Sommes-nous sauvé(e)s?


Se message s’adresse en premier aux religieux ensuite aux non croyant. Et pour finir un rappel pour les frères et sœurs en christ….

partie1
partie 2

8:1 Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ.8:2 En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort.8:3 Car-chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché,8:4 et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit.8:5 Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s’affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l’esprit s’affectionnent aux choses de l’esprit.8:6 Et l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix;8:7 car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas.8:8 Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Dieu.8:9 Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas.8:10 Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice.8:11 Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.8:12 Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair.8:13 Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez,8:14 car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu.8:15 Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba! Père!8:16 L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu.8:17 Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers: héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui.8:18 J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous.8:19 Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu.8:20 Car la création a été soumise à la vanité, -non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise, –8:21 avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu.8:22 Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement.8:23 Et ce n’est pas elle seulement; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous aussi nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption, la rédemption de notre corps.8:24 Car c’est en espérance que nous sommes sauvés. Or, l’espérance qu’on voit n’est plus espérance: ce qu’on voit, peut-on l’espérer encore?8:25 Mais si nous espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons avec persévérance.8:26 De même aussi l’Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu’il nous convient de demander dans nos prières. Mais l’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables;8:27 et celui qui sonde les coeurs connaît quelle est la pensée de l’Esprit, parce que c’est selon Dieu qu’il intercède en faveur des saints.8:28 Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein.8:29 Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.8:30 Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés.8:31 Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous?8:32 Lui, qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui?8:33 Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie!8:34 Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous!8:35 Qui nous séparera de l’amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée?8:36 selon qu’il est écrit: C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie.8:37 Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés.8:38 Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir,8:39 ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus Christ notre Seigneur.

Publicités

Ayons tous le même langage!message urgent :


Ayons le même langage! message urgent! Nous sommes frères et sœurs en christ, donc disciple de Jésus pour former l’église qui est le corps de Christ comme dans le 1er siècle du temps des apôtres. 1 corinthien 1 verset 10-13 : Je vous exhorte, frères, par le nom de notre Seigneur Jésus Christ, à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment. 1 Thessaloniciens 4 : Au reste, frères, puisque vous avez appris de nous comment vous devez vous conduire et plaire à Dieu, et que c’est là ce que vous faites, nous vous prions et nous vous conjurons au nom du Seigneur Jésus de marcher à cet égard de progrès en progrès. Vous savez, en effet, quels préceptes nous vous avons donnés de la part du Seigneur Jésus. Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité; c’est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l’honnêteté, sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu; c’est que personne n’use envers son frère de fraude et de cupidité dans les affaires, parce que le Seigneur tire vengeance de toutes ces choses, comme nous vous l’avons déjà dit et attesté. Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification. Celui donc qui rejette ces préceptes ne rejette pas un homme, mais Dieu, qui vous a aussi donné son Saint Esprit. Pour ce qui est de l’amour fraternel, vous n’avez pas besoin qu’on vous en écrive ; car vous avez vous-mêmes appris de Dieu à vous aimer les uns les autres, et c’est aussi ce que vous faites envers tous les frères dans la Macédoine entière. Mais nous vous exhortons, frères, à abonder toujours plus dans cet amour, et à mettre votre honneur à vivre tranquilles, à vous occuper de vos propres affaires, et à travailler de vos mains, comme nous vous l’avons recommandé, en sorte que vous vous conduisiez honnêtement envers ceux du dehors, et que vous n’ayez besoin de personne. Nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance au sujet de ceux qui dorment, afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n’ont point d’espérance. Philippiens 2 ;1 à 16 : Si donc il y a quelque consolation en Christ, s’il y a quelque soulagement dans la charité, s’il y a quelque union d’esprit, s’il y a quelque compassion et quelque miséricorde, rendez ma joie parfaite, ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée. Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi aussi Dieu l’a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement, non seulement comme en ma présence, mais bien plus encore maintenant que je suis absent; car c’est Dieu qui produit en vous le vouloir et le faire, selon son bon plaisir. Faites toutes choses sans murmures ni hésitations, afin que vous soyez irréprochables et purs, des enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d’une génération perverse et corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde, Portant la parole de vie ; et je pourrai me glorifier, au jour de Christ, de n’avoir pas couru en vain ni travaillé en vain. 1 Thessalonicien 5.ve 16 à 24 : Soyez toujours joyeux. Priez sans cesse. Rendez grâces en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus Christ. N’éteignez pas l’Esprit. Ne méprisez pas les prophéties. Mais examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon ; abstenez-vous de toute espèce de mal. Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus Christ ! Celui qui vous a appelés est fidèle, et c’est lui qui le fera.

Appuyons nous sur Jésus Christ et pas sur la religion catholique romaine…..


Les vrais croyants de la Bible « sont gardés par la puissance de Dieu par la foi »

 Les vrais croyants se reposent dans l’avant-goût que nous avons de la vie éternelle qui nous appartiendra pour toute l’éternité.  Jésus-Christ a prié : « … selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu’il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. » [Jean 17 :2] 

L’apôtre Paul explique le dilemme auquel il a été confronté comme nous le faisons aujourd’hui : « … car Christ est ma vie, et la mort m’est un gain.  Mais s’il est utile pour mon œuvre que je vive dans la chair, je ne saurais dire ce que je dois préférer.  Je suis pressé des deux côtés : J’ai le désir de m’en aller et d’être avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur ; Mais à cause de vous il est plus nécessaire que je demeure dans la chair. »  [Philippiens 1:21-24]

Le Seigneur Jésus continue à remplir sa glorieuse promesse pour nous.  « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix.  Je ne vous la donne pas comme le monde la donne.  Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. » [Jean 14 :27] Parce que nous appartenons à Jésus-Christ, nous avons maintenant sa « paix ».  De plus, à l’avenir, nous jouirons de sa paix dans sa plénitude pour toujours dans Sa gloire au ciel.  Il a prié dans sa Parole : « Père, je veux que là où je suis ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire, la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. » [Jean 17 :24]

Par conséquent, le cœur de notre cœur est de contempler la gloire de Jésus-Christ en Dieu, notre Père, qui est aux cieux.  L’apôtre Paul explique : « Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire. » [Colossiens 3 :4].  C’est pourquoi nous nous réjouissons de l’excellence de la bonté de notre Seigneur, Dieu : « Ta justice est comme les montagnes de Dieu, tes jugements sont comme le grand abîme.  Éternel ! Tu soutiens les hommes et les bêtes.  Combien est précieuse ta bonté, ô Dieu !  À l’ombre de tes ailes les fils de l’homme cherchent un refuge.  Ils se rassasient de l’abondance de ta maison et tu les abreuves au torrent de tes délices. » [Psaumes 36 :7-9]

La bonté de Dieu, notre Père, est assurée

La bonté de notre Dieu, notre Père, n’est jamais retirée de nous, ses enfants. « Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent ; Contentez-vous de ce que vous avez ; Car Dieu lui-même a dit : Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point. » [Hébreux 13:5]  Ainsi, nous, les croyants bibliques, sommes en Christ.  Rien ne peut nous séparer de l’amour de Dieu le Père en Christ Jésus notre Seigneur.  « Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur ni la profondeur, aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » [Romains 8:38-39]

Bien que nous péchions souvent contre notre Dieu aimant, le Père, il nous conduira à la repentance par le pouvoir de conviction du Saint-Esprit.  Il  « punira de la verge leurs transgressions, et par des coups leurs iniquités. » [Psaumes 89 :33], il promet également : « Mais je ne lui retirerai point ma bonté et je ne trahirai pas ma fidélité. » [Psaumes 89 :34]

Dieu est un père personnel pour son peuple

Jean 20:17 est une des déclarations les plus significatives des quatre récits évangéliques de la vie de notre Seigneur Jésus-Christ.  Le Christ a constamment parlé de « mon père ».  Cependant, après sa mort et sa résurrection, notre Seigneur ajoute pour la première fois la phrase : « Et, votre père ».  « Jésus lui dit [Marie-Madeleine] : Ne me touche pas ; Car je ne suis pas encore monté vers mon Père.  Mais va retrouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » [Jean 20:17]

Les vrais croyants de la Bible devraient se réjouir extrêmement quand notre glorieux Seigneur Jésus-Christ a dit à chacun de nous : « Mon Père et votre Père ».  Le Tout Puissant, le Dieu Tout-Puissant, est personnellement le Père de chacun de nous qui sommes de véritables croyants.

La relation consiste à donner et à recevoir.  À moins de recevoir l’amour du Père, nous n’avons aucune relation avec lui.

L’amour du père est révélé aux croyants de la Bible par la foi

Dieu a révélé pleinement et éminemment son amour aux croyants.  Les croyants de la Bible peuvent connaître son amour par leur foi en Lui.  « Vous croyez en Dieu » ; Le Christ ordonne aux croyants de croire au Père.  Quelle est la première chose en laquelle les croyants doivent avoir confiance dans le Père ?  C’est son amour, parce qu’Il est « l’amour ».

C’est par et à travers le Christ que nous avons accès à Dieu le Père.  Comme le Seigneur nous l’a dit si clairement : « Personne n’a jamais vu Dieu, le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître. » [Jean 1:18]  Les hommes et les femmes que le Fils décrit sont ceux qui lui ont été donnés, comme le Christ l’a dit : « J’ai fait connaître ton nom aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde.  Ils étaient à toi, et tu me les as donnés ; Et ils ont gardé ta parole. » [Jean 17:6 ]

Ainsi, par le Christ et par la foi par la grâce du Christ, nous « commençons » à savourer et à aimer la nature aimante de notre Père Dieu.  « Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. » [1 Jean 4:19]

L’amour de Dieu le Père est reçu par nous, croyants à la Bible

Dans les Écritures, l’apôtre Paul nous explique comment, par l’intermédiaire du Saint-Esprit, nous entretenons une relation intime avec notre Père : « Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; Mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père. » [Romains 8 :15].  Ce partage intime avec notre Père céleste est ce que notre Seigneur Jésus-Christ nous révèle.  Chacun de nous communie avec son Père céleste en l’appelant par son nom attachant, « Abba Père ».  Dans les évangiles, il est rapporté que notre Seigneur Jésus-Christ a communié avec son Père céleste cent soixante-dix fois, ce qui signifie son amour personnel pour son Père.  Le Christ Jésus a également révélé Dieu distinctement en tant que son Père Abba.  Le Seigneur pria : « Il disait : Abba, Père, toutes choses te sont possibles, éloigne de moi cette coupe.  Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » [Marc 14:36]

Dans les Écritures, l’apôtre Paul utilise le même terme attachant pour nous apprendre à communier avec le Père dans la prière.  « Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; Mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père. » [Romains 8 :15]  Toutes les prières du Christ étaient adressées au Père, à l’exception de la sienne alors qu’il était sur la Croix quand il cite Psaumes 22:1.  Le Père est la grande fontaine et la grande source de toute intercommunication gracieuse et fruit d’amour.  C’est ce que Jésus-Christ est venu révéler ; À savoir, Dieu en tant que notre « père céleste » intime de ses enfants adoptés ; S’adressant même à lui avec le nom attachant : « Père Abba ».

Ensuite, on nous dit avec emphase que « Dieu est amour ».  De plus, le nom de Dieu dans cette déclaration est pris personnellement pour le Père.  Ceci est évident dans le verset ci-dessous où il se distingue de son Fils unique qu’il a envoyé dans le monde.  Ainsi, la Parole de Dieu proclame : « Le Père est amour ».  Non seulement Dieu est gracieusement tendre et compatissant comme il l’avait proclamé dans l’Ancien Testament, mais, Il se dépeint éminemment comme amour.  Sa Parole continue ainsi : « Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimé et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés. » [1 Jean 4 :10] Distinctement, le Père nous a aimés.  Le Saint-Esprit montre sans équivoque cet amour, manifesté à l’origine dans l’envoi du Christ.  En fait, l’amour du Père est déclaré comme étant avant la fondation du monde : « En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui.  Nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, à la louange de la gloire de sa grâce qu’il nous a accordée en son bien-aimé. En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce. » (Éphésiens 1 :4-7)

Notre bien-aimé Sauveur nous a dit lui-même : « En ce jour, vous demanderez en mon nom, et je ne vous dis pas que je prierai le Père pour vous ; Car le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé, et que vous avez cru que je suis sorti de   Dieu. » [Jean 16 :26-28] Le Père lui-même aime éminemment chaque vrai croyant.  Nous devons donc nous résoudre à rester en communion avec notre Père, Dieu, dans son amour.

L’enseignement de l’Église Catholique sur l’Église en tant que mère.

Officiellement, l’Église Catholique Romaine enseigne : « Personne ne peut avoir Dieu comme Père qui n’ait pas l’Église comme Mère ».

Cet enseignement catholique officiel est épouvantable.  Ainsi, l’enseignement officiel de l’Église Catholique dans son catéchisme affirme que les catholiques croient que « l’Église est la mère de tous les croyants ».  Il convient de noter que dans le catéchisme officiel de l’Église Catholique : Première partie, deuxième section, article 9 déclare : « Je crois en la Sainte Église Catholique ».

Ainsi, l’Église Catholique enseigne que les catholiques romains ont une relation avec « l’Église mère » ; En effet, ceci est attendu des laïcs.

L’Église Catholique enseigne également que ses sept sacrements catholiques sont le moyen exclusif d’obtenir la grâce du Saint-Esprit.  Cet enseignement est officiellement déclaré :

« L’Église affirme que pour les croyants, les sacrements de la Nouvelle Alliance sont nécessaires au salut.  La « grâce sacramentelle » est la grâce du Saint-Esprit, donnée par le Christ et propre à chaque sacrement ».

Le prétexte de l’Église Romaine est de présenter les sacrements « physiques » catholiques comme la cause de la sainteté et du salut « spirituels ».

Par exemple, l’Église papale prétend que le baptême régénère les âmes des hommes et des femmes.  Ensuite, l’Église papale affirme que, dans le sacrement de confirmation, l’évêque utilise l’huile de chrême comme moyen par lequel les jeunes et les adultes doivent être remplis du Saint-Esprit.  Par les mots « Je vous absous de vos péchés au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » prononcé par le prêtre catholique en confession, l’Église de Rome prétend pardonner les péchés.  Ensuite, sur l’autel, pendant la messe, l’Église Catholique croit que ses prêtres transforment le pain et le vin en corps et en sang du Christ.

La Parole de Dieu contredit ces faux enseignements catholiques avec une malédiction éternelle.  « Galates 1 :8 Mais quand nous-mêmes, ou un ange du ciel vous annoncerait un évangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème ! »

Néanmoins, les prêtres catholiques utilisent ces choses séduisantes appelées sacrements.  Ces prêtres, déclare officiellement l’Église Catholique : « Ont reçu de Dieu un pouvoir qu’il n’a donné ni aux anges ni aux archanges … Dieu ci-dessus confirme ce que font les prêtres ici-bas ».

Cependant, il convient de noter que le Nouveau Testament a établi des pasteurs et des anciens pour diriger le troupeau du Seigneur.

Contrairement à l’enseignement apostolique, l’Église Romaine jette des ponts sur plus de vingt et un siècles pour unir ses prêtres sacrificiels au Christ Lui-même.  Ainsi, le système de croyances de l’Église Catholique exprime certaines des plus grandes tentations qui puissent être imposées à l’âme des hommes et des femmes.

Conclusion

Le dessein de notre Père aimant, Dieu, de toute éternité, était que tous les dons nous soient parvenus, pécheurs sauvés, en et par le Christ Jésus.  La grâce du Christ dans son sens le plus authentique est libre, comme le dit l’Écriture, « être justifié librement par sa grâce ».  Ensuite, la grâce du Christ est glorieuse, elle est accordée à ceux d’entre nous qui croyons en Son sang versé pour nous sur la Croix.  Le règne du péché et de la fausse religion est surmonté gracieusement par le règne de la grâce de Jésus-Christ, comme le dit l’Écriture, « même ainsi la grâce pourrait régner ».

L’abondance de la grâce dépasse de loin les méfaits du péché.  Une fois que nous, croyants pécheurs, acceptons le Christ Jésus comme notre seule garantie devant le Dieu Tout-Puissant, nous nous trouvons non seulement libérés de nos péchés, mais également, faits pour « régner dans nos vie »« Si par l’offense d’un seul la mort a péché par lui seul, à plus forte raison ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don de la justice régneront-ils dans la vie par Jésus-Christ lui seul. » [Romains 5:17]

Ceux d’entre nous qui reçoivent la grâce abondante donnée par Christ ne sont pas seulement rachetés du règne de la mort, nous vivons et régnons avec lui de la même manière qu’ils sont sanctifiés chaque jour par sa Parole par le Saint-Esprit et par une communion constante avec notre cher Père Abba, Dieu aimant, avec notre miséricordieux Seigneur Jésus.  Avec le Père et le Fils par la puissance du Saint-Esprit, nous vivrons et régnerons à jamais dans un monde sans fin !  Grâce à l’amour de notre Père, la grâce de Jésus-Christ et le pouvoir consolateur du Saint-Esprit nous rempliront à jamais d’amour glorieux  « Béni soit à jamais son nom glorieux, et que toute la terre soit remplie de sa gloire !  Amen et Amen ».

fausse doctrine sur la réhabilitation de la femme prêché par le frère richard


Fausse doctrine , attention danger ! message dangereux d’un frère de suisse ( Richard) sur la réhabilitation de la femme , message pour avertir le frère et ceux qui écouterons son messages non biblique. le mensonge n’a pas sa place dans les enseignements supposés de Dieu !dans la paix


voici une de ses video afin que vous ayez le lien pour vous rendre compte de cette fausse doctrine