Pourquoi la croix était-elle nécessaire ?


   

Pourquoi le Seigneur Jésus a-t-Il dû monter sur la croix ? N’aurait-Il pas pu nous sauver en ayant recours à un autre moyen ? N’aurait-Il pas pu mourir d’une manière plus douce ? En quoi la croix nous  concerne-t-elle toujours aujourd’hui ?

Dans sa première épître aux Corinthiens, l’apôtre Paul écrit ceci : « Ce n’est pas pour baptiser que Christ m’a envoyé, c’est pour annoncer l’Evangile, et cela sans la sagesse du langage, afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine. Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu. Aussi est-il écrit : Je détruirai la sagesse des sages, et j’anéantirai l’intelligence des intelligents. Où est le sage ? où est le scribe ? où est le disputeur de ce siècle ? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde ? Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse : nous, nous prêchons Christ crucifié ; scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs. Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes » (1 Cor. 1 : 17-25). Paul nous révèle ici que « l’annonce de l’Evangile » doit être définie comme « la prédication de la croix. » Un Evangile sans la croix devient une religion sans aucune puissance, car la croix est une puissance de Dieu pour ceux qui sont sauvés ! La croix est une folie pour ce monde perdu. La sagesse du monde est complètement imperméable au message de la croix. Comment le monde pourrait-il accepter qu’un Dieu vienne S’incarner comme un simple homme, et S’humilier au point de mourir de la mort la plus infamante, la mort de la croix ? Le monde accepte les miracles et recherche la sagesse. Mais la croix ! Comment le monde pourrait-il être attiré par la croix ? Comment Dieu pourrait-Il être associé à cette croix infâme ? Oui, la prédication de la croix est une folie pour le monde ! Et pourtant, c’est là, à la croix, que se manifeste la plus profonde sagesse de Dieu ! Ce que l’homme pécheur n’aurait jamais pu imaginer, le Créateur de l’Univers veut lui révéler que la croix manifeste parfaitement toute la puissance et toute la sagesse de Dieu ! Mais, pour avoir la révélation de cette puissance et de cette sagesse, le cœur de l’homme pécheur doit faire preuve d’au moins une qualité fondamentale : le désir de connaître la  Vérité ! Tout pécheur, même plongé dans son péché, peut avoir au fond de son cœur ce désir profond de savoir pour quelle raison il se trouve dans cette situation ! Il peut se dire : « Je veux connaître la vérité ! La vérité sur ma situation, la vérité sur moi-même, la vérité sur ma vie, la vérité sur ma mort ! » Là, le Dieu de Vérité peut commencer à travailler pour montrer à cette âme perdue où se trouve la Vérité. On entend souvent dire : « A chacun sa vérité ! » Mais il reste quand même cette interrogation lancinante au fond du cœur : « Et si la  Vérité existait, où pourrait-elle donc être ? » Souvenez-vous de ce que le Seigneur Jésus a dit à Pilate, le Gouverneur Romain, qui avait le pouvoir de le relâcher, et le pouvoir de le condamner : « Mon royaume n’est pas de ce monde. Si mon royaume était de ce monde, mes serviteurs auraient combattu pour moi afin que je ne fusse pas livré aux Juifs ; mais maintenant mon royaume n’est point d’ici-bas. Pilate lui dit : Tu es donc roi ? Jésus répondit : Tu le dis, je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. Pilate lui dit : Qu’est-ce que la vérité ? » (Jean 18 : 36-38). « Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité » ! Gloire à Dieu ! Et le Seigneur Jésus ajoute cette phrase merveilleuse : « Quiconque est de la vérité écoute ma voix ! » Quiconque veut connaître la vérité ne peut que reconnaître la vérité quand elle lui est présentée ! Jésus a dit par ailleurs : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14 : 6). Si tu veux connaître la  Vérité, si tu cherches la  Vérité, tu ne peux manquer de rencontrer Jésus, qui est la  Vérité pure, le Dieu de Vérité incarné dans la chair !Jésus est au centre de toute la  Bible, et la croix est au centre de la vie de Jésus. Il est né et Il est venu dans le monde pour rendre témoignage à la  Vérité ! Où le Seigneur a-t-Il rendu témoignage à la  Vérité ? N’est-ce pas sur la croix ? Toute la vie de Jésus était centrée sur la croix ! Il est né, et Il est venu sur cette terre pour mourir sur la croix ! Sans la croix, on ne peut rien comprendre de la vie de Jésus ! Il fallait que Jésus vienne, et qu’Il vienne mourir sur une croix ! Voilà la  Vérité ! La croix a été un passage obligé pour le Seigneur Jésus. Mais la croix est aussi un passage obligé pour tout homme qui veut connaître la  Vérité ! Un passage obligé pour quiconque veut pénétrer dans la  Vérité ! Pourquoi la croix est-elle un passage obligé pour tous les hommes qui veulent connaître la  Vérité ? Parce que c’est sur la croix que le Seigneur Jésus a expié les péchés de tous les hommes ! C’est sur la croix que la condamnation qui nous revenait est tombée sur Lui, afin que tous ceux qui croient à cette Vérité échappent à la juste condamnation divine ! « Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché, selon qu’il est écrit : Il n’y a point de juste, pas même un seul ; nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu ; tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n’en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul ; leur gosier est un sépulcre ouvert ; ils se servent de leurs langues pour tromper ; ils ont sous leurs lèvres un venin d’aspic ; leur bouche est pleine de malédiction et d’amertume ; ils ont les pieds légers pour répandre le sang ; la destruction et le malheur sont sur leur route ; ils ne connaissent pas le chemin de la paix ; la crainte de Dieu n’est pas devant leurs yeux » (Romains 3 : 9-12). Voilà la  Vérité de Dieu ! Voilà le jugement de Dieu sur cette humanité déchue ! Tu peux être bien éduqué, civilisé, cultivé, mais voilà la  Vérité : « Tous sont sous l’empire  « Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi, afin que toute bouche soit fermée, et que tout le monde soit reconnu coupable devant Dieu. Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché. Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes, justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ pour tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction. Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ. C’est lui que Dieu a destiné, par son sang, à être, pour ceux qui croiraient victime propitiatoire, afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant, au temps de sa patience, afin, dis-je, de montrer sa justice dans le temps présent, de manière à être juste tout en justifiant celui qui a la foi en Jésus » (Romains 3 : 19-26). Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ! Tous méritent la juste condamnation divine ! Mais le Seigneur ajoute cette Vérité libératrice : « Et ils sont gratuitement justifiés par Sa grâce, au moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ ! » Gloire à Dieu pour Sa sagesse, pour la profondeur de Sa sagesse divine ! Gloire à Dieu pour Son amour et Sa compassion ! Car Il n’a pas abandonné les pécheurs à leur péché et au jugement qui les attendait ! Mais Dieu a envoyé Son Fils Jésus pour nous racheter à la croix ! Lui qui n’a pas commis de péché, Il S’est chargé sur la croix de tous nos péchés, et Il a versé Son précieux Sang pour nous racheter ! Tous ceux qui se repentent de leurs péchés et qui croient en Lui sont gratuitement justifiés, pardonnés, purifiés de leurs péchés ! Christ est mort pour nous donner la  Vie ! Pas n’importe quelle vie, mais la  Vie éternelle, la vie même de Dieu ! Quelle grâce ! Quelle gloire ! Ce ne sont pas nos bonnes actions et nos bonnes œuvres qui pourront expier nos péchés ! On ne peut pas compenser le péché par des bonnes actions, le péché doit être jugé et condamné ! C’est cela, la justice de Dieu ! Il a offert un Agneau pur et sans tache, Son propre Fils, né sans péché, pour porter sur le bois de la croix, dans Sa chair, dans Son corps meurtri, le châtiment de tous nos péchés ! « Lui qui n’a point commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé de fraude ; lui qui, injurié, ne rendait point d’injures, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s’en remettait à celui qui juge justement ; lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice ; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris » (1 Pierre 2 : 22-24). Près de six cents ans auparavant, le prophète Esaïe, comme tous les autres prophètes qui l’ont précédé et qui l’ont suivi, avait clairement annoncé la croix : « Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris » (Esaïe 53 : 3-5). La  Bible nous révèle qu’il ne peut pas y avoir de pardon des péchés sans effusion de sang. Un sang innocent doit couler pour que le pécheur soit racheté devant Dieu. Dans l’ancienne alliance, c’était le sang des animaux sacrifiés. Ce sang était tout juste suffisant pour couvrir le péché aux yeux de Dieu, mais il n’avait pas le pouvoir de l’effacer. Tandis que le sang pur du Fils de Dieu a le pouvoir d’effacer tous les péchés ! C’est pour cela que la croix était un passage obligé pour expier tous nos péchés ! Il fallait que Jésus soit meurtri, soit mis à mort, et que Son sang coule de Ses meurtrissures pour la guérison et le salut du monde. C’est par Ses meurtrissures que nous sommes guéris, et par Son sang que nous sommes rachetés, pardonnés et sauvés. « Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens à venir ; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire, qui n’est pas de cette création ; et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. Car si le sang des taureaux et des boucs, et la cendre d’une vache, répandue sur ceux qui sont souillés, sanctifient et procurent la pureté de la chair, combien plus le sang de Christ, qui, par un esprit éternel, s’est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera- t-il votre conscience des œuvres mortes, afin que vous serviez le Dieu vivant ! Et c’est pour cela qu’il est le médiateur d’une nouvelle alliance, afin que, la mort étant intervenue pour le rachat des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l’héritage éternel qui leur a été promis. Car là où il y a un testament, il est nécessaire que la mort du testateur soit constatée. Un testament, en effet, n’est valable qu’en cas de mort, puisqu’il n’a aucune force tant que le testateur vit. Voilà pourquoi c’est avec du sang que même la première alliance fut inaugurée. Moïse, après avoir prononcé devant tout le peuple tous les commandements de la loi, prit le sang des veaux et des boucs, avec de l’eau, de la laine écarlate, et de l’hysope ; et il fit l’aspersion sur le livre lui-même et sur tout le peuple, en disant : Ceci est le sang de l’alliance que Dieu a ordonnée pour vous. Il fit pareillement l’aspersion avec le sang sur le tabernacle et sur tous les ustensiles du culte. Et presque tout, d’après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n’y a pas de pardon. Il était donc nécessaire, puisque les images des choses qui sont dans les cieux devaient être purifiées de cette manière, que les choses célestes elles-mêmes le fussent par des sacrifices plus excellents que ceux-là. Car Christ n’est pas entré dans un sanctuaire fait de main d’homme, en imitation du véritable, mais il est entré dans le ciel même, afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu » (Hébreux 9 : 11-24). Vous rendez-vous compte que le péché de l’homme avait même souillé « les choses qui sont dans le ciel » ! Même le Ciel avait été souillé par le péché de l’homme, et seul le sang de Jésus pouvait purifier le Ciel de cette souillure ! A combien plus forte raison ce sang précieux peut-il purifier nos consciences de toutes les œuvres mortes du péché ! Oh, profondeur de la  Sagesse de Dieu ! Oh, puissance de la croix ! Mais cette Sagesse de Dieu atteint à la croix des profondeurs que seul le Saint-Esprit peut nous révéler ! Car le Seigneur Jésus ne S’est pas contenté d’expier nos péchés sur la croix ! Certains pensent que le Seigneur Jésus est bien mort à la croix pour expier nos péchés, pour que nous soyons pardonnés de nos péchés, mais afin de nous permettre ensuite « d’améliorer progressivement » notre nature de péché. Ils croient qu’ils restent fondamentalement des pécheurs, et qu’ils doivent, avec l’aide et la grâce de Dieu, mais aussi avec beaucoup d’efforts de leur part, travailler à éliminer de leur vie tous leurs péchés, l’un après l’autre. Ceux-là n’ont pas encore compris qu’à la croix, le Seigneur Jésus n’a pas seulement porté nos péchés, nos iniquités, et toutes leurs conséquences, mais Il a aussi cloué à la croix notre propre nature de péché, cette nature qui était la source de tous nos péchés ! Par Sa mort, Il nous a fait mourir avec Lui ! Quand Il est mort, nous sommes morts avec Lui !  S’Il S’était contenté d’expier nos péchés, mais en nous laissant demeurer dans notre vieille nature de péché, le problème n’aurait jamais été définitivement réglé ! Nous aurions continué à pécher, sans aucun moyen de nous en sortir, sans aucun moyen de vaincre cette puissance de péché ! Nous aurions passé notre temps à pécher sans cesse, et à confesser sans cesse nos péchés. Peut-on pénétrer dans le Ciel de Dieu avec une nature de péché ? Non ! Il fallait que nous recevions une nouvelle nature pure et sainte, comme celle de Dieu Lui-même ! Il fallait que nous puissions obtenir une victoire définitive sur le péché ! A la croix, Jésus a donc définitivement éliminé, cloué, détruit pour toujours, notre nature de péché, celle qui faisait de nous des pécheurs invétérés ! Et quand Il est ressuscité, Il nous a ressuscités avec Lui, en créant en nous cette nouvelle nature, un esprit nouveau, entièrement régénéré ! Ceux qui ont vu Jésus ressuscité n’ont pu que constater ce prodige. Mais Ses disciples, qui Le voyaient bien ressuscité, étaient loin de se douter des implications également prodigieuses de la résurrection de Jésus pour leur propre vie ! Plus tard, ce fut l’apôtre Paul qui reçut du Seigneur la pleine révélation de ce que représentait la résurrection du Seigneur pour Ses disciples. A l’époque de Jésus-Christ, personne n’a mis en doute la résurrection du Seigneur, Romains et Pharisiens y compris. Ils ont payé les gardiens du tombeau pour répandre des mensonges, mais ils connaissaient la  Vérité ! Il était impossible de mettre en doute la résurrection du Seigneur ! Des centaines de personnes L’ont vu ressuscité, ont mangé avec Lui, dont plus de cinq cents à la fois. Ils L’ont écouté leur parler des choses du Royaume de Dieu pendant quarante jours ! Aujourd’hui, certains de Ses disciples se comportent comme si le Seigneur n’était pas ressuscité ! En outre, combien de disciples du Seigneur savent vraiment qu’eux aussi sont ressuscités en Christ, et qu’ils ont en eux l’Esprit de résurrection ! « Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » (Rom. 8 :9-14). Cela, c’est le summum de la  Sagesse divine ! C’est le couronnement de l’œuvre rédemptrice du Seigneur ! Dieu savait qu’Il ne pouvait rien faire de bon, s’Il ne transformait pas des pécheurs invétérés en saints ! Notre esprit ressuscité est non seulement vivant, mais il est Vie ! Il fallait que Christ meure pour qu’Il ressuscite ! Il fallait aussi qu’Il nous fasse mourir avec Lui pour nous ressusciter avec Lui, et faire de nous de nouvelles créations à Son image ! « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » (2 Cor. 5 : 17). « Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » (2 Cor. 5 : 21). « Nous sommes sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes. Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service et offre souvent les mêmes sacrifices, qui ne peuvent jamais ôter les péchés, lui, après avoir offert un seul sacrifice pour les péchés, s’est assis pour toujours à la droite de Dieu, attendant désormais que ses ennemis soient devenus son marchepied. Car, par une seule offrande, il a amené à la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifiés. C’est ce que le Saint-Esprit nous atteste aussi; car, après avoir dit : Voici l’alliance que je ferai avec eux, après ces jours-là, dit le Seigneur : je mettrai mes lois dans leurs cœurs, et je les écrirai dans leur esprit, il ajoute : et je ne me souviendrai plus de leurs péchés ni de leurs iniquités » (Hébreux 10 : 10-17). Bien-aimés, ce qui est quelque chose, c’est d’être une nouvelle création en Jésus-Christ ! Nous ne pouvons pas nous faire naître de nouveau nous-mêmes. Mais, par la repentance et la foi en Jésus, c’est Dieu qui nous fait naître de nouveau. « Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ; car celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes ; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ » (Rom. 6 : 3-11). Nous qui sommes en Jésus-Christ, nous avons échappé à la puissance de la mort ! Le péché n’a plus de puissance sur nous ! Car nous sommes morts au péché et à toute sa puissance, grâce à la puissance de la croix de Jésus, de Sa mort et de Sa résurrection ! Nous sommes passés par une nouvelle naissance spirituelle ! Avec Christ, nous sommes passés par la croix, et au-delà de la croix, pour pénétrer dans le Royaume de Dieu ! Tous ceux qui veulent échapper au royaume de Satan doivent passer par la croix, avec Jésus et en Jésus, pour pénétrer dans le Royaume de Dieu ! En Christ, notre esprit a été changé ! Dans notre nature profonde, dans notre esprit, nous ne sommes plus des pécheurs par nature, mais nous sommes devenus des fils et des filles de Dieu, participants de la nature divine, un seul esprit avec Christ, un seul corps avec Lui ! C’est à cette réalité que nos yeux spirituels doivent s’ouvrir ! C’est à cette réalité spirituelle que notre intelligence doit s’ouvrir ! Si notre esprit est passé par une nouvelle naissance, notre intelligence, nos pensées, sont encore bien trop encombrées de pensées et de raisonnements humains ! Elles ont besoin d’être renouvelées, pour que ce brouillard se lève, et que nous puissions contempler la  Vérité en face ! « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait » (Romains 12 : 2). Quand nous voyons beaucoup de responsables ou de psychologues chrétiens s’efforcer de faire « grandir notre confiance en nous-mêmes » ou « d’améliorer l’image que nous avons de nous-mêmes, nous sommes atterrés » ! Quelle perte de temps ! Quelle folie que la sagesse des hommes ! Alors que nous portons déjà en nous, dans notre esprit, par notre nouvelle naissance, l’image du Seigneur Jésus, de Celui qui nous a recréés à Son image ! Et c’est en gardant constamment les yeux fixés sur Jésus que nous pouvons Lui permettre de nous transformer à Son image, nous qui portons déjà en nous cette image céleste ! Christ est l’Image du Père, et nous sommes l’image de Christ, dans notre esprit régénéré ! « Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit » (2 Cor. 3 : 18). Avons-nous compris l’importance unique et la nécessité absolue de la croix ? Avons-nous pleinement compris tout ce que Christ est venu accomplir à la croix ? Avons-nous accepté de reconnaître la nature réelle de ce que nous sommes en Christ, quand nous L’avons reçu comme notre Sauveur et Maître ? Gardons-nous toujours la conscience que ce Christ ressuscité vit en nous ? La profondeur de la sagesse de Dieu nous était inaccessible. Mais Dieu nous l’a révélée à la croix, et l’a rendue accessible à notre foi par la grâce qu’Il nous donne en Jésus-Christ ! « O profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont insondables, et ses voies incompréhensibles ! Car qui a connu la pensée du Seigneur, ou qui a été son conseiller ? Qui lui a donné le premier, pour qu’il ait à recevoir en retour ? C’est de lui, par lui, et pour lui que sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles ! Amen ! » (Romains 11 : 33-36).

déposer vos commentaires ou reactions, merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s