évangéliser et plus ….. a méditer


L’évangélisation est un « ministère » parmi d’autres qu’il nous appartient d’exercer à « plein temps », chacun des membres du corps de Christ que nous sommes ; selon ce que le Seigneur nous a équipés (es) en dons, ne serait-ce qu’un seul, mais aussi de capacités humaines voire « charnelles » (pas le « charnel » de notre vieille nature bien sûr !) ; dans notre quotidien et certainement pas seulement dans nos « sacros-saintes » églises-bâtiments qui n’ont d’ailleurs jamais été voulues de Dieu et qui nous enferment dans un système pyramidal et dans les actions : les inconvertis sont dehors !
N’oublions pas non plus de nous soutenir les uns les autres parce qu’il ne suffit pas d’être converti : c’est là au contraire que les combats commence………..

Paul disait : « Malheur à moi si je n’évangélise ! », 1 Cor 9 : 16. Savez-vous chrétiens, que nous avons besoin de redécouvrir le véritable Évangile de Jésus-Christ !? Nous nous sommes écartés du droit chemin, la Parole de vérité. L’Évangile authentique n’est ni centré sur l’Homme ni sur les choses de ce monde, comme on le voit malheureusement dans beaucoup de pseudo-églises, mais sur Jésus-Christ seul. L’apôtre Paul a dit : « Car je n’ai point honte de l’Évangile : c’est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit… » (Romains 1:16). Lorsque la prédication est faite selon les vérités bibliques et met Jésus-Christ à l’honneur, des cœurs sont touchés, des âmes sont sauvées, des vies sont transformées et les signes qui doivent accompagner ceux qui ont cru s’accomplissent : miracles, guérisons, délivrances (Marc 16:17). C’est pourquoi, suite aux messages donné sur ce blog , beaucoup de chrétiens comprendrons qu’ils peuvent sortir de l’emprise de Babylone, de la religion, des pasteurs corrompus pour se retrouver à quelques-uns dans leurs maisons afin de partager la Parole en toute liberté et simplicité.
Beaucoup d’entre nous ont été formatés par la religion ou par une adhésion à une profession de foi. Hors, Jésus nous dit dans Jean 3 : 3 que pour entrer dans le Royaume de Dieu (et non dans une dénomination), il nous faut naître de nouveau, d’eau et d’Esprit. Plus loin dans les Actes, il nous est dit que « le Seigneur (et non les hommes) ajoutait chaque jour à l’Église ceux qui étaient sauvés » (Act 2 : 47). Cette Église s’accroissait à chaque âme sauvée, c’est à dire repentante et réellement convertie.
A la question posée par Jean-Baptiste si Jésus : » est bien celui qu’il fallait attendre », ce dernier répond : « Les aveugles voient, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent et la bonne nouvelle est annoncée aux pauvres« . Matt 11 : 5. Voilà donc les signes qui doivent accompagner la présence de Jésus dans une œuvre. Que voyons-nous aujourd’hui ? Le constat est clair et sans appel. Beaucoup de discours et de rationalisation mais peu, voire pas de puissance. « Or le Royaume de Dieu ne consiste pas en paroles mais en puissance » (1 Cor 4 : 20).
Nous avons plus servi un système établi et géré par les hommes que le Royaume de Dieu, établi par Christ et conduit par l’Esprit.
En effet, combien parmi nous aujourd’hui après des années de conversion connaissent leur appel ou leurs grâces ? Et pourtant nous le verrons ensemble, nous avons tous été appelés non seulement à être des enfants de Dieu, des disciples de Jésus-Christ mais aussi des serviteurs et servantes de Dieu avec des fonctions différentes, sur le même plan d’égalité, donc sans cette hiérarchie non scripturaire et étouffante, pyramidale. Un système pastoral qui aujourd’hui laisse la plus grande majorité du corps de Christ sans voix et stérile. participons tous à ce réveil des consciences, non seulement en France mais partout dans le monde, en apportant cette pierre vivante que nous sommes à l’édifice qui est l’Église, le corps de Christ.

L’évangélisation selon le modèle biblique
Les occultistes opèrent au grand jour, satan ne se cache plus. La sorcellerie fait rage partout dans le monde. La moralité est attaquée, l’homme s’exalte lui-même. Dieu est moqué à la télévision, à la radio. Le nom de Jésus irrite. Pourquoi tout cela ? Parce que nous, les chrétiens, avons perdu de vue la véritable évangélisation. Nous avons laissé l’ennemi occuper le terrain et nos églises. Le monde chrétien est complètement endormi. Tiède au lieu d’être bouillant pour la Parole. Les traditions des églises et les excès de certaines qui recherchent les biens matériels de ce monde font que l’essentiel a été perdu de vue.
Notre mission.
Chers frères et sœurs en Christ, que le Seigneur nous touche et que nous ayons le désir de ranimer la flamme de notre premier amour. Nous allons voir quelques écritures qui nous ramènent au fondamentaux de l’évangélisation. Que quelques-uns se lèvent et mettent en pratique le modèle biblique. Amen.
Notre mission: Le Seigneur Jésus avait déjà donné lui-même un ordre de mission lors de son vivant. Une partie de cet ordre a été réalisée par les disciples, une autre devant être réalisée après son départ vers le Père. Amen. Regardons ces écritures. Luc 10 : 8 Dans quelque ville que vous entriez, et où l’on vous recevra, mangez ce qui vous sera présenté, 9 guérissez les malades qui s’y trouveront, et dites-leur : Le royaume de Dieu s’est approché de vous. Matthieu donne exactement les mêmes indications dans le chapitre 10, versets 1 à 11. Actes 1:8 Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre.
Si Jésus leur avait donné un pouvoir, ils n’avaient pas encore reçu la puissance qu’est le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit, c’est ce qui permet aux hommes de faire des œuvres plus grandes que celles que Jésus a accomplies sur cette terre. Amen. Mais, c’est surtout le côté témoignage qui nous intéresse. Dans ces écritures, la Bible nous enseigne clairement qu’il y a les Paroles et les actes. Prêchez le royaume et guérir les malades, chassez les démons et ressuscitez les morts ou vice et versa. L’un ne va pas sans l’autre, autrement, c’est un évangile à 50%.
Notre message : Actes 2 : 38 Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.
La première partie du message, c’est la repentance envers Dieu et ensuite le baptême au Nom de Jésus-Christ et enfin le baptême du Saint-Esprit. Nous devons prêcher la repentance. Les conversions sans repentance, sur la seule prière du salut ou pire encore, sur la base de faire une décision pour Christ, conduisent à des avortements spirituels et les personnes n’ont point de salut. Jean 3 : 18 Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. La Bible est claire, nous devons dire la vérité. Jésus ôte le péché du monde, mais Jésus ne peut pas venir dans un cœur qui n’est pas repenti et qui a renoncé à ses anciennes voies. Les péchés de cet homme-là ne sont point ôtés et il se dirige vers l’enfer en étant toujours captif de l’ennemi. Notre motif ne doit pas être de faire des membres d’église, mais de les amener à la repentance et au salut. L’église (bâtiment, dénomination) vient après.
Nos actes :
Les actes que nous devons accomplir sont simples : guérir les malades, chasser les démons, ressusciter les morts, délivrer les captifs, libérer les dépressifs, briser les malédictions. Il y a de grands besoins parmi les gens. Les gens souffrent. Apporter la Bonne Nouvelle du salut avec la guérison accomplissent l’écriture de Proverbes 25 : 25 Comme de l’eau fraîche pour une personne fatiguée, Ainsi est une bonne nouvelle venant d’une terre lointaine. Nous devons être cette eau fraîche pour tous ceux qui souffrent. Nous devons accomplir ces œuvres, non seulement parce que Jésus nous commande de le faire, mais parce qu’il a dit que nous en serions capables avec la puissance du Saint-Esprit. Jean 14 : 12 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père ;13 et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.
Tout ce qui est contenu dans Luc 10 : 19 et Marc 16 : 17 – 18 se passe sur le terrain, en dehors des murs. Et c’est tous les jours, pas uniquement le dimanche. Il y a également un secret pour réussir l’évangélisation pratique. Colossiens 4 : 3 Priez aussi tous ensemble pour nous, afin que Dieu nous ouvre la porte de la parole, pour annoncer le mystère de Christ, pour lequel aussi je suis prisonnier.4 Afin que je le manifeste selon qu’il faut que j’en parle. (Version Martin, plus explicite).
La Parole doit être prêchée et Dieu doit être manifesté. Paul parle ici des actes concrets que Dieu accompli au travers de lui. D’ailleurs, la Parole dit aussi que la création toute entière attend en languissant la manifestation des fils de Dieu. La manifestation, pas uniquement le verbiage.
Ceux qui acceptent :
Les incroyants qui acceptent l’évangile passent par la repentance, c’est-à-dire le renoncement à leurs mauvaises voies avec un changement de cap radical. Cela éloigne la colère de Dieu. Ensuite, c’est le baptême au Nom de Jésus pour la rémission des péchés. Enfin, il reçoit le baptême du Saint-Esprit qui l’introduit dans le Corps de Christ. L’édification du chrétien se réalise par les différents ministères pastoraux que le Seigneur a instaurés dans l’église et bien entendu par les dons et grâces que le Seigneur a répandus sur les frères et les sœurs pour le bénéfice du Corps de Christ. L’édification du nouveau converti n’est pas l’unique responsabilité du pasteur, mais bel et bien aussi des frères et sœurs en Christ.
Ceux qui refusent :
Beaucoup à qui l’évangile sera présenté refuseront de l’écouter. La Parole nous dit ce que nous devons faire de manière claire. Nous devons les avertir et leur montrer la conséquence de leur décision. Luc 10 : 11 Nous secouons contre vous la poussière même de votre ville qui s’est attachée à nos pieds ; sachez cependant que le royaume de Dieu s’est approché.12 Je vous dis qu’en ce jour Sodome sera traitée moins rigoureusement que cette ville-là.13 Malheur à toi, Chorazin ! Malheur à toi, Bethsaïda ! Car, si les miracles qui ont été faits au milieu de vous avaient été faits dans Tyr et dans Sidon, il y a longtemps qu’elles se seraient repenties, en prenant le sac et la cendre. Leur refus sera leur propre condamnation au jour du Jugement.
Notre responsabilité :
Aller vers les gens, car la moisson est grande. Rendre ministère par les guérisons, la chasse aux démons et ainsi de suite et prêcher la Bonne Nouvelle pour amener les gens à la repentance et dans le processus du salut. Prêcher la Parole, mais sans agressivité et sans argumenter et partir dans de vaines discussions.
La responsabilité de Dieu :
Convaincre de péché, par le Saint-Esprit, ceux à qui nous prêchons. Ce n’est pas notre responsabilité. Nous plantons une semence, mais c’est Dieu qui fait germer et croître. Actes 2:37 Après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous ? Vous voyez, c’est le Saint-Esprit qui convainc de péché, mais nous devons faire notre part et dire la vérité.
Alors, comment se fait-il que l’évangélisation moderne est à dix mille kilomètres du modèle biblique ? Abordons cela dans le message suivant « Empêchements à l’évangélisation et « Recette pour la réussir ».

Les empêchements à l’évangélisation biblique

Nous avons vu ce qu’était l’évangélisation au sens biblique. Alors, ici, en Europe, qu’est-ce qui nous empêche de pratiquer le modèle biblique de l’évangélisation ? Il y a des empêchements et ces empêchements proviennent de plusieurs niveaux : de l’église, de la tradition, de nous-même et bien entendu de l’ennemi ( satan ….). Bien avoir compris ce qui vient d’être dit dans « l’évangélisation selon le modèle biblique »
Cher frère et sœur en Christ, des milliers de prospectus sont édités pour l’évangélisation, des campagnes sont menées et pourtant, les fruits sont maigres, très maigres. Tout simplement parce que nous pratiquons une évangélisation charnelle, basée sur les techniques marketings et non selon l’esprit. A part cela, nous pouvons déterminer 5 grands empêchements à la vraie évangélisation.
1. L’esprit religieux qui retient captif les églises
Premièrement, l’esprit religieux conduit à faire les choses par la chair et donc, la chair ne peut pas produire de bons fruits. Secondement, ce sont des mauvais motifs qui conduisent l’évangélisation : attirer les personnes pour en faire des membres de l’église afin d’augmenter les recettes financières. Troisièmement, c’est un évangile dilué qui prônent un « Jésus t’aime » très limitant et conduisant les personnes à accepter Christ sans repentance, niant ainsi l’œuvre de la croix. Ce genre d’évangélisation produit des avortements spirituels. Cet esprit religieux est terrible et à ce dernier, l’esprit de la tradition humaine s’ajoute : des manières de procéder qui ne se retrouvent pas dans la Bible, aucunement. Notre première mission n’est-elle pas de faire des disciples de Christ en amenant les personnes à la repentance et au baptême au Nom de Jésus, selon Actes 2 : 38 ?
2. Notre moi, notre « âme », notre chair.
Tout d’abord, l’orgueil est un puissant sédatif pour l’évangélisation: que va-t-on penser de moi ? Cela va affecter mon image! On va me considérer comme un fou car l’évangile est une folie aux yeux du monde. Ensuite, le désir de plaire. Paul le dit très bien dans Galates 1.10 10 Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu ? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ.
Et nous pourrions encore ajouter la paresse ou les raisonnements du type : je suis déjà sauvé, et puis, j’ai déjà mes problèmes à résoudre. Ou encore, bon, il y a un bon programme à la télé, il y a la coupe du monde, il y a les jeux olympiques, il y a les concerts, il y le sport…. La Bible dit que nous devrions avoir le fardeau des autres. Or, le moi et la chair ne cherchent à satisfaire qu’une seule personne : soi-même!
3. Le manque de sanctification et de témoignage.
Beaucoup n’évangélisent pas parce qu’ils vivent encore dans le péché. Parce qu’eux-mêmes sont encore captifs alors que l’évangélisation amène la libération et finalement parce qu’ils n’ont simplement rien à témoigner dans leur propre vie. Ce genre de personnes, nous ne pouvons même pas l’appeler chrétien, vient à l’église, mais il n’est pas véritablement converti. L’évangélisation ne consiste pas à assommer les gens à coup de bible, mais à témoigner premièrement ce que Dieu a fait dans nos vies. (Plus en détail plus loin dans ce message)
4. Le manque de foi
Ceux qui considèrent, à cause de leur manque de foi, que le temps des miracles est passé et que Marc 16 : 17-18 et Luc 10 : 19 sont uniquement pour les pasteurs, les apôtres et les évangélistes, mais pas pour les brebis. Non, le temps des miracles et prodiges n’est point passé. Josué était comme vous et moi. Voici un témoignage d’un frère : pourtant il a stoppé la course du soleil sur Gabaon. Alors, je témoignerai aussi de ce que Dieu a fait lors de mon mariage. Au temps marqué, il pleuvait et ne cessait de pleuvoir. Lorsque je suis allé chercher ma future épouse à l’hôtel pour la conduire au lieu de la cérémonie, elle ne cessait de répéter : « Seigneur, je n’accepte pas que le diable me gâche la journée et que nous devions faire des photos sous la pluie. J’ai trop enduré ». Elle répétait cela à l’arrière de la voiture. Arrivé à l’hôtel à 14h00, il pleuvait. La photographe est arrivée et nous sommes partis vers le lac pour les photos. Il pleuvait. Lorsque j’ai garé la voiture, la voiture a cessé, les nuages se sont poussés et le ciel bleu est apparu avec un rayon. Il y avait le soleil qui se reflétait dans les flaques d’eau. Après les photos, le ciel s’est refermé et la pluie a recommencé.
Si vous avez peu de foi, criez à Jésus qui est l’auteur et le consommateur de votre foi et vous serez exaucés.
5. L’ennemi
L’ennemi n’a pas peur que les chrétiens se rassemblent dans leurs églises le dimanche car il sait que ce n’est qu’un feu de paille et qu’après le culte, beaucoup oublieront ce qui a été prêché et retourneront dans l’assoupissement. Par contre, dès que vous voulez vous lever pour arracher les âmes à la géhenne, il va se dresser contre vous. Il va susciter des empêchements pour sortir : des enfants qui tombent malade, une dispute avec madame ou monsieur, la voiture qui tombe en panne et ainsi de suite. C’est pourquoi, la clé de l’évangélisation, c’est la prière.
Voilà un bref aperçu de ce qui empêche l’évangile de Christ d’être prêché aux nations. Prenons tous les moyens à mettre en œuvre pour réaliser une évangélisation selon le modèle biblique.

Comment pratiquer une évangélisation au sens biblique

Dans le monde séculier il y a une expression qui dit ceci « Notre règlement, c’est la Bible de notre entreprise ». Même les incroyants reconnaissent implicitement que la Bible est le Livre des règlements. D’ailleurs, la Bible est la constitution du Royaume et les nations ont copié en établissant leurs propres constitutions. La Bible donne la marche à suivre pour entrer dans l’évangélisation au sens biblique. Chers frères et sœurs en Christ, l’évangélisation n’est pas une option pour le chrétien, c’est une obligation. Matthieu 10 : 32 C’est pourquoi, quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux ; 33 mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi devant mon Père qui est dans les cieux. L’évangélisation n’est-elle pas la confession de Christ aux incroyants ?
Nous avons vu dans ce qu’était l’évangélisation au sens biblique et quels étaient les empêchements à l’évangélisation.
Point no 1 : demandez à Dieu le fardeau pour les âmes
Sans fardeau pour les âmes, l’évangélisation est mécanique, religieuse. Nous devons avoir le fardeau pour les âmes. Ceci n’est pas naturel pour la plupart des gens. Aussi, il faut demander avec insistance au Seigneur le fardeau pour les âmes. Le Seigneur va vous le donner et alors, vous aurez une noble motivation pour aller évangéliser : qui veut en effet voir son prochain, même son ennemi, aller rôtir en enfer ?
Point no 2 : n’attendez pas sur votre église
Si vous attendez sur le programme de votre église, vous n’évangéliserez jamais. Il y a certainement de bonnes intentions, mais les dates proposées ne conviendront pas à tout le monde et puis, il faut du temps pour monter le programme, récolter les fonds et ainsi de suite. L’évangélisation commence déjà à votre niveau. Ne comptez pas sur les autres.
Point no 3 : demandez à Dieu d’ouvrir les portes
Considérez le verset suivant Colossiens 4:3 Priez en même temps pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole, en sorte que je puisse annoncer le mystère de Christ, pour lequel je suis dans les chaînes. La prière est la clé. Au niveau d’une assemblée, une campagne d’évangélisation doit commencer par des prières intenses pour libérer le terrain. C’est la même chose pour chacun de nous. Nous ne pouvons pas évangéliser selon notre chair. Il faut demander à l’Esprit de nous guider vers les personnes et qu’il ouvre les portes.
Point no 4 :
commencez à travailler dans votre environnement
Ceci ne veut pas dire monter sur des chaises et commencer à proclamer l’évangile. Non. Ce n’est pas cela. Mais plutôt, lorsque vous voyez un collègue qui est souffrant, une collègue qui a de grosses peines de cœurs ou quelqu’un qui n’est pas dans son état normal, allez vers lui et vers elle. Dites-lui que vous avez remarqué que quelque chose ne va pas et offrez-lui de prier pour elle. Tout simplement. Montrez-lui votre amour et que vous êtes sensible à sa situation. Et vous constaterez que huit personnes sur dix vont accepter la prière. Si vous avez du temps à disposition, dites-lui que vous êtes chrétienne et témoignez de ce que Dieu a fait dans votre propre vie, dans votre entourage ou dans votre église. Allez-y gentiment. Vous pouvez aussi l’inviter à une soirée d’enseignement dans votre église locale. Vous pouvez effectuer la même chose partout où vous passez, dans les centres commerciaux, les gares.
Voici le témoignage d’un frère : Lorsque j’ai commencé à demander à Dieu d’ouvrir les portes, il les ouvre vraiment et nous offre des opportunités. Les deux premières, je ne les ai point saisies et ensuite j’ai culpabilisé. Mais un jour, l’Esprit m’a conduit dans un centre commercial où il y avait un handicapé dans une chaise roulante et qui vendait des cartes postales pour se faire un peu d’argent. Je me suis dit, sitôt que j’ai fait ma course, je vais aller vers lui. Ce que j’ai fait. Je lui ai acheté ses cartes et lui ai demandé si je pouvais prier pour lui. Il a dit : « oui » et il était plutôt content. Nous sommes allés vers les machines à laver. Je lui ai demandé depuis combien de temps il était dans cette situation. Il m’a répondu : « depuis 38 ans, depuis ma naissance ». Bon, c’était un peu trop « gros » pour moi. Alors, je lui ai demandé s’il avait un besoin particulier. « Il m’a dit qu’il allait devoir se faire opérer de la glotte pour la troisième fois ». J’ai dit en moi : « Merci Seigneur ». Je lui ai dit « Je vais prier cela, mais quel est votre prénom ? » Il m’a dit « Abdel ». Vous voyez, c’était un musulman. Lorsque j’ai posé ma main sur sa gorge, j’ai senti des pulsations très rapides, c’était impressionnant. J’ai donc prié au Nom de Jésus ». Après cela, il m’a dit : « J’espère que cela va marcher ». Je lui ai répondu : « Lorsque le médecin vous annoncera qu’il n’y a plus d’opération, rappelez-vous de ma prière et pensez à Dieu ». Je l’ai ensuite quitté. C’était seulement la 2ème fois que je faisais quelque chose de semblable.
Si vous faites cela, les occasions vont se multiplier et chaque fois, cela sera différent. Une fois, vous irez en profondeur car la personne va vous demander de parler de votre foi. Une autre, vous allez voir qu’elle va lâcher ses béquilles et marcher sans problème et ainsi de suite. C’est comme cela que le Seigneur Jésus est glorifié. Il est en action, car il est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Point
no 5 : témoignez et dans les cas lourds, suscitez l’aide de votre pasteur
Comme il a été dit, nous devons témoigner de ce que Dieu a fait dans nos vies. C’est beaucoup plus porteur que de commencer par des versets bibliques. Les gens ont marre des versets bibliques. Ils veulent des solutions, ils veulent être débarrassés de leurs fardeaux. Vous allez voir aussi que l’Esprit va vous conduire vers des personnes qui passent par les mêmes embrouilles par lesquelles vous êtes passées. Et si Dieu a agi pour vous, il peut le faire pour la personne. C’est un langage qu’elle comprend. Maintenant, il y a des cas vraiment très lourds qui nécessitent des délivrances, un travail en profondeur. Dans ce cas, demander à la personne son numéro de téléphone et sa permission de le transmettre à votre pasteur. Le tout, dans la tranquillité et l’amour. Vous pouvez aussi lui proposer de venir à un enseignement en semaine à l’issu duquel nous pourrons prier pour elle. Ne vous offusquez pas si elle refuse, c’est son droit. Vous, vous avez fait votre travail et posé une semence. Le reste, c’est l’affaire du Seigneur.
Point no 6 : unissez-vous comme les disciples le faisaient
Jésus avait envoyé ses disciples deux à deux. Pourquoi ? Pour qu’ils puissent s’aider l’un l’autre. Trouvez un frère, une sœur avec laquelle vous êtes en accord pour l’évangélisation et sortez, allez dans les centres commerciaux, les gares, les rues populaires. Mais avant de sortir, jeûnez, priez pour la direction et laissez-vous conduire. Un est plus fort pour approcher les gens, qu’il les approche. L’autre est plus fort dans la prière, qu’il prie lorsque l’autre va à la rencontre des gens et le soutienne lorsqu’il prie pour la personne. Changez aussi de rôles, cela favorisera votre croissance.
Point no 7 : rendez témoignage à votre église locale__
Le témoignage est important. Témoignez dans votre église. Non seulement vous glorifierez Dieu, mais vous encouragerez aussi les autres membres de votre assemblée.
Point no 8 : Persévérez, persévérez
Le diable va se lever contre vous. Si vous avez des échecs, ce n’est pas grave. Ce qui compte, c’est que vous fassiez votre part. Le Seigneur nous teste, il faut comprendre cela. Il est dit quelque part dans la Bible qu’il ne faut pas mépriser les petits commencements. Pourquoi cela ? Parce que tous ce que nous faisons commence « petit ». En aucun cas le Seigneur va déverser sur nous toute sa puissance si nous ne sommes pas capables de bien la gérer. Rappelez-vous les disciples : ils chassaient les démons, guérissaient les malades et dans le même temps, ils étaient capables de dire au Seigneur « Veux-tu que nous fassions descendre le feu du ciel sur ceux qui nous suivent ». Vous voyez, le Seigneur nous fera gravir les échelons, mais selon son rythme. L’évangélisation est comme un apprentissage obligatoire lorsque nous débutons.
Voilà quelques principes qui peuvent vous aider. A vous de les mettre en pratique, rajouter vos propres expériences et de transmettre le flambeau plus loin. J’en suis à ce stade-là, le seigneur me guide, me test, les attaques à la maison sont là, il faut tenir Que le Seigneur vous bénisse tous et vous accorde Sa grâce.
Les intérêts de Christ
Les intérêts de Christ sont les intérêts d’autrui. Ce sont les services rendus à autrui. Les intérêts de Christ, c’est renoncer à soi-même pour le laisser vivre. C’est la crucifixion du moi « je, je, je, moi, moi, moi, ma, ma, ma, mon, mon, mon, mamon ». Les intérêts de Christ, c’est la manifestation concrète de l’amour parmi les frères et sœurs et envers ceux du dehors.
Chers frères et sœurs, la Bible déclare ceci : Philippiens 2 : 21 tous, en effet, cherchent leurs propres intérêts, et non ceux de Jésus-Christ. C’est une parole dure. Mais pourquoi Paul le dit-il ? Parce que le contraire des intérêts de Christ, ce sont les intérêts des hommes et les intérêts de la chair : la position sociale, la recherche des biens matériels, exaltation du « moi », de l’homme. C’est rechercher ses propres intérêts, ses propres plaisirs, répondre à la convoitise de sa chaire. Si Paul l’a écrit, c’est qu’il avait constaté cela dans les églises. Si cela était vrai il y a plus de 2’000 ans, pour quelle raisons cela serait-il différent aujourd’hui ?
Mais, voyons au travers de la Parole. Ceci concerne non seulement les pasteurs, mais aussi les brebis. Commençons par les ministres de Dieu, car tout ce qui se dit ministre de Dieu ne marche pas forcément selon le canon des écritures. Ezéchiel 34 : 1 Fils de l’homme, prophétise contre les pasteurs d’Israël ! Prophétise, et dis-leur, aux pasteurs : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Malheur aux pasteurs d’Israël, qui se paissaient eux-mêmes ! Les pasteurs ne devaient-ils pas paître le troupeau ?3 Vous avez mangé la graisse, vous vous êtes vêtus avec la laine, vous avez tué ce qui était gras, vous n’avez point fait paître les brebis.4 Vous n’avez pas fortifié celles qui étaient faibles, guéri celle qui était malade, pansé celle qui était blessée ; vous n’avez pas ramené celle qui s’égarait, cherché celle qui était perdue ; mais vous les avez dominées avec violence et avec dureté.
Voilà qui est dur, mais qui démontre que cette chose-là est une chose ancienne qui se perpétue.
Mais, il est trop facile de jeter la pierre aux pasteurs sans s’examiner soi-même. Toujours dans Ezéchiel le Seigneur reprend les brebis. Lisons dans Ezéchiel 34 : 17 Et vous, mes brebis, ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, je jugerai entre brebis et brebis, entre béliers et boucs.18 Est-ce trop peu pour vous de paître dans le bon pâturage, pour que vous fouliez de vos pieds le reste de votre pâturage ? de boire une eau limpide, pour que vous troubliez le reste avec vos pieds ?19 Et mes brebis doivent paître ce que vos pieds ont foulé, et boire ce que vos pieds ont troublé !20 C’est pourquoi ainsi leur parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, je jugerai entre la brebis grasse et la brebis maigre.21 Parce que vous avez heurté avec le côté et avec l’épaule, et frappé de vos cornes toutes les brebis faibles, jusqu’à ce que vous les ayez chassées. Amen.
Le Seigneur reprend les pasteurs et les brebis à cause de leur manque d’amour. Ceux que Dieu reprend ne marchent pas dans l’amour. Pour nous, cette réprimande est valable pour tous ceux qui refusent d’obéir au commandement de Jésus, la loi royale selon Jacques 2:8 Si vous accomplissez la loi royale, selon l’Ecriture : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien.
Voyons maintenant, de manière plus précise les actes que le Seigneur nous demande de poser. Ce ne sont d’ailleurs rien d’autre que les actes que Jésus lui-même a posés.
1. Donner sa vie pour ses amis
Trois versets chocs pour nous stimuler. Jean 15 : 13 Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Parole de Jésus. Ensuite, Philippiens 2 : 4 Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. A quoi nous ajouterons 1 Corinthiens 10 : 24 Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que chacun cherche celui d’autrui. Jésus s’était adressé à ses disciples, Paul, aux églises de Philippes et de Corinthe, preuve en est de l’importance de la loi royale d’aimer son prochain comme soi-même. Ce n’est pas une recommandation, c’est un ordre. Un non-choix pour le chrétien.
2. Agir concrètement envers les frères et les sœurs
Un discours qui comprend tout. Matthieu 25 : 35 Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli ;36 j’étais nu, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi.37 Les justes lui répondront: Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger ; ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire ? L’évangile c’est à la fois des paroles et des actes. C’est comme la foi sans les œuvres, elle est stérile. Ces versets concernent l’amour à manifester envers les saints. Observez la réponse de Jésus à la question des justes. Matthieu 25 : 40 Et le roi leur répondra: Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites. Or, Christ est le premier d’entre les frères. Je dis cela car il faut d’abord s’occuper de nos frères et sœurs en Christ et ensuite de ceux du monde. Ceci pour éviter la dispersion dans nos actions. Beaucoup sont prompts à ouvrir leur portemonnaie quand il s’agit de catastrophes à l’étranger, mais ferment leurs cœurs aux besoins du Corps de Christ. Qu’il n’en soit plus ainsi.
3. Accepter de mourir à soi-même
Voici un autre verset choc. Un verset qui nous teste. Matthieu 16 : 24 Alors Jésus dit à ses disciples: Si quelqu’un veut venir après moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il se charge de sa croix, et qu’il me suive. Le jeune homme riche a échoué exactement à cet endroit-là. Il n’a pas passé le test. Que Dieu nous vienne en aide. Peut-être direz-vous que c’est impossible. A la manière charnelle, oui. Certainement. A la manière spirituelle non, car Dieu est le juste rémunérateur de ceux qui le cherchent. Il est Jéhovah Jirhé, n’oublions jamais cela et qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Cela, c’est la Bible. Lorsque vous donnez de votre argent, de votre personne, de votre temps, votre compte à la banque du ciel s’épaissit et le moment venu, Dieu vous le rendra.
Demandons à Dieu qu’il se révèle à nous et nous montre comment nous pouvons servir concrètement les intérêts de Christ. Chacun dans son appel, dans son environnement professionnel. Dieu connaît les cœurs et si nous avons le désir sincère de changer, il va nous aider.
Soyez tous bénis au Nom de notre Seigneur Jésus-Christ amen !

pour ceci ouvrons la bible à 1pierre 4 :12-19
Bien-aimés, ne soyez pas surpris, comme d’une chose étrange qui vous arrive, de la fournaise qui est au milieu de vous pour vous éprouver. Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l’allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous. Que nul de vous, en effet, ne souffre comme meurtrier, ou voleur, ou malfaiteur, ou comme s’ingérant dans les affaires d’autrui. Mais si quelqu’un souffre comme chrétien, qu’il n’en ait point honte, et que plutôt il glorifie Dieu à cause de ce nom. Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de Dieu? Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l’impie et le pécheur? Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien.

C’est incroyable que dans ce passage on parle de gens qui souffre dans le seigneur , qui ont un chemin difficile, qui passe par un chemin difficile, et que la bible demande aux gens là , ici de ce réjouir dans un moment difficile. La bible ne nous demande pas à dieu de nous éloigner de nous les moments difficiles mais la parole nous demande de nous réjouir dans un moment difficile et ce qui est incroyable c’est qu’il dit ici ,vous voyez le verset 14 : Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu, repose sur vous.
On voit bien là que le chemin est difficile , c’est un chemin qui amène dieu dans notre vie. On dirait que quand on a pas un chemin difficile , finalement serait le contraire , si on a un chemin facile on dirait que dieu n’est pas avec nous d’après ce verset , si quelqu’un nous insulte ,l’esprit se repose sur nous donc si les gens ne nous critique pas qu’est ça veut dire? que l’esprit ne repose pas sur nous . Insistons sur ceci car l’église de jésus à besoin de connaître aujourd’hui ce besoin d’être confronté dans sa manière de vivre.
L’évangile à besoin de redevenir à ce qu’elle doit être au milieu de l’église , dans le cœur des gens, parce qu’ aujourd’hui quand quelqu’un entend l’évangile qu’il entend : passe moi par un chemin difficile ! catalogue pour lui comme ayant pas dieu avec lui , or nous voyons là , dans la parole de dieu qu’un chemin difficile , un manquement, un besoin, c’est là que dieu est avec nous et maintenant ce message va parler comme un avertissement aux serviteurs de dieu principalement parce que nous trouvons dans l’église aujourd’hui des bonnes choses mais il y a aussi des mauvaises choses. il y a deux choses dans l’église aujourd’hui ; des bonnes choses et des mauvaises choses. il y a des choses que dieu veux confronter dans son église.

si dans notre nation aujourd’hui nous parlons de la crise , des gens qui perdent leur travail , qui ne peuvent plus acheter, de faillite, entreprises qui fermes par centaines voir plus, mais jamais dans le monde chrétien , nous ne voyons jamais de politicien qui cherche des solutions pour surmonter la crise , de trouver des solutions , de chercher pourquoi tous ceci .
Aujourd’hui les chrétiens quittent les églises, les gens abandonnent les uns , les autres, jettent l’un , jettent l’autre, peu prenne des nouvelles d’autre frère et sœur , dans la situation qu’il sont après leur conversion et surtout personne ne se remet en question. Ou est cette évangile que l’on à reçu dans notre vie qui permet aux saints de l’église de jésus de faire les choses pour l’honneur de dieu ? est ce que ces choses doivent perdurer dans l’église? ou est ce que l’on veut voir l’église avancer, voir les chrétiens changer, se mettre en place, est ce que dieu ne doit pas confronter ces choses?
est ce que l’on ne doit pas accueillir un évangile qui vient nous aider en confrontant ces choses au milieu de nous qui ne sont pas de lui? est ce que ce ne serait pas le plan de dieu aujourd’hui?
Sa fait de années que l’on parle de guérison, ou est elle ? il est parler ici de guérison qui dur, pas de guérison émotionnel ou l’on retombe malade quelque jours après mais de guérison divine qui est la puissance de dieu au milieu du son peuple. Ou sont les cœurs qui changent, les hommes qui pardonne, qui ne critique pas, voyons bien dans sa parole que c’est bien le temps que dieu va visiter l’église et bien avant de juger le monde, il le dit bien au verset 17: Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de Dieu?
Donc ce jugement ne peut pas commencer dans le monde, aujourd’hui on juge le monde est bien d’autre chose mais l’apôtre dit que le jugement de dieu commence par le peuple de dieu. pourquoi?
parce que le monde a besoin d’un modèle plutôt que des personnes qui vienne dire que dieu est ceci, cela, ils ne sont que des donneurs de leçon.

L’église donne des leçons aujourd’hui aux mondes! mais, l’église ne doit pas donner de leçon au monde mais elle doit être un modèle qui eclaire, c’est pourquoi aujourd’hui le seigneur veut confronter certaines choses dans l’église. est ce que nous trouvons normal que quelqu’un s’attache à vous et demain il vous balance. Est ce que ceci , pour citer qu’un exemple, est normal ?.
Beaucoup rentre dans des églises , groupe de maison …… et trois mois plus tard quittent ce lieu. est ce normal? que des pasteurs se rencontrent un jour et peut de temps après ils se séparent et se déchire , nous en connaissons tous de ces exemples dans le milieu évangélique …. est ce que cela est normal ? si on trouve cela normal, est c’est bien triste, il manque quelque chose dans nos compréhensions chrétienne. Il y a une lumière qui manque , qui n’existe pas, est ce normal qu’un pasteur ne pardonne pas un frère ou une sœur ou autre, qu’un frère ou sœur ne pardonnent pas dans l’église? qu’un pasteur prenne trois ans pour expliquer à quelqu’un qu’il faut pardonner une personne , et que ce chrétien ne comprenne pas à la seconde près qu’il a besoin de pardonner . ( moi ça a durer un temps jusqu’a ce que je rencontre un couple chrétien qui m’a rappelle cette pratique , on oubli vite l’enseignement surtout quand on est un chrétien(ne) isolé.)

C’est pourquoi aujourd’hui l’église vit dans des choses superficiel et dieu veut toucher ces points là! beaucoup n’aimeront pas ce message mais il n’y a pas 36 solutions aujourd’hui, dieu doit confronter toutes ces personnes qui aujourd’hui cours après le ministère quand leur vie ne change pas ou n’est pas sur une route pour le changer. Il n’y a pas de problème d’avoir des soucis dans sa vie, d’avoir des manquements et des faiblesses mais notre problème c’est que nous ne cherchons pas à changer dans nos vies et nous courons à chercher le ministère. Là ou est notre problème aujourd’hui , il y a des choses que dieu veut régler dans nos vies. Apres quoi on court ? qu’elle sont nos priorités?
il y a aujourd’hui des gens qui cherchent l’évangile pour avoir un bon mari, une femme, de l’argent, une situation professionnel, ….. car la prédication qu’il reçoivent leur promet cela et dieu veut confronter cette superficialité ( qui dure, se transforme en routine et perds ses sensations) il est prêt aujourd’hui comme moïse, comme au temps de moïse, à sortir moise du peuple de dieu et à laisser le peuple livrer à lui même pour former à part un moïse qui allait venir apporter la parole de dieu.

Ce n’est pas parce que nous avons des églises avec des milliers de personnes que ça veut dire que nous sommes dans le peuple de dieu. Nous sommes en train de vivre ce que dieu nous dit de voir, c’est pas parce que nous vivons un miracle, une euphorie de chanson un matin qu’on dit que dieu est avec nous, ce n’est pas parce que tout est beau que notre vie est merveilleuse:  » ha! je suis fier, j’ai tout donner à dieu, dieu me donne » la vie chrétienne ne se résume pas qu’à donner et recevoir! ça en fait partie bien avidement, mais la vie chrétienne c’est : je grandi!. comment je peux donner ma dîme, mais! il y a toujours un mais vous allez dire, je ne grandi pas dans mon cœur, je ne change pas dans mon cœur et dieu veut confronter ça ! voyez , beaucoup bénisse bien une personne, un frère… donne ceci, cela, mais avec leur mari ou leur femme , leur enfants, ils reste pareil, il ne change pas.( aujourd’hui c’est ma famille qui est en premier afin de les amener au seigneur et c’est un grand ministère . ma femme vient de se convertir et se baptiser , amen !) il faut mettre dieu ou il doit paraître. On doit aussi donner notre cœur pour que dieu nous change. Croyons qu’après avoir pris connaissance de ce message que dans les semaines , mois, année qui vont venir devant nous vont appartenir à ceux qui veulent êtres des modèles pour dieu, à ceux qui porteront un vrai message dans les cœurs. Ce seront ceux qui seront heureux quand il souffre, qui seront de vrais message. C’est pas ceux qui brandisse la bible du haut d’une estrade pour dire fait ceci ou ne fait pas ceci , cela .
C’est le temps où ça doit commencer dans notre vie frère et sœur. quand nous aimons, que nous donnons notre vie et que l’on vienne nous la saper, il faut alors une œuvre de dieu dans notre cœur afin de garder notre cœur pur et droit et dieu veut confronter ce qui à besoin de mourir en nous, dieu veut confronter l’église de la manière comme elle vie , ce qu’elle prêche, après ce qu’elle cour et ceux qui cherche leur propre intérêt, ce n’est pas qu’il n’on pas leur place, c’est qu’il n’auront pas envie de venir , c’est tous d’indifférence et quand on ne cherche pas son intérêt , on cherche son frère, sa sœur, pour bien comprendre ce qui vient d’être dit lisons 2 corin 5 :

1 Nous savons, en effet, que, si cette tente où nous habitons sur la terre est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l’ouvrage de Dieu, une demeure éternelle qui n’a pas été faite de main d’homme. 2 Aussi nous gémissons dans cette tente, désirant revêtir notre domicile céleste, 3 si du moins nous sommes trouvés vêtus et non pas nus. 4 Car tandis que nous sommes dans cette tente, nous gémissons, accablés, parce que nous voulons, non pas nous dépouiller, mais nous revêtir, afin que ce qui est mortel soit englouti par la vie. 5 Et celui qui nous a formés pour cela, c’est Dieu, qui nous a donné les arrhes de l’Esprit. 6 Nous sommes donc toujours pleins de confiance, et nous savons qu’en demeurant dans ce corps nous demeurons loin du Seigneur, 7 car nous marchons par la foi et non par la vue, 8 nous sommes pleins de confiance, et nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur. 9 C’est pour cela aussi que nous nous efforçons de lui être agréables, soit que nous demeurions dans ce corps, soit que nous le quittions. 10 Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu’il aura fait, étant dans son corps. (Au service de la réconciliation)
11 Connaissant donc la crainte du Seigneur, nous cherchons à convaincre les hommes; Dieu nous connaît, et j’espère que dans vos consciences vous nous connaissez aussi. 12 Nous ne nous recommandons pas de nouveau nous-mêmes auprès de vous; mais nous vous donnons occasion de vous glorifier à notre sujet, afin que vous puissiez répondre à ceux qui tirent gloire de ce qui est dans les apparences et non dans le cœur. 13 En effet, si je suis hors de sens, c’est pour Dieu; si je suis de bon sens, c’est pour vous. 14 Car l’amour de Christ nous presse, parce que nous estimons que, si un seul est mort pour tous, tous donc sont morts; 15 et qu’il est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. 16 Ainsi, dès maintenant, nous ne connaissons personne selon la chair; et si nous avons connu Christ selon la chair, maintenant nous ne le connaissons plus de cette manière. 17 Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. 18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. 19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation. 20 Nous faisons donc les fonctions d’ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu! 21 Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

verset 15 : pourquoi jésus est mort? il est mort pour ceux qui vivent et qui ne vivent plus pour eux-mêmes. amen! quand nous avons un évangile qui aujourd’hui nous emmène à chercher notre propre intérêt , nous ne vivons pas pour le seigneur, c’est terrible de voir des chrétiens dans des églises , parce que dieu ne change pas ceci, ceux-là quitte l’église , pourquoi? l’évangile qu’ils entendent ne les emmène pas vivre par dieu mais les emmène à vivre pour eux même et dieu à besoin de confronter cette évangile aujourd’hui. si les églises veulent avancer, voir dieu agir au milieu d’eux, la croix de jésus à besoin de revenir au milieu d’eux, le vrai message de l’évangile à besoin de revenir dans les cœurs avec les chrétiens, arrêtons de vivre pour ça ! si on veux vivre à nous même , il y a des assistance sociales, la Ddass, la sécurité sociale, tout ça existe dans le monde pour les gens mais! à l’église c’est pour vivre pour dieu . Le faite de penser à dieu nous fait oublier que nous avons des douleurs, de la fatigue, si on se fait du mal, tous! pour pouvoir être là parce que notre but, c’est de servir dieu, si notre but est seulement de gagner des âmes, prier pour les malades, et que si dieu ne nous donne pas ça , on arrête? sa veut dire quoi? qu’est ce que nous recherchons ? nous recherchons notre « moi » .
Ne nous identifions pas dans la croix avec jésus parce que jésus n’est pas venu chercher celui-là: jésus est venu sauver ceux qui sont perdu et qui on donner leur vie pour mourir quand ils étaient encore pêcheur. La bible nous dit qu’il nous à déjà sauvé. Dieu veut toucher les choses dans nos vies et il n’y a qu’un seul évangile, c’est l’évangile de la croix prêcher par les apôtres qui remettra des points en questions dans nos vies sinon tous sera pour notre gloire et nous ne grandirons pas. Mais jusqu’à quand le peuple de dieu va t’il courir vers des citernes crevassées? qui ne retienne pas l’eau! à courir à un évangile qui ne change pas nos vies. Jusqu’à quand l’église va t’elle être une citerne crevassée? ou tous passe par les fuites, l’eau? Les chrétiens dans les églises ne peuvent pas retenir les nouveaux chrétiens qui partent, il y a toujours le même nombre mais ce ne sont que des nouveaux qui font tenir ce chiffre. Pourquoi on ne pose jamais des questions , on ne se remet jamais en question? on dit que c’est toujours de la faute du chrétien qui part qui n’est pas bon , qui ne va pas, alors que les responsables ont besoin de mettre le genoux à terre et dire: « seigneur! c’est moi qui ne vais pas, c’est moi qui ne suit pas un modèle, qui n’est pas un encouragement! »

Dieu doit confronter ceux là aujourd’hui dans les églises même les plus grands prédicateurs dans leur vie., sachez qu’il n’y a pas de grand ou petit prédicateur mais seulement des hommes de dieu qui apporte le message de dieu avec leurs faiblesses dans lesquelles dieu touche, bouscule et fait ressentir que le peuple de dieu aussi ressent qu’il passe par des chemins difficiles. Lui aussi a besoin de pardonner et n’est pas meilleur, c’est un modèle qu’il doit êtres. Un prédicateur est un modèle, un chrétien aussi, l’église aussi et l’église doit être un modèle devant le monde pour nos enfants  » mon peuple a abandonner la croix » le message de la croix a été abandonné , on trouve fatiguant d’entendre le message de la croix car ils veulent autre chose que dieu, si ils veulent le ministère, chasser les démons, etc… c’est pas ce message qu’il faut prendre. Allons nous continuer a vouloir seulement vivre pour nous même, gagner des âmes, guérir des malades, prophétiser, montrer que l’on a de l’onction, rassembler des gens? mais ou sont ils ces gens ? arrêtons de dire que nous avons un ministère pour gagner des âmes, mais?! ou sont les âmes que l’on a soit disant gagné , posons nous les questions ! comment ils grandissent après? dieu veut confronter cela .

Les évangélisations à tours de bras, les chrétiens qui viennent pour l’évangélisation et que l’on ne voit plus après, pourquoi? posons nous les bonnes questions! on ne veux pax croire que jésus veut confronter cela dans l’église avant de venir la chercher ? il est bien le chef , la tête de cette église? non? ce message va changer des frères et sœurs , j’en suis sur dans une réel conviction .

la simplicité du message de jésus c’est quoi? c’est de nous identifier à sa mort. on sent bien que nous donnons notre vie mais quand on nous bafoue ou autre , il faut que je retourne à la croix, c’est dur! mais soyons heureux de repartir à la croix! amen!
Sachez que le st esprit par un message travail dans nos vies comme ça, à nous faire fermer notre bouche là ou on ne doit mettre le feu avec notre bouche et être un exemple. L’évangile nous bouleverse et nous humilions à la croix de jésus. Si nous croyons toujours avoir raison , nous avons déjà quitter le chemin. Ne cherchons pas a savoir qui a tors lors de dispute mais être le premier a faire le premier pas à la réconciliation ou pardon . Voyez maintenant ceci : qui est dans l’erreur, nous ou jésus? vous répondrez sans problème que c’est nous, et qui est venu nous sauvez? vous répondrez : jésus ! il est bien venu ……
La réalité de l’évangile c’est que quand une personne à tord devant nous c’est de s’humilier, c’est ça l’évangile et celui qui s’humilie sera relevé. C’est une réalité de l’évangile et dieu doit confronter cela!.

Est-ce que nous croyons que l’église de jésus est une institution pour apprendre à ne pas mentir? est ce que nous avons besoin de l’église pour savoir qu’il ne faut pas mentir? non! mais! déjà dans le monde sans connaître dieu save qu’il ne faut pas mentir. Avons nous besoin de l’église pour savoir que c’est pas bien mais aussi d’apprendre et entendre qu’il n’est pas bon de faire du mal à son prochain ? mais déjà dans le monde il le Save aussi , dans la religion aussi il enseigne ceci

Mais pourquoi il faut enseigner les gens par ses doctrines comme par exemple donner la dîme ? mais l’église n’est pas là pour gagner de l’argent!…… vous comprenez? je pourrais en sité d’autre mais vous les reconnaîtrai bien dans les églises de votre local.

lisons maintenant 1pierre 4 : 17-19 : Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il commence, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Évangile de Dieu? 18 Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l’impie et le pécheur? 19 Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien.

Si c’est par le peuple de dieu qu’il début, quel sera la fin de ceux qui refuse d’obéir à la bonne nouvelle de dieu. Aujourd’hui le monde entend un message qui dit: si tu ne vient pas à l’église, si tu ne donne pas ta vie a jésus, tu n’est pas sauvé! » c’est ça que le monde a comme message? bon ceci n’est qu’une partie de la vérité mais le monde doit entendre que la bonne nouvelle commence par : si vous ne voulez plus vivre comme vous vivez…..
Avec jésus dans son église , avec la bonne nouvelle on peut pardonner , avec des soucis on peut continuer à vivre, avec la crise on peut continuer à être bien , notre pays à besoin d’un message qui emmène l’homme à vivre pour dieu et celui qui passe par des difficultés financière , il a besoin de vivre pour dieu parce que c’est le seul moyen pour lui de continuer.
( j’ai perdu mon entreprise , je suis en grande difficulté financière , mais aujourd’hui avec dieu , jésus , j’ai encore un toit et mon frigo est remplis pour le besoins de ma famille même si je croule sous les dettes et menaces bancaires, je reste dans la foi…..)

Aujourd’hui si je compte sur les hommes , je peux vous dire qu’il y a des déceptions mais il y a cette évangile qui m’emmène à êtres heureux comme je suis .
Soyez convaincu que ça marche même avec des enfants difficile, dans un couple difficile, une voiture cassé, n’importe quoi comme situation. La bonne nouvelle c’est quoi? c’est : vient !tu peux continuer à vivre et êtres heureux! c’est l’évangile que l’on doit annoncer aux nations.

Aujourd’hui on dit: viens à l’église, dieu va te bénir, te donner une femme , un mari, ceci, cela…. » mais combien de chrétiens attendent ces promesses ? non!
plutôt dire : « mais viens pour être changé, pour ne plus être le même et dieu doit confronter ces messages aujourd’hui qui nous appel à autre chose que de changer, de grandir et de nous identifier à jésus.
lisons maintenant esaie 65 v 1: 1 J’ai exaucé ceux qui ne demandaient rien, Je me suis laissé trouver par ceux qui ne me cherchaient pas; J’ai dit: Me voici, me voici! A une nation qui ne s’appelait pas de mon nom.
Quel grâce d’entendre l’évangile aujourd’hui car il n’y a pas beaucoup qui l’entende mais beaucoup la fuit. Il y a des gens qui veulent aimer dieu pour dieu.

( » je me suis , un certains temps, laisser rechercher dieu par des hommes ou autre qui eux ne cherchait pas celui qui dit ( dieu) je suis là ! « )

Incroyable pour ceux qui veule vivre pour dieu , je suis là! et on est là avec nos souffrances et il dit je suis là! il nous manque quelques chose, ne nous inquiétons pas , il dit: posez juste vos fardeau là! ne courez pas après ces choses…… nous allons voir dieu agir , il y a des portes qui vont s’ouvrir devant nous. Croyons le fortement que ce message sera lu par beaucoup de chrétien(nes) en France ( et ailleurs) tous vont se reconnaître et se rassembler , guider par le st esprit, mais il y a ce peuple de la France qui doit faire attention car dieu à averti, qu’ils entendent ce ou ces messages , qu’ils ne reste pas dans leur orgueil ou ignorance , même s’ils ne veulent pas entendre ou s’humilier à la croix et bien je vous dis que c’est par ces enfants que dieu va se révéler , c’est très clair dieu a dit dans esaie 65 v 2: J’ai tendu mes mains tous les jours vers un peuple rebelle, Qui marche dans une voie mauvaise, Au gré de ses pensées; ….
Dieu ne nous appel pas à êtres de gros bâtiment mais a allez chercher tous ces chrétiens partout dans la planète avec notre vie, notre cœur, a les aimer, a les gagner, et a payer le prix qu’il faut pour cela. C’est ça l’évangile, et elle ne peut que ce voir par la grâce de dieu et il nous y conduit .

lisons 1 cor a partir du v 6:
Et maintenant, frères, de quelle utilité vous serais-je, si je venais à vous parlant en langues, et si je ne vous parlais pas par révélation, ou par connaissance, ou par prophétie, ou par doctrine? 7 Si les objets inanimés qui rendent un son, comme une flûte ou une harpe, ne rendent pas des sons distincts, comment reconnaîtra-t-on ce qui est joué sur la flûte ou sur la harpe? 8 Et si la trompette rend un son confus, qui se préparera au combat? 9 De même vous, si par la langue vous ne donnez pas une parole distincte, comment saura-t-on ce que vous dites? Car vous parlerez en l’air.

Si l’évangile n’est pas claire , comment on va servir le seigneur , si l’évangile est mélanger, comment on va servir le seigneur si on croit que l’évangile c’est trouver les démons simplement a droite ou a gauche. si l’évangile c’est : je fait ce que je veux avec ma vie, je décide ce que je veux, ça c’est un évangile qui ne sonne pas claire et comment le peuple de dieu pourra t’il suivre dieu? si l’évangile est touffu, mélanger, il y a des prédicateurs qui passe des journées dans la bible mais le son qu’il donne le dimanche matin sonne la confusion. quand les chrétiens les écoute, ils ne savent plus ou se tourner , ils ne comprennent pas, il se demande qu’est ce qu’il prêche, raconte , pourquoi? parce que la trompette produit un son incertain, la trompette veut dire quoi ? , une alarme , un avertissement.

lisons ezechiel à partir du verset 4 :
Il me dit: Fils de l’homme, va vers la maison d’Israël, et dis-leur mes paroles! 5 Car ce n’est point vers un peuple ayant un langage obscur, une langue inintelligible, que tu es envoyé; c’est à la maison d’Israël. 6 Ce n’est point vers de nombreux peuples ayant un langage obscur, une langue inintelligible, dont tu ne comprends pas les discours. Si je t’envoyais vers eux, ils t’écouteraient.

c’est un peu plus claire , on dirait bien que le seigneur dit : je t’enverrai vers des gens qui ne comprenne ni A ni B , ils t’écouterons mais la bible dit au verset 7 que la maison d’israel ( ou autre, c’est moi qui le rajoute ) ne veux pas t’écouter…. la nation a besoin d’écouter mais elle ne veux pas t’écouter c’est la aussi la confrontation que dieu veux.

Pour conclure ; il y aura peut êtres des critiques sur ce message, peut êtres un peu cru, mais je dis aux personnes qui critique de descendre d’un cran et juste s’humilier et dire alors : » mais qu’est ce que je doit faire » et bien c’est ça qui est dur! c’est pas ce message qui est dur, ce message donne mais certains ne veulent pas plier le genou pour changer car toute l’église a le front dur aujourd’hui et le cœur endurcie comme des obstinés. Ne changeons pas l’évangile pour faire plaisir à certains.

Vous tous qui avez été blessé par des pasteurs ou autre et avez quittez l’église , vous êtes des exilés, il y a une porte ouverte, ce ou ces messages sont la pour vous avec le message de l’évangile qui ne peut pas être diluer, la croix de jésus doit revenir au milieu du peuple de dieu et dans nos vie de chrétien et de vivre pour les autres, vivre pour dieu: j’ai dieu ensuite mon prochain et moi en dernier . amen!
que le seigneur vous accompagne avec le saint esprit tout au long de ces lectures de messages , d’entre aide, d’intercession , d’exhortation .
la page accueil place les articles dans l’ordre de leur apparition mais n’est certainement pas dans un ordre que certains frères ou sœurs ont besoin et c’est là que je vous invite à aller directement dans le tableau à droite dans catégorie et de choisir le thème que vous rechercher ou convient .
Vous pouvez laisser un commentaire , si vous le voulez sur chaque  messages lus , il y a une ligne à la fin de l’article intitulée : laisser un commentaire. ou me contacter par mail pour des messages trop long merci

Alors que la majeure partie de la chrétienté s’éloigne de plus en plus de son modèle apostolique originel, par le jeu d’entraînantes et subtiles forces de l’iniquité et de l’apostasie qui bientôt atteindront leur plein paroxysme avec l’apparition de l’Antichrist, seul un RETOUR aux normes de Dieu consignées dans les Saintes Écritures pourra garantir la venue d’une Nouvelle Réforme et d’une Restauration de l’Église.
L’apostasie de notre époque est premièrement caractérisée par un charismatisme socio-psychique où prédominent les effets et illusions de l’âme et de la chair non sanctifiée, et qui se traduit par la recherche d’expériences sensitives et émotionnelles et des manifestations spectaculaires de “puissance”, de “l’onction” et de la “gloire de Dieu” dissociées de Christ et de Christ crucifié. Elle est la force motrice qui ne cesse de pousser l’Église vers un état de triomphalisme laodicéen fondé sur le subjectivisme mouvant d’un illuminisme résurgent. Cet illuminisme, issu d’esprits étrangers, distord et tord la vérité des Saintes Écritures au profit de sous-interprétations intronisant le ressenti et les besoins humains ainsi que de “nouvelles révélations du Saint-Esprit”, au lieu de la gloire et des exigences de Dieu. Deuxièmement, la philosophie post-chrétienne, quant à elle, a subtilement et progressivement amené l’Église à un état d’érosion du message évangélique de la croix sous l’influence d’une pensée œcuménique et foncièrement humaniste marquée par le relativisme doctrinal, l’érudition ou l’intellectualisme morts, et l’affaiblissement des normes morales et des valeurs éternelles du Royaume de Dieu. Ce dernier s’est désagrégé dans des préoccupations temporelles à travers une théologie nonchalante de l’évangélisation par l’acculturation. C’est dire combien l’Église a aujourd’hui été noyée dans le conformisme au monde, avec son cadre mental et son message socio-politico-culturel humaniste. Cette dérive est générée par le duo des forces politico-religieuses représenté par Jézabel et Achab qui prépare la venue de l’antimessie au sein d’une chrétienté dominée par un assoupissement général et l’esprit babylonien de prostitution et de compromission spirituelles.

Nous savons que Dieu veut nous pardonner nos péchés , si nous les Lui confessons sincèrement, nous reconnaissons que Jésus-Christ est mort pour expier nos péchés, que son sang a été versé pour nous purifier de tout péché. Mais le plan de Dieu ne s’arrête pas là! Il veut, non seulement pardonner nos péchés, mais faire de nous de nouvelles créations en Christ. Jésus appelle cela une « nouvelle naissance ». Au début de notre conversion, notre âme est encore complètement encombrée de tout ce que notre nature passée de pécheurs avait accumulé, dans notre mémoire, notre culture, nos habitudes, nos préjugés, nos conceptions, nos opinions, etc… Tout cela est loin d’être pur! Tout cela doit être purifié, et remplacé par les pensées, les désirs, les volontés et les sentiments purs et saints qui proviennent de notre esprit régénéré, et qui cherchent à « descendre » au niveau de notre âme. C’est pour cela que le Seigneur nous a accordé Son Saint-Esprit et Sa Parole, la Bible, pour nous aider à faire le tri, au niveau de notre âme, entre tout ce qui est bon et mauvais, entre tout ce qui est contraire à la nature et à la volonté de Dieu, et tout ce que Dieu approuve. Ceux qui demeurent dans la tranquillité et le repos, dans le calme et la confiance, sont justement ceux qui se confient en l’ éternel, notamment quand la tempête fait rage dans leur vie. Ils continuent à espérer en l’Eternel! Ils savent que le Seigneur leur donnera du pain dans l’angoisse, et de l’eau dans la détresse! Ils ne seront pas abandonnés dans leur angoisse et dans leur détresse, mais ils seront guidés sûrement dans le chemin du Seigneur! L’agitation vient donc de la chair, et celle-ci ne doit pas nous contrôler, comme elle contrôle les méchants! Apprenons à prendre du recul devant la tempête, et ne cédons pas à la panique et à l’agitation de la chair! En Christ, Dieu nous en a rendus capables! “Paix, paix à celui qui est loin et à celui qui est près! dit l’Eternel. Je les guérirai. Mais les méchants sont comme la mer agitée, qui ne peut se calmer, et dont les eaux soulèvent la vase et le limon. Il n’y a point de paix pour les méchants, dit mon Dieu” (Esaïe 57: 19-21).

je ne prétends en aucun cas être l’auteur de tous ces messages , seul le seigneur nous donne les moyens de pouvoir le faire à travers son enseignements de la parole . je les ai repris et aussi ajouter des liens pour qu’ils se raccorde entre eux . Ces messages forment un concentré de tous ce que les membres de l’église du christ apportent pour le perfectionnement des saints ,   membre de l’église , de la plus petite à la plus grande cellule , chacun apporte sa lumière inspiré du saint esprit , aussi pour ceux qui ne font pas encore parti de l’église , ce site servira de tremplin , comme outil pour faire prendre conscience du temps ( l’époque) que nous vivons . le but est d’amener le plus d’âmes au seigneur , le site du frère henry viaud murat est recommandé pour le perfectionnements des saints ainsi que le site du frere richard et de son epouse ruth pour le ministére de la prepartion de l’épouse glorieuse et bien d’autre que le st esprit vous révélera.
Riche , pauvre, noir , blanc , etc , tous pouvez appartenir à l’église de christ , rien ne viendra diviser ce que le seigneur jésus est venu faire il y a 2000 ans en se rapprochant de sa parole , avançons selon sa volonté et pas celles des hommes à travers ses religions ou traditions païennes et bien d’autres.

Ce monde aujourd’hui a besoin de voir , de comprendre , il faut montrer et expliquer , que la seule issue est le seigneur , les cœurs sont bien fermés à la parole de christ , plus d’écoute , d’attention , la vie moderne étouffe la parole , entre le fouillis des religions et sectes , il  n’y a plus de repère et tous se méfie, s’éloigne, ne se donne plus la peine de tendre l’oreille, méfions nous des pièges de Satan …dès qu’il est parlé de la marche par l’esprit , ils refusent , n’en veulent pas, trop dur a comprendre….)

Ce site interpellera et donnera des réponses car des questions ont s’en posent tous ….. mettre à disposition ces messages , qui donneront des réponses et bien plus, permettra de réduire les recherches qui peuvent décourager certains.. ce site affichera tous ce que les membres de l’église apportent et donnent , il pourra être déposé témoignages , recherches, messages , chaque cellules de la plus petite à la plus grande à sa place dans le corps de christ , en tous cas tous ceci sera anonyme car , ce que l’on donne vient du seigneur , en aucun cas cela nous appartient , seul son enseignement compte et la provenance est guidé par le st esprit , donc les auteurs ne seront pas nommés ou trés peu suivant leur ministère  , car aucune gloire personnel sur ce que le seigneur nous enseigne est à retenir comme sa propriété , c’est le seigneur qui se manifeste en nous et sans lui nous ne pourrions pas le faire , donnons aux autres ce que le seigneur nous donne, d’ailleurs sans lui je ne pourrais pas faire avancer ce site …..

Pour les catégories d’enseignements bibliques1 à 9 du site source de vie , je les remets sur ce site qui sont placés dans plusieurs catégories suivant leur thèmes : vous les reconnaitrer avec le titre enseignement de la parole  xx  , afin de faciliter la recherche personnel de ceux qui veulent avancer par la marche par l’esprit et pas par la marche de la chair , vous pourrez les copier et les avoir en document chez vous , plus ils seront lus et plus la vérité, la lumière, sera donnée. que le seigneur vous bénissent tous ……

Pour les frères et sœurs plus murs dans l’enseignement peuvent intervenir s’il y a quelques choses qui n’est pas à sa place ou correcte , en tous cas je fais confiance au seigneur pour guider cette démarche.

Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint-Esprit! » (Romains 15: 13).

           sachez aussi qu’on ne doit pas chercher à pénétrer le “mystère” , mais qu’il faut soumettre ses sens à la Foi.

Gardons-nous du désir curieux et inutile de sonder ce profond “mystère”, si nous ne voulons pas nous plonger dans un abîme de doutes. Celui qui scrute la majesté sera accablé par la gloire. Dieu peut faire plus que l’homme ne peut comprendre On ne défend pas une humble et pieuse recherche de la vérité, pourvu qu’on soit toujours prêt à se laisser instruire et qu’on s’attache fidèlement à la sainte parole de dieu. Heureuse la simplicité qui laisse le sentier des questions difficiles, pour marcher dans la voie droite et sûre des commandements de Dieu. Plusieurs ont perdu la piété en voulant approfondir ce qui est impénétrable. Ce qu’on demande de nous, c’est la foi et une vie pure, et non une intelligence qui pénètre la profondeur des mystères de Dieu. Si nous ne comprenons pas ce qui est au-dessous de nous, comment comprendrons-nous ce qui est au-dessus? Soumettons-nous humblement à Dieu, captivons notre raison sous le joug de la foi, et nous recevrons la lumière de la science selon qu’il nous sera utile ou nécessaire. Plusieurs sont violemment tentés sur la foi à ce Sacrement; mais il faut l’imputer moins à eux qu’à l’ennemi. Ne nous troublons point, ne disputons point avec nos pensées, ne répondons point aux doutes que le démon nous suggère; mais croyons à la parole de Dieu, croyons à ses saints et à ses prophètes, et l’esprit de malice s’enfuira loin de nous. Il est souvent très utile à un serviteur de Dieu d’être éprouvé ainsi. Car le démon ne tente point les infidèles et les pécheurs, qui sont à lui déjà; mais il attaque et tourmente de diverses manières les âmes pieuses et fidèles. Allons donc avec une foi simple et inébranlable, et recevons le Sacrement avec un humble respect, nous reposant sur la toute-puissance de Dieu de ce que nous ne pourrons comprendre. Dieu ne trompe point; mais celui qui se croit trop lui-même est souvent trompé. Dieu s’approche des simples, il se révèle aux humbles, il donne l’intelligence aux petits et il cache sa grâce aux curieux et aux superbes. La raison de l’homme est faible et il se trompe aisément; mais la vraie foi ne peut être trompée. La raison et toutes les recherches naturelles doivent suivre la foi et non la précéder ni la combattre. Car la foi et l’amour s’élèvent par-dessus tout, et opèrent d’une manière inconnue dans le très saint et très auguste Sacrement. Dieu, éternel, immense, infiniment puissant, fait dans le ciel et sur la terre des choses grandes, incompréhensibles, et nul ne saurait pénétrer ses merveilles. Si les œuvres de Dieu étaient telles que la raison de l’homme pût aisément les comprendre, elles cesseraient d’être merveilleuses et ne pourraient être appelées ineffables.

chretiens-chretiennes : il faut le savoir et comprendre que nous sommes une nouvelle création. Nous sommes positionnés dans les lieux célestes, au-dessus de satan et du monde. Nous bénéficions de toutes sortes de bénédictions dans notre banque céleste; à nous de les saisir en faisant des proclamations. Nous sommes les ambassadeurs de Christ sur la terre. Notre ministère est un ministère de réconciliation. Réconcilier les hommes et Dieu en leur prêchant la bonne nouvelle de Christ. Sa force peut agir avec puissance en nous si nous demeurons en Christ en mettant en pratique sa parole.

En temps que cellule de ce corps ( eglise de christ) je mets ce blog à la disposition des membres de l’église de christ et son but est de rassembler toutes ces cellules et membres du corps de christ afin que son eglise toute entiére ( membres et cellules ensemblent) redonnent tous ce que le saint esprit à donner aux freres et soeurs qui marche avec christ . vous comprendrez alors que  » l’église de jesus  » parle aux hommes et femmes de la terre à travers ses membres qui comme le corps , chaques cellules, membres ont une fonction et font vivre ce corps et n’oublions pas que c’est jésus la tête , le chef et pas ces eglises de religions ou sectes et les traditions des hommes .

Quelle est donc ce modèle biblique de l’Eglise?.

La Bible nous décrit clairement ce qu’est l’Eglise, comment elle est organisée, et comment elle doit fonctionner. Pourtant, la réalité est souvent bien éloignée de ce modèle biblique!
L’Eglise n’est ni une organisation, ni un ensemble de dénominations, mais c’est un organisme vivant, qui est littéralement le « Corps de Christ, » composé de tous ceux qui sont passés par une nouvelle naissance en Jésus-Christ.
« Que le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, vous donne un esprit de sagesse et de révélation, dans sa connaissance,et qu’il illumine les yeux de votre coeur, pour que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu’il réserve aux saints, et quelle est envers nous qui croyons l’infinie grandeur de sa puissance, se manifestant avec efficacité par la vertu de sa force. Il l’a déployée en Christ, en le ressuscitant des morts, et en le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute domination, de toute autorité, de toute puissance, de toute dignité, et de tout nom qui se peut nommer, non seulement dans le siècle présent, mais encore dans le siècle à venir. Il a tout mis sous ses pieds, et il l’a donné pour chef suprême à l’Eglise, qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous » (Ephésiens 1: 17-23)
« Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. Car jamais personne n’a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Eglise, parce que nous sommes membres de son corps, étant de sa chair et de ses os (Ephésiens 5: 22-30).

Ce mystère est grand, ajoute l’apôtre, parlant de Christ et de l’Eglise. Mais nous devons accepter ce mystère par la foi, même si nous ne le comprenons pas intellectuellement. Chaque Chrétien né de nouveau est littéralement un membre du Corps même de Christ, étant même de Sa chair et de Ses os!
Cette union du Chrétien avec Christ est tellement parfaite que Paul nous révèle par ailleurs ceci:
« Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d’une prostituée? Loin de là! Ne savez-vous pas que celui qui s’attache à la prostituée est un seul corps avec elle? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. Mais celui qui s’attache au Seigneur est avec lui un seul esprit » (1 Cor. 6: 15-17).

Non seulement nos corps sont des membres de Christ, mais nous sommes un seul esprit avec Lui!
Nous sommes justice de Dieu en Christ! Nous sommes le temple du Dieu vivant!
« Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle? Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant » (2 Cor. 6: 14-18).
Oui, nous sommes les fidèles de Dieu, la lumière du monde, et c’est pour cette raison que l’Eglise n’a aucune part avec l’iniquité, les ténèbres, Bélial et les infidèles!
D’ailleurs, en grec, Eglise se dit « ekklesia, » ce qui signifie « appelé hors de. » Nous avons été appelés par Dieu à sortir du monde. Nous ne faisons plus partie du monde, ni du royaume de Satan. Dieu nous a transportés dans le Royaume du Fils de Son amour. Nous sommes un peuple saint pour le Seigneur.
« Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avez obtenu miséricorde. Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme. Ayez au milieu des païens une bonne conduite, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ils remarquent vos bonnes oeuvres, et glorifient Dieu, au jour où il les visitera » (1 Pierre 2: 9-12).
Hommes et femmes, au sein de l’Eglise, sont donc des sacrificateurs et des rois.
L’Eglise doit prouver au monde qui l’entoure que Dieu habite bien en elle et au milieu d’elle. Elle ne peut le faire que si elle est remplie de la Vie de Dieu et de Son Esprit Saint. Si l’Eglise n’était qu’une organisation religieuse parmi les autres, ses membres ne seraient différents en rien des autres hommes. Mais l’Eglise est un Corps Vivant de la Vie éternelle du Dieu Créateur! Elle n’est pas de ce monde! Elle est d’en haut! L’Eglise est composée d’hommes et de femmes qui sont de nouvelles créations en Christ. Leur esprit régénéré est « assis en Christ dans les lieux célestes, » à la droite même du Père. Quelle position privilégiée! Quelle grâce!
L’Eglise n’est pas de ce monde, mais elle est au milieu de ce monde, afin de servir de témoignage à la gloire de Dieu, et d’attirer à la lumière du Seigneur tous ceux qui sont de la lumière.
Jusqu’au dernier jour, jusqu’à ce que le Seigneur enlève Son Eglise de ce monde, l’Eglise sera répartie dans le monde entier, apparemment mêlée à l’ivraie qui pousse au milieu d’elle.
C’est ce que le Seigneur Jésus a expliqué à Ses disciples, dans la parabole de l’ivraie.

« Il leur proposa une autre parabole, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ. Mais, pendant que les gens dormaient, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla. Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi. Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire: Seigneur, n’as-tu pas semé une bonne semence dans ton champ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie? Il leur répondit: C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent: Veux-tu que nous allions l’arracher? Non, dit-il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé. Laissez croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et, à l’époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs: Arrachez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier » (Matthieu 13: 24-30).

Le Seigneur leur donne ensuite l’explication de cette parabole.

« Ses disciples s’approchèrent de lui, et dirent: Explique-nous la parabole de l’ivraie du champ. Il répondit: Celui qui sème la bonne semence, c’est le Fils de l’homme; le champ, c’est le monde; la bonne semence, ce sont les fils du royaume; l’ivraie, ce sont les fils du malin; l’ennemi qui l’a semée, c’est le diable; la moisson, c’est la fin du monde; les moissonneurs, ce sont les anges. Or, comme on arrache l’ivraie et qu’on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité: et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende » (Matthieu 13: 36-43).

De même, dans les assemblées de l’Eglise visible, la bonne semence est souvent mélangée à l’ivraie. Les fils du Royaume sont alors mêlés aux fils du malin. Mais il ne faut pas qu’il en soit ainsi. Et, si nous nous efforçons de réunir et de faire fonctionner l’Eglise selon le modèle biblique, les fils du malin ne pourront plus y rester! S’ils y restent encore, c’est que, dans beaucoup d’assemblées chrétiennes, l’apostasie et les compromis ont remplacé la Vérité de la Parole de Dieu.
Si l’Eglise est composée d’hommes et de femmes dont l’esprit est passé par une nouvelle naissance, ils ne manifestent pas encore tous, dans leur vie pratique de tous les jours, la perfection qui est celle de leur esprit régénéré.
C’est pour cette raison que l’Eglise est appelée à se perfectionner et à se sanctifier, afin de pouvoir manifester de plus en plus la Vie de Christ qui l’anime.
C’est aussi pour cette raison que le Seigneur a confié à tous les conducteurs spirituels de Son peuple cette unique mission: perfectionner les saints, les conduire à une maturité spirituelle qui leur permettra de glorifier réellement Dieu sur cette terre, au milieu d’une génération perverse et corrompue par le péché.

Comment faire partie de l’Eglise?
On n’entre pas dans l’Eglise du Seigneur comme on se joint à une organisation humaine! Seul le Seigneur peut nous joindre à Son Eglise, si nous avons rempli les conditions qu’Il exige pour y entrer.
Pour faire partie de l’Eglise de Jésus-Christ, il faut passer par une nouvelle naissance. C’est Dieu qui nous fait passer par cette nouvelle naissance, à deux conditions: que nous nous reconnaissions pécheurs devant Lui, et que nous acceptions Son Fils comme notre Sauveur et Seigneur.
Nous devons croire que le sang précieux que Jésus a versé à la croix suffit pour nous purifier de toute iniquité, car Il a porté dans Son corps, sur le bois de la croix, nos péchés et nos iniquités.
« Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée; il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, et son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » (Esaïe 53: 2-5).

« Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces, lui qui n’a point commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé de fraude; lui qui, injurié, ne rendait point d’injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s’en remettait à celui qui juge justement; lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris » (1 Pierre 2: 22-24).

Sans repentance et foi en Jésus-Christ, point de nouvelle naissance! Et que faisait l’Eglise primitive dès que quelqu’un se convertissait à Christ? Elle le conduisait aussitôt au baptême d’eau par immersion, et au baptême du Saint-Esprit.
« Que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié. Après avoir entendu ce discours, ils eurent le coeur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres: Hommes frères, que ferons-nous? Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. Et, par plusieurs autres paroles, il les conjurait et les exhortait, disant: Sauvez-vous de cette génération perverse. Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ trois mille âmes » (Actes 2: 36-41).
Le baptême d’eau par immersion représente notre mort et notre résurrection en Christ. Quant au baptême de l’Esprit, qui consiste à être rempli du Saint-Esprit, il est accordé par le Seigneur à tous ceux qui le Lui demandent, et qui veulent Lui obéir (Luc 11: 13 et Actes 5: 32).
Tous les disciples étaient baptisés d’eau et d’Esprit dès les premiers jours de leur conversion. C’était d’ailleurs le signe qu’ils s’étaient réellement repentis.

Comment est organisée l’Eglise dans le Nouveau Testament?
Comme pour tout ce qui concerne les choses de Dieu, l’organisation de l’Eglise est très simple.
« Paul et Timothée, serviteurs de Jésus-Christ, à tous les saints en Jésus-Christ qui sont à Philippes, aux évêques et aux diacres: que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ! » (Philippiens 1: 1-2).
Tous les membres de l’Eglise sont des saints en Christ. Ils demeurent la plupart du temps dans une certaine localité, comme ici, dans la ville de Philippes. Ces saints sont dirigés par des évêques et des diacres.

Une seule église par localité.

Notez bien que, dans tout le Nouveau Testament, l’Eglise locale est toujours l’Eglise d’une certaine localité, ville ou village. Quelle que soit la taille de la localité, le Seigneur considère que tous les membres du Corps de Christ qui vivent dans cette localité forment ensemble l’Eglise unique de Jésus-Christ dans cette localité.
On ne voit nulle part, dans tout le Nouveau Testament, plusieurs églises chrétiennes dans une même localité. Tous les Chrétiens vivant dans cette localité ne forment qu’une seule église locale.
Ces Chrétiens ne se réunissaient pas dans des bâtiments réservés aux activités de l’église. Mais ils se réunissaient dans des maisons. Si l’église locale était petite, une seule maison suffisait. Mais si l’église était grande, comme à Antioche ou à Rome, elle était répartie en une multitude de maisons particulières.
Même si tous les Chrétiens d’une même localité étaient répartis dans différentes maisons, ils gardaient le sentiment d’appartenir à un seul peuple. Il n’existait aucune dénomination, aucune division doctrinale entre les groupes de maisons.
Il n’y avait aucune église formée selon des critères ethniques, raciaux, nationaux ou sociaux, aucune église formée selon des affinités personnelles, aucune formée selon des « confessions de foi » ou des principes doctrinaux. Mais tous les Chrétiens de la même localité ou du même voisinage se réunissaient ensemble dans des maisons.
De même que l’on ne choisit pas les membres de sa famille, on ne choisissait pas les Chrétiens avec lesquels on se réunissait, c’étaient des voisins, tous ceux qui étaient géographiquement proches.

Les anciens, évêques ou épiscopes.
Chaque église locale est placée sous l’autorité spirituelle collective d’un groupe d’anciens, ou évêques. Ce sont eux qui sont en charge de la vie spirituelle de l’église locale, tandis que les diacres et diaconesses sont en charge des aspects matériels et financiers. Ces anciens doivent être choisis et nommés selon certains critères très précis. Mais, au départ, ce sont des hommes qui ont été appelés par Dieu Lui-même à exercer un ministère spirituel au sein de Son Eglise. Nous verrons plus loin la distinction nécessaire qui doit être faite entre l’exercice d’un ministère spirituel, au sein d’un groupe ou d’une assemblée, et l’exercice de la fonction d’ancien d’une église locale.
Les évêques (en grec, la plupart du temps, « presbuteroi »), sont des anciens ayant la responsabilité de la direction spirituelle d’une église locale, des Chrétiens ayant atteint une certaine maturité spirituelle, qui les rend capables d’assurer ensemble la direction spirituelle du troupeau du Seigneur.
Ces anciens peuvent aussi être nommés par ailleurs « episcopoi, » c’est-à-dire « surveillants, » ou « hegeomai, » c’est-à-dire « conducteurs. »
Par ailleurs, ces ministères de direction spirituelle de l’Eglise locale sont toujours exercés par des hommes, comme on le voit, par exemple, dans le choix fait par le Seigneur de douze hommes comme Ses premiers apôtres, ou dans la liste des anciens de l’église d’Antioche, dans Actes 13.
Pourquoi ce choix des hommes comme conducteurs spirituels? Parce que c’est aux hommes que le Seigneur a confié l’autorité et la prééminence.
« Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef (la tête) de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ » (1 Cor. 11: 3).
Toutefois, dans l’Eglise, cette autorité ne doit jamais être une domination, mais doit s’exercer dans l’amour et le don de soi au service des autres.
« Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. Car jamais personne n’a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Eglise, parce que nous sommes membres de son corps » (Ephésiens 5: 22-30).
Un bon berger donne donc sa vie pour ses brebis. Il les nourrit et en prend soin. Il veille à les conduire fidèlement sur le chemin de leur perfectionnement, dans l’obéissance à la Parole de Dieu. Il se comporte en modèle du troupeau et non en tyran dominateur ou manipulateur.
« Voici les exhortations que j’adresse aux anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux, témoin des souffrances de Christ, et participant de la gloire qui doit être manifestée: Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau » (1 Pierre 5: 1-3).
Chaque église locale est donc dirigée par un groupe d’anciens. Il n’est jamais fait mention nulle part, dans tout le Nouveau Testament, d’un ancien ou « pasteur » unique dirigeant une église locale.
Par conséquent, s’il n’y a qu’une seule église par localité, en revanche, il y a toujours plusieurs anciens qui dirigent ensemble cette église locale.
« Ils firent nommer des anciens dans chaque Eglise, et, après avoir prié et jeûné, ils les recommandèrent au Seigneur, en qui ils avaient cru » (Actes 14: 23).
« Je t’ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville » (Tite 1: 5).
L’autorité des anciens d’une église locale doit donc s’exercer sur l’ensemble des Chrétiens de cette localité, que ceux-ci soient répartis dans de nombreux groupes, ou qu’ils constituent un seul groupe.
Par exemple, à Antioche, très grande ville de l’antiquité, les Chrétiens étaient très nombreux, sans doute plusieurs dizaines de milliers. Ils étaient tous répartis dans des maisons. Mais ils étaient dirigés par un groupe d’anciens qui ne comportaient que cinq hommes.
« Il y avait dans l’Eglise d’Antioche des prophètes et des docteurs: Barnabas, Siméon appelé Niger, Lucius de Cyrène, Manahen, qui avait été élevé avec Hérode le tétrarque, et Saul » (Actes 13: 1).
Ces cinq hommes étaient prophètes et docteurs. Ce n’est qu’après avoir été envoyés en mission par le Saint-Esprit que deux d’entre eux, Barnabas et Saul, sont devenus apôtres, c’est-à-dire « envoyés » ou « messagers. »

Une distinction nécessaire entre les ministères qui s’exercent dans un groupe, et les anciens de l’église de la localité.
Il est humainement impossible qu’un groupe de cinq hommes dirige dans le détail la vie spirituelle d’une grande église locale, comme celle d’Antioche. Ils devaient donc représenter l’autorité suprême, le recours de dernière instance. Mais chaque groupe de maison devait avoir un ou plusieurs ministères spirituels qui s’exerçaient en son sein. Ces ministères pouvaient être pasteurs, prophètes, enseignants ou évangélistes. Mais seuls certains d’entre eux étaient reconnus comme les « anciens » de l’église locale d’Antioche. Il est donc très important de faire une distinction claire entre les ministères spirituels qui s’exercent au niveau des différents groupes de maisons d’une même localité, d’une part, et les anciens de l’église locale, d’autre part.
En d’autres termes, tous les anciens exercent nécessairement un ministère, mais tous les ministères ne sont pas nécessairement reconnus comme anciens d’une église locale.
Quels sont les différents ministères spirituels donnés par Dieu à Son Eglise, pour le perfectionnement des saints? Il y en a cinq. Et c’est parmi ces cinq ministères que seront toujours choisis les hommes, et non les femmes, qui devront être les anciens d’une église locale.
« Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ » (Ephésiens 4: 11-13).

Une femme peut-elle exercer un ministère spirituel?

Même si les genres employés ici sont tous au masculin, Paul n’a jamais enseigné nulle part que les femmes n’étaient pas autorisées à exercer un ministère spirituel, par exemple à évangéliser, ou à prophétiser, ou encore à prendre soin des brebis du Seigneur, comme le fait un pasteur.
Paul a simplement ordonné que la femme ne prenne pas autorité sur l’homme.
« Je ne permets pas à la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autorité sur l’homme » (1 Tim. 2: 12). Ce sont les anciens de l’église locale qui exerçaient l’autorité spirituelle sur cette église. Il est donc clair qu’une femme ne peut pas être nommée à un ministère d’ancien dans une église locale, car ces ministères sont justement chargés d’exercer l’autorité spirituelle.
Mais il n’est pas interdit à une femme d’exercer un ministère spirituel au sein d’une assemblée de l’église locale. Elle peut très bien évangéliser, et conduire des âmes au Seigneur. Et si une femme peut évangéliser une personne, elle peut aussi en évangéliser mille! Certaines femmes ont eu des ministères d’évangélistes très puissants.
Une femme peut aussi avoir reçu un ministère pastoral, dans le sens qu’elle est qualifiée pour s’occuper des brebis, visiter celles qui sont malades, ramener celles qui s’égarent, etc…
Certaines femmes missionnaires ont eu de véritables ministères d’apôtres. D’autres ont exercé des ministères prophétiques puissants. D’autres ont reçu des révélations profondes sur la Parole de Dieu, et les ont partagées au Corps de Christ, soit par leurs écrits, soit de vive voix.
Sous cet aspect, on peut donc admettre qu’une femme Chrétienne, par exemple, peut très bien exercer n’importe quel ministère spirituel au sein d’une église locale, ou d’une assemblée de cette église locale, mais qu’une église locale ne devrait jamais choisir et établir une femme comme « ancien(ne), » cette fonction de direction spirituelle étant réservée à des hommes.
Tous les ministères spirituels, masculins ou féminins, qui s’exercent au sein des différentes groupes d’une église de localité, doivent donc être soumis à l’autorité des anciens reconnus par cette église locale.

Les critères pour être reconnu ancien.

Les anciens des églises locales étaient souvent nommés ou reconnus par un apôtre. Celui-ci avait donc le discernement spirituel nécessaire pour reconnaître les hommes qui avaient déjà reçu un ministère spirituel de la part du Seigneur, et qui, en outre, étaient qualifiés pour être nommés anciens.
L’apôtre Paul énumère de manière très précise les critères que doit remplir tout ancien d’une église locale. Et il est nécessaire que ces critères soient respectés dans leur intégralité.
« Cette parole est certaine: Si quelqu’un aspire à la charge d’évêque, il désire une oeuvre excellente. Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement. Il faut qu’il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté; car si quelqu’un ne sait pas diriger sa propre maison, comment prendra-t-il soin de l’Eglise de Dieu? Il ne faut pas qu’il soit un nouveau converti, de peur qu’enflé d’orgueil il ne tombe sous le jugement du diable. Il faut aussi qu’il reçoive un bon témoignage de ceux du dehors, afin de ne pas tomber dans l’opprobre et dans les pièges du diable » (1 Timothée 3: 1-7).
« Je t’ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville, s’il s’y trouve quelque homme irréprochable, mari d’une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient ni accusés de débauche ni rebelles. Car il faut que l’évêque soit irréprochable, comme économe de Dieu; qu’il ne soit ni arrogant, ni colère, ni adonné au vin, ni violent, ni porté à un gain déshonnête; mais qu’il soit hospitalier, ami des gens de bien, modéré, juste, saint, tempérant, attaché à la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs » (Tite 1: 5-9).
Notez bien que l’apôtre Paul réserve la fonction d’ancien d’une église locale à des hommes, et que ces hommes doivent respecter des critères très précis.
Il n’entre pas dans le cadre de cet article d’étudier en détail ces critères. Mais nous pouvons simplement remarquer que ces critères ne sont pas souvent appliqués aujourd’hui dans le choix des anciens, d’autant plus que les anciens, le plus souvent, ne sont pas les dirigeants de toute une église de localité, au sens où l’entend le Seigneur dans Sa Parole, mais sont simplement les responsables spirituels d’une assemblée d’une église locale, quand cette église locale comprend plusieurs assemblées distinctes.
On peut résumer ainsi les différents critères auxquels doit correspondre un ancien: il doit être un homme spirituel et non charnel! Il doit avoir compris le message de la croix, et savoir ce que signifie « marcher par l’esprit. »
Aucun homme, quel que soit le ministère spirituel qu’il peut exercer, ne devrait être nommé ancien d’une église locale, s’il ne satisfait pas l’ensemble des critères exigés par la Parole de Dieu. Il peut continuer à exercer un ministère spirituel au sein d’une église locale, mais il n’est pas qualifié pour être reconnu ancien, au niveau de cette localité.

Les diacres et diaconesses.

Ce sont des hommes et des femmes qui sont appelés par le Seigneur à exercer un ministère dans le domaine de l’assistance aux pauvres et aux nécessiteux, ainsi que dans le domaine de l’administration des biens financiers et matériels de l’église.
Notez que les premiers diacres (Actes 6: 1-6) étaient tous des hommes remplis du Saint-Esprit et de foi, alors que leur fonction était « simplement » de servir aux tables.
Cela signifie que tous ceux qui sont appelés à un ministère ou à un service quelconque dans l’Eglise, que ce soit sur le plan spirituel ou sur le plan matériel, doivent tous être remplis du Saint-Esprit et de foi. Sinon, ils ne pourront jamais exercer convenablement leur ministère!
C’est pour cela que les critères de choix des diacres et diaconesses sont pratiquement les mêmes que les critères pour le choix des anciens.
« Les diacres aussi doivent être honnêtes, éloignés de la duplicité, des excès du vin, d’un gain sordide, conservant le mystère de la foi dans une conscience pure. Qu’on les éprouve d’abord, et qu’ils exercent ensuite leur ministère, s’ils sont sans reproche. Les femmes, de même, doivent être honnêtes, non médisantes, sobres, fidèles en toutes choses. Les diacres doivent être maris d’une seule femme, et diriger bien leurs enfants et leurs propres maisons; car ceux qui remplissent convenablement leur ministère s’acquièrent un rang honorable, et une grande assurance dans la foi en Jésus-Christ » (1 Timothée 3: 8-13).

Les activités de l’église locale.
Elles se résument aux quatre points fondamentaux qui définissent la vie pratique de toute église locale:
« Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières » (Actes 2: 42).
Quoi de plus simple que la vie d’une église locale, quand elle correspond au modèle biblique?
L’enseignement des apôtres est celui du Nouveau Testament. C’est l’enseignement des apôtres qui doit représenter la nourriture principale de l’Eglise, notamment les épîtres, et tout particulièrement les épîtres de Paul. Car c’est à Paul que le Seigneur a confié la pleine révélation du message de la croix, et les secrets de la marche par l’esprit.
La communion fraternelle est, tout simplement, la fréquentation quotidienne des membres de l’église locale, dans un partage fraternel et familial des fardeaux, des soucis, des joies et des peines.
La fraction du pain était la commémoration de la mort du Seigneur, au cours d’un repas fraternel.
Les prières prenaient une place essentielle dans la vie de l’église, que ce soient les prières personnelles ou collectives, les prières par l’esprit (c’est-à-dire en langues) ou avec l’intelligence (c’est-à-dire dans notre langue maternelle) (1 Cor. 14: 14-19).
Les Chrétiens persévéraient dans toutes ces activités, destinées à les faire croître dans la maturité spirituelle.
Pourtant, dès le début, le malin était à l’oeuvre pour tenter de diviser cette Eglise de Christ, ou pour essayer de l’attirer dans l’apostasie et le mensonge. Mais les principaux conducteurs spirituels, c’est-à-dire les apôtres de Christ, et d’autres qui les ont suivis, comme l’apôtre Paul et ses collaborateurs, ont toujours veillé à conserver la pureté de la doctrine, et à exercer la discipline spirituelle nécessaire.
Aujourd’hui, hélas, il n’en est plus ainsi. Beaucoup de faux dirigeants se sont introduits dans l’Eglise, pour entraîner les brebis après eux, enseignant des choses pernicieuses, et opérant des dégâts considérables dans la vie de nombreux Chrétiens, trop crédules ou trop passifs pour leur résister.
C’est l’exhortation que Paul adresse aux anciens d’Éphèse:
« C’est pourquoi je vous déclare aujourd’hui que je suis pur du sang de vous tous, car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher. Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Eglise du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang. Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter avec larmes chacun de vous. Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l’héritage avec tous les sanctifiés » (Actes 20: 26-32).
Voici quelle devrait être l’attitude d’un véritable gardien du troupeau de Dieu. Il doit annoncer tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher. Il doit prendre garde d’abord à lui-même, puis à tout le troupeau que Dieu lui a confié.
Ce ne sont donc pas des hommes qui établissent ces bergers, mais Dieu Lui-même. Les hommes reconnaissent l’appel de Dieu, mais ce ne sont pas les hommes qui appellent à exercer ce ministère.
Paul nous prévient aussi que des loups ravisseurs s’introduiront au milieu des anciens. S’ils ont pu s’y introduire, c’est qu’ils cachaient bien leur jeu, et que les autres anciens n’ont pas eu le discernement nécessaire pour les reconnaître, parce que leur relation avec le Seigneur s’était dégradée.
Il s’élèvera même, du milieu d’anciens qui, jusque-là, étaient fidèles, des homme qui finiront par enseigner des choses pernicieuses, néfastes, ou mensongères, et qui entraîneront après eux de nombreux disciples.
Si Paul avait pu, jusqu’ici, éviter ces déviations et ces dangers, c’est qu’il n’avait cessé, nuit et jour, d’exhorter chacun des membres de ce troupeau dans la Vérité, même avec larmes. Et qu’il les recommandait sans cesse à Dieu et à la Parole de Sa grâce.
Combien nous manquons aujourd’hui d’hommes de cette trempe spirituelle! Mais ne mettons pas toute la responsabilité de la situation actuelle désastreuse que nous pouvons constater, sur le dos des seuls conducteurs! Chaque brebis du Seigneur est responsable de sa marche spirituelle devant Dieu. Chaque brebis devrait connaître elle-même la Parole de son Dieu. Chaque brebis devrait aussi écouter la voix du Saint-Esprit, qui réside en elle, et qui veut la conduire dans toute la Vérité, et lui donner tout le discernement nécessaire pour éviter tous les pièges du malin.

Que faire, dans la situation actuelle?

Aujourd’hui, quand nous regardons la situation de l’Eglise visible, nous constatons une très grande confusion. Dans son organisation et son fonctionnement, nous ne voyons que très peu de choses qui soient conformes au modèle biblique. Cela signifie simplement que l’on a peu à peu remplacé la Parole de Dieu par les traditions des hommes, annulant ainsi la puissance de cette Parole divine.
Beaucoup de brebis du Seigneur se rendent compte de cette dérive, et en souffrent profondément. Beaucoup se demandent aussi ce qu’elles peuvent faire face à cette situation, et ressentent un sentiment d’impuissance. Pourtant, le Seigneur a toutes les solutions! Voici quelques conseils pratiques que je peux vous suggérer de suivre, si le Seigneur nous le confirme dans notre cœur.

Développer une communion toujours plus étroite avec le Seigneur.

La première chose à faire, c’est de nous rapprocher toujours plus près du Seigneur, afin de pouvoir être guidés en toutes choses par Lui. C’est Lui qui est le seul Chef de Son Église, et Il veut la diriger Lui-même par Son Esprit et Sa Parole.
Le Seigneur Jésus est le seul capable de diriger Lui-même, personnellement, l’ensemble des membres de Son Église. Il vit en chacun des membres de Son Corps et les connait tous parfaitement. Il entend même les moindres soupirs de nos cœurs.
Nous ne devons donc jamais nous laisser diriger par des hommes, si ce qu’ils nous demandent contredit la voix du Seigneur dans notre cœur, ou la claire révélation de Sa Parole écrite.
Jamais nous ne devons accepter qu’un homme se place en intermédiaire entre Christ et nous. Les véritables conducteurs spirituels s’efforceront toujours, au contraire, d’aider les brebis du Seigneur à approfondir leur relation personnelle avec leur Maître. Tandis que les faux bergers s’efforceront de leur imposer leur domination, et de les rendre dépendantes d’eux et de leur ministère.
Méfiez-vous toujours de cet esprit de domination et de contrôle, qui n’a rien à voir avec l’Esprit du Seigneur!
Dans le Livre de l’Apocalypse, le Seigneur se montre très sévère envers les Nicolaïtes (Apoc. 2: 6 et 15). Le mot « Nicolaïte » est une combinaison de deux mots grecs qui signifient: « Celui qui domine sur le peuple. » Plus loin, le Seigneur dénonce aussi ceux qui sont « attachés à la doctrine de Balaam » (Apoc. 2: 14). Or nous savons que Balaam était un prophète que l’amour de l’argent et des honneurs ont perdu.
Aujourd’hui, les faux ministres de Christ se caractérisent toujours par l’esprit de domination, associé à celui de séduction, et par l’amour de l’argent et des honneurs. Soyons sur nos gardes!
Nous devons rester soumis à toute autorité établie parmi les hommes, mais il n’est pas question d’obéir aveuglément à tout ce que cette autorité nous demande. La soumission est une attitude de cœur, qui consiste à ne pas manifester de révolte, de contestation charnelle ou de rébellion. Une telle soumission doit être constante et totale. Tandis que notre obéissance ne doit être rendue parfaitement qu’au Seigneur et à Sa Parole.
Si une autorité sous laquelle nous nous sommes rangés, par exemple l’autorité d’un conducteur spirituel, nous demande d’obéir à quelque chose qui ne serait pas en accord avec la Parole de Dieu, notre devoir est alors de refuser fermement d’obéir, tout en restant soumis, c’est-à-dire paisibles, humbles et respectueux.
Non seulement nous devons refuser d’obéir, mais nous devons aussi dénoncer fermement ces mensonges que l’on tenterait de nous imposer.
Le Seigneur, en faisant de nous Ses fils et Ses filles en Jésus-Christ, nous a libérés de toute crainte des hommes et de tout joug qui n’est pas le Sien. C’est pour la liberté que nous avons été affranchis. Restons fermes dans l’exercice de cette précieuse liberté spirituelle, et ne nous laissons jamais remettre sous un joug quelconque. Toutefois, ne faisons jamais de cette liberté une occasion de marcher selon la chair!

Marcher selon l’esprit, et non selon la chair.

La seconde chose que nous devons faire, c’est donc de recevoir du Seigneur un enseignement clair sur la façon de marcher par l’esprit. Moins nous serons charnels, et plus il sera facile au Seigneur de nous diriger, au milieu de la confusion actuelle.
Nous devons absolument apprendre à identifier la chair chaque fois qu’elle se manifeste, ou qu’elle cherche à se manifester. Et nous devons apprendre à la crucifier concrètement, c’est-à-dire à la réduire à l’impuissance, ou à l’empêcher de se manifester.
Pour cela, nous devons connaître le message complet de la croix, celui qui touche à notre mort et à notre résurrection en Christ. Nous devons aussi connaître qui nous sommes réellement en Christ, dans notre nouvelle nature régénérée, et qu’elle est notre position spirituelle en Christ.
Nous devons chercher à être toujours plus remplis de l’Esprit. Tous les premiers Chrétiens étaient baptisés du Saint-Esprit dès les premiers jours de leur conversion. Mais ce n’était pas le fait d’être baptisés de l’Esprit qui faisait d’eux aussitôt des Chrétiens spirituels!
Les Corinthiens, par exemple, étaient tous baptisés de l’Esprit, parlaient en langues et exerçaient tous les dons spirituels. Mais ils étaient encore extrêmement charnels! Il leur fallait donc comprendre en profondeur le message de la croix, et apprendre à se dépouiller de tout ce que le vieil homme avait bâti en eux, et à se revêtir de l’homme nouveau qu’ils étaient en Christ. Il en est de même pour chacun de nous.
Notre désir ardent doit donc être avant tout de grandir en maturité spirituelle, et d’employer tous les moyens d’édification que le Seigneur met à notre disposition: enseignement des apôtres, communion fraternelle, partage du pain, et prières. Veillons toujours à ne jamais nous refroidir spirituellement! Sinon, nous serons une proie facile pour les loups ravisseurs et les hommes pervers!
Rien ni personne ne peut, et ne doit, nous empêcher de développer notre communion avec le Seigneur, ni de nous édifier spirituellement, même si notre environnement spirituel est mauvais, et même si nous ne disposons pas de conducteurs spirituels dignes de ce nom.
Si nous sommes ardemment désireux de développer notre connaissance de Christ, et de grandir spirituellement en Lui, le Seigneur sera le premier à Se révéler à nous, et manifestera Sa Vie en nous et au-travers de nous! Ainsi, nous resterons spirituellement éveillés, et nous serons partout une source de réveil spirituel!

Sachons à Qui et à quoi nous devons rester fidèles.

La troisième chose que nous devons faire, c’est de nous débarrasser définitivement, d’abord dans notre cœur, de tout attachement exclusif à une dénomination chrétienne. Nous pouvons appartenir à une assemblée qui est rattachée à l’une de ces dénominations, organisations ou fédérations, tant que le Seigneur nous en donnera la conviction. Mais nous devons toujours veiller à conserver toute notre liberté spirituelle. Notre fidélité est avant tout pour le Seigneur, pour Sa Parole, et pour Son Église, qui est Son Corps.
Tous les Chrétiens nés de nouveau sont donc nos frères, quelle que soit leur étiquette! Bannissons tout esprit de clocher, tout esprit exclusif, tout esprit sectaire. Nous devons pouvoir librement prier, étudier la Bible et avoir une communion fraternelle, avec tous les enfants de Dieu, notamment ceux qui vivent dans notre environnement proche, tout au moins ceux qui nous acceptent tels que nous sommes!
Il ne s’agit pas de « papillonner » d’une assemblée à l’autre. Nous devrions tous avoir, dans notre localité, si cela nous est possible, une assemblée permanente, ou un groupe auquel nous restons fidèles. Mais nous devons rester libres d’aller visiter, à l’occasion, toute autre assemblée vers laquelle le Seigneur pourrait nous conduire, selon Son plan souverain.
Nous devons aussi garder la liberté de quitter définitivement un groupe dans lequel nous ressentons que nous n’avons plus notre place, pour des raisons bibliques sérieuses, et parce que c’est le Seigneur qui nous le montre. D’où l’importance capitale de bien savoir reconnaître Sa voix, et d’agir dans l’esprit et non dans la chair!
Parmi ces « raisons bibliques sérieuses, » citons: le péché ouvertement admis dans l’église, l’introduction persistante de fausses doctrines, l’apostasie, la pratique des œuvres des Nicolaïtes (esprit de domination et de contrôle), ou l’attachement à la doctrine de Balaam (amour de l’argent et des honneurs).
Là encore, nous ne devons quitter une assemblée que lorsque nous avons dans notre cœur la claire conviction que le Seigneur nous le demande.
Ne nous laissons jamais manipuler, intimider ou culpabiliser, notamment par l’emploi abusif du fameux verset de Hébreux 10: 25: « N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns… » Le texte grec ne dit pas cela, mais il dit: « N’abandonnons pas le fait de nous rassembler…«
Ce qui est une simple exhortation à ne pas s’isoler de la communion fraternelle est ainsi devenu un moyen abusif de pression, parfois avec menaces, pour contraindre des brebis apeurées à ne pas quitter une assemblée où elles n’ont plus leur place.
Si nous nous efforçons de suivre ces trois conseils fondamentaux, nous constaterons que le Seigneur aura vraiment toute liberté pour nous conduire dans Ses voies. Il nous donnera toujours la solution concrète à tous nos problèmes, nous ne devons jamais en douter. Et, surtout, nous apprendrons à nos laisser guider toujours plus étroitement par le Saint-Esprit qui demeure en nous. N’oublions jamais que le Seigneur veut diriger Lui-même chacune de Ses brebis. Il les a rendues capables d’entendre toujours Sa voix.
Si une brebis de Dieu s’égare, c’est qu’elle a fait preuve d’imprudence, et n’a pas su rester à l’écoute de la petite voix du Saint-Esprit en elle. Cette voix sera toujours en accord parfait avec la Parole écrite de Dieu. Plus nous étudierons donc cette Parole, et plus nous saurons reconnaître la voix du Saint-Esprit en nous.

Un dernier conseil en conclusion.

Apprenons à être des hommes et des femmes de conviction, des Chrétiens capables de prendre des décisions fermes et de s’y tenir, tout en restant ouverts aux changements que le Seigneur voudrait nous faire reconnaître et accepter.
Ne faisons jamais rien sans en être convaincus! Mais, par ailleurs, ne restons pas passifs, dans l’attente d’une conviction qui ne vient jamais, parce que nous ne savons pas nous décider!
Rappelons ici que, si nous voulons, de tout notre cœur, faire la volonté de Dieu, Celui-ci ne manquera jamais de nous la révéler! Nous prendrons alors, sans tarder, les décisions qui nous semblent justes, dans la certitude que le Seigneur ne nous laissera pas nous égarer, si ces décisions ne sont pas conformes à Sa volonté parfaite.
En revanche, si nous ne sommes pas vraiment décidés à faire Sa volonté, le Seigneur le sait, et Il pourra nous laisser nous égarer. Nous en supporterons les conséquences négatives, jusqu’à ce que nous ayons compris que nous devons, une fois pour toutes, nous consacrer entièrement au Seigneur, pour faire Sa volonté parfaite.
Le seul moyen efficace de faire changer les autres, c’est de leur montrer l’exemple de ce que Dieu peut faire dans notre propre vie, dans la vie de quelqu’un qui Lui est fidèle, et qui veut marcher selon Sa volonté et Sa Parole.
Notre témoignage et notre parole auront alors du poids, et nous pourrons exercer une influence positive, pour faire progresser l’Eglise dans la bonne direction.
Notre seul modèle, c’est le Seigneur Jésus! Notre seule couverture spirituelle, c’est le sang qu’Il a versé pour nous! Notre seule référence, c’est la Parole de Dieu ! Notre seul guide, c’est le Saint-Esprit! Tous ceux qui sont réellement des brebis du Seigneur l’ont compris, et s’efforcent de le vivre!
Autant l’Eglise visible marche dans la confusion, le compromis et l’apostasie, autant la véritable Église du Seigneur, qui est Son Corps et Son Épouse, marche dans la sanctification, dans l’unité, dans l’amour de la Vérité, et dans la Présence de son Dieu. Elle sait que Son Seigneur revient bientôt, et se prépare à L’accueillir.Réjouissons-nous, le Seigneur revient bientôt prendre avec Lui cette Épouse sans ride, ni tache, ni rien de semblable!

comprenez bien Dieu, le Père, a envoyé sur la terre Jésus son fils. Savez-vous pour quelle raison ? Jésus est Dieu, le Fils. Dieu est un seul Dieu, mais qui se manifeste éternellement en trois personnes éternelles, le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Et les trois forment un seul Dieu. Même si vous ne comprenez pas exactement les relations entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit, cela ne fait rien, vous croyez. Vous croyez que Dieu est un, en trois personnes, Père, Fils, Saint-Esprit. Le Père nous aime, le Fils nous aime aussi, et le Saint-Esprit nous aime aussi, puisque c’est le même Dieu, et que Dieu est amour. Le Père a vu que nous étions perdus. Nous sommes tous nés dans le péché. Nous le savons, nous sommes
tous nés dans le péché. Nos parents étaient des pécheurs. Il n’y a que les premiers parents, Adam et Eve, qui, au départ, n’étaient pas pécheurs (quand ils ont été créés par Dieu), mais ils le sont devenus ensuite parce qu’ils ont désobéi. Puis ils ont fait des enfants et ces enfants ont fait des enfants jusqu’à nous maintenant. Et nous sommes tous nés dans le péché, donc nous avions besoin de sortir du péché. Le Seigneur veut nous faire sortir du péché : c’est le salut, et ensuite il veut faire sortir le péché de nous : c’est la sanctification. Il y a des gens qui reçoivent le salut, ils ont compris qu’ils étaient pécheurs, ils ont demandé pardon à Dieu, ils ont compris que Jésus était mort sur la Croix pour eux, pour les sauver. Mais ils n’ont pas compris encore que Jésus voulait les changer de fond en comble. C’est une chose que d’être sauvé, d’avoir nos péchés tous pardonnés et de recevoir la vie de Dieu. Mais
après, marcher sur la terre comme Jésus a marché, ça c’est une autre chose. Ce n’est pas pareil. Dieu veut prendre dans son royaume tous ces anciens pécheurs que nous étions. Quand nous sommes sauvés nous ne sommes plus des pécheurs, mais nous pouvons encore pécher si nous ne gardons pas les yeux sur Jésus, si nous ne gardons pas sa Parole dans le cœur. Ces anciens pécheurs condamnés qu’il a sauvés par son sang, il les prend, et il les place dans son royaume. A partir de là, par le Saint- Esprit qu’il nous a donné, il veut nous transformer complètement pour nous faire ressembler à Jésus. Alors quand tu te regardes dans la glace le matin ou le soir, est-ce que tu vois que tu
ressembles à Jésus ? Quand tu te regardes aujourd’hui, est-ce que tu vois que tu n’es plus le même aujourd’hui qu’il y a six mois ? Cette question se pose à ceux qui ont connu Jésus bien entendu ; là je parle à des gens qui connaissent Jésus, pas à ceux qui croient en Jésus simplement. Il y a beaucoup de gens qui croient que Jésus a existé, que Jésus existe, que Jésus est le sauveur du monde ; mais ce ne sont pas forcément des gens qui ont reçu Jésus dans leur cœur, qui l’ont accepté et qui ont dit : « Maintenant Seigneur, j’ai compris, ma vieille vie passée ne vaut rien, je veux vivre avec toi pour toujours et je veux que tu fasses en moi tout ce que tu veux faire. » C’est ce que Jésus veut faire dans la vie de ceux qui lui sont consacrés à cent pour cent. Savez-vous ce que veut dire consacrer ? Cela veut dire : donner entièrement. Normalement un mari qui aime sa femme est consacré au bien de sa femme, et inversement, une épouse qui aime son mari est consacrée au bien de son mari. Mais quand les deux sont chrétiens, chacun est, avant tout, consacré au Seigneur. Ils ont compris que quand on vient à Jésus on ne s’appartient plus, on appartient
au Seigneur. Ce qui caractérise les pécheurs que nous étions avant, c’est que nous ne vivions que pour nous-mêmes. C’est toujours ce qui caractérise les pécheurs, les gens qui sont dans ce monde. Même les meilleurs, même ceux qui ont l’air bons, gentils, aimables, en fait, parce qu’ils sont dans le péché, ils ne pensent de près ou de loin qu’à leurs propres intérêts, c’est Dieu qui le dit. C’est normal, on est né comme ça, dans le péché. C’est normal pour ceux qui sont dans le péché, mais pour Dieu ce n’est pas normal et il veut nous changer. La caractéristique de celui qui a accepté le salut, c’est qu’il ne vit plus que pour Dieu et pour ce que Dieu lui demande de faire. Nos intérêts personnels ont été sacrifiés sur la Croix parce qu’on sait que Dieu a des intérêts pour nous. Il nous connaît, il a un plan pour nous, des intérêts pour nous, intérêts qui sont bien plus grands que ceux qu’on pouvait avoir avant pour nous mêmes. Nous, nous avions notre plan pour notre vie. Interrogez une jeune fille ou un jeune homme aujourd’hui, au lycée par exemple, demandez-lui : « Qu’est-ce que tu veux faire de ta vie ? » S’il a une idée, il va peut être vous dire : « Moi je voudrais réussir ma vie, je voudrais avoir un bon diplôme, un travail, si possible pas de nuit, un bon travail, le mieux payé possible, et puis bien réussir, monter et puis avoir une femme que j’aime, de beaux enfants, fonder un bon foyer… » Cela fait partie des objectifs que beaucoup ont. Même s’ils ne le disent pas ouvertement, dans le cœur de la plupart des gens et des jeunes, c’est cela qu’ils cherchent. Ils cherchent à être heureux. Ils ne se rendent pas compte, si Dieu ne les éclaire pas, qu’ils sont nés dans le péché et qu’ils vont à la mort et à la destruction. Ils ont des idéaux qui ne vont jamais se réaliser. Les plus belles d’entre leurs idées ne vont jamais se réaliser parce que Dieu n’est pas au centre. Pourtant il y a ce désir d’être heureux. Interrogez les gens autour de vous, et demandez-leur : – Est-ce que tu veux être heureux ? Ils vous diront : – Oh oui, je veux être heureux. Moi je voudrais être en bonne santé, je voudrais avoir un bon salaire, une bonne femme, un bon mari, des enfants, un bon travail. Je veux réussir ma vie. – Et après, quand tu vas mourir ? – Eh bien, après, on verra, je veux d’abord réussir ma vie. voici un témoignage, cette homme je le siterai plus tard : Moi j’avais tout cela, avant de connaître Jésus. J’avais un bon travail, un excellent salaire, une bonne, gentille et belle femme, de beaux enfants, tout pour réussir, une famille qui m’avait aimé, une bonne éducation, tout, et puis ma fille est morte d’accident quand elle avait 5 ans et demi. A ce moment-là tout s’est écroulé. J’ai compris alors que la mort était là et m’attendait. C’était ma fille qui était morte, mais demain ce serait moi, ou après-demain, ou dans dix, vingt, trente ans et je ne savais pas ce qu’il y avait après. Après la mort ? Les uns me disaient : « Il n’y a rien ! » Les autres me disaient : « Il y a Dieu, le paradis, l’enfer ! » Mais moi je ne savais pas. En fait je n’avais pas de certitudes, j’avais quelques espoirs, mais pas de certitudes. Il a fallu qu’un collègue vienne me parler, droit dans les yeux, le jour de l’enterrement, en plein cimetière ; il ne m’a pas fait un long sermon, il m’a regardé dans les yeux et il m’a dit : « Henri, Dieu existe et Jésus-Christ est vivant ». Comme il le disait de tout son cœur, parce qu’il connaissait Dieu, quelque chose est passé. J’ai compris qu’il disait vrai et j’ai eu envie de connaître ce Dieu que je ne connaissais pas en fait. Et Dieu n’attendait que cela, parce que Dieu veut se révéler aux gens ; il ne veut pas rester en dehors, sur un trône lointain.
Il veut se révéler et il veut entrer dans notre vie parce qu’il sait que sans lui nous allons à la mort. Il veut se révéler pour nous remplir de sa présence, pour nous détacher complètement de toutes les choses qu’il n’aime pas, du péché, du monde et de l’esprit de ce monde. Il veut nous remplir de sa connaissance, de la connaissance de sa Parole, il veut nous remplir de ses dons, et nous utiliser comme des instruments sur cette terre, puis nous admettre avec lui dans l’éternité pour toujours, où nos yeux le verront face à face. Le Seigneur nous demande de marcher par la foi et par la révélation que son Esprit nous donne dans le cœur. Quand l’Evangile nous est annoncé, le Saint-Esprit travaille en nous. L’Evangile c’est la bonne nouvelle que Jésus est venu pour nous sortir de notre péché, nous sauver, nous donner sa vie et nous remplir de Lui. Nos cœurs doivent être ouverts à cette bonne nouvelle et doivent s’ouvrir à la
réalité de Jésus. Alors, le Saint-Esprit qui travaille dans notre cœur nous montre que nous avons besoin de Jésus, que sans lui nous sommes perdus, que nous sommes des pécheurs et que nous avons un sauveur qui veut nous sortir de là pour nous donner la vie éternelle. Quand vous recevez la vie éternelle dans votre cœur, quand vous devenez une nouvelle création, je vous assure qu’il y a quelque chose de changé. Même si dans notre vie un certain nombre de choses sont encore à transformer (et même beaucoup), nous recevons dans notre esprit la vie de Dieu qui nous change. Quand nous avons fait une conversion véritable à Jésus, nous nous sommes repentis de nos péchés, nous avons compris que nous étions pécheurs et qu’il fallait demander pardon à Dieu. Nous avons compris qu’il fallait maintenant donner toute notre vie au Seigneur, en coupant tous les ponts derrière nous en disant : « Maintenant Seigneur je t’appartiens, c’est tout pour toi. J’ai compris, je n’ai qu’un but dans ma vie : c’est te connaître toujours mieux et te servir à cent pour cent. » Est-ce que tu as fait cela, une fois avec Jésus ? Oui ? Tu as dit, Jésus je veux te connaître et je veux te servir à cent pour cent ? Ce que Dieu veut, ce sont des hommes et des femmes qui s’engagent de tout leur cœur, mais qui s’engagent en pleine connaissance de cause. Dieu désire des hommes et des femmes qui n’hésitent pas à dire : « Seigneur montre-moi ce que cela va me coûter et montre-moi ce que tu attends de moi. » Tout m’est donné gratuitement, la vie éternelle, un Dieu qui m’aime et qui est prêt à prendre ma vie pour s’en occuper jusqu’au bout, jusqu’à mon dernier souffle ou jusqu’au retour proche du Seigneur. Il revient bientôt. Il y en a qui ne vont pas connaître la mort. Ils vont être enlevés vivants, quand Jésus va revenir. Et je dis : « Seigneur que je fasse partie de ceux-là. » Nous sommes dans la génération qui va voir le retour de Jésus. Il y en a peut-être beaucoup parmi nous qui vont voir le retour glorieux du Seigneur vivant, qui vont être changés en un clin d’œil, qui vont monter à sa rencontre. Alléluia ! Dans Luc 14, Jésus dit des choses très fortes à ceux qui veulent le suivre. Il leur dit qu’il veut des hommes et des femmes qui s’engagent en connaissance de cause à cent pour cent. Lisons au chapitre 14 et au verset 25 : « De grandes foules faisaient route avec Jésus. » Les foules suivaient Jésus parce qu’il faisait des miracles, Il guérissait tous les malades qui le lui demandaient, sans exception. Il multipliait les pains et il donnait à manger aux foules et les foules le suivaient parce qu’elles avaient besoin de la vie. C’était des foules comme les foules d’aujourd’hui, des foules remplies de gens qui étaient dans des difficultés épouvantables. Surtout à cette époque-là, il n’y avait pas tout le confort qu’on peut avoir aujourd’hui. C’était un peu comme dans certains pays d’Afrique, d’Asie ou d’ailleurs, où ils sont très pauvres, où il n’y a rien, où ils vivent avec quelquefois 8 euros par mois et encore. Eh bien ces hommes et ces femmes du temps de Jésus n’avaient presque rien pour vivre. Ils étaient là, occupés par les Romains dans leur propre pays. C’était un peuple opprimé. C’était un peuple qui attendait un libérateur. Il y avait plein de malades, d’éclopés, d’aveugles, de sourds, de muets. Des foules languissantes et abattues suivaient Jésus parce que Jésus avait quelque chose de bon à leur donner. « Jésus se retourna, et leur dit : Si quelqu’un vient à moi et s’il ne hait pas son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et ses sœurs, et même sa propre vie, il ne peut être mon disciple. Et quiconque ne porte pas sa croix, et ne me suit pas, ne peut être mon disciple. » Quand Jésus dit cela, il faut comprendre dans quel sens il le dit. Il ne nous dit pas de haïr notre père et notre mère. C’est un terme très fort qu’il emploie pour nous montrer que si je dois choisir entre Jésus et ma femme, ou mon père, ou ma mère ou mes enfants, je choisis Jésus. Si mon père essaie de me détourner de Jésus, s’il fait des menaces, ou s’il essaie de me séduire pour me montrer que je ne dois plus être chrétien, que je devrais mieux suivre un tel ou une telle, ou faire autre chose, s’il me dit que je deviens fou… etc., à ce moment-là je dois choisir Jésus. Et cela va me coûter parce que je vais avoir des oppositions. Les gens ne vont pas être contents que je suive Jésus à cent pour cent. Le diable n’est pas content quand on veut suivre Jésus à cent pour cent. Il voudrait nous décourager. Il nous envoie des coups durs, dès qu’on prend un engagement total avec Jésus, pour nous décourager et puis nous
faire dire : « Oh ! J’étais plus tranquille quand je n’étais pas consacré à Jésus. Je menais ma petite vie de chrétien tranquille, les réunions et pas plus. » J’ai pris connaissance de quelqu’un dire,: « Chaque fois que j’ai voulu m’engager à fond avec Jésus, eh bien j’avais un coup dur après, alors j’ai fini par arrêter ». Je lui ai dit : « Eh bien, tu t’es laissé avoir par le diable. Il a réussi à te faire croire que chaque fois que tu t’engages, tu vas avoir des coups durs, donc tu ne vas pas t’engager. » Mais si tu connais ta place en Jésus, si tu connais l’autorité que tu as dans le Seigneur, si tu connais la place que Jésus a créé pour toi en lui, là dans les cieux, si tu connais ta position en Christ, si tu as compris la Croix, si tu as compris que tu es une nouvelle création, tu n’as pas à craindre le diable ni les coups durs du malin. Dans les coups durs, Jésus est là avec toi pour t’en sortir. Même si tu es un peu perclus ou si tu ramasses quelques bosses dans le combat, le Seigneur est là pour te guérir, ne t’inquiète pas. Mais voyez-vous, c’est très fort, Jésus dit : « Il faut que tu haïsses ta propre vie », même ta propre vie. Ma propre vie, c’est la vie que j’avais avant de connaître Jésus où je ne pensais qu’à mes intérêts personnels, à ma satisfaction personnelle. Il fallait que mon épouse soit d’abord à mes petits soins. Après, je pouvais penser à elle, mais c’était d’abord moi. L’esprit de ce monde, c’est de tout tourner vers nos intérêts personnels, espérer toujours avoir quelque chose. Quand on fait le bien pour quelqu’un, on en espère toujours quelque chose pour nous. Donc on aime notre propre vie ! Or Jésus dit : « Il faut que tu laisses tomber ta vie, ta vieille vie, ta vie personnelle où tu cherchais tes intérêts personnels. Il faut que tu reçoives ma vie et que ma vie devienne ta vie ». La vie de Jésus devient ma vie. Il faut que ce soit Jésus qui vive en moi et non plus moi qui vive. Le Saint-Esprit m’a été donné pour bien reconnaître tout ce qui vient encore de ma vie passée, de ma propre vie, de mes désirs personnels et que Dieu veut éliminer. Il va me le montrer et me dire : « Qu’est-ce que tu choisis ? Tu choisis de suivre encore ce que tu cherches ? Ou tu choisis de faire ma volonté personnelle ? » Il ne dit pas que tu ne peux pas être sauvé si tu ne choisis pas de faire la volonté du Seigneur, mais il dit que tu ne peux pas être disciple de Jésus. Ce que Jésus veut, ce ne sont pas des gens qui reçoivent le salut et qui après ne s’intéressent plus au Seigneur, ce sont des gens qui veulent devenir ses disciples. Qu’est-ce qu’un disciple ? C’est quelqu’un qui est au pied du maître et qui apprend de lui. Je veux apprendre de toi Seigneur, j’ai tout à apprendre de toi. Je veux apprendre d’abord qui tu es, comment tu penses, comment tu réagis. Il y a tellement de chrétiens qui viennent vous poser ou me poser des questions comme celles-ci : « Qu’est ce qu’il faudrait faire ? Est-ce que le divorce est permis ? ou le remariage ? Est-ce que je peux aller voir les médecins ? Est-ce que je peux faire ci ou ça ? » On peut leur dire : « Voilà ce que Dieu dit dans sa Parole…, mais si tu connaissais bien Dieu et sa Parole, tu aurais toi-même la réponse à tes questions ». L’encouragement du Seigneur pour nous, c’est de dire : « Approche-toi de moi (parce que c’est lui qui s’est approché le premier). Maintenant je t’attire à moi. » De ton côté tu dois aller vers Jésus de tout ton cœur, tu dois chercher à le connaître de tout ton cœur. Il dit : « Si tu cherches à me connaître, tu vas me trouver, tu vas me connaître ». Si j’aime Jésus, je veux tout apprendre de lui. Prenons un exemple : Si un élève devait choisir parmi ses professeurs, il choisirait celui qui est le meilleur, parce qu’il apprendrait mieux avec lui. Jésus est un maître parfait. Il connaît tout parfaitement et il veut tout nous apprendre du ciel. Jésus connaît le ciel parfaitement, c’est lui qui l’a créé, il est Dieu. Il est le Créateur. Il mérite d’être connu. Je crois que le Seigneur Jésus est un grand inconnu de son peuple. On le connaît un peu, certains le connaissent un peu plus. Mais quand vous pensez que Dieu est infini ! Dieu est amour, Dieu est sainteté, Dieu est perfection absolue. Il n’y a pas de limite à la perfection de Dieu et à ce qu’il est. Il nous dit : « Approche-toi de moi car je veux me faire connaître à toi. » Te rends-tu compte de cette grâce qu’il nous donne. Si de notre côté nous n’avons pas ce désir de suivre Jésus, comment va-ton pouvoir marcher avec lui ? Comment aura-t-on une réponse à nos questions ? Comment va-t-on apporter des réponses à ceux qui viennent nous interroger parce qu’ils espèrent avoir une réponse de Dieu par notre bouche ? Si tu ne connais pas Jésus personnellement, tu pourras aller à des réunions, tu pourras être un chrétien ordinaire, mais tu seras inutile entre les mains du Seigneur Jésus. Il veut se révéler à toi pour que tu le connaisses. Comment peux-tu connaître Jésus ? En lui disant : « Seigneur, fais-toi connaître à moi. » Si tu as envie de connaître quelqu’un, qu’est-ce que tu fais ? Tu t’arranges pour trouver un moment pour aller le voir. « On m’a parlé de vous, je veux vous connaître. » Eh bien ce Dieu, qui a créé toutes choses, qui a toute la connaissance du monde, qui a tous les moyens du monde, qui a tout l’or et l’argent du monde, qui a le pouvoir de guérir, ce Dieu-là mérite d’être connu. Et il veut se faire connaître à toi. Il ne veut pas seulement des gens qui suivent une religion, des gens qui ont compris qu’il y a un enfer et qui se tournent vers Dieu parce qu’ils pensent : « Je risque d’aller en enfer et je n’aime pas trop cela,
alors je vais faire ce qu’il faut. » Jésus a dit dans l’Evangile de Jean au chapitre 17 et au verset 3 : « La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus- Christ » (il parlait à son Père). Donc mes bien-aimés si vous voulez consacrer votre vie à Jésus, la première chose qu’il faudra faire c’est décider de connaître Jésus et de le connaître jusqu’au bout. Quand Jésus nous dit dans sa Parole qu’il veut que nous soyons remplis de toute la plénitude de Dieu, est-ce que nous, chrétiens, nous pouvons imaginer ce que cela représente. Etre rempli de la plénitude de Dieu, ça veut dire aussi être rempli de la connaissance de Dieu. On se sera approché de Dieu parce qu’il nous aura attiré à lui. Puis il va se révéler progressivement. S’il se révélait d’un seul coup, nous ne pourrions pas tenir. Il va se révéler progressivement et il nous a fait la promesse de se révéler complètement, ici et dans l’au-delà. Puisque nous devons être remplis de toute la plénitude de Dieu, puisque nous devons grandir pour arriver à la pleine ressemblance de la stature parfaite de Jésus, il va falloir que nous connaissions Jésus et qu’il se révèle à nous. Jésus veut se révéler à nous. Le grand Dieu de l’univers veut se révéler à toi. On n’est pas des petits pions qu’il déplace en disant : « J’ai un plan ». Il veut se révéler à toi pour que tu le connaisses dans la paix ; dans le secret de ta chambre, devant ton père céleste, avec Jésus et le Saint-Esprit, tu déverses ton cœur, tu dis : « Seigneur
révèle-toi à moi. Révèle-moi ta Parole, puisque la Bible est la Parole de Dieu. » La Bible c’est le souffle de Dieu qui est sorti de sa bouche, qui est passé par des mains d’hommes qui ont écrit, inspirés par le Saint-Esprit. Ils ont écrit tout ce qui sortait du cœur de Dieu. Donc quand tu ouvres ta Bible pour dire, Seigneur révèle-toi à moi, le Saint-Esprit qui est en toi va t’ouvrir le cœur du Seigneur Jésus. Quand tu lis cela, tu pénètres dans un esprit de méditation et de prière, tu pénètres dans le cœur de Jésus. Plus tu médites la Bible en priant, plus le Seigneur se révèle à toi. Le manque de connaissance de Jésus explique toutes ces différences entre chrétiens. Vous avez un petit groupe là, puis le groupe moyen, puis le grand groupe, mais ils ne se fréquentent pas. « Ceux là, on ne veut pas les voir parce qu’ils parlent en langues. Ceux-là, ils chassent les démons, donc on n’y touche pas. Ceux-là, ils sont un peu trop tranquilles ». Tous ces petits groupes sans communion réelle entre eux, ce n’est hélas que l’indication d’un manque général de connaissance de Jésus. Paul dit dans Ephésiens 4, au verset 11 : « Dieu a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs (Il parle des conducteurs qui travaillent pour le Seigneur au milieu du peuple de Dieu pour l’enseigner ou l’édifier) pour le perfectionnement des saints en vue de l’œuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu ». Devant tous ces chrétiens divisés, dispersés, Dieu veut changer cela et dit : « Il faut que je fasse grandir mes enfants pour qu’ils soient tous dans l’unité de la foi ». La foi vient de la Parole de Dieu. L’unité de la foi, c’est l’unité de la révélation de la Parole. Plus d’interprétations différentes telles que : « Moi je baptise avec trois gouttes, moi je baptise par immersion, moi je baptise au nom de Jésus, moi je baptise au nom du Père, du Fils, du Saint-Esprit, moi je baptise par l’avant, moi je baptise par l’arrière… » Il y a des églises entières qui sont bâties sur des différences d’interprétation à cause du manque de connaissance de Jésus. Les différences ne sont pas dans le cœur de Dieu. Si nous grandissons ensemble dans la connaissance de Jésus, nous nous retrouverons forcément. En grandissant dans sa connaissance, Jésus nous dira : « Tu sais, l’interprétation que tu avais gardée comme bonne, elle n’est pas bonne, je vais te montrer la vérité, parce que le Saint-Esprit t’a été donné pour te conduire dans toute la vérité, je vais te montrer ». Et puis à un autre il dira : « Tu avais la bonne interprétation, mais tu avais la mauvaise manière de la faire passer, ou de la vivre, je vais te montrer où ça ne va pas ». Si nous grandissons tous dans la connaissance de Jésus (que je parle d’un couple, de frères et sœurs au sein d’une église, ou d’églises différentes, c’est la même chose) nous allons grandir dans l’unité de la foi, nous allons avoir les mêmes révélations sur la Parole de Dieu et nous serons un, concrètement, parce que nous sommes déjà un dans l’Esprit. On est déjà un dans l’Esprit et on a besoin de cette unité de la foi et de l’unité de la connaissance du Fils de Dieu. Le Seigneur veut que notre connaissance de Jésus devienne de plus en plus profonde, de plus en plus complète, parce que quand on aura tous la même révélation du Fils de Dieu, nous serons unis. Donc toutes ces divisions ne sont que la confession de fait d’un manque de connaissance de la Parole de Dieu et de Jésus au milieu des enfants du Seigneur. On n’est pas là pour se placer les uns au-dessus des autres. « Moi j’en connais plus que toi, alors toi tu… », ce n’est pas cela du tout. Au contraire dans le royaume de Dieu, plus on monte dans la connaissance de Jésus et plus on devient semblable à lui. Le Dieu de l’univers, le créateur, descendu sur terre pour devenir un serviteur, va nous remplir de cet esprit-là. Plus tu vas monter dans la connaissance de Jésus, plus dans la pratique, tu vas être humble et tu vas comprendre que tu es là pour servir dans l’esprit de Jésus. C’est pour cela que les apôtres, les prophètes, etc., ne doivent pas être placés au-dessus des hommes comme intermédiaires supplémentaires entre Dieu et les hommes, comme une caste de super-sacrificateurs. Ce sont au contraire des hommes et aussi des femmes (des femmes qui n’exercent pas un des cinq ministères, mais qui exercent aussi un ministère dans le corps de Christ), ce sont des gens qui ont compris, en connaissant Jésus, quel est l’esprit qui anime Jésus : un esprit d’amour, de sainteté, de service, de discernement, de sagesse, pour pouvoir se comporter comme Jésus. C’est le but de Jésus. Si quand tu te regardes dans la glace le matin, tu vois la stature de Jésus grandir en toi, tu te vois, toi, diminuer, disparaître. Et il ne peut le faire que si tu as soif dans ton cœur. Il ne faut pas suivre Jésus par obligation parce qu’on nous a dit que l’on va être perdu si on ne suit pas Jésus. Bien sûr ça compte. Mais il faut y aller parce que tu as soif de connaître Jésus, parce qu’il t’a montré ce que tu étais sans lui. Il t’a montré tout ce qu’il veut faire de toi. Il veut te changer, pour que tu lui ressembles. Ce serait formidable si nous étions tous à la ressemblance de Jésus, si quand je vais voir un frère, une sœur, je pouvais lui donner tout ce que j’ai de Jésus et que je reçoive d’elle ou de lui tout ce qu’il a reçu de Jésus, dans l’amour, dans l’unité de l’interprétation de la Parole ! C’est rare aujourd’hui de trouver entre deux frères, ou entre deux sœurs, ou entre deux membres du corps de Christ, une vraie communion dans la foi, dans l’esprit et dans la connaissance de Jésus. Pourquoi est-ce que c’est si rare ? Ça ne devrait pas. Paul dit : « Jusqu’à ce que vous soyez tous parvenus », donc c’est ça le but. Et ce qui est réjouissant malgré le fait que ce soit aussi rare dans le corps de Christ, c’est qu’au fur et à mesure que le retour de
Jésus approche, son Esprit travaille dans le cœur de toutes ses brebis. Elles comprennent de plus en plus la nécessité de s’attacher à Jésus seul, pour le suivre lui, le connaître lui. Et quand on connaît Jésus, on ne fait pas de bêtises. Je veux dire plus tu le connais et plus tu as la sagesse de Dieu et plus tu vas pouvoir être utilisé par Dieu, mais plus tu vas être aussi conscient de tes responsabilités dans le service du Seigneur. Ce qui me réjouit c’est que dans une marée d’incrédulité, dans un océan d’apostasie, partout dans le monde, il y a des petites lampes, les lumières du Seigneur Jésus. Les brebis de Jésus sont dispersées partout, dans toutes les dénominations, dans toutes les églises et même en dehors. Elles sont là et cherchent de tout leur cœur à connaître Jésus et sa Parole. Jésus est en train de se révéler à ces brebis-là. Elles entendent la voix de Jésus et elles grandissent de plus en plus dans la connaissance
de Jésus. Si je vais demain à Tokyo ou si je vais à Johannesburg ou si je vais à Paris, je sais que là quelque part Dieu a des brebis. Si je dis : « Seigneur fais-moi connaître quelques-unes de tes brebis, de celles qui entendent ta voix », il me les montrera. Des églises chrétiennes il y en a partout, mais il va me faire connaître celles qui ont une connaissance et une communion avec Lui. Dès les premiers regards je sentirai cette communion, je sentirai qu’on est dans l’unité de la foi, dans l’unité de la connaissance de Jésus. Un regard suffit. Il m’arrive de voir quelqu’un pour la première fois, alors que je ne sais même pas s’il est chrétien. Et avant même qu’on ait dit un mot, je sais dans mon cœur par le Saint-Esprit que l’on est dans une communion réelle. C’est formidable de réaliser qu’il y a cette possibilité dans le corps de Christ ! « Jusqu’à ce que vous soyez tous parvenus à l’unité de la foi… et à l’état d’homme fait ». Fait veut dire complet. Complet, il ne manque rien, toutes les pièces sont là. Quelquefois on dit de certains : « Ah celui-là, il n’a pas l’air très fini ! » C’est un peu vulgaire pour dire qu’il lui manque quelque chose. Mais dans le corps de Christ, Le Seigneur veut que nous soyons complets, finis. Nous le sommes en lui. Il veut le faire concrètement en nous, « à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ ». Quand je relis des versets comme ça, chaque fois je bondis dans mon cœur. Je dis : « Mais c’est un plan merveilleux. Qu’est-ce qui me reste à faire ? Je le prends pour moi, je m’en saisis par la foi. » C’est l’attitude que l’on doit avoir vis-à-vis de la Parole du Seigneur. On ne doit pas la lire comme un roman intéressant, déconnecté de la réalité. Prendre au sérieux la Parole c’est autre chose. Quand on la lit et qu’on sait que c’est Dieu qui nous parle, c’est formidable. Dieu s’adresse à nous personnellement à travers la Bible parce qu’il a un plan qu’il veut réaliser. Le Seigneur n’est pas heureux, il est triste de voir que sa Parole merveilleuse est négligée. On ne la prend plus au sérieux. On la lit encore dans les églises mais on ne la prend pas au sérieux, telle qu’il l’a donnée. Il faut dire : « Je fais mienne ta Parole, Seigneur. Je la prends par la foi. Ayant cette foi dans le cœur, je te donne maintenant la possibilité de me transformer pour réaliser ce qui est écrit. » La foi va faire bouger la main de Dieu dans ma vie. Par la foi en cette Parole, la main de Dieu est en train d’agir. Tu n’es plus un pauvre vieux vilain pécheur misérable, un ex-pécheur misérable. Oui, il y a encore sûrement des choses à changer, à sanctifier dans ta vie, mais tu es devenu un saint, mis à part pour Dieu. Tu es devenu un homme, une femme qui s’est engagé entièrement pour Jésus et à qui Jésus promet tout : une pleine révélation de lui et un plein changement dans ta vie pour que tu deviennes semblable à l’image parfaite de Jésus. Si tu le crois, cela commencera à se voir, à se manifester dans ta vie ! Les chrétiens qui disent : « Moi je suis enfant de Dieu. » et qui continuent à avoir des paroles obscènes, à vivre dans les saletés de ce monde, n’ont pas la connaissance de Jésus. Ils n’ont pas été changés dans leur cœur, ils ne sont pas nés d’une nouvelle vie.
Ce n’est pas pareil pour ce qui concerne les chrétiens qui ont besoin d’être changés, parce qu’ils sont en train d’être sanctifiés ; dans ce cas tu sens la vie de Dieu, dans cette sœur ou ce frère, tu sens qu’ils sont travaillés par le Saint-Esprit, parce qu’ils désirent être changés. Il y a peut-être des tas de choses qui ont besoin d’être changées mais ce n’est pas cela qui va compter à ce moment-là, ce qui va compter c’est son désir de s’approcher de Jésus pour qu’il le change. Jésus va le faire et on va voir une vie qui va porter du fruit. Dans le temps qui passe, on va voir des changements ; des victoires définitives vont être remportées. Il va y avoir quelque chose de réel, de profond qui va se faire. C’est ce qui compte. Personnellement, je refuse de collaborer, de discuter de m’occuper de ceux qui se disent frères et sœurs et qui vivent comme des païens sans en éprouver le moindre souci. Si je ne discerne pas dans leur cœur la repentance et le désir d’avancer avec le Seigneur, je considère qu’ils ne sont pas nés de nouveau. Il y a beaucoup de gens dans ce monde qui font profession d’être chrétiens pour profiter de tout ce que les bons chrétiens ont à leur donner mais leur vie n’a pas été changée, ils n’ont pas reçu la vie éternelle. Il faut avoir le discernement du Seigneur pour savoir comment les traiter. Si ton ami a faim, tu lui donnes à manger, tu lui donnes à boire. Mais si c’est quelqu’un qui se dit chrétien et qui vit dans le désordre, quelle attitude adopter ? Voyez comment Paul dit qu’il faut les traiter, sans être des pharisiens ou des légalistes. Si dans ton cœur tu as soif de connaître la Parole de Dieu qui te remplit de plus en plus de sa connaissance, Jésus va aussi te donner la sagesse pour savoir ce qu’il faut faire concrètement. Comment réagir, comment parler à quelqu’un, comment le traiter, comment faire sans être légaliste, comme Jésus aurait fait. Autant Jésus était rempli de compassion pour les misérables de ce monde, les gens qui voulaient s’en sortir et qui ne le pouvaient pas, les pauvres, les malheureux, les pécheurs qui criaient pour avoir du secours, autant il était dur vis-à-vis de ceux qui se prétendaient les religieux de son siècle et qui le rejetaient en fait parce qu’ils ne voulaient pas marcher avec lui. C’est contre eux qu’il a les paroles les plus dures, les paroles les plus fermes et c’est le même Jésus rempli d’amour. Il savait que ces gens-là avaient une carapace tellement épaisse qu’il fallait des paroles fortes pour briser cette carapace. Des paroles fortes, il y en a eu dans la bouche de Paul, dans la bouche de Pierre. Imaginez Paul écrivant aux Corinthiens (première épître, au chapitre 5) dans une église pleine
de désordres et de problèmes et leur disant : « Mais comment ? Vous acceptez au milieu de vous quelqu’un qui vit avec sa belle-mère. Vous ne vous êtes pas humiliés plutôt et vous ne l’avez pas mis à la porte. Il est là au milieu de vous, chantant des alléluia et participant aux réunions. » Si les Corinthiens ne l’avaient pas mis à la porte, ce n’était pas par compassion ou par amour fraternel, c’était parce qu’eux aussi en faisaient autant, ou presque. Les Corinthiens étaient une église où il y avait plein de problèmes, de divisions, d’impuretés, de marche dans la chair. Paul les secoue avec amour, il les secoue dans un esprit de père spirituel. Il dit : « Vous êtes mes enfants, c’est moi qui vous ai amenés à Christ » ; et il dit au verset 5 : « Qu’un tel homme soit livré à Satan pour que sa chair soit détruite pour que son esprit soit sauvé au jour de Christ ». C’est une parole forte, une parole remplie de l’amour du Seigneur Jésus parce que Jésus voulait sauver cet homme, lui faire comprendre qu’en vivant ouvertement dans le péché tout en se disant chrétien, il y avait quelque chose que Dieu voulait enlever de sa vie. Il ne voulait pas se repentir de ce péché et continuait à faire comme si de rien n’était. « Un peu de levain fait lever toute la pâte » (verset 6) et « Les mouches mortes infectent et font fermenter l’huile du parfumeur » (Ecclésiaste 10, verset 1). Paul se sentait obligé par le Saint- Esprit de discipliner ces Corinthiens et ce pécheur qui n’était pas repenti et de lui dire : « Voilà, le jugement de Dieu vient sur toi, je te livre à Satan pour que ton corps soit détruit. » Il faut être rempli d’autorité et du Saint-Esprit pour dire des choses comme celle-là ! Aujourd’hui beaucoup de pasteurs lui auraient dit : « Viens, tu es enfant de Dieu, tu es sous la grâce, on va prier pour toi. Le Seigneur va finir par toucher ton cœur. »
Je reviens dans Luc, au chapitre 14, au verset 28 : « Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer, de peur qu’après avoir posé les fondements, il ne puisse l’achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler, en disant : Cet homme a commencé à bâtir et il n’a pu achever ? » C’est dans cet esprit-là que nous devons suivre Jésus. Je suis Jésus parce qu’il a un travail à faire dans ma vie. Il doit construire son temple. Je suis son temple, il doit le construire et l’amener à la perfection avec tous les autres temples pour former ensemble le grand temple spirituel du Seigneur. Jésus veut des hommes et des femmes qui s’engagent à fond et qui calculent d’avance ce que cela va leur coûter. S’ils ne calculent pas d’avance le coût, la tâche ne sera pas finie. Dieu ne pourra pas finir la tâche. Le travail sera laissé à l’abandon et ce sera un contre témoignage épouvantable. C’est comme un roi qui prévient son peuple qu’il va construire un grand et magnifique palais à la gloire de son royaume. Il commence à construire un beau palais. Puis il n’a plus d’argent pour terminer. Il n’a plus rien et le palais est à moitié achevé. Alors il dit à tout le monde : « Je ne peux pas terminer la construction. » Imaginez la réputation de ce grand roi ! Quand nous commençons ce travail avec Jésus, il faut le laisser aller jusqu’au bout. Tu dois dire : « Je ne me rends pas compte de tout ce qu’il y a au fond de mon cœur, je ne vois pas jusqu’où va la nature de péché dans ses moindres détails subtils. J’ai vu les choses les plus grossières, mais je ne vais pas m’arrêter là. Montre-moi tout ce qu’il y a encore de subtil comme réactions charnelles ou réactions psychiques, qui ne sont pas spirituelles. » Le Saint-Esprit veut te révéler tout ce qu’il faut encore changer dans ta vie si tu veux aller jusqu’au bout, si tu dis : « Oui Seigneur, va jusqu’au bout, quel que soit le coût pour moi ». Il le faut et Dieu te fait passer par une école qui peut être très difficile, un apprentissage où tu vas passer par des épreuves non pas pour que tu sois écrasé, mais pour que tes yeux s’ouvrent sur tout ce qui sort de ton cœur. Est-ce que ce sont de bonnes choses qui sortent de ton bon trésor ou est-ce qu’il y a encore de mauvaises choses qui sortent de ton mauvais trésor. Il faut que tout cela s’en aille, que ce soit remplacé par les choses d’en haut, les pensées de Jésus, les sentiments de Jésus, les paroles de Jésus. Que cela remplisse ton cœur, c’est ce que Dieu veut. Si tu dis au Seigneur : « Seigneur ton travail commence à faire mal maintenant. J’en ai assez. La croix c’est trop pénible, je ne veux pas mourir au sens spirituel. Ma vie personnelle je ne veux pas la lâcher à cent pour cent « , alors le travail ne se finira pas et les railleurs s’approcheront de toi pour se moquer en disant : « Comment ? Cet homme a commencé et il n’a pas pu finir ? » Te rends-tu compte du plan de Jésus ? Te transformer à l’image parfaite de Jésus. Faire de toi un homme ou une femme semblable à Jésus ! Quel travail puissant ! Quel travail immense ! Seul Dieu peut le faire. Si je reste attaché à Jésus, si je ne suis pas attaché à moi, à ma vie personnelle, Jésus va faire ce travail, il va me révéler les choses d’en haut et il va me révéler ce qu’il y a en moi. Je vais saisir par la foi tout ce qu’il me montre et il va faire un travail de perfectionnement. Jusqu’au bout je veux suivre Jésus, jusqu’au bout. Ça va te coûter toute ta vie, tout ton argent, tout ton or, tout… Quand tu viens au Seigneur Jésus, il te prend comme sa propriété. Tu lui appartiens, plus rien ne t’appartient. Quand j’entends enseigner sur la dîme par exemple, je me dis qu’ils n’ont pas compris que toute leur vie appartient à Jésus, que tout ce qu’ils ont appartient à Jésus. Ce n’est pas dix pour cent, c’est cent pour cent qui appartiennent à Jésus. C’est toute ma vie, c’est tout mon temps, c’est tout mon argent, c’est tout mon or. Ma vie personnelle ne m’appartient plus.  » Je t’ai tout donné Seigneur. Maintenant tu vas me
montrer ce qu’il faut faire. » Quand Jésus fait tomber Saul de Tarse sur le chemin de Damas, Saul a compris que c’était Jésus qu’il était en train de persécuter. Saul étant un homme intègre et entier, sa première question, sa première parole a été de dire : « Seigneur que veux-tu que je fasse ? ». C’est formidable. Toute sa vie il a demandé au Seigneur : « Que veux-tu que je fasse maintenant ? » Le matin tu te lèves : « Seigneur que veux-tu que je fasse ? »
Il veut t’apprendre à marcher par l’esprit. Cela s’apprend. Marcher par l’esprit ne veut pas dire faire tout ce que ton bon cœur te montre, ce serait charnel. Marcher par l’esprit, c’est suivre les intuitions du Saint-Esprit dans ton esprit et être sûr que cela vient du Saint-Esprit, pour faire les choses que Dieu va te demander de faire et uniquement celles-là. Marcher par l’esprit, c’est quelque chose qui s’apprend. Si tu dis : « Seigneur je veux que tu ailles jusqu’au bout dans ma vie », tu vas recevoir une pensée qui vient d’en haut et qui va dans ton esprit. Cette pensée vient de Dieu, elle vient du Saint-Esprit, elle passe par ton esprit, de l’esprit elle va à ton intelligence, à tes pensées, à ton
cerveau. Et quand une pensée vient, tu reconnais que c’est le Saint-Esprit qui est en train de te parler pour te demander de faire quelque chose parce que tu connais Jésus de mieux en mieux et que tu connais sa Parole de mieux en mieux. C’est ce qu’on appelle être conduit par le Saint-Esprit. On progresse dans la conduite du Saint-Esprit. Certains chrétiens ont dix pour cent de leur vie qui est conduite par le Saint-Esprit. Je dis gloire à Dieu pour ces dix pour cent. S’ils continuent à rester attachés, demain ce sera vingt, trente, puis cent pour cent. Toute la vie personnelle aura été mise de côté. On s’est consacré entièrement et on apprend à reconnaître la voix de Jésus parce qu’on le fréquente tous les jours. Tous les jours on a cette communion permanente avec lui, cette lecture de la Parole, cette prière, on est là devant lui et on reconnaît la voix de Jésus. pour un petit bébé Eh bien, je
vous garantis que dans moins de trois mois après sa naissance il saura distinguer la voix de ses parents de la voix de
quiconque d’autre. Il ne vous le dira pas, parce qu’il ne sait pas encore parler, mais il saura distinguer la voix de sa maman et la voix de son papa des autres voix. Dans un an si vous le mettez les yeux bandés dans une pièce avec vingt personnes dont son père et sa mère et que vous le faites passer de l’un à l’autre, il saura reconnaître ses parents au bruit de leur voix. Pourquoi peut-il reconnaître le bruit de la voix de ses parents ? Parce qu’il les voit tous les jours. Tu vas avoir du mal à entendre la voix de Jésus, si tu passes seulement un moment par mois ou un moment dans l’année avec Jésus parce qu’il y a une bonne convention. Parce que tu as fait une bonne série de réunions dans l’année, tu as été rechargé à bloc. C’est bien, tu as eu là un renouveau de la connaissance de Jésus et puis après c’est
fini ! Tu es pris par tes obligations, tes affaires. Tu vas avoir du mal à entendre la voix de Jésus. « Mes brebis entendront ma voix parce qu’elles me connaissent  » dit Jésus. Plus je fréquente Jésus, plus je vais connaître sa voix et si je connais sa voix de mieux en mieux et que j’ai un cœur obéissant, je vais suivre les intuitions du Seigneur. Au début il va me parler par des circonstances, des portes qui se ferment ou qui s’ouvrent, parce qu’il sait que je ne peux pas encore entendre parfaitement sa voix, mais au fur et à mesure que je grandis avec lui les circonstances et les portes qui se ferment vont de plus en plus laisser la place à l’intuition de l’Esprit qui parle à mon cœur et qui me dit : Non, ça tu ne dois pas le faire ou ça c’est la direction de mon Esprit. Il y a une paix qui vient dans le cœur quand on
a la pensée de Dieu. On n’a pas cette paix quand on n’a pas la pensée de Dieu, c’est précieux ça. Un chrétien doit cultiver sa relation avec Jésus, c’est la clé de sa liberté en Christ. Il faut que nous soyons libérés en Christ, libérés de tout contrôle humain, de tout contrôle des églises humaines, de tout contrôle des dénominations humaines, de tout contrôle des ministères humains qui feraient pression sur nous pour nous obliger, nous contraindre. Il faut être libéré entièrement. Libéré ne veut pas dire indépendant, faire tout ce qu’on veut. Je suis libéré quand je sais, par ma connaissance de Jésus, entendre la voix de Dieu. Il mettra sur ma route des frères et des sœurs qui me donneront la
pensée du Seigneur, dont je saurais reconnaître l’origine parce que déjà dans mon cœur j’ai cette communion avec Jésus. Si je rencontre un frère spirituel qui me donne une parole de Dieu, je vais la recevoir parce qu’elle me paraît bonne. Le lendemain, un autre frère qui me parait spirituel va me donner une autre parole mais qui n’est pas de Dieu du tout. Comment est-ce que je vais pouvoir discerner ce qui est de Dieu ? Il y a des conducteurs qui ont cette spécialité. Ils vont partout, ils font des prophéties personnelles sur les gens. A tous les gens qu’ils rencontrent, ils prophétisent : toi il y a ci, toi c’est ça, etc. Il y a du bon et du mauvais. Je ne dis pas que tout est mauvais, mais comment les personnes concernées vont savoir que ça vient de Dieu ou non ? Une prophétie personnelle peut être très grave si vous n’avez pas une communion intime avec Dieu. Si un grand conducteur vient vers toi en disant :
« Dieu m’a parlé pour toi, il faut que tu vendes tout, ta maison, ta voiture, et puis avec ta femme et tes enfants, il faut que tu ailles au « Bazoutoland » pour être missionnaire. » si tu n’as pas une connaissance personnelle de Jésus, que tu fais cela et que ça ne vient pas de Dieu, te rends-tu compte où cela peut te mener ? Tout cela avec des miracles, des guérisons à l’appui. Trois ans plus tard tu reviens du « Bazoutoland » ratissé. Tu auras appris certes quelque chose mais difficilement alors que si tu cultives ta relation personnelle avec Jésus, le jour où cet homme viendra, tu sauras discerner si ça vient du Seigneur ou non, parce que tu auras la connaissance de Jésus. Si le Saint-Esprit t’as parlé avant, ce sera une confirmation, sinon tu vas attendre que le Saint-Esprit confirme. Tu ne vas jamais prendre
une direction donnée quelque part tout simplement parce que quelqu’un t’a demandé de le faire. Si tu fais cela tu n’es pas libre en Christ. Cette liberté, c’est quelque chose de très précieux que Dieu veut nous donner. « Là où est
l’esprit du Seigneur, là est la liberté » (2 Corinthiens 3:17). Il est venu pour nous affranchir, « La vérité vous affranchira » (Jean 8:32) et plus je suis libre plus je suis disponible pour le service du Seigneur. Vous croyez qu’il peut se servir de quelqu’un qui n’est pas libre, qui est ligoté, qui a la crainte des hommes, qui dépend toujours de ce que l’un ou l’autre va dire, de telle prophétie, ou de telle chose qui se passe ? Un tel homme ne peut pas servir le Seigneur. Quand nous sommes libérés de toutes ces contraintes, que nous sommes libres entièrement de tout ce qui est démoniaque, de tout ce qui est humain, nous pourrons être un instrument entre les mains de Dieu et nous ne ferons pas des choses qui se révéleront être contre la volonté du Seigneur. Nous serons considérés comme des diviseurs ou comme des gens qui empêchent les autres de tourner en rond. C’est vrai, comme Jésus l’a été ! Mais quand nous sommes conduits par le Saint-Esprit nous n’apportons pas de mauvaises choses, nous apportons le Seigneur et c’est entièrement suffisant ! Je lis la fin de Luc 14, au verset 33 : « Ainsi donc, quiconque d’entre vous ne renonce pas à tout ce qu’il possède ne peut être mon disciple.» Tout ce qu’il possède, y compris sa propre vie. C’est
quelque chose de sérieux, tu peux être testé sur ce plan-là comme tant d’autres ont été testés, et comme tant d’autres sont testés aujourd’hui. Il y a des pays aujourd’hui, comme certains pays musulmans, certains coins de Chine, ou ailleurs… où le chrétien risque tout simplement sa vie. S’il est encore attaché à sa vie propre il ne pourra pas être vraiment un disciple dont Jésus va pouvoir se servir. Qu’est-ce qui nous attend dans notre pays, dans les années qui viennent ? Nous avons besoin d’une foi solidement accrochée pour tenir dans la tourmente qui vient, une foi accrochée au Seigneur seul et à sa Parole. Il a nourri trois millions et demi d’hommes et de femmes dans le désert, alors qu’il n’y avait rien à manger, rien à boire. Comment ? Par la manne du ciel qui tombait tous les matins, par l’eau qui sortait du rocher. Il y a aujourd’hui des chrétiens qui font des provisions dans des greniers, pour les jours difficiles, mais vous ne pensez pas que c’est un manque de foi ? Je ne juge pas, mais pour ma part je dirais : Le Dieu tout-puissant qui a nourri pendant quarante ans trois millions et demi de personnes dans un désert affreux et brûlant, par sa manne qui tombait du ciel tous les jours, et par l’eau qui sortait du rocher, comment ne pourrait-il pas s’occuper aussi de ses enfants par les moyens surnaturels qui sont les siens ? Il a nourri Elie près du torrent de Kérit. Des corbeaux venaient lui apporter tous les jours du pain et de la viande. Elie a bu l’eau du torrent jusqu’à ce qu’elle soit tarie et quand elle a été tarie, Dieu a pourvu par un autre moyen. Voilà notre Dieu ! Si tu renonces à tout, tu vas tout retrouver en Jésus. Si nous sommes en Jésus-Christ, rien ne nous manque puisqu’il est notre tout, il est notre créateur. Dans Luc 14, au verset 34 il est écrit : « Le sel est une bonne chose, mais si le sel perd sa saveur, avec quoi l’assaisonnera-t-on ? » Ce qui va donner du sel à ta vie, c’est la présence de Jésus en toi. Le sel conserve et le sel purifie. La présence du Saint-Esprit en toi donnera du sel à ta vie. Si tu es un chrétien entièrement consacré et engagé, si tu as mesuré le prix à payer, si tu as accepté de tout donner à Jésus d’avance, que tu sois testé ou pas, ce ne sera pas important, parce que toi tu sais que tu as tout donné. Si tu es testé, tu vas passer le test avec la grâce du Seigneur, tu vas être le sel de la terre. Si tu es engagé à cent pour cent pour Jésus, il va te changer à cent pour cent. C’est ce qui va donner du goût à ta vie. Si le sel perd de sa saveur, c’est tiède, c’est fade, c’est plein de compromis.
Les chrétiens qui sont pleins de compromis, qui ont un pied dans le monde et un pied avec Jésus, n’ont pas de sel, c’est sans saveur. Je dis : « Seigneur, préserve-moi des compromis, je t’en supplie, non pas parce que je veux être le légaliste pur et dur, mais parce que je veux que tu vives en moi, que tu te manifestes en moi, que tu prennes tout. » Et Jésus a une saveur suprême. C’est lui le sel, le sel du monde. Le sel de la terre, c’est le Seigneur Jésus. S’il remplit ma vie, je vais avoir du goût. « Si le sel perd sa saveur… Il n’est bon ni pour la terre, ni pour le fumier ; on le jette dehors. Que celui qui a des oreilles pour entendre entende. » (Luc 14:35). Alors je prie dans mon cœur que nous entendions la voix et l’appel de Jésus. Combien de temps nous reste-t-il à vivre ? Sais-tu combien de temps il te reste à vivre ? Je souhaite que tu vives le plus longtemps possible, que tu sois heureux et que tu aies la bénédiction du Seigneur sur ta vie. Est-ce que vous savez quand le Seigneur Jésus va revenir ? La seule chose qu’il faut racheter, c’est le temps. Le temps nous est compté, il nous reste peu de temps. Nous pouvons employer tout ce temps qui nous reste à servir Jésus de tout notre cœur, à le laisser faire son travail en nous. Tu ne va pas forcément avoir un grand ministère mondial avec des milliers de personnes qui vont venir écouter la Parole qui leur sera annoncée. Mais tu seras une source permanente de bénédictions pour ceux qui veulent entendre parler du Seigneur, pour ceux qui ont soif. Tu seras un oasis dans le désert. C’est peut-être seulement dans ta famille, ne craint pas d’avoir à t’occuper seulement de ta famille, c’est un ministère glorieux. Si tu peux remplir ta maison de la présence de Jésus, t’occuper de ton mari ou de ton épouse, de tes enfants, avec l’esprit de Jésus, et les amener tous à la connaissance de Jésus avec toi, c’est un ministère glorieux. C’est ainsi que Dieu peut susciter des « Wesley », et tant d’autres. La maman de Wesley avait une quinzaine d’enfants. A l’époque, il n’y avait ni confort, ni machine à laver. Elle avait peut-être des
servantes, mais c’était une femme de Dieu qui prenait le temps de s’occuper dans le Seigneur de ses enfants et l’un d’entre eux est devenu un grand revivaliste qui a amené des millions de personnes à Jésus. S’il n’avait pas eu la maman qu’il a eue et le foyer chrétien qu’il a eu, il n’aurait pas été ce qu’il a été. Par ta connaissance de Jésus et par ton désir de tout donner et de tout recevoir de Lui, tu vas être, là où tu es, une source de bénédictions permanente. C’est ce que veut Jésus. On a besoin de la manifestation de Jésus. « Seigneur, j’ai besoin que tu te manifestes en moi, j’ai besoin que tout ce qui est d’en bas disparaisse et j’ai besoin de te connaître tel que tu es, la profondeur, la hauteur, la grandeur, la largeur de ton amour. Seigneur, qui est semblable à toi ? Qui peut se comparer à toi ? Mon cœur désire te connaître, te servir, être un instrument entre tes mains. Je désire répandre la bonne odeur de Christ
partout. Seigneur, je te prie pour mes frères et mes sœurs qui sont ici. Je te prie pour que tu mettes dans leur cœur ce désir de s’approcher de toi toujours plus, de recevoir tout de toi, de ne pas garder pour eux des choses de leur vie passée ou des compromis dans leur vie, mais que tu deviennes leur tout et qu’ils te donnent tout sans arrière pensée. Seigneur révèle-toi à chacun de tes enfants comme tu l’as promis, que tes brebis entendent ta voix pleinement, que nous puissions être dirigés par ton Esprit dans tes plans parfaits. Tu connais tout Seigneur. Aussi je te prie pour que tu bénisses et que tu accordes ta grâce maintenant encore, et que tu te révèles. Pour ta gloire Seigneur, je te le demande au nom de Jésus-Christ, Amen. »

« Soyez toujours joyeux. Priez sans cesse. Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. N’éteignez pas l’Esprit. Ne méprisez pas les prophéties. Mais examinez toutes choses; retenez ce qui est bon; abstenez-vous de toute espèce de mal. Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ! Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera » (1 Thessaloniciens 5: 16-23). amen

vous pouvez me contacter au  patrick-evangiles4@orange.fr        

                                    bonne  lecture à tous , paix en christ

<p style= »text-align:left

Publicités

déposer vos commentaires ou reactions, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s