l’abandon de la faute et un retour sincère à Dieu, constituent le seul chemin pour briser de nouveau ce lien. « Je suis le chemin, la vérité et la vie » dit Jésus, « Nul ne vient au Père que par moi ».

Une autre raison pour laquelle le croyant n’a pas, en général,  à chasser les démons (chez les chrétiens) est ceci : Satan et ses armées sont, à leur grand désagrément, pour notre sanctification, le marchepied de Dieu. C’est-à-dire que Dieu leur permet de nous attaquer et de nous tenter, pour que nous sentions notre misère, rentrions en nous-mêmes et acceptions son verdict sur la situation de notre cœur. Dieu se sert donc des puissances mauvaises pour que nous puissions capituler devant Lui et accepter la lumière qu’il veut nous donner sur notre condition spirituelle, nos péchés et  racines profondes d’iniquités, ainsi que sur les sentiers erronés que nous aurions pu prendre.  Dieu, dans sa sagesse, sa souveraineté et son omniscience, se sert donc de ses ennemis, pour nous emmener à la repentance, la foi, la sanctification

— Luc 20 : 42-43 : « David lui-même dit dans le livre des Psaumes : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied. »

– Hébreux 10 :13 : « …Lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu; il attend désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied ». – Colossiens 1 :16 : « Car en lui ont été créés toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui ». Le Seigneur ne veut pas que nous nous préoccupions outre mesure des démons et de leurs activités, car c’est à Jésus  à  s’en occuper

–  Éphésiens 1 : 20 à 22 : « Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui puisse être nommé, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et l’a donné pour chef suprême à l’Église ». Dieu veut que nous concentrions nos yeux sur Jésus  (et non pas sur les activités démoniaques)  et que nous allions à Lui

– Matthieu 6 :13 : « …Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen! » Quand on a des problèmes, quels qu’ils soient, nous devons aller à Jésus, qui lui, sait comment les régler.

De plus Romains 8 :28 nous dit : « Nous savons, du reste, que toutes choses (même les tentations et la présence des démons…) concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein ». Satan (ni aucun démon) ne peut toucher à un seul cheveu d’un croyant, à moins que Dieu ne le permette. Le livre de Job en donne une illustration frappante : Dieu a livré Job à Satan.  Mais est-ce que ça veut dire que Job a été possédé par Satan?  Absolument pas. Dieu déclare au début et à la fin du livre, que Job est droit et intègre, et que Job, même au milieu de toutes ses effroyables épreuves, a mieux parlé que ses comparses (pharisiens = consolateurs fâcheux = accusateurs)…Satan  a complètement anéanti Job, jusque dans son corps, mais il ne l’a jamais possédé…Oppressé?  Oh que oui!  Mais pas possédé. Dieu s’est servi de Satan pour purifier encore plus le cœur de son serviteur, afin de pouvoir le bénir encore plus. Satan ne possède pas ce qui appartient déjà à Dieu.  Sinon, on tombe dans un cafouillis indescriptible.

Et dans 1 Jean 5 :18, nous lisons : « Nous savons que quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché; mais celui qui est né de Dieu se garde lui-même, et le malin ne le touche pas. »

— 2 Thessaloniciens 3 :3 : « Le Seigneur est fidèle, il vous affermira et vous préservera du malin ». De plus, à la croix, Satan a perdu toute victoire sur les croyants. Alors, pourquoi nous inquiéterions-nous indûment de la présence des démons? Satan a toujours eu deux tactiques préférées : ou bien il essaie de convaincre les gens qu’il n’existe pas, ou bien il essaie de fixer leurs yeux sur lui et prendre presque tout le plancher!  Et, comme le dit si bien Émile Dallière dans son livre « Cette faucille d’or » (Éd. La pensée universelle): « Pour nous, la bonne manière d’échapper à Satan, c’est de lui présenter le Christ. Seulement, attention! Il sait très bien quand c’est uniquement une parole avec rien derrière, ou quand c’est réellement Christ. Il ne s’y laisse pas prendre. »

 

La sécurité du croyant en Jésus-Christ

 

C’est donc Jésus qui est responsable et qui s’occupe de la présence de Satan et des démons; c’est donc à lui de contrôler leurs activités. Pourquoi passerions-nous notre temps à chasser des entités que Jésus permet qu’elles soient là… Non, ce n’est pas notre rôle. D’ailleurs, Paul, quand il fut affligé d’une écharde dans la chair, n’a pas non plus chassé de démon

– II Corinthiens 12 : 7 à 9 : « Et pour que je ne sois pas enflé d’orgueil, à cause de l’excellence de ces révélations, il m’a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m’empêcher de m’enorgueillir. Trois fois j’ai prié le Seigneur de l’éloigner de moi, et il m’a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi ». Comment aurait réagi Paul si une dizaine de croyants étaient venus le voir pour « chasser l’esprit de l’écharde »!? De plus, Dieu se sert souvent de la maladie (je parle toujours en fonction des croyants), pas pour que nous chassions des démons, mais souvent pour nous emmener à la repentance –

Jacques 5 : 13 à 16 : « Quelqu’un parmi vous est-il dans la souffrance? Qu’il prie. Quelqu’un est-il dans la joie? Qu’il chante des cantiques. Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Église, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile (ce peut être aussi l’onction de l’Esprit…) au nom du Seigneur; la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné. Confessez donc vos péchés les uns les autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière agissante du juste a une grande efficacité ». Oui, Dieu accomplit encore des miracles, des guérisons pour ses enfants (les croyants),  mais ce n’est pas en chassant des démons qu’on peut les obtenir. Voici ce que dit d’ailleurs notre frère W. Robert McAlister dans son  livre « Le dilemme », p. 67 (Éditions Vida): « C’est pourquoi vouloir chasser des « mauvais esprits de maux de tête » ou des « démons de maux d’estomac» est si dénué de sens. Satan doit certainement bien rire face aux jeux pratiqués par ceux qui tentent de guérir les malades en chassant des démons ».

Toutefois, il convient de répéter que dans notre ministère d’évangélisation envers les païens, il est possible que le Seigneur nous demande de chasser des démons, qui les tiennent liés sous toutes sortes de jougs, y compris certaines maladies physiques et psychologiques, et cela en prévision de leur conversion. Mais après la nouvelle naissance, nous devons marcher comme la Bible nous l’enseigne, et que nous venons de voir plus haut

– Jean 6 :28-29 : « Ils lui dirent : Que devons-nous faire, pour accomplir les œuvres de Dieu? Jésus leur répondit : L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé ».

IL ne faut pas oublier non plus que la vraie vie de la foi n’est pas exempte de souffrances, d’épreuves ou de maladie…Nulle part dans le Nouveau Testament, on voit que la vie chrétienne offre une garantie de  vie à l’eau de rose, où nous pourrions écarter les difficultés par une sorte « d’action-talisman-quasi-magique », en l’occurrence en chassant des démons…La Bible nous invite plutôt à persévérer dans les souffrances, qui ne sont même pas supposées nous enlever la joie et la paix de Christ.

– 1 Pierre 4 :12 et 19 : « Mes bien-aimés, ne trouvez pas étrange d’être dans la fournaise de l’épreuve, comme s’il vous arrivait quelque chose d’extraordinaire…Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu, remettent leur âme au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien. ».

Un autre passage nous donne un aperçu clair et complet de l’attitude à prendre dans notre combat spirituel de tous les jours

– 1 Pierre 5 : 6 à 9 : « Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable; et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde ».

Il est toujours question de persévérance, de résistance, de s’en remettre totalement, pour toute chose et en tout temps, au Seigneur lui-même, qui nous a déjà promis et acquis la victoire

– Jacques 1 :12 : « Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation (ou affliction); car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie, que le Seigneur a promise à ceux qui l’aiment » — Romains 8 : 38-39 : « Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » — Romains 5 :3 : « Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l’affliction produit la persévérance, la persévérance la victoire dans l’épreuve, et cette victoire l’espérance ». Aucune trace nulle part qu’il nous faut s’embêter avec les démons et les chasser; nous avons seulement à mettre toute notre confiance en Dieu :

Romains 12 :12 et 21 : « Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l’affliction. Persévérez dans la prière…Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien »

— 1 Corinthiens 10 :13 : « Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces; mais avec la tentation, il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter »

— Philippiens 4 : 6 : « Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces »

— Romains 8 :31 : « Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? »

– Luc 12 :4-5 : « Je vous dis, à vous qui êtes mes amis :Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui, après cela, ne peuvent rien faire de plus. Je vous montrerai qui vous devez craindre. Craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter dans la géhenne; oui, je vous le dis, c’est lui que vous devez craindre ».

D’ailleurs, dans l’ancien Testament, il y a  un livre qui illustre cela de façon tellement pertinente, le livre des Juges. Tout au long de ce livre, le Seigneur nous montre que lorsque les enfants d’Israël tombaient dans le péché, la désobéissance, la rébellion, l’idolâtrie, Dieu se servait de ses ennemis pour les attaquer, les écraser, les humilier, afin qu’ils reviennent à Lui. Sous la nouvelle Alliance, c’est la même chose, sauf qu’au lieu d’un ennemi terrestre et visible, il s’agit d’un ennemi céleste et invisible. Mais le principe demeure le même. Dieu donnait toujours à Israël, après repentance et supplication, une victoire surnaturelle; et nous,  nous avons notre victoire dans l’œuvre accomplie par Jésus-Christ à la croix. Alors, ces doctrines et ces usages généralisés, en rapport avec « la chasse aux démons », et qui n’ont pas de fondement biblique sûr, seraient-ils, au dire même des apôtres, des « doctrines de démons », des enseignements de  faux prophètes, de faux docteurs!?

Comment expliquer que des pasteurs appartenant à des milieux évangéliques traditionnels aux États-Unis (ou ailleurs dans le monde) aient aussi adopté et enseigné cet usage général de chasser les démons chez des croyants (comme c’est le cas dans beaucoup de mouvements charismatiques)? C’est la même chose que pour toutes les doctrines et usages non scripturaires qui se sont développés dans l’Église au cours des siècles : c’est ce qui arrive lorsque nous fondons des raisonnements et des doctrines à partir de ce que nous voyons et observons sur le coup, de ce qui se passe, et de ce que l’on en déduit, au lieu d’à partir des Écritures. Par exemple, nous savons que pour n’importe quelle église, il y a toujours eu des gens qui en faisaient partie d’une manière assidue mais qui n’étaient pas nés de nouveau. Combien de témoignages avons-nous lus ou entendus, de la part de gens qui confessent avoir fait partie d’une congrégation chrétienne et s’y être impliqués pendant des années, voire des dizaines d’années, pour s’apercevoir un moment donné qu’ils n’étaient pas nés de nouveau, qu’ils n’avaient jamais eu d’expérience personnelle avec Jésus-Christ. Ces gens étaient souvent de « braves et bonnes gens » (humainement parlant) aux yeux de l’Église, semblaient être de bons chrétiens aux yeux de tous et mener une vie sainte. Leur famille faisait partie de l’Église depuis des générations, et eux suivaient l’exemple et le mode de vie de leurs parents, en faisant partie de l’organisation sociale et religieuse de l’Église.

Mais ces gens n’étant pas nés de nouveau, il n’est pas impossible qu’ils puissent être liés par des démons, surtout si des portes ont été ouvertes dans ce sens par le passé, consciemment ou non… Il y a aussi des gens qui affichent un cheminement très long et très lent, avant de réellement se convertir; ils peuvent aller à l’église pendant un bon laps de temps (même des années) avant de recevoir Jésus dans leur cœur…Il y a des gens aussi qui vont à l’Église pour d’autres buts que la conversion elle-même (acceptation sociale, amis, ambiance, réconfort, religiosité, etc.)… Il y a aussi les faux circoncis envoyés par l’ennemi lui-même…Et comme il arrive souvent que les pasteurs et les anciens de l’Église croient que ces gens sont chrétiens, s’il leur arrive d’être agressés par des démons, qu’on les chasse au nom de Jésus et que cela marche, on en déduit que les chrétiens peuvent aussi être possédés de démons et qu’ils faut les chasser…Alors qu’en réalité ils ont chassé des démons de personnes qui n’étaient pas réellement, ou encore chrétiennes. Ce n’est pas parce qu’une personne va dans une église qu’elle est chrétienne. Ce n’est pas nécessairement parce qu’une personne se dit ou se croit chrétienne qu’elle l’est pour autant…Ce n’est pas parce que nous pensons qu’une personne est chrétienne qu’elle l’est véritablement…Toutes ces personnes sont susceptibles d’être la proie d’un démon, surtout si elles ont ouvert à un moment de leur vie des portes à cet égard ; mais cela ne survient toujours qu’avant la nouvelle naissance. C’est tellement important que nous demeurions attachés à la Parole de Dieu et que nous fondions nos croyances sur elles, en nous soumettant, pour le reste, au discernement de l’Esprit.

Citons encore le frère McAlister  (Le dilemme p.71) : « Quand un conflit existe entre la Parole de Dieu et l’expérience personnelle, cela signifie que nous avons mal interprété l’expérience.  Il vous est peut-être aussi arrivé de lire au sujet de « certaines parties de votre vie non-consacrées » qui peuvent être possédées par de mauvais esprits. Mais tout cela n’a aucun sens. Ces parties de votre vie qui ne sont pas consacrées sont des régions enténébrées qui doivent être confessées et abandonnées. Satan les aime et  s’en amuse; mais ceux qui voudraient les attribuer à des démons ne font que rechercher des chemins faciles pour éviter de prendre leur croix ».

D’un autre côté, si nous rencontrons de vrais croyants qui sont clairement aux prises, pour quelques raisons que ce soit, avec une oppression satanique (de l’extérieur), nous devons nous tourner vers le Seigneur et le prier qu’Il nous en montre la cause (péché tenace, désobéissance, orgueil, amertume, rébellion, retour en arrière, occultisme, etc…). Nous devons demander à Dieu qu’Il leur accorde la repentance, la confession et la délivrance, afin qu’ils soient ramenés dans sa paix et sa justice, selon sa volonté parfaite, sa souveraineté et sa connaissance de toutes choses. Si le Seigneur, par le véritable et biblique discernement de l’Esprit, nous montre qu’un croyant est harcelé et tourmenté (de l’extérieur) par une force maléfique de l’ennemi, nous devons alors agir envers lui de la façon et avec les paroles (de connaissance, de sagesse et de foi) que nous donne sur le moment l’Esprit de Dieu. Nous devons nous laisser conduire totalement par l’Esprit et faire ce qu’il nous demande de faire, y compris de demander à Jésus d’écarter cette puissance maléfique, dans ces cas très particuliers et spécifiques, afin que le croyant puisse recevoir dans la tranquillité le pardon, la guérison et la bénédiction de Dieu (ceci est en accord avec cette partie du « Notre Père » : « …Ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin… » –

– Matthieu 6 :13). Mais il doit toujours y avoir  un contenu de repentance et de confession, sinon ça devient « une passe magique de délivrance  »!  Nous voyons donc qu’un ministère réel de délivrance n’a rien à voir avec la « manie généralisée » de chasser les démons continuellement et de façon routinière, avec la formule automatique « dans le nom de Jésus ». Les ministères doivent être opérés avec le concours des dons spirituels (charismes), et dans la fidélité à la Parole de Dieu. Une bonne façon de comprendre la dynamique du vrai combat spirituel est de lire le  Psaumes 35 (prière de David contre ses ennemis), en remplaçant le mot « hommes »  (ennemis terrestres du « royaume terrestre » d’Israël)  par « Satan et ses soldats », qui sont nos ennemis réels sous la Nouvelle Alliance, qui est un Royaume spirituel.

Un  « résidu démoniaque »  !?

Il circule actuellement, librement, au sein de l’Église, diverses théories voulant qu’il peut subsister un résidu démoniaque ou une zone partielle « démonisée » chez certains croyants après leur conversion. On retrouve maintenant ces croyances chez plusieurs évangélistes, intervenants et écrivains chrétiens… Pourtant elles sont tout à fait contraires à ce qu’enseignent les Saintes Écritures. Il est vraiment surprenant de voir et d’entendre des gens supporter des doctrines aussi étranges comme dans ce  livre écrit par une croyante américaine quelque chose de tout à fait incroyable et saugrenu. Cette personne possède pourtant une grande notoriété dans le domaine de la relation d’aide, semble avoir un ministère fructueux, et a écrit des livres contenant des choses pourtant valables et édifiantes. Mais voici ce qu’elle affirme dans un de ses livres : elle rencontra un homme ayant depuis toujours un grave problème de colère, et qui se continuait même depuis qu’il était (selon elle? – selon lui?) Devenu chrétien. En priant pour lui et en touchant son front, elle dit qu’un esprit impur sortit du plus profond de son abdomen, et que cette « chose » s’y serait installée depuis son enfance, affectant toute sa vie… Un langage qui ressemble étrangement à  celui d’un  « guérisseur » des Philippines! Elle ajoute même qu’il fit alors une contorsion et se mit à baver… Nous avons affaire-là à une erreur grave d’appréciation, à une interprétation erronée de la situation d’une personne et d’un événement. D’abord, peut-être cet homme n’était-il pas vraiment encore chrétien (né de nouveau)?  Mais il est fort possible, qu’ayant vraiment accepté Jésus comme son Sauveur à  l’occasion de cette rencontre, il ait pu être libéré, suite à la confession «désespérée » de son problème de colère…Car on ne peut pas ôter un péché ou une œuvre de la chair (comme la colère) en chassant un démon; c’est tout à fait insensé et anti-biblique.

Nous ne devons jamais fonder une doctrine ou une pratique sur une expérience, quelle qu’elle soit; seulement la Bible peut servir de fondation à cet égard. Et ce n’est pas parce que les gens présentent certains symptômes semblables à ceux de qui on chasse véritablement des démons (les païens), qu’on peut appuyer  cette pratique concernant  les croyants. Toutes les démonstrations et symptômes physiques observés chez les croyants lors de ces séances (surtout les séances de groupe) ne veulent rien dire, à cause souvent du lavage de cerveau qu’on leur a fait subir auparavant. La plupart du temps, il n’y a aucune délivrance réelle ni aucune action de l’Esprit, seulement une simulation de délivrance, le tout se déroulant dans une atmosphère surchauffée et très « psycho-émotionnelle ». Satan sait fort bien que, si le peuple de Dieu se fait « cuisiner », il pourra facilement le pousser dans des activités ayant un aspect plutôt troublant et affligeant, voire ridicule.

Voici d’ailleurs le témoignage d’un croyant, Jason Vinley, qui publia un petit ouvrage ayant pour titre : « Je fus délivré de la délivrance! »  Suite à deux séances de délivrance de plusieurs démons, il s’est aperçu ensuite qu’il n’avait été délivré de rien du tout. Voici ce qu’il en dit (Livre « Le dilemme », W. Robert McAlister, Éditions Vida,  p. 81) :

« Il y a quelques mois j’ai expérimenté ce qu’on appelle aujourd’hui une délivrance. C’est-à-dire que des frères et des sœurs en Christ sont venus chasser des mauvais esprits de moi. J’ai expérimenté toutes les manifestations dont on m’avait parlé, lorsque des démons seraient chassés de moi. J’ai écumé, toussé, tremblé, hurlé et eu des haut-le-cœur pour chaque démon qui fut nommé et qui reçut l’ordre de partir ». Et notre frère missionnaire McAlister, qui a rapporté ce témoignage, d’ajouter (p. 115) : « Jason Vinley dit que sa « séance de vomissement » a eu lieu parce qu’il avait eu son esprit conditionné par ceux qui lui avaient enseigné qu’il était rempli de mauvais esprits et qu’il devait les vomir. Le docteur Robert C. Frost m’a écrit : « Je me suis souvent demandé si les séances de « délivrance en groupe » n’avaient pas en partie une cause psychologique ou même si Satan n’avait pas préparé une situation où il pouvait attirer l’attention sur lui… Nulle part la Bible n’enseigne à un démoniaque à cracher un démon (encore bien moins pour un chrétien). Si ce n’était qu’une bêtise, on pourrait la tolérer, mais c’est pire que cela. C’est une fausse doctrine qui asservit le peuple de Dieu ».

Ces paroles du frère McAlister sont tellement claires et véridiques que nous n’avons pas besoin de rien ajouter. Et si quelqu’un peut parler en connaissance de cause, c’est bien ce pasteur-missionnaire : au cours de son ministère à travers le monde, pendant des dizaines d’années, il a chassé lui-même un grand nombre de démons de païens qui étaient possédés et qui ont accepté ensuite Jésus comme leur Sauveur et Seigneur.

C’est le sang de Jésus qui nous purifie de tout péché, et cela devient effectif à partir de la repentance et de la confession (même si c’est la 200e fois pour le même péché). Affirmer la présence d’un démon dans le croyant est une entorse à la Parole de Dieu et à la totale efficacité du sang de Jésus pour nous délivrer du péché. Il ne faut jamais oublier toute la portée de 2 Corinthiens 5 :17 : «  Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées : voici, toutes choses ont devenues nouvelles. »  Toutes ces « doctrines de démons » sont vraiment déconcertantes.  Pour nous montrer qu’il ne subsiste aucun résidu démoniaque dans le croyant né de nouveau, même après la vie la plus diabolique, nous allons citer un autre témoignage tout à fait convaincant, que relate encore notre frère McAlister dans son livre « Le dilemme » (p. 100-101) : « J’ai écrit en portugais un livre intitulé Mère de saints. C’est la biographie de Georgina Aragao dos Santos, qui fut baptisée dans le sang d’animaux à l’âge de quinze ans et qui fut un médium pendant trente-trois ans à Rio de Janeiro. Georgina participait à tous les rites démoniaques, depuis les sacrifices de sang  jusqu’à la divination. C’était un médium, une diseuse de bonne aventure et une adepte de la magie noire et blanche. Elle fut possédée par un démon dont elle connaissait le nom et dont elle invoquait les pouvoirs quotidiennement, lors de son ordination. Cette « démonisation » volontaire lui a donné des pouvoirs occultes, et elle leur a complètement dédié sa vie. Georgina était en train de mourir de la leucémie quand elle est venue dans notre assemblée un mercredi soir. Elle fut à la fois guérie et sauvée, guérie de ses péchés et du pouvoir démoniaque reçu par ses serments dans le sang. Si quelqu’un devait avoir un « résidu démoniaque », ce serait bien Georgina. En préparant ce livre (Le dilemme), j’ai discuté avec elle de la fausse théorie des démons-dans-les-croyants. Je lui ai parlé de la doctrine qu’un résidu démoniaque existe dans la vie de ceux qui ont pratiqué l’occultisme avant leur salut. Sa réponse fut instantanée. « Pasteur Roberto, c’est un des plus grands mensonges que le diable ait jamais raconté. Comment un vrai chrétien peut-il croire une telle chose? » Une bonne question. Je n’ai jamais chassé de démon de Georgina. Ce n’était pas nécessaire. Le pouvoir du salut par le sang de Christ a complètement détruit l’influence des démons dans sa vie. Cela s’est passé en 1962. J’ai attendu six ans pour raconter son histoire. Après plus d’une douzaines d’années, elle ne manque pas une de nos réunions. C’est un témoin rempli du Saint-Esprit, de la délivrance de Dieu par la simple foi en Jésus-Christ. »

Voici d’ailleurs ce que cite Rick Joyner dans son livre « L’ultime assaut » (Éditions J.E.M.), à partir de la vision qu’il a reçue du Seigneur : « Je remarquai que les démons étaient montés sur les chrétiens, mais n’étaient pas en eux comme c’était le cas des non-chrétiens. Il était évident qu’il aurait suffi à ces croyants de ne plus être en accord avec leurs démons pour en être libérés. »

Voici donc la règle biblique que nous devons absolument adopter : éviter d’ériger des enseignements, doctrines et pratiques, à partir de cas particuliers, isolés ou « spectaculaires », qui peuvent nous sembler flous ou incompréhensibles, en regard de la Parole de Dieu. Nous devons admettre et accepter que nous ne savons pas tout et que nous ne pouvons pas tout comprendre, surtout lorsqu’il s’agit d’expériences personnelles vécues par les gens. Il y aura toujours des zones grises qui nous obligeront à nous en remettre totalement à Dieu, et à ne pas essayer de tout expliquer ni rationaliser. De plus, comme chaque être humain est unique, l’expérience et le cheminement spirituels de chaque croyant sont aussi uniques, même si les principes bibliques demeurent les mêmes pour tous. Notre rôle est de demeurer dans les limites de l’Écriture, et de laisser à Dieu la part de mystère qui nous échappe.

 

Conséquences chez les croyants de ces doctrines de  démons

 

Cette emphase mise sur les démons, et cette habitude de les chasser d’une manière généralisée chez les croyants, vont avoir les conséquences suivantes :

 

1)         L’attention du croyant est davantage orientée sur la présence des démons et leurs activités que sur celle de Christ. Il y a là un déséquilibre malsain et non biblique, et les démons obtiennent ainsi les feux de la rampe, et une sorte de gloire à laquelle ils n’ont pas droit. De plus, cela place le croyant sur une position défensive et négative, par la crainte que lui procurera l’idée de l’omniprésence des démons dans sa vie, et une exagération de leur pouvoir et de leur action. Il en découlera une stagnation spirituelle et il se développera une certaine incrédulité, car à force de porter attention et d’essayer d’agir sur les démons, nous perdons de vue que nous devons regarder à Christ seul, si l’on veut demeurer dans la confiance, la quiétude et la victoire. Donc, cette attitude crée chez le croyant une mentalité morbide d’impuissance et de frustration, devant le fait de son obligation de chasser continuellement des démons pour toutes sortes de raisons imaginables. Cette crainte (qui est  contraire à la « crainte de Dieu ») pousse même certains croyants plus sensibles et vulnérables, à chasser des démons partout où ils vont, continuellement, de toute personne qu’ils rencontrent, dans tous les endroits possibles et pièces d’une même demeure, etc. …Cela devient une réelle obsession, et les victimes en deviennent très anxieuses et malheureuses. Nous avons tous déjà cru en ces œuvres pénibles, stériles et déprimantes après y avoir été « initié » par des groupes de croyants que nous fréquentions. La lumière de Dieu nous en libérera assez rapidement, grâce au temps que nous passerons avec lui, et la lecture de sa Parole.

 

2)         Le croyant va demeurer dans une vie spirituelle superficielle et même enfantine. Cette manie de chasser des démons pour tous les problèmes, difficultés, maladies, etc., empêche le croyant de grandir en maturité, et de recevoir la lumière sur l’état réel de son cœur; elle l’empêche de recevoir la lumière sur certains péchés que le Seigneur veut lui montrer, l’empêche de recevoir la repentance et la confession, qui seules peuvent emmener une délivrance durable. C’est vrai que souvent le croyant (dans son innocence), lorsque quelqu’un chasse de lui des démons, va recevoir sur le coup un certain répit, une certaine « délivrance », mais elle est pratiquement toujours passagère, car elle est le fruit de l’imagination. Il y a d’abord l’effet placebo : le croyant croit tellement qu’un démon était la cause de ses ennuis et qu’il vient d’en être délivré,  qu’il en ressent un  sentiment de délivrance et même souvent une grande joie.  Mais si le problème (ou la situation) provient d’un péché ou tout simplement d’une permission expresse de Dieu,  il aura tôt fait de revenir, puisque le but poursuivi par Dieu n’a pas été atteint. De plus, le Seigneur, qui a pitié souvent de l’ignorance de ses brebis (autant pour celui qui « chasse » que pour celui de qui on a « chassé »), peut accorder au croyant dans le besoin qui croit sincèrement que cette pratique est correcte, une délivrance momentanée, jusqu’à ce que le croyant ait assez mûri dans la Parole et la connaissance de Christ, pour savoir que la délivrance et la guérison physique et spirituelle proviennent de l’œuvre de l’Esprit dans le cœur de l’homme, de la repentance, de la confession et de la réception de la grâce de Dieu, et non en chassant les démons

– 1 Jean 1 :7 :«…Et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. »

 

3)         La vie de l’église devient un jeu religieux où les démons ont obtenu le haut du pavé; il y aura aussi l’importance indue et la popularité que prendront les « chasseurs de démons » au sein de l’Église. En chassant aussi des démons à profusion pour toutes sortes de raisons imaginables, les « chasseurs » risquent ainsi d’accuser faussement un enfant de Dieu d’être possédé par un démon (ce qui est faux et non biblique), le condamnant à chercher une délivrance de quelque chose qui n’est pas réel, créant ainsi une situation de condamnation et de défaite spirituelle. Beaucoup de ces supposés « ministères de délivrance » causent de profonds ravages dans la vie de croyants qui n’ont pas atteint un degré suffisant de maturité et de discernement spirituels, et qui sont émotionnellement fragiles. Tout cela devient une sorte de jeu charnel, qui ne répand aucunement la bonne odeur de Dieu et l’onction du Saint-Esprit. Il y a aussi toute la confusion et la déception qui peuvent atteindre les croyants, en voyant qu’ils n’ont pas vraiment été délivrés. La vie chrétienne devenant de plus en plus un fardeau,  on s’éloigne progressivement « du joug léger » de Jésus. Citons encore notre frère McAlister  (« Le dilemme », p 74 -75) : « L’histoire d’un jeune homme de Californie qui avait été sauvé d’une vie immorale, d’expérimentation avec la drogue et l’occultisme me fut racontée. Pendant cinq ans, il avait servi fidèlement le Seigneur, et durant ces deux dernières années, il avait aidé d’autres jeunes gens dont la vie avait été pervertie par les drogues et l’occultisme, en obéissance à Dieu. Pendant cette période, le pasteur du jeune homme en vint à croire que des démons peuvent habiter dans les croyants. Le résultat fut qu’en dépit de la vie fructueuse du jeune homme, son pasteur commença à chasser divers démons hors de lui. L’homme qui me racontait cette histoire, était celui-là même qui avait conduit ce jeune ami à Christ cinq ans plus tôt. C’est avec beaucoup d’émotion qu’il me raconta comment depuis cinq mois, cet excellent serviteur du Seigneur était interné dans un hôpital psychiatrique; tout cela à cause d’une « séance de délivrance » avec un homme raisonnant qu’il doit subsister quelque chose de démoniaque de toutes ces expérimentations faites avec les drogues et l’occultisme. Il serait facile de produire des listes semblables à ce cas-ci. De nombreux pasteurs m’ont raconté comment certains de leurs fidèles, après être allés dans des réunions de prière où des démons étaient chassés, disait-on, revenaient ensuite dans leur propre Église, obsédés par le sujet des démons. Après avoir prêché une fois à ce sujet, une femme vint vers moi en larmes et m’affirma que je lui avais sauvé la vie. Elle s’était trouvée en proie à une terreur des démons, depuis que des amis chrétiens l’avaient emmenée un soir à une « séance de délivrance ». Elle fut si soulagée de savoir qu’en tant qu’enfant de Dieu, elle était protégée des mauvais esprits ».

Le culte des anges…

 

Il est remarquable que le Seigneur, dans tout le Nouveau Testament, demeure très discret par rapport à Satan, ses démons, leur hiérarchie et leur royaume; et c’est la même chose au sujet des « bons anges », qui sont (dans le monde invisible) de fidèles serviteurs de Dieu. La Bible nous dit bien que Dieu dispose de ses anges en notre faveur, mais elle n’en dit pas vraiment plus, et  nulle part elle nous demande d’essayer de les voir, de connaître leur activité et de communiquer avec eux. Le Seigneur veut que nous regardions à Lui, que nous gardions les yeux fixés sur Jésus, et non sur les créatures angéliques, qu’elles soient démoniaques ou fidèles à Dieu. Nous n’avons pas à nous préoccuper indûment de la présence ni des démons ni des anges,  mais à rechercher la présence de Dieu et à recourir à lui pour toutes choses. Il nous a déjà tout donné en Jésus (Romains 8 :32 à 34). Nous n’avons qu’à résister à tout ce qui vient du méchant, sans nous préoccuper de le voir, le connaître, le chasser…Dieu veut avoir toute la place dans notre cœur ; il ne veut pas y partager la vedette avec les démons, ni même avec ses propres anges…N’a-t-il pas dit dans la Bible qu’il ne donnerait pas sa gloire à qui que ce soit? – Ésaïe 42 :8 : « Je suis l’Éternel, c’est là mon nom ; et je ne donnerai pas ma gloire à un autre, ni mon honneur aux idoles ».

Il y a depuis quelques années certains croyants qui font office de voir réellement, presque continuellement et à volonté, les « bons anges » (et les mauvais esprits), et qui transmettent aux croyants le fruit de leur « voyance », et les messages reçus de ces « bons anges », selon qu’ils les voient agir. Tout cela est totalement anti-biblique et très dangereux.  Est-ce que ces gens voient réellement les anges? Si c’est non, alors ils sont très habiles pour imaginer et inventer des « fables habilement conçues », surtout s’ils font preuve en même temps d’une assez bonne connaissance de la Bible. D’un autre côté, s’ils voient vraiment les anges (et les mauvais esprits), comme ils le prétendent, alors il s’agit d’une séduction angélique, voire satanique… Nulle part dans toute la Bible, en particulier dans le Nouveau Testament, on constate qu’une personne peut voir à volonté, à l’année longue, et pour toute situation ou personne, les anges ou les démons. Cela reviendrait à dire que ces gens ne marchent plus par l’Esprit ni  par la foi, mais par la vue continuelle de ce qui se passe de « l’autre côté du voile », dans le monde des esprits. Or, le discernement des esprits dont la Bible parle n’est pas du tout de la « voyance »,  ni de la divination, reliées à des contacts ou à des visions continuels d’anges bons ou mauvais.

Il s’agit plutôt de la révélation à notre esprit, par l’Esprit de Dieu, de la présence d’entités mauvaises, ou de paroles, attitudes et actions charnelles chez les croyants, qui sont semées par le diable (par exemple quand Jésus dit à Pierre « …Arrière de moi Satan »…). Dans la Bible, nous voyons qu’il est possible qu’une personne puisse avoir une apparition de Jésus ou d’un ange, mais que cela est exceptionnel, inattendu, et que jamais ça n’arrive plus d’une ou quelques fois seulement dans la vie du croyant. Même les quelques grandes visions des prophètes de l’Ancien Testament et de l’apôtre Jean (l’Apocalypse) arrivaient à l’impromptu et de façon soudaine, et étaient totalement planifiées par Dieu, dans le but qu’elles soient écrites et fassent officiellement partie des Écritures. Il ne s’agissait pas du tout d’un ministère permanent de vision dans l’au-delà…De plus, nous avons des témoignages dignes de foi, au cours des derniers siècles, que certains croyants et missionnaires ont effectivement reçu la visite ou une vision de Jésus, d’un ange ou d’un démon; mais cela ne se produisait que fortuitement, dans le cours de leur ministère, et n’arrivait jamais plus d’une fois ou deux dans la vie de la même personne. Il y a eu des biographies de gens qui, s’étant convertis (en particulier en Amérique du Sud, et dans les pays d’Afrique ou d’Asie orientale), recevaient après leur nouvelle naissance, à une ou quelques reprises seulement, la visite (extérieure) d’un esprit maléfique, qui cherchait à les décourager et à les ramener dans le royaume des ténèbres (encore une fois, il convient de rappeler qu’il s’agit ici d’oppression et non pas de possession). Mais cela n’était que temporaire, et le problème était résolu par le recours direct à  Jésus. Pour le reste, il s’agit de résister à la tentation et au péché, tout en bénéficiant de l’aide de la communauté chrétienne : prière fervente des frères et sœurs, et accompagnement efficace, sous la conduite, la puissance et l’onction du Saint-Esprit.

Mais nulle part nous trouvons dans la Bible, ni le témoignage de l’Église, des gens qui ont eu un ministère de « voyance continuelle des esprits » (anges ou démons)  en faveur des croyants ; c’est de la divination pure et simple. De plus, comme Satan peut se déguiser en « ange de lumière », il y a une porte toute grande ouverte pour que ces gens soient séduits par un démon se faisant passer pour un « bon ange », puisque ces gens de toute façon peuvent voir les deux. Il y a donc séduction subtile, et alors les gens vont tomber dans le piège : comme Satan est passé maître dans l’art de mélanger le vrai et le faux, ces « voyants chrétiens » vont recevoir de la part de l’ange séducteur, des choses vraies, et un peu de choses fausses. Au fur et à mesure que cette situation se prolonge, l’ange séducteur va obtenir, de « son médium chrétien », une totale confiance, parce qu’effectivement, il va y avoir, à travers tout cela, quelques véritables miracles et « paroles cachées » en faveur des croyants, ainsi que des paroles et des exhortations « agréables à entendre »

— 2 Timothée 4 :3-4 : « Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d’entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l’oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables ».

C’est là que les chrétiens doivent faire preuve de discernement spirituel.  Il faut comprendre que ces croyants qui affirment voir les esprits sur une base régulière, ont quand même une bonne connaissance de la Bible, et que la majorité de ce qu’ils vont dire ne semblera pas en contradiction avec elle (surtout au début). Ils croient sincèrement dans leur activité, et ils croient vraiment que les anges qui leur donnent des messages, sont tous des « bons anges ». Un autre danger aussi consiste en la spécialité de certains démons, qui aiment se faire passer pour les esprits des morts, en particulier de gens qui nous ont été très proches, afin de nous déclarer des choses vraies au début, pour nous emmener ensuite dans un filet de servitude et de tromperie. Nous savons tous cependant que la Bible, en particulier l’Ancien Testament, nous défend formellement, à plusieurs reprises, de rechercher et d’avoir des contacts avec les morts. Nous ne devons jamais prêter oreille à aucun esprit qui se fait passer pour l’esprit d’une personne décédée, peu importe ce qu’il dit  (même si c’est vrai).

Alors voici ce qui va arriver : tantôt, ces « devins » chrétiens vont prier sur quelqu’un pour une guérison au nom de Jésus, et la personne va être guérie, Dieu honorant la foi simple et spontanée du croyant envers qui on a prié. Sur un autre croyant, on va chasser un démon qu’on a soi-disant discerné pour une délivrance, et la personne va croire qu’elle est délivrée, en recevoir même une période de répit, comme nous l’avons expliqué plus avant. On donnera à une autre personne une parole vraie, biblique… À une autre personne on donnera une parole provenant de l’ange de lumière, qui se trouve à être fausse…On prédira à d’autres des appels, des ministères et des œuvres « grandioses », paroles non reçues de Dieu et risquant d’allumer un feu étranger…Mélange de vrai et de faux, de vérité et de mensonge, de Parole de Dieu et de parole de l’ennemi, de travail spirituel et de travail de la chair…

 

Que de déceptions et de tromperie attendent les croyants, avec la confusion, l’amertume et les réactions charnelles que cela entraîne. Que de troubles potentiels dans l’Église avec des brebis qui auront reçu des « paroles prophétiques pompeuses », risquant de les entraîner soit dans l’orgueil spirituel, soit dans la rébellion, suivant le fait que ces paroles ne s’accomplissent pas

– Galates 1 : 8-9 : « Mais, si nous-mêmes, si un ange du ciel annonçait un évangile s’écartant de celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème! Nous l’avons dit précédemment, et je le répète à cet heure : si quelqu’un vous annonce un évangile s’écartant de celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème! – Galates 5 : 7 à 10 : « Vous couriez bien : qui vous a arrêtés pour vous empêcher d’obéir à la vérité? Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle. Un peu de levain fait lever toute la pâte. J’ai cette confiance en vous, dans le Seigneur, que vous ne penserez pas autrement. Mais celui qui vous trouble, quel qu’il soit, en portera la peine » – Jean 7 :18 : « Celui qui parle de son propre chef cherche sa propre gloire; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l’a envoyé, celui-là est vrai, et il n’y a point d’injustice en lui. »

Il y aura aussi, lorsque le croyant recevra la lumière sur ces choses, le sentiment d’avoir été trompé par ses conducteurs spirituels, avec toute l’amertume, les blessures et la crise de confiance que cela entraîne souvent. De plus, le « médium chrétien » devenant lui-même progressivement lié par l’ange séducteur, tous les croyants et les églises qui feront appel à ses services encourent le danger réel d’être aussi mis sous le joug de cet esprit méchant, avec les troubles, les réactions charnelles et les divisions que cela risque d’entraîner.

Le Seigneur  nous confirme tout cela personnellement, par sa parole et le discernement de son Esprit. Nous avons tous participer à des réunions de croyants où une personne présente était renommée pour voir les anges sur les gens, et révélait à tous et chacun, ce que ces « anges serviteurs de Dieu » accomplissaient en leur faveur. Elle pouvait aussi détecter la présence d’esprits démoniaques habitant et liant les chrétiens… Cependant, le Saint-Esprit nous allume rapidement  « une lumière rouge » dans notre cœur, et commencer à penser que tout cela semblait tourner à la « fabulation », à une sorte de « science-fiction spirituelle »…Lorsque nous demeurons dans la Parole et dans une communion intime avec Dieu, le Saint-Esprit ne manque jamais de nous mettre en garde lorsque quelque chose ne vient pas de lui, ou que la source est confuse et mélangée… continuions quand même à ces réunions, mais avec les réserves et la prudence que Dieu  dépose dans nos cœur.

Dans une de ces réunions, lorsque nous sommes devant les déclarations de la personne « voyante » par rapport aux visions d’anges qui accomplissaient des actions en faveur des croyants qui étaient présents, demandons au Seigneur dans le secret de nos cœurs si cela est de Lui ou non, si c’est correct et conforme à sa Parole et à sa justice?  Vous pourriez avoir cette réponse du  Seigneur directement dans votre cœur, en  rappelant à notre esprit le début du verset de 1 Colossiens 2 : 18 : « Que personne, sous une apparence d’humilité et par un culte des anges… » La lumière se fera alors instantanément avec cette réponse  (voir d’autre toujours conduit par le st esprit) une réponse de Dieu à cette question, d’une façon surnaturelle, claire et définitive. Nous  connaissons un peu ce verset de mémoire mais nous n’en connaissions peut être pas par cœur la référence…lisons donc se passage en entier  1 Colossiens 2 :18-19 : « Que personne, sous une apparence d’humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son gré le prix de la course; tandis qu’il s’abandonne à ses visions, il est enflé d’un vain orgueil par ses pensées charnelles, sans s’attacher au chef, dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu donne ».

Oh! Que Dieu est fidèle pour nous éclairer lorsque nous cherchons vraiment et réellement sa vérité – Jean 8 :31-32 : « Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. »

 

D’autres frères et sœurs, à qui Dieu montre la même chose explique ceci dans certains passages de livres chrétiens sérieux et bien fondés bibliquement, comment cet engouement malheureux pour les démons et les anges avaient pris de l’ampleur au sein de l’Église dans les dernières années. Voici d’ailleurs la parole d’un frère qui  a donnée durant un culte matinal à l’intention d’un jeune pasteur qui avait recours fréquemment à une de ces personnes « voyantes » pour effectuer un ministère officiel auprès de ses brebis

– Apocalypse 2 :19 à 26 : « Je connais tes œuvres, ton amour, ta foi, ton fidèle service, ta constance, et tes dernières œuvres plus nombreuses que les premières. Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la femme Jézabel, qui se dit prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à la débauche et qu’ils mangent des viandes sacrifiées aux idoles. Je lui ai donné du temps afin qu’elle se repente, et elle ne veut pas se repentir de sa débauche. Voici, je vais la jeter sur un lit, et envoyer une grande tribulation à ceux qui commettent adultère avec elle, à moins qu’ils ne se repentent de leurs œuvres. Je frapperai de mort ses enfants; et toutes les Églises connaîtront que je suis celui qui sonde les reins et les cœurs, et je rendrai à chacun de vous selon ses œuvres. A vous, à tous les autres de Thyatire, qui ne reçoivent pas cette doctrine, et qui n’ont pas connu les profondeurs de Satan, comme ils les appellent, je vous dis : Je ne mets pas sur vous d’autre fardeau; seulement, ce que vous avez, retenez-le jusqu’à ce que je vienne. A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu’à la fin mes œuvres, je donnerai autorité sur les nations ». je vous laisse méditer la suite

Pour finir cet emphase mise sur les démons ou les anges, et cette habitude de chasser les démons chez les chrétiens, sont paradoxalement des « doctrines de démons »…A première vue, cela semble contradictoire : comment  Satan accepterait-il une doctrine qui dit de chasser ses démons? Serait-il divisé contre lui-même ? Non, pas du tout. C’est qu’autant chasser les démons chez des païens est selon la saine doctrine, autant chasser les démons de façon générale chez les chrétiens est une  doctrine boiteuse et souvent même un non-lieu; il s’agit donc d’une mise en scène fabriquée par l’ennemi lui-même.  Satan sait bien que notre habitude de chasser les démons chez les chrétiens est en réalité une pure perte de temps, une activité plutôt nulle, inefficace, sinon nuisible, car contraire au plan biblique du vrai combat spirituel, comme nous l’avons vu en début d’étude.  Il sait que ça n’a aucun effet réel et durable, puisqu’il s’agit, en ce qui concerne la croissance et la maturité chrétiennes, d’une voie sans issue, d’un cul-de-sac.  Mais, dans notre inclination à regarder aux mauvais esprits et de nous atteler à les chasser, Satan y voit l’avantage de détourner nos yeux de Christ, tout préoccupés que nous sommes par ses soldats à lui. Ainsi, il sait que nous demeurons dans une sorte de vie chrétienne artificielle et stérile, dans une sorte d’enfantillage et d’automatisme, qui nous rendent incapables de recevoir de Dieu la lumière sur nous-mêmes, la véritable mort du vieux moi, et la vie féconde de la résurrection, portant des fruits réels à la gloire de Dieu. Alors, toute cette histoire de « chassage » de démons et de vision continuelle d’anges n’est en réalité qu’une autre diversion de Satan lui-même, pour nous voler la victoire et la plénitude de l’Esprit.

D’un autre côté, il ne faut pas non plus glisser dans l’autre extrême, et ne plus désirer avec ferveur ni prier pour la délivrance des croyants de tout ce qui les opprime, incluant Satan et ses démons. Nous devons cependant toujours garder à l’esprit que toute réelle délivrance provient d’abord et avant tout de la repentance produite par l’Esprit dans le cœur du croyant, et non pas d’une prière machinale ou « obligée »…Finalement, la question qui est vraiment importante, que ce soit pour le croyant ou le non-croyant, c’est qu’il soit délivré de ses deux grands ennemis qui l’oppressent (le monde satanique et sa nature pécheresse). Cela est bien plus important que d’analyser s’il est lié par en dedans ou par dehors, par en avant ou par en arrière, par le côté droit ou le côté gauche…! L’important, c’est que le croyant connaisse la vie de sainteté et de victoire que Jésus lui a déjà acquise.   Amen !

Publicités

déposer vos commentaires ou reactions, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s