L’Epouse de Christ : (son église, la véritable)


Est-elle baptiste ? Pentecôtiste? Méthodiste ? Luthérienne ? Catholique ?

C’est une très intéressante question à laquelle nous devons pouvoir répondre. Y répondre, c’est comprendre les voies de Dieu, ses pensées, ses exigences, son plan et accepter de laisser de côté ce que l’homme façonne de ses mains. C’est un sujet qui peut susciter la controverse, mais soyons dans l’amour car c’est l’amour qui peut nous aider à passer par-dessus nos visions étroites.
Chers frères et sœurs en Christ et lecteurs, approchons-nous de Dieu avec un cœur ouvert, pur et sincère et demandons au Saint-Esprit de nous éclairer sur ce difficile sujet où trop souvent, les guerres de raisonnement et de positions charnelles empêchent les enfants de Dieu de communier ensemble et maintiennent les églises dans la division.

Souvent nous disons : « Ah, les chrétiens ont différentes sensibilités » ou « notre dénomination a raison » ou encore, à coups de versets bibliques, nous entrons dans les controverses stériles. Paul nous met en garde dans 2 Timothée 2:23 Repousse les discussions folles et inutiles, sachant qu’elles font naître des querelles. L’ennemi sait tellement bien attiser les querelles. Alors, recherchons plutôt la guidance de l’Esprit pour ce sujet difficile. Faisons également comme les chrétiens de Bérée qui n’étaient pas prêts à accepter d’avaler toutes les couleuvres. Actes 17 : 11 Ces Juifs avaient des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique ; ils reçurent la parole avec beaucoup d’empressement, et ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact. C’est une bonne attitude, c’est l’attitude que tout lecteur doit adopter.
Pour bien comprendre cette chose, il faut remonter aux temps bibliques de Jésus. En ces temps-là, il y avait plusieurs courants religieux se réclamant du judaïsme. Nous pouvons mentionner quelques-uns dont la bible parle : les pharisiens (qui étaient des observateurs rigoureux de la loi et des traditions), les sadducéens (qui niaient la résurrection, les anges et les démons, la prédestination), les esséniens (qui étaient plus ascétiques et ésotériques que les pharisiens et les sadducéens et aussi en plus petit nombre), ou encore les zélotes (parti patriote des juifs qui dévia par la suite dans la sédition). Bref, tous ces courants se réclamaient de la Thora, mais se distinguaient dans leurs croyances par des éléments qui faisaient qu’ils étaient souvent en confrontation.
Aujourd’hui, tous les courants chrétiens se réclament de la Bible et pourtant, nous nous trouvons dans la même problématique que les courants religieux au temps de Jésus. Pour nous aider à réfléchir, il y a une question très intéressante que nous pouvons nous poser. Dans ce temps-là, alors que tous clamaient posséder la vérité : vers quelle dénomination de l’époque Jésus a-t-il choisi d’exercer ou de faire partie ? De quelle dénomination de l’époque Jésus s’est-il réclamé ? La réponse est sans équivoque : aucune! Pourquoi ? Parce que toutes étaient éloignées de la vérité ou détenaient seulement une vérité très partielle. Alors, nous devons aussi nous poser une autre question : lorsque Jésus reviendra pour enlever Son épouse (son église), viendra-t-il chez les pentecôtistes ? Chez les baptistes ? Chez les méthodistes ou les protestants de l’église réformée ou chez les évangéliques ou chez l’une des 400 dénominations qui existent aujourd’hui dans le monde chrétien ? Qui détient la vérité ? Quel groupe a-t-il raison ?
Que le lecteur réfléchisse et se fasse une opinion. Toutefois, avant de donner sa réponse, il faut encore considérer d’autres éléments. Les douze disciples que Jésus a choisis, d’où venaient-ils ? De quelle dénomination ? Étaient-ils des personnages en vue dans leurs églises ? Occupaient-ils des fonctions doctorales ou pastorales ? Il y avait des écoles bibliques dont la plus fameuse était celle conduite par le docteur Gamaliel. C’était l’école qui dispensait le meilleur des enseignements. Pourtant, Jésus n’a pris aucun disciple de cette école! C’est un fait. Pourquoi ? Il y avait le sanhédrin et des docteurs comme Nicodème. Pourtant Jésus n’a choisi aucun d’entre eux. Pourquoi ? Des questions importantes, très importantes. Que le lecteur donne sa réponse. Se pourrait-il que Dieu ait un mode de faire particulier qui ne tient pas compte de la théologie des hommes ? Se le pourrait-il ? Quel est son mode de faire ?
Dans un passé plus lointain encore, nous pouvons découvrir des indices qui nous font comprendre comment Dieu procède. Regardons qui était Élisée et d’où il venait. 1 Rois 19:16 Tu oindras aussi Jéhu, fils de Nimschi, pour roi d’Israël ; et tu oindras Élisée, fils de Schaphath, d’Abel-Mehola, pour prophète à ta place.1 Rois 19:19 Élie partit de là, et il trouva Élisée, fils de Schaphath, qui labourait. Il y avait devant lui douze paires de bœufs, et il était avec la douzième. Élie s’approcha de lui, et il jeta sur lui son manteau. Élisée venait d’une famille aisée et il s’occupait à labourer lorsqu’il reçut son appel. Or, fait intéressant, il y avait à l’époque d’Élie, des écoles de prophètes ou des communautés de prophètes, tout comme au temps d’Amos. Dieu pourtant ne tira pas Élisée de ces milieux, pas plus qu’Amos.
Examinons encore deux personnages, un de l’ancien testament et l’autre du nouveau testament, Moïse et Paul. Moïse était un homme très instruit, au fait de la mathématique, de l’astronomie et de toutes les sciences où les égyptiens excellaient. Pourtant, Dieu n’a pas regardé à son instruction et il a envoyé Moise 40 ans dans le désert pour qu’il désapprenne tout ce qu’il avait appris et qui était considéré comme de valeur dans son temps. Et il est frappant de constater que Dieu a fait la même chose avec Paul. Paul avait été à l’école de Gamaliel. Actes 22:3 je suis Juif, né à Tarse en Cilicie ; mais j’ai été élevé dans cette ville-ci, et instruit aux pieds de Gamaliel dans la connaissance exacte de la loi de nos pères, étant plein de zèle pour Dieu, comme vous l’êtes tous aujourd’hui. Frères, sœurs, ami lecteur, c’était tout juste la meilleure école biblique de son temps! Paul ne pouvait pas avoir reçu meilleure instruction. Mais Dieu va lui faire comme il l’avait fait avec Moïse. Il va le déposséder de tout son savoir religieux, de toute sa connaissance religieuse pour l’instruire par la révélation.
Galates 1 : 12 Car je ne l’ai ni reçu ni appris d’un homme, mais par une révélation de Jésus-Christ. Galates 1 : 13 Vous avez su, en effet, quelle était autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais à outrance et ravageais l’Eglise de Dieu, 14 et comment j’étais plus avancé dans le judaïsme que beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant animé d’un zèle excessif pour les traditions de mes pères. 15 Mais, lorsqu’il plut à celui qui m’avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m’a appelé par sa grâce, 16 de révéler en moi son Fils, afin que je l’annonçasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang, 17 et je ne montai point à Jérusalem vers ceux qui furent apôtres avant moi, mais je partis pour l’Arabie. Puis je revins encore à Damas.18 Trois ans plus tard, je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas, et je demeurai quinze jours chez lui.
Les historiens de la Bible disent effectivement que Paul a été enseigné trois ans par le Saint-Esprit avant d’entrer dans son ministère. Le Dieu tout-puissant a donné le même traitement à Paul qu’à Moïse : il l’a dépouillé de sa vaine manière de penser, il l’a dépouillé de son manteau religieux, de la théologie des hommes. Pensez-y.
Vous voyez, frères, sœurs, ce n’est pas pour critiquer les uns et les autres. Nous devons comprendre au-travers de ces exemples que Dieu ne traite pas avec, disons, des organisations, mais avec des individus. Dieu ne prend pas en considération ce que nous croyons ou les doctrines que nous créons. Non. Dieu ne fait pas cela. Dieu nous montre que l’Église n’est pas des bâtiments ou des organisations ou de telles choses. L’Église de Christ est constitué d’individus qui lui appartiennent et qui sont marqués du sceau du Saint-Esprit. Du reste, il est dit que Paul persécutait l’Église. C’est vrai, mais dans ce cas précis, l’Église, c’était des personnes, des individus qui affichaient leur foi au fils de Dieu. Cette Église-là n’avait pas de nom. On n’y adhérait pas en y devenant membre ou en signant un registre ou en payant une cotisation. Dans l’Église de Christ, qui est Son Épouse qu’il prépare, on n’y adhère pas, on y naît d’eau et d’Esprit. De la même façon, nous pouvons dire avec assurance que Dans l’Église de Christ, il y a une seule tête, Christ lui-même et un seul conducteur, le Saint-Esprit. Dans l’Église de Christ, les synodes ou les comités théologiques, les archevêques, papes ou autres leaders gourous charismatiques n’existent tout simplement pas.
Les églises visibles, quelque soient leurs noms, ne sauvent pas. Y être membre ne nous conduit pas dans l’enlèvement et ne nous garantit pas une place au ciel. Oh, non. Tout cela, c’est de l’illusion. L’Église de Christ est un corps vivant, où chaque membre a une mission et des dons et talents pour l’accomplir. Dans l’Église de Christ, chaque membre se laisse façonner par le Saint-Esprit en vue d’atteindre sa maturité, tout comme les disciples furent enseignés pour devenir des apôtres. Dans l’Église de Christ, tous les membres sont au service des uns et des autres. Il n’y a pas de dominant et de dominé! Dans l’Église de Christ, il y a des ministères que Dieu a établis et qui ont pour fonction le perfectionnement du Corps. Ce sont des appelés de Dieu, pas des hommes. Ce sont des hommes et des femmes que Dieu lève et qui, en aucun cas ne se lèvent d’eux-mêmes pour s’auto-proclamé pasteur, prophète, apôtre ou docteur. Dieu, nous le voyons, ne s’accommode pas de la façon des hommes. Et c’est bien là le problème. L’homme veut plaire à Dieu et il veut fabriquer quelque chose pour le lui présenter. Mais ces églises des hommes ne peuvent plaire à Dieu. Dieu veut une Église qui est façonnée par lui, dirigée par lui et qui manifeste concrètement la vie de Christ. La vie de Christ n’est pas une vie religieuse faite de programmes ou d’activités. La vie de Christ est une vie de service au service de l’autre, une vie d’amour, une vie de prière, une vie de communion avec son père et ses frères et sœurs.
Dans la chrétienté moderne, nous avons tout inversé : nous avons nos églises et nous considérons avoir un Dieu à notre disposition pour répondre à nos besoins; nous avons nos programmes pour les faire grandir et satisfaire notre besoin d’activité. Or, Dieu veut que nous soyons à sa disposition pour le servir et que nous puissions faire sa volonté et que nous entrions dans les œuvres que lui-même a prévues. L’esprit religieux empêche tout cela, c’est pourquoi Jésus ne reviendra ni chez les uns, ni chez les autres. Il reviendra chercher ceux qui sont chez les uns et les autres, mais qui remplissent le standard que lui-même à fixé et qui lui obéissent. Hébreux 5:9 et qui, après avoir été élevé à la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui obéissent l’auteur d’un salut éternel.
Nous pourrions encore rajouter un verset qui nous donne à réfléchir. Actes 5:29 Pierre et les apôtres répondirent : Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes. Vous voyez, les chefs religieux de l’époque voulaient faire taire la voix de l’Esprit. Pouvons-nous dire amen à cela ?
Pour bien saisir ce mystère, il faut comprendre ce que Dieu fait et a fait depuis l’Église de Pentecôte des apôtres et quel a été le cheminement de l’Église depuis. Il faut cesser de se battre inutilement avec nos croyances. Il faut cesser de nous assommer avec des versets bibliques ou des théologies irréfutables. Il faut cesser cela. Merci au lecteur de faire l’effort de lire ce message en entier car vous comprendrez mieux le plan parfait de Dieu. Que le Saint-Esprit nous éclaire tous. Quel que soit la dénomination à laquelle vous appartenez, soyez bénis. Recevez la paix du Seigneur, dans l’amour et la fraternité. Nous avons compris que Dieu ne traite pas avec les organisations des hommes mais avec des individus. Nous avons compris que Dieu ne tient pas compte des enseignements, raisonnements et doctrines humaines. Dieu traite par révélation. Nous allons voir maintenant quel a été le cheminement de l’Église de Christ au fil des siècles et qui est l’Épouse de Christ, cette Église appelée à être sans tâches ni rides, selon Ephésiens 5 : 27. Chers frères, sœurs et amis lecteurs Le Seigneur veut nous bénir et nous récompenser pour notre fidélité. La Bible dit que la vérité affranchit. Que le Saint-Esprit nous éclaire de sa lumière et que les ténèbres soient chassées de nos esprits, parfois enténébrés par de fausses croyances.
Tout le monde peut agréer le fait que l’Église de référence est l’Église de la Pentecôte du temps des apôtres. C’est le modèle original vers lequel nous devons retourner, comme un saumon retourne à la source et quitte l’océan pollué. Tout le monde peut aussi être d’accord sur le fait que l’ennemi, le diable, combat sans cesse l’Église en vue de la détruire. Les Écritures nous parlent de ce combat féroce. Il y a toutefois un livre qui nous montre clairement la perte de puissance de l’Église originale, la perte de sa merveilleuse position de représentante de Christ sur la terre, pour finalement devenir si tiède qu’elle est prête à être vomie de la bouche du Seigneur. C’est le livre d’Apocalypse, plus particulièrement les chapitres 2 et 3. Les lettres aux sept églises témoignent de ce combat et le Seigneur adresse ses reproches et mises en garde. Sans entrer dans une étude fouillée, tout lecteur peut facilement percevoir que l’Église originale a perdu son premier amour, laissé entrer des doctrines étrangères, succombé à l’argent, est devenue mondaine et que finalement, Jésus-Christ est mis à la porte de l’Église.
Apocalypse 3 : 20 Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. Vous voyez, Jésus ne veut pas entrer dans l’église de laquelle il a été rejeté, mais dans le cœur du croyant. Il y a d’ailleurs un parallèle saisissant avec les passages suivants : Jean 10:4 Lorsqu’il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles ; et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix et Jean 10 : 27 Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent. Question pour le lecteur : pour les sortir d’où ? Ne serait-ce point du monde religieux qui les retient captives ? Cela mérite en tout cas une réflexion et une méditation. Si jésus fait sortir les brebis de la bergerie, c’est bien pour les amener quelque part d’autre : dans Son royaume, dans Son Corps. C’est ce qu’il a fait lors de sa première venue. Il a sorti ses brebis du monde religieux pour les faire entrer dans son royaume à lui.
Bien, nous avons compris que l’Église de la Pentecôte du temps des apôtres était le modèle orignal. Nous avons compris également que le diable combat à mort l’Église. Il a tellement bien combattu que les temps du Moyen-âge étaient des temps de fortes ténèbres. Or, quelle était l’église qui dominait le monde à ce moment-là ? C’était l’église catholique. Les ténèbres spirituelles étaient sur les gens puisqu’ils adoraient des saints, croyaient au salut par les œuvres, baptisaient les enfants, croyaient au purgatoire ou encore à trois dieux assis côte à côte. Le culte des morts étaient bien entendu célébré, au même titre que bien d’autres hérésies telles que les indulgences et ainsi de suite. C’est un esprit religieux qui a amené toutes ces choses. Et des millions de personnes ont perdu la vie dans les persécutions.
Mais Dieu étant un Dieu de lumière, ouvrit les yeux de Luther qui proclama le message « le salut par la foi et non par les œuvres ». Le message de Luther fut bien entendu combattu et des persécutions eurent lieu contre ceux qui crurent à cette parole. Les partisans de Luther devinrent des luthériens et l’église luthérienne naquit. Mais en même temps qu’elle naquit, l’Esprit la quitta. Les luthériens avaient accepté la lumière de Luther, mais avaient conservé les autres choses du catholicisme et ils n’allèrent pas plus loin. Alors Dieu envoya John Wesley avec un message « la sanctification sans laquelle nul ne verra le Seigneur ». Amen. Les catholiques et les luthériens combattirent ce message. Les partisans de Wesley devinrent des méthodistes et l’église méthodiste naquit. Mais eux aussi se contentèrent de cette lumière et restèrent-là, avec leur doctrine. Tout comme l’église précédente. Alors Dieu envoya plus de lumière avec John Smyth qui apporta le message du baptême par immersion et de l’autorité de la parole. L’église baptiste naquit et elle fut combattue par les méthodistes, luthériens et catholiques.
L’église s’organisa à son tour et ils restèrent là avec leur doctrine. Alors, Dieu suscita deux serviteurs, William J. Seymour et Charles Parham et un grand réveil eût lieu avec la restauration des dons de l’Esprit. Ce fut un temps glorieux. Les pentecôtistes furent à leur tour combattu et fondèrent leur église. On était presque retourné à l’Église originale de la Pentecôte. Il manquait encore la guérison divine. Alors Dieu suscita de puissants ministères de guérison. Cependant, le diable combattit cela avec force et vigueur. De ces mouvements sortirent d’autres mouvements charismatiques où les dons priment sur la parole et où la quête du sensationnel, de l’extraordinaire et du spectacle fait loi. Aujourd’hui, nous trouvons d’ailleurs, toute sorte d’évangiles nouveaux tels que l’évangile de la prospérité, l’église émergente et ainsi de suite. Tous ces mouvements manquent d’équilibre, le péché n’est plus combattu, la sanctification n’est plus prêchée. Nous pouvons voir aujourd’hui un évangile social ou la croix a été gommée et le sacrifice de Christ très fortement minimisé. Marketing, argent, pouvoir et position. C’est un spectacle très pitoyable. Le monde chrétien est devenu un monde très dangereux où les églises cherchent la croissance du nombre, des membres d’église et prêchent un salut sur la base d’une prière ou d’une décision. La voie de la repentance a purement été annulée, gommée.
Nous assistons à des guerres de religions entre les différentes dénominations, anciennes et nouvelles. A coup de théologies, de versets bibliques, de surenchères médiatiques, de stratégies marketing et de merchandising et ainsi de suite. Pourtant, cette église moderne n’apporte aucune réponse et les fruits qu’elle produit sont des fruits nauséabonds, sans aucun rapport avec ce qu’elle devrait produire. C’est une église mondaine, charnelle qui vit pour elle-même.
Alors l’Église de Christ, la véritable Épouse de Christ dans tout cela, dans tout ce fatras, qui est-elle ? La réponse est très simple. La véritable Église de Christ n’a point de nom mais elle a des caractéristiques très particulières :
Elle accepte le salut par la foi. Dans ce sens, elle est luthérienne
Elle accepte la marche dans la sanctification. Dans ce sens, elle est méthodiste
Elle accepte le baptême par immersion au nom de Jésus et l’autorité de la parole. Dans ce sens, elle est baptiste
Elle accepte les dons de l’Esprit et la manifestation de ceux-ci en son sein. Dans ce sens, elle est pentecôtiste
Elle accepte la guérison divine comme faisant pleinement partie de son ministère. Dans ce sens, elle est charismatique
Mais plus que tout, elle est sous une seule tête : Jésus-Christ lui-même et elle marche par l’Esprit, obéit à la Parole et se distingue par ses actes et son comportement.
La véritable Église de Christ est une église qui n’a pas de nom particulier mais où chacun joue son rôle selon la partition que Dieu lui a assignée et qui témoigne de la vie de Christ parce que Christ vit en elle. C’est la vierge sage. Toutes les autres, sont les vierges folles. Ce sont bien des vierges, mais seules les vierges sages vont dans l’enlèvement et participent aux noces de l’Agneau, les vierges folles dans la tribulation.
Il est normal de s’assembler, de communier ensemble, de fraterniser. Mais notre bannière doit être Christ et non notre dénomination. Christ et non un homme ou un groupe d’hommes, un synode que nous suivons. Nous devons nous aimer les uns les autres, même si nous ne pensons pas tous de la même manière. Mais surtout, nous devons accepter les points qui ont été mentionnés plus haut.
Si j’accepte tout mais pas la guérison divine. Ou si j’accepte tout, mais pas la sanctification. Si j’accepte tout, mais pas la manifestation des dons de l’Esprit. Si j’accepte tout, mais pas le salut par la foi. Si j’accepte tout, mais pas l’autorité de la parole, j’ai un problème. Je suis incomplet! Il me manque quelque chose. Je dois tout prendre et ne rien laisser. L’ennemi veut nous faire croire le contraire. Comment puis-je penser entrer dans les noces de l’Agneau alors que je renie l’un ou l’autre de ces points ? L’une ou l’autre de ces révélations lumineuses que Dieu a envoyées par ses serviteurs pour nous éclairer ? Je ne le puis pas. Non, certainement pas.
Vous voyez, chers frères baptistes, pentecôtistes, méthodiste, de l’église de la puissance ou de n’importe quelle organisation, nous devons revenir aux sources et écouter la voix de l’Esprit. C’est Lui qui peut nous conduire à bon port, pas nos raisonnements, ni nos programmes charnels. Je suis aussi triste parfois, parce que moi aussi je tombe dans les travers du jugement. Et cela me frustre. Notre désir commun doit simplement d’être obéissant à Christ et de marcher selon la douce voix de Son Saint-Esprit et nous aimer les uns les autres. Nous devons retrouver l’esprit d’humilité et l’esprit du service qui caractérisait si bien notre maître à tous : Jésus-Christ. Chacun porte une responsabilité et le salut est individuel. Nous devrons rendre des comptes et démontrer que nous avons cherché à plaire à Dieu plutôt qu’aux hommes.
Que Dieu nous vienne en aide, qu’il fasse tomber les écailles de nos yeux et qu’il nous inonde de Son amour. Car c’est l’amour l’arme ultime, celle qui désarme l’ennemi et abat toutes les barrières. Soyez tous bénis dans le Nom précieux de Jésus-Christ.

2 réflexions au sujet de « L’Epouse de Christ : (son église, la véritable) »

    1. bonjour à toi

      remercions le seigneur qui guide les membres de son église, l’église qui fonctionne comme le corps ( le corps de christ) et c’est tout un ensemble qui fonctionne ensemble, ici c’est le fruit de toutes ces cellules membres qui se manifeste. l’église toute entière ou le corps parle .
      reconnaissons la véritable église de christ et ce blog lie et rapproche les autres blogs qui marchent par l’esprit car chaque cellules , membres de cette église comme le corps fonctionnent ensemble , je pense que tu comprendras la suite…..soit dans la paix

      frère patrick

      J'aime

déposer vos commentaires ou reactions, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s